Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/07/2009

n°25 -Journal de PAKISTAN - 26-06 au 09-07- :-Suite - Le fiasco de Swat - l'armée pakistanaise s'enlise face aux résistants

n°25 -Journal de PAKISTAN - 26-06 au 09-07- :-Suite - Le fiasco de Swat - l'armée pakistanaise s'enlise face aux résistants



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



        Journal de PAKISTAN 

                                                                     n° 25- 26-06 au 09-07

                                    C.De Broeder & M.Lemaire                                               



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire.

3 Politique

a) locale

b) Usa

4 Institutions internationales

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Video: antiWAR

5-2 Vidéo : Les guerres du pétrole expliquées aux enfants

5-3 Les 5 règles de la propagande de guerre

6 Brèves

6-1 Un coup américain?

      Baitullah Mehsud travaillerait pour le Mossad et la CIA.

6-2 Les milices collaboratrice sont appuyées par l'armée pakistanaise.

6-3 Les drones US décollent d'une base pakistanaise.

6-4 Du cuit et recuit... Ben Laden serait au Pakistan (CIA).


3 Politique

a) Locale

Sur le terrain

Les autorités pakistanaises ont offert 615.000 dollars pour la capture d'un chef de la résistance.

Les autorités pakistanaises ont offert dimanche 615.000 dollars pour toute information menant à la capture, mort ou vif, du commandant résistant Baïtullah Mehsud contre lequel l'armée pakistanaise dit préparer une offensive d'ampleur dans le nord-ouest du pays.

Deux quotidiens nationaux en ourdou ainsi que plusieurs journaux locaux dans la grande ville du nord-ouest, Peshawar, ont publié l'annonce gouvernementale promettant 50 millions de roupies (615.000 USD) pour la capture de Baïtullah Mehsud.

Des récompenses sont également offertes pour 10 de ses lieutenants.

"Le gouvernement a annoncé une récompense en liquide pour quiconque fournirait une authentique information conduisant à leurs captures, morts ou vifs", indique l'annonce.

Principal chef résistant du Pakistan, Baïtullah Mehsud reste insaisissable malgré une mise à prix de cinq millions de dollars déjà offerte par les Etats-Unis et il continue à harceler les autorités depuis son fief des zones tribales du nord-ouest.

 (AFP /

 28 juin

http://www.romandie.com/ats/news/090628074821.hn61dwag.asp


Le sol pakistanais ne doit pas être utilisé pour le terrorisme

Le Premier ministre indien Manmohan Singh au président pakistanais Asif Ali Zardari.: "Je suis heureux de vous rencontrer mais mon mandat est de dire que le territoire du Pakistan ne doit pas être utilisé pour le terrorisme", a dit M. Singh

L'entretien a eu lieu en marge du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS - Russie, Chine, Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Kirghizstan), au sein de laquelle l'Inde et le Pakistan ont le statut d'observateurs.

AFP /

16 juin

http://www.romandie.com/ats/news/



b) Usa

Obama

Barack : «L’avenir de l’Afghanistan est inextricablement lié à l’avenir de son voisin, le Pakistan […]. Les terroristes qui se trouvent à l’intérieur des frontières pakistanaises ne sont pas seulement les ennemis de l’Amérique ou de l’Afghanistan (mais) un cancer qui risque de tuer le Pakistan de l’intérieur.»

Libération,

3/7/09

Les Etats-Unis n'ont aucun plan pour s'emparer des armes nucléaires du Pakistan.

Obama : "Nous n'avons aucune intention d'envoyer des troupes au Pakistan".

Obama a déclaré qu'il n'a aucun désir de saisir les armes nucléaires du Pakistan ou d'envoyer des troupes américaines à l'intérieur du pays dans une entrevue avec une chaine de télévision pakistanaise.

Les Etats-Unis savent que le gouvernement pakistanais est capable de préserver son arsenal nucléaire.
M. Obama s'est à ce sujet déclaré "confiant sur le fait que le Pakistan a sécurisé son arsenal nucléaire".
Ma principale préoccupation, a indiqué Obama, c'est de m'assurer que les Résistants et d'autres organismes extrémistes ne s'implantent pas dans le sud de l'Asie, en Afghanistan et au Moyen-Orient.
Le président s'est dit "confiant dans la capacité" du peuple et du gouvernement du Pakistan à "isoler les extrémistes", dans un entretien diffusé dimanche par la télévision pakistanaise Dawn TV.
"J'ai confiance dans la capacité du peuple et du gouvernement pakistanais à résoudre leurs problèmes par la démocratie et à isoler les extrémistes", a déclaré Obama, répétant que son pays avait vocation à être "un partenaire et un ami" du Pakistan et se défendant de toute intervention directe dans le pays.
Obama a déclaré que le gouvernement militaire pakistanais ne restera pas sans rien faire si les extrémistes essayent de mettre à feu et à sang le pays mais c'est au gouvernement pakistanais de prendre les décisions qui s'imposent.
Obama. : "Les Etats-Unis croient fermement qu'ils constituent un allié pour les nations pacifiques qui cherchent à déraciner l'extrémisme et c'est ce genre de rôle que veulent jouer avec le Pakistan"
"Le Pakistan a toujours su dépasser ses problèmes. Et il n'y a aucune raison qu'il n'y arrive pas aujourd'hui.
Irna

22 Juin

http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-41/0906223245175919.htm

http://www.alterinfo.net/Barak-Obama-les-Etats-Unis-n-ont-aucun-plan-pour-s-emparer-des-armes-nucleaires-du-Pakistan_a33623.html


Sur le terrain

Jean-Pierre Perrin: Baptême du feu pour la stratégie Obama.

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

Extrait

L’administration Obama a obtenu du Pakistan qu’il déploie, de l’autre côté de la frontière, des unités «pour empêcher tout passage» d’insurgés.(…)

Dans ce but, le nouveau commandant des forces américaines, le général Stanley McChrystal, s’est entretenu à Rawalpindi, avec le chef d’état-major pakistanais, le général Ashfaq Kayani. Derrière cette opération se dessine, dès lors, la nouvelle approche américaine, baptisée d’un acronyme l’Afpak, telle qu’elle a été définie, le 27 mars, par Barack Obama.

Celle-ci consiste d’abord à intensifier les opérations militaires grâce à l’arrivée de renforts : 17 000 hommes supplémentaires ont commencé à être affectés sur le théâtre d’opération, principalement en première ligne, le long de la frontière afghano-pakistanaise.

Elle passe aussi par la formation des forces de sécurité afghanes qui sera assurée par 4 000 conseillers américains - un encadrement d’autant plus nécessaire que l’armée afghane doit passer de 85 000 hommes à 134 000, début 2010, et à 400 000 d’ici à 2014.

L’Afpak se traduit également par une nette augmentation de l’engagement civil au profit du développement économique et social du pays. 

Le second volet de cette stratégie est plus novateur : il consiste à lier les deux théâtres d’opération, l’Afghanistan et le Pakistan.

C’est désormais la nouvelle doctrine de l’administration américaine, remplaçant le concept cher à George Bush de «guerre contre le terrorisme».

Elle renverse aussi les priorités en plaçant le Pakistan au cœur de la lutte contre l’insurrection islamiste.

En la présentant, Barack Obama n’avait pas mâché ses mots : «L’avenir de l’Afghanistan est inextricablement lié à l’avenir de son voisin, le Pakistan […]. Les terroristes qui se trouvent à l’intérieur des frontières pakistanaises ne sont pas seulement les ennemis de l’Amérique ou de l’Afghanistan (mais) un cancer qui risque de tuer le Pakistan de l’intérieur

 [Ca, c'est extrêmement novateur, cela ressemble furieusement à la tentative d'extirper le cancer communiste en pourchassant les ennemis de l'Amérique et du Vietnam dans leur sanctuaires au Laos et au Cambodge - RM]

«Pas de chèque en blanc». Là où la doctrine Obama se différencie vraiment de celle de son prédécesseur, c’est en donnant un caractère strictement conditionnel au renforcement de l’assistance américaine, à cette occasion triplée - 1,5 milliard de dollars (1,06 milliard d’euros) par an pendant une durée de cinq ans.

C’est donc bel et bien une politique de la carotte et du bâton résumée par la formule employée par le chef de l’Etat : «Pas de chèque en blanc.» Les forces pakistanaises se devaient bien d’être à la frontière.

Il (Obama) s'applique donc à recopier ce merveilleux rêve en Afghanistan...

Jean-Pierre Perrin
Libération,

3/7/09

(http://www.cnsnews.com/public/content/article.aspx?RsrcID=35226). http://fr.news.yahoo.com/76/20090703/twl-baptme-du-feu-pour-la-stratgie-obama-1a8f422_1.html

 

L’œil de la CIA : La force nucléaire au Pakistan

Confidence d'un membre de la CIA: "La priorité absolue de l'Agence est de localiser avec exactitude l'emplacement des rampes de lancement de missiles au Pakistan. Nous en connaissons une bonne partie, mais pas toutes. Or les Etats-Unis ont besoin de disposer d'une cartographie parfaite en la matière. Nous devons être prêts à les neutraliser au cas où un régime islamiste prendrait le pouvoir dans ce pays qui dispose de la force nucléaire".(...)

Axel Gyldén, publié le 04/06/

http://www.lexpress.fr/actualite/indiscret/l-oeil-de-la-cia-au-pakistan_764822.html


Occupation du Pakistan

Ben Laden serait toujours au Pakistan, selon le patron de la CIA

Le directeur de la CIA, Leon Panetta, a déclaré jeudi qu'Oussama ben Laden se trouverait encore au Pakistan où il pourrait être capturé à la faveur de l'offensive menée par l'armée pakistanaise dans la zone tribale (nord-ouest).

M. Panetta, qui s'exprimait devant la presse après un discours au Capitole, a réaffirmé que débusquer le chef d'Al-Qaïda restait l'une des priorités de la centrale américaine de renseignement. Selon lui, la possibilité d'une capture de l'homme le plus recherché au monde est plus forte du fait de l'activité conjuguée de la CIA et de l'armée pakistanaise.

"L'un de nos espoirs est que la progression de l'armée pakistanaise, combinée avec nos opérations, nous donne une chance plus grande de l'attraper", a-t-il expliqué.

Dans son discours, M. Panetta a indiqué :"Nous avons un certain nombre de gens sur le terrain au Pakistan, qui nous aident à déterminer les objectifs et nous fournissent les informations dont nous avons besoin pour traquer Al-Qaïda"

AP

http://fr.news.yahoo.com/3/20090611/twl-usa-cia-ben-laden-224d7fb_3.html


1-13 Prisons & tortures - Déclaration et situation dans les geôles pakistanaise.

Javaid Iqbal, Emprisonné 5 mois puis expulsé... car aucune charge n'ait été retenue contre lui.

C'est un Pakistanais, Javaid Iqbal, arrêté pour infraction à la loi sur l'immigration peu après le 11-Septembre, emprisonné 5 mois dans une prison de haute sécurité puis expulsé vers son pays d'origine sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre lui, qui avait présenté cette requête devant la Cour suprême.

Javaid Iqbal a été maltraité, enfermé 23 heures sur 24 dans une cellule de confinement où la lumière était allumée en permanence, et avoir été sujet à des fouilles au corps à répétition et à des brimades. Il demandait à neuf sages de reconnaître que l'attitude et les déclarations des responsables de la police et de la justice fédérales après les attentats ouvraient la voie aux arrestations au faciès et aux interrogatoires musclés de musulmans dans le cadre de la politique antiterroriste mise en place par le gouvernement Bush.

http://tf1.lci.fr/infos/monde/ameriques/0,,4416853,00-la-justice-n-inquietera-pas-les-figures-de-l-ere-bush-.html



c) Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne a certainement sous-traité la torture de Rangzieb Ahmed au Pakistan

Un député conservateur a provoqué une vive polémique en Grande-Bretagne en accusant le gouvernement et les agences de renseignements d'avoir "sous-traité" au Pakistan la torture d'un Britannique soupçonné de 'terrorisme'

Selon David Davis, le gouvernement se serait sciemment rendu complice d'actes de torture infligés par les services de renseignements militaires pakistanais (Inter-Services Intelligence, ISI) à Rangzieb Ahmed.

"Un cas évident de sous-traitance de la torture, un cas évident de reddition passive", a déclaré mardi soir David Davis devant la Chambre des communes, faisant usage du "privilège parlementaire" qui permet aux députés de jouir d'une protection juridique pour leurs propos prononcés au sein de l'assemblée.

Bien que placé sous la surveillance de la police britannique, qui le soupçonnait d'être impliqué dans des activités terroristes, Rangzieb Ahmed avait été autorisé à se rendre au Pakistan en 2006.

Selon David Davis, les services pakistanais avaient été prévenus de sa présence sur leur sol et l'avaient interpellé.

Rangzieb Ahmed aurait été battu et torturé - se faisant notamment arracher trois ongles - pendant 13 mois.

Des agents britanniques l'auraient interrogé durant cette période.

"Il aurait pu être arrêté par le Royaume-Uni en 2006. Il ne l'a pas été. Les autorités savaient qu'il avait l'intention de se rendre au Pakistan et elles auraient pu l'en empêcher. Au lieu de cela, elles ont recommandé à l'ISI de l'arrêter", a déclaré David Davis.

"Elles savaient qu'il allait être torturé et elles ont élaboré une liste de questions qu'elles ont fournie à l'ISI."

Rangzieb Ahmed a depuis été rapatrié en Grande-Bretagne où, reconnu coupable de diriger une cellule terroriste liée à Al Qaïda, il a été condamné à une peine de prison à perpétuité l'an dernier. Il a fait appel de sa condamnation.

David Davis a déclaré mercredi à la BBC qu'il ne croyait pas les déclarations du secrétaire au Foreign Office, David Miliband, lorsqu'il affirme que Londres ne cherche jamais à obtenir des informations sous la torture.

"J'ai bien peur, à la lumière de ce que j'ai vu dans cette affaire, de ne pas le croire. Et si c'est vrai, alors quelqu'un devrait lui demander pourquoi ils mettent tant d'ardeur" à dissimuler des preuves, a-t-il dit.

Le député conservateur a ajouté avoir connaissance d'une quinzaine de cas similaires à celui de Rangzieb Ahmed.

Reuters

08-07

http://fr.news.yahoo.com/4/20090708/twl-gb-pakistan-torture-bd5ae06_1.html



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

5-1 Video: antiWAR

http://www.youtube.com:80/watch?v=PEFQXyLucyk


5-2 Vidéo : Les guerres du pétrole expliquées aux enfants

http://mai68.debithost.net/ag/1439.htm


5-3 Les 5 règles de la propagande de guerre

A chaque guerre, coup d’Etat ou agression menée par l’Occident, les grands médias appliquent ces cinq « règles de la propagande de guerre ». Employez vous-même cette grille de lecture lors des prochains conflits, vous serez frappé de les retrouver à chaque fois :
1. Cacher l'Histoire.

2. Cacher les intérêts économiques.

3. Diaboliser l’adversaire.

4. Blanchir nos gouvernements et leurs protégés.

5. Monopoliser l'info, exclure le vrai débat.



6 Brèves

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

6-1 Un coup américain ?

23-06

Les zones tribales du nord-ouest du Pakistan ont à nouveau été bombardées mardi, par un drone présumé américain qui a visé le Waziristan du Sud, fief du commandant Baïtullah Mehsud .

L'attaque du drone a frappé la zone montagneuse reculée de Neej Narai, ont indiqué des responsables pakistanais de sécurité sous couvert de l'anonymat, sans préciser sa cible exacte.

L'un d'eux a ajouté craindre des victimes. Neej Narai se trouve dans les environs de Makeen, un village situé à quelque 60 kilomètres au nord-est de Wana, la principale ville du Waziristan du Sud, l'un des sept districts des zones tribales semi-autonomes frontalières de l'Afghanistan.
Un coup américain?
Déployée de l'autre côté de la frontière, en Afghanistan, l'armée américaine refuse de commenter ces tirs, sans les nier toutefois.

Le TTP est accusé d'avoir perpétré nombre des quelque 345 attentats qui ont ensanglanté le pays depuis deux ans, et qu'il a en partie revendiqués. Qari Zainuddin, tué mardi, était également membre de la tribu des Mehsud. Il avait quitté le TTP avec ses hommes il y a neuf mois en dénonçant les victimes civiles de ses attentats. Ces derniers jours, le jeune chef avait accablé Baïtullah Mehsud dans les médias locaux, appelant la tribu à se soulever contre lui et déclarant même qu'il soutiendrait l'armée contre lui. Il accusait notamment le chef du TTP d'être payé par l'Inde et les Etats-Unis pour déstabiliser le Pakistan et affaiblir, au profit des Américains, le soutien présumé de ses services secrets aux résistants afghans.

(Trust Third- Party) Tiers de confiance ?
(afp)

23/06/09

Baitullah Mehsud travaillerait pour le Mossad et la CIA.

Dans un article publié il y a un peu plus d’un an, Thierry Meyssan présentait Baitullah Mehsud militant pashtoun pakistanais désigné par la CIA comme organisateur de l’assassinat de Benazir Bhutto et d’une série d’attentats manqués sur le sol européen, comme le futur épouvantail public numéro un

d’« al-CIA » servant d’alibi aux frappes aériennes US en territoire pakistanais.

Cela s’est depuis vérifié, celui-ci ayant récemment revendiqué une série d’attaques meurtrières contre des civils, des centres religieux et les forces de sécurité pakistanaises dans la région du Waziristan, suscitant un fort ressentiment contre les Résistants parmi la population.
Considérant que Baitullah Mehsud et ses hommes « travaillent contre l’Islam », Turkistan Bittani et Qari Zainuddin, qui combattaient à ses côtés, viennent de faire défection.

Ces derniers ne mâchent pas leurs mots : ils le qualifient d‘ « agent états-unien » embrigadant de jeunes kamikazes pour le compte de la CIA et du Mossad afin de déstabiliser le seul pays musulman doté de l’arme nucléaire. Ils affirment en outre que les nombreuses frappes US réalisées par des drones ont soigneusement évité de le prendre pour cible. 

http://www.voltairenet.org/article160665.html

http://www.alterinfo.net/Pakistan-Baitullah-Mehsud-travaillerait-pour-le-Mossad-et-la-CIA_a33595.html


6-2 Les milices collaboratrice sont appuyées par l'armée pakistanaise.

L'armée pakistanaise est pour la première fois venue en aide aux milices qui se sont retournés récemment contre les résistants dans le nord-ouest du pays.

L'armée s'était jusqu'ici abstenue de leur venir en aide, craignant de ne pas les distinguer des résistant.

Un demi-millier d'hommes de la région ont constitué une milice, ou "lashkar", pour chasser les résistant et sont passés à l'action ce week-end.

Après avoir encerclé des résistants dans un village du secteur, ces miliciens ont reçu mardi l'aide de deux hélicoptères de combats, a annoncé un officier de police.

"Il doit y avoir des pertes dans les rangs des activistes, mais nous en ignorons le nombre, pour le moment", a-t-il déclaré, ajoutant que les succès militaires des miliciens leur valaient des ralliements de plus en plus nombreux.

L'état-major a fait état lundi de 14 morts dans les rangs résistants.

SATISFECIT DE WASHINGTON

Dennis Blair, directeur des services de renseignements nationaux américains, qui rentre d'une tournée au Pakistan et en Afghanistan, s'en est félicité lundi.

Richard Holbrooke, émissaire des Etats-Unis dans la région, s'est lui-aussi félicité.

 Kamran Haider

9 juin,

Reuters 

http://fr.news.yahoo.com/


6-3 Les drones US décollent d'une base pakistanaise.

Les drones utilisés par les Etats-Unis au Pakistan décollent et atterrissent d'une base dans ce pays, selon Dianne Feinstein, une sénatrice américaine, une révélation inhabituelle alors que Washington ne commente jamais les frappes de ces avions sans pilote visant des résistants et population.

Evoquant l'utilisation de drones Predator dans les zones tribales du nord-ouest pakistanais, la sénatrice Dianne Feinstein, qui préside la commission sénatoriale du Renseignement, a affirmé jeudi: «Si je comprends bien, ils viennent d'une base au Pakistan».

La CIA et le Pentagone ont refusé vendredi de commenter ces propos.

Les forces américaines en Afghanistan ou la CIA multiplient ces derniers mois les tirs de missiles visant des cadres d'Al-Qaeda et les talibans dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, le long de la frontière afghane, mais ne confirment toutefois jamais mener ce type d'opération.

Ces missiles ont tué de nombreux combattants présumés, dont des cadres d'Al-Qaïda, mais aussi des civils selon les autorités pakistanaises, qui protestent vivement en dénonçant une violation de leur souveraineté.

Les médias américains et pakistanais assurent toutefois qu'un accord secret entre Islamabad et Washington autorise ces frappes.

Mme Feinstein a souligné jeudi qu'Islamabad avait fait part de sa «grande préoccupation au sujet des frappes de Predator dans les régions tribales fédéralement administrées (FATA)» à Richard Holbrooke, l'émissaire américain pour l'Afghanistan et le Pakistan actuellement en tournée dans la région.

Elle s'exprimait dans le cadre de l'audition parlementaire du nouveau directeur du Renseignement américain, l'amiral en retraite Dennis Blair, venu jeudi au Congrès pour présenter son rapport annuel sur la sécurité.

13 février 2009

Agence France-Presse

http://www.cyberpresse.ca/international/asie-oceanie/200902/13/01-827188-pakistan-les-drones-americains-decollent-dune-base-sur-place.php


6-4 Du cuit et recuit... Ben Laden serait au Pakistan (CIA).

Le directeur de la CIA, Leon Panetta, a déclaré aujourd'hui qu'Oussama ben Laden se trouverait encore au Pakistan où il pourrait être capturé à la faveur de l'offensive menée par l'armée pakistanaise dans la zone tribale (nord-ouest).
M. Panetta, qui s'exprimait devant la presse après un discours au Capitole, a réaffirmé que débusquer le chef d'Al-Qaïda restait l'une des priorités de la centrale américaine de renseignement. Selon lui, la possibilité d'une capture de l'homme le plus recherché au monde est plus forte du fait de l'activité conjuguée de la CIA et de l'armée pakistanaise.
"L'un de nos espoirs est que la progression de l'armée pakistanaise, combinée avec nos opérations, nous donne une chance plus grande de l'attraper", a-t-il expliqué.
Dans son discours, M. Panetta a indiqué que son agence avait augmenté le nombre de ses agents et informateurs au Pakistan pour réunir le maximum d'éléments sur le réseau Al-Qaïda et ses forces dans le pays.
"Nous avons un certain nombre de gens sur le terrain au Pakistan, qui nous aident à déterminer les objectifs et nous fournissent les informations dont nous avons besoin pour traquer Al-Qaïda", a précisé le patron de la CIA, ajoutant que l'offensive en cours de la vallée de Swat progressait de manière satisfaisante, l'armée ayant repris aux talibans et à leurs alliés l'essentiel de la région.

Source: AP 

http://tchachadi.com/ben_laden_serait_au_pakistan.aspx


Les commentaires sont fermés.