Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/07/2009

n°25 -Journal de PAKISTAN - 26-06 au 09-07- :-Début - Le fiasco de Swat - l'armée pakistanaise s'enlise face aux résistants

n°25 -Journal de PAKISTAN - 26-06 au 09-07- :-Début - Le fiasco de Swat - l'armée pakistanaise s'enlise face aux résistants



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



        Journal de PAKISTAN 

                                                                     n° 25- 26-06 au 09-07

                                    C.De Broeder & M.Lemaire                                               



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be


Avant propos

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



Sommaire.

Tiré à part :

Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge

Les déplacés de Swat sont indésirables à Karachi.

Paroles & action du président...

Le Pakistan au cœur des débats.

Ben Laden accuse

Crimes de la CIA.

1 Au jour le jour

2 Positions

Suite

3 Politique

a) locale

b) Usa

4 Institutions internationales

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Video: antiWAR

5-2 Vidéo : Les guerres du pétrole expliquées aux enfants

5-3 Les 5 règles de la propagande de guerre

6 Brèves

6-1 Un coup américain?

      Baitullah Mehsud travaillerait pour le Mossad et la CIA.

6-2 Les milices collaboratrice sont appuyées par l'armée pakistanaise.

6-3 Les drones US décollent d'une base pakistanaise.

6-4 Du cuit et recuit... Ben Laden serait au Pakistan (CIA).

Fin

7  Dossiers

7-1 Gaël Vaillant : Pakistan: L'excuse Ben Laden.

7-2 Gérard Chaliand : le Pakistan est l'épicentre de la ‘crise’.

7-3 Le Racq : Le Pakistan en quête de repères.

7-4 Tous les Pachtounes ne sont pas résistants, mais tous les résistants sont pachtounes.

7-5 Philippe Grangereau : Le fiasco de Swat l’armée pakistanaise s’enlise face aux résistants.

7-5 Georges Abou : La nouvelle administration d’Obama révise sa stratégie.

7-6 Alain Gresh : Afghanistan-Pakistan, « mission impénétrable ».



Tiré à part :

Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge

29-06

Au moins trois civils ont été tués lors d'un échange de tirs d'artillerie entre l'armée et des résistants à Kaloosha, à 17 km à l'ouest de Wana, le chef-lieu du Waziristan du Sud, selon un responsable gouvernemental local, Ghafoor Shah. Ce bilan a été confirmé par des responsables locaux de sécurité. L'origine exacte du tir restait inconnue.

AFP

Les déplacés de Swat sont indésirables à Karachi.

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

Ndlr : Les informations contenues dans cet article peut être totalement faux

C'est un camp de toile, de cailloux et de fournaise, battu par des bourrasques de poussière, en bord d'autoroute, au nord de Karachi. Le souffle chaud du mois de juin fait vaciller les tentes blanches et danser les buissons secs. Assis sous une bâche, des fonctionnaires locaux, badge plastifié pendu au cou, s'ennuient. Les occupants sont rares, il n'y a pas grand-chose à administrer. "On peut héberger 450 familles, mais 16 seulement sont arrivées jusqu'ici", précise l'un de gardiens du lieu.

27.06.

Alors que les camps accueillant les déplacés de Swat, fuyant l'offensive lancée fin avril par l'armée contre les résistants, sont saturés entre Islamabad et Peshawar, provoquant une crise humanitaire sans précédent dans l'histoire du Pakistan contemporain, le camp de Karachi est fantôme.

Qui aurait envie de s'y replier ?

Cette étuve austère, dépourvue d'électricité et de matelas, est inhospitalière.

C'est peu dire que la province méridionale du Sind, dont Karachi est le chef-lieu, rechigne à accueillir les déplacés de la région de Swat.

La population locale y est tout simplement hostile.

A l'appel de partis nationalistes sindis, elle a même manifesté, affronté la police aux cris de "Non aux déplacés".

Le Sind se cabre dans un égoïsme autochtone, sourd aux appels à la solidarité nationale en ce moment critique du combat contre les résistants. "Nous avons de la sympathie pour ces réfugiés, mais leur venue dans le Sind n'a aucun sens, explique Mumtaz Bhutto, dirigeant du Sindh National Front (SNF), un petit parti nationaliste sindi. Karachi est si loin de chez eux. Pourquoi ne restent-ils pas du côté d'Islamabad ? Nous n'avons pas ici les ressources pour les accueillir. Il y a déjà de graves problèmes chez nous de chômage et de déficit en électricité."

M. Bhutto récuse l'accusation de xénophobie. Il rappelle l'"hospitalité historique" du Sind, mais cela a fini en "tragédie", dit-il.

Au lendemain de la partition en 1947 de l'ex-empire britannique des Indes, Karachi et d'autres villes du Sind ont en effet accueilli l'essentiel des 7 millions de musulmans ayant fui l'Inde fraîchement indépendante.

Ces réfugiés d'Inde, appelés "Mohajirs", ont fait de Karachi leur fief, où ils formaient l'élite intellectuelle et économique. Mais la relation s'est envenimée avec les Sindis autochtones, qui contestaient leur position dominante, jusqu'à dégénérer en conflit violent avec l'Etat lui-même. La révolte des Mohajirs, orchestrée par le Mohajir Qaumi Mahaz (MQM), a pris un tour sanglant dans les années 1990. "Après un tel passé, ajoute M. Bhutto, il est bien normal que les Sindis s'inquiètent de l'afflux de nouveaux réfugiés."

L'ironie veut que Sindis et Mohajirs, rivaux historiques, se serrent aujourd'hui les coudes contre une nouvelle génération d'intrus : les déplacés de la région de Malakand (dont Swat fait partie), issus des communautés pachtounes du nord-ouest du Pakistan. "C'est déplorable, s'insurge Shahi Sayed, le président provincial de l'Awami National Party (ANP), le parti défendant les intérêts des Pachtounes. Selon les termes de la Constitution, tout citoyen pakistanais est libre de circuler et de s'installer où il l'entend." Mais Sindis et Mohajirs se moquent de l'argument juridique. A leurs yeux, l'enjeu n'est autre que le fragile équilibre ethnique de la cité.

LE MONDE |

27.06.09

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/06/27/a-karachi-les-deplaces-de-swat-sont-indesirables_1212463_3216.html


Paroles & action du président...

Barack : «L’avenir de l’Afghanistan est inextricablement lié à l’avenir de son voisin, le Pakistan.

Les terroristes qui se trouvent à l’intérieur des frontières pakistanaises ne sont pas seulement les ennemis de l’Amérique ou de l’Afghanistan (mais) un cancer qui risque de tuer le Pakistan de l’intérieur.»

Libération,

3/7/09 

Obama : "Nous n'avons aucune intention d'envoyer des troupes au Pakistan".

Irna

22 Juin


Le Pakistan au cœur des débats.

Ben Laden accuse

Oussama ben Laden, accuse les Etats-Unis d'avoir semé "les graines de la haine" chez les musulmans. "Si un musulman devient l'allié des infidèles et soutient ceux-ci contre les musulmans, il perd sa foi et devient un apostat infidèle" "Ne vous alliez pas aux juifs et aux chrétiens, comme c'est le cas de l'armée pakistanaise, qui s'est retranchée dans le même donjon que l'Amérique face à l'islam. Tout vrai musulman doit les combattre", conclu l'introuvable ben Laden qui est d'origine saoudienne.

Ben Laden a présenté le président pakistanais Asif Ali Zardari comme un serviteur des Etats-Unis qui a ordonné à son armée de combattre les musulmans sur ordre de Washington.

Le message prononcé par Barack Obama,  a été qualifié de "criminel" par le numéro deux d'Al Qaïda, Aymane al Zaouahri.

Base : Reuters

Jeudi 4 juin, 16h54

Crimes de la CIA.
Une polémique oppose le Pentagone à la CIA à propos des assassinats ciblés de chefs de la résistance en Afghanistan et au Pakistan, ou l’Agence mène une campagne sur le modèle de l’Opération Phœnix durant la guerre du Vietnam.

On ignore le chiffre exact de ces interventions, mais des responsables de l’Agence ont assuré en privé avoir éliminé plus de 300 « cibles » depuis janvier 2008.

La presse pakistanaise a recensé 60 frappes dans le pays depuis janvier 2008, s’étant soldées par la mort de 14 leaders et de 687 « victimes collatérales ».

Ces exécutions extra-judiciares ont été vivement critiquées au Conseil des droits de l’homme de l’ONU et le rapporteur spécial a sommé les États-Unis d’en préciser la base légale.

Mais là n’est pas le problème aux yeux du général David Petraeus (patron de l’US Central Command) et de ses amis.

Pour réaliser ces opérations, une puce émettrice est installée au domicile de la cible, souvent par un proche corrompu. La cible est alors bombardée par un drone.

En moyenne la CIA tue 50 civils par cible atteinte. Dans ces conditions, l’élimination des chefs insurgés suscite une forte colère parmi la population et la dresse contre les États-Unis.

 http://www.voltairenet.org/article160594.html



1) Au jour le jour

Les zones tribales pakistanaises frontalières de l'Afghanistan sont considérées comme des bases arrière pour les résistants, d'où ils mènent des attaques contre les forces internationales déployées en Afghanistan.

Le front de la rébellion s'étend

L'armée pakistanaise promet depuis deux semaines de déclencher une grande offensive, mais l'assaut terrestre sera probablement très périlleux dans une région accidentée et très difficile à contrôler.

Les soldats continuent de pilonner la zone tribale du Waziristan du Sud, fief du chef résistant Baitullah Mehsud.

Deux avions pakistanais ont bombardé des repaires dans les zones de Makeen et Laddha, deux grands bastions de la rébellion.

Dix résistants auraient été tués, quinze autres - blessés.

Les résistants, eux, multiplient leurs attaques dans de nouvelles régions du pays.

Au Nord, dans la partie du Cachemire administrée par le Pakistan, les résistants y ont réalisé vendredi 26 juin lela preière attaque kamikaze de l'histoire de cette région.

L'attaque, qui a visé un véhicule de l'armée à Muzaffarabad, capitale du Cachemire pakistanais, a tué deux soldats et en a blessé trois autres selon l'armée.

Un porte-parole des résistants a ordonné au gouvernement de cesser ses opérations et bombardements aériens au Waziristan, « faute de quoi, a-t-il dit, nous continuerons à employer telles attaques dans tout le Pakistan »

RFI

 27/06/

http://www.rfi.fr/actufr/articles/114/article_82234.asp

a) Résistance

26/6

Un kamikaze s'est fait exploser près d'un véhicule militaire vendredi dans la région du Cachemire, au Pakistan, tuant au moins deux soldats, a annoncé l'armée.

Trois autres soldats ont été blessés dans cet attaque qui s'est déroulé à Muzaffarad, la capitale régionale, a précisé l'armée dans un communiqué.

Hakimullah Mehsud, un proche du chef résistant Baitullah Mehsud, a déclaré à l'Associated Press que l'attaque était destinée à prouver que les combattants résistants n'avaient pas été affaiblis par l'offensive lancée depuis plus d'une semaine dans la région tribale du nord-ouest du Pakistan.

"Nous sommes en position de répondre aux attaques de l'armée, et le temps prouvera que ces opérations militaires ne nous ont pas affaibli", a-t-il déclaré par téléphone.

AP

26-06

 Une bombe a explosé au passage d'un convoi militaire pakistanais près de Miran Shah, la principale ville du Nord-Waziristan, tuant trois soldats et un passant, selon l'armée. Quinze soldats et deux civils ont également été blessés.

AP

28-06

Dimanche, dans le Waziristan du Nord, des assaillants armés de lance-roquettes et d'armes automatiques ont tendu une embuscade à un convoi militaire, tuant 16 soldats sur le coup, alors que quatre autres ont succombé à à leurs blessures lundi, selon le général Abbas.

AFP.

29-06

Dans le Waziristan du Nord, des combattants pro-résistants ont annoncé lundi avoir mis fin à un accord de cessez-le-feu signé avec le gouvernement en février 2007, et de ne plus y autoriser les mouvements de l'armée, a indiqué l'un de leurs porte-paroles, Ahmedullah Ahmedi.

La décision a été prise en réaction à la mort de civils "innocents tués par des bombardements de drones américains, alliés d'Islamabad dans leur opérations contre les résistants.

AFP

29-06

A Buner, où les résistants avaient progressé il y a deux mois, parvenant à une centaine de km d'Islamabad et suscitant ainsi la forte inquiétude des Occidentaux, une bombe a explosé dans la ville de Swarhi, blessant au moins huit personnes dont trois responsables de sécurité, a indiqué la police.

 (AFP)

 03-07

L’armée pakistanaise a fait état de l’accident d’un hélicoptère de transport avec à bord 26 membres des services de sécurité. Il n’y a pas eu de survivant, précisent les autorités, qui attribuent le crash à des problèmes techniques(…) .

L’accident a eu lieu près de Peshawar, la principale ville du Nord-Ouest du pays.

(AFP)

06-07

Un policier a été tué dans un attentat à la bombe commis par un kamikaze contre un commissariat d'Islamabad, annoncent la police et des responsables municipaux

L'explosion a également blessé trois agents.

http://fr.news.yahoo.com/


b) Assaillants US & collaborateurs.

23-06

"Un missile a été tiré par un drone dans la zone montagneuse reculée de Neej Narai(un district tribal du nord-ouest du Pakistan - le Waziristan du Sud) ", a déclaré à l'AFP un responsable pakistanais de sécurité sous couvert de l'anonymat.

Un autre responsable a confirmé ce bombardement, ajoutant craindre des victimes et ne pas savoir quelle était la cible de l'attaque.

.AFP

27-06

Cinq résistants présumés ont été tués, samedi 27 juin à Karachi, dans le sud du Pakistan, lors d'une fusillade avec la police. "Nous avons effectué une descente dans une maison après avoir été avertis que des activistes préparaient des attaques dans la ville", a déclaré le chef de la police de la ville, Waseem Ahmed.

Selon lui, ces résistants étaient des fidèles de Baitullah Mehsud, qui dirige le Tehrik-e-Résistant Pakistan (TTP), mouvement des résistants pakistanais.

(Reuters.)

29-06

L'armée pakistanaise a intensifié lundi ses bombardements sur les zones tribales, au lendemain d'une embuscade fatale à 16 soldats, selon plusieurs responsables.

L'aviation pakistanaise a continué à pilonner les districts tribaux du Waziristan du Nord et du Sud, fief du chef résistant Baïtullah Mehsud, contre lequel l'armée annonce depuis plusieurs semaines une offensive imminente.

Les autorités pakistanaises ont offert dimanche 615.000 dollars pour toute information menant à la capture, "mort ou vif" de Baïtullah Mehsud.

Selon le porte-parole de l'armée, le général Ahtar Abbas, 18 résistants et 16 soldats, dont un officier, sont morts au cours des dernières 24 heures dans le Waziristan du Nord, un des sept districts tribaux semi-autonomes frontaliers de l'Afghanistan, ainsi que dans le district de Swat (nord-ouest).

Ce bilan était impossible à vérifier de source indépendante.

http://www.romandie.com/infos/

 03-07

Des missiles américains ont visé vendredi des résistants où l'armée combat les résistants ont indiqué des responsables des forces de sécurité. 

Ces sources ont indiqué qu'elles pensaient qu'il y avait des victimes mais sans pouvoir le confirmer.

"Trois missiles se sont abattus sur le repaire du commandant résistant Noor Wali et il y a peut-être des victimes", a confirmé un de ses collègues.

"Les missiles ont été tirés par des drones", a précisé cette source. Seule l'armée américaine et la CIA disposent de tels appareils dans la région.

 Les attaques ont eu lieu dans le district du Waziristan du Sud, une zone tribale du nord-ouest du Pakistan, et frontalier avec l'Afghanistan.

(AFP)

03-07

Des missiles américains contre un camp d'entraînement et un centre de communications ont fait vendredi 17 morts et 27 blessés dans le nord-ouest du Pakistan, selon des responsables des renseignements pakistanais.

AP

http://fr.news.yahoo.com/3/20090703/twl-pakistan-afghanistan-usa-224d7fb_2.html

05.07.

Neuf résistants présumés ont été tués dimanche dans des bombardements aériens des forces pakistanaises dans le nord-ouest du pays, dans le cadre d'une vaste offensive dans les zones tribales, ont indiqué des responsables des forces de sécurité.

AFP

07-07

Un missile américain a probablement fait sept à dix morts en frappant mardi UN QG  des résistants des zones tribales du nord-ouest du Pakistan, ont indiqué des responsables des forces de sécurité.

L'un d'eux a précisé que le tir avait visé un ancien bureau de Baïtullah Mehsud, le chef du Mouvement des Talibans du Pakistan (Tehrik-e-taliban Pakistan, TTP

Les bilans des tirs de missiles américains sont souvent très approximatifs et ne peuvent jamais être vérifiés, y compris par les forces de sécurité, lesquelles n'ont pas accès à ces zones tribales, fiefs des talibans.

 (AFP)

08-07

Des responsables qui ont requis l'anonymat ont expliqué que deux missiles ont totalement détruit un complexe abritant un camp d'entraînement présumé du chef des résistants pakistanais Baitullah Mehsud dans le village de Makeen dans la province pakistanaise du Sud-Waziristan.

Des résistants ont annoncé avoir retiré 12 corps des décombres.

 AP


Les commentaires sont fermés.