Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/07/2009

n°4 - Géopolitique et stratégie d'Iran - 15-07 -Fin - : L’ingérence de l'Occident dans les élections iraniennes.

n°4 - Géopolitique et stratégie d'Iran - 15-07 -Fin - : L’ingérence de l'Occident dans les élections iraniennes.



Géopolitique et stratégie d'Iran  

      n°4 du 15-07                                          C.De Broeder & M.Lemaire 

 


Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



 Sommaire :  

1-4 Thierry Meyssan : De Mossadegh à Ahmadinejad : La CIA et le laboratoire iranien.

1-5 Isabelle Lasserre : Abu Dhabi, base avancée de la France en face de l'Iran.

3 Annexe  

3-1 Sarkozy en fait plus pour une Française Détenue en Iran que pour

3-2 Délits d’initié et coups d’État : George Soros, spéculateur et philanthrope.

1-4 Thierry Meyssan : De Mossadegh à Ahmadinejad : La CIA et le laboratoire iranien.
La nouvelle d’une possible fraude électorale s’est répandue à Téhéran comme une traînée de poudre et a poussé dans la rue les partisans de l’ayatollah Rafsanjani contre ceux de l’ayatollah Khamenei. Ce chaos est provoqué en sous-main par la CIA qui sème la confusion en inondant les Iraniens de messages SMS contradictoires. Thierry Meyssan relate cette expérience de guerre psychologique.

En mars 2000, la secrétaire d’État Madeleine Albright a admis que l’administration Eisenhower avait organisé un changement de régime, en 1953, en Iran et que cet événement historique explique l’hostilité actuelle des Iraniens face aux États-Unis. La semaine dernière, lors de son discours du Caire adressé aux musulmans, le président Obama a officiellement reconnu qu’« en pleine Guerre froide, les États-Unis ont joué un rôle dans le renversement d’un gouvernement iranien démocratiquement élu » [1].

À l’époque, l’Iran est contrôlée par une monarchie d’opérette dirigée par le chah Mohammad Reza Pahlavi. Il avait été placé sur le trône par les Britanniques, qui avaient forcé son père, l’officier cosaque pro-nazi Reza Pahlavi, à démissionner. Cependant, le chah doit composer avec un Premier ministre nationaliste Mohammad Mossadegh. Celui-ci, avec l’aide de l’ayatollah Abou al-Qassem Kachani, nationalise les ressources pétrolières [2]. Furieux, les Britanniques convainquent les États-uniens qu’il faut stopper la dérive iranienne avant que le pays ne sombre dans le communisme. La CIA met alors en place l’Opération Ajax visant à renverser Mossadegh avec l’aide du chah, et à le remplacer par le général nazi Fazlollah Zahedi, jusque là détenu par les Britanniques. Il installera le régime de terreur le plus cruel de l’époque, tandis que le chah servira de couverture à ses exactions en posant pour les magazines people occidentaux.

L’opération Ajax fut dirigée par l’archéologue Donald Wilber, l’historien Kermit Roosevelt (le petit-fils du président Theodore Roosevelt) et le général Norman Schwartzkopf Sr. (dont le fils homonyme a commandé l’opération Tempête du désert). Elle reste un modèle de subversion. La CIA imagine un scénario qui donne l’impression d’un soulèvement populaire alors qu’il s’agit d’une opération secrète. Le clou du spectacle étant une manifestation à Téhéran avec 8 000 figurants payés par l’Agence pour fournir des photos convaincantes à la presse occidentale [3].

L’Histoire se répéterait-elle ? Washington a renoncé à attaquer militairement l’Iran et a dissuadé Israël de prendre une telle initiative. Pour parvenir à « changer le régime », l’administration Obama préfère jouer la carte —moins dangereuse, mais plus aléatoire— de l’action secrète. À l’issue de l’élection présidentielle iranienne, de vastes manifestations opposent dans les rues de Téhéran les partisans du président Mahmoud Ahmadinejad et du guide Ali Khamenei d’un côté, aux partisans du candidat malheureux Mir-Hossein Mousavi et de l’ex-président Akbar Hashemi Rafsanjani de l’autre. Elle traduisent un profond clivage dans la société iranienne entre un prolétariat nationaliste et une bourgeoisie qui déplore d’être tenue à l’écart de la globalisation économique [4]. Agissant en sous-main, Washington tente de peser sur les événements pour renverser le président réélu.

Une nouvelle fois, l’Iran est un champ d’expérimentation de méthodes innovantes de subversion. La CIA s’appuie en 2009 sur une arme nouvelle : la maîtrise des téléphones portables.

Depuis la généralisation des téléphones portables, les services secrets anglo-saxons ont multiplié leurs capacités d’interception. Alors que l’écoute des téléphones filaires nécessite la pose de bretelles de dérivation, donc des agents sur place, l’écoute des portables peut se faire à distance grâce au réseau Échelon. Toutefois, ce système ne permet pas d’interception des communications téléphoniques via Skype, d’où le succès des téléphones Skype dans les zones de conflit [5]. La National Security Agency (NSA) vient donc de démarcher les fournisseurs d’accès internet du monde entier pour obtenir leur concours. Ceux qui ont accepté ont été grassement rétribués [6].

Dans les pays qu’ils occupent —Irak, Afghanistan et Pakistan—, les Anglo-Saxons interceptent la totalité des conversations téléphoniques qu’elles soient émises par des portables ou qu’elles soient filaires. Le but n’est pas de disposer de retranscription de telle ou telle conversation, mais d’identifier les « réseaux sociaux ». En d’autres termes, les téléphones sont des mouchards qui permettent de savoir avec qui une personne donnée est en relation. Partant de là, on peut espérer identifier les réseaux de résistance. Dans un second temps, les téléphones permettent de localiser les cibles identifiées, et de les « neutraliser ».

C’est pourquoi, en février 2008, les insurgés afghans ont ordonné aux divers opérateurs de stopper leur activité chaque jour de 17h à 03h, de manière à empêcher les Anglo-Saxons de suivre leurs déplacements. Les antennes-relais de ceux qui ont contrevenu à cet ordre ont été détruites [7].

À l’inverse, —hormis un central téléphonique touché par erreur—, les forces israéliennes se sont bien gardées de bombarder les relais téléphoniques à Gaza, lors de l’opération Plomb durci, en décembre 2008-janvier 2009. Il s’agit là d’un changement complet de stratégie chez les Occidentaux. Depuis la guerre du Golfe prévalait la « théorie des cinq cercles » du colonel John A. Warden : le bombardement des infrastructures de téléphonie était considéré comme un objectif stratégique à la fois pour plonger la population dans la confusion et pour couper les communications entre les centres de commandement et les combattants. Désormais, c’est le contraire, il faut protéger les infrastructures de télécommunications. Durant les bombardements de Gaza, l’opérateur Jawwal [8] a offert du crédit à ses abonnés, officiellement pour leur venir en aide, de facto dans l’intérêt des Israéliens.

Franchissant un pas, les services secrets anglo-saxons et israéliens ont développé des méthodes de guerre psychologique basées sur l’usage extensif des portables. En juillet 2008, après l’échange de prisonniers et dépouilles entre Israël et le Hezbollah, des robots ont lancé des dizaines de milliers d’appel vers des portables libanais. Une voix en arabe mettait en garde contre toute participation à la Résistance et dénigrait le Hezbollah. Le ministre libanais des télécom, Jibran Bassil [9], avait déposé une plainte à l’ONU contre cette flagrante violation de la souveraineté du pays [10].

Sur le même modèle des dizaines de milliers de Libanais et de Syriens ont reçu un appel automatique en octobre 2008 leur proposant 10 millions de dollars contre toute information qui permettrait de localiser et de délivrer des soldats israéliens prisonniers. Les personnes intéressées pour collaborer étaient invitées à joindre un numéro au Royaume-Uni [11].

Cette méthode vient d’être employée en Iran pour intoxiquer la population en répandant des nouvelles choquantes, et pour canaliser le mécontentement qu’elles suscitent.

En premier lieu, il s’est agit de répandre par SMS durant la nuit du dépouillement la nouvelle selon laquelle le Conseil des gardiens de la Constitution (équivalent de la Cour constitutionnelle) avaient informé Mir-Hossein Mousavi de sa victoire. Dès lors, l’annonce, plusieurs heures plus tard des résultats officiels —la réélection de Mahmoud Ahmadinejad avec 64 % des suffrages exprimés— paraissait un gigantesque trucage. Pourtant, trois jours plus tôt, M. Mousavi et ses amis considéraient la victoire massive de M. Ahmadinejad comme certaine et s’efforçaient de l’expliquer par des déséquilibres dans la campagne électorale. Ainsi l’ex-président Akbar Hashemi Rafsanjani détaillait ses griefs dans une lettre ouverte. Les instituts de sondage US en Iran pronostiquaient une avance de M. Ahmadinejad de 20 points sur M. Mousavi [12]. À aucun moment, la victoire de M. Mousavi n’a paru possible, même s’il est probable que des trucages ont accentué la marge entre les deux candidats.

Dans un second temps, des citoyens ont été sélectionnés ou se sont fait connaître sur internet pour converser sur Facebook ou s’abonner à des fils de dépêche Twitter. Ils ont alors reçu, toujours par SMS, des informations —vraies ou fausses— sur l’évolution de la crise politique et les manifestations en cours. Ce sont ces dépêches anonymes qui ont répandu les nouvelles de fusillades et de morts nombreux ; nouvelles à ce jour non confirmées. Par un malencontreux hasard de calendrier, la société Twitter devait suspendre son service durant une nuit, le temps nécessaire à la maintenance de ses installations. Mais le département d’État des États-Unis est intervenu pour lui demander de surseoir à cette opération [13]. Selon le New York Times, ces opérations contribuent à semer la défiance dans la population [14].

Simultanément, dans un effort nouveau la CIA mobilise les militants anti-iraniens aux USA et au Royaume-Uni pour ajouter au désordre. Un Guide pratique de la révolution en Iran leur a été distribué, il comprend plusieurs conseils pratiques, dont :
 régler les comptes Twitter sur le fuseau horaire de Téhéran ;
 centraliser les messages sur les comptes Twitter @stopAhmadi, #iranelection et #gr88 ;
 Ne pas attaquer les sites internet officiels de l’État iranien. « Laissez faire l’armée » US pour cela (sic).
Mis en application, ces conseils empêchent toute authentification des messages Twitter. On ne peut plus savoir s’ils sont envoyés par des témoins des manifestations à Téhéran ou par des agents de la CIA à Langley, et l’on ne peut plus distinguer le vrai du faux. Le but est de creer toujours plus de confusion et de pousser les Iraniens à se battre entre eux.

Les états-majors, partout dans le monde, suivent avec attention les événements à Téhéran. Chacun tente d’évaluer l’efficacité de cette nouvelle méthode de subversion dans le laboratoire iranien. À l’évidence, le processus de déstabilisation a fonctionné. Mais il n’est pas sûr que la CIA puisse canaliser les manifestants pour qu’ils fassent eux-mêmes ce que le Pentagone a renoncé à faire et qu’ils n’ont aucune envie de faire : changer le régime, clore la révolution islamique.

1] « Discours à l’université du Caire », par Barack Obama, Réseau Voltaire, 4 juin 2009.

[2] « BP-Amoco, coalition pétrolière anglo-saxonne », par Arthur Lepic, Réseau Voltaire, 10 juin 2004.

[3] Sur le coup de 1953, l’ouvrage de référence est All the Shah’s Men : An American Coup and the Roots of Middle East Terror, par Stephen Kinzer, John Wiley & Sons éd (2003), 272 pp. Pour les lecteurs francophones, signalons le dernier chapitre du récent livre de Gilles Munier, Les espions de l’or noir, Koutoubia éd (2009), 318 pp.

[4] « La société iranienne paralysée », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 février 2004.

[5] « Taliban using Skype phones to dodge MI6 », par Glen Owen, Mail Online, 13 septembre 2008.

[6] « NSA offering ’billions’ for Skype eavesdrop solution », par Lewis Page, The Register, 12 février 2009.

[7] « Taliban Threatens Cell Towers », par Noah Shachtman, Wired, 25 février 2008.

[8] Jawwal est la marque de PalTel, la société du milliardaire palestinien Munib Al-Masri.

[9] Jibran Bassil est un des principaux leaders du Courant patriotique libre, le parti nationaliste de Michel Aoun.

[10] « Freed Lebanese say they will keep fighting Israel », Associated Press, 17 juillet 2008.

[11] L’auteur de cet article a été témoin de ces appels. On pourra aussi consulter « Strange Israeli phone calls alarm Syrians. Israeli intelligence services accused of making phone calls to Syrians in bid to recruit agents », Syria News Briefing, 4 décembre 2008.

[12] Cité dans « Ahmadinejad won. Get over it », par Flynt Leverett et Hillary Mann Leverett, Politico, 15 juin 2009.

[13] « U.S. State Department speaks to Twitter over Iran », Reuters, 16 juin 2009.

[14] « Social Networks Spread Defiance Online », par Brad Stone et Noam Cohen, The New York Times, 15 juin 2009.

Thierry Meyssan

Analyste politique, fondateur du Réseau Voltaire.

Dernier ouvrage paru : L’Effroyable imposture 2 (le remodelage du Proche-Orient et la guerre israélienne contre le Liban)

http://www.voltairenet.org/article160639.html 


1-5 Isabelle Lasserre : Abu Dhabi, base avancée de la France en face de l'Iran.

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..
Par L'inauguration, mardi par Nicolas Sarkozy, d'une installation militaire dans le Golfe illustre un changement de position stratégique.

Face à l'Iran, sur les rives du détroit d'Ormuz, au bord de l'immense océan Indien, la base navale de la nouvelle implantation militaire française aux Émirats arabes unis est sortie de terre en à peine un an. Sous une chaleur écrasante, 40 degrés à l'ombre, des ouvriers s'attellent aux travaux de finition. Les bâtiments, blanc cassé, sentent encore la peinture. Dans le port, majestueuse malgré ses 7 000 tonnes, la frégate antiaérienne Forbin, dernière-née de la marine nationale, se confond avec le gris des eaux. L'Aconit, une frégate furtive spécialisée dans la lutte contre les pirates, a aussi accosté. Seul le Dupuy de Lôme, un bâtiment de la DRM, la Direction des renseignements militaires, officiellement destiné à «l'expérimentation et à la mesure», a été soustrait à l'œil des journalistes. Il ne sera mis à quai que pour la visite inaugurale de Nicolas Sarkozy, ce matin.

C'est la première fois depuis cinquante ans, depuis les indépendances africaines exactement, que la France ouvre une base militaire permanente hors de son territoire national. C'est aussi la première fois que les Français s'implantent ainsi de manière permanente dans une région d'influence anglo-saxonne. Pour s'imposer dans cette ancienne colonie britannique, les militaires français ont mis le paquet. Une base aérienne destinée à accueillir les Mirage et les Rafale de l'armée de l'air française à al-Dhafra ; une base navale appuyée par 300 mètres de quai, dans le port de Mina Zayed, «pour soutenir les forces déployées dans l'océan Indien et compléter, en lui donnant plus d'autonomie, le dispositif de la marine nationale dans la région», selon les mots du colonel Hervé Cherel, qui commande l'implantation française aux Émirats ; enfin une base terrestre, installée dans le camp émirati de Zayed, en plein désert, spécialisée dans l'entraînement au combat urbain. À terme, environ 500 militaires français stationneront là en permanence. Une présence assez modeste, mais un symbole et des possibilités immenses.

«C'est là que se joue une partie de notre sécurité et de celle du monde»

Annoncée lors du dernier voyage de Nicolas Sarkozy aux Émirats arabes unis, en janvier 2008, inaugurée dix-huit mois plus tard seulement, la création de «la base du président» a été gérée de A à Z par l'Élysée, souvent dans le plus grand secret. Et pour cause : elle illustre le changement de position stratégique de la France. Publié il y a tout juste un an, le livre blanc sur la défense avait annoncé le virage géostratégique de la France, dont les intérêts se déplacent chaque année un peu plus à l'est, le long d'un arc de crise allant de l'Atlantique à l'océan Indien, devenu depuis la fin de la guerre froide le centre de toutes les tensions et la région du monde où les risques terroristes sont les plus grands. Pour Nicolas Sarkozy, la création de la base est «le signe que notre pays sait s'adapter aux nouveaux enjeux et aux nouveaux défis, qu'il est prêt à prendre ses responsabilités et à jouer tout son rôle dans les affaires du monde». Car c'est là, affirme-t-il au magazine Diplomatie, que «se joue une partie de notre sécurité et de celle du monde». Autant d'arguments pour vouloir faire de la France, aux côtés de la Grande-Bretagne et des États-Unis, une nouvelle puissance du Golfe. Baptisée «Camp de la paix», la nouvelle installation française est un point d'escale sur la route de l'Afghanistan. Elle rapproche Paris du Pakistan. Elle n'est pas loin non plus de l'Irak et se situe dans une région par laquelle transitent 40 % du pétrole mondial et où Total investit…

Voilà pour la partie émergée de l'iceberg. L'autre partie, sur laquelle les discours officiels glissent volontiers, a pour nom l'Iran, dont les rives sont à 225 kilomètres seulement d'Abu Dhabi. En prenant position de manière permanente au bord du détroit d'Ormuz, les Français espèrent acquérir une «position dissuasive» vis-à-vis de Téhéran. «Si l'Iran attaque les Émirats, il attaque aussi les Français», résume un diplomate. «Vu l'actualité, pouvoir bénéficier d'une infrastructure capable d'accueillir des sous-marins et d'héberger dans ses eaux un porte-avions nucléaire n'est pas négligeable

À Paris comme à Tel Aviv et à Washington, on n'exclut pas qu'un échec des négociations ouvertes entre la nouvelle Administration américaine et Téhéran se solde un jour par un bombardement de l'Iran. Et dans le domaine militaire, comme en diplomatie, il faut toujours préparer le coup d'après… Décrite comme devant être une vitrine de la haute technologie et de l'excellence militaires françaises, la nouvelle base sera un site idéal de renseignement, pour observer et écouter, sans être vu, les activités iraniennes. Comme en témoigne la présence du Dupuy de Lôme, dont les oreilles sont capables de traverser les flots…

Nouvel accord de défense avec l'Émirat

Cette implantation aux côtés des Américains, dont la 5e flotte trempe à Bahrein et qui sont aussi présents au Koweït, en Arabie saoudite et à Djibouti, découle d'une demande des Émirats, qui ont d'ailleurs financé la base. Le petit État du Golfe redoute la perspective d'avoir un jour pour voisin un Iran chiite nucléaire. Abu Dhabi recherche donc de nouveaux protecteurs. «Mieux vaut deux alliés qu'un seul… Surtout à une époque où les Américains réévaluent leurs choix stratégiques dans le monde. Les Émirats ont été alliés des États-Unis pendant la dernière guerre d'Irak. Aujourd'hui ils sont inquiets : la guerre d'Irak étant presque finie, ils ont peur de ne plus compter pour Washington», explique un proche du dossier.

Nicolas Sarkozy a donc saisi l'opportunité. «On dit souvent que c'est dans les coups durs que l'on reconnaît ses vrais amis. Soyez assurés que la France sera à vos côtés si votre sécurité devait être menacée», promet-il dans un entretien à l'agence de presse locale. La France, il est vrai, était bien placée pour franchir avec les Émirats ce nouveau cap stratégique. Présente dans la région depuis les années 1970, elle n'a fait que développer ses relations avec les Émirats depuis l'invasion du Koweït par l'Irak de Saddam Hussein en août 1990. Après la première guerre du Golfe, en 1991, Paris et Abu Dhabi ont signé un accord secret de défense, qui garantissait une intervention française en cas d'agression. François Mitterrand puis Jacques Chirac ont poussé très loin la coopération militaire avec ce riche État du Golfe. Pendant et après la guerre Iran-Irak, la France a fourni du matériel d'armement, notamment des navires, des hélicoptères et 63 Mirage 2000, qui constituent aujourd'hui le cœur de l'aviation émiratie. Les Émirats sont également le seul État à qui la France a vendu des chars Leclerc (388). Aujourd'hui, selon l'Élysée, 50 % de leur équipement militaire est d'origine française… «(C'est une) région dont nous étions totalement absents il y a encore trente ans et dont nous sommes devenus aujourd'hui un partenaire majeur», se félicite le président français dans le magazine Diplomatie. Et comme le mieux est de marier les intérêts stratégiques et commerciaux, il espère, dans la foulée de l'inauguration de la base, avoir des retombées économiques. En jeu, la vente de 60 Rafale destinés à remplacer les Mirage 2000, du matériel satellite, des avions de renseignements et un contrat dans le nucléaire civil.

La signature d'un nouvel accord de défense avec les Émirats devrait officialiser, mardi, le repositionnement stratégique de la France aux Émirats. Car ce fut aussi une promesse du livre blanc : apurer les accords secrets passés avec des pays amis - dont certains, qui dataient de la période postcoloniale, étaient dépassés -, les renégocier afin de rationaliser notre présence à l'étranger. Mais aussi les rendre publics et les faire ratifier par le Parlement.

En théorie, l'ouverture d'une nouvelle base à Abu Dhabi n'aura pas de conséquences sur les installations permanentes de la France en Afrique, où Paris avait de toute façon, via des redéploiements, amorcé un désengagement progressif. Elle risque en revanche d'en avoir sur la base de Djibouti, dans le golfe d'Aden. Les qualités stratégiques de cette grosse installation française ont été confirmées par l'augmentation de la piraterie et il n'est pas question de la fermer. Mais les hommes et les équipements pourraient subir, pour des raisons financières, une cure d'amaigrissement…

Isabelle Lasserre, envoyée spéciale à Abu Dhabi
Le Figaro

25/05/2009

 Abu Dhabi, base avancée de la France en face de l'Iran (Le Figaro)



3 Annexe  

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..

3-1 Sarkozy en fait plus pour une Française Détenue en Iran que pour ...

Sarkozy En Fait Plus Pour Une Française Détenue En Iran Que Pour Une Diplomate Française Rouée De Coups En Israël

SarkoSioniste se tait quand des soldats sionistes passent à tabac une diplomate française mais menace l'Iran d'une crise diplomatique quand ce pays arrête une étudiante française qui a séjourné à Ispahan, ville iranienne proche de la centrale nucléaire de Natanz, en l'accusant d'espionnage.

La Sarkosie n'est même plus capable de défendre son personnel diplomatique contre les brutalités de l'armée et de la police israéliennes .

Reiss la Mata Hari d'Ispahan ?

En Iran, une jeune étudiante française, Clotilde Reiss, maître de conférence pendant 5 mois à l'université d'Ispahan a été empêchée de quitter le territoire iranien et est détenue depuis le 1er Juillet. Selon les autorités françaises elle aurait été arrêtée et incarcérée pour avoir pris des photos lors de manifestations post électorales.

Pourtant, cette explication est plus que douteuse. Alors même que de nombreuses photos ont circulé sur internet, pourquoi la gouvernement iranien, qui a intérêt à ce que le calme médiatique revienne, irait-il arrêter une française pour quelques photos prises, au risque de provoquer un incident diplomatique avec la France ?

Les raisons avancées par le Quai d'Orsay et l'empressement de Sarkozy à tourner en dérision les accusations d'espionnage avancées par Téhéran, semblent indiquer qu'il y a "anguille sous roche".

Clotilde Reiss présentée par les médias français comme une "amoureuse de la culture perse" a obtenu une licence d'histoire de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, un dulco de persan de l'Inalco, un Master 1 de relations internationales à l'IEP de Lille.

Présentée comme chercheuse en Master 2 en "Politique comparée" à l'Institut d'Etudes Politiques de Lille, de mars à juin 2008 elle a bénéficié d'une bourse de courte durée de l'Ifri, l'Institut français des relations internationales. Son domaine de recherche déclaré est la sociologie politique en Iran. Elle a ensuite trouver ce poste à l'Université d'Ispahan.
L'Ifri, qui a donc brièvement financé ses études, n'est pas n'importe quel institut. Il se présente sur son site comme étant "l’un des principaux centres indépendants européens de recherche, de rencontres et de débat sur les questions internationales" dont l'originalité toujours d'aprés son site " est inscrite dans une ferme volonté d’orienter les travaux de recherche vers l’action."
Néanmoins, il ne précise pas vers quel type d'action.
Parmi les membres de l'Ifri, on trouve des missions et représentations diplomatiques. Mais, cultivant le secret, l'Ifri interdit à ses membres de révéler publiquement leur appartenance à cet institut sans son accord. Il a été créé en 1979 par Thierry de Montbrial, un proche du ministère des affaires etrangères au Quai d'Orsay où il a mis sur pied le Centre d'analyse et de prévision et en a été le premier directeur (1973-1979). Thierry de Montbrial est un habitué des réunions du Groupe Bilderberg et un proche de la FAF, French American Fondation (qui a un siège à New York et un autre à Paris), dont l'objectif tel que définit par la Fondation elle-même est "de renforcer la relation franco-américaine considérée comme un élément essentiel du partenariat transatlantique" et qui attire à elle des personnalités du monde politique, économique français, de droite comme de gauche.
L'Ifri est une association reconnue d'utilité publique (loi de 1901) qui offre la possibilité à ses membres de participer aux grands débats internationaux. L'Ifri lui-même déclare qu'il "joue un rôle important dans la "diplomatie intellectuelle". En ce qui concerne son financement, toujours selon son site, " l’Institut a mis l’accent sur la diversification de ses sources de financements et présente aujourd’hui une forme originale en France, de partenariat public-privé. Ses ressources proviennent pour moitié environ du secteur public et pour moitié du concours de ses membres, de contrats d’étude et de recherche conclus avec des entreprises et différents organismes français, du financement de programmes de recherche par des organismes internationaux (Commission européenne, etc.) ou de fondations internationales."
Clotilde Reiss fournit comme coordonnées à Téhéran, celle de l'IFRI :

IFRI, 52, Rue Adib, Ave Vahid Nazari, Ave. Felestin, Téhéran, Iran, tél: (+9821) 66 40 11 92 et 66 41 21 53, fax : (+9821) 66 40 55 01 - clotilde.reiss@gmail.com
A ne pas confondre avec l'Ifri. Mais c'est quoi cet autre IFRI ?
C'est l'Institut français de recherche en Iran, qui dépend directement du Quai D'Orsay. On comprend donc pourquoi Kouchner s'est rapidement mobilisé pour demander la libération de Clotilde Reiss. Les coordonnées de l'IFRI en France sont les suivantes :
IFRI
27 rue de la Procession
75015 Paris, France
tél. 01 40 61 60 22 • fax : 01 40 61 60 60


Sur son site internet, www.ifriran.org, il est présenté comme suit :
"L'IFRI est un établissement culturel rattaché à la Direction Générale de la Coopération Internationale et du Développement, du Ministère des Affaires Etrangères français.

Sa mission est la promotion de la recherche en sciences humaines et sociales et en archéologie, sur le «monde iranien....

L'IFRI est devenu, à partir du mois d'août 2007, un laboratoire du CNRS, l'Unité de Service et de Recherche 3139, rattachée à la Délégation Paris A.... Ce nouveau statut offre à l'IFRI la possibilité de nouer des relations de développement et de coopération entre l'Institut et d'autres laboratoires, en France, en Iran et dans d'autres pays.
Selon les autorités iraniennes, en Iran début 2009, un Plan de Révolution "Douce" organisé par la CIA avait déjà été déjoué. La CIA a cherché à activer le plan sous couvert de contacts culturels et scientifiques entre des Iraniens et des citoyens US et européens. Clotilde Reiss aurait-elle à son insu ou en toute connaissance de cause été "embedded/incorporée " dans ce Plan ?
Ispahan, où a séjourné pendant 5 mois Clotilde Reiss, n'est pas n'importe quelle ville d'Iran. Ancienne Capitale de la Perse connue pour ses magnifiques mosquées, ses palais et ses jardins, son art de vivre, ses artistes et poètes et ses fleurs, elle est également classée au patrimoine de l'humanité. Ce serait donc selon les médias français pour toutes ces raisons que Clotilde Reiss aurait choisi d'y séjourner. Mais, c'est aussi au nord d'Ispahan que se trouve le principal site d'enrichissement d'uranium iranien celui de Natanz, dont les activités sont surveillées de près par l'AIEA.. Il compte aussi des installations de recherches sur le nucléaire. A la centrale d'Ispahan on va transformer l'uranium enrichi en pastilles de carburant nucléaire. En avril dernier, le président iranien, Mahmud Ahmadinejad avait révélé que son pays faisait tourner environ 7.000 centrifugeuses à Natanz, et que le pays avait testé "deux nouveaux types de centrifugeuses d'une plus grande capacité que celles existantes".
Alors qu'elle genre de photos Clotilde Reiss, qui a récemment bénéficié d'une bourse Ifri dont le président, proatlantiste, est un habitué des réunions du groupe Bilderberg, un proche du Quai d'Orsay et de la Sarkobarbouzerie, a--t-elle prises à Ispahan ?

De simples photos des manifestations post électorales ?

Où des photos pouvant compromettre la sécurité de l'Iran, raison pour laquelle le gouvernement iranien l'accuse d'espionnage ?
A-t-elle joué les Mata Hari à Ispahan ?

SarkoSioniste laisse les soldats israéliens maltraiter des diplomates français et chier sur le drapeau de la France

Selon un article de Libération du 25/06/09, intitulé " La France humiliée par Tsahal" publié le 22 Juin dernier : "la directrice du centre culturel français de Naplouse (Cisjordanie) a été sortie de son véhicule, jetée à terre et rouée de coups par des militaires israéliens près de Jérusalem. « Je peux te tuer », a lancé en anglais l’un des soldats.

Sa voiture portait pourtant des plaques diplomatiques. Depuis, on lui a déconseillé de porter plainte pour ne pas «gêner » la visite de Netanyahou. Mardi, c’est le directeur du centre culturel de Jérusalem-Ouest, Olivier Debray, qui, à bord d’un véhicule pourvu de plaques consulaires, a été insulté par des policiers.
Miette.
D’une façon générale, le corps consulaire français se plaint de la violation régulière par les policiers et les soldats israéliens des usages consulaires.

Le 11 juin 2008, Catherine Hyver, consule adjointe à Jérusalem, avait été retenue dix-sept heures sans une goutte d’eau ni une miette de pain par la sécurité israélienne à un point de passage de la bande de Gaza.

Souleiman

10 juillet

http://www.planetenonviolence.org/Sarkozy-En-Fait-Plus-Pour-Une-Francaise-Detenue-En-Iran-Que-Pour-Une-Diplomate-Francaise-Rouee-De-Coups-En-Israel_a1957.html


3-2 Délits d’initié et coups d’État : George Soros, spéculateur et philanthrope.

Annexe a 1-3 Thierry Meyssan : La « révolution colorée » échoue en Iran.

Archétype du spéculateur et prophète du « post-capitalisme », le financier et philosophe George Soros est à la fois craint et adulé. Responsable de krachs boursiers et mécène dans une cinquantaine de pays, il détient aujourd’hui une fortune évaluée à sept milliards de dollars et se propose de financer les campagnes contre George W. Bush alors même qu’il sauva Junior de la faillite en 1990 et continue à travailler avec son père au sein du Carlyle Group. Simultanémment actif dans de nombreux changements de régime, il est accusé d’être un paravent de la CIA.

Délits d’initié et coups d’État
George Soros, spéculateur et philanthrope

Archétype du spéculateur et prophète du « post-capitalisme », le financier et philosophe George Soros est à la fois craint et adulé. Responsable de krachs boursiers et mécène dans une cinquantaine de pays, il détient aujourd’hui une fortune évaluée à sept milliards de dollars et se propose de financer les campagnes contre George W. Bush alors même qu’il sauva Junior de la faillite en 1990 et continue à travailler avec son père au sein du Carlyle Group. Simultanémment actif dans de nombreux changements de régime, il est accusé d’être un paravent de la CIA.

http://www.voltairenet.org/article11936.html



Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.