Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/01/2009

n°426 - Journal de Palestine - 29-01- Début- : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


                       Journal de Palestine                                  

                              N°426               29-01

                                                           C.De Broeder & M.Lemaire

 



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

Tiré à part

1 Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

3 Politique

Palestinienne

Suite 1

Israélienne

4 Politique internationale des territoires occupés 

Fin

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Une enfant rescapée de Zeitoun témoigne.

5-2 Alymana Bathily : Guerre contre le Hamas et contre….l’information.

5-3 Si Abou al-Aish n’existait pas, il faudrait l’inventer.

5-4 Henry Siegman : Les mensonges d’Israël.

5-5 Patrick Cockburn : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


29-01: Peuple Palestinien : 1 tué  -  8 blessés 

            Occupants              : 1 tué  -  3 blessés



Tiré a part

27/01

L'armée israélienne a rapporté mardi les premiers affrontements le long de la frontière de la Bande de Gaza entre soldats israéliens et palestiniens

Les habitants près du point de passage de Kissufim ont déclaré que le bruit sourd d'échanges de tirs à l'arme lourde pouvait être entendu tandis que les hélicoptères survolaient le secteur.

L'armée israélienne a précisé qu'un engin a explosé le long de la frontière au passage d'une patrouille israélienne. Tsahal n'a donné aucune autre précision.
http://www.lalibre.be/actu/monde/

29-01

Un sous-officier israélien a été tué et trois soldats, dont un officier, ont été blessés "lorsqu'un engin explosif a été activé au passage d'une patrouille du côté israélien du mur de la honte de la bande de Gaza", au nord de la localité de Kissoufim. L'officier a été grièvement atteint.

Des chars et hélicoptères israéliens ont ensuite ouvert le feu en direction des terres palestiniennes avant de procéder à une opération de ratissage, selon les témoins. Un Palestinien de 24 ans, Anwar Al-Dreim, a été tué par les tirs israéliens, ont indiqué des sources médicales.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

D'autres accrocs au cessez-le-feu sont survenus depuis mardi, après la mort d'un soldat israélien qui n'a pas été revendiquée, à la lisière de la bande de Gaza.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

Des troupes israéliennes ont  pénétré en territoire palestinien à l'est de Khan Younès, où elles ont ouvert le feu en direction d'une ferme située dans le secteur, selon des témoins.

Peu après, l'armée israélienne a effectué une incursion à Deir el-Balah, plus au nord, selon des témoins.

Des chars israéliens ont tiré des obus sur des maisons palestiniennes et des soldats ont pris position sur les toits de plusieurs habitations, ont ajouté les témoins.Enfin, dans la nuit de mardi à mercredi, un appareil israélien a bombardé des tunnels de contrebande reliant le sud de la bande de Gaza à l'Egypte, ont indiqué des témoins. Ils ont fait état d'une forte explosion causée par le largage d'une bombe ou d'un missile contre la frontière.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

Un Palestinien a péri dans des tirs israéliens..

http://www.lesoir.be/actualite/monde/

29-01

Un policier du Hamas circulant à moto et huit autres personnes, dont six écoliers, ont été blessés jeudi dans un raid aérien israélien dans la bande de Gaza, selon des témoins et des sources médicales.

Le raid a eu lieu à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

L'aviation israélienne a lancé une attaque nocturne dans la zone des tunnels le sud de la bande de Gaza à l'Egypte.

L'aviation israélienne a bombardé dans la nuit de mercredi à jeudi la zone des tunnels reliant le sud de la bande de Gaza à l'Egypte.

Elle n'a pas fait de victime, ont rapporté des témoins sur place. Selon eux, le raid a endommagé une fonderie à Rafah, le long de la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte.

http://www.romandie.com/infos/ats/

29-01
Des sources locales ont affirmé  qu'un avion militaire de type (F16) a bombardé un atelier de la famille de Jouda dans le quartier de Machroua, à l'est de Rafah, en causant de grands dommages.

CPI & RIA Novosti

 

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

Des témoins oculaires ont dit que 3 blindés militaires et 2 bulldozers militaires ont envahi la région située, à l'est d'Al Maghazi, en rasant des terres agricoles qui appartiennent aux citoyens palestiniens.

CPI 



1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés

Résistance

27-01

Jerusalem Post annonce : L’armée annonçait mardi que le Hamas avait lancé une roquette dimanche vers la mer, afin de tester la  portée du reste de son arsenal.

hhttp://fr.jpost.com/servlet/

27-01

Jerusalem Post annonce : Des hommes armés de l'enclave palestinienne ont ouvert le feu sur des soldats de Tsahal dans deux incidents séparés le long de la frontière avec la bande de Gaza.
Parallèlement, huit obus de mortiers ont été tirés sur le sud de l'Etat
hhttp://fr.jpost.com/servlet/

29/01

En réponse aux attaques israélienne une roquette tirée depuis la bande de Gaza a explosé jeudi matin dans le sud d'Israël.

Il s'agit de la deuxième roquette tirée vers Israël depuis l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu ayant mis fin à l'offensive israélienne qui a fait plus de 1.330 morts palestiniens et dévasté la bande de Gaza entre le 27 décembre et le 18 janvier.

Mercredi soir, une roquette avait été tirée en direction de la localité d'Ofakim (sud).

(AFP)

29-01

Les brigades d’Al Qassam, la branche militaire du  Hamas, a annoncé leur responsabilité au lancement de 3 obus de mortier sur une force spéciale de l’armée de l’occupation qui a envahi la région d’Al Maghazi, au milieu de la Bande de Gaza.
Les brigades d'Al Qassam ont affirmé que cette opération vient dans le cadre de la riposte de la résistance palestinienne aux tentatives d'entrer dans les terres de la Bande de Gaza et aux crimes et agressions sionistes continuelles contre le peuple palestinien et le sévère blocus.

Elles ont affirmé qu'elles vont poursuivre la résistance et répondre fortement aux agressions.

CPI

29-01

Des résistants ont effectué deux tirs de roquettes contre le sud d'Israël sans faire ni victimes ni dégâts.

RIA Novosti



2 La Palestine en chiffre (Depuis le début de l'Intifada le 25 septembre 2000)


Civils & résistants tués                                                                            :  6.867

Palestiniens blessés                                                                               :  54.219

Internationaux blessés                                                                             : 192 (chiffre tout a fait minimal)

(balles réelles ou caoutchoutées, gaz lacrymogène, autres moyens)

Arrêtés     :                                                                                            :  47.733

En prison :                                                                                             : 11.800

Pacifistes en prison ou arrêtés                                                                  : 108

Autres actes           

Journalistes tués                                                                                      : 9

Journalistes blessés                                                                                :  ? + 32

Nombre de maisons palestiniennes détruites ou partiellement démolies       :  66.275

 

2-2 Occupants:

Israéliens  tués                                                                                        : 1.199

                                                                                                                ( 359 militaires/policiers)

Israéliens blessés                                                                                     : 6.580

                                                                                                                ( 548  militaires/policiers)



Les chiffres indiqués sont  vérifiés par le recoupement des chiffres des pertes communiqués par la résistance & les médias occidentaux & XINHUANET (Chine)  



3 Politique

a) Palestinienne

MM Abbas & Haniyeh.

Abbas

29-01

 M. Abbas a plaidé pour une consolidation de la trêve et dénoncé la politique de colonisation israélienne qui montre selon lui "qu'Israël n'a aucune volonté de paix".

La colonisation a été le principal obstacle dans les négociations israélo-palestiniennes lancées fin 2007 sous le parrainage de l'ancien président américain George W. Bush.

Selon un rapport du mouvement anticolonisation La Paix Maintenant, le nombre de bâtiments construits dans les colonies en Cisjordanie occupée a augmenté de 60% en 2008.

http://fr.news.yahoo.com/

28-01

Olmert a lié l'ouverture permanente des points de passage de la bande de Gaza au sort du soldat Gilad Shalit

"Nous n'acceptons pas la formule 'Shalit contre l'ouverture des passages'. Shalit ne sera libéré que dans le cadre d'un échange de prisonniers", a rétorqué le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, lors d'une visite au Qatar.

Commentant la tournée de Mitchell, il a affirmé que "tous les efforts politiques qui ne tiennent pas compte des droits de notre peuple et de la résistance sont voués à l'échec".

Le Hamas exige la réouverture des passages dans le cadre d'une éventuelle trêve formelle négociée actuellement sous les auspices de l'Egypte

http://fr.news.yahoo.com/


1-1 Processus de paix.

30-01

Le Hamas souhaite le maintien du cessez-le-feu, s'efforçant de brider les activités d'autres groupes de résistance palestiniens, a appris Haaretz auprès du renseignement israélien.

RIA Novosti

29/1

Mechaal a annoncé le refus de son mouvement aux conditions israéliennes concernant la trêve, en affirmant qu'ils n'acceptent pas la proposition d'ouvrir les passages en échange de la libération de Chalit, et que l'occupation doit libérer nos captifs dans les prisons sionistes pour obtenir la libération de son soldat capturé par la résistance palestinienne à Gaza, Gilad Chalit.

CPI 29/1

29-01

Taha a affirmé que la semaine de cessez-le feu donnée par la résistance a été prolongée jusqu'au 5 février prochain, afin de parvenir à une accalmie générale qui puisse garantir la levée totale du blocus et l'ouverture de tous les passages.

Il a précisé que le problème est la violation continuelle de l'occupation israélienne à toute accalmie, tout en soulignant que les palestiniens insistent sur la levée totale du blocus et l'ouverture de tous les passages.

"On espère arriver à un accord, bientôt, entre les européens, l'autorité palestinienne, le Hamas et les égyptiens pour mettre en place un mécanisme convenable pour diriger le passage de Rafah, mais loin de l'accord de 2005", a ajouté Taha.

journal "Qods presse",

CPI 29/1


Lire la suite

n°426 - Journal de Palestine - 29-01-Suite - : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


n°426 - Journal  de Palestine - 29-01-Suite - : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.



                       Journal de Palestine                                  

                              N°426               29-01

                                                           C.De Broeder & M.Lemaire

 


Sommaire (Suite)

3 Politique Israélienne

4 Politique internationale des territoires occupés 



b) Politique Israélienne

Olmert

28-01

En recevant M. Mitchell mercredi, Olmert a lié l'ouverture permanente des points de passage de la bande de Gaza au sort du soldat Gilad Shalit capturé en juin 2006 et détenu par le Hamas.

http://fr.news.yahoo.com/

 29-01

Le premier ministre démissionné, Olmert, a précisé à l’émissaire spécial au Proche-Orient, Mitchell, l’importance du retour du pouvoir de l’autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas, à la Bande de Gaza.
Un responsable a dit qu'on doit affaiblir le pouvoir du mouvement du Hamas dans la Bande de Gaza après la guerre israélienne contre les habitants de Gaza et renforcer l'autorité d'Abbas pour qu'il retourne à Gaza.

"Olmert a déclaré à Mitchell que l'ouverture totale des passages de la Bande de Gaza doit se faire en échange de la libération du soldat capturé par la résistance palestinienne dans la bande de Gaza, Gilad Chalit, après l'échec de toutes les tentatives politiques et militaires de le libérer", a ajouté le responsable.

CPI


2-2 Des Canons ... pas du beurre.

Israël a employé d'armes microbiennes à Gaza.

IRIB- Selon un ancien officier américain, le régime sioniste a employé, dans son offensive contre la bande de Gaza, d'armes microbiennes. "Au huitième jour de son offensive d'envergure contre Gaza, le régime sioniste a employé des missiles portant des éléments microbiens ou ce qu'on appelle la bombe sale sophistiquée.", a déclaré cet officier américain cité par le journal al-Mesriyoun, qui paraît au Caire. "Le régime sioniste a largué sciemment au jour où le vent soufflait très fort, ces missiles pour que les bactéries soient aussi transférées vers les régions frontalières égyptiennes.", a-t-il dit. Durant les 22 jours d'agression barbare contre Gaza, le régime sioniste a employé aussi des bombes au phosphore à l'encontre des civils.

27-01
http://french.irib.ir/index.php?option=com_content&task=view&id=17895&ac=0&Itemid=9

27-01

Le ministre de la guerre a déclaré aux réservistes que, en dépit d'un coup massif porté au Hamas au cours de l'opération "Plomb durci", la menace d'attaques le long de la frontière était constante, ainsi que d'incidents auxquels "nous nous devrons de répondre".

hhttp://fr.jpost.com/servlet/

28-01

Le vice-ministre de la guerre Vilnaï : "Il est clair que nous allons réagir, mais il faut faire preuve de patience et nous n'avons aucune intention de dévoiler nos intentions à l'ennemi",

A propos des chefs du Hamas, M. Vilnaï a prévenu qu'il n'y avait "pas lieu de s'inquiéter, le tour de chacun d'entre eux viendra".(…)

(AFP)

28-01

Le ministre des Infrastructures et membre du cabinet du sécurité, Binyamin Ben Eliezer, a pour sa part affirmé à la radio publique que "le prix" avait "changé" pour les tirs de roquettes. Il n'a pas donné de précision sur la nature de ce "prix".

Il a souligné que si les tirs se poursuivaient, les Palestiniens ne pouvaient espérer l'ouverture des points de passage vers Gaza et le début des travaux de réhabilitation de cette région ravagée par l'armée israélienne durant les 22 jours de combats.

"Pour se lancer dans de tels travaux, il faut faire passer du ciment, des tuyaux, toutes sortes de matériaux de construction. Si les dirigeants du Hamas veulent laisser cette région dans l'état où elle est, c'est à eux que les habitants demanderont des comptes", a poursuivi M. Ben Eliezer.

(AFP)

 29-01

Un sous-officier israélien a été tué et trois soldats, dont un officier, ont été blessés "lorsqu'un engin explosif a été activé au passage d'une patrouille du côté israélien du mur de la honte de la bande de Gaza", au nord de la localité de Kissoufim. L'officier a été grièvement atteint.

Le ministre israélien de la guerre Barak a affirmé que son pays "riposterait" à cette "attaque sérieuse". Tandis qu’Olmert a promis qu'Israël riposterait durement et que "l'armée préparait sa réponse".

"La réaction de l'armée aujourd'hui était seulement opérationnelle.

Ceci n'est pas la réponse à un soldat mort et trois autres blessés.

La réponse d'Israël doit venir", a déclaré à l'AFP un haut responsable gouvernemental citant M. Olmert.

http://fr.news.yahoo.com/

29-01

Le vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï a prévenu qu'Israël réagirait à la reprise des tirs de roquettes.

"Il est clair que nous allons réagir, mais il faut faire preuve de patience et nous n'avons aucune intention de dévoiler nos intentions à l'ennemi", a-t-il affirmé, en menaçant les chefs du Hamas à Gaza. "Le tour de chacun d'entre eux viendra".

http://fr.news.yahoo.com/


Lire la suite

n°426 - Journal de Palestine - 29-01-Fin - : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


n°426 - Journal  de Palestine - 29-01-Fin - : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.



                       Journal de Palestine                                  

                              N°426               29-01

                                                           C.De Broeder & M.Lemaire

 


5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Une enfant rescapée de Zeitoun témoigne.

5-2 Alymana Bathily : Guerre contre le Hamas et contre….l’information.

5-3 Si Abou al-Aish n’existait pas, il faudrait l’inventer.

5-4 Henry Siegman : Les mensonges d’Israël.

5-5 Patrick Cockburn : En Israël, le détachement de la réalité est à présent la norme.


 


5 Médias/Vidéos Oradour-sur-Gaza : une rescaountémoignesuraZeitoun

5-1 Une enfant rescapée de Zeitoun témoigne.

http://www.dailymotion.com/video/k1OjSg3rLxk92oVlKp


5-2 Alymana Bathily : Guerre contre le Hamas et contre….l’information.

Interpellée par un auditeur qui demandait pourquoi Radio France Internationale n’avait toujours pas diffusé de reportage en direct de Gaza prés de trois semaines après le début de l’offensive militaire israélienne, le Médiateur de la Radio Mondiale expliquait qu’Israël avait interdit à ses journalistes comme à ceux de tous les organes de presse du monde l’accès à l’enclave palestinienne.

En effet, deux mois avant le déclenchement de la guerre, le gouvernement israélien décrétait que les deux points de passages entre Israël et la Bande de Gaza (Kerem Shalom et Karni) demeureraient fermés aux journalistes.

L’Association de la Presse Etrangère dénonça « cette interdiction d’accès sans précédent de la presse internationale à Gaza qui constitue une violation grave de la liberté de presse et range l’Etat d’Israël dans la catégorie des Etats qui empêchent régulièrement aux journalistes de faire leur travail ».

Elle porta même l’affaire devant la Cour Suprême du pays mais ne put obtenir plus qu’un engagement de l’armée à permettre que de petits groupes de journalistes puissent éventuellement être admis à l’intérieur de l’enclave palestinienne chaque fois qu’elle jugera que la situation sécuritaire le permettait.

Pendant toute la guerre le champ de bataille est demeuré interdit aux médias internationaux dont les correspondants sont restés cantonnés à la frontière, si ce n’est à Jérusalem, réduits à transmettre à leurs rédactions les « briefings » de l’état majeur israélien et les compte rendus de leurs homologues palestiniens résidants de Gaza.

Le cantonnement des journalistes hors du champ de bataille constituait en fait un élément essentiel de la stratégie militaire et politique israélienne qui ne visait rien moins qu’à détruire le régime du Hamas, après avoir liquidé son personnel militaire et politique, détruit son infrastructure administrative et discrédité son autorité.

Mme Tipi Livi, la ministre des Affaires Etrangères d’Israël et l’un des trois principaux candidats au poste de Premier Ministre, déclarait en effet à ce propos au plus fort de l’offensive de son armée :

« Les Palestiniens doivent comprendre qu’Israël ne peut partager la vision de deux états pour deux peuples et la mettre effectivement en œuvre qu’avec ceux qui acceptent cette vision, qui acceptent l’existence d’Israël, renoncent à la violence et au terrorisme…. Hamas ne représente pas les aspirations nationales des Palestiniens…. ».

IL s’agissait donc bien avec l’offensive « Plomb Durci » calquée sur le modèle de l’opération « Choc et Effroi » qui a préparé l’invasion américaine de l’Irak en 2003, à défaut d’obtenir une capitulation inconditionnelle du Hamas, de provoquer la désaffection des populations palestiniennes démoralisées à son endroit.

Pour atteindre cet objectif, les stratèges israéliens ont convenu d’éviter l’accès des journalistes sur le champ de bataille qui selon une commission d’enquête gouvernementale est à la base de la quasi défaite de Tsahal face au Hezbollah libanais en 2006.

Natchman Shai, un ancien porte parole de l’armée israélienne confiait ainsi récemment au New York Times : « Les médias étaient partout. Leurs caméras et magnétophones enregistraient les discussions des officiers (israéliens), les gens s’exprimaient à chaud et en direct à la télévision. Cela a aidé l’ennemi, semé la confusion et déstabilisé notre opinion nationale. Maintenant Israël veut contrôler l’information beaucoup plus strictement » .

En outre, les commentaires des journalistes sur les opérations militaires, les images de télévision sur les morts et la destruction du Liban auraient ému l’opinion publique en Israël et dans le monde entier provoquant l’imposition d’un cessez le feu par la « communauté internationale » alors que les objectifs militaires et politiques d’Israël n’étaient pas atteints.

Le contrôle de l’information dans la guerre contre le Hamas s’imposait d’autant plus selon les responsables politiques et militaires d’Israël qu’ils estimaient que les journalistes occidentaux étaient particulièrement sensibles à la censure si ce n’est à la propagande de l’ennemi palestinien.

M. Daniel Seaman, le Directeur du Bureau de Presse du Gouvernement d’Israël déclarait ainsi récemment : « …Tout journaliste qui entre à Gaza devient une feuille de vigne ou une façade de l’organisation terroriste du Hamas et il n’y a aucune raison pour que je facilite cela ».

En outre, pour contrôler et orienter l’opinion publique à l’intérieur et sur le plan international, le Ministère de la Défense d’Israël a mis en place un impressionnant service de presse et de relations publiques mettant à jour heure par heure les sites web du gouvernement et produit communiqués, briefings, podcasts et vidéos sur Facebook, YouTube et autres « sites sociaux ».

Le Directeur Général Adjoint chargé des médias au Ministère des Affaires Etrangères, M.Aviv Shir-On indiquait à ce propos au New York Times : « Nous nous efforçons de coordonner tout ce qui à trait à l’image et au contenu de ce que nous faisons et de nous assurer que quiconque est face sur les ondes, que ce soit un ministre, un professeur ou un ancien ambassadeur, sait de quoi il parle…nous avons des points précis (talking points) à mettre en avant et nous y tenons ».

Cette « stratégie de communication » du gouvernement israélien a été payante en Israel même.

Selon un sondage effectué deux semaines après le début de la guerre, 82% des Israéliens Juifs la déclaraient justifiée et défendaient l’interdiction faite à la presse étrangère d’accéder à Gaza (les citoyens Arabes représentent 20% de la population totale d’Israel).

Les grands journaux , le Yeddiot Aharonot, le quotidien le plus vendu en Israël et le Jérusalem Post, l’influent quotidien en langue anglaise, s’en prenaient ouvertement à la « presse internationale » et exaltaient sans retenue la guerre contre le Hamas.

Mais l’opinion publique internationale n’a pas été autant influencée par le contrôle de l’information sur la guerre exercée par le gouvernement israélien.

Les médias internationaux ont su contourner l’interdiction d’accès de leurs journalistes à Gaza, grâce à leurs correspondants palestiniens, ils ont pu rendre compte à chaud des événements, heure après heure.

La radio, la télévision et les médias en ligne du Hamas ont continué à fonctionner malgré les bombardements ciblés.

Les télévisions arabes et notamment Al Jazeira qui dispose à Gaza de deux équipes complètes de journalistes y résidant, ont couvert quotidiennement le conflit en direct dans des éditions arabes et en anglais.

Ainsi les auditeurs de radio et les téléspectateurs du monde entier ont pu suivre jour après jour le décompte macabre des victimes et apprendre qu’à la fin de l’expédition de Tsahal, plus de 1.300 habitants de Gaza auront été tués dont prés de 40 % de civils selon des sources palestiniennes (25% selon les sources israéliennes).

Les journalistes ont pu montrer la disproportion entre les forces de guérillas du Hamas et la puissance des forces armées israéliennes, rendre compte du bombardement d’une école placée sous le contrôle de l’ONU et qui servait de refuge à des populations civiles et dénoncer l’usage aveugle de bombes à phosphore blanc.

La « communauté internationale » ne pouvait rester longtemps insensible à ces révélations qui ont suscité des manifestations publiques de colères à travers le monde entier.

Aussi l’Assemblée Générale des Nations Unies dans sa session spéciale du 15 janvier 2008 accusa Israël de violation de la loi internationale pour « usage disproportionné de la force ».

« Les violations du droit international commises lors de l’attaque de Gaza ont été dûment notées : punition collective, usage disproportionné de la force et attaque de cibles civiles dont des maisons, des mosquées, des universités et des écoles » indique la résolution de l’Assemblée Générale.

C’est au moins en partie du fait de ces manifestations de l’opinion publique internationale qu’Israël décidait enfin le 18 janvier d’un cessez le feu unilatéral.

La guerre d’Israel contre la liberté d’information aura donc échoué…

Alymana Bathily

Les citations et statistiques de cet article sont issues des articles du correspondant du New York Times Ethan Bronner publiées entre le 6 et le 20 janvier 2008.

http://www.sudonline.sn/spip.php?article16239


Lire la suite

30/01/2009

n° 417 - Les Dossiers d'Irak - 29-01 -Début- : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.


n° 417  - Les Dossiers d'Irak - 29-01 -Début- : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.



                  Les Dossiers d'Irak

                               N° 417                             29/01/09 

                                    C.De broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Tiré à part :

Irak: une sculpture rend hommage au jet de chaussures ayant visé Bush

Barack Obama met la dernière main à son équipe gouvernementale.

Irak : Obama prépare son plan de retrait.

2 Brèves

2-1   L'Irak, terrain de jeux des mercenaires préférés du Pentagone.

2-2    Dick Cheney défend l'usage de la torture par la CIA.

2-3     Herstal (Belgique)  reçoit une grosse commande pour l'Irak.

3 Dossier & Point de vue

3-1 Où en est la "guerre au terrorisme" : interview d’un expert du renseignement.

3-2 Patrick Sabatier : Réunions de crise pour lancer l'ère Obama.

–Suite –

3-3 Irak: Londres sommé de publier les minutes de réunions cruciales en 2003.

4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

4-1 La communauté noire d'Irak rêve de son Obama.

5 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

5-1 JSF et F-22: l’équipe Obama entre dans la danse.

5-2 ALLARD Jean-Guy : En Irak comme en Amérique Latine, l’USAID se consacre à l’espionnage.

Fin

5-3 Jules Dufour : Les guerres d'occupation de l'Afghanistan et de l'Irak: un bilan horrifiant de portée mondiale.

5-4 Obama  et la cessation unilatérale de la guerre contre le terrorisme..

5-5 Craig Roberts Paul : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.

6 Annexe

6-1 Pourquoi les armements à l’uranium appauvri sont illégaux


Avant propos

Les militaires américains usent d’un terme générique- Al Qaida- pour désigner les résistants qui osent leur résister...


Tiré à part

Irak: une sculpture rend hommage au jet de chaussures ayant visé Bush

Une sculpture en forme de soulier géant. L'oeuvre d'art, inspirée par le jet de chaussures ayant visé George W. Bush le mois dernier, a été dévoilée au public jeudi à Takrit, la ville natale de Saddam Hussein. -Amari, la statue en cuivre et en fibre de verre, de la taille d'un canapé, rend hommage à la fierté du peuple irakien.

Un poème gravé sur l'oeuvre fait l'éloge de Mountadhar al-Zeidi, le journaliste irakien qui a lancé ses deux chaussures sur l'ancien président américain -sans l'atteindre- à l'occasion d'une conférence de presse donnée par M. Bush lors d'une visite à Bagdad au mois de décembre.

Le procès de Mountadhar al-Zeidi, poursuivi pour agression contre un chef d'Etat étranger, a été reporté à une date indéterminée, suite à un recours déposé par la défense afin d'amoindrir les charges pesant sur le journaliste.

AP

29-01

Barack Obama met la dernière main à son équipe gouvernementale.

Le président élu a annoncé, vendredi 9 janvier, qu'il avait choisi l'amiral à la retraite Dennis Blair pour diriger les 16 agences du renseignement américain.

Il a confirmé qu'il désignait l'ancien chef de cabinet de Bill Clinton, Leon Panetta, comme directeur de la CIA, l'Agence centrale de renseignement.

A ces deux nouveaux membres de l'équipe de sécurité nationale, il a demandé de mettre en avant "des appréciations fondées seulement sur les faits", sans rechercher "des informations qui viendraient en soutien d'un programme idéologique".

Pour couper court aux critiques contre M. Panetta, 70 ans, un gestionnaire sans expérience précise du renseignement, il a souligné que celui-ci "avait toute sa confiance" et aurait une "influence substantielle" à la tête d'une agence très malmenée par la rivalité avec le Pentagone dans la préparation de la guerre contre l'Irak.M. Obama a aussi annoncé la désignation de John Brennan, un ancien hiérarque de la CIA, comme conseiller présidentiel en matière de lutte 'antiterroriste'.

Il avait été question de lui pour diriger l'agence, mais cette hypothèse a été écartée.

Questionné en 2006 sur les méthodes d'interrogatoire de la CIA, M. Brennan avait estimé qu'il fallait de temps en temps "retirer les gants". Selon la presse, il a réussi à convaincre M. Obama qu'il n'était pas intervenu dans la mise en place des techniques de torture comme le waterboarding (simulation de noyade).

Du côté du département d'Etat, Hillary Clinton aurait choisi l'ancien négociateur Dennis Ross comme envoyé spécial pour le Proche-Orient et l'Iran. L'ancien ambassadeur à l'ONU Richard Holbrooke serait chargé du Pakistan et de l'Afghanistan. L'un des fondateurs du Center for a New American Century (CNAS), Kurt Campbell, devrait devenir le chargé de l'Asie, remplaçant notamment Christopher Hill sur la Corée du Nord. Professeur à Princeton, Anne-Marie Slaughter devrait diriger le département de la planification stratégique. Enfin, Philippe Gordon, spécialiste de l'Europe et des stratégies antiterroristes à la Brookings Institution, doit devenir secrétaire d'Etat adjoint chargé de l'Europe.Au Pentagone, Michele Flournoy, cofondatrice du CNAS, deviendrait directrice de la planification.

Les auditions de confirmation au Sénat de Mme Clinton doivent commencer dès le 13 janvier, une semaine avant la prise de fonctions.

Corine Lesnes

Article paru dans l'édition du 11.01.09.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/01/10/l-amir...=

 

Irak : Obama prépare son plan de retrait.

Le président Barack Obama devrait dire "relativement vite" comment il entend retirer les troupes américaines d'Irak et tenir l'une de ses grandes promesses de campagne, a dit son porte-parole Robert Gibbs aujourd'hui.
"Je pense que cela sera relativement proche, je ne veux pas fixer une date précise, mais je pense que cela sera relativement vite", a dit M. Gibbs peu avant que M. Obama ne se rende au Pentagone pour parler de l'Irak mais aussi de l'Afghanistan.
La Maison Blanche a dit au cours des derniers jours que M. Obama entendait toujours retirer les troupes de combat d'Irak en 16 mois, mais comptait le faire de manière "responsable" sans mettre en danger la vie des soldats américains.
M. Gibbs a souligné que M. Obama disposait déjà de "beaucoup d'informations" pour prendre sa décision et que, depuis fin 2008 et l'accord entre Washington et Bagdad sur les conditions du maintien des troupes américaines en Irak, le Pentagone avait eu du temps pour préparer des plans de retrait.

AFP
28/01


Lire la suite

n° 417 - Les Dossiers d'Irak - 29-01 –Suite - : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.


n° 417  - Les Dossiers d'Irak - 29-01 –Suite - : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.



                  Les Dossiers d'Irak

                               N° 417                             29/01/09 

                                    C.De broeder & M.Lemaire



Sommaire : –Suite -

3 Dossier & Point de vue  –Suite -

3-3 Irak: Londres sommé de publier les minutes de réunions cruciales en 2003.

4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

4-1 La communauté noire d'Irak rêve de son Obama.

5 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

5-1 JSF et F-22: l’équipe Obama entre dans la danse.

5-2 ALLARD Jean-Guy : En Irak comme en Amérique Latine, l’USAID se consacre à l’espionnage.


 

3-3 Irak: Londres sommé de publier les minutes de réunions cruciales en 2003.

La justice britannique a ordonné mardi au gouvernement de publier les minutes de réunions cruciales au cours desquelles Tony Blair et ses ministres ont pris la décision controversée en 2003 de participer à la guerre en Irak aux côtés des Américains.

Le tribunal chargé de veiller au respect de la liberté d'information a confirmé une décision ordonnant la publication des détails de deux réunions tenues les 13 et 17 mars 2003, où la légalité d'une intervention militaire en Irak au regard du droit international avait été étudiée.

"Nous avons décidé que l'intérêt public à préserver la confidentialité des minutes de deux réunions du Cabinet au cours desquelles les ministres ont décidé d'engager des forces dans une action militaire en Irak (...) était moindre que l'intérêt public à les révéler", a conclu le tribunal.

"La décision d'engager les forces armées du pays dans l'invasion d'un autre pays est en soi d'une importance capitale et (...) sa gravité est renforcée par les critiques faites sur le processus décisionnel au sein du Cabinet à l'époque", relève le jugement.

Le gouvernement de Gordon Brown a 28 jours pour faire appel devant la Haute Cour. "Nous étudions notre réponse", a commenté un porte-parole de Downing Street.

L'ancien Premier ministre Tony Blair avait été sévèrement critiqué, dans son pays et à l'étranger, pour avoir appuyé la décision du président américain George W. Bush d'envahir l'Irak sans le feu vert des Nations unies en 2003.

Les discussions du Cabinet avaient notamment porté sur l'avis du plus haut magistrat du pays, Peter Goldsmith, sur la légalité d'une intervention en Irak.

Le gouvernement Blair avait longtemps résisté aux appels à publier les conclusions de Lord Goldsmith, mais plusieurs passages avaient fait l'objet de fuites dans la presse pendant les élections législatives de 2005.

Peter Goldsmith avait démenti avoir accepté, sous la pression du gouvernement, de conclure que cette intervention serait légale malgré l'absence d'une résolution des Nations unies.

L'ancienne ministre Clare Short, qui avait démissionné du gouvernement Blair pour protester contre l'entrée en guerre des troupes britanniques en Irak, a toutefois prévenu que les minutes de ces réunions, si elles étaient un jour publiées, ne contenaient aucun scoop.

"Je pense que les gens seront déçus par le peu de révélations que contiennent ces minutes", a-t-elle prévenu. Il y avait "très peu de véritables discussions" au cours de ces réunions du Cabinet, et les minutes sont très générales et limitées".

(AFP /

27 janvier

http://www.romandie.com/infos/news2/090127183403.g2xru421.asp


Lire la suite

n° 417 - Les Dossiers d'Irak - 29-01 –Fin - : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.


n° 417  - Les Dossiers d'Irak - 29-01 –Fin - : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.



                  Les Dossiers d'Irak

                               N° 417                             29/01/09 

                                    C.De broeder & M.Lemaire



Sommaire : –Suite -

3 Dossier & Point de vue  –Suite -

3-3 Irak: Londres sommé de publier les minutes de réunions cruciales en 2003.

4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

4-1 La communauté noire d'Irak rêve de son Obama.

5 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

5-1 JSF et F-22: l’équipe Obama entre dans la danse.

5-2 ALLARD Jean-Guy : En Irak comme en Amérique Latine, l’USAID se consacre à l’espionnage.

5-3 Jules Dufour : Les guerres d'occupation de l'Afghanistan et de l'Irak: un bilan horrifiant de portée mondiale.

5-4 Obama  et la cessation unilatérale de la guerre contre le terrorisme..

5-5 Craig Roberts Paul : Les Etats-Unis se déclarent au-dessus des lois.

6 Annexe

6-1 Pourquoi les armements à l’uranium appauvri sont illégaux


5 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion (suite)

5-3 Jules Dufour : Les guerres d'occupation de l'Afghanistan et de l'Irak: un bilan horrifiant de portée mondiale.

Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent avec leurs cortèges de morts et leurs lots de destruction et de désolation. Elles continuent et sont livrées de plus en plus dans l’indifférence générale. Jour après jour, les dépêches en provenance de Kaboul, de Kandahar ou de Bagdad font état des attentats suicides, des attentats à la voiture piégée, d’affrontements sanglants et de bombardements de villes et de villages.

Cinq ans de guerre en Irak. Les bilans présentés font peu état des dommages aux infrastructures et dressent une comptabilité imprécise des victimes. Quel gâchis! Quel massacre! Combien d’appréhensions, de peurs et de souffrances endurées par des millions d’habitants? Aucune volonté réelle ne se manifeste pour y mettre fin. Et pourtant ce sont des guerres qui affectent le monde entier.

Le palmarès de victimes anonymes

En bref, le bilan global des victimes de ces guerres ne fait pas l’objet d’une grande diffusion. Il semble, avec le temps, devenir en soi l’objet d’un rapport comme un autre. L’indignation n’est plus au rendez-vous ni même la consternation ou la tristesse. Il se présente plutôt un sentiment d’indifférence qui laisse la place aux questions de stratégies sur le terrain et à celles relatives aux conditions qui permettront de «gagner» la guerre avant d’effectuer un retrait dit progressif.

 

Quel bilan peut-on dresser en juillet 2008?

Un très grand nombre d’organismes veillent sur cet aspect des conflits armés et, notamment, les organisations internationales des droits humains telles que Human Rights Watch, Amnistie Internationale, Human Rights for Change, Afghanistan Justice Project, War Victims Monitor et International Center for Transitional Justice.. Quel est le décompte? Quel est le nombre de déplacés dans les pays théâtres de ces guerres et vers l’étranger? Quelle est l’ampleur des dégâts et des coûts financiers entraînés par ces deux «opérations»?

Nous présentons, ici, un bilan de ces guerres afin de pouvoir en prendre toute la mesure et de mieux comprendre le sens des décisions politiques et militaires qui sont prises par les forces d’occupation. Les données présentées doivent être considérées comme étant des approximations peu importe la source d’où elles proviennent. Nous ferons état des bilans officiels, mais nous considérerons avec beaucoup d’attention les rapports provenant d’organismes reconnus comme indépendants. Nous présentons un bilan succinct des victimes et les coûts globaux de ces guerres.

 

Des bilans indépendants 

Selon  Unknown News, en date du 16 juillet 2007, la situation globale se présentait ainsi: Au moins 832 962 personnes ont été tuées et 1 590 895 ont été blessés en Afghanistan et en Irak (Unknown news).

En Irak

Selon Adlène Meddi du Quotidien indépendant El Watan, en date du 25 mars 2008,  «si le bilan opérationnel officiel de l’armée américaine en Irak a atteint le seuil symbolique de 4000 morts avec les récentes attaques, l’on est incapable de préciser le nombre des civils irakiens tués dans cette guerre qui dure depuis cinq sanglantes années» (El Watan).

 

Selon cet auteur, «des chercheurs américains de l’Université John Hopkins (Baltimore) et iraquiens, de l’Université Al Mustansiriya (Bagdad), ont estimé la surmortalité depuis l’invasion de l’Irak, de mars 2003 jusqu’à juillet 2006». 

«Ils estiment à 655.000 le nombre de morts supplémentaires d’Iraquiens (soit 2,5% de la population) par rapport à la période antérieure à l'invasion américaine. Le taux de mortalité était de 5,5 pour mille avant mars 2003 contre 13,3 pour mille désormais...». 

«Ces travaux, publiés dans la revue médicale The Lancet, n’ont pas compté les corps à la morgue pour calculer la surmortalité. Ils ont enquêté auprès de 47 ensembles, répartis sur tout le territoire, contenant chacun 40 foyers. Ils ont recensé le nombre de naissances et de décès par foyer entre 2001 et 2006 et ont ensuite extrapolé les résultats à l’ensemble de la population iraquienne...».

 «Ces chiffres sont très loin des chiffres officiels publiés sur iraqbodycount.org, site qui est censé recenser les civils tués au cours des interventions militaires en Irak (qui avaient été répertoriés jusqu’à ce moment-là)  "que" 45 à 50.000 victimes...» En juillet 2008, selon les données fournies par ce projet le total des morts se situe entre 86 017 et 93 936 (http://www.iraqbodycount.org/ ).

Des coûts astronomiques 

Combien ces guerres ont-elles coûté jusqu’à maintenant? Quelle est l’ampleur des dommages causés aux infrastructures? Quels seraient les coûts globaux de leur reconsctruction?

Selon un rapport du Service de recherche du Congrès des États-Unis mis à jour le 23 juin 2008, jusqu’au 26 décembre 2007 le Congrès a approuvé la somme totale de 700 milliards de dollars pour les opérations militaires, la sécurité, la reconstruction, l’aide internationale, les dépenses des ambassades et les frais d’assurances et les soins de santé pour les anciens combattants pour les trois opérations initiées depuis les attaques du 11 septembre.

Selon la même source de renseignements, en date du 19 juin 2008, la Chambre a approuvé une nouvelle version du Rapport à la Chambre 2642, un supplément pour l’année fiscale 2008, qui devait être examiné par le Sénat la semaine suivante. Ce projet de loi comprend une somme de 163 milliards de dollars pour les deux années fiscales 2008 et 2009... Si le tout est approuvé, le Service de recherche du Congrès estime que le financement des guerres contre la terreur atteindra le total de 857 milliards de dollars, soit un total de 656 milliards de dollars pour la guerre en Irak, 173 milliards de dollars pour celle de l’Afghanistan et de 29 milliards de dollars pour le renforcement de la sécurité (Belasco, A., 2008).   

Pour voir le budget autorisé pour la guerre en Irak (en milliards de dollars), cliquez ici.

Selon d’autres sources d’information, les coûts réels pourraient atteindre les 3 000 milliards de dollars pour le budget national des États-Unis. Selon Joseph Stiglitz and Linda Bilmes du Journal The Times, en tenant compte des opérations elles-mêmes et des impacts directs de ces guerres sur l’ensemble de l’économie, les coûts des conflits en Irak et en Afghanistan ont pris des proportions fulgurantes et ils les estiment à la somme totale de 3 000 milliards de dollars. Ils concluent ainsi: «Par un brassage malsain de fonds d’urgence, par une série de livres comptables et par des calculs sous-estimés constants des ressources nécessaires à la poursuite de la guerre, nous avons essayé d’identifier combien nous avons dépensé – et combien nous devrons probablement dépenser jusqu’à la fin. Le chiffre auquel nous arrivons correspond à la somme de 3 000 milliards de dollars. Nos calculs sont basés sur des hypothèses conservatrices. Ces calculs sont simples en eux-mêmes, même s’ils se veulent compliqués sur le plan technique. Le chiffre de 3 000 milliards de dollars comme coût total nous apparaît juste et probablement plus bas que la réalité. Inutile de dire que ce total ne représente que le coût assumé par les États-Unis. Il ne reflète pas le coût énorme assumé par le reste du monde et l’Iraq» (Times online ). 

Les coûts estimés de la reconstruction

En préparation de la réunion de pays donateurs de Madrid sur le projet de reconstruction de l’Irak en 2003 le total de 35.82 milliards de dollars a été estimé pour la période 2004-2007, le tout ayant été préparé par un comité conjoint formé par des représentants des Nations Unies et de la Banque mondiale.

Ce total de 36 milliards dollars en provenance des États-Unis seraient consacrés aux 14 secteurs d’intervention suivants: Institutions gouvernementales, éducation, santé, création d’emplois, transport et télécommunications, approvisionnement et assainissement des eaux et disposition des matières résiduelles, électricité, planification urbaine, logement et mise en valeur du territoire, agriculture et ressources en eau, entreprises de l’État, secteur financier, investissement dans la lutte contre les changements climatiques et action contre les mines. Les Autorités provisoires de la Coalition ont estimé qu’il fallait 20 milliards additionnels en incluant cinq milliards de dollars pour la sécurité et la police et 18 milliards pour les infrastructures de l’industrie pétrolière (Wikipedia).

Les déplacés et les réfugiés

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNCHR) la guerre en Irak à elle seule est responsable de 4.4 millions de réfugiés et de populations déplacées à l’intérieur des frontières (Global Voices online). 

«La situation en Irak continue à empirer, avec plus de deux millions d’Irakiens dont on estime qu’ils ont été déplacés à l’intérieur des frontières et 2.2 millions qui ont cherché refuge dans les pays voisins » affirme le rapport de L’UNCHR».

«Selon des chiffres gouvernementaux, quelques 1.4 million d’Irakiens se trouvent maintenant en Syrie, jusqu’à 750 000 en Jordanie, 80 000 en Égypte et quelques 200 000 dans la région du Golfe. La Syrie, à elle seule, accueille un minimum de 30 000 Irakiens par mois» (Global Voices online). 

Conclusion

Ces guerres, comme on peut le constater, exercent, depuis le début du siècle, un impact majeur sur l’économie mondiale, car elles mobilisent des ressources matérielles et humaines considérables pour tuer et détruire, des ressources en provenance de l’ensemble de la planète. Elles créent un climat d’insécurité globale et provoquent, par le fait même, un puissant effet d’entraînement sur le réarmement d’un très grand nombre de pays avec des sommes colossales qui sont désormais engagées dans le processus de militarisation de continents tout entiers comme c’est le cas en Europe orientale et au Moyen Orient.

On peut le constater en analysant le taux de croissance des dépenses militaires mondiales. Depuis 1998 il a été constant et s’est avéré le net reflet de l’impact de ces guerres et celui du processus de réarmement global de la planète. Le total de ces dépenses, selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), est passé de 735 milliards à 1339 milliards de dollars entre 1998 et 2007, soit une augmentation de 45% par rapport à 1998 (pour voir le tableau des dépenses militaires mondiales, cliquez ici)). Ce total correspond à 2.5% du produit mondial brut (PMB) et à la somme de $202.00 par personne (SIPRI, 2008).

Est-ce qu’une nouvelle administration à la Maison Blanche sera susceptible de stopper ce processus? Il est permis d’en douter, car les dividendes de ces guerres profitent grandement aux grandes industries d’armements et nous savons que celles-ci exercent une forte influence sur les orientations politiques et stratégiques des grandes puissances.

Un message clair a été prononcé par George Miller, membre du Congrès du District de Californie et président du comité de l’éducation et du travail. Ce message traduit bien les préoccupations d’un grand nombre d’Étatsuniens concernant la guerre en Irak: “Notre économie et notre pays ne peuvent continuer de supporter le coût de cette guerre, ni pour les soldats et leurs familles qui ont consenti d’énormes sacrifices pour notre pays». Miller ajouta: «Nous devrions reconstruire l’Amérique et non l’Irak, et nous devrions rétablir la force énorme pour le bien que l’Amérique peut accomplir pour la communauté internationale plutôt que de continuer de fragiliser la stabilité régionale et ternir notre réputation à l’étranger en poursuivant cette guerre tragique et inutile. Je presse le Président d’apporter son appui au programme de retrait de nos troupes de l’Irak» (Georgemiller.house).

Ces guerres sont loin d’être terminées selon Albert Legault, chercheur du Centre d’études des politiques étrangères et de sécurité (CEPES) de Montréal: « Les guerres d’Irak et d’Afghanistan sont un désastre militaire, politique, économique, humanitaire et financier. En Irak, la situation militaire n’est pas plus stable qu’autrefois même si le nombre d’incidents violents a diminué –ce qui n’inclut pas les violents combats de Bassorah en mars 2008 et de Sadr Cité en avril – et de l’avis même des militaires américains, l’Afghanistan ne sera pas en mesure de s’occuper seule de sa sécurité avant 2013» (Er.uqam.ca).


Références

BORTOLASO, M.B. 2007. Usa, la facture de la guerre a doublé. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation. Le 16 novembre 2007. Adresse Internet: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=7342

MEDDI, A. 2008. Combien de victimes civiles irakiennes tuées depuis 2003 ? Journal El Watan.

Le 25 mars 2008. Adresse Internet:

http://www.elwatan.com/Combien-de-victimes-civiles

 

Sites Internet

Guerre et Occupation en Irak / Résumé exécutif:

http://www.google.ca/search?hl=fr&q=Amnistie+internatinale+%2B+guerre+%2B+Irak&start=20&sa=N L’intervention américaine en Irak

Chronologie de la guerre en Irak (2002-2008). L’Express.fr :

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/chronologie-2002-2007_498027.html


Lire la suite

29/01/2009

n° 416 -Journal d'Irak -21-01 au 28-01 – début - / L’eau noire qui attend Obama en Irak


 n° 416 -Journal d'Irak  -21-01  au 28-01 – début - / L’eau noire qui attend Obama en Irak



          Journal d'Irak   

                                      n°416                du 21/01  au 28/01/09

                            C.De Broeder & M.Lemaire       



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Tiré à part :

Paroles & actions du nouveau président...

Obama saura tenir compte des risques d'un retrait d'Irak.

Obama devra faire des choix délicats sur l'Irak.

La résistance contre l'agresseur

Les habitants de Sadr City dans les rues pour protester contre les Occupants.

Lutte pour la libération du territoire

La résistance contre l'agresseur

Résistance :

1 Analyse

Des résistants

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

Suite

2) occupants 

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 The Plight of Iraqi Women - Scenes from the Streets of Kerkuk

5-2 Comment manipuler l’info sur la guerre.

6 Les brèves

6-1 Universitaires irakiens assassinés durant l’occupation des Etats-Unis.

6-2 Turquie, Irak et USA s'entendent pour lutter contre le PKK.

7 Dossier & Point de vue

7-1 Morice : L’eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1).

7-2 Morice : L’eau noire qui attend Obama en Irak (saison 2)



L'Irak en chiffre: du 21-01 au 28-01-09



 

 

 

Tués

Blessés

 

 

 

 

 

Peuple irakien

2 + x

3 + x

 

 

 

 

 

Usboys/Autres boys + miliciens

22

X

 

 

 

 

 

Policiers, armée et collaborateurs & miliciens

12

17

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Tiré à part :

29-01

L'invasion américaine en mars 2003 et cinq ans d’occupation ont vu l'émergence d'une nouvelle figure de la guerre du XXIe siècle: le "PSD" (private sector detail, personnel du secteur privé), sous contrat avec les ambassades occidentales, le département d'Etat ou le département à la Défense.

Les sociétés privées emploient près de 100.000 personnes (agents, cuisiniers, chauffeurs, etc) en Irak, où sont stationnés 142.000 soldats américains.

Cinq d'entre eux sont accusés par la justice américaine d'avoir tiré en rafale sur des civils irakiens désarmés, tuant 14 personnes selon l'enquête américaine, 17 personnes selon l'enquête irakienne.

Les cinq agents de Blackwater, âgés de 24 à 29 ans, ont plaidé non coupable des 35 chefs d'accusation dont ils doivent répondre. Leur procès doit s'ouvrir le 29 janvier 2010.

Un sixième employé de Blackwater a plaidé coupable de tentative d'homicide en décembre.

AFP


Paroles & actions du nouveau président...

22-01

Le Moyen-Orient salue Obama, mais attend encore des actes…
Barack Obama devra gérer d’autres dossiers importants, comme le retrait des troupes d’Irak, qu’il souhaite appliquer « de façon responsable ».

http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=389698

 

22-01

Pendant sa campagne électorale, Barack Obama a promis un retrait des troupes US dans les 16 mois suivant son investiture, tout en affirmant qu'il tiendrait compte du point de vue du commandement militaire sur place.

Au lendemain de son investiture le 20 janvier, il avait demandé à ses responsables militaires "de pousser plus avant la planification nécessaire pour mener à bien un retrait militaire d'Irak de manière responsable".

AFP

 

Obama saura tenir compte des risques d'un retrait d'Irak.

Le nouveau commandant-en-chef a prévu un retrait sur 16 mois des 140.000 hommes engagés.

Les principaux conseillers militaires d’Obama ont indiqué qu'ils informeraient le président des risques potentiels des projets de retrait des troupes d'Irak.

"Notre devoir est de donner au président plusieurs options en lui signalant les risques qu'elles présentent, et il prendra sa décision" a expliqué Gates, le secrétaire à la guerre.

Il incarne avec l'amiral Mike Mullen la continuité de l'administration Bush, et les deux hommes se sont opposés par le passé à un retrait rapide.

L'ambassadeur US en Irak Ryan Crocker a déclaré que les troupes continueraient à combattre tout en se retirant.

AP

23-01 

Obama devra faire des choix délicats sur l'Irak.

Obama : "Nous allons avoir des décisions difficiles à prendre, concernant l'Irak et l'Afghanistan, tout prochainement",. "Il est clair que les efforts pour continuer de rechercher les extrémistes qui veulent du mal à notre patrie sont en tête de nos priorités", a continué Obama, traduisant sa volonté de mettre en œuvre sa stratégie consistant à se concentrer davantage sur l'Afghanistan, contrairement à l'administration Bush qui mettait l'accent surtout sur l'Irak.

Obama a passé près de deux heures en compagnie du secrétaire à la Défense, Robert Gates, et des plus hauts gradés de l'état-major interarmes américains, avec lesquels il a évoqué les effectifs des troupes ou des transferts de troupes américaines en Afghanistan et en Irak, a dit un responsable américain de la Défense, qui a requis l'anonymat.

29-01

Reuters



Lire la suite

n° 416 -Journal d'Irak -21-01 au 28-01 - suite - L’eau noire qui attend Obama en Irak


 n° 416 -Journal d'Irak  -21-01  au 28-01 - suite -  L’eau noire qui attend Obama en Irak



          Journal d'Irak   

                                      n°416                du 21/01  au 28/01/09

                            C.De Broeder & M.Lemaire       



Sommaire :

3 Politique

2) occupants 

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 



b) Les occupants 

1) Usa

Obama

Les principales positions d’Obama sur l'Irak.

  • TROUPES

M. Obama s'est engagé, s'il est élu, à immédiatement commencer un retrait des troupes déployées en Irak, au rythme d'une à deux brigades de combat par mois jusqu'à ce que toutes les troupes de combat soient rentrées, soit dans un délai de 16 mois. "Le jour où je prendrai mes fonctions je donnerai une nouvelle mission aux militaires: finir cette guerre", a-t-il dit le 15 juillet.
Il souligne également qu'il veut "un retrait responsable et progressif d'Irak", et qu'il entend écouter les commandants militaires dès sa prise de fonctions. "J'ai toujours dit que le rythme du retrait serait dicté par la sécurité de nos troupes et le besoin de maintenir la stabilité".

 

  • BASES PERMANENTES

Obama est opposé à l'installation de bases permanentes en Irak, mais a dit qu'il maintiendrait des troupes "résiduelles" dans le pays pour viser les restes d'Al-Qaïda, protéger l'ambassade américaine et les autres représentations diplomatiques, et entraîner et soutenir les forces de sécurité irakiennes, "tant que les Irakiens font des progrès politiques". Il s'est aussi dit prêt à renvoyer des troupes en cas de situation chaotique ou de nettoyage ethnique.

 

  • LE GOUVERNEMENT IRAKIEN

Obama a dit qu'il presserait les leaders irakiens d'achever le processus de réconciliation nationale et d'assumer entièrement leurs responsabilités pour diriger le pays, en envisageant un rôle central joué par les Nations unies.
"Ce que je ne ferai pas, c'est de continuer à laisser faire le gouvernement irakien et à permettre à ces dirigeants de geler notre politique étrangère, pendant qu'ils tergiversent sur la façon dont ils vont coopérer entre eux",
a dit Obama en avril.

 

  • L'AVENIR DE L'IRAK

"Les Irakiens pourraient choisir une sorte de partition du pays en trois régions - une sunnite, une chiite, une kurde. Mais ce doit être leur propre choix. Les Etats-Unis ne doivent pas imposer la division de l'Irak", a-t-il affirmé en septembre 2007.

 

  • STABILITE REGIONALE

Le sénateur démocrate prévoit d'impliquer les voisins de l'Irak, dont les bêtes noires de l'administration Bush, l'Iran et la Syrie, pour sécuriser les frontières de l'Irak, mettre fin à l'ingérence dans les affaires intérieures et soutenir la reconstruction.
"Parce que si (le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki) peut tolérer des relations normales avec son voisin l'Iran, alors nous devrions également parler avec eux (les Iraniens)", a déclaré Obama en avril. "Je ne crois pas que nous allons être capables de stabiliser la situation sans eux".

 

  • REFUGIES

Obama prévoit de mettre sur pied un groupe de travail international pour aborder la question des réfugiés, avec quelque 2 millions de déplacés à l'intérieur de l'Irak. Il veut aussi débloquer deux milliards de dollars pour aider les réfugiés irakiens ayant fui leur pays.

 

  • JUSTICE

"Les Irakiens doivent savoir que ceux qui s'engagent dans des actes de violence à grande échelle seront traduits en justice. Nous devrions prendre la tête d'une commission à l'Onu pour surveiller et demander des comptes aux auteurs de crimes de guerre en Irak", a dit Barack Obama en septembre 2007.

 21/07.

L'Echo.be

 

27-01

Le président Obama a promis pendant sa campagne un retrait des troupes de combat d'Irak dans les 16 mois après sa prise de fonction, et demandé au lendemain de son investiture à ses responsables militaires d'accélérer la planification d'"un retrait d'Irak de manière responsable".

M. Gates a confirmé mardi que ce retrait en 16 mois faisait partie d'une "variété d'options" à l'étude.

 (AFP)


Lire la suite

n° 416 -Journal d'Irak -21-01 au 28-01 - FIN- L’eau noire qui attend Obama en Irak


 n° 416 -Journal d'Irak  -21-01  au 28-01 - FIN-  L’eau noire qui attend Obama en Irak



          Journal d'Irak   

                                      n°416                du 21/01  au 28/01/09

                            C.De Broeder & M.Lemaire       



Sommaire :

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 The Plight of Iraqi Women - Scenes from the Streets of Kerkuk

5-2 Comment manipuler l’info sur la guerre.

6 Les brèves

6-1 Universitaires irakiens assassinés durant l’occupation des Etats-Unis.

6-2 Turquie, Irak et USA s'entendent pour lutter contre le PKK.

7 Dossier & Point de vue

7-1 Morice : L’eau noire qui attend Obama en Irak (saison 1).

7-2 Morice : L’eau noire qui attend Obama en Irak (saison 2)



5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

5-1 The Plight of Iraqi Women - Scenes from the Streets of Kerkuk

Le sort tragique des femmes iraquiennes - Scènes de la rue de Kerkouk

http://turkmenfriendship.blogspot.com/2009/01/plight-of-iraqi-women-scenes-from.


5-2 Comment manipuler l’info sur la guerre.

… Vous n’écouterez plus de la même façon les militaires retraités qui défilent à la télévision américaine pour expliquer ce qui se passe en Irak, en Afghanistan ou à Guantanamo.

La plupart d’entre eux travaillent pour des sociétés qui ont des contrats avec le Pentagone, un fait qui est rarement dévoilé aux téléspectateurs.

S’appuyant sur des entrevues et quelque 8000 pages de documents, le Times affirme que l’administration Bush a transformé ces analystes en cheval de Troie médiatique, les invitant à assister à des séances d’information sur la guerre avec des officiels du Pentagone qui ont une influence directe sur l’attribution des contrats militaires.

Selon certains analystes militaires, ces séances d’information ne sont rien d’autre que des exercices de propagande. Je cite dans le texte un ancien Green Beret qui a servi d’analyste sur la chaîne Fox :

“It was them saying, ‘We need to stick our hands up your back and move your mouth for you.’ ”

25-01



6 Les brèves

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

6-1 Universitaires irakiens assassinés durant l’occupation des États-Unis.

Le journal Pakistan Daily a publié une liste d’universitaires irakiens assassinés par les forces d’occupation étasuniennes et leurs alliés. L'objectif de ces assassinats ciblés est de « détruire une nation, » d’anéantir toute aptitude de l'Irak à éduquer son peuple, de saper sa recherche et ses capacités scientifiques dans à proprement parler tous les domaines d'activité, de transformer une nation en territoire et, en fin de compte, de détruire une civilisation.

L'assassinat des scientifiques éminents, des médecins, des professeurs de médecine dans les principaux établissements universitaires du pays, des chercheurs en sciences sociales et des historiens, des physiciens, des biologistes, des ingénieurs, est d’une importance particulière

Nous sommes devant une opération secrète soigneusement conçue. Ce plan, visant à tuer les scientifiques et les intellectuels de la nation, émane du renseignements et des militaires étasuniens. Il s'agit d'un opération délibérée.

La nouvelle administration Obama fermera-t-elle les yeux sur ce programme diabolique et criminel ?

Michel Chossudovsky, Global Research, 27 novembre 2008.

http://www.alterinfo.net/Universitaires-irakiens-assassines-durant-l-occupation-des-Etats-Unis_a28722.html

 


6-2 Turquie, Irak et USA s'entendent pour lutter contre le PKK.

"Nous sommes convenus (...) de mettre en place un centre de commandement conjoint à Erbil

Les Etats-Unis y seront représentés ", a déclaré Hochiar Zébari,

Ces 3 pays vont créer un centre de commandement commun dans le nord de l'Irak où seront centralisés les renseignements nécessaires à la lutte contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), annonce le chef de la diplomatie irakienne.

Le centre en question devrait voir le jour dans les prochaines semaines, selon des diplomates turcs.

La Turquie réclamait depuis longtemps le concours de l'Irak et des Etats-Unis contre les séparatistes du PKK.

Le ministre irakien Ali Babacan,  a assuré qu'un "nouveau climat fait de compréhension et de coopération" prévalait désormais entre l'Irak, la Turquie et les autorités du Kurdistan irakien autonome…

La réduction des activités du PKK dans le nord de l'Irak, est "un facteur essentiel" de la consolidation de ces relations, a souligné Ali Babacan,.

Il faut noter que les Etats-Unis, la Turquie et l'Union européenne considèrent le PKK comme une organisation terroriste.(…)

Reuters

26-01


Lire la suite

28/01/2009

n° 234 - journal de l'Afghanistan - 21-01 au 27-01 : - Début - Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent avec leurs cortèges de morts : un bilan horrifiant de portée mondiale.


n° 234 - journal de l'Afghanistan - 21-01 au 27-01 : - Début - Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent avec leurs cortèges de morts : un bilan horrifiant de portée mondiale.


Journal  de  l'Afghanistan    

n° 234 –                du 21-01 au 27-01

 C.De Broeder & M.Lemaire                                                                            



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be

Ps : # veut dire important (a mes yeux)

Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: Taliban- 'Al Qaïda'  &  Ben Laden = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance . idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



Sommaire.

Tiré à part :

Rapport de ARM’ (une association de défense des droits humains).

Dites non aux détentions illégales pratiquées par les États-Unis

Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge

Paroles & action du président...

Guantanamo, Proche-Orient, Irak, Barack Obama a lancé ses chantiers…

1 La résistance contre l'agresseur

Résistance :

Analyse & déclaration

1 La résistance contre l'agresseur

Résistance :

Analyse & déclaration

Suite 1

2 Occupation de l'Afghanistan 

Les forces en présence

3 Politique

1) collaborateurs afghans

2) occupants 

4 Lutte pour la libération du territoire

Détails.

L'Afghanistan en chiffre. 

Fin

6 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

6-1 Guerre contre l'Afghanistan.

Brèves

7-1 160.000 personnes, dont plus de 4.000 enfants mendient dans les rues de Kaboul.

7-2 Gates: l'Afghanistan est la priorité, mais les objectifs doivent être réduits.

7-3 Les Pays-Bas retireront la majorité de leurs troupes d'ici fin 2010.

7-4 Les enfants portent les stigmates de la guerre en Afghanistan.

7-5 Petit guide des mauvaises pratiques des ONG occidentales en déplacement...

7-6 Les rénovations à la base militaire principale de l'OTAN dans la province de Kandahar vont bon train…

7-7 Guantanamo : Les Brèves

1 Les déclarations incriminantes d'Omar Khadr ont été le résultat d'actes de coercition,

8 Dossiers

8-1 Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent avec leurs cortèges de morts : un bilan horrifiant de portée mondiale.

Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

9-1 Proposition d'organiser une pétition exigeant que Ban Ki Moon, soit destitué de ses fonctions.

9-2 Ban-Ki-Moon : Trouble compromission avec l'Otan.



L'Afghanistan en chiffre du 21-01 au 27/01/09  

 

 

 

tués

blessés

 

 

 

Usboys / Autres boys

 19

x

 

 

 

Policiers, armée et collaborateurs

 2

x

 

 

 

Peuple Afghan

 24

x

 


Tiré à part :

Rapport de ARM (une association de défense des droits humains).

23.01.

Dans son rapport, l’ARM critique les Nations Unies et les organisations humanitaires internationales pour leur incapacité présumée à se rendre auprès des communautés dans le besoin et à les aider, en particulier dans les zones d’insécurité.

« Alors que plusieurs millions de personnes avaient désespérément besoin d’une aide humanitaire … les Nations Unies et les autres organisations humanitaires sont restées retranchées dans des zones de sécurité de plus en plus étroites, à Kaboul et dans quelques autres villes », a expliqué l’ARM.

L’association a appelé les Nations Unies à rester neutres, à se rendre auprès des populations des régions instables pour les aider, et à faire preuve d’une plus grande responsabilité et de plus de transparence dans l’allocation des fonds internationaux.

http://nawaaye-afghanistan.net/spip.php?article7656

 

Dites non aux détentions illégales pratiquées par les États-Unis

Dans sa «guerre contre le terrorisme», le gouvernement des États-Unis a recours à des pratiques interdites par le droit international. Il a par exemple transféré en secret des personnes soupçonnées de terrorisme dans des lieux où elles ont été victimes de torture et d’autres mauvais traitements, de disparition forcée et de détention illimitée sans inculpation.
Le centre de détention américain de Guantánamo est un symbole de cette illégalité. Malgré les condamnations internationales, malgré le fait que le gouvernement américain lui-même a déclaré qu’il souhaitait fermer Guantánamo, de nombreux détenus sont toujours enfermés dans des conditions cruelles, inhumaines et dégradantes six ans après les premiers placements en détention sur cette base.
Amnesty International a élaboré une série de 13 recommandations qui présentent les mesures pratiques que les autorités américaines devraient prendre pour mettre fin aux détentions illégales.

Appel aux particuliers

Les gens comme vous, dans le monde entier, peuvent contribuer à faire cesser les détentions illégales pratiquées par le gouvernement américain. Rendez-vous sur le site tearitdown.org et signez la pétition. Vous ferez ainsi un geste pour soutenir nos recommandations et montrerez votre détermination à faire fermer Guantánamo pour mettre fin aux détentions illégales pratiquées par les États-Unis.

Appel aux parlementaires

Dans de nombreux pays, les représentants parlementaires ont signé une déclaration pour demander la fin des détentions illégales auxquelles recourt le gouvernement américain au nom de la lutte contre le terrorisme.

9 janvier 2008

 http://www.amnesty.org/fr/campaigns/counter-terror-with-j...


Lire la suite

n° 234 - journal de l'Afghanistan - 21-01 au 27-01 : - suite 1- Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent avec leurs cortèges de morts : un bilan horrifiant de portée mondiale.


n° 234 - journal de l'Afghanistan - 21-01 au 27-01 : - suite 1- Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent avec leurs cortèges de morts : un bilan horrifiant de portée mondiale.


Journal  de  l'Afghanistan    

n° 234 –                du 21-01 au 27-01

 C.De Broeder & M.Lemaire                                                                            



Sommaire.

2 Occupation de l'Afghanistan 

Les forces en présence

3 Politique

1) collaborateurs afghans

2) occupants 

4 Lutte pour la libération du territoire

Détails.

L'Afghanistan en chiffre. 



Occupation de l'Afghanistan

Quelque 20.000 "marines" seront déployés en Afghanistan.

Les stratèges américains ont proposé d'envoyer 30.000 hommes en renfort en Afghanistan au cours des prochains 12 à 18 mois.

Les Etats-Unis disposent actuellement de 34.000 soldats dans le pays, dont 2.200 "marines".

Quelque 20.000 "marines" US  pourraient être déployés en Afghanistan dans le cadre des renforts prévus pour combattre ‘l'insurrection’, déclare à la presse le général James Conway, chef des "marines". Il a souligné que pour maintenir les rotations de sept mois, ce renforcement des effectifs devrait s'accompagner d'une réduction équivalente en Irak où sont déployés 22.000 "marines".

Mais Conway a ajouté qu'envoyer trop de "marines" en Afghanistan risquait de compromettre la reprise, après un arrêt de plusieurs années, de leur entraînement dans des domaines vitaux tels que les débarquements amphibies.

Les "marines" seraient probablement déployés dans le sud de l'Afghanistan où les responsables de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) estiment que les effectifs ne sont pas suffisants pour combattre l'influence croissance des taliban dans les campagnes.

23 janvier

http://fr.news.yahoo.com/4/20090123/twl-afghanistan-usa-pays-bas-41953f5.html


Gates: l'Afghanistan "plus grand défi militaire" des USA, risque de "revers" en Irak

L'Afghanistan représente aujourd'hui "le plus grand défi militaire" des Etats-Unis et il existe un risque de "revers" en Irak, "Il y a peu de doute que l'Afghanistan représente aujourd'hui notre plus grand défi militaire", "Ce sera sans aucun doute une bataille longue et difficile",

 "Les Etats-Unis envisagent d'augmenter leur présence militaire en Afghanistan", avec jusqu'à 30.000 soldats supplémentaires.

 "Comme en Irak, il n'existe pas de solution purement militaire en Afghanistan", "il est également clair que nous n'avons pas eu assez de troupes pour fournir un niveau de sécurité minimum dans certaines des zones les plus dangereuses, un vide progressivement rempli par les ‘talibans’". a déclaré le secrétaire à la guerre Gates.

Le secrétaire a par ailleurs estimé qu'il existait un risque potentiel de "revers" en Irak malgré les progrès sur le front de la sécurité, et jugé que Washington devait s'attendre à y maintenir une présence militaire "pendant de nombreuses années". …

(AFP)

27 jan


Lire la suite

n° 234 - journal de l'Afghanistan - 21-01 au 27-01 : - Fin - Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent avec leurs cortèges de morts : un bilan horrifiant de portée mondiale.


Journal  de  l'Afghanistan    

n° 234 –                du 21-01 au 27-01

 C.De Broeder & M.Lemaire                                                                            



Sommaire.

6 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

6-1 Guerre contre l'Afghanistan.

Brèves

7-1 160.000 personnes, dont plus de 4.000 enfants mendient dans les rues de Kaboul.

7-2 Gates: l'Afghanistan est la priorité, mais les objectifs doivent être réduits.

7-3 Les Pays-Bas retireront la majorité de leurs troupes d'ici fin 2010.

7-4 Les enfants portent les stigmates de la guerre en Afghanistan.

7-5 Petit guide des mauvaises pratiques des ONG occidentales en déplacement...

7-6 Les rénovations à la base militaire principale de l'OTAN dans la province de Kandahar vont bon train…

7-7 Guantanamo : Les Brèves

1 Les déclarations incriminantes d'Omar Khadr ont été le résultat d'actes de coercition,

8 Dossiers

8-1 Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak se poursuivent avec leurs cortèges de morts : un bilan horrifiant de portée mondiale.

Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

9-1 Proposition d'organiser une pétition exigeant que Ban Ki Moon, soit destitué de ses fonctions.

9-2 Ban-Ki-Moon : Trouble compromission avec l'Otan.




6 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information

6-1 Guerre contre l'Afghanistan.
Canada : La militarisation est à l'œuvre aussi dans les médias, saturés de reportages complaisants sur «nos» soldats. On y a droit à ces «portraits» de soldats, ou du chef d'état-major lui-même, qui toujours aiment rire, s'adonnent aux sports de plein air, adorent leurs enfants et considèrent que de participer à la guerre en Afghanistan, «c'est palpitant». De tels portraits n'ont d'autre signification politique que d'encourager la bienveillance envers une armée en apparence sympathique. Cette complaisance des médias n'est pas surprenante.
Le premier ministre Stephen Harper a lui-même déclaré que les journalistes ne devaient pas hésiter à exprimer leur appui à la guerre. Les comités éditoriaux des journaux privés semblent pour leur part composés uniquement de partisans de la guerre.

Tous, sur le sujet, justifient la guerre (ou critiquent le mouvement contre la guerre).
Militarisation schizophrène
Cette militarisation est paradoxale. On admet parfois que «nos» militaires souriants et sportifs pratiquent la guerre, soit pour venger 25 victimes canadiennes des attaques du 11 septembre 2001, pour écraser al-Qaïda ou les talibans, ou encore pour sauver les femmes et protéger la démocratie. Le plus souvent, on prétend toutefois que la guerre, c'est la paix.
«Nos» soldats sont là pour reconstruire des écoles, paver des routes, planter des arbres, installer des guichets bancaires automatiques, éventuellement acheter la récolte de pavot à des fins thérapeutiques, respecter l'esprit de l'Évangile (comme l'affirmait dernièrement un curé), faire plaisir à nos alliés et préserver l'image «responsable» du Canada, toujours au nom de la paix. Les militaristes sont à ce point schizophrènes que le ministre fédéral Michael Fortier a pu lancer, candidement, que «ce n'est pas une guerre» qui a lieu en Afghanistan.
Et pourtant... Plusieurs organismes de défense des droits de la personne, des groupes de recherche indépendants (Senlis Council, Center for Strategic and International Studies) et des rapports internes du gouvernement canadien lui-même arrivent tous à la même conclusion: la guerre prend d'année en année de plus en plus d'ampleur en Afghanistan.

Qui sont les talibans, six ans plus tard?
Les études indiquent aussi que la résistance n'est pas que l'affaire des talibans, soit ce mouvement religieux orthodoxe expulsé du pouvoir en 2001. La résistance est maintenant composée d'un ensemble de groupes qui luttent pour diverses raisons: se venger contre des exactions de l'armée ou de la police afghane, riposter aux bombardements meurtriers des troupes occidentales, préserver l'autonomie d'un village, contrôler le marché de l'opium.
Très nombreux sont ceux, enfin, qui s'enrôlent pour la solde, car ils ne trouvent plus de travail. Les soldats canadiens assassinent donc le plus souvent des Afghans poussés vers la guerre par la misère économique. Ce n'est alors pas une guerre, mais plusieurs guerres qui déchirent présentement l'Afghanistan et débordent au Pakistan: une guerre religieuse, un conflit économique, de multiples vendettas pour l'honneur, un soulèvement contre un régime autoritaire et brutal et une lutte anti-impérialiste contre des forces étrangères. À ce titre, la présence des militaires canadiens ne participe pas de la solution mais du problème. Elle encourage la militarisation de la société afghane, envenime la guerre civile et justifie un mouvement de résistance contre l'envahisseur étranger

Francis Dupuis-Déri, Professeur de science politique à l'UQAM et auteur d'un essai à paraître sur la guerre en Afghanistan et en Irak, L'Éthique du vampire (éditions Lux)



7 Les Brèves

Ndlr : PS : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information

7-1 160.000 personnes, dont plus de 4.000 enfants mendient dans les rues de Kaboul.

Près de 60.000 personnes, dont plus de 4.000 enfants, demandent l'aumône dans les rues de Kaboul, selon un rapport rendu public lundi par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Pour combattre ce fléau, le ministère afghan des Travaux publics a annoncé l'élaboration, en collaboration avec la Croix-Rouge, d'un programme spécial de trois mois destiné à aider les mendiants. Ce programme prévoit, entre autres, de verser de verser de l'argent aux pauvres pour leur permettre de joindre les deux bouts.

Selon une ONG indépendante spécialisée dans la protection des droits de l'homme en Afghanistan, près de 40% des Afghans vivent en dessous du seuil de pauvreté, ne disposent pas de revenus ni de logement.

RIA Novosti

29-12-2008

http://www.afghana.org/1015/index.php?option=com_content&...


7-2 Gates: l'Afghanistan est la priorité, mais les objectifs doivent être réduits.

L'Afghanistan représente "le plus grand défi militaire" des Etats-Unis, a estimé le secrétaire à la guerre Gates, tout en prévenant que les USA devait désormais se fixer des "objectifs limités et réalistes", sous peine d'essuyer une défaite.

"L'Afghanistan représente aujourd'hui notre plus grand défi militaire", Toutefois, "il me semble que nous devons nous fixer des objectifs réalistes et limités en Afghanistan",. "Si nous espérons créer là-bas une sorte de paradis d'Asie Centrale, nous perdrons".

"J'estime que notre objectif premier est d'éviter que ‘terroristes et extrémistes’ utilisent l'Afghanistan comme base pour attaquer les Etats-Unis et nos alliés", a-t-il fait valoir.

Le Pentagone envisage désormais de quasiment doubler son contingent sur place, avec 30.000 soldats supplémentaires.

Selon Gates, le Pentagone a les moyens d'envoyer trois brigades (une brigade compte entre 3.500 et 4.000 hommes) "d'ici le milieu de l'été".

Toutefois, "il faut que cette guerre ait un visage afghan", a-t-il affirmé, en insistant sur l'importance de développer les forces de sécurité afghanes, et en excluant l'idée de renforts US supplémentaires en sus de ceux sur le point d'être annoncés.

Gates s'est par ailleurs dit préoccupé par le nombre de victimes civiles afghanes, qui font "énormément de tort" à la mission américaine. "Je crains que les Afghans finissent par nous voir comme une partie du problème et non comme une partie de la solution", a-t-il dit.

Il a néanmoins affirmé que Washington continuerait de pourchasser Al-Qaïda "où qu'il soit", laissant ainsi entendre que les tirs de missile se poursuivraient dans le nord-ouest du Pakistan, malgré les pertes civiles déplorées par Islamabad.

(AFP23-01)


7-3 Les Pays-Bas retireront la majorité de leurs troupes d'ici fin 2010.

Le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende a exclu vendredi que les Pays-Bas, qui disposent de 1 650 soldats en Afghanistan, maintiennent au delà de 2010 des effectifs comparables à ceux qui s'y trouvent actuellement.

 Le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende a réaffirmé que la mission des quelque 1.600 militaires néerlandais actuellement stationnés en Afghanistan prendrait fin en 2010, vendredi lors d'une conférence de presse.
"Nous arrêterons (notre mission) dans l'Oruzgan (une province du sud afghan) en 2010", a indiqué M. Balkenende lors d'une conférence de presse à
La Haye retransmise par le télévision néerlandaise.
"Une mission importante, de la taille que nous avons en ce moment dans l'Oruzgan, et qui se termine en 2010, cela est très difficile", a-t-il expliqué.
Il n'a pas exclu qu'une "petite mission" puisse être accomplie par des militaires néerlandais après cette date. "S'il y a des demandes, on pourra en discuter, mais il n'y a pas de demandes en ce moment", a dit M. Balkenende.
Lors du renouvellement à l'automne 2007 de la mission des troupes stationnées dans l'Oruzgan depuis l'été 2006, le gouvernement néerlandais avait promis à l'opinion, divisée sur le sujet, que leur retrait se ferait avant fin 2010.
Mais les médias néerlandais ont récemment spéculé sur un changement de position, notamment si le président américain Barack Obama demandait à
La Haye de faire un effort.
Pour toute mission après 2010, "il faudra tenir compte de toutes les circonstances, des demandes venant d'Afghanistan, des Nations unies, de l'Otan. Mais il faudra surtout tenir compte de la capacité de notre armée et de ses autres activités dans le monde", a précisé M. Balkenende.
Quelque 1.600 soldats néerlandais sont stationnés en Afghanistan dans le cadre de
la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'OTAN, dont environ 1.200 dans l'Oruzgan. Des militaires néerlandais sont également stationnés à Kandahar (sud) et à Kaboul.

24-01

http://www.france24.com/fr/20090124-Afghanistan-Pays-Bas-soldats-retrait-troupe-2010-exclut.


7-4 Les enfants portent les stigmates de la guerre en Afghanistan.

Abdul, 12 ans, a perdu une jambe dans l'explosion d'une mine. L'explosion a tué son jeune frère, Mohammed, qui avait apporté la mine à la maison pensant qu'il s'agissait d'un jouet.

Toute une génération d'enfants afghans a subi les conséquences de la guerre et de la brutalité. Ils sont d'autant plus vulnérables qu'ils ont perdu un parent quand ce n'est pas leurs deux parents. Selon les estimations, au moins un million d'enfants ont été traumatisés par le conflit.

Une étude commanditée par l'UNICEF et réalisée en 1997 a révélé que la majorité des enfants de moins de 16 ans vivant à Kaboul souffraient de traumatismes psychosociaux provoqués par la guerre. Quatre-vingt-dix-sept pour cent d'entre eux avaient été témoins d'actes de violence et 65 % avaient perdu un membre proche de leur famille.

Les efforts visant à protéger et à aider les enfants vulnérables à se réadapter sont vitaux ; ils sont un aspect essentiel de la reconstruction du pays et de la société afghane.

L'UNICEF élabore des programmes pour traiter les traumatismes provoqués par la guerre et sensibiliser la population aux dangers des mines terrestres. Le territoire afghan est parsemé de millions de mines et de bombes, d'obus et de grenades qui n'ont pas explosé au point d'impact. Selon les estimations, en 1998, 10 personnes étaient blessées ou trouvaient quotidiennement la mort, victimes des mines terrestres.

http://www.unicef.org/french/emerg/afghanistan/index_9028.html


Lire la suite

27/01/2009

n° 425 - Géopolitique et Palestine -26-01 -1- Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant


n° 425 - Géopolitique  et  Palestine  -26-01  -1-  Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.                                                       



                      Géopolitique & Palestine 

425

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

Tiré a part

Le Hamas propose une trêve d'une année et l'ouverture des points de passage vers la Bande de Gaza à Israël.

Israël, cet allié très privilégié de l'Otan...

1 Analyse - Géopolitique et stratégie

1-1 Antonio Artuso : Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.

Suite

1-2 Michel Chossudovsky : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient ?

Fin

1-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine".

1-4 Une perte décisive pour Israël.

1-5 John Ging,  chef de l'UNRWA à Gaza : le Hamas est renforcé.

1-6 Abbas peut-il survivre à la guerre contre Gaza ?

1-7 Jonathan Cook : La doctrine israélienne du ravage.

2 Annexe

2-1 L’invasion israélienne et les gisements gaziers de Gaza situés au large des côtes.


Lire la suite

n° 425 - Géopolitique et Palestine -26-01 -Suite- Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.


n° 425 - Géopolitique  et  Palestine  -26-01  -Suite-  Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.                                                       



                      Géopolitique & Palestine 

425

C.De Broeder & M.Lemaire



Sommaire

1-2 Michel Chossudovsky : Envois d’un volume inhabituel d’armes des États-Unis vers Israël: Ces pays projettent-ils d’étendre la guerre au Moyen-Orient ?


Lire la suite

n° 425 - Géopolitique et Palestine -26-01 -Fin- Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.


n° 425 - Géopolitique  et  Palestine  -26-01  -Fin-  Les faits rapportés par Jeff Halper sur le "système de pacification globale" sont terrifiant.                                                       



                      Géopolitique & Palestine 

425

C.De Broeder & M.Lemaire



Sommaire

1-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine".

1-4 Une perte décisive pour Israël.

1-5 John Ging,  chef de l'UNRWA à Gaza : le Hamas est renforcé.

1-6 Abbas peut-il survivre à la guerre contre Gaza ?

1-7 Jonathan Cook : La doctrine israélienne du ravage.

2 Annexe

2-1 L’invasion israélienne et les gisements gaziers de Gaza situés au large des côtes.



1-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine" En affirmant qu'elle représente une immense déviation sur le conflit israélo-palestinien

Le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal, a affirmé, à Damas, que la bataille de Gaza est une grande et véritable guerre remportée par le peuple palestinien sur sa terre, en soulignant que cette bataille représente une forte déviation dans le conflit israélo-palestinien.
Lors d'un discours télévisé adressé, mercredi 21/1, au peuple palestinien, ainsi qu'à la nation arabo-musulmane et au monde entier, à l'occasion de la victoire du peuple palestinien, à Gaza, Mechaal a déclaré que cette victoire a établi une sérieuse et efficace stratégie pour la libération de
la Palestine, c'est une forte déviation entre la résistance et la procédure de négociations avec l'ennemi occupant.
Mechaal a confirmé que le peuple palestinien a montré à travers ses souffrances, ses grands sacrifices qu'il s'attache toujours à ses droits légaux, malgré la guerre sauvage des néo-nazis sionistes qui ont tenté d'affaiblir la volonté très solide du peuple palestinien qui est parue très vigoureuse durant les 22 jours d'agressions sionistes contre les civils innocents de Gaza, notamment les enfants, les femmes et personnes âgées, mais l'ennemi occupant a complètement échoué d'influer sur la patience et la résistance nationale du peuple palestinien.
"L'occupation n'a rien réalisé de ses objectifs annoncés durant sa guerre, sauf de perpétrer des crimes de guerre flagrants, ainsi que des violations, sans précédent, aux lois, chartes, règles internationales et humanitaires, avant d'être obligé de se retirer sous les frappes de la résistance nationale de toutes les factions palestiniennes", a ajouté Mechaal.
Mechaal a affirmé que les palestiniens ont résisté au niveau politique et sur le terrain de la bataille, et ont imposé leurs conditions légaux à la communauté internationale, au moment où l'occupation a perdu tout son prestige mondial, après avoir commis des crimes, sans précédent, en utilisant des armes lourdes et des obus phosphoriques interdites, contre des civils innocents, les sièges onusiens et ceux de la société civile dans
la Bande de Gaza.
Le dirigeant du Hamas a considéré que la victoire de Gaza, est un triomphe pour le peuple palestinien, la nation arabo-musulmane, les hommes libres au monde entier et pour toute l'humanité, en saluant leur soutien historique à la question palestinienne légitime face à la barbarie des néo-nazis sionistes qui tentent par tous les moyens de liquider les droits palestiniens, notamment à travers la manipulation de la communauté internationale contre les palestiniens innocents qui sont privés depuis plus de 60 ans de leurs terres d'origines.
"On veut une réconciliation basée sur des agendas nationaux de résistance et non pas sur d'autres capitulations", a souligné le chef du bureau politique du Hamas.
Mechaal a avertit que les aides humanitaires et les aides financières pour la reconstruction des infrastructures de Gaza, doivent être envoyées à ceux qui ne sont pas connus d'affaires de fraudes et de corruption, en appelant à les présenter directement aux fidèles du peuple palestinien, tout en insistant sur la levée durable du blocus, ainsi que l'ouverture de tous les passages, notamment celui de Rafah.
Mechaal a critiqué fortement la position des dirigeants de l'union européenne qui tentent de voler la victoire du peuple palestinien, par des mesures en faveur de l'occupation israélienne, tout en les rappelant que tout peuple agréssé par l'occupation a le droit de résister et lutter par tous les moyen possibles, dont la résistance militaire, et en soulignant que le Hamas a eu sa légitimité à travers des élections démocratiques et doit être traité d'une manière légale et juste, surtout que le Hamas représente une majorité écrasante dans la scène palestinienne.

http://www.alterinfo.net/Mechaal-la-bataille-de-Gaza-a-etabli-une-serieuse-strategie-pour-la-liberation-de-la-Palestine-_a28857.html


1-4 Une perte décisive pour Israël.

Les objectifs israéliens de la guerre contre Gaza ont été définis bien avant son lancement : chasser le mouvement et le gouvernement Hamas, réinstaller le leader du Fatah, Mahmoud Abbas à Gaza, et mettre fin à la résistance armée.

Deux autres objectifs n’étaient pas annoncés.

D’abord, restaurer la confiance vacillante du public israélien dans ses forces armées après leur défaite par le Hezbollah en 2006.

Ensuite, rehausser le gouvernement de coalition aux prochaines élections.
Mousa Abu Marzook (chef adjoint du bureau politique du Hamas). : En conséquence, nous déclarons qu’Israël a perdu, et perdu de façon décisive. Qu’a-t-il réussi ? Le meurtre d’un grand nombre de civils, enfants et femmes, et la destruction des maisons, des bâtiments ministériels et autres infrastructures avec les armes US de pointe, et autres produits chimiques et phosphoriques internationalement interdits. Près de 2.000 enfants ont été tués et blessés dans la poursuite désespérée de buts politiques.
Beaucoup d’organismes internationaux ont qualifié ces attaques de crimes de guerre, pourtant c’est à peine si nous avons entendu prononcer un mot de dénonciation par un quelconque dirigeant occidental. Quel message l’Union Européenne veut-elle adresser aux Palestiniens par ce silence honteux sur ces crimes, alors qu’elle parle sans cesse des droits de l’homme ?
Ces trois dernières semaines, et les 18 mois qui les ont précédées, ont à tout du moins prouvé que les Palestiniens ne peuvent être brisés par la famine, l’étranglement économique ou l’attaque brutale. Les dirigeants européens n’ont qu’une seule option : reconnaître le résultat du processus démocratique qu’ils avaient appelé de leurs vœux et soutenu.
L’attaque n’a réussi ni à miner ni à affaiblir le gouvernement dirigé par le Hamas, ni à retourner les Palestiniens contre le Hamas. Au contraire, le soutien public est plus fort que jamais, en Palestine et dans le monde entier. Les capacités militaires du Hamas n’ont pas non plus été amoindries.
Ceci explique la précipitation d’Israël à signer un accord si étrange avec les USA pour empêcher que des armes ne parviennent au Hamas. Il est voué à l’échec. Comme l’ont reconnu l’ancien chef d’Etat major israélien Moshe Ya’alon et Binyamin Netanyahu, les forces israéliennes n’ont pas atteint leurs objectifs.
Pourquoi Israël a-t-il droit à un flot continu des armes les plus léthales, dont des armes interdites, alors qu’on ne reconnaît pas aux mouvements de résistance nationale les moyens de se défendre ? Les lois internationales reconnaissent aux nations occupées le droit de résister à leur occupant, et c’est un droit que nous voulons exercer pleinement.
Israël doit accepter la réalité, à savoir qu’il est incapable de briser la résistance palestinienne. De la même manière, l’Europe doit accepter que ramener Abbas sur un char israélien n’est pas une option. Ni ne le sont les tentatives de gagner par la « diplomatie » ce que la puissance de l’armée israélienne n’a pas réussi à obtenir par la force.
Décider que toute l’aide pour la reconstruction de Gaza doit passer par le gouvernement illégal de Salam Fayyad suggère qu’il n’y a pas de fin à l’exploitation des Palestiniens par quelques parties. Nous ne cesserons jamais de prôner l’unité nationale, mais nous ne permettrons jamais qu’on y parvienne en compromettant les droits palestiniens.
Et nous disons au Président Obama : la vague d’espoir qu’a suscité votre élection a été grandement refroidie par votre silence sur le massacre de Gaza. Ceci a été aggravé par votre déclaration pré-électorale aux côtés des colons israéliens de Sderot.
Vous feriez bien de connaître l’histoire des lieux dont vous parlez. Sderot, qui est peut-être connue par certains comme une ville israélienne, a été construite sur les ruines de Najd, un village palestinien dévasté en mai 1948 par les bandes terroristes sionistes. Les villageois ont été expulsés de leurs lits et de leurs maisons, avec rien d’autres que les vêtements qu’ils portaient, faisant d’eux des réfugiés pour les 61 années à venir. Voilà l’histoire de Sderot.
Ce n’est jamais un bon début d'indifférencier le tyran et la victime, mais il y a toujours la place pour un regain d’optimisme. Vous ne pourrez démarrer une nouvelle relation avec le monde musulman que si vous décidez d’aborder avec impartialité la question des 6 millions de réfugiés palestiniens et la fin de l’occupation des terres palestiniennes.

Source : Guardian


Lire la suite

26/01/2009

n°424 - Dossier de Palestine - 25-01-Début - la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël


n°424 - Dossier de Palestine  - 25-01-Début - la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël



                    Dossier de Palestine      

     N°424                                                                                                               25-01

                                        C.De Broeder     &               M.Lemaire   



Sommaire

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 La guerre médiatique d’Israël.

1-2 Gaza : Al Jazeera place ses reportages de guerre sous licence Creative Commons.

1-3 Une délégation de journalistes visite Gaza pour voir les résultats des agressions.

2 Les brèves

2-1 Plainte contre Israël, pour « crimes de guerre systématiques.

2-2 (le culot d’ASF) des plaintes contre le Hamas pour « crimes de guerre ».

2-3 A Gaza, il faut envoyer des équipes médicales pour ramasser les preuves des crimes israéliens.

2-4 Gaza: Amnesty enquête sur les ravages des obus au phosphore israélien.

2-5 Ban Ki-moon choqué et scandalisé par ce qu'il a vu à Gaza.

2-6 La traque commence : première visée Tzipi Livni ?

2-7 Gaza : le Hamas va verser 1 000 euros à la famille de chaque tués.

2-8 La défaite d'Israël à Gaza, le début de la fin.

2-9 Obama le pacifiant…

Suite

3 Dossier

3-1 Barack Obama poussera-t-il Israël à oser la paix ?

3-2 Carlo Frabetti : Les vieux habits de l’empereur.

3-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine".

3-4 Le Hamas à l’épreuve de la guerre frontale.

3-5 Les dirigeants israéliens devront rendre compte.

3-6 Elna Sondergaard : Il est temps qu’Israël passe en jugement.

Fin

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 Carnage A Gaza: Un Remake De L'Holocauste.

4-2 Ali Larijani : la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël.

4-3 Le témoignage de M. Ramzi, médecin belge, de retour de Gaza.

4-4 Mohamed Belaali : Ils ont violé notre conscience d’hommes et de femmes.

4-5 Faites justice aux criminels israéliens, maintenant !



1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 La guerre médiatique d’Israël.

Les scènes de sang, de cadavres d’enfants et de demeures démolies ont marqué la couverture médiatique dans le monde entier de la sale guerre menée par Israël contre le peuple palestinien à Gaza. Pourtant, la tendance dominante des médias occidentaux, en dépit du refus catégorique des atrocités qui ont ponctué cette guerre, était alignée en grande partie sur Israël.
Mohamed Salmawy - Al Ahram hebdo

Les médias occidentaux ont tendance à comprendre la vision israélienne plus que la vision arabe et à sympathiser avec les Israéliens plus qu’ils ne le font avec les Arabes. La question est de savoir le pourquoi de cette position.

La réponse la plus facile à cette question et qui nous épargne la peine de faire des études et de l’analyse serait de dire que la raison revient à la nature de l’Occident qui est hostile aux Arabes, à leur religion, à leur culture, voire même à leur race. Ces dires, outre le caractère superficiel qu’ils laissent apparaître, sont déprimants car ils semblent reposer sur des a priori difficiles à changer. Cela dit une analyse subtile de cette situation pourrait expliquer les raisons de cette attitude de manière scientifique, et par conséquent chercher la possibilité de modifier ces vues.

L’une des meilleures analyses que j’ai lues à propos de la politique médiatique israélienne est celle récemment publiée par le célèbre analyste américain James Zoghby, d’origine arabe, directeur de l’Institut arabo-américain à Washington, dans son article intitulé L’observatoire de Washington. Selon Zoghby, ce qui détermine la politique médiatique dans la couverture des événements du Moyen-Orient est une stratégie qu’Israël a exclusivement adoptée depuis des années.

Zoghby affirme que cette stratégie repose sur l’insistance et la répétition des informations jusqu’à ce qu’elles se transforment en des réalités toutes faites et des constats que les Arabes ne pourront plus dénier plus tard. Cette stratégie repose sur les bases suivantes. D’abord l’idée que la victoire revient à celui qui anticipe dans la présentation des événements. Dans l’état actuel de guerre, nous remarquons qu’Israël a devancé les Arabes et a déterminé le début de la guerre devant les médias occidentaux, comme étant le 19 décembre, lorsque le Hamas a violé l’accord de trêve préalablement conclu. Ils ont ignoré évidemment les violations répétées par Israël de cet accord ainsi que son engagement à lever le blocus imposé à Gaza.

Ensuite, des idées stéréotypées prédominent. C’est à partir de cette perspective que les Israéliens ont dirigé les médias occidentaux vers les idées stéréotypées qu’ils ont contribué à ancrer. Des stéréotypes qui présentent Israël de manière positive et le côté palestinien de manière négative. Ils ont compté sur la logique selon laquelle « l’humanisme » israélien fait face au terrorisme palestinien. A partir de là, ils ont transmis les images de citoyens israéliens vivant dans un état de terreur à cause des roquettes palestiniennes. Alors que de l’autre côté, nous avons les Palestiniens qui sont exposés à la mort mais réduits à l’état de chiffres avec chaque bulletin d’informations.

D’autre part, ils anticipent les événements en comptant sur les erreurs de l’autre côté. Ainsi Israël a compté, tel qu’il l’avait prévu, sur la multiplication du nombre de roquettes lancées par Hamas, ainsi que sur le langage de menace qu’emploient ses dirigeants. Simultanément, Israël a tenu à exprimer ses regrets pour le nombre de victimes que la guerre a causées, y compris les palestiniennes.

De plus, Israël a tenu à être présent dans les médias, tout en essayant d’écarter les représentants de l’autre bord. Il a toujours tenu à débuter sa guerre par une armée de porte-parole officiels qui excellent dans le langage médiatique de chaque pays occidental. Sur ce point précis, Zoghby dit que ce n’est pas un hasard qu’Israël ait nommé un consul d’origine arabe dans la ville américaine d’Atlanta, surtout que le siège de la CNN s’y trouve. En même temps, Israël a interdit l’entrée des médias internationaux à Gaza, de quoi contrôler les atrocités qui ont lieu sur le terrain.

Il a recours aussi à un démenti rapide des informations qui auraient pu s’infiltrer et qu’il veut cacher, en présentant une version alternative qui met le tort du côté palestinien. Ainsi, si Israël avait tué des civils innocents, la version qu’il transmettrait serait de dire que cela était la faute des Palestiniens terroristes qui utilisent les civils comme bouclier. Ainsi, le massacre des Palestiniens devient la responsabilité des Palestiniens eux-mêmes.

Par ailleurs, James Zoghby démontre dans son analyse un autre facteur propre aux Etats-Unis, selon lequel, au même moment où s’applique cette stratégie médiatique, les tentatives d’influencer les milieux politiques sont activées. Ainsi l’opinion publique américaine s’aperçoit que ce qu’elle visionne dans les médias est la réalité confirmée par le Congrès et la Maison-Blanche. Une telle répétition contribue à encercler l’opinion publique et à enraciner les conceptions erronées que lui présente Israël.

Enfin, nous arrivons au dernier point de cette stratégie et auquel on a recours lorsque tous les facteurs précédents enregistrent un échec. C’est rien d’autre que le recours à l’accusation d’antisémitisme. L’objectif étant d’écarter toute opinion critiquant Israël et allant à l’encontre de la version qu’il veut ancrer. Dans ce cas-là, Israël recourt à la transmission de cas flagrants d’hostilité contre les juifs qu’il généralise à tous ceux qui le critiquent mettant chacun d’eux dans un état d’autodéfense.

Alors que je lisais l’analyse de James Zoghby, mon ami Ali Al-Biblawi m’a envoyé une lettre pour me dire qu’il a remarqué à travers son suivi des médias occidentaux qu’Israël menait une campagne d’envergure reposant sur des propos logiques et convaincants. Selon lesquels il n’y a pas de pays de par le monde qui puisse vivre sous la menace des bombardements et qu’Israël menait cette guerre pour protéger les civils de ce danger qui les menace. Selon Al-Biblawi, nous devons adopter une contre-campagne reposant sur trois axes.

Premièrement, il n’y a pas dans notre monde d’aujourd’hui d’Etats colonisateurs sauf Israël et les Etats-Unis. Et qu’il n’y a pas de peuple au monde aujourd’hui qui puisse vivre sous le joug de l’occupation plus de 60 ans sans qu’il ne résiste à l’occupation par toutes les armes qu’il possède, et que les territoires bombardés par les Palestiniens, notamment les colonies, sont à l’origine des territoires arabes que les habitants originaux ont été obligés de délaisser. Des habitants qui ont été contraints à vivre pour la plupart comme des réfugiés à Gaza. Au lieu de demander aux Palestiniens pourquoi ils bombardent ces territoires, nous devons plutôt nous adresser aux Israéliens pour leur demander : pourquoi vivez-vous sur des territoires qui ne sont pas les vôtres, alors que leurs propriétaires originaux possèdent toujours leurs contrats de propriété ? Pourquoi occupez-vous les territoires d’autrui, pourquoi refusez-vous qu’ils disposent de leur Etat, tel qu’il est stipulé dans la résolution de l’établissement du votre Etat ?

L’ami qui m’a envoyé cette lettre disait qu’il n’imaginait pas qu’Israël puisse revenir sur sa position si nous menions une telle campagne. Car Israël ne se soumet qu’à la force et ne se retire que s’il se trouve obligé de le faire sur le champ de bataille. Cependant, nous ne devons pas laisser l’arène médiatique devant Israël pour qu’il fasse ce qu’il veut. Il est probable que nous réussirons à éveiller la conscience mondiale et à affaiblir la logique israélienne si Tel-Aviv se rend compte que le monde connaît la vérité. A son avis, ceci est le droit qui revient aux héros-martyrs pour qu’ils ne soient pas considérés par les médias occidentaux comme des terroristes

Al-Ahram/hebdo - Semaine du 21 au 27 janvier 2009, numéro 750 (Opinion)

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article


Lire la suite

n°424 - Dossier de Palestine - 25-01-Suite - la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël

n°424 - Dossier de Palestine  - 25-01-Suite - la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël



                    Dossier de Palestine      

     N°424                                                                                                               25-01

                                        C.De Broeder     &               M.Lemaire   



Sommaire

3 Dossier

3-1 Barack Obama poussera-t-il Israël à oser la paix ?

3-2 Carlo Frabetti : Les vieux habits de l’empereur.

3-3 Mechaal :"la bataille de Gaza a établi une sérieuse stratégie pour la libération de la Palestine".

3-4 Le Hamas à l’épreuve de la guerre frontale.

3-5 Les dirigeants israéliens devront rendre compte.

3-6 Elna Sondergaard : Il est temps qu’Israël passe en jugement.

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 Carnage A Gaza: Un Remake De L'Holocauste.

4-2 Ali Larijani : la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël.

4-3 Le témoignage de M. Ramzi, médecin belge, de retour de Gaza.

4-4 Mohamed Belaali : Ils ont violé notre conscience d’hommes et de femmes.

4-5 Faites justice aux criminels israéliens, maintenant !


3 Dossier

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

3-1 Barack Obama poussera-t-il Israël à oser la paix ?

20 janvier

Les autorités israéliennes ont tenu à mettre un terme à leurs terribles opérations militaires dans la bande de Gaza avant la prestation de serment de Barack Obama ce mardi à Washington. Histoire, sans doute, de ne pas l'accueillir avec un dossier international trop brûlant.

Barack Obama ! Il ne se trouve guère d'Arabes à penser que le nouveau pensionnaire de la Maison-Blanche aura à cœur de régler la question palestinienne. Pourtant, on ne peut manquer de remarquer que le nouveau président américain s'est jusqu'ici refusé à faire des déclarations substantielles sur le sujet. Ce constat se révèle un peu maigre pour en déduire que les États-Unis se dirigent vers une politique plus équilibrée, moins pro-israélienne. Ce serait pourtant dans l'intérêt des Américains et aussi… des Israéliens.

Jusqu'à présent, en effet, Israël, soutenu par Washington et Bruxelles, a combattu pendant quinze mois la mainmise du Hamas islamiste à Gaza par la technique du blocus économique (avant les opérations militaires des trois dernières semaines). Ce faisant, on assistait à un curieux spectacle, celui de la seule population occupée (ici encerclée) au monde à subir un siège en bonne et due forme de la part de la communauté internationale.

La guerre et les massacres auxquels elle a donné lieu le montrent : cette méthode a échoué.

Tout en partageant la volonté israélienne de faire cesser la contrebande d'armes du Hamas, la communauté internationale réclame maintenant d'Israël qu'il rouvre les points de passage. Pour que Gaza puisse enfin revivre. Faut-il rappeler que cette revendication se trouvait être la principale requête du Hamas avant la guerre ? Que de vies eût-on pu épargner, que de destructions eût-on pu économiser si on s'était avisé plus tôt que punir une population pour les fautes de ses maîtres ne la mènera pas à choisir la modération.

Obama avait déjà inquiété plus d'un Israélien en estimant, en campagne électorale, que le dialogue était peut-être préférable avec l'Iran plutôt que l'option de la confrontation. Saura-t-il convaincre les Israéliens que leur propre intérêt exige une paix qu'ils ont jusqu'ici refusée, même au très modéré président palestinien Mahmoud Abbas ?

http://www.lesoir.be/forum/editos/barack-obama-poussera-t-il-2009-01-20-683199.shtml


Lire la suite

n°424 - Dossier de Palestine - 25-01-Fin- la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël


n°424 - Dossier de Palestine  - 25-01-Fin- la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël



                    Dossier de Palestine      

     N°424                                                                                                               25-01

                                        C.De Broeder     &               M.Lemaire   



Sommaire

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 Carnage A Gaza: Un Remake De L'Holocauste.

4-2 Ali Larijani : la défaite dans la guerre de Gaza est le commencement de la chute sérieuse du régime d’Israël.

4-3 Le témoignage de M. Ramzi, médecin belge, de retour de Gaza.

4-4 Mohamed Belaali : Ils ont violé notre conscience d’hommes et de femmes.

4-5 Faites justice aux criminels israéliens, maintenant !


4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

Ndlr :La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

4-1 Carnage A Gaza: Un Remake De L'Holocauste.

J'ai été élevé comme un Juif orthodoxe et un Sioniste. Sur l'étagère de notre cuisine, il y avait une boîte en fer pour le Jewish National Fund (Fond National Juif) où nous mettions des pièces pour aider les pionniers à construire une présence juive en Palestine. Je suis allé pour la première fois en Israël en 1961, et depuis j'y suis allé un nombre incalculable de fois. J'avais de la famille en Israël et des amis en Israël. L’un d'entre eux a combattu durant les guerres de 1956, 1967, et 1973, et a été blessé lors de deux d'entre elles. L'épingle de cravate que je porte est faite d'une décoration militaire qu'il a reçue et qu'il m'a offerte. J'ai connu la plupart des premiers ministres d'Israël, en commençant par le père fondateur le Premier Ministre David Ben Gourion. Golda Meir était mon amie, de même qu'Ygal Allon, vice premier ministre, qui, comme général, s'est emparé du Negev pour Israël lors de la guerre d'indépendance de 1948.
Mes parents sont arrivés en Grande Bretagne comme réfugiés de Pologne. La plupart des membres de leurs familles ont par la suite été assassinés par les Nazis pendant l'Holocauste. Ma grand mère était malade alitée quand les Nazis son venus dans la ville où elle habitait, Staszow. Un soldat allemand l'a tuée dans son lit. Ma grand mère n'est pas morte pour couvrir les assassinats de grands mères palestiniennes à Gaza par les soldats israéliens. L'actuel gouvernement israélien exploite impitoyablement et cyniquement la culpabilité continuelle des Gentiles (Non Juifs) à cause du massacre des Juifs pendant l'Holocauste comme justification pour leurs assassinats de Palestiniens. Cela signifie que la vie juive est précieuse mais que les vies des Palestiniens ne comptent pas.
Sur Sky News il y a quelques jours, on a demandé à la porte parole de l'armée israélienne, le Major Leibovich, si les tueries israéliennes, à ce moment là de 800 Palestiniens - le total actuellement est de 1000 (depuis il a grimpé à 1300 et continuera puisque des corps ensevelis sous les gravas sont retrouvés tous les jours ndlt ). Elle a répliqué que "500 d'entre eux étaient des militants". C'était la réponse d'une Nazie. Je suppose que les Juifs combattant pour sauver leurs vies dans le Ghetto de Varsovie auraient pu être qualifiés de militants.
La ministre des affaires étrangères israélienne, Tzipi Livni, affirme que son gouvernement n'aura rien à voir avec le Hamas, parce que ce sont des terroristes. Le père de Tzipi livni, Eitan Livni, était un officier, chef des opérations du groupe terroriste, Irgoun Zvai Leumi, qui a organisé l'attentat contre l'hôtel King David à Jerusalem qui a fait 91 victimes dont 4 juifs.
Israël est né du terrorisme Juif, les terroristes Juifs ont pendu deux sergeants britanniques et ont bourré leurs cors d'explosifs. L'Irgun, ensemble avec le gang terroriste Stern, a massacré 254 Palestiniens en 1948 dans le village de Deir Yassin. Aujourd'hui, l'actuel gouvernement israélien montre qu'il serait prêt, dans des circonstances acceptables pour eux, à négocier avec le Président Palestinien Abbas du Fatah. C'est trop tard pour cela. Ils auraient pu négocier avec le dirigeant précédent du Fatah, Yasser Arafat, qui était un de mes amis. Au lieu de cela, ils l'ont assiègé dans un bunker à Ramallah, où je lui ai rendu visite. A cause de la chute du Fatah depuis la mort d'Arafat, le Hamas a gagné les élections palestiniennes en 2006. Le Hamas est une organisation profondément inquiétante, mais elle a été démocratiquement élue, et c'est la réalite de terrain. Le boycott du Hamas, inclus par notre gouvernement, a été une grave erreur, suivie de conséquences horribles.
Le fabuleux ministre des affaires étrangères israélien, Abba Eban, avec qui j'ai fait campagne pour la paix dans de nombreuses tribunes, a dit : " vous faites la paix en parlant avec vos ennemis"
Quelque soit le nombre de Palestiniens que les Israéliens assassinent à Gaza, ils ne peuvent pas résoudre ce problème existentiel en utilisant des moyens militaires. Quand et comment le combat se termine, il y aura toujours 1,5 millions de Palestiniens dans Gaza, et 2,5 millions de Palestiniens en plus en Cisjordanie.Les Israéliens les traitent comme des moins que rien, avec des centaines de barrages et avec les horribles habitants des colonies juives illégales qui les harassent aussi. Le moment viendra, bientôt, quand ils dépasseront en nombre la population juive d'Israël.
Il est temps que notre gouvernement fasse clairement comprendre au gouvernement israélien que leur conduite et politiques sont inacceptables, et d'imposer un embargo total sur les armes à destination d'Israël.
il est temps de faire la paix, mais la vraie paix, pas la solution basée sur la conquête qui est le but réel d'Israël, mais qu'il lui est impossible d'atteindre. Ils ne sont pas simplement criminels de guerre, ils sont fous.
Source : HN/MMN www.presstv.ir -19/01/09
Traduction Mireille Delamarre
http://www.planetenonviolence.org/Carnage-a-Gaza-Un-Remake-De-l-Holocauste_a1794.html


Lire la suite

25/01/2009

n°423 - Journal de Palestine - 23-01-Début - Obama défend "Israël".


Journal de Palestine                                  

n°423                              23-01

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

Tiré a part

L’holocauste israélien contre la bande de Gaza continue : 1.414 morts et plus de 5.530 blessés.

Bahr demande au TPI d’arrêter les dirigeants israéliens responsables des massacres perpétrés à Gaza.

La guerre continue ... Israël exclut de rouvrir totalement la frontière avec la bande de Gaza tant que le Hamas contrôle le territoire palestinien…

Paroles & actions du président cette semaine ...

Obama et son message pour le monde de l'Islam

Obama en phase avec la ligne de son prédécesseur…

Obama défend "Israël".

Suite 1

Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

3 Politique

Palestinienne

Israélienne

Suite 2

4 Politique internationale des territoires occupés 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Témoignage d’enfants de Gaza, cas de Dalal Abu Aïcha 



Lire la suite

n°423 - Journal de Palestine - 23-01-Suite 1 - Obama défend "Israël".


n°423 - Journal  de Palestine - 23-01-Suite 1 - Obama défend "Israël".



Journal de Palestine                                  

n°423                              23-01

C.De Broeder & M.Lemaire


Sommaire  -Suite 1 -

1 Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

3 Politique

Palestinienne

Israélienne



1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés

Résistance

Les tunnels de Gaza seraient à nouveau opérationnels.

Les tunnels reliant la Bande de Gaza à l'Egypte sont à nouveau opérationnels, malgré les centaines de bombes et de missiles qui les ont visés pendant la récente offensive israélienne.

C'est fonctionnel depuis ce matin", assure Abou Wahda.

Selon Abou Wahda, le passage d'un mètre de haut dans lequel il se trouve, situé sous les sables mous de Gaza, n'a pas encore été complètement consolidé. Il reste dangereux pour les huit personnes travaillant pour lui qui font la navette entre l'Egypte et la Bande de Gaza pour passer des produits.

"Mais le pire danger vient du ciel, s'ils bombardent à nouveau", précise-t-il. Un jeune a été posté à proximité pour scruter le ciel en cas d'arrivée d'avions israéliens.

Tsahal dit avoir détruit 60 à 70% des tunnels avant le cessez-le-feu de dimanche. Israël estime qu'il y avait environ 300 tunnels avant l'offensive.

Alfred de Montesquiou

AP

23-01

23-01

A Rafah, ville frontalière où la quasi-totalité des tunnels sont creusés, des résistants ont dit à l'Associated Press qu'il y avait environ 1.000 tunnels opérationnels avant le bombardement.

La plupart des tunnels ont été creusés après le blocus de Gaza par Israël et l'Egypte, en juin 2007.

La plupart des tunnels sont utilisés pour contourner le blocus israélien et importer des produits qui manquent (carburant, vêtements, matériaux de construction, cigarettes, et même des chips dont les habitants de Gaza ont très envie après un mois pendant lequel ils ont dû survivre avec des rations de guerre).

Les tunnels, qui se trouvent à une quinzaine de mètres sous terre, sont en général longs de 800 mètres entre la Bande de Gaza et l'Egypte, où leur entrée est en général caché à l'intérieur des maisons.

Le Hamas ne prècise pas s'il fait passer des armes et de l'argent à travers les tunnels, mais il considère qu'il s'agit d'un commerce légitime. "Les gens n'auraient pas besoin des tunnels si la frontière était ouverte", a expliqué jeudi à l'AP Ehab Ghussein, porte-parole du ministère de l'Intérieur du Hamas.

Alfred de Montesquiou

AP

23-01

 

23-01

"Les points de passage de Gaza devraient être ouverts pour permettre l'acheminement de l'aide internationale et les échanges commerciaux, avec les observateurs appropriés et la participation de l'Autorité palestinienne et de la communauté internationale", a déclaré M. Obama.

"Les secours devraient pouvoir atteindre les Palestiniens innocents qui en dépendent", a-t-il ajouté.

Claire SNEGAROFF

AFP


Bande de Gaza - Au jour le jour

21-01

Les forces de l’occupation ont envahi, ce matin mercredi 21/1, le village de Khouzaa, à l’est de Khan Younès dans la Bande de Gaza, en ouvrant le feu de façon hasardeuse dans une nouvelle violation au cessez-le-feu annoncé par l’occupation.
Des sources locales ont dit au correspondant du centre palestinien d'information que plusieurs chars, ainsi qu'un bulldozer militaire,  ont envahi la région, en rasant des terres agricoles.

On note que les forces occupantes ont effectué plusieurs incursions dans la région durant les derniers jours, en bombardent plus de 100 maisons palestiniennes et rasant de grandes surfaces de terres agricoles.
CPI

20-01

L’organisation des Nations unies ‘Handicap International’ et les autres membres de la Campagne internationale pour interdire l’utilisation des mines antipersonnel (ICBL), ont appelé l’Etat israélien de ne plus utiliser ces armes barbares.

Mais Israël reste sourd à ces appels et sème ces armes meurtrières dans Gaza avant de se replier.

.Les services publics ont demandé aux ambulances et aux personnes d’éviter les endroits dangereux, à cause des mines antipersonnel semés par l’état sioniste.

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/0BA9192A-4BE5-4511-AC08-11FB6422343B.htm

20-01

Deux enfants ont été tués mardi lorsque un engin explosif laissé par l’armée israélienne a explosé à l’est de Gaza ville.
Le docteur Muawiya Hassanein, directeur général du service d’urgence et ambulancier au Ministère de la Santé, a dit que Abdullah Hassanain, 10 ans, et Shuruq Hassanein, 11 ans, «ont été tués alors qu’ils jouaient».
«Ils ont été transférés à l’hôpital. Leurs corps étaient déchiquetés», a-t-il ajouté.
Dans un autre incident depuis que l’administration israélienne a déclaré un cessez-le-feu, les sources médicales rapportent un autre mort. Le nombre des morts palestiniens s’élève ainsi à 1414.
Kamal Al-Attar, agriculteur, se trouvait à l’est de Jabalyia lorsqu’il a été tué par des tirs des forces israéliennes stationnées à la frontière dans le nord de la bande de Gaza. Il a été transporté à l’hôpital Kamal-Adwan à Beit Lahya.
Des témoins ont raconté que la flotte israélienne au large de la côte de Gaza a tiré plusieurs bombes sur les bateaux de pêche palestiniens, sans faire de victime. Après que le secteur de la pêche ait subi des pertes économiques énormes, des dizaines de Palestiniens sont repartis en mer aujourd’hui.
34 millions de dollars du Koweït et un milliard de l’Arabie Saoudite aideront en partie à les compenser. (PNN)

21-01

Les soldats d’occupation n’ont pas été seulement assassins , mais ils étaient aussi "voleurs" ; ils ont pillé les maisons à la recherche de tout ce qui peut être précieux au cours de leurs opérations militaires, qui a duré 23 jours dans le secteur.

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/CE164DA3-98AB-4986-9AB6-45C37EDD57B9.htm

22-01

Cinq Palestiniens ont été blessés à Gaza par des tirs de navires de guerre israéliens, selon des sources médicales.

Cinq Palestiniens ont été blessés, dont deux grièvement, jeudi par des missiles tirés par des navires de guerre israéliens sur une zone dans l’ouest de la ville de Gaza, ont rapporté du personnel médical et des témoins.

Plusieurs bâtiments de guerre israéliens ont tiré des douzaines d’obus sur la côte ouest de la bande de Gaza, notamment sur le camp de réfugiés de Shati (côte), situé dans l’ouest de Gaza, blessant au moins cinq personnes, selon des habitants.

Moawiya Hassanine, responsable en chef des services d’urgence de la bande de Gaza, a indiqué à des médias que les cinq Palestiniens blessés ont été évacués vers l’hôpital Shifa, et il a ajouté que deux de ces victimes se trouvent dans un état grave.

Afp & CPI


Cisjordanie occupée par Israël depuis 1967 :  Au jour le jour

22-01

Les services de la sécurité de Mahmoud Abbas ont enlevé plus de 30 partisans du Hamas à cause de leur participation à des marches de soutien aux habitants de la Bande de Gaza.
Des sources locales ont déclaré que la sécurité d'Abbas lance des campagnes d'arrestations contre les partisans du Hamas depuis le vendredi dernier, en arrêtant plus de 30 partisans du Hamas dont des Imams, des instituteurs et des étudiants.
Cette campagne d'enlèvement aux partisans du Hamas est venue après la grande marche populaire organisée, le vendredi dernier, dans la ville de Toulkarem pour soutenir les habitants de la Bande de Gaza et appuyer la résistance palestinienne.

http://www.palestine-info.cc

22-01

Les militaires occupants ont arrêté 9 Palestiniens en Cisjordanie. D'après le website de l'agence d'information officielle qatarie, Qana, citant les sources palestiniennes, les forces du régime sioniste ont enlevé ces neuf Palestiniens, mercredi, tôt dans la matinée, après une incursion dans un village, dans le sud-est de Jenine, en Cisjordanie. Les militaires israéliens enlèvent et arrêtent des jeunes palestiniens, sous divers prétextes, dans leurs agressions contre les régions cisjordaniennes. Environ 12. 000 Palestiniens croupissent dans les geôles du régime sioniste.

http://french.irib.ir

 

Les occupants attaquent les Palestiniens de la Cisjordanie qui fêtaient la victoire de la résistance.

Le Hamas a organisé, aujourd’hui vendredi 23 janvier 2009, une manifestation pour célébrer la victoire de la résistance dans la bande de Gaza.

Nombreux étaient les participants.

La manifestation est sortie dans le quartier d’Abou Snina, au sud de la ville d’Al-Khalil (Hébron).

Les participants criaient des slogans soutenant la résistance, les brigades d’Al-Qassam et le gouvernement légitime de Gaza. Ils ont hissé des drapeaux unificateurs et des miniatures de roquettes Al-Qassam.

Les forces israéliennes d'occupation ont fait barrage à cette manifestation, dès son commencement. Des confrontations se sont produites entre les manifestants et les soldats de l’occupation israélienne. Les participants ont jeté sur les soldats des pierres et des cocktails Molotov, après que les Israéliens avaient tiré des balles réelles et des bombes lacrymogènes.

Plusieurs personnes ont été blessées et asphyxiées.

Les confrontations entre les jeunes palestiniens et les forces israéliennes d'occupation se sont propagées dans plusieurs quartiers du sud de la ville.

A noter que le mouvement du Hamas organise chaque semaine des manifestations pour soutenir Gaza, dans la région sud sous occupation israélienne.

Al-Khalil –

CPI

23-01 



2 La Palestine en chiffre (Depuis le début de l'Intifada le 25 septembre 2000)


Civils & résistants tués                                                                            :  7.47

Palestiniens blessés                                                                               :  54.581

Internationaux blessés                                                                             : 192 (chiffre tout a fait minimal)

(balles réelles ou caoutchoutées, gaz lacrymogène, autres moyens)

Arrêtés     :                                                                                            :  47.733

En prison :                                                                                             : 11.800

Pacifistes en prison ou arrêtés                                                                  : 108

Autres actes           

Journalistes tués                                                                                      : 9

Journalistes blessés                                                                                :  ? + 32

Nombre de maisons palestiniennes détruites ou partiellement démolies       :  66.275

 

2-2 Occupants:

Israéliens  tués                                                                                        : 1.198

                                                                                                                ( 358 militaires/policiers)

Israéliens blessés                                                                                     : 6.577

                                                                                                                ( 545  militaires/policiers)


Les chiffres indiqués sont  vérifiés par le recoupement des chiffres des pertes communiqués par la résistance & les médias occidentaux & XINHUANET (Chine)  



Lire la suite