Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/07/2009

n°38 - Le Dossier'Géopolitique et stratégie 'des Guerres de l'Otan- 30-06 : Suite - : Quand, pourquoi et comment l’'Otan a commencé à s'intéresser à la Georgie.

n°38 - Le Dossier'Géopolitique et stratégie 'des Guerres de l'Otan- 30-06 : Suite - : Quand, pourquoi et comment l’'Otan a commencé à s'intéresser à la Georgie.


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'Otan et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Le Dossier'Géopolitique et stratégie 'des Guerres de l'Otan.

n° 38- 30-06

C.De Broeder & M.Lemaire

 


Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire.

1 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion    (suite)

1-3 Thierry Meyssan  : Malgré la victoire militaire et diplomatique en Georgie, la Russie traverse une passe difficile.

2 Annexe

2-1 Rick Rozoff : Les plans de guerre de l'OTAN pour le Grand Nord.

 


1-3 Thierry Meyssan  : Malgré la victoire militaire et diplomatique en Georgie, la Russie traverse une passe difficile.
Entretien avec Thierry Meyssan

Dans un entretien accordé à l’association Égalité et Réconciliation, Thierry Meyssan décrit les composantes et les projets de la nouvelle administration états-unienne. Selon lui, après la parenthèse Bush-Cheney de la guerre en Irak, Washington revient aujourd’hui au consensus post-11-Septembre et à ses contradictions des années 2001-02. Mais l’épuisement militaire en Irak et la crise financière à Wall Street obligent l’Empire à repenser les stratégies et les délais pour poursuivre la globalisation

E&R : Vous êtes désormais très connu en Russie, où vous avez rassemblé près de 30 millions de téléspectateurs à l’occasion d’une émission sur le 11 septembre. Comment appréciez-vous la situation de la Russie ?

Thierry Meyssan : Paradoxalement, malgré la victoire militaire et diplomatique en Georgie, la Russie traverse une passe difficile. Après la guerre du Caucase, les banques anglo-saxonnes ont encouragé les oligarques à punir Moscou en déplaçant leurs capitaux vers l’Ouest. Puis, les Anglo-Saxons ont poussé les dirigeants ukrainiens à trahir leur intérêt national et à couper les gazoducs lors des négociations sur les prix. Le Kremlin, qui croyait être maître du jeu et avoir l’initiative de ces coupures, s’est fait piéger. La perte de deux mois de chiffre d’affaire a dévoré les réserves monétaires. Le tout a provoqué une chute affolante du rouble alors que la crise mondiale fait baisser le prix des matières premières et donc les revenus de la Russie.

Medvedev et Poutine ont évalué cette situation de faiblesse avec beaucoup de sang-froid. Ils connaissent les atouts dont ils disposent, notamment la supériorité technologique de leur industrie d’armement sur celle des États-Unis. Ils sont convaincus que les États-Unis ne se relèveront pas de la crise, mais se disloqueront à moyen terme comme le Pacte de Varsovie et l’URSS dans les années 89-91. Ils espèrent donc inverser les rôles. Malgré la période de vaches maigres, ils équipent leurs armées avec les nouveaux matériels, et ils attendent sans broncher l’effondrement de l’Ouest. Publiquement ou en sous-main selon les cas, ils équipent tous les adversaires des États-Unis des dernières armes disponibles, du Proche-Orient que j’ai évoqué tout à l’heure au Venezuela. Économiquement, ils ont fait le choix de construire des voies commerciales vers la Chine, tout autant que vers l’Europe occidentale, dont ils observent avec regret l’asservissement obstiné aux Anglo-Saxons.

Cette situation peut avoir d’importantes conséquences au plan interne, où s’affrontent l’ancienne et la nouvelle génération. Les anciens ont un fort tropisme américain, quand les jeunes affichent un patriotisme décomplexé. Paradoxalement, les élites issues de Saint-Petersbourg sont historiquement favorables à un arrimage européen de la Russie, au contraire des Moscovites dont la vision est plus eurasiatique. Or Poutine et Medvedev, tous deux de Saint-Petersbourg, partagent cette vision eurasiatique. Ils rêvent la Russie en protecteur de l’Islam et l’ont faite entrer, comme observatrice, à l’Organisation de la conférence islamique. Tout en valorisant le Patriarcat orthodoxe, ils ont placé des musulmans à de nombreux postes à haute responsabilité —le contraste avec la France est flagrant—. Même si le traumatisme du démantèlement de la Yougoslavie et des deux guerres de Tchétchénie reste fort et que la vague de racisme qui s’en est suivie n’est toujours pas maîtrisée, la Russie a fait le choix de la civilisation et pris le chemin de la synthèse entre l’Europe et l’Asie.

Si la Russie parvient à traverser les toutes prochaines années de graves turbulences internationales sans être trop affectée, elle se retrouvera en position d’arbitre dans un monde multipolaire.

Propos recueillis par Égalité et Réconciliation, fin mars 2009

http://www.voltairenet.org/article159698.html


2 Annexe

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction est d'accord avec l'article mais doit être vu comme information.

2-1 Rick Rozoff : Les plans de guerre de l'OTAN pour le Grand Nord.

Depuis le début de l'année, les États-Unis et l'OTAN ont indiqué à maintes reprises en paroles et par des actes leur intention d'établir leur revendication territoriale et d'étendre leur présence militaire dans ce qu'ils appellent le Grand Nord : le cercle polaire et les eaux qui s'y relient, les mers de Barents et de Norvège, ainsi que la mer Baltique.

Le 12 janvier 2009 Washington a émis la Directive présidentielle de sécurité nationale 66 qui contient la prétention belliqueuse que « les États-Unis ont des intérêts de sécurité nationale fondamentaux et étendus dans la région de l'Arctique et sont disposés à agir indépendamment ou en conjonction avec d'autres États pour protéger ces intérêts [qui] comprennent la defense anti-missile et l'alerte avancée ; le déploiement de systèmes marins et aériens pour le transport maritime stratégique, la dissuasion stratégique, la présence maritime et les opérations de sécurité maritimes »[1] Plus tard le même mois l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) tenait une conférence sous le thème « Perspective en matière de sécurité dans le Grand Nord » dans la capitale de l'Islande à laquelle ont assisté le secrétaire général de l'alliance et ses plus hauts commandants militaires.

Cette initiative concertée a été abordée dans un article précédent de la présente série[2] et les plans de l'Occident d'empiéter sur le territoire arctique et confronter la Russie dans la région occidentale de l'océan dans un autre.[3]

Les pays membres de l'OTAN, individuellement et collectivement, ont multiplié les efforts depuis un mois pour accroître de façon impressionnante leur présence militaire et leur capacité de combat dans le Grand Nord.

La Suède : Le champs d'essai et de bataille de l'OTAN

Un exemple de cette campagne agressive et inquiétante nous est donné par les manoeuvres militaires Loyal Arrow 2009 de l'OTAN, qui ont lieu présentement et durent dix jours, en Suède, qu'un des quotidiens américains à grand tirage décrit comme « une force à action rapide de l'OTAN [...] sur un pied de guerre dans la Laponie suédoise » avec la participation « de dix pays, 2 000 soldats, un porte-avions et 50 chasseurs, dont le F-15 Eagle de l'armée de l'air des États-Unis, à des exercices de guerre près de territoires arctiques contestés ».

Le quotidien ajoute que « le choix de l'endroit pour tenir des exercices de guerre reflète l'importance stratégique grandissante de l'Arctique, qui renfermerait, selon des estimés, le quart des réserves de pétrole et de gaz naturel de la planète. [...] »[4]

Un site web de l'OTAN offre les détails suivants :

« Dix pays membres et non membres de l'OTAN participent à l'exercice aérien Loyal Arrow 2009, du 8 au 18 juin 2009, en Suède. Une cinquantaine d'avions à réaction rapides, qui seront basés à l'aile de Norrbotten, en Suède, participeront à l'exercice. Le but de l'exercice est de former des unités sélectionnées des quartiers généraux de la composante de l'air de la force conjointe de la Force de réaction de l'OTAN dans la coordination et la conduite d'opérations aériennes. De plus, des appareils du système aéroporté de détection et de contrôle (AWACS) de l'OTAN et d'autres avions et hélicoptères de transport soutiendront les exercices. Certaines unités participantes voleront en provenance de bases situées en Norvège et en Finlande.

« L'exercice est basé sur un scénario fictif. Dans ce scénario, des éléments de la Force de réaction de l'OTAN (NRF) [...] seront déployés dans un théâtre d'opération. La NRF a été créée pour donner à l'Alliance un outil efficace face aux nouvelles menaces à la sécurité du XXIe siècle. Il s'agit d'une force multinationale et conjointe pouvant être déployée rapidement, munie d'équipements modernes pouvant accomplir n'importe laquelle des missions de l'Alliance, où et quand elles sont nécessaires, telles que mandatées par le Conseil de l'Atlantique Nord.

« Environ 800-900 soldats d'Allemagne, de Finlande, du Royaume-Uni, d'Italie, de Norvège, de Pologne, du Portugal, de Suède, de Turquie et des États-Unis ainsi que la composante de détection aérienne avancée y participeront. »[5]

Le personnel de l'armée de l'air des États-Unis est arrivé par avion de la base qu'utilisent les États-Unis à Mildenhall, en Angleterre, et « des équipages de l'air et de terre de l'armée de l'air des États-Unis en Europe ont rejoint des unités militaires d'une dizaine d'autres pays le 8 juin. [...] »[6]

Les exercices de guerre ont leur base à la baie de Botnie dans le nord de la mer Baltique et il s'agit de la plus grande démonstration de la puissance aérienne de l'histoire dans cette région.

Le premier jour des exercices, le 8 juin, on rapportait que « l'exercice aérien Loyal Arrow sous la conduite de l'OTAN a commencé dans le nord de la Suède aujourd'hui. Le porte-avions britannique HMS Illustrious [avec 1 000 soldats à son bord] est arrivé dans la baie de Botnie, 50 aéronefs et 2 000 personnes, l'équipage du porte-avions y inclus, provenant de dix pays participeront au plus grand exercice d'entraînement aérien de l'histoire dans la baie finlandaise-suédoise de Botnie. »[7]

La base aérienne de Lulea en Suède, celles de Bodo en Norvège et d'Oulu en Finlande sont utilisées dans ces exercices de guerre de l'OTAN.

Les exercices Loyal Arrow sont basés sur un « scénario fictif » dans lequel « La Force de réaction de l'OTAN (NRF) est déployée dans un théâtre d'opération, le Lapistan.

« Le Lapistan est un pays instable, non démocratique fictif gouverné par une clique militaire qui accueille des camps d'entraînement de terroristes. Le scénario est centré sur un conflit entourant le pétrole et le gaz naturel avec la Botnie, un pays voisin fictif membre de l'OTAN, avec la participation de pays fictifs neutres, le Nordistan et la Suomie, qui sont une référence à la Norvège et à la Finlande. »[8]

Lorsque les exercices ont commencé, Stefan Lindgren, vice-président de Solidarité afghane en Suède, a déposé une plainte auprès du protecteur du citoyen en matière de discrimination et dit que les exercices de guerre de l'OTAN sont à la fois une diffamation des Samis et des musulmans en Suède. La terminaison « istan » rélève un lien mentalement avec la guerre de l'OTAN en Afghanistan.

Les Samis, un peuple autochtone de la région, ont protesté contre l'utilisation du terme « Laps », interdit en Suède, et contre la description de l'exercice.[9]

Un journal de la presse à grande diffusion explique la controverse dans les termes suivants : « Les principaux habitants autochtones du nord de la Norvège, le peuple sami, sont mécontents du fait que le "pays ennemi" dans le scénario de guerre s'appelle "le Lapistan" et se sont joints aux manifestatations contre l'OTAN. Le nom a été inventé par l'OTAN et ressemble à l'expression "Lapps" qui est désobligeante envers les Samis. »[10]

Le quotidien américain The Christian Science Monitor y ajoute ces citations dans son édition du 11 juin :

« "Ces exercices augmentent le risque de conflit", dit Anna Ek, présidente de la Société pour la paix et l'arbitrage de la Suède. "Ils envoient des signaux offensants et agressifs. Devrions-nous vraiment nous préparer à un conflit avec la Russie alors qu'existe encore la possibilité de coopération dans l'Arctique ?"

« "Ni le parlement, ni le comité de la Defense n'a été informé de l'ampleur de cet exercice", dit Peter Radberg, député du Parti vert. "Cela ressemble à un effort de promotion de l'OTAN en Suède. [...] Cela risque de provoquer une escalade militaire dans une région où nous devrions désarmer." »[11]

Non seulement la sécurité, le bétail et le statut même des Samis ont-ils été mis en péril dans le nord de la Suède, mais l'exercice Loyal Arrow 2009, en conjonction avec d'autres exercices et initiatives militaires que nous examinerons plus tard, vise directement la Russie, le seul rival de l'OTAN dans la course à la domination de l'Arctique.

Le groupe OTAN Hors de la Suède a organisé plusieurs actions à Lulea (le site de la base aérienne suédoise utilisée dans les exercices d'entraînement) et manifesté contre l'utilisation du comté de Norrbotten comme terrain d'entraînement et champ de tir pour de possibles actions futures au pays et à l'étranger.

Anna-Karin Gudmundson de cette organisation a dit : « Ces exercices peuvent être perçus comme étant très provocateurs. La région de la mer de Barents est une région névralgique par son emplacement par rapport à l'Arctique. Avec tout ce qui se dit au sujet de la fonte des glaces et la rivalité pour les ressources naturelles, cela pourrait ressembler à une démonstration de force de la part de l'OTAN. »[12]

Ofog, un autre groupe suédois qui milite pour la paix, a annoncé le 8 juin qu'il envoyait des militants dans un champ de bombardement près de la base aérienne de Vidsel dans le Norrbotten pour « arrêter les préparatifs pour des crimes de guerre » et pour « empêcher l'OTAN de continuer de bombarder la région ».[13]

Le groupe a émis un communiqué dans lequel il affirme : « Comme l'OTAN, nous serons aussi dans les airs, au sol et en mer. Nous ferons tout en notre pouvoir pour montrer à l'OTAN que ses affaires sont répugnantes et mortelles. »

« L'OTAN n'est pas une alliance de defense. Elle est le plus grand club d'armements nucléaires et la plus grande machine de guerre du monde. »[14]

Le deuxième jour des exercices, le 10 juin, cinq membres de l'Ofog ont été arrêtés après être entrés sur le champ de bombardement.

Six autres ont été arrêtés alors que les bombardements continuaient et une des militantes de l'Ofog sur les lieux, Miriam Cordts, a dit : « L'OTAN est la plus grande machine de guerre et le plus grand club d'armements nucléaires au monde. Cet exercice aérien dans le nord de la Suède est son plus grand exercice cette année et est conçu pour accroître la capacité de la Force de réaction de l'OTAN à attaquer à n'importe quel moment. Quatre-vingt-dix pour cent de ceux qui sont tués dans les guerres de l'OTAN sont des civils. Nous avons la responsabilité en tant qu'êtres humains de tout faire pour stopper cet exercice. »[15]

L'intention des militants de l'Ofog était d'arrêter les bombardements par leur présence, mais les exercices de l'OTAN ont continué.

Un porte-parole du groupe a commenté : « Nous savons que l'OTAN bombarde des civils, mais c'est la première fois qu'elle menace de bombarder des civils en Suède. »[16]

Bien qu'elle ne soit pas encore membre à part entière de l'OTAN, la Suède est l'hôte de ces exercices par ses obligations envers le Partenariat pour la paix de l'Alliance et elle s'approche ainsi toujours plus de l'intégration complète à l'OTAN malgré l'opposition de la majorité des Suédois.

La Suède dans l'OTAN : La neutralité au passé

L'incorporation de la Suède à l'OTAN est préparée de façon méthodique depuis plusieurs années.

À la mi-mai, la député et responsable du Parti libéral en matière de politique étrangère Birgitta Ohlsson a déclaré : « Pour moi, et pour le Parti libéral (Folkpartiet), cela prouve plus que jamais que la Suède doit être membre de l'OTAN. Les partis politiques ne peuvent pas seulement suivre l'opinion publique, ils doivent aussi l'influencer, et l'isolationnisme est très passé. »[17]

Un peu après, le ministre de la Defense Sten Tolgfors a annoncé « la plus grande restructuration des forces armées de la Suède de l'ère moderne » et que « la Suède aura pour la première fois en plusieurs décennies une organisation de defense ».

Il a clarifié son message en ajoutant : « Aujourd'hui, nous avons une force avec une organisation à des fins nationales, basée sur un système de conscription, et une autre à des fins internationales, basée sur les unités permanentes.

« Nous allons réformer notre defense en partant des leçons apprises de notre position au rang des premières nations dans le Groupe de combat nordique. Nous aurons à l'avenir une defense basée sur un groupe de combat.

« Nous avons bâti le Groupe de combat nordique ensemble. Nous sommes en Afghanistan avec la Finlande. »

On a vu que l'Afghanistan n'était pas la seule raison de l'intensification de la militarisation de la Suède et de son intégration aux structures de l'OTAN lorsque Tolgfors a dit au sujet des exercices Loyal Arrow en juin : « La Russie a certainement haussé le ton ces dernières années [...]. »[18]

Deux jours plus tard il s'est rendu au quartier général de l'OTAN à Bruxelles pour y rencontrer Jaap de Hoop Scheffer et « informer le secrétaire général de la transformation prochaine des capacités de defense de la Suède, pour rendre les forces suédoises plus efficaces, plus déployables et plus aptes à mener des opérations internationales. »[19]

Quatre jours avant le début des exercices de guerre Loyal Arrow, l'ambassadeur de la Suède en France, Gunnar Lund, « parlant au nom du ministre des Affaires étrangères de la Suède Carl Bildt », a encouragé l'utilisation d'un contingent de cinq pays nordiques des groupes de combat de l'Union européenne (qui agirait sous la conduite de l'OTAN par l'entremise du Berlin Plus et d'ententes connexes) lorsqu'il a dit : « Du côté militaire, j'aimerais attirer votre attention sur l'utilisation de groupes de combat, un outil qui pourrait s'avérer très utile pour appuyer la paix et la sécurité internationales. »

Le gouvernement suédois a dit regretter que l'UE n'ait employé plus tôt le Groupe de combat nordique (avec des forces de la Suède, de la Finlande, de la Norvège, de l'Islande et de l'Estonie) et n'ait pas « donné feu vert à son envoi au Tchad et en République centrafricaine l'année dernière. »[20]

(La Suède, la Finlande et l'Irlande sont trois des cinq pays encore neutres nominalement, les deux autres étant la Suisse et l'Autriche. Les cinq ont maintenant déployé des contingents militaires de diverses grandeurs pour servir dans la Force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan sous la conduite de l'OTAN. En Suisse, un groupe militant pour la paix, Suisse sans Armée, qui « accuse le gouvernement de chercher à diriger la Suisse neutre vers l'alliance militaire qu'est l'OTAN », a récemment présenté au parlement fédéral une pétition de plus de 100 000 signatures, le nombre requis pour déposer un projet de loi, contre le projet d'achat de nouveaux chasseurs pour assurer l'interopérabilité de l'OTAN.)

Une frontière de 1 300 km avec la Russie : La Finlande intégre l'OTAN

Le mois dernier il y a eu en Finlande une rencontre des ministre de la Defense des pays nordiques (Suède, Finlande, Danemark, Norvège et Islande, qui n'est pas la même chose que le groupe ministériel de la Defense des pays nordiques et baltes) où les ministres des cinq pays ont « discuté des développements en matière de sécurité dans le nord de l'Europe et échangé les points de vue sur les processus de transformation de la defense nationale en cours » et « évalué les défis communs en Afrique et en Afghanistan ».

« Les ministres ont discuté des développements dans le Grand Nord et des possibilités d'une coopération nordique dans la région.

« Ils ont également analysé les possibilités de rehausser la coopération nordique dans le mer Baltique. »[21]

La réunion a eu lieu un peu après que « l'ex-ministre des Affaires étrangères de la Norvège Thorvald Stoltenberg [...] a conclu dans un rapport sur la coopération de defense nordique que les cinq pays nordiques doivent renforcer leur coopération de sécurité dans l'Arctique [...]. »[22]

Moins d'une semaine plus tard des pilotes de l'armée de l'air des États-Unis étaient en Finlande pour entraîner des pilotes finlandais dans la procédure de ravitaillement en vol comme on en utilise dans les missions et opérations militaires à long cours.

Selon l'officier des opérations pour le 21e Escadron de combat de l'armée de l'air de la Finlande, « un capitaine qui a demandé l'anonymat en raison de la politique gouvernementale », les exercices d'une semaine avec la participation de Hornets F-18 de la marine et d'un Stratotanker KC-135 de l'armée de l'air ont « aidé l'escadron, et tout le service, à satisfaire à un critère établi par le gouvernement pour pouvoir être déployé à l'extérieur de la Finlande pour soutenir les forces de l'OTAN. Bien que la Finlande ne soit pas membre de l'OTAN, elle fait partie du programme du Partenariat pour la paix de l'alliance, que soutient également l'armée de l'air des États- Unis en Europe (USAFE).

« Cela nous ouvre les yeux sur un champ d'opération beaucoup plus étendu. »

Le rapport duquel est tirée cette phrase informe les lecteurs que « c'est la première fois que l'armée de l'air des États-Unis en Europe déploie un équipe d'avion-citerne en Finlande pour une opération de ravitaillement en vol ».[23]

Le 25 mai dernier, le ministre finlandais du Commerce et du Développement, Paavo Vayrynen, du Parti du Centre, a dit que le partenaire de son parti dans la coalition au pouvoir, le Parti de la coalition nationale, « a mené une campagne soutenue pour créer une opinion publique favorable à l'adhésion à l'OTAN ».[24]

Des initiatives semblables, concertées et secrètes, pour entraîner des pays dans l'OTAN contre le gré de la majorité de leur population ont lieu en Suède et à Chypre, entre autres.

Du 1er au 4 juin, le Commandement allié Transformation (ACT) de l'OTAN, basé à Norfolk en Virginie, et les Forces de la defense de Finlande ont participé à un portail d'éducation et de formation des partenaires de l'OTAN (NPETN) à Helsinki.

Un colonel de l'armée de l'air de la Turquie assigné au NPETN a décrit le programme comme étant « essentiellement un réseau humain qui offre un forum aux membres, incluant le Collège de la Defense et le Centre de guerre interarmées et le Centre de formation interarmées de l'OTAN, l'École de l'OTAN, l'École des systèmes de communications et d'information, le Centre de formation opérationnelle d'interdiction maritime et les Centres d'excellence de l'OTAN et les centres d'éducation et de formation militaires de l'OTAN et des pays partenaires ».[25]

La conférence de trois jours n'était cependant pas une affaire bilatérale entre les quartiers généraux de l'OTAN aux États-Unis et en Finlande, puisque des pays de pas moins de cinq continents y ont participé.

« Pour la première fois de l'histoire de la conférence, un représentant de l'Australie, un pays contact de l'OTAN, participera aux discussions. »

Le représentant de la Turquie à l'OTAN précité a dit : « La conférence nous donne l'occasion d'atteindre nos objectifs parce que nous aurons plus de contribution de nos pays partenaires, des représentants de l'OTAN, du Partenariat pour la paix, du Dialogue méditerranéen et de l'Initiative de coopération d'Istanbul, de Pays Contacts. »[26]

Avec les 28 pays membres à part entière de l'OTAN, les 25 candidats du Partenariat pour la paix, les sept membres du Dialogue méditerranéen, les six de l'Initiative de coopération d'Istanbul (le Conseil de coopération du golfe Persique) et plusieurs pays contacts comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et la Corée du Sud, cela représente au total près du tiers des 192 pays du monde.

Le jour où la Conférence de l'OTAN s'est terminée, dans la capitale finlandaise, la police de ce pays a arrêté six militants pour la paix pour avoir peint des symboles de l'OTAN en rouge(-sang) sur les murs du quartier général du Commandement de la Defense finlandaise à Helsinki.

Le groupe Muurinmurtajat a émis un communiqué dans lequel il affirme avoir « voulu attiré l'attention sur le travail pratique qui se fait pour rapprocher militairement la Finlande de l'OTAN au Commandement de la Defense ».[27]

Quatre jours plus tard, l'Agence de consultation, de commandement et de contrôle de l'OTAN (NC3A) a signé un protocole d'entente avec la Finlande sur la technologie de la defense.

« La Finlande participe depuis longtemps au programme du Partenariat pour la paix de l'OTAN et a une solide histoire de contribution aux missions et exercices de l'OTAN.

« La Suède fut le premier partenaire à signer une entente semblable avec la NC3A en 2007. »[28] Le même jour, les forces armées finlandaises ont commencé « leur plus grand exercice militaire en plusieurs décennies ».

Maanvyory 2009 (raz-de-marée 2009) comprend la participation de « 18 000 militaires, dont 7 000 réservistes des trois branches du service ».[29]

La Norvège : L'armée de l'OTAN entre dans l'Arctique

Le 2 juin on a annoncé que la Norvège déplacera le quartier général de son Commandement opérationnel du sud du pays, dans le nord de Stavanger, à Reitan, à l'extérieur de Bodo, « faisant ainsi de la Norvège le premier pays à déplacer son commandement militaire dans l'Arctique ».

« Ce déplacement correspond au déplacement de l'attention du gouvernement vers les régions du Nord. Avec son nouvel emplacement à l'intérieur du cercle polaire, le commandement opérationnel suprême de la Norvège sera directement en contact avec toutes les questions concernant le Grand Nord. »[30]

Lors d'une rencontre des parlementaires de l'OTAN à Oslo du 22 au 26 mai, le secrétaire général de l'OTAN Jaap de Hoop Scheffer a eu des entretiens avec le premier ministre Stoltenberg, le ministre des Affaires étrangères Store et le ministre de la Defense Strom-Erichsen et une audience avec le roi Harald V. « Les discussions ont centré sur les plans de l'OTAN après son sommet, y compris la mise à jour prochaine du Conseil stratégique de l'Alliance, les relations avec la Russie et les nouveaux défis de sécurité des alliés. »[31]

À la même rencontre des parlementaires de l'OTAN, des membres du cabinet norvégien ont dit aux participants que « l'OTAN devrait accroître son rôle dans le Grand Nord », tandis que le secrétaire d'État à la Defense Espen Barth Eide a insisté pour que « la prochaine réorganisation de la structure de commandement de l'OTAN tienne compte du Grand Nord [...]. »[32]

L'ambassadeur de la Norvège à l'OTAN, Kim Traavik, a accompagné les ambassadeurs de cinq confrères de l'OTAN dans un « voyage d'étude » dans le nord du pays après la rencontre des parlementaires pour inspecter le site prévu du future conflit.

Une semaine auparavant, la ministre de la Defense de la Norvège Anne-Grete Strom-Erichsen « a souligné l'importance de formuler une position commune sur les questions de defense et de sécurité concernant le Grand Nord. La ministre a particulièrement insisté sur la nécessité de "rehausser la pertinence de l'OTAN". À la lumière de la récente poussée de la Russie sur le plan militaire et économique dans l'océan Arctique, Strom-Erichsen voit une source d'inquiétude potentielle de déstabilisation dans la région. »[33]

Dans ses propres mots :

« L'Alliance est au coeur de la stratégie de sécurité et de defense de tous les États de l'océan Arctique sauf un. Elle n'a donc pas le choix que de définir son rôle dans la région. Le défi sera de formuler une politique qui répond au intérêts fondamentaux de sécurité de l'Occident [...]. »[34]

Le Commandement allié Transformation, de l'OTAN, effectue une démonstration d'interopérabilité de coalition (CWID) à Lillehammer, en Norvège, du 1er au 26 juin « avec un accent particulier sur ce qui sera déployé dans des opérations menées par l'OTAN comme une riposte de l'Article 5, la Force internationale de sécurité et d'assistance (ISAF), Active Endeavour et la Force du Kosovo ou au sein d'une Force de réaction de l'OTAN (NRF) [...]. »[35]

Une riposte de l'Article 5 est une invocation de la cause sur l'aide militaire collective de l'OTAN, comme cela se fait depuis près de huit ans avec la guerre en Afghanistan.

Le 16 juin on rapportait que les exportations d'armements de la Norvège avaient atteint un record et que « la majeure partie des exportations de matériel de defense norvégiennes se font vers les pays membres de l'OTAN ainsi que la Suède et la Finlande ».[36]

Nouveaux empiétements sur la Russie : L'OTAN et la mer baltique

On rapportait à la fin du mois dernier que l'OTAN continuera ses patrouilles aériennes en rotation au-dessus de l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie au moins jusqu'en 2020.[37] Comme l'ont souligné des représentants russes, les avions de guerre de l'OTAN qui y participent sont à cinq minutes de vol de Saint-Pétersbourg, la deuxième plus grande ville de la Russie.

Les exercices multinationaux de la Force de réaction Baltic Eagle de l'OTAN (NRF-14) ont lieu du 2 au 18 juin dans la Zone militaire Adazi, en Lettonie, pour préparer le Bataillon balte de la Lettonie et les forces armées estoniennes et lituaniennes « à tester le niveau de préparation au combat de l'unité ».

« Selon le scénario de l'exercice, les troupes seront déployées dans la région de conflit militaire et se livreront à des opérations de grande envergure. [...] Une quantité importante d'armes et d'équipements modernes, incluant des missiles antichar guidés Spike, des véhicules lourds multifonctionnels 8x8 SISU modernes, des transporteurs de personnel blindés SISU et des fusils d'assaut G36, sera utilisée durant l'exercice [...]. »

Le Bataillon balte est une composante de la Force de réaction de l'OTAN qui, elle, est « une force très préparée et technologiquement avancée de l'Alliance comprenant des composantes terrestres, aériennes, maritimes et spéciales pouvant être déployées rapidement au besoin. Elle est autonome et capable d'accomplir des missions partout dans le monde dans n'importe quel type d'opérations. »[38]

Durant la même période la marine américaine a dirigé les exercices annuels Baltic Operations (BALTOPS) dans la région.

« Les forces maritimes de 12 pays participeront au plus grand exercice naval multinational cette année dans la mer Baltique du 8 au 19 juin.

« L'exercice Baltic Operations (BALTOPS) est un événement annuel qui vise à améliorer l'interopérabilité et la coopération des alliés régionaux » et cette année il comprend des forces navales des États-Unis, de l'Allemagne, du Danemark, de la Grande-Bretagne, de l'Estonie, de la Finlande, de la France, de la Hollande, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Pologne et de la Suède. »[39]

Y participent le contre-amiral américain John N. Christenson, commandant du 12e Groupe d'intervention porte-avions, et le contre-amiral suédois Anders Grenstad, commandant du Commandement de la composante maritime et l'« équivalent suédois du chef des opérations navales de la marine américaine ».[40]

Cinq jours avant le début des opérations BALTOPS 2009, le USS Mount Whitney (le navire amiral de la 6e Flotte de la marine américaine et le navire de commande et de contrôle du commandant du Commandement interarmées de Lisbonne et de la Force de frappe de l'OTAN, déployée contre la Russie dans la mer Noire après la guerre d'août dernier dans le Caucase) est arrivé près des côtes de la Lituanie et a reçu l'expatrié américain et actuel président de la Lituanie Valdas Adamkus.

Ce dernier s'est servi de l'occasion pour affirmer : « Au nom de toute notre nation, la présence du Mount Whitney est significative pour tout le pays. Elle fait preuve de respect, apporte une force et conviction additionnelles pour combattre pour leur engagement, mais surtout la solidarité de la communauté de l'OTAN. »

Ce à quoi le commandant américain a répondu : « Je désire remercier publiquement la Lituanie pour son [sic] appui au Kosovo, en Irak et surtout en Afghanistan. »[41]

Rick Rozoff, Stop NATO,

14 juin 2009

http://www.cpcml.ca/francais/Lmlq2009/Q39121.htm 

Les commentaires sont fermés.