Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/08/2009

n° 29 - Journal de PAKISTAN - 28-07 au 14-08 - : Début - : Pakistan : un territoire stratégique pour les guerres de l'Occident en Asie Centrale.

n° 29 - Journal de PAKISTAN - 28-07 au 14-08 - : Début - : Pakistan : un territoire stratégique pour les guerres de l'Occident en Asie Centrale.


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



        Journal de PAKISTAN 

            n° 29- 28-07 au 15-08

            C.De Broeder & M.Lemaire      



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 


Avant propos

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



Sommaire.

Tiré à part : 

Baïtullah Mehsud (le chef des résistants Pakistanais) donné pour mort.

1 Au jour le jour

2 Positions

3 Politiquea) locale

b) Usa

4 Institutions internationales

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

6 Brèves

6-1 La  femme du chef des résistants, Baïtullah Mehsud, tuée par un missile US.

Suite

7  Dossiers

7-1  Baïtullah Mehsud tué?

1 Point de vue de A.A. : Polémique autour de la mort de Mehsud.

2 Laura-Julie Perreault : Les résistants du Pakistan décapités?

3 "Sans les Pakistanais, les Américains ne peuvent pas vaincre les talibans"

4 Islamabad craint qu'Al-Qaïda ne soit mêlé à la succession de Mehsud.

7-2 Le Pakistan, un piège pour Obama.

7-3 "Taking on the Taliban'"

7-4 Jean-Didier Rosi : Privatisation de la Violence. Des mercenaires aux Sociétés militaires et de sécurité privées.

Fin

9 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

9-1 Jules Dufour : Pakistan : un territoire stratégique pour les guerres de l'Occident en Asie Centrale.

9-2 Non à la guerre en Afghanistan et au Pakistan.

10 Annexe

10-1 Comaguer : Affaires sous-marine.

10-2 “Les Américains vivront toujours avec les menaces résistants”.

10-3 Mahdi Elmandjra : Futurs du monde islamique.



Tiré à part : 

Baïtullah Mehsud (le chef des résistants Pakistanais) donné pour mort.

8 août

Même si l'information a du mal à être confirmée, tout laisse à penser que le chef des résistants pakistanais Baïtullah Mehsud a été tué par un tir de missiles.
Baïtullah Mehsud, le chef des résistant pakistanais, aurait été tué, mardi, par un drone américain.

Le bombardement visait la maison de son beau-père, où il était venu rendre visite à sa femme dans son fief du Sud Waziristan, une région proche de la frontière afghane.

Il s'apprêtait à monter dans sa voiture lorsqu'un avion sans pilote a tiré deux missiles.

Baïtullah Mehsud aurait été tué sur le coup.

Pour l'instant, les autorités pakistanaises n'ont pas confirmé sa mort, faute de preuves tangibles, mais les principaux commandants résistant du Pakistan se sont réunis, hier, pour lui trouver un successeur.
Charismatique
Reste qu'il sera difficile de remplacer Baïtullah Mehsud. Mesurant seulement 1 m 50, le visage joufflu, une longue barbe noire, l'ex-leader des résistant pakistanais ne payait pas de mine. Il n'avait pas fait d'études et n'avait rien d'un penseur religieux. Mais il était charismatique et avait une longue «carrière» de jihadiste. En 2001, quand les résistants et al-Qaïda sont chassés d'Afghanistan, ils fuient au Waziristan, où Baïtullah Mehsud les accueille à bras ouverts.

Rien ne dit cependant qu'elle affaiblira la résisatnce dans la région. «Le TTP est une coalition de groupes autonomes les uns des autres. Baïtullah Mehsud était le chef du TTP, mais ce n'était aussi qu'un chef qui dirigeait un groupe de combattants parmi d'autres. Les autres groupes continuent d'agir, donc sa mort ne signifie pas la fin de la guerre contre le terrorisme», conclut Ayesha Siddiqa, universitaire pakistanaise, spécialiste des questions de défense et de sécurité.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/pakistan-le-chef-des-résistant-donne-pour-mort-video-08-08-2009-500833.php



1) Au jour le jour

Les zones tribales pakistanaises frontalières de l'Afghanistan sont considérées comme des bases arrière pour les résistants, d'où ils mènent des attaques contre les forces internationales déployées en Afghanistan.

Résistance

15-08

Au moins trois soldats ont été tués samedi dans une attaque kamikaze visant un poste de contrôle dans le nord-ouest du Pakistan, où l'armée combat les résistants talibans, ont annoncé des responsables militaires et la police.

L'attaque a eu lieu dans le village de Waliabad, dans la vallée de Swat.

AFP

Assaillants US & collaborateurs.

11-08

Une nouvelle attaque de drone américain sur les zones tribales du nord-ouest du Pakistan a détruit mardi un camp des résistants, tuant au moins 10 d'entre eux, selon des responsables locaux.

Comme la précédente, elle a visé le Waziristan du Sud, bastion du Mouvement des résistants du Pakistan (TTP) de Mehsud, le principal réseau  du pays

Cette de mardi a frappé un camp dans le village montagneux et reculé de Kanniguram, situé à sept kilomètres de Laddah.

"Deux missiles ont été tirés par un drone américain" sur "un camp ", a déclaré à l'AFP un responsable de la sécurité sous couvert d'anonymat.

(AFP )

http://www.romandie.com/ats/news/090811121617.zmjcf6mb.asp



2 Prise de positions

L'Amérique est un danger pour la majorité des Pakistanais.

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

C'est qui ressort d'un un rapport d’évaluation annuel du Pakistan tout récemment préparé par le think tank américain Centre for American Progress, la majorité des Pakistanais considèrent la présence américaine en Asie comme une menace pour leur pays.
Le rapport précise : « Selon un sondage de l’USIP effectué en février 2008, environ 84% des Pakistanais voient la présence américaine en Asie comme une menace pour le Pakistan, par rapport à environ 62% pour Al-Qaida et environ 50% pour les résistants. »Le rapport ajoute que plus de 50% des gens croient que l’objectif principal des forces américaines est d’affaiblir le monde musulman. « Environ 58% des sondés croient que la « guerre à la terreur » livrée par les Américains a pour objectif d’affaiblir le monde musulman, et 15% croient que l’objectif est d’assurer la domination américaine sur le Pakistan ».
Une situation difficile pour l'administration américaine qui doit payer le prix de la
politique des néoconservateurs républicains et de l'image ternie des USA dans cette région hautement géostratégique où les influences indiennes, chinoises, et russes sont en concurrence.

Ces questions seront au centre des discussions que le président Pakistanais Zardari doit avoir le 6 mai avec le président Barack Obama à Washington. Mercredi, lors de sa conférence de presse des "cent jours", le président américain avait donné une appréciation inquiétante concernant le gouvernement Pakistanais en le qualifiant de "très fragile" et très préoccupant.

http://www.lepost.fr/article/2009/05/03/1520043_l-amerique-est-un-danger-pour-la-majorite-des-pakistanais.html


3 Politique

a) Locale

Dans les coulisses et au sénat

Le Pakistan espère attirer 75 milliards de dollars d'investissement en 5 ans

Le Pakistan espère attirer 75 milliards de dollars d'investissements dans les cinq ans à venir, qui lui permettraient notamment de résoudre ses graves problèmes énergétiques et mieux lutter contre l'insurrection, a déclaré vendredi un de ses ministres.

"Notre objectif est d'attirer un total de 15 milliard de dollars chaque année en investissement étranger et local", a déclaré le ministre délégué en charge des investissements, Waqar Ahmed Khan, en présentant un projet de plan national destiné à attirer ces capitaux.

Le ministre a notamment souligné le récentes initiatives du gouvernement pour améliorer l'image du pays à l'étranger, notamment en matière de sécurité avec l'offensive lancée fin avril contre les résistant dans la région de Swat (nord-ouest).

"A l'étranger, les gens sont contents que nous ayons lancé cette offensive, et nous espérons que cette politique donnera de bons résultats", a-t-il estimé.

Le Pakistan est confronté à une grave crise énergétique, car il ne peut produire que 80% de ses besoins en électricité, rendant les coupures fréquentes et la vie de sa population difficile en cas de températures extrêmes. Ces dernières semaines, les fréquentes coupures d'électricité ont provoqué plusieurs importantes manifestations de mécontentement dans le pays.

Le gouvernement espère notamment des "énormes investissements" dans les secteurs de l'électricité et du gaz, a précisé M. Khan. "Le Qatar nous a assuré de sa coopération dans le secteur gazier, mais il y a bien d'autres opportunités", a-t-il ajouté.

Plusieurs groupes étrangers ont déjà beaucoup investi dans des projets destiné à augmenter la production d'électricité, selon le ministre.

M. Khan a également indiqué que le Pakistan était en discussion avec les Etats-Unis et d'autres acteurs pour mettre en place dix zones de réhabilitation économique (Rehabilitation opportunity zones, ou ROZ) dans la province du nord-ouest et les zones tribales voisines frontalières de l'Afghanista, des régions où la rébellion résistante a gagné du terrain ces dernières années.

(AFP

 31 juillet

http://www.romandie.com/ats/news/090731130851.lsxqzi8w.asp


Pays corrompu 

12 août

L’armée : les béquilles d’Islamabad

 L’armée pakistanaise, dont la puissance égale l’impopularité, a bien l’intention de lutter contre l’engagement de procédures judicaires contre l’ex président Musharraf.

Car c’est grâce au généralissime Musharraf que l’armée a bénéficié d’un pouvoir sans partage sur le Pakistan durant 9 ans.

Très contesté de l’intérieur Ali Asif Zardari doit d’abord stabiliser son propre pouvoir. Débordé sur le front ‘taliban’, le président ne peut se passer de l’armée, fidèle alliée de son prédécesseur.

Constance Le Bihan

http://www.guysen.com:80/articles.php?sid=10533



b) Usa

Sur le terrain

05-08

Depuis août 2008, une cinquantaine de tirs de drones ont tué environ 500 personnes dans les zones tribales, considérées comme les camps des résistants, selon les forces de sécurité locales.

Les Etats-Unis ne les confirment pas, mais seules la CIA et l'armée américaine déployée en Afghanistan possèdent des drones dans la région.

Islamabad les condamne officiellement, au nom de sa souveraineté territoriale et face à une opinion publique volontiers anti-américaine.

Nombre d'observateurs estiment toutefois qu'il existe un accord tacite entre les deux pays sur le sujet.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hzSB7l9sDLietXSIYyiKvxZwcvHA



Otan-Isaf

Sur le terrain

Les difficultés de l'Otan en Afghanistan pèsent sur le Pakistan.

La plupart des experts en sont d'accord, l'opération de l'armée pakistanaise contre les résistant dans la région de Malakand est un succès, et les militaires ont de nouveau le vent en poupe. Mais les revers essuyés par les troupes de l'Otan en Afghanistan risquent de briser net cet élan. Une vaste offensive de l'armée pakistanaise contre les résistants dans la zone tribale du Waziristan est d'ores et déjà exclue.

 "Aujourd'hui, les Américains parlent de négocier avec les résistant en Afghanistan alors qu'ils n'ont eu de cesse de pousser l'armée pakistanaise à les éliminer au Pakistan !" s'exclame Imtiaz Gul, président du Center for Research & Security Studies (CRSS) à Islamabad. "Bien sûr qu'il y a là une contradiction", dit-il. Même son de cloche du côté du général à la retraite Talat Masood. "Quand on entend les Occidentaux affirmer qu'ils sont prêts à négocier avec les résistant en Afghanistan, on ne peut s'empêcher de penser qu'il y a une contradiction avec ce qu'ils exigent d'Islambad", confie-t-il. Depuis une semaine que je me trouve au Pakistan, c'est toujours le même refrain. Les Pakistanais se disent que les Américains sont peut-être bien en train de les laisser tomber une fois de plus.

Nul doute que les revers essuyés par les forces de l'Otan en Afghanistan au cours des deux derniers mois mettent déjà les responsables pakistanais, militaires et civils confondus, devant un vrai dilemme . 

Le Pakistan a-t-il intérêt à se fâcher avec les résistant si, demain, ces mêmes résistant se retrouvent au pouvoir à Kaboul, et si les Américains se retirent de la région ?

Pour Imtiaz Gul, c'est aller un peu vite en besogne. "Les Américains ne peuvent pas partir d'Afghanistan avant d'avoir formé une police et une armée afghanes capables de prendre le relais", assure-t-il. Ce langage quelque peu convenu ne parvient pas à dissiper le malaise ambiant : si les Occidentaux veulent négocier avec les résistant, c'est qu'ils sont en train de perdre la guerre en Afghanistan. Raison de plus pour que le Pakistan continue de garder deux fers au feu. Ce que le général Masood traduit en ces termes : "Pour le Pakistan, il est hors de question de négocier avec les résistant en ce moment



6 Brèves

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

6-1 La  femme du chef des résistants, Baïtullah Mehsud, tuée par un missile US.

Une des deux femmes du chef résistant pakistanais Baïtullah Mehsud a été tuée mercredi par missile américain dans son bastion tribal du nord-ouest, des tirs officiellement dénoncés par Islamabad mais qui ont été jusqu'ici efficaces selon des responsables pakistanais.

En pleine nuit, vers 01H30 du matin (19H30 GMT mardi), un drone américain a tiré un missile sur une maison appartenant à un responsable religieux qui soutient les résistant, le Maulana Ikram-ud-Din, à Laddah, un village du Waziristan du Sud, selon plusieurs responsables de sécurité pakistanais.

Les Américains bombardent régulièrement ces derniers mois le Waziristan du Sud, bastion de Baïtullah Mehsud, chef du Mouvement des résistant du Pakistan (TTP), qu'ils considèrent comme un relais clé d'Al-Qaïda dans ces zones tribales semi-autonomes frontalières de l'Afghanistan.

Le tir de missile américain a détruit la maison et tué la fille d'Ikram-ud-Din, que Baïtullah Mehsud avait pris pour seconde femme l'an dernier et qui se trouvait à l'intérieur, selon plusieurs responsables et la famille.

"L'administration du Waziristan du Sud a confirmé que la fille d'Ikram-ud-Din et femme de Baïtullah Mehsud est morte dans ce tir de missile", a déclaré à l'AFP un responsable de services de sécurité pakistanais.

L'attaque visait directement son mari, a ajouté ce responsable, sans pouvoir dire si le chef résistant se trouvait sur place au moment de l'attaque.

Les responsables de sécurité avaient annoncé dans un premier temps que l'attaque avait tué deux résistants et blessé cinq personnes, dont des femmes et des enfants.

Ces bilans ne pouvaient cependant être confirmés de source indépendante.

Iqbal Mehsud, un neveu d'Ikram-ud-Din, a confirmé la mort de la fille de ce dernier, et ajoutant que quatre de ses petits-enfants avaient été blessés.

Il a ajouté avoir parlé à son oncle, qui est "en bonne santé" selon lui.

5/8

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hzSB7l9sDLietXSIYyiKvxZwcvHA


pOINT FINAL

Les commentaires sont fermés.