Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/08/2009

n° 112 - Journal du Liban - 13-08 au 28-08 -:Fin :- Israël cherche toujours à compenser son échec au Liban.

n° 112 - Journal du Liban - 13-08 au 28-08 -:Fin :- Israël cherche toujours à compenser son échec au Liban.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.


Journal du Liban

      n° 112                                           13-08 au 28-08

       C.De broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Tiré à part :

3 Politique internationale

a) Pays Arabes & voisins

4 Institutions internationales

5 Autres Pays

6 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

6-1 Une brochure liant Hezbollah et Vatican retirée par l’armée israélienne.

7 Les brèves

7-1 La réaction du Hezbollah aux menaces d'Israël.

7-2 Hariri: "Le Hezbollah sera au gouvernement que l'ennemi le veuille ou pas".

7-3 « Le courant 14 Mars est fini »

7-4 Le FSB derrière le démantèlement des réseaux d'espionnage israéliens au Liban.

7-5 Incident de Kherbet Selm.

7-6 La démographie du Liban : La variable palestinienne.

7-7 Les Libanais «hors du Liban»

 


 


c) Europe

France

Tentative française d’amender la mission de la Finul au Liban-sud.

Le quotidien libanais al-Akhbar a révélé que les états qui soutiennent Israël au Conseil de sécurité des Nations Unies cherchent à exploiter l’affaire de l’explosion du dépôt d’armes de Kherbet Selem au Liban sud pour introduire certain changements dans la mission de le Force intérimaire des Nations Unies la Finul.

D’après le journal, c’est surtout la France qui s’attèle à faire adopter un nouveau paragraphe exigeant la liberté d’action de la Finul au sud du Litani. Ce que refusent plusieurs états, dont la Russie, la Chine et la Turquie.

Le journal a aussi critiqué la diplomatie libanaise à qui il reproche d’accorder peu d’importance face aux contacts israéliens effectués deux jours avant le débat qui sera lancé au sein du Conseil de sécurité, sa réaction s’étant limitée à présenter un rapport qui répertorie le nombre des violations aériennes israéliennes de la souveraineté libanaise durant le mois de juillet dernier.

Nous dénonçons l’attitude et l’irresponsabilité de la France des Sarkozy et Kouchner, au sein des instances des Nations Unies, qui s’attèlent à modifier les missions de la FINUL, voulant transformer cette dernière en une force armée dont l’action s’inscrive dans la stratégie et les tactiques de l’armée sioniste d’occupation.

Nous refusons toute modification de la mission de cette force en contradiction avec les principes et les termes de la résolution 1701 acceptés par les deux parties et nous exigeons le respect de cette résolution.

Nous exigeons de notre gouvernement une plus grande fermeté et une dynamique dans sa diplomatie et ses actions au sein des instances internationales, protégeant notre Résistance et contrecarrant toutes les manœuvres sionistes au sein de ces instances.

Vive le Liban Libre

Les signataires :

Le Rassemblement des Démocrates Libanais et des Amis du Liban,

La Section Lyonnaise du Parti communiste Libanais

21 août 2009

 

J'accuse........

- La Souveraineté de la France, le principe de « Fraternité » sur lequel repose la République et l’attachement de la France à ses Droits de l’Homme, bafoués par la politique extérieure menée par Sarkozy-Kouchner
Au sujet du Liban
Ils se sont récemment attelés au sein des instances internationales à vouloir modifier la mission de la FINUL pour rendre cette dernière opérationnelle quant à la satisfaction de la stratégie de l’Occupation Sioniste qui consiste à déraciner la Résistance Libanaise, à l’éradiquer définitivement et à pérenniser une situation d’occupation de territoires libanais.
Tous les jeux et les hypocrisies sont mis en œuvre jusqu’à provoquer et faire pression sur le Gouvernement Libanais et l’Armée Libanaise, voire empêcher la formation d’un gouvernement au sein duquel la Résistance aurait ses responsabilités.
Parallèlement, bouches cousues et parfaite inertie de Sarkozy et de Kouchner quand il s’agit des multiples violations sionistes de la Résolution 1701.
24 août 2009
J’accuse le Pouvoir Français de complicité avec l’Entité Sioniste et d’avoir trahi un des idéaux du Peuple de France : le droit de tout peuple à la résistance face à l’Occupation.
Au sujet de la Palestine
Sarkozy avait récemment émis un souhait auprès des dirigeants de l’Entité Sioniste de voir la peine d’un citoyen français, Salah Hamouri, détenu actuellement et injustement en «
Israel », allégée et d’obtenir sa libération.
Les dirigeants sionistes ont tout simplement refusé sa demande.
Depuis, Sarkozy et son ministre dévoué Kouchner, n’ont pas réagi ; pire, ils gardent à ce jour bouches cousues, inertes et surtout incapables de la moindre initiative face à une atteinte aux droits de l’Homme perpétrée contre un des leurs.
J’accuse le Pouvoir Français d’atteinte à la Souveraineté de la France.
La France
soutient le siège de Gaza qui frappe 1.500.000 habitants, privant ainsi ces populations du moindre moyen de survie ; de plus, elle soutient la Collaboration Arabe dans toutes ses franges dans sa lutte contre la Résistance du Peuple de Palestine.

J’accuse le Pouvoir Français d’avoir encore trahi cet idéal du Peuple de France : le droit de tout peuple à son autodétermination et à la résistance face à l’Occupation.
Tout récemment, grâce à quelques médias et à la Justice Américaine, une pratique digne d’une pratique néo-nazie fut révélée au monde : l’Entité Sioniste prélève des organes sur les corps de palestiniens tués par son armée, le Tsahal, organes destinés au grand trafic international :
Le corps, une fois charcuté dans le sens du bas du ventre au sommet de l’œsophage en vue de prélever les organes, puis cousu, est rendu cinq jours après à sa famille, systématiquement dans la nuit accompagnée d’une coupure d’électricité !!!
Faut-il couper le courant afin que la famille ne puisse pas découvrir les traces de pillage d’organes pratiqué sur le corps avant son total recouvrement par un linceul, généralement des couleurs de la Résistance ou de celles du drapeau de la Palestine, comme le veut la tradition palestinienne ?
http://www.ism-france.org/news/article.phpid=12547&type=communique&lesujet=Prisonniers
Kouchner, notre champion des Droits de l’Homme et son Président n’ont fait à ce jour aucune déclaration dénonçant vivement ces pratiques dignes du Néo – Nazisme et n’ont pris aucune décision concrète en vue de porter plainte contre les Autorités Sionistes et leurs trafiquants.
Décidemment, le Pouvoir Français ne se soucie guère des crimes contre l’Humanité quand il s’agit des crimes perpétrés contre le Peuple Palestinien.
J’accuse le Pouvoir Français d’avoir trahi la Lettre des Droits de l’Homme.

24/8

http://libanresistance.blogspot.com/2009/08/jaccuse.html

http://nasr-moqawama.blogspot.com/



d) Les institutions

ONU

Crédit de 589,7 millions de dollars
En ce qui concerne les aspects financiers, Ban Ki-moon a annoncé que l'Assemblée générale de l'ONU a décidé dans sa résolution 63/289 d'ouvrir, pour inscription au compte spécial de la Finul au titre de l'exercice de son mandat allant du 1er juillet 2009 au 30 juin 2010, un crédit d'un montant brut de 589,7 millions de dollars aux fins du fonctionnement de la Force. Au 31 mai 2009, les contributions non acquittées au compte spécial de la Finul s'élevaient à 86,1 millions de dollars. Ban Ki-moon a engagé tous les États membres à verser rapidement et intégralement leurs contributions.
« Compte tenu de ce qui précède, je recommande au Conseil de sécurité de proroger le mandat de la Finul pour une nouvelle période de 12 mois prenant fin le 31 août 2010, » a conclu Ban Ki-moon.
Sylviane Zehil

L’Orient-Le Jour
11 août 2009

http://www.lorientlejour.com/article/627696/

13-08

Le coordinateur spécial de l'ONU pour le Liban, Michael Williams, a déclaré espérer que le nouveau gouvernement libanais, une fois formé, "mettra en application la résolution onusienne 1701 qui a mis fin à la seconde guerre du Liban".

"Aujourd'hui, je place également tous mes espoirs en le nouveau gouvernement, qui, une fois formé, devra travailler efficacement au renouvellement de son engagement envers l'ONU et la communauté internationale", a déclaré Williams.

14/8

http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1249418607126&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FPrinter


Conseil de sécurité

Ban Ki-moon : Renouvellement du mandat de la Finul,
Dans une lettre de quatre pages, datée du 6 août et rendue publique hier, adressée au président du Conseil de sécurité, Ban Ki-moon demande au Conseil de sécurité d'examiner le renouvellement du mandat de la Finul, qui vient à expiration le 31 août 2009, pour une nouvelle période de 12 mois prenant fin le 31 août 2010.

Le Premier ministre, Fouad Siniora, avait fait savoir, dans une lettre datée du 4 juillet adressée au secrétaire général, qu'il demandait au Conseil de sécurité de proroger le mandat de la Finul pour une nouvelle période d'un an, « sans le modifier».
Dans cette lettre, le secrétaire général note que la Finul qui, au 15 juillet 2009, comptait 12 000 soldats au total, continue de jouer un rôle crucial en assurant la paix et la stabilité au Liban-Sud et le plein respect de la ligne bleue. Aux termes de son mandat, la Finul continue de prendre toutes les mesures qu'elle estime nécessaires, dans le cadre de ses moyens, pour veiller à ce que la ligne bleue et le fleuve du Litani ne soient pas utilisés à des fins hostiles, a-t-il remarqué.

La Finul fournit un important moyen dissuasif à la reprise des hostilités et a mis en place les bases sur lesquelles le processus menant à un cessez-le-feu permanent peut et doit se fonder. Tant que la cessation des hostilités ne se matérialise pas par un cessez-le-feu permanent, le calme actuel au Liban-Sud demeurera précaire, a-t-il averti.

Le secrétaire général s'est félicité également de la coopération entre la Finul et les forces armées libanaises, pierre angulaire du mandat de la Finul tel que défini dans la résolution 1701 et réaffirmé dans la résolution 1832. La Finul continue d'aider l'armée libanaise dans les efforts qu'elle déploie pour que la zone située entre la ligne bleue et le fleuve du Litani soit exempte de personnels armés, matériels et armes non autorisés.

Sylviane Zehil

L’Orient-Le Jour
11 août 2009

http://www.lorientlejour.com/article/627696/

 

Évaluation globale de la capacité opérationnelle de la Finul
Faut-il procéder à des ajustements au niveau de la Finul ?

Une évaluation de la structure des forces est nécessaire, pense Ban Ki-moon.
Le secrétaire général remarque que « trois années se sont écoulées depuis l'adoption de la résolution 1701 (2006). Mes rapports sur l'application de cette résolution montrent que la situation sur le terrain s'est considérablement améliorée depuis le déploiement de la Finul élargie et que les réalisations ont été nombreuses. Cependant, il reste beaucoup à faire. Compte tenu des faits intervenus, le moment est venu de dresser un bilan de la capacité opérationnelle de la Finul et de procéder à un examen complet. Pour maintenir l'efficacité opérationnelle de la mission, conformément aux pratiques de référence dans le domaine du maintien de la paix, une évaluation de la structure des forces, des avoirs et des besoins de la Finul sera donc menée au cours des prochains mois par le département des opérations de maintien de la paix et la Finul, en mettant l'accent sur les capacités. Cet examen comprendra une évaluation globale du groupe d'intervention navale. Les pays qui fournissent des contingents seront tenus informés tout au long du processus ».
  Ban Ki-moon a aussi demandé à la communauté internationale d'aider l'armée libanaise à devenir un organisme militaire plus efficace, doté des ressources nécessaires pour assumer ses nombreuses responsabilités, notamment le long de la ligne bleue.

Il a aussi exprimé sa reconnaissance aux 31 pays qui ont fourni des contingents à la Force pour leur engagement constant qui, conjugué au partenariat solide instauré avec l'armée libanaise dans le domaine du maintien de la paix, a permis d'appliquer avec succès plusieurs aspects fondamentaux de la résolution 1701. Il a en outre exprimé ses « vifs remerciements » au commandant de la Force et chef de la mission, le général de division Claudio Graziano, et à l'ensemble du personnel.

Sylviane Zehil

L’Orient-Le Jour
11 août 2009

http://www.lorientlejour.com/article/627696/



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

6-1 Une brochure liant Hezbollah et Vatican retirée par l’armée israélienne.

L’armée israélienne a annoncé dimanche avoir retiré de la circulation une brochure distribuée aux soldats liant faussement le Vatican au Hezbollah associés par son auteur à une haine commune d’Israël.

La brochure intitulée "deux côtés de la frontière" se présente comme une confession d’un ex-membre du mouvement chiite libanais, sous un nom d’emprunt, qui se serait converti au judaïsme.

Elle décrit une soi-disant visite au site du camp d’extermination d’Auschwitz effectuée par le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, menée par des représentants du Vatican.

Développant la thèse de la conspiration, la brochure fait état de "gros budgets alloués par de riches individus pour encourager des journalistes et des hommes politiques à s’en prendre à Israël".

La brochure a été éditée par une association de juifs orthoxes américains en coopération avec une figure religieuse israélienne d’extrême-droite, le rabbin Smuel Eliahu.

"La brochure a été remise gratuitement à l’armée et distribuée dans un premier temps de bonne foi. Elle a été aussitôt retirée quand s’est avéré son caractère sensible", a déclaré l’armée dans un communiqué.

En janvier, l’armée israélienne avait déjà du retirer de la circulation une brochure ultra-nationaliste rédigée par le rabbinat durant l’offensive "Plomb durci" à Gaza.

La brochure distribuée aux soldats religieux par le rabbinat de l’armée israélienne appellait au nom de la Bible "à ne pas avoir pitié" des ennemis d’Israël.

(AFP)

Source : La Croix

dimanche 19 juillet 2009

http://www.jerusalem-religions.net/spip.php?article473


7 Les brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

7-1 La réaction du Hezbollah aux menaces d'Israël.

Le Président du Conseil exécutif du Hezbollah, Seyyed Hashem Safiyyedine, a affirmé que les menaces proférées par le ministre de la Guerre du régime israélien témoignaient de l'existence de la crise en Israël. "Si les menaces de Ehud Barak sont sérieuses, et je pense qu'elles ne le sont pas, ce dernier doit savoir que s'il commet une erreur ou un acte stupide contre le Liban, il découvrira que les mois de juillet et août 2006 n'étaient qu'une simple plaisanterie.", a-t-il déclaré. Le dirigeant du Hezbollah a souligné que "Pas un jour nous avons cherché à provoquer une guerre, mais la règle que nous appliquons, pour empêcher la guerre contre le Liban, est d'être fort, et, aujourd'hui, parce que nous sommes puissants, grâce à la victoire de 2006, et que nous avons imposé une nouvelle équation, nous pensons que les menaces israéliennes sont insignifiantes". Ehud Barak a, dernièrement, déclaré qu'Israël aurait recours à toute sa puissance contre les infrastructures du Liban, si un conflit éclatait avec ce pays. "S'il y a un conflit, nous opérerons avec toute la puissance requise et ce qui s'est passé, durant la guerre du Liban, en été 2006, ne se reproduira pas.", a-t-il prétendu, dans un entretien avec la radio du régime israélien. En réaction aux propos de Ehud Barak, le responsable du Hezbollah au sud-Liban, Nabil Qavouq, a souligné que la résistance libanaise surveille, désormais, tous les agissements israéliens et que les menaces de ce régime n'inquiètent pas le Hezbollah. "Actuellement la réaction du Hezbollah au régime usurpateur se résume au renforcement de sa puissance militaire, populaire et politique, tandis que ce régime qui se débat toujours dans le bourbier de la défaite, est terrorisé, face à la puissance du mouvement de la résistance.", a-t-il ajouté. Par ailleurs, le Secrétaire général adjoint du Hezbollah libanais, Cheikh Naïm Qassem, a indiqué qu'Israël était un agresseur, en référence aux agressions de ce régime contre le Liban, au cours des dernières décennies, ajoutant qu'après la guerre de 33 jours, il avait violé une vingtaine de fois l'espace aérien libanais et qu'il pourrait, à tout moment, attaquer le Liban.

Il a, toutefois, précisé que le Hezbollah était, aujourd'hui, bien plus performant qu'en 2006, et paré à toute éventualité

09 août 2009

http://french.irib.ir/index.php?option=com_content&task=view&id=24003&Itemid=0

http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=article&sid=4554 


7-2 Hariri: "Le Hezbollah sera au gouvernement que l'ennemi le veuille ou pas".

Le Premier ministre en charge Saad Hariri a assuré que le Hezbollah fera partie du gouvernement d'union nationale, qui regroupera également la coalition du 14 mars. "Je peux confirmer que le Hezbollah sera dans ce gouvernement, que l'ennemi israélien le veuille ou pas, parce que les intérêts de la patrie exigent que nous soyons tous dans ce gouvernement".
Au cours d'un iftar à Quraytem, Hariri a réitéré que la question de la formation du gouvernement était une prérogative du Premier ministre désigné en coopération avec le chef de l'Etat, d'après la Constitution. 
Il a par ailleurs souhaité que la sécurité et la stabilité soient rétablies dans toutes les régions libanaises, sans exception, que l'armée soit forte, et que les forces de sécurité deviennent capables d'assurer la sécurité de tous les Libanais.
Et d'espérer que l'Etat subvient aux besoins des citoyens notamment au niveau de l'électricité et l'eau dans toutes les régions, sans aucune distinction. 
 Abordant les multiples défis qui menacent le Liban, le chef du Courant du Futur a souligné qu'aucune partie politique ne peut y faire face seule, sans l'unité nationale. Selon lui, "quelles que soient les capacités et l'importance de cette partie politique, elle ne peut pas faire face aux multiples défis tels les menaces israéliennes ou les problèmes économiques". 
 Le Premier ministre en charge a estimé qu' "il est vrai que nous avons toujours besoin de l'unité nationale et de la coexistence au Liban, mais nous avons aussi besoin de préserver la démocratie et les libertés, parce que sans elles le Liban ne peut pas exister. L'unité nationale est nécessaire, mais la démocratie est le fondement de l'unité nationale", a-t-il conclu.
Auparavant dans la journée de mardi, le député Saad Hariri avait reçu le chef du Parti Socialiste Progressiste Walid Joumblatt qui a assuré que le premier ministre désigné s'active pour arrondir les angles en vue d'aboutir à un gouvernement d'union. "Il a bien fait de ne pas se lancer dans des débats", a-t-il noté.
Dans une interview accordée au quotidien "Assafir", le chef druze a réclamé "un gouvernement capable de préserver la sécurité face à tous les défis, surtout une éventuelle offensive israélienne contre le Liban".
28/7

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=100717&language=fr


7-3 « Le courant 14 Mars est fini »
3 questions à Michel Aoun.

(leader du Courant patriotique libre et membre de l’opposition.)
Al-Ahram Hebdo : Comment interprétez-vous le récent revirement de Walid Joumblatt ?
Michel Aoun : Ce qu’a fait Walid Joumblatt ressemble à ce que nous avons fait en 2005. En effet, M. Joumblatt s’est rendu compte des « lacunes » de la coalition du 14 Mars, car ce qui y prévaut ce sont les intérêts personnels et non l’intérêt du peuple. La coalition du 14 Mars se comporte comme une entreprise et considère le peuple une clientèle de laquelle elle tire profit. La récente prise de position de M. Joumblatt n’est pas une surprise, elle résulte des incidents de mai dernier contre le Hezbollah (et dans lesquels ce dernier a pris le dessus). D’autant plus que M. Joumblatt n’a alors pas reçu le soutien escompté des Etats-Unis. Ce qui l’a poussé à revoir ses calculs.
— Quelles sont les conséquences de ce volte-face, notamment sur la coalition du 14 Mars ?
— Après ce revirement, la majorité n’est plus une majorité.

Désormais, elle constitue un « rassemblement de minorités ». Le courant 14 Mars est fini. Il ne se remettra de ce nouveau coup dur. Les chrétiens de la majorité en particulier ne savent plus quoi faire ni ou aller. Ils n’ont aucune vision claire pour l’avenir du pays. D’où la nécessité de parvenir à une nouvelle coalition au pays.
— Et où est-on dans les efforts pour la formation d’un nouveau gouvernement ?
— Le Liban ne peut être gouverné qu’à travers un consensus réunissant toutes les forces politiques du pays. Le seul moyen de former un gouvernement stable est de respecter la règle de la proportionnalité, en accordant au président de la République le droit de choisir un certain nombre de ministres.
Pour l’instant, les négociations entre nous et le Courant de l’avenir se sont arrêtées, car elles ont buté contre la répartition des portefeuilles. Saad Hariri nous a proposé 5 ministères de second plan, alors que nous insistons pour avoir une véritable présence, dont un ministère-clè.
— A quel genre de coalition êtes-vous prêt à prendre part ?—

Notre courant peut parvenir à un terrain d’entente avec le Courant de l’avenir de Saad Hariri ainsi qu’avec le PSP de Joumblatt, sans pour autant compromettre notre coalition avec le Hezbollah.
Propos recueillis par
M. M.

14/8
http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2009/8/12/marab1.htm


7-4 Le FSB derrière le démantèlement des réseaux d'espionnage israéliens au Liban.
Des sources sécuritaires israéliennes ont révélé qu'une unité spéciale appartenant au service de sécurité russe (FSB) était derrière le démantèlement des réseaux d'espionnage israéliens au Liban. Selon ces sources, l'unité spéciale russe est arrivée en catimini à Beyrouth au début de l'année en cours en tant qu'invitée chez le service sécuritaire interne du Hezbollah, et a amené de Moscou des appareils "anti-espionnage" très sophistiqués.
Les renseignements russes auront effectivement asséné le dernier coup au Mossad israélien et aux réseaux d'espionnage au Liban, en cas de confirmation de cette information, ont estimé ces mêmes sources, qui ont prétendu que des officiers russes, en compagnie d'officiers du Hezbollah, ont visité plusieurs lieux au Liban et ont parvenu à déchiffrer les codes des réseaux d'espionnage l'un après l'autre.
Elles ont ajouté que le rôle de l'armée libanaise se limitait à arrêter les membres de ces réseaux, précisant que les appareils russes anti-espionnage ont réussi à transpercer la banque de données du Mossad, qualifiant cette réalité de très dangereuse.
Les sources israéliennes ont démenti les informations datant de quelques mois et selon lesquelles le Président français Nicolas Sarkozy avait envoyé des appareils électroniques à l'armée libanaise dans le but d'espionner le Hezbollah et la Syrie, ce qui aurait permis de démanteler les réseaux d'espionnage travaillant à la solde d'"Israël".
06/08/2009
http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=98051&language=fr


7-5 Incident de Kherbet Selm.

Depuis la publication du dernier rapport sur l'application de la résolution 1701, en date du 29 juin 2009, une violation grave de cette disposition a été constatée le 14 juillet 2009, comme l'a signalé au Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, lors de consultations à huis clos le 23 juillet.
Rappelant les incidents rapportés par M. Le Roy, Ban Ki-moon décrit l'incident du 14 juillet près de Kherbet Selm, dont on attend les conclusions finales de l'enquête, ainsi que les tentatives d'entraver la liberté de mouvement de la Finul les 15 et 18 juillet 2009. Pointant du doigt le Hezbollah, Ban Ki-moon note que « certains faits laissent à penser que le dépôt était sous le contrôle du Hezbollah et, contrairement aux armes et munitions découvertes précédemment par la Finul et l'armée libanaise, le dépôt n'avait pas été abandonné mais continuait à être utilisé.

…. ont été identifiés par la Finul comme appartenant au Hezbollah. Cette présence de biens et d'armes non autorisées entre la ligne bleue et le fleuve du Litani constitue une violation flagrante de la résolution 1701 du Conseil de sécurité. Cet incident souligne l'importance qu'il y a à intensifier les efforts que déploie l'armée libanaise, avec le concours de la Finul, pour repérer et enlever les armes et matériels connexes qui sont encore présents dans la zone d'opérations, veiller à ce qu'il n'y ait aucun élément armé dans la zone et empêcher la contrebande éventuelle d'armes de part et d'autre du fleuve du Litani ».

Sylviane Zehil

L’Orient-Le Jour
11 août 2009

http://www.lorientlejour.com/article/627696/


7-6 La démographie du Liban : La variable palestinienne.

Les Palestiniens au Liban sont sunnites à plus de 90 % et 9% des chrétiens; ne sont pas comptabilisés dans les statistiques démographiques au Liban. Au 31 mars 2005, 400 582 étaient enregistrés sur les listes de l'UNRWA. À la fin de 2007, ce nombre était encore
plus élevé; l'UNRWA avait enregistré environ 411,000 réfugiés palestiniens.

La plupart des réfugiés palestiniens vivaient dans 12 camps ainsi que dans d'autres refuges improvisés à travers le pays.
Une partie de ces Palestiniens ont quitté le Liban, mais aucune étude fiable ne permet de mesurer cette émigration.

Leur naturalisation est improbable en raison de l'opposition des différentes communautés : chrétiens, chiites et druzes redoutent de diluer leurs électorats.

Deplus une partie de l'opinion publique libanaise considère que la naturalisation des réfugiés est un cadeau à Israël (en cela la position du Liban n'est pas différent de la Syrie, de l'Égypte ou des pays du Golfe), car cela reviendrait à reconnaître de fait l'existence de l'état hébreu dans les frontières de la Palestine : les Palestiniens demeurent donc des « invités ». Malgré tout, leur retour dans une Palestine économiquement exsangue est incertain, même après
un accord de paix. Du reste la majorité d'entre eux sont des Palestiniens réfugiés après le conflit de 48 et non de celui de 1967, c'est-à-dire qu'ils viennent de territoires qui ne feront pas partie d'un éventuel accord de paix entre Israël et les Palestiniens.

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_du_Liban#La_variable_palestinienne


7-7 Les Libanais «hors du Liban»

L'émigration libanaise a toujours joué un très grand rôle. Les émigrés, deux fois plus nombreux que les Libanais vivant au pays, constituent une véritable diaspora, qui conserve des liens avec son pays d'origine.

Au début du XIXe siècle apparut un premier courant migratoire orienté vers les villes égyptiennes. Ce flux s’est poursuivi dans la première moitié du XXe siècle. La deuxième vague fut plus importante et demeura essentiellement chrétienne: selon diverses estimations, de 400 000 à 800 000 Libanais auraient définitivement quitté leur pays pour le continent américain entre 1850 et 1950. Avec leur descendance, ils seraient aujourd'hui plusieurs millions. À la fin du XIXe siècle, il se développa une troisième vague d'émigration, surtout chiite et dirigée vers l'Afrique noire française. Lors de la décolonisation des années soixante, la plupart des Libanais d'Afrique rentrèrent dans leur pays d'origine, favorisant ainsi l'émergence d'une classe moyenne au sein de la communauté chiite.

Depuis 1950, les migrations s’avèrent définitives vers le Canada et l'Australie, mais demeurent temporaires dans les pays arabes de la région du Golfe (Arabie Saoudite et Émirats arabes unis). Ces mouvements connaissent une ampleur considérable à partir de 1975 et concernent toutes les communautés, toutes les classes sociales et toutes les régions libanaises. Rappelons qu'environ 13 à 14 millions de ressortissants libanais vivraient à l'étranger, dont 11 à 12 millions en Amérique du Sud et en Amérique du Nord, 1,2 million en Afrique, 400 000 en Europe, 400 000 dans les pays arabes et 300 000 en Australie

http://imad.over-blog.net/article-1532175-6.html



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


 

Les commentaires sont fermés.