Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/12/2008

n°411 - Dossier de Palestine - 30-12 –Début - : Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre.


n°411 - Dossier de Palestine  - 30-12 –Début - : Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre.



                    Dossier de Palestine      

                                                   N°411                                                 30-12

                                          Par Cathy De Broeder & Marc Lemaire   



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

Tiré a part

Une offensive soigneusement préparée aux objectifs multiples.

Gilbert Achcar : Une agression préméditée.

Jean Baumgarten : Au 28-12 - Trois cents morts, près de 1000 blessés à Gaza !

Sylvain Cypel : Barack Obama évite une prise de position trop marquée sur Gaza.

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Anaelle Verzaux : La politique israélienne conduit-elle au désastre ?

1-2 Tom Segev : Quelques fausses hypothèse a propos de Gaza.

1-3 Les massacres à Gaza en images.

1-4 Il faut croire que le sang des centaines de victimes palestiniennes n'est pas aussi sacré que celui de leurs bourreaux !

1-5 Vidéo : Manifestation à Montréal contre le carnage israélien à Gaza.

1-6 Manifs pour Gaza à Toronto et à Sydney (2 vidéos)

1-7 Manifs pour Gaza (Belfast, Houstn, Chicago)

1-8 Témoignages de militants internationalistes présents à Gaza.

Suite

2 Les brèves

2-1 Gaza meurtrie

2-2 Mashaal: "Nous souhaitons un cessez-le-feu!".

2-3 Massacre de masse israélien à Gaza.

2-4 Union Juive Française pour la paix : Gaza : la responsabilité directe de la France et de l'U.E.

3 Dossier

3-1 Rapport : Les occupants israéliens déclarent la guerre contre Gaza, mais la peur de l’échec hante leur esprit.

3-2 Le Plan Diabolique d'Ehud Barak.!

Suite

3-3 Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre.

3-4 Myriam Abraham : Massacres à Gaza.

3-5 Alain Gresh : Gaza, « choc et effroi ».

3-6 Michel Bôle-Richard : Les raids israéliens sur Gaza montrent leurs limites.

4 Pièce jointe

Sayed Nasrallah appelle le peuple égyptien à libérer Gaza (discours intégral)




Tiré a part

Une offensive soigneusement préparée aux objectifs multiples.
L'opération était-elle préparée depuis longtemps ?

Baptisée "Plomb durci", l'opération militaire lancée, samedi 27 décembre, par les forces armées israéliennes en réponse aux tirs de roquettes du mouvement islamiste Hamas à Gaza est la plus meurtrière sur ce territoire depuis la guerre des six jours en 1967.

Les attaques aériennes, menées avec des F-16 et des drones, se poursuivaient lundi. Au moins 300 personnes ont été tuées et plus de 1 400 blessées, selon des sources palestiniennes. Contrairement à la guerre qui a opposé Israël au Hezbollah libanais en 2006, cette offensive militaire a été soigneusement préparée par les services israéliens, tant en ce qui concerne l'aspect militaire que le calendrier.

Dès lors que la trêve entre le Hamas et Israël n'a pas été reconduite, le 19 décembre, les préparatifs semblaient sur les rails. Les plus hauts représentants du gouvernement du premier ministre, Ehoud Olmert, s'étaient retrouvés dans un premier temps lors d'une réunion de cabinet, où le lancement des opérations a été laissé aux soins de M. Olmert et de son ministre de la défense, Ehoud Barak. Mais une offensive d'envergure restait à ce stade théorique. Même les médias israéliens, habituellement bien informés des manœuvres militaires, ne semblaient pas croire que le gouvernement passablement affaibli de M. Olmert lancerait une offensive d'envergure. Finalement, croit savoir le Guardian, le feu vert de l'opération a été donné vendredi matin et les attaques ont commencé vingt-quatre heures plus tard.

Tout cela a contribué à l'effet de surprise, qui a été, semble-t-il, total côté palestinien. "Le Hamas n'avait même pas annulé une cérémonie de fin de cours pour élèves policiers à Gaza", note par exemple Le Figaro. La plupart des personnes tuées l'ont été lors des premiers raids et, selon l'ONU, il s'agirait en majorité de policiers du Hamas.
Les services israéliens ont également soigneusement préparé la propagande, rapporte le Guardian. Avant l'intervention, plusieurs responsables avaient tenu des propos similaires à ceux de M. Olmert, qui, dans un appel aux habitants de Gaza diffusé sur la chaîne Al-Arabiya, demandait aux Gazaouïs de se détourner du mouvement islamiste. Depuis, le mot d'ordre de l'état-major israélien est résumé par Ehoud Barak : "Tout ce qui se passe à Gaza est la faute du Hamas."
Quels étaient les objectifs d'Israël ? Officiellement, l'objectif principal de l'armée israélienne était de faire cesser les tirs en direction du sud d'Israël, qui se sont accrus régulièrement depuis le début du mois de novembre. Depuis samedi, les groupes islamistes basés à Gaza ont tiré près de 150 roquettes sur Israël, soit beaucoup moins que ce qu'attendait le ministère de la défense israélien. Ce qui ne veut pas forcément dire que l'opération a été un succès, ou que l'ensemble des structures du Hamas ont été touchées, souligne Haaretz. "Le Hamas pourrait attendre le bon moment pour mener une grosse attaque contre Israël", estime le quotidien israélien.
Officieusement, il s'agit également pour Israël de frapper un grand coup contre le Hamas, que les autorités israéliennes voudraient voir disparaître de la scène politique palestinienne. Le général Yoav Galant, commandant de la région Sud, ne prend pas de pincettes : il s'agit de "renvoyer la bande de Gaza des décennies en arrière en terme de capacité militaire, en faisant le maximum de victimes chez l'ennemi et le minimum au sein des forces armées israéliennes". "L'objectif réaliste de n'importe quelle opération militaire n'est pas le départ du Hamas, mais plutôt le sapage de ses capacités militaires et l'affaiblissement de son pouvoir", ajoute l'analyste Alex Fishman dans le Yediot Aharonot. Mais là aussi, il est trop tôt pour tirer des conclusions. "L'aile militaire du Hamas n'a pas été détruite, constate Alex Fishman, mais simplement déstabilisée (...). Un des scénarios envisagés par l'armée est identique à la situation actuelle. Et dans celui-là, le Hamas se redresse."
Une intervention terrestre est-elle inévitable ?

Reste maintenant à savoir si l'armée israélienne optera pour une opération terrestre d'envergure, ou s'il va s'agir d'opérations ponctuelles en bordure de la bande de Gaza pour "nettoyer" les sites de lancement de roquettes, ce que les attaques aériennes peuvent difficilement faire. Comme le notent plusieurs analystes, de telles options laisseraient les soldats vulnérables à des attaques de type guérilla de la part du Hamas, et d'autres groupes similaires comme le Djihad islamique. Le fait de considérer aussi ouvertement une intervention terrestre, même si elle n'est pas de grande envergure, semble également découler directement de l'échec subi au Liban, où les forces aériennes avaient été privilégiées.
Sources Le Monde 29 décembre 2008
Posté par Adriana Evangelizt

http://palestine.over-blog.net/article-26233851.html


Lire la suite

n°411 - Dossier de Palestine - 30-12 –Suite - : Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre.


Palestine,Israël,Olmert,colonialisme,Gaza,Bush, Hamas,Fatah


n°411 - Dossier de Palestine  - 30-12 –Suite - : Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre.



                    Dossier de Palestine      

                                                   N°411                                                 30-12

                                          Par Cathy De Broeder & Marc Lemaire   



Sommaire

Tiré a part

Une offensive soigneusement préparée aux objectifs multiples.

Gilbert Achcar : Une agression préméditée.

Jean Baumgarten : Au 28-12 - Trois cents morts, près de 1000 blessés à Gaza !

Sylvain Cypel : Barack Obama évite une prise de position trop marquée sur Gaza.

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Anaelle Verzaux : La politique israélienne conduit-elle au désastre ?

1-2 Tom Segev : Quelques fausses hypothèse a propos de Gaza.

1-3 Les massacres à Gaza en images.

1-4 Il faut croire que le sang des centaines de victimes palestiniennes n'est pas aussi sacré que celui de leurs bourreaux !

1-5 Vidéo : Manifestation à Montréal contre le carnage israélien à Gaza.

1-6 Manifs pour Gaza à Toronto et à Sydney (2 vidéos)

1-7 Manifs pour Gaza (Belfast, Houstn, Chicago)

1-8 Témoignages de militants internationalistes présents à Gaza.

2 Les brèves

2-1 Gaza meurtrie

2-2 Mashaal: "Nous souhaitons un cessez-le-feu!".

2-3 Massacre de masse israélien à Gaza.

2-4 Union Juive Française pour la paix : Gaza : la responsabilité directe de la France et de l'U.E.

3 Dossier

3-1 Rapport : Les occupants israéliens déclarent la guerre contre Gaza, mais la peur de l’échec hante leur esprit.

3-2 Le Plan Diabolique d'Ehud Barak.!




2 Les brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

2-1 Gaza meurtrie.

Gaza meurtrie + video

Je n’ai pas coutume d’envahir les mails avec de l’information sur la Palestine, respectant chacun dans sa volonté de savoir ou pas.
Cependant, certaines d’entre vous savez que j’ai de la famille à Gaza, ville assiégée par l’armée israélienne, la plus grande prison du monde. Ma famille y est prisonnière depuis bientôt huit ans, huit années à ne pas pouvoir sortir, et dont les conditions de vie ne cessent de se dégrader de jour en jour.
Plus d’électricité, plus de nourriture, plus de médicaments...et aucun espoir. Hier, juste après les bombardements meurtriers, j’ai encore parlé à mes cousines dont le désespoir ne cesse de se creuser : les hôpitaux sont assiégés (une de mes cousines travaille dans un hôpital) et l’hiver arrive avec le froid et plus de moyens de faire face, plus de médicaments. Les médias analysent la situation en indiquant que l’attaque d’hier fait suite aux tirs de roquettes sur Israël.
Puis-je vous rappeler que ces tirs sont le seul moyen de résistance des Palestiniens face à cet enfermement inhumain : en France lors de la seconde guerre mondiale la résistance existait aussi. Ici elle n’a pas le droit de citer.
De plus les roquettes que les Palestiniens envoient de Gaza, fabriquées de manière très artisanales ressemble plus à des fusées éclairantes que l’on lance d’un bateau en détresse, car il s’agit bien de la détresse d’un peuple entier.
Pour rappel, il n’est pas question de religion mais de territoire (ma famille à Gaza est chrétienne....même sort et même dépossession car palestinienne).
Pour information, l’attaque a eu lieu hier car ce dimanche devait se tenir une réunion ministérielle en Israël pour décider....de la manière d’attaquer Gaza. Or, sous pression des Américains, Israël s’était engagée, en cas de proposition par le Hamas d’une nouvelle trêve (trêve jamais respectée par Israël) de ne pas attaquer. Les dernières informations politiques du Hamas montraient qu’ils allaient proposer une reconduction de cette trêve.
En attaquant avant la réunion, Israël faisait l’économie de suivre les recommandations américaines, d’autant que dans quelques jours Barak Obama prendra son poste et que les pressions risquent de changer légèrement.
D’autre part, à la veille des élections israéliennes, le jeu se fait entre les différents candidats israéliens : lequel se montrera le plus dur pour être élu. On est loin de toute idée de paix. Haaretz aujourd’hui indique que l’attaque était programmée depuis de nombreux mois par E. Barak, qui avait décidé de le faire tout en signant la trêve avec les Palestiniens !
Ces quelques mots pour dire à la fois ma colère et ma douleur.
Ci-joint un lien vers un petit film, des images de l’asphyxie de cette région dont je vous rappelle qu’elle a été un carrefour de civilisations (la gaze vient de là-bas), une région riche en verdure (un peu comme la côte d’Azur) et qui aujourd’hui se meurt à tout point de vue.

Sandrine Mansour

29 décembre 2008  
Posté par Adriana Evangelizt

http://palestine.over-blog.net/article-26239767.html


2-2 Mashaal: "Nous souhaitons un cessez-le-feu!".
Le leader du Hamas, Khaled Mashaal a appelé dimanche les résidents de Cisjordanie à s'élever contre Israël dans une nouvelle Intifada, en réponse aux opérations militaires déclenchées dans la bande de Gaza.
Dans un discours télévisé, Khaled Mashaal a averti qu'Israêl "ne réussirait pas par la force ce qu'elle n'a pas obtenu par la diplomatie".
Alors que le responsable du Hamas a maintenu que son organisation serait intéressée par un renouvellement du cessez-le-feu, il a rappelé que cela ne serait possible qu'à condition qu'Israël "lève son siège de Gaza et ouvre toutes les voies d'entrée et de sortie".
Mashaal a bien entendu défendu les actions de son groupe et a accusé Israël, et non le Hamas, d'être responsable de cette nouvelle effusion de sang.

The Jerusalem Post
28.12.08

http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1230456496514&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull


2-3 Massacre de masse israélien à Gaza.

Dimanche soir 28 décembre - plus de 300 morts en Palestine

Honte aux massacreurs ! Honte à ceux qui les défendent ou les excusent !

Ci-dessous, déclaration de quelqu'un qu'on ne peut pas soupçonner d'antisémitisme :

« Est-ce une exagération irresponsable que d¹associer le traitement des Palestiniens aux pratiques d¹atrocités collectives des Nazis ? Je ne le crois pas. Les récents développements à Gaza sont particulièrement inquiétants parce qu¹ils expriment de façon frappante une intention délibérée de la part d¹Israël et de ses alliés de soumettre une communauté humaine toute entière à des conditions de la plus grande cruauté qui mettent en danger sa vie. La suggestion que ce schéma de conduite est un holocauste en train de se faire représente un appel assez désespéré aux gouvernements du monde et à l¹opinion publique internationale à ce qu¹ils agissent d¹urgence pour empêcher que ces tendances actuelles au génocide n¹aboutissent à une tragédie collective. »

Le professeur Richard Falk, rapporteur spécial du Conseil des droits de l¹homme des Nations unies pour les Territoires palestiniens occupés et professeur émérite de droit international à l¹université de Princeton, a décrit en ces termes le siège israélien de Gaza l’année dernière, alors qu¹il n¹était pas encore comparable en gravité à la situation actuelle :

Gaston PELLET

Message envoyé ce matin 28 décembre à ce chroniqueur impartial sur FGrance inter qu’est Yvan Levaï

Menteur M. Levaï !

Comme vos confrères et comme d'habitude.

A vous entendre c'est Israël qui serait conduit aux représailles alors que les tirs de missiles israéliens n'ont jamais cessé pendant la trêve du Hamas.

Oserez-vous dire le contraire ?

Sur qui s'apitoie-t-on ? Sur ce pauvre Israélien qui ... mais pas sur les 230 morts palestiniens sans doute presque tous civils.

Les Palestiniens n'ont peut-être pas connu les "bombes d'Hitler", ils connaissent celles du sionisme depuis 60 ans.

Qu'on leur donne 60 avions bombardiers et vous pourrez parler de "fureur contre fureur".

On ne peut pas être juge et partie.

Et bien sûr, une fois de plus, on ressort l'antisémitisme bien commode.

Ce sont des criminels, comme ceux qui les soutiennent, et qu'on vous le dise vous est insupportable.

Oui, cessez de mentir !

Gaston PELLET

Lire la suite

n°411 - Dossier de Palestine - 30-12 –Fin - : Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre.


n°411 - Dossier de Palestine  - 30-12 –Fin  - : Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre.



                    Dossier de Palestine      

                                                   N°411                                                 30-12

                                          Par Cathy De Broeder & Marc Lemaire   



Sommaire

3 Dossier (suite)

3-3 Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre.

3-4 Myriam Abraham : Massacres à Gaza.

3-5 Alain Gresh : Gaza, « choc et effroi ».

3-6 Michel Bôle-Richard : Les raids israéliens sur Gaza montrent leurs limites.

4 Pièce jointe

Sayed Nasrallah appelle le peuple égyptien à libérer Gaza (discours intégral)



3-3 Ran HaCohen : Israël doit être mis aux bans de l'ONU, boycotté, ses dirigeants jugés comme criminels de guerre. Attention à Ehud Barak !

Le ministre de la « défense » israélien, Ehud Barak, est définitivement l’homme politique le plus dangereux au Moyen Orient. Ahmadinejad ne peut que rêver d’avoir les pouvoirs déjà aux mains de Barak : politique et militaire, conventionnel et non conventionnel. Netanyahu et d’autres hommes politiques israéliens d’extrême droite disent ce qu’ils pensent et sont catalogués comme étant des extrémistes, donc ils sont en permanence surveillés. Barak est plus extrémiste que Netanyahu, mais c’est un extrémiste qui le dissimule.
La personne qui a détruit le processus d’Oslo et initié la deuxième Intifada, la personne qui a démoli le camp de la paix israélien de l’intérieur en répandant le mythe de « l’offre généreuse » rejetée par les Palestiniens, en persuadant les israéliens qu’il avait « démasqué » Arafat, et qu’il n’y avait pas de partenaire palestinien – cette personne continue de s’appeler elle –même « le chef du camp de la paix israélien ».
C’est l’un des traits les plus dangereux de Barak : sa tendance à mentir, se présentant lui-même comme l’opposé de ce qu’il est réellement. ( c’est nous qui soulignons en gras)
Barak n’a pas changé. Comme l’a annoncé, le Yediot Aharonot (quotidien israélien ndlt) il y a juste quelques mois de cela : « le dirigeant du parti travailliste est plus à droite que Netanyahu » (le 10 août 2007). Barak a décrit la reprise des discussions de paix comme « une fantaisie », a dit « il n’y a pas de différence entre le Hamas et le Fatah »; promis »je n’enlèverai aucun barrage en Cisjordanie » ; et répété son vieux Mantra : « il n’y a aucune chance d’un accord avec les Palestiniens. »
En fait, Barak s’est opposé en permanence au Sommet d’Annapolis. Son opposition s’est transformée en soutien réservé quelques semaines avant sa tenue, quand il est devenu évident que la rencontre ne serait rien de plus qu’une opération pour la photo souvenir. Par-dessus le marché, pour être sûr que rien ne sortirait de ce processus nouvellement lancé, Barak a appelé à plusieurs reprises à relancer les négociations de paix avec
la Syrie en parallèle à celle avec les Palestiniens. Un sale tour caractéristique de Barak : pousser à reprendre les discussions avec la Syrie permet à Barak d’améliorer son image d’homme de paix alors qu’il agit sciemment pour saboter toute perspective de paix. Dans un rapport officiel écrit à l’époque ou il était premier ministre en 2000, et récemment obtenu par le quotidien en hébreu Haaretz (13/12/07), le chef du bureau de Barak écrivait que résumer les négociations avec la Syrie avait mené à une méfiance extrême et un raidissement du côté palestinien, et, de plus, l’équipe israélienne avait été incapable de gérer simultanément les négociations sur les deux fronts. En d’autres termes, reprendre les négociations avec la Syrie est une démarche pour faire en sorte que celles menées avec les Palestiniens n’aboutissent pas, et Barak utilise cette sale carte de jeu pour la deuxième fois.
Barak avait promis de quitter la coalition d’Olmert après la publication (2007 ndlt) du rapport de
la Commission Winograd (sur la guerre menée par Israël en 2006 contre le Liban ndlt), qui a fait porter la responsabilité de l’échec à Ehud Olmert (qui n’a pas démissionné malgré la sévérité des accusations contre lui ndlt). Ensuite il a laissé entendre via ses « aides » qu’il ne tiendrais pas sa promesse (Barak ne parle jamais aux médias ; il envoie ses « aides » pour faire part de ses intentions, de sorte que personne ne peut le tenir pour responsable de ce qu’il dit). C’est fort probable que la logique perverse utilisée par Barak le conduira à revenir occuper le bureau de premier ministre par le biais d’une « petite guerre ». Une fois qu’Olmert sera complètement discrédité (à l’échec de la guerre du Liban se sont ajoutés les soupçons de corruption qui pèsent actuellement sur lui ndlt), Barak, en tant que ministre de la défense, peut espérer bénéficier d’une nouvelle guerre réussie – une grande opération contre Gaza « qui se rapproche de plus en plus « comme Barak le répète inlassablement, une guerre contre la Syrie, une attaque contre l’Iran, ou une combinaison de tout cela. Une telle guerre serait une raison excellente de ne pas respecter sa promesse de quitter la coalition : après tout ce serait « irresponsable » de quitter le gouvernement alors qu’une guerre est imminente.
Barak sait mieux que quiconque comment précipiter Israël dans la guerre, même dans le dos du gouvernement si besoin est : après tout c’est le jeune général Barak qui au début des années 80 avait recommandé à ses supérieurs dans l’armée d’utiliser la tromperie pour embobiner le gouvernement et le public israélien pour qu’ils soutiennent la guerre contre le Liban.
Ran HaCohen

 27/12/07 –www.antiwar.com
Traduction Mireille Delamarre www.planetenonviolence.org
Ran HaCohen est professeur d’université et critique littéraire au Yediot Aharonot. Il publie régulièrement des analyses pointues sur la situation au Moyen Orient sur le site américain Antiwar.
Information complémentaire
Actuellement, le premier ministre israélien Ehud Olmert est très affaibli et donc Barak a le champ libre. Ce dernier s’est rendu récemment à Washington dans le cadre de préparatifs militaires conjoints contre l’Iran. Il est en visite à Paris pour planifier, par étapes, une attaque contre l’Iran comme il l’annonce ci-dessous. Effectivement, dans un entretien accordé au journal le Monde, publié en ligne le 19/06/08 sous l’intitulé « Ehud Barak : l’Iran est un défi pour le monde »

http://www.planetenonviolence.org/index.php?action=articl...

Lire a ce sujet :Psyop/Propagande américano-sioniste contre l'Iran

Source : le site de Silvia Cattori, journaliste suisse

Lire la suite

30/12/2008

n°410 - Journal de Palestine- 29-12 -Début - Bahr appelle la nation arabe et la communauté internationale à arrêter l'holocauste


n°410 - Journal  de Palestine- 29-12  -Début - Bahr appelle la nation arabe et la communauté internationale à arrêter l'holocauste



Journal de Palestine                                  

N°410                                       29-12

Par M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

Tiré a part

Abdel Bari Atwan : le crime sioniste est soutenu par un veto palestinien, arabe et international.

46 % des Israéliens s'opposent à une grande opération militaire contre Gaza.

1 Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

Suite

3 Politique

Palestinienne

Politique Israélienne

Fin

4 Politique internationale des territoires occupés 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Le journaliste Chahine est décédé suite à ses graves blessures.

6 Les brèves

6-1 Plus de 20 missiles tuent des dizaines de citoyens.

6-2 Gaza, les Sionistes commettent de nouveaux massacres, un nouveau Dir Yassine.

6-3 Des milliers de manifestants des peuples arabes et du monde entier condamnent les crimes sionistes et appellent l'Égypte à ouvrir Rafah.

6-4 Manifestations pour Gaza en Irak, la passivité arabe fustigée.

6-5 Manifestations pour Gaza à travers le monde.

6-6 Offensive sur Gaza: poursuite des condamnations internationales

6-7 Le monde entier refuse la sauvagerie des néo-nazis sionistes et les appelle à arrêter leurs crimes


29-12: Peuple Palestinien : 89 tués   -  705 blessés 

           Occupants              :  1 tué      -    5 blessés



Tiré a part

Abdel Bari Atwan : le crime sioniste est soutenu par un veto palestinien, arabe et international.

Dans un entretien avec la chaîne d'Al Jazzera et juste de l'holocauste commis aujourd'hui, matin, le 27/12, par l'aviation de guerre de l'occupation, Abdel Bari Atwan, a protesté fortement de Londres contre le silence ferme et honteux de la communauté internationale et la complicité très honteuse de certains pays arabe qui ont offert la couverture politique à ce crime de nettoyage ethnique contre les habitants étouffés de Gaza, plus de deux ans par un blocus honteux et arbitraire.

" L'occupation continue à violer sans précédent toutes les lois, chartes, règles, valeurs ethniques et moreaux humaines et internationales, c'est un crime de guerre très flagrant, soutenu par le veto des Etats -unis et des pays arabes", a contesté fermement le célèbre journaliste palestinien.

  Il a ajouté en rappelant de cette culpabilité arabe et internationale contre les habitants innocents de Gaza, tout en soulignant à Al Jazzera que tout le monde a suivi sur les chaînes les menaces de la ministre sioniste des affaires étrangères, Tzipi Livni, à partir du Caire et devant les dirigeants égyptiens, contre les palestiniens.

" Livni n'a pas seulement menacé les leaders du Hamas, mais parfaitement ces menaces étaient contre la politique officielle honteuse de tous les dirigeants arabes, elle les a prononcé en défiant toute la communauté arabe", a ajouté l'intellectuel et journaliste palestinien lors de son entretien avec Al Jazzera.

27-12

28-12

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a accusé Israël de "commettre un holocauste au vu et au su du monde entier, qui n'a pas bougé le petit doigt". La "résistance palestinienne se réserve le droit de riposter à cette agression par des opérations de martyre", a-t-il affirmé.

AFP

29-12

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit a affirmé que l'Egypte tentait de négocier un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, qui pourrait être suivi d'une trêve similaire à celle qui avait expiré le 19 décembre après avoir été tant bien que mal respectée six mois durant.

AP

 

Lire la suite

n°410 - Journal de Palestine- 29-12 -Suite 1- Bahr appelle la nation arabe et la communauté internationale à arrêter l'holocauste


n°410 - Journal  de Palestine- 29-12  -Suite 1- Bahr appelle la nation arabe et la communauté internationale à arrêter l'holocauste



Journal de Palestine                                  

N°410                                       29-12

Par M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

3 Politique Palestinienne

Politique Israélienne

4 Politique internationale des territoires occupés 


3 Politique

a) Palestinienne

MM Abbas & Haniyeh.

Ils ont dit

Abbas

28-12

Le président Abbas a appelé le Hamas, à conclure un nouveau cessez-le-feu "pour arrêter le bain de sang".

AP

Haniyeh.

28-12

Ismaïl Haniyeh a affirmé que les attaques israéliennes ne feraient pas plier son mouvement. Le Hamas a appelé sa branche armée, les brigades Ezzedine al-Qassam, à "mettre tous les moyens en oeuvre pour empêcher les sionistes de dormir".

 (ats)


1-2 Les analyses (du processus de paix).

Un message très sanglant.

Le Hamas a condamné fortement le grand massacre et nettoyage ethnique perpétré, aujourd'hui matin, par les dirigeants néo-nazis  durant la sortie des élèves, des étudiants et des employés à Gaza, où plus de 120 palestiniens civils sont tombés en martyrs et des centaines ont été blessés, après l'exécution, d'au moins 20 raids aériens des avions de guerre sionistes.

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, qui était en colère et très excité a condamné fortement cet holocauste perpétré par les sionistes contre son peuple, ainsi que le silence très ferme et honteux des payas arabes et la complicité de leurs dirigeants pour servir les agendas criminels de l'occupation.

Lors d'une déclaration sur la chaîne d'Al Jazzera, après le génocide des occupants à Gaza qui a fait plus de 120 citoyens et blessant des centaines d'autres, le dirigeant du Hamas a incité toute la nation contre les sionistes, tout en déclarant que le Hamas et plus fort et plus solide que jamais.
"Le crime sauvage de l'occupation ne fait que pousser les résistants de toutes les factions de résistance nationale à combattre avec une forte volonté et en utilisant tous les moyens possibles et nécessaires pour répondre, d'une manière très violente et inhabituelle, à ce nouveau holocauste sauvage", a ajouté Barhoum.

"Les leaders ont voulu adresser un message très sanglant au monde pour accueillir la nouvelle année 2009, notamment la fête de Noël, où les néo-nazis ont exprimé leur sauvagerie contre les droits de l'homme, en violant d'une manière très flagrante, les lois et règles démocratiques et internationales. 
Ils veulent dire également aux arabes qu'ils refusent toute affaire digne ou ethnique et que personne ne peut arrêter leurs attaques sauvages contre les palestiniens qui sont déjà étouffés par un blocus sévère et inhumain, depuis plus de 2 ans", a souligné Barhoum.

27-12

CPI

Lire la suite

n°410 - Journal de Palestine- 29-12 -Fin - Bahr appelle la nation arabe et la communauté internationale à arrêter l'holocauste

n°410 - Journal  de Palestine- 29-12  -Fin - Bahr appelle la nation arabe et la communauté internationale à arrêter l'holocauste



Journal de Palestine                                  

N°410                                       29-12

Par M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

4 Politique internationale des territoires occupés 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Le journaliste Chahine est décédé suite à ses graves blessures.

6 Les brèves

6-1 Plus de 20 missiles tuent des dizaines de citoyens.

6-2 Gaza, les Sionistes commettent de nouveaux massacres, un nouveau Dir Yassine.

6-3 Des milliers de manifestants des peuples arabes et du monde entier condamnent les crimes sionistes et appellent l'Égypte à ouvrir Rafah.

6-4 Manifestations pour Gaza en Irak, la passivité arabe fustigée.

6-5 Manifestations pour Gaza à travers le monde.

6-6 Offensive sur Gaza: poursuite des condamnations internationales

6-7 Le monde entier refuse la sauvagerie des néo-nazis sionistes et les appelle à arrêter leurs crimes


 


4 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

Onu

27-12

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU tentaient de se mettre d'accord sur la déclaration à adopter.

La Russie faisait circuler un texte prônant "le retour au calme" et "l'ouverture immédiate des points de passage" pour que nourriture, carburant et médicaments puissent être acheminés sans restriction à Gaza.

Au nom des pays arabes, la Libye souhaitait que le texte demande également à Israël de cesser "immédiatement" ses opérations militaires.

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU devaient aussi se mettre d'accord sur la nature du texte: "déclaration présidentielle", à valeur officielle, ou simple "déclaration à la presse", de moindre importance.

L'observateur palestinien à l'ONU Riyad Mansour a estimé qu'il n'y avait "aucune justification" à l'offensive israélienne. "Ce châtiment collectif est inhumain, immoral et doit cesser immédiatement", a-t-il déclaré. "Rien ne justifie de punir 1,5 millions de Palestiniens pour les actes de quelques uns".

AP

28-12

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé à la fin immédiate de toutes les activités militaires dans la bande de Gaza, dans une déclaration non contraignante.

L'UE, la Russie et la Suisse ont appelé à la fin "immédiate" des violences.

ATS

Le Conseil de sécurité appelle à la fin des activités militaires à Gaza

Le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni d'urgence, a appelé dimanche à la fin immédiate de toutes les activités militaires dans la bande de Gaza, cible de raids israéliens meurtriers qui ont fait 280 morts en moins de 24 heures. également aux parties au conflit de résoudre la crise humanitaire qui asphyxie le territoire palestinien.

Sans mentionner nommément ni Israël ni le Hamas, les 15 membres du Conseil de sécurité ont souhaité "l'arrêt immédiat de toute violence" et appelé les parties au conflit "à arrêter immédiatement toutes leurs activités militaires".

Dans un rare exemple d'unité, le Conseil avait approuvé par consensus un texte dans la nuit, après cinq heures de consultations à huis clos demandées par la Libye, seul pays arabe membre du Conseil.

Le texte appelle "toutes les parties à prendre en compte les sérieux besoins humanitaires et économiques à Gaza et à décider des mesures nécessaires, dont l'ouverture des points de passage (vers Gaza, ndlr), afin de garantir l'approvisionnement en aide humanitaire, y compris de la nourriture, du carburant et du matériel médical".

Le Conseil a également souligné la nécessité de "ramener complètement le calme afin d'ouvrir la voie à une solution politique aux (...) problèmes existants dans le contexte d'un règlement israélo-palestinien".

L'ambassadeur de Russie à l'ONU, Vitali Tchourkine, a déclaré que le Conseil souhaitait adresser un message avec "l'espoir de mettre fin au cycle de violences".

Son homologue américain, Zalmay Khalilzad, a pris la défense d'Israël, soulignant que les raids aériens avaient été lancés en riposte aux tirs de roquettes depuis Gaza.

"Israël a la droit de se défendre. Rien dans ce texte ne doit être lu autrement", a-t-il dit.

"Oui, nous voulons la fin des violences. Oui, nous voulons que les besoins humanitaires de la bande de Gaza soient garantis mais il est clair qu'à long terme la réponse au problème se trouve dans la formule 'deux Etats'", a-t-il précisé en référence à la création d'un Etat palestinien indépendant aux côtés d'Israël.

L'observateur permanent de la Palestine à l'ONU, Ryad Mansour, a estimé que la demande du Conseil était claire et signifiait "un cessez-le-feu et l'ouverture de points de passage" d'Israël vers Gaza.

Ryad Mansour a averti que si Israël ne se pliait pas à l'appel au cessez-le-feu, les pays arabes et leurs alliés demanderaient une nouvelle réunion du Conseil.

A la question de savoir si Israël allait respecter l'appel du Conseil, l'ambassadeur israélien, Gabriela Shalev a seulement répondu : "Nous allons attendre et voir si le Hamas le respecte".

Israël, qui a imposé un blocus du territoire juin 2007, avait laissé passer vendredi trois convois d'aide humanitaire vers la bande de Gaza.

AFP

28-12

Lire la suite

29/12/2008

n°409 - Journal de Palestine- Spécial -28-12 -Début - Opération "plomb durci",

n°409 - Journal  de Palestine- Spécial -28-12  -Début - Opération "plomb durci",         



Journal de Palestine                                  

N°370                       28-12

                                 Par M.Lemaire & Cathy Debroeder



NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

1 Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

3 Politique

Palestinienne

Politique Israélienne

suite 1

4 Politique internationale des territoires occupés 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 MASSACRE A GAZA

5-2 A l’attention des medias :

5-3 Media Alerte : Israël Lance Une Campagne Internationale De Propagande Pour Justifier Une Attaque Imminente Contre la Bande De Gaza.

6 Les brèves

6-1 Gaza sous une pluie de bombes de l’aviation israélienne.

6-2 Plus de 20 missiles  tuent des dizaines de citoyens.

suite 2

7 Dossier

7-1 Israël reprend son bombardement du ghetto de Gaza.

7-2 Moumene Belghoul : Israël exécute ses basses besognes : Permis de massacrer.

7-3 Abdelkrim Ghezali : Holocauste à Ghaza.

7-4 Israël bombarde Gaza : près de 200 morts.

8 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

8-1 "Comme un tremblement de terre qui vous tombe sur la tête".

8-2 Salam Robert : Solidarité pour les droits humains des Palestiniens (SDPH)

8-3 Gaza : des militants internationalistes témoignent.

8-4 Gaston PELLET  : Subject: Voeux 2009 + colère.

Fin

9 Analyse - Géopolitique et stratégie

9-1 Israël a entamé la "solution finale"

9-2 Michel Warschawski : Pas d’impunité pour les criminels de guerre israéliens !

9-3 Pierre Stambul : Quand des Israéliens démontent le mythe sioniste.

10 Annexe

10-1 Manifestons pour dénoncer l’odieux massacre perpétré à Gaza par Israël

11 Pièce jointe

11-1 Samedi 27 décembre 2008 : Israël bombarde Gaza : près de 200 morts


27-12 :    Peuple Palestinien : 225 tués -  700 blessés 

                Occupants              : 1 tué      -   5    blessés



« Les Américains ont pris la décision, les Israéliens l’ont exécutée et des Arabes ont été complices ».

"L'image du massacre est tellement insupportable, c'est un holocauste, sans précédent soutenu par la communauté internationale et certains dirigeants de l'autorité palestinienne et arabe contre des innocents de la bande de Gaza, étouffés arbitrairement, plus de deux ans, par une blocus sauvage et sans précédent, dans l'histoire humanitaire et aujourd'hui, l'occupation est entrain de les massacrer au su et vue du monde entier", ont contesté des sources et des journalistes à Gaza contre la sauvagerie des sionistes.

Samedi 27 Décembre 2008

http://www.palestine-info.cc


Lire la suite

n°409 - Journal de Palestine- Spécial -28-12 -suite 1- Opération "plomb durci",

n°409 - Journal  de Palestine- Spécial -28-12  -suite 1- Opération "plomb durci",         



Journal de Palestine                                  

N°370                       28-12

                                 Par M.Lemaire & Cathy Debroeder


Sommaire   suite 1

4 Politique internationale des territoires occupés 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 MASSACRE A GAZA

5-2 A l’attention des medias :

5-3 Media Alerte : Israël Lance Une Campagne Internationale De Propagande Pour Justifier Une Attaque Imminente Contre la Bande De Gaza.

6 Les brèves

6-1 Gaza sous une pluie de bombes de l’aviation israélienne.

6-2 Plus de 20 missiles  tuent des dizaines de citoyens.

7 Dossier

7-1 Israël reprend son bombardement du ghetto de Gaza.

7-2 Moumene Belghoul : Israël exécute ses basses besognes : Permis de massacrer.

7-3 Abdelkrim Ghezali : Holocauste à Ghaza.

7-4 Israël bombarde Gaza : près de 200 morts.

8 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

8-1 "Comme un tremblement de terre qui vous tombe sur la tête".

8-2 Salam Robert : Solidarité pour les droits humains des Palestiniens (SDPH)

8-3 Gaza : des militants internationalistes témoignent.

8-4 Gaston PELLET  : Subject: Voeux 2009 + colère.



3 Politique Internationale des térritoires occupés

a) Pays Arabes & voisins

Les pays arabo-musulmans condamnent les frappes israéliennes sur Gaza.

Les pays arabes ont généralement condamné Israel et leurs ministres des Affaires étrangères devaient se réunir d’urgence dimanche au Caire.

Des dirigeants arabes ont condamné samedi les frappes israéliennes sur la Bande de Gaza, qui ont fait au moins 155 morts dont environ 140 membres du Hamas, selon des sources palestiniennes. La Ligue arabe se réunira au Caire dimanche.
Les chefs de la diplomatie de la Ligue gagnaient la capitale égyptienne en toute urgence samedi, selon le secrétaire général de l’organisation, Amr Moussa.
L’Egypte a convoqué l’ambassadeur israélien, et la présidence a publié un communiqué appelant au retour à la trêve Hamas-Israël ainsi qu’à la réconciliation palestinienne, entre le Mouvement de la résistance islamique qui contrôle la Bande de Gaza depuis juin 2007 et le Fatah du président Mahmoud Abbas qui ne tient plus que la Cisjordanie.

L’Egypte a aussi rouvert sa frontière avec la Bande de Gaza pour laisser arriver des blessés palestiniens. La fermeture du passage avait été critiquée par une bonne partie du monde arabe qui l’interprétait comme un accord tacite avec le siège israélien de l’étroit territoire côtier. La visite de la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni au Caire jeudi a alimenté des accusations de complicité avec l’intervention de samedi.
Environ 4.000 réfugiés palestiniens du camp d’Aïn Héloué, dans le sud du Liban, ont manifesté samedi après-midi pour dénoncer l’offensive israélienne, et l’attitude du président égyptien. "Hosni Moubarak, agent des Américains, traître !", criaient-il, appelant le Hamas à attaquer Israël.
Le Premier ministre libanais Fouad Siniora a condamné une "opération criminelle" et "de nouveaux massacres à ajouter au bilan total des massacres".
Des centaines de personnes brandissant des drapeaux du Hamas ont manifesté devant les bureaux des Nations unies à Amman. Le roi Abdallah de Jordanie a appelé à un arrêt immédiat de "toutes les actions militaires", estimant que les attaques "visaient des civils innocents, dont des femmes et des enfants". Et d’ajouter que "la violence ne ferait que monter dans la crise et n’apporterait pas la sécurité à Israël". Des rassemblements ont été organisés ailleurs que dans la capitale et dans des camps de réfugiés palestiniens.

En Syrie, devant le camp de Yarmouk, des centaines de réfugiés palestiniens ont aussi manifesté. Des représentants des diverses factions radicales palestiniennes basées à Damas ont réitéré samedi lors d’une conférence de presse leur intention d’attaquer des villes israéliennes.
Même des alliés d’Israël dans la région ont dénoncé les frappes israéliennes, comme le Premier ministre turc Recep Tayyip Ergodan, dont le gouvernement fait office de médiateur entre Israël et la Syrie. Il a dit avoir renoncé à son intention d’appeler le Premier ministre israélien Ehoud Olmert. "Je ne téléphonerai pas parce que c’est aussi un manque de respect envers nous, un pays qui travaille pour la paix", a-t-il dit.

http://www.aloufok.net/article.php3?id_article

Lire la suite

n°409 - Journal de Palestine- Spécial -28-12 -suite 2- Opération "plomb durci",

n°409 - Journal  de Palestine- Spécial -28-12  -suite 2- Opération "plomb durci",         



Journal de Palestine                                  

N°370                       28-12

                                 Par M.Lemaire & Cathy Debroeder



Sommaire   suite 2

7 Dossier

7-1 Israël reprend son bombardement du ghetto de Gaza.

7-2 Moumene Belghoul : Israël exécute ses basses besognes : Permis de massacrer.

7-3 Abdelkrim Ghezali : Holocauste à Ghaza.

7-4 Israël bombarde Gaza : près de 200 morts.

8 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

8-1 "Comme un tremblement de terre qui vous tombe sur la tête".

8-2 Salam Robert : Solidarité pour les droits humains des Palestiniens (SDPH)

8-3 Gaza : des militants internationalistes témoignent.

8-4 Gaston PELLET  : Subject: Voeux 2009 + colère.



7 Dossier

Ndlr :La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

7-1 Israël reprend son bombardement du ghetto de Gaza.

28 décembre

Les avions de guerre israéliens ont repris leurs attaques aériennes meurtrières sur la bande de Gaza, frappant des cibles partout sur le territoire, dont une mosquée et une station de télévision.

La cruauté israélienne est sans limite, et la complicité occidentale et arabe est lourde d’affrontements et de massacres à venir

Les Palestiniens ont dit que lors de la première attaque dès l’aube ce dimanche, les avions israéliens ont bombardé une mosquée près de l’hôpital Shifa dans la ville de Gaza.

Deux corps ont été retirés des décombres. Le souffle de l’explosion, juste après minuit, a soufflé des fenêtres à l’hôpital, ont déclaré des employés de l’hôpital Shifa.

Une autre cible ce dimanche était la station de télévision Al Aqsa utilisée par le mouvement Hamas. Son bâtiment de a été détruit, mais la station a continué de fonctionner avec une unité mobile.

Les Palestiniens ont comptabilisé environ 20 attaques dans les premières heures de ce dimanche.

Israël a lancé son opération militaire samedi et a menacé de la poursuivre.

Plus de 225 personnes ont été assassinées dans les raids aériens et environ 700 autres blessées par les missiles pilonnant la bande de Gaza.

Carnage

Gaza a subi de lourds dommages après que plus de 30 missiles ont été tirés depuis des hélicoptères et des avions de chasse sur environ 40 différents endroits dans le territoire assiégé.

Plusieurs des morts dans la série d’attaques étaient des policiers, dont Tawfiq Jabbe, le chef de la police de Gaza.

On s’attend à ce que le bilan s’alourdisse, des corps étant restés enterrés sous les décombres des bâtiments détruits. Les hôpitaux, souffrant déjà des pénuries dues à un blocus de dix-huit mois sur la bande de Gaza, ont fait savoir qu’ils luttaient pour faire face au grand nombre de blessés, avec parmi eux des femmes et des enfants.

Gaza est extrêmement peuplé. Ses 1,5 million d’habitants subissent déjà de fortes pénuries dans la fourniture d’électricité et les approvisionnements de base à cause du siège, véritable punition collective, qui est largement condamné par des mouvements de défense des droits de l’homme.

Horrible massacre

Ismail Haniya, le responsable du mouvement Hamas à Gaza, a qualifié l’attaque par les israéliens « de plus horrible massacre ».

« J’appelle les Palestiniens à rester unis et à faire face ensemble à ces crimes, à ces massacres et à cette agression permanente visant notre terre et notre peuple, » a-t-il déclaré.

Opération longue

Jacky Rowland, correspondante d’Al Jazeera dans Jérusalem, nous a communiqué : « Les gens ont été prévenus au sujet d’autres d’opérations de cette intensité pendant un grand nombre de jours à venir, avec plus d’attaques d’avions et d’hélicoptères israéliens sur encore plus de cibles dans Gaza ».

« En riposte plus de 50 fusées ont été tirées vers Israël aujourd’hui. Les fonctionnaires de défense préviennent qu’il pourrait y avoir quotidiennement 200 fusées tirées sur Israël dans les prochains jours. »

Un israélien a été tué par une fusée palestinienne hier samedi.

Salam Fayyad, le premier ministre palestinien [du gouvernement non-élu pro-occidental de Ramallah], a condamné l’attaque et a exigé ( ?) sa fin immédiate.

Beaucoup de responsables ont joint leurs voix pour condamner l’attaque, même Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations Unies, qui a demandé ( ?) une cessation immédiate des hostilités.

Mousa Abu Morzouz, représentant des députés du Hamas, a déclaré : « Personne dans le monde ne peut accepter l’agression israélienne... [Nous réclamons] de la communauté internationale qu’elle se dresse contre cela et dise que ce n’est pas acceptable. »

Mustafa Barghouthi, ancien ministre palestinien de l’information, a déclaré : « Ce n’est pas une attaque contre le Hamas. C’est une attaque contre toute la population de Gaza et contre sa volonté de liberté. »

Il a accusé Israël de « crimes de guerre » et a exigé d’Abbas et de son gouvernement [non-élu pro-occidental de Ramallah] de cesser toute relation avec Israël.

Frontière de Rafah

L’Egypte a ouvert le passage frontalier de Rafah pour accueillir les personnes blessées. Des ambulances ont été envoyées à la frontière et deux hôpitaux égyptiens ont été libérés pour recevoir les blessés.

Le Hams, mouvement de la résistance islamique, avait emporté la majorité du Conseil Législatif palestinien lors des élections de janvier 2005. La [soit- dimanche disante] communauté internationale a refusé de reconnaître un gouvernement dirigé par le mouvement Hamas, même issu d’élections libres, exigeant que l’organisation reconnaisse Israël et renonce à la résistance. Les sanctions économiques internationales ont suivi.

Le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin 2007 après des affrontements sanglants avec le Fatah.

28 décembre 2008 - Al Jazeera.net –

Vous pouvez consulter cet article à : http://english.aljazeera.net/news/m...
[Traduction : Info-Palestine.net]


Lire la suite

n°409 - Journal de Palestine- Spécial -28-12 - Fin - Opération "plomb durci",

n°409 - Journal  de Palestine- Spécial -28-12  - Fin - Opération "plomb durci",         



Journal de Palestine                                  

N°370                       28-12

                                 Par M.Lemaire & Cathy Debroeder



Sommaire  Fin

9 Analyse - Géopolitique et stratégie

9-1 Israël a entamé la "solution finale"

9-2 Michel Warschawski : Pas d’impunité pour les criminels de guerre israéliens !

9-3 Pierre Stambul : Quand des Israéliens démontent le mythe sioniste.

10 Annexe

10-1 Manifestons pour dénoncer l’odieux massacre perpétré à Gaza par Israël

11 Pièce jointe

11-1 Samedi 27 décembre 2008 : Israël bombarde Gaza : près de 200 morts



9 Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion. Ndlr : PS : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

9-1 Israël a entamé la "solution finale"

Un responsable du Hezbollah libanais, Hachem Saffieddine, a résumé la chose de manière concise et forte. « Les Américains ont pris la décision, les Israéliens l’ont exécutée et les Arabes ont été complices ».

Au moins [270] morts dans des attaques aériennes menées, hier, par Israël contre Ghaza. Au moment de la sortie des classes afin d’avoir le maximum d’impact. Il n’y avait aucune surprise : l’agression était annoncée depuis plusieurs jours par les dirigeants israéliens. La chaîne très saoudienne Al-Arabiya avait donné la parole à Ehud Olmert pour qu’il menace la population de Ghaza. L’histoire retient déjà que la ministre des Affaires étrangères de l’Etat hébreu, Livni, avait annoncé ce carnage, jeudi, au Caire, après une rencontre avec Hosni Moubarak. Sans reprendre la thèse du « complot orchestré » avancé par un responsable du Hamas, il faut faire des constats simples. Israël a publiquement annoncé ces attaques et parfois à partir du sol arabe, il n’y a eu aucun dirigeant arabe « responsable » pour dire que cela aura un coût. A Tel-Aviv, on a décodé le silence : feu vert pour écraser le Hamas, y compris par la destruction de Ghaza !

Avant de s’écœurer devant l’attitude des Occidentaux qui discourent à n’en plus finir sur les phénoménales « roquettes » du Hamas et sur les Palestiniens qui auraient « commencé les premiers », il faut établir le constat froid d’une innommable complicité, passive pour ne pas dire plus, des dirigeants arabes. Mahmoud Abbas et sa cour ont depuis des mois considéré le Hamas comme l’ennemi et l’organisation terroriste de Tel-Aviv comme un allié. Les régimes arabes ont plus ou moins suivi cette spécieuse approche. Il ne faut pas être un grand stratège pour le comprendre. Ce sont les Palestiniens libres, ceux qui se refusent à l’indignité de devenir des supplétifs, qui sont les ennemis. C’était le cas du Fatah hier, c’est le cas du Hamas d’aujourd’hui. Par une terrible perversion, la caste corrompue du Fatah qui entoure Mahmoud Abbas a abandonné la ligne nationale et elle est, au moins moralement, responsable du carnage d’hier. Nabil Abou Roudeina, porte-parole de l’Autorité palestinienne, a indiqué que Mahmoud Abbas condamnait les attaques et qu’il a pris des « contacts urgents avec plusieurs pays arabes et autres pour faire cesser l’agression lâche et les massacres dans la bande de Ghaza ».

Discours creux

Le discours du chef de l’Autorité palestinienne sonne creux. Les jeux politiciens des « négociateurs » palestiniens dans un contexte aussi dramatique entérinent le désastre politique, social et économique. La Ligue arabe qui avait pourtant décidé, sans passer aux actes, de ne plus accepter l’embargo sur Ghaza, partage cette responsabilité. De manière quasi rituelle après chaque massacre, elle va tenir, aujourd’hui, une « réunion d’urgence » pour examiner les raids israéliens contre Ghaza. On évoque aussi un sommet. L’attitude des officiels arabes est veule. Un responsable du Hezbollah libanais, Hachem Saffieddine, a résumé la chose de manière concise et forte. « Les Américains ont pris la décision, les Israéliens l’ont exécutée et les Arabes ont été complices ».

Les Occidentaux ont multiplié les déclarations cyniques en insistant gravement sur les pauvres « roquettes » du Hamas. Bush a fait mine de prier Israël d’éviter de faire des victimes civiles en prenant Hamas pour cible. Comme l’administration américaine connaît parfaitement la configuration de Ghaza, cela correspond à donner carte blanche aux dommages collatéraux. Ce ne sont là que de regrettables péripéties, la vie d’un pauvre arabe n’ayant aux yeux de ce monde strictement aucune valeur. Les déclarations européennes sont du même tonneau. Un discours très « civilisé » qui sert de justification à la barbarie.

La région de Ghaza est le territoire le plus densément peuplé de la planète. Ce territoire est sous embargo depuis plus de dix-huit mois. Il ne reçoit pas le minimum vital nécessaire pour assurer le fonctionnement de base des services de santé.

Le siège de Ghaza n’est qu’un développement dans ce qu’endurent les Palestiniens depuis soixante ans. Ce peuple arabe, victime d’un vol en bonne et due et forme, est nié dans son existence au nom d’une idéologie aussi mensongère - un mythique Etat biblique - que purement raciste, fondée sur la suprématie d’une population allogène au nom d’une appartenance religieuse. En toile de fond omniprésente, l’extermination des juifs d’Europe par des Occidentaux justifiant l’éviction et la dépossession des Palestiniens. De fait, les sionistes ont été à la meilleure école : le bantoustan de Ghaza est clairement une stratégie des ghettos revisitée. A la différence de leurs maîtres nazis, les sionistes volent et tuent avec la bénédiction des puissances dominantes, dans l’indifférence glacée de leur Civilisation et l’indignation de pure forme de la plupart des régimes arabes.

Hier dans les médias occidentaux, les bombardements aériens sont présentés comme la réplique logique aux fameux missiles palestiniens. Encore une fois, le bourreau et la victime sont logés à la même enseigne. Que Ghaza, et son million et demi d’habitants, soit étranglée par un siège inhumain paraît aller de soi, les donneurs de leçons l’évoquent du bout des lèvres. Que les pseudo-négociations de paix ne couvrent que la prolifération des colonies est rapidement mentionné au détour d’une chronique. Il s’agit pourtant d’une violence insupportable. Mais, à l’évidence, pour les porte-parole de la désinformation civilisée, le carnage n’est qu’une opération de maintien de l’ordre et de démantèlement d’une organisation « terroriste ».

La Voix du Bled

On croirait entendre la « Voix du Bled » avec cinquante ans de retard, le discours est identique et les justifications pro-sionistes procèdent directement du registre de l’argumentaire colonial. Qui parmi les anciens ne se souvient des slogans coloniaux entre « paix des braves » et « la seule négociation c’est la guerre », le tout dans une logique de fuite en avant et de négation du fait national. Et ce qui reste sous-jacent est toujours la volonté obsessionnelle des colonies de peuplement qui consiste à nier purement et simplement l’histoire de la terre volée. La force des armes étant l’argument unique pour justifier la domination.

Mais en dépit de l’asymétrie des forces militaires en présence (« Donnez-nous vos avions, nous vous donnerons nos couffins », disait Ben M’hidi), on sait aussi comment cela finit. La domination sioniste connaîtra le même sort. Rien ne peut être construit sur l’injustice car la résistance des peuples est une force infiniment supérieure.

Le prix est certes élevé, la supériorité matérielle de la « Civilisation » est telle que le coût humain de la libération est exorbitant. Les parallèles avec l’histoire des luttes anticoloniales avec ses avancées et ses reculs - et parfois ses trahisons - sont lisibles. Il reste que le Fatah de Yasser Arafat n’est pas condamné à errer, pour complaire à Bush ou pour la fausse respectabilité conférée par les gouvernements occidentaux, sur la voie sans issue du MNA algérien ou de l’Inkatha d’Afrique du Sud.

Sur Al-Jazira, Mustapha Barghouti a appelé Mahmoud Abbas à cesser de participer à la farce des négociations. Face à ce qui apparaît comme l’alibi des Israéliens, ce serait l’option la plus flagrante. Comment discuter avec ceux qui massacrent vos populations ?

Les colonialistes israéliens ont raison de dire qu’il ne s’agit que du début. Leur déclaration qui se veut menaçante est l’expression d’une vérité que les voleurs et assassins sionistes reconnaissent en leur for intérieur. L’apartheid religieux et le vol des terres ne peuvent constituer une base viable pour la pérennité d’un Etat de fait fondé sur la force. Ce n’est effectivement qu’un début, le combat pour la justice, le droit et la liberté du peuple palestinien ne sera achevé que lorsqu’une paix juste sera enfin atteinte. Les martyrs du 27 décembre font partie de la liste interminable de ceux qui par leur sacrifice pavent le chemin de la Libération.

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=5621

28 décembre

Lire la suite

28/12/2008

n°411 Les Dossier d'Irak -27-12 - Début - : La guerre selon Blackwater : "Ils ne me paieraient pas s'ils savaient comme je me marre"


n°411  Les Dossier d'Irak -27-12 - Début - : La guerre selon Blackwater : "Ils ne me paieraient pas s'ils savaient comme je me marre"


                     Les Dossiers d'Irak

                            N° 411                        27/12/08 

                                       Par M.Lemaire


Sommaire :

Tiré à part :

Robin Cook : "Al-Qaïda n’est qu’une campagne de propagande"  

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Regardez comment les médias vous trompent.

2 Brèves

2-1 Menace d'actions en justice pour plusieurs membres de l'administration Bush.

2-2 MSF publie sa liste des dix pires crises humanitaires.

- Suite - 

2-3 Qassim AbdulZahra : L'Irak autorise (…) les troupes non-etats-unienne à rester l'an prochain dans le pays.

2-4 Le parti de Saddam pas tout à fait mort ?

2-5 Une web-thérapie pour soigner les victimes de torture ?

3 Dossier & Point de vue

3-1 Mustafa Barghouthi : Dire les choses autrement.

3-2 Guillaume Gobbi : Les Sociétés Militaires Privées sont les bras armés du néolibéralisme.

3-3  Paul Craig Roberts : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.

3-4 L’horreur des prisons secrètes irakiennes.

4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

4-1 La guerre selon Blackwater : "Ils ne me paieraient pas s'ils savaient comme je me marre"

4-2 Sylvie LANTEAUME et Lachlan CARMICHAEL : Condoleezza Rice pense que l'Histoire lui rendra justice.

5 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

5-1 Le Pentagone officialise l'importance de la "guerre irrégulière".

(Fin)

5-2 Accord Irak US : Les US Ont Gagné La Premiere Manche Mais Tout Va Se Jouer Au Parlement Irakien.

6 Annexe

6-1 Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs?



Avant propos

Les militaires américains usent d’un terme générique- Al Qaida- pour désigner les résistants qui osent leur résister...


Tiré à part :

Robin Cook : "Al-Qaïda n’est qu’une campagne de propagande"  

Déclaration de Robin Cook, ancien Ministre des Affaires Etrangères de Grande Bretagne :

« La vérité, c’est qu’il n’y a pas d’armée ni de groupe terroriste dénommé Al-Qaïda. Et tout officier des renseignements un tant soit peu informé le sait.

Mais une campagne de propagande est orchestrée pour convaincre le public de l’existence d’une entité non identifiée qui représente le « diable », dans le seul but d’amener le téléspectateur à accepter un commandement international uni pour une guerre contre le terrorisme. Le pays qui se trouve derrière cette propagande est les USA. Al-Qaïda, littéralement « the data-base » (la banque de données) constituait à l’origine, le fichier informatique des milliers de Mujahideen recrutés et entrainés par la CIA pour combattre les Russes ».

Cook confirme simplement les propos d’autres spécialistes tel Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la défense nationale, qui a déclaré devant le Sénat « la guerre contre le terrorisme est un conte mythique historique ».

Lisez plutôt cet article du Los Angeles Time sur le documentaire de la BBC « The power of nightmares » (La puissance des cauchemars) qui montre combien la menace d’Al-Qaïda a été amplifiée et l’article sur les hommes des USA qui se trouvent à l’origine de cette manipulation.

Non seulement le gouvernement US a organisé le battage médiatique autour d’Al-Qaïda, mais il est de plus à l’origine de nombreuses fausses alertes terroristes servant à effrayer les peuples.

Il existe un mot pour désigner cette volonté délibérée de créer la peur dans le but de manipuler l’opinion à des fins politiques : le terrorisme.

http://www.globalresearch.ca/index....

 26 décembre

N’hésitons pas à leur envoyer nos vieux godillots pourris… ils le valent bien !

The White House 1600 Pennsylvania Ave NW Washington, DC 20500 USA

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article76751


Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr :  la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

1-1 Regardez comment les médias vous trompent.

http://www.dailymotion.com/video/x77z62_regardez-comment-...



Lire la suite

n°411 Les Dossier d'Irak -27-12 - Suite - : La guerre selon Blackwater : "Ils ne me paieraient pas s'ils savaient comme je me marre"

n°411  Les Dossier d'Irak -27-12 - Suite -  : La guerre selon Blackwater : "Ils ne me paieraient pas s'ils savaient comme je me marre"


                     Les Dossiers d'Irak

                            N° 411                        27/12/08 

                                       Par M.Lemaire


Sommaire :                                (suite)

3 Dossier & Point de vue    (suite)

3-2 Guillaume Gobbi : Les Sociétés Militaires Privées sont les bras armés du néolibéralisme.

3-3  Paul Craig Roberts : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.

3-4 L’horreur des prisons secrètes irakiennes.

4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

4-1 La guerre selon Blackwater : "Ils ne me paieraient pas s'ils savaient comme je me marre"

4-2 Sylvie LANTEAUME et Lachlan CARMICHAEL : Condoleezza Rice pense que l'Histoire lui rendra justice.

5 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

5-1 Le Pentagone officialise l'importance de la "guerre irrégulière".

5-2 Accord Irak US : Les US Ont Gagné La Premiere Manche Mais Tout Va Se Jouer Au Parlement Irakien.

6 Annexe

6-1 Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs?



3-2 Guillaume Gobbi : Les Sociétés Militaires Privées sont les bras armés du néolibéralisme.

Les chiens sont lâchés et prolifèrent, aboyant maintenant sur place publique, alléchés qu'ils sont par l'odeur du corps exsangue de l'Amérique latine dont les veines ne se sont pas encore refermées. La croisade occidentale financée par de dangereux néo-conservateurs et fondamentalistes chrétiens a l'alibi des crimes parfaits: les luttes contre le terrorisme et le narcotrafic forment un immense rideau de fumée derrière lequel se cache mal l'absurde et dévastatrice théorie du choc des civilisations développée par Samuel Huntington.

7 décembre 2008
Depuis le 11 septembre 2001, on assiste à un processus de rentabilisation d'une barbarie perpétrée par des écervelés armés jusqu'aux dents : des Sociétés Militaires Privées (SMP) disposent de moyens humains et techniques considérables, des dizaines de milliers d' assassins-vacataires sont à leur disposition et, en Irak, leur nombre a dépassé celui du contingent britannique (près de 28000).
En effet, il leur a été donné carte blanche pour installer le chaos humain, la terreur politique, économique et sociale. Ces soldats, ces mercenaires du néo-libéralisme sont employés par un secteur militaro-industriel qui ne recule devant rien "to make money" et le chiffre d'affaires des SMP était, en 2006, de l'ordre d'une centaine de milliards de dollars.
Ces SMP (il en existerait près de 600) participent au pillage organisé des Etats-cibles et à l'assassinat des peuples qui y vivent. Sous couvert d'une prétendue aide au génie civil et à la reconstruction, ils fournissent du matériel de guerre et vendent des formations aux techniques de guérilla urbaine. Mais pire encore, ils forment aux techniques d'interrogatoire directement issues de la théorie du Dr Cameron, cette thérapie de choc fondée sur la dépersonnalisation, la sursensibilisation et les électrochocs ; en un mot, la torture, celle-là même qui est aujourd'hui pratiquée notamment à Guantanamo et à Abu Ghraib.
Nous savons que ces escadrons de tortionnaires privés existaient déjà pendant la guerre froide .

En 1969, au Brésil, les "OBAN" (Opérations Bandeirantes) étaient, comme le souligne Naomi Klein, financées par Ford et Général Motors. Ils existaient aussi en Argentine, au Chili, en Bolivie, en Colombie, etc. Mais, à cette époque, ils ne disposaient pas d'une artillerie impressionnante, d'un département aérien comptant avions et hélicoptères et d’un embryon de marine de guerre.
Ces armées privées permettent non seulement de faire diminuer le chiffre officiel des morts au cours d'une opération militaire, mais aussi de ne pas impliquer la politique de Washington dans les massacres commis : elles agissent dans l'ombre, dans l'impunité la plus complète, et leurs agissements ne sont évidemment pas répertoriés.
Tandis qu'au lendemain du 11 septembre, Bush faisait les discours les plus rooseveltiens de sa carrière et tentait de montrer le retour de l'Etat dans les affaires de sécurité, de nombreuses multinationales d’exploitation pétrolière, comme le Groupe Carlyle, Enron, Halliburton, Energy Services, Unocal, etc, comprirent les profits qu'il y avait à tirer des situations de choc : les chiens de guerre furent lâchés dans divers bourbiers du monde, échappant à toute juridiction.
En mars 2007, le groupe "Chiquita Banana" fut seulement condamné à une amende de 25 millions de dollars pour avoir "versé de l'argent" à des paramilitaires colombiens. Cette multinationale, qui détient le monopole de l'industrie bananière en Amérique centrale et contrôle de nombreux ports, ce parasite tentaculaire hérité des heures les plus sombres de l'Amérique latine, n'est autre que l'ex United Fruit Company qui a participé, entre autres, au renversement de J.Arbenz en 1954 au Guatemala. C’est elle que le grand écrivain E. Galeano appelait "la pieuvre verte".
Blackwater est l'une de ces sociétés. Elle a été fondée en 1997 par Erik Prince, un millionnaire chrétien conservateur qui a vu son chiffre d'affaires augmenter
considérablement après le 11 septembre.
Cette société a, depuis lors, tout fait pour ne pas être soumise aux lois martiales et à la Convention de Genève pour ses crimes en Irak, en Afghanistan, en Afrique sub-saharienne, etc.
Cependant, le 06 avril 2004, une image très violente parvenant de Felloujah fit le tour du monde : elle montrait les cadavres de quatre "civils" américains lynchés. Cette médiatisation changea quelque peu la donne.
Blackwater, sous les projecteurs des médias internationaux, profita des feux de la rampe et des négociations avec les néo-conservateurs de Washington pour prouver que la liberté et la démocratie avaient désormais besoin de solutions de sécurité innovantes et flexibles partout dans le monde.
Les SMP gagnèrent en légitimité dans le déroulement de ces nouvelles guerres, elles sortirent de la clandestinité et de la discrétion qui prévalait par le passé chez les mercenaires traditionnels.
Et cela, malgré les accusations portées par les familles des quatre hommes tués à Felloujah et notamment par Katy Helvenston: « Les sous-traitants privés comme Blackwater travaillent en dehors du champ de la chaîne de commandement militaire et peuvent littéralement faire ce que bon leur semble, sans avoir aucune obligation de rendre des comptes au gouvernement ».
Trois mois plus tard, Blackwater signait avec le gouvernement un contrat de sécurité internationale de 300 millions de dollars...
Aussi, lorsque Obama déclare dans "The Nation" qu'il " rétablira le contrôle sur ces entreprises ", tout en « mettant les sociétés sous l’emprise de la loi », on peut craindre une institutionnalisation du phénomène et de l'entreprenariat militaire. C'est exactement le même épouvantail que celui de la "moralisation" du néo-libéralisme, la même contradiction dans les termes, tant il est évident que là où doit régner en maître absolu la loi du marché, aucune régulation n'est possible.
Comme le souligne Jeff Danziger: "Disons que vous êtes un Américain de base, un type d'un intellect marginal pour qui le respect des autres revêt une importance inhabituelle. (...) Vous avez toujours aimé les armes à cause de cette façon qu'elles ont de faire peur aux gens.(...). Alors vous choisissez la sécurité privée. Pas de marche à pied. Des tas de flingues et presque pas de paperasse. Seule règle: on ne pose pas de questions."
De surcroît, la logique de ces SMP s'inscrivant en droite ligne dans la stratégie néo-libérale, elles recrutent de nombreux militaires chiliens, chevronnés par des années de service sous Pinochet, ainsi que des Péruviens et des Brésiliens qui constituent de la chair à canon bon marché : ils sont payés 1000 dollars par mois au lieu de 1222 dollars la journée pour les "salariés" venant d'un des pays du Nord.
La vérité de leurs agissements a toujours été noyée dans la poussière et le sang
des rues de Bagdad et de Bogotá, la barbarie a maintenant pignon sur rue et continue son oeuvre de mort.
Brian Bonfiglio (vice-président de l'entreprise) a affirmé en juin dernier que des contingents avaient été envoyés dans une base près de la frontière mexicaine.
Cette base, située à 500 mètres de la première barrière métallique qui sépare la Californie de Tijuana, constitue un nouveau vivier de paramilitaires, présentés comme les stagiaires d'une "école de vocations".
Cette guerre, qui assassine les syndicalistes et défenseurs de droits humains un peu partout où existe une résistance à la volonté hégémonique de Washington, cette guerre qui rappelle les escadrons de la mort, à ceci de très inquiétant qu'elle dispose maintenant de moyens considérables : car le Congrès a accordé une aide de 400 millions de dollars au gouvernement Calderon dans la lutte contre le narcotrafic.
Justement lorsque Washington brigue la dénationalisation des champs pétrolifères au Mexique...
Il s'agit d’empêcher que la vérité ne soit étouffée par le « quatrième pouvoir » qui parle de ces SMP seulement lorsqu'elles sont acculées au scandale, comme par exemple en septembre 2007 en Irak. Ne serait-ce que faire mentir Naomi Klein lorsqu'elle dit que parler du déclin du néo-libéralisme est "un hasard analytique auto-consolatoire" : car ce déclin se précipite à mesure que la vérité éclate au grand jour.
Voilà la présentation (traduite par mes soins) que fait Blackwater de son entreprise sur son site: "Blackwater est, dans le monde entier, célèbre pour sa capacité à porter durement les coups. Nous proposons des expériences de formation efficaces pour l'armée et la sécurité ainsi que des professionnels d'application de la loi. Nous fournissons des cours de formation avancée pour une vaste gamme de missions, pour le terrain et pour des situations tactiques. Le personnel de formation très habile et hautement qualifié de Blackwater croit en la mise en pratique pédagogique pour augmenter votre sécurité et votre efficacité dans la rue ou sur le champ de bataille quotidien."
Références :
- www.elporvenir.com.mx/notas.asp?nota_id=234949 - 37k
-http://poorbuthappy.com/colombia/post/blackwater-est-miranado-posibilidades-de-inversin-en-latinoamrica/ - 36k
- Le Monde diplomatique n°632, 11/06
Source : http://alternativealaconstipationdelapensee.blogspot.com/2008/10/les-escadrons-du-no-libralisme.html

http://www.michelcollon.info/articles.php?dateaccess=2008-12-07%2015:03:32&log=invites


Lire la suite

n°411 Les Dossier d'Irak -27-12 - Fin - : La guerre selon Blackwater : "Ils ne me paieraient pas s'ils savaient comme je me marre"

n°411  Les Dossier d'Irak -27-12 - Fin - : La guerre selon Blackwater : "Ils ne me paieraient pas s'ils savaient comme je me marre"


                     Les Dossiers d'Irak

                            N° 411                        27/12/08 

                                       Par M.Lemaire


Sommaire :                                (Fin)

5 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion  (suite)

5-2 Accord Irak US : Les US Ont Gagné La Premiere Manche Mais Tout Va Se Jouer Au Parlement Irakien.

6 Annexe

6-1 Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs?


5-2 Accord Irak US : Les US Ont Gagné La Premiere Manche Mais Tout Va Se Jouer Au Parlement Irakien.

Le gouvernement irakien a entériné l'accord légalisant l'occupation US mais c'est au Parlement que tout va se jouer le 24 Novembre, la majorité des Irakiens shi'ites et sunnites sont contre.

Les US ont gagné la première manche en Irak

Sigle Unité US D'hélicoptères d'Attaque Combattant en Irak

Suite à la ratification par le cabinet du texte de l' Accord de Statut des Forces avec les Etats Unis règlementant la présence US en Irak, le premier ministre Nuri al-Maliki a eu énormément de mal à convaincre les irakiens que le pacte est " au mieux de leurs interêts". Cependant, dans son fort intérieur, avec l'Iran regardant par dessus son épaule, il se pourrait qu'il mise sur un rejet du pacte par le Parlement.
Dimanche, 38 ministres, dont Maliki et ses deux vices premiers ministres, ont finalement signé le texte de l'accord controversé de sécurité avec les US.Sur le fond, il dit que les 152 000 soldats US ont jusqu'au 30 juin 2009 pour se retirer des cités et villes partout en Irak, et jusqu'au 31 décembre 2011 pour se retirer complètement du pays ravagé par la guerre. Le Parlement votera la semaine prochaine pour soit accepter soit rejeter le pacte tel quel sans pouvoir apporter de changement.
Le Président Jalal Talabani a essayé à la dernière minute, via l'ambassadeur US Ryan Crochker, d'obtenir du président Bush plus d'amendements au texte pour qu'il puisse le présenter au peuple irakien" la tête haute" mais sans résultat. Après avoir déjà fait des concessions, Bush semblait satisfait avec le texte et est determiné à ce qu'il soit signé avant la fin de son mandat en Janvier.
Apparemment Maliki a accepté l'actuel texte après avoir mis l'accent sur la date limite de retrait fin 2011, et ayant fait en sorte que les soldats US s'ils commettent des crimes sur le territoire irakien puissent être poursuivis selon la loi irakienne. La totalité du texte n'a pas été publié mais les paramètres généraux inclus un mandat de 10 ans pour les US pour garantir la sécurité de l' Irak, en échange du droit d'utiliser le territoire irakien, les ressources en eau, l'espace aérien, y baser et entraîner des troupes et stocker des équipements militaires. En plus des 50 bases US, l'arrangement éxige une supervision américaine à long terme du ministère de l'intérieur et de la défense.
Ceci donne aux Américains le droit presque exclusif de reconstruire l'Irak, entraîner ses forces et maintenir leur personnel militaire sur le territoire irakien. Cela donne aux US le droit d'arrêter ou persécuter tout irakien travaillant contre ses interêts, à l'intérieur de l'Irak, et les engagent à protéger l'Irak de toute guerre, coup ou révolution. Cela donne également aux US le contrôle de l'espace aérien irakien.
Le vice premier ministre Barhan Saleh a dit que les Américains avaient menaçé de geler pas moins de 50 milliards de dollars de reserves irakiennes et de conserver toutes les dettes d'argent irakiennes envers les US si un accord n'était pas signé avant Décembre, date à laquelle le mandat de l'ONU sur la présence américaine en Irak expire.
La plupart des Irakiens - à la fois Sunnites et Shi'ites- s'opposent avec véhémence à ce pacte, de même que son voisin l'Iran. Le Grand Ayatollah en Irak Ali Sistani a demandé au gouvernement Maliki de réfléchir par deux fois avant d'engager l'Irak dans un accord que les Irakiens de base considérent comme un "pacte d'humiliation".
Le dirigeant shi'ite, Muqtada al-Sadr, a appelé ses fidèles à établir une nouvelle milice appelée le "Jour du Jugement" pour faire échouer l'appilication du pacte US. Après être arrivé au pouvoir en 2005, Maliki s'est évertué à se défendre contre les accusations d'être une marionnette US, disant : " je me considère comme un ami des US, mais je ne suis pas l'homme de l'Amérique en Irak".
Il essaie actuellement de vendre l'accord - qu'il n'a pas soutenu dès le premier jour - comme étant au mieux des interêts de l'Irak. Il argumente en disant que les Emirats Arabes Unis ont un traité de défense opérationnel avec les US depuis 1994 qui permet à 2 000 membres de l'armée US de rester sur le territoire de l'EAU. Le Qatar a un accord avec les US depuis 1992.
Mis à part les membres de son cabinet, peu accepte son argument, certainement pas les Iraniens, qui sont furieux de la ratification de Dimanche. Les Iraniens affirment que l'accord est une menace sécuritaire directe en général pour la région et en particulier pour l'Iran. Les ennemis traditionnels des US tels Abdul Aziz al-Hakim, président du SIIC, Supreme Iraqi IslamicCouncil, (Conseil Islamique Supreme Irakien) et Muqtada se sont activé ces dernieres semaines pour faire pression sur Maliki pour qu'il ne signe pas.
Le premier à avoir manifesté publiquement et dénoncé violemment l'accord c'est l'Ayatollah Kazem al-Hairi basé à Qom, une autorité religieuse tres influente dans les affaires domestiques irakiennes à l'égal de Sistani. Il a publié un décret religieux - une fatwa - interdisant la ratification d'un tel accord bien avant que des déclarations semblables aient été faites à Najaf, la ville sainte shi'ite en Irak.
Une source irakienne qui a demandé à conserver l'anonymat à dit à Asia Times Online, " je n'ai jamais fait confiance à Nuri al-Maliki. Après lui avoir serrer la main je comptais mes doigts. Bien que nous n'ayons aucune preuve pour le moment, c'est clair que plein d'argent a été généreusement distribué la semaine dernière à Bagdad, pour être sûr que tout le cabinet - sans exception- ratifie le texte de l'accord avec les Etats Unis. Un jour cela émergera des archives US actuellement classées secrètes, peut être dans 30 ans".
Les pièces du puzzle ont commencé à se mettre en place, a-t-il ajouté, " nous réalisons maintenant pourquoi aucun effort sérieux n'a été fait pour ramener au sein du cabinet Maliki les ministres démissionnaires du bloc sunnite, l'Iraqi Accordance Front, ou du bloc Shi'ite de Muqtada al Sadr. Maliki savait que s'ils étaient à leur poste ils auraient certainement rejeté l'accord au sein du cabinet ministériel."
Beaucoup en Irak n'accepte pas tout simplement l'argument que Maliki est un homme faible qui ne peut pas dire "Non" aux diktats américains. Et même s'il l'était, ils affirment qu'il aurait été plus honorable pour lui de démissionner que d'enchaîner le pays à un accord à long terme avec un pays que tous les Irakiens considèrent comme une force d'occupation.
Toute l'attention se porte dorénavant sur les 275 sièges du Parlement, qui peuvent entériner ou rejeter le pacte de sécurité. Le partie de Maliki, United Iraqi Alliance, qui déteint 128 sièges, votera probablement l'accord. Cela ne s'appliquera pas aux 44 membres de l'Accordance Front ou aux parlementaires du bloc de Sadr. Dans ce qui paraît comme une décision cruciale, le Parlement doit encore décider quelle majorité est nécessaire pour que le pacte soit ratifié.
Ce qui s'est passé Dimanche en Irak c'est en fait une guerre d'influence entre l'Iran et les US. C'était une lutte pour l'Irak. Cependant, ce n'est pas clair si Maliki a dit "Oui" à l'accord après avoir consulté l'Iran, où s'il a agi contre la volonté de ses patrons iraniens. Cette dernier hypothèse est improbable, étant donné les liens forts du premier ministre avec les Iraniens et son engagement fort en soutien au nationalisme shi'ite.
Les Iraniens ont probablement réfléchi qu'il serait préférable que Maliki approuve l'accord, et puis travaille à ce qu'il soit rejeté ou sapé au sein du système irakien. Cela vaut mieux que de le voir chassé du pouvoir par les Américains et remplacé par quelqu'un qui coopérera avec Washington et snobera les mollahs de Téhéran.
Au moins, Maliki a la capacité d'œuvrer sur la corde raide tendue entre les deux capitales et ne travaille pas contre les intérêts iraniens en Irak. Maliki et ses alliés ont perdu une bataille contre les US Dimanche. Ils n'ont pas perdu la guerre. Le fait que le cabinet signe le pacte ne veut pas dire qu'il sera approuvé par le Parlement le 24 Novembre, le premier ministre pouvant penser que c'est là que l'héritage de G.W Bush en Irak expirera.
Damas - Sami Moubayed 18/11/08 - www.atimes.com - Sami Moubayed est éditeur en chef de Forward Magazine en Syrie.
Titre Introduction Traduction Mireille Delamarre pour www.planetenonviolence.org
Note
Une traduction non officielle de l'accord (arabe - anglais) a été faite

http://www.planetenonviolence.org/Accord-Irak-US-Les-US-Ont-Gagne-La-Premiere-Manche-Mais-Tout-Va-Se-Jouer-Au-Parlement-Irakien_a1727.html

Lire la suite

27/12/2008

n° 410 -Journal d'Irak - 15/12 au 27/12/08 - Début - Robin Cook : "Al-Qaïda n'est qu'une campagne de propagande".

n° 410  -Journal d'Irak -  15/12 au 27/12/08  - Début  - Robin Cook : "Al-Qaïda n'est qu'une campagne de propagande".


Journal d'Irak   

 n°410    du 15/12 au 27/12/08

M.Lemaire



NB : Si vous voulez obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

Tiré à part :

Robin Cook : "Al-Qaïda n’est qu’une campagne de propagande"

Monsieur Muntadhar al-Zeidi :
Des dizaines de paires de souliers encerclent la Maison blanche.

Robert Reid : Popularité instantanée pour l'homme qui a lancé ses chaussures sur George W. Bush.

Soutenons Mountazer al-Zaïdi.

Chérif BOUDELAL : Les héros rares dans ce monde devraient être vénérés.

Bush a enfin trouvé les armes de destruction massive en irak, il s’agit d’une paire de chaussures taille 43.

C’est le baiser de l’adieu, espèce de chien".

Le lanceur de chaussures Mountadhar al-Zeidi veut porter plainte.

Vous aussi, visez Bush à coup de pompes.

Suite

ALLARD Jean-Guy : RSF refuse (évidement) de condamner les mauvais traitements infligés à Al-Zaid.

Le procès du lanceur de chaussures va débuter.

Lutte pour la libération du territoire

La résistance contre l'agresseur

Résistance :

1 Analyse

Des résistants

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

- Fin –

2) occupants 

Abou Ghraïb : Donald Rumsfeld accusé de mauvais traitements

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

The War in Iraq Costs

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Les médias vous manœuvrent.

5-2 HUMOUR :
5-3 VISEZ BUSH !
5-4 MEDIAS :

5-5 La mort d'Harold Pinter, dramaturge et militant.

6 Pièce  (sur demande)

6-1 La guerre biologique   chapitre 1

6-2 La Guerre biologique : chapitre 2


Lire la suite

n° 410 -Journal d'Irak - 15/12 au 27/12/08 - Suite - Robin Cook : "Al-Qaïda n'est qu'une campagne de propagande".


n° 410  -Journal d'Irak -  15/12 au 27/12/08  - Suite  - Robin Cook : "Al-Qaïda n'est qu'une campagne de propagande".


Journal d'Irak   



NB : Si vous voulez obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

Tiré à part :       - Suite  -

ALLARD Jean-Guy : RSF refuse (évidement) de condamner les mauvais traitements infligés à Al-Zaid.

Le procès du lanceur de chaussures va débuter.

Lutte pour la libération du territoire

La résistance contre l'agresseur

Résistance :

1 Analyse

Des résistants

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

2) occupants 


Lire la suite

n° 410 -Journal d'Irak - 15/12 au 27/12/08 - Fin - Robin Cook : "Al-Qaïda n'est qu'une campagne de propagande".


n° 410  -Journal d'Irak -  15/12 au 27/12/08  - Fin - Robin Cook : "Al-Qaïda n'est qu'une campagne de propagande".


Journal d'Irak   



NB : Si vous voulez obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

3 Politique

2) occupants 

Abou Ghraïb : Donald Rumsfeld accusé de mauvais traitements

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

The War in Iraq Costs

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Les médias vous manœuvrent.

5-2 HUMOUR :
5-3 VISEZ BUSH !
5-4 MEDIAS :

5-5 La mort d'Harold Pinter, dramaturge et militant.

6 Pièce  (sur demande)

6-1 La guerre biologique   chapitre 1

6-2 La Guerre biologique : chapitre 2


 

b) Les occupants 

1) Usa

Bush 

Visite à Bagdad

La guerre n'est pas finie, selon Bush

Bush a déclaré que de grands pas avaient été franchis en direction de la paix, mais que « la guerre n'était pas finie ». Il a aussi justifié une nouvelle fois l'intervention militaire américaine qui a conduit à la chute du dictateur irakien Saddam Hussein, mais aussi au chaos et aux violences confessionnelles. « La tâche n'a pas été facile, mais elle était nécessaire pour la sécurité américaine, l'espoir des Irakiens et la paix dans le monde », a-t-il soutenu à l'issue de sa rencontre avec son homologue irakien Jalal Talabani.

Le chef de l'État américain s'est rendu dans le plus grand secret à Bagdad, aucune indication ayant filtré avant que l'avion présidentiel n'atterrisse à l'aéroport international. Il est arrivé en pleine journée et s'est même rendu en dehors de la « zone verte » fortifiée et protégée du centre de la capitale irakienne.

Dans la résidence du premier ministre Nouri Al-Maliki, il a paraphé de manière symbolique l'accord bilatéral, signé officiellement en novembre, qui fixe le cadre du retrait total des 146 000 soldats américains d'Irak d'ici la fin 2011. Cette date signifiera la fin de huit années de déploiement américain dans ce pays. Selon ce pacte, les unités de combat de l'armée américaine devront avoir quitté les villes, villages et localités d'ici le 30 juin 2009.

 

Un « grand ami du peuple irakien »

George Bush a également rencontré les principaux dirigeants irakiens, dont Abdel Aziz al-Hakim, un des principaux soutiens chiites du gouvernement. Le président Talabani a témoigné sa reconnaissance à ce « grand ami du peuple irakien », pour avoir changé la donne après une dictature de 24 ans. « Il nous a aidés à libérer notre pays et à atteindre ce moment où nous jouissons de la démocratie, des droits de l'homme et progressivement de la prospérité », a dit le chef de l'État irakien.

Le général David Petraeus, commandant en chef du « Centcom », vaste zone d'opérations qui couvre notamment l'Irak et l'Afghanistan, a récemment souligné que les violences en Irak étaient revenues à leur plus bas niveau depuis la mi-2003. Mais, a-t-il ajouté, si les gains en terme de sécurité sont perceptibles, la situation demeure précaire. Le président élu Barack Obama a répété lors de la campagne électorale qu'il souhaitait un retrait des troupes américaines dans les 16 mois suivant son investiture

14-12


Sur le terrain

23-12

 Les officiers qui ont successivement été soupçonnés d'être des putschistes puis des complices de terroristes ont été libérés mardi, selon le ministère irakien de l'Intérieur. Les 23 officiers « ont signé un document promettant de rester à la disposition de la justice », précise la source gouvernementale. (Guysen.International.News)




b) Les alliés (des Usa)

1 Onu

L'ONU entérine la fin du mandat de la Force multinationale

Le Conseil de sécurité de l'ONU a entériné lundi, dans une résolution, la fin au 31 décembre du mandat de la Force multinationale (FMN) sous commandement américain en Irak, à la demande du gouvernement irakien.

Dans sa résolution 1859, adoptée à l'unanimité de ses quinze membres, le Conseil a "donné acte de l'expiration du mandat" de la force au 31 décembre 2008.

La résolution s'accompagne en annexe d'une lettre du Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, dans laquelle celui-ci rappelle que la dernière prorogation du mandat de la MNF, effectuée pour un an en décembre 2007, avait été requise par Bagdad "pour la dernière fois".

"L'Irak ayant signé avec les Etats-Unis un accord sur le retrait des forces américaines d'Irak et leurs activités durant leur présence temporaire en Irak, nous nous félicitons que le mandat de la Force multinationale en Irak prenne fin le 31 décembre 2008", ajoute cette lettre, datée du 7 décembre.

Washington et Bagdad ont signé officiellement en novembre un accord bilatéral, qui fixe le cadre du retrait total des 146.000 soldats américains d'Irak d'ici à la fin 2011.

Cet accord mettra donc fin à huit ans d’occupation militaire Etats-unienne en Irak. Les Américains constituent 95% de la MNF.

Selon ce pacte, les unités de combat de l'armée américaine devront avoir quitté les villes, villages et localités d'ici au 30 juin 2009.

D'autre part, le parlement irakien devait discuter lundi de l'avenir de la présence dans le pays après le 31 décembre des troupes étrangères non américaines mais il en a été empêché par l'apparition d'une sérieuse crise parlementaire sans rapport avec cette question.

Lors de cette séance de lundi qui n'a pu avoir lieu, il était prévu que les députés votent une résolution mandatant le gouvernement de M. Maliki pour discuter et signer des accords bilatéraux, afin de réaliser le retrait complet des forces britanniques, australiennes, roumaines, salvadoriennes, estoniennes et celles de l'Otan au plus tard le 31 juillet 2009.

Le temps presse car sans le vote d'une résolution mandatant le gouvernement pour signer ces accords, la présence de ces troupes non américaines sera illégale après le 31 décembre.

Dans sa résolution 1859, le Conseil de sécurité a par ailleurs approuvé la prolongation pour un an des arrangements existants "pour le versement au Fonds de développement pour l'Irak (DFI) du produit des exportations de pétrole et de gaz naturel", ainsi que les dispositions relatives au contrôle du Fonds de développement par le Conseil international consultatif et de contrôle."

AFP



Dans le monde

Grande-Bretagne

Eric THOMAS : Le gros des troupes britanniques aura quitté l'Irak mi-2009, confirme Brown

La Grande-Bretagne aura retiré l'essentiel de ses soldats d'Irak fin juillet 2009, a annoncé jeudi aux Communes le Premier ministre Gordon Brown, écartant tout lien entre ce retrait et un éventuel renfort de troupes en Afghanistan.

Fin mai 2009, un peu plus de six ans après que Tony Blair eut lancé son armée dans une guerre particulièrement impopulaire au Royaume-Uni, la mission des quelque 4.100 soldats britanniques encore en Irak sera officiellement achevée.

"A ce moment-là, nous commencerons un retrait rapide de nos troupes, faisant passer le total d'un peu moins de 4.100 à moins de 400 au 31 juillet", a expliqué le Premier ministre. La plupart des troupes restantes se consacreront à la formation de la marine irakienne et à la protection des plateformes pétrolières, a-t-il précisé.

Pointant du doigt les "erreurs" passées, David Cameron a jugé "essentiel qu'on ne les reproduise pas lors de la mission en cours en Afghanistan".

Mais fidèle à sa position, M. Brown a écarté toute décision prématurée.

"J'ai toujours dit que c'est une question que nous étudierons lorsque nos troupes seront rentrées à la maison", a-t-il répliqué. "On n'en est pas à ce stade".

Interrogé sur l'avenir de ces troupes une fois "rentrées à la maison", et notamment sur un possible phénomène de vases communiquant avec l'Afghanistan, M. Brown est resté évasif.

"Nous évaluerons la situation en Afghanistan à part, en fonction de ce qui se passe en Afghanistan même, et dans cette mesure ce n'est pas lié aux décisions prises en Irak", a souligné M. Brown.

Le Premier ministre a rappelé que Londres avait annoncé depuis un an deux renforts de troupes dans ce pays, où l'armée britannique dispose déjà de quelque 8.000 hommes, bientôt 8.300, soit le deuxième contingent après les Etats-Unis.

Eric THOMAS

Jeudi 18 décembre

AFP

Lire la suite

26/12/2008

n°227 - Les Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de l'Afghanistan -23-12 - Début - Barack Obama ou l’arrivée d’une "NOUVELLE AURORE du LEADESHIP AMERICAIN"


n°227 - Les  Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de l'Afghanistan -23-12 - Début -  Barack Obama ou l’arrivée d’une "NOUVELLE AURORE du LEADESHIP AMERICAIN"


Sommaire :  

1 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

1-1 Claude Beaulieu : Barack Obama ou l’arrivée d’une "NOUVELLE AURORE du LEADESHIP AMERICAIN"

1-2   Comaguer : Les Pousse au crime !

1-3 Guillaume Gobbi : Les escadrons de la mort du néolibéralisme.

Suite

1-4 Emmanuel DUCQ : Il faudra bien plus que des renforts US.

1-5 Paul Craig Roberts avertit le monde entier: l'humanité est en danger de mort!

1-6 Thierry Meyssan* : Condoleezza Rice, toujours « deux fois meilleure que les autres »

1-7 Crise alimentaire et sécheresse poussent les Afghans hors des villages.

1-8 L'Afghanistan face à une grave crise alimentaire à l'approche de l'hiver.

Suite

2 Annexe

2-1 Elias DAVIDSSON : Rien ne prouve que des individus répondant à des noms arabes aient détourné des avions le 11 Septembre.

2-2 Formation et encadrement des forces de sécurité nationale de l’Afghanistan.

2-3 Chaque emploi créé dans l’armée coûte aux contribuables canadiens plus de 250 000 $ par année.


Lire la suite

n°227 - Les Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de l'Afghanistan -23-12 - Suite - Barack Obama ou l’arrivée d’une "NOUVELLE AURORE du LEADESHIP AMERICAIN"


n°227 - Les  Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de l'Afghanistan -23-12 - Suite -  Barack Obama ou l’arrivée d’une "NOUVELLE AURORE du LEADESHIP AMERICAIN"


Sommaire :  

1 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion (suite)

1-4 Emmanuel DUCQ : Il faudra bien plus que des renforts US.

1-5 Paul Craig Roberts avertit le monde entier: l'humanité est en danger de mort!

1-6 Thierry Meyssan* : Condoleezza Rice, toujours « deux fois meilleure que les autres »

1-7 Crise alimentaire et sécheresse poussent les Afghans hors des villages.

1-8 L'Afghanistan face à une grave crise alimentaire à l'approche de l'hiver.

2 Annexe

2-1 Elias DAVIDSSON : Rien ne prouve que des individus répondant à des noms arabes aient détourné des avions le 11 Septembre.

2-2 Formation et encadrement des forces de sécurité nationale de l’Afghanistan.

2-3 Chaque emploi créé dans l’armée coûte aux contribuables canadiens plus de 250 000 $ par année.


Lire la suite

n°227 - Les Dossiers 'Géopolitique et stratégie' de l'Afghanistan -23-12 - Fin - Barack Obama ou l’arrivée d’une "NOUVELLE AURORE du LEADESHIP AMERICAIN"


Sommaire :  

2 Annexe

2-1 Elias DAVIDSSON : Rien ne prouve que des individus répondant à des noms arabes aient détourné des avions le 11 Septembre.

2-2 Formation et encadrement des forces de sécurité nationale de l’Afghanistan.

2-3 Chaque emploi créé dans l’armée coûte aux contribuables canadiens plus de 250 000 $ par année.


Lire la suite

25/12/2008

n°226 - Dossier de l'Afghanistan - 23-12 – Début- : "Je ne tenais plus que la main de mon petit-fils, le reste avait disparu".


n°226 - Dossier de l'Afghanistan - 23-12 – Début- : "Je ne tenais plus que la main de mon petit-fils, le reste avait disparu". 


           dossiers de l'Afghanistan n°226 du 23-12

                     Par M.Lemaire                                                                                 

 



NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire : 

Tiré à part

L'ONU croit à l'effet Obama

Dommages Collatéraux...

Pour sauver son mariage, une seule solution : quitter l'armée?

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Livre de Jean-Paul Mari : Quand la guerre rend fou.

2 Brèves

2-1 Aux Etats-Unis, le budget militaire continue de galoper.

2-2 L'Otan encourage des alliances avec les tribus afghanes.

3 Dossier & Point de vue

3-1 Bush en Irak et en Afghanistan : Des guerres sans fin.

Suite

3-3 Guantanamo : Les dossiers

1 Guantanamo: les accusés du 11-Septembre décidés à plaider coupable

2 Jean-Claude Paye: USA : Un ordre de droit « père-verti »

3 Gates demande un plan pour fermer la prison de Guantánamo.

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 "Je ne tenais plus que la main de mon petit-fils, le reste avait disparu". 

4-2 L’armée française aide la population non par "compassion" mais pour se faire accepter.

Fin

4-3 Sur un poste de combat avancé afghan, aux confins des fiefs de la résistance.

4-4 Hervé ASQUIN : Les combats d'Amélie, femme et para en Afghanistan.

4-5 Normand Beaudet : Afghanistan: " Ramenez nos troupes à la maison avant qu’il soit trop tard".

4-6 Afghanistan: appel international pour renforcer la coopération régionale.

4-7 Une brigade française en Afghanistan : non, mais...

4-8 Exercice d'appui feu avec les usa.

5 Pièce jointe(a obtenir sur demande)

- Elias DAVIDSSON : Rien ne prouve que des individus répondant à des noms arabes aient détourné des avions le 11 Septembre.

- Normand Beaudet : Afghanistan: Ramenez nos troupes à la maison avant qu’il soit trop tard.


Lire la suite