Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/08/2009

n° 112 - Journal du Liban - 13-08 au 28-08 -:Suite :- Israël cherche toujours à compenser son échec au Liban.


n° 112 - Journal du Liban - 13-08 au 28-08 -:Suite  :- Israël cherche toujours à compenser son échec au Liban.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.


Journal du Liban

      n° 112                                           13-08 au 28-08

       C.De broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Tiré à part :

2  Politique Libanaise  

3 Politique internationale

a) Pays Arabes & voisins

 


 


2  Politique

a) Libanaise  

2a-1 La crise gouvernementale

Gouvernement cherche coalition désespérément...

Au jour le jour

Washington et Riad empêchent la formation du cabinet libanais  

Un parlementaire libanais a accusé les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite d'entraves mis devant la formation du cabinet libanais. Cité par le reporter de l'IRIB depuis Beyrouth, FAdi al-Aour, parlementaire libanais a dit jeudi que vu les interventions américaines et saoudiennes, on ne constate pas un quelconque signe de la formation dans un proche avenir du cabinet libanais.

Environ deux mois après la mission confiée par les chefs du courant pro-occidental et pro-saoudien, le Courant du 14 mars, à Saad Hariri pour former le nouveau cabinet, ce cabinet n'a pas été encore formé. Les sources proches de ce Courant, le cabinet ne peut pas être encore formé dans les mois à venir.

Israël a menacé de s'en prendre aux centres gouvernementaux et aux infrastructures libanaises, dans une éventuelle attaque contre le Liban, si le Hezbollah assistait au sein de ce cabinet.

Malgré toutes ces menaces, le Hezbollah est déterminé à avoir une présence active au sein du nouveau cabinet.

21/08/2009

 http://french.irib.ir

 

Formation du gouvernement au Liban: Quoi de neuf?

Les tractations entre les différentes parties libanaises pour la formation du gouvernement ont recommencé après le retour du Premier ministre en charge Saad Hariri d'un congé parisien de plus d'une semaine.  
La distribution des portefeuilles ministériels occupe actuellement le devant de la scène dans le cadre de la formule gouvernementale 15-10-5.  
A ce propos, le député Walid Joumblatt va inclure ses quotas au gouvernement parmi ceux des forces du 14 mars, malgré son retrait de cette coalition, tout en insistant sur sa distinction des autres partis sur le plan politique.  
Par ailleurs, le Premier ministre en charge a contacté le Président de la République Michel Souleimane pour fixer un rendez-vous dans les prochaines heures afin de discuter des dernières évolutions concernant la distribution des portefeuilles. Il a de même appelé le chef du parti des Phalanges Amine Gemayel, et a reçu le premier ministre sortant Fouad Siniora et d'autres personnalités.   
Les visiteurs de Hariri ont rapporté de lui qu'il n'y a d'obstacles sérieux à la formation du gouvernement que les demandes "irréalisables" du général Michel Aoun, refusant l'entrée au gouvernement des candidats malheureux aux législatives.   
Hariri a également exprimé son attachement au portefeuille des communications, excluant le portefeuille des finances des tractations, et réservant les portefeuilles de l'intérieur et de la défense au Président de la République. Il a par ailleurs informé ses visiteurs de son refus de la modification de la formule 15-10-5.   
Evoquant sa relation avec le député Walid Joumblatt, Hariri a assuré qu'il n'y a aucun problème avec lui. De son côté, le député druze avait révélé avoir reçu un bouquet de fleurs de ce dernier à l'occasion de son 60ème anniversaire, affirmant qu'il avait pris l'initiative de le contacter pour le remercier. Joumblatt a ajouté qu'il rencontrera Hariri dans les prochaines 48 heures.
Abordant la question de la formule gouvernementale, le chef du PSP a confirmé l'attachement de toutes les parties à la 15-10-5, dans le cadre de l'accord sur les résolutions centrales.  
Sur un autre plan, une réunion nocturne a eu lieu à Rabiyeh entre le ministre Joubrane Bassil, le conseiller politique du secrétaire général du Hezbollah Hussein Khalil et le conseiller politique du chef du Parlement Ali Hassan Khalil, qui ont discuté des dernières évolutions liées au gouvernement.
Des sources du courant patriotique libre ont indiqué au quotidien as Safir que le CPL n'exigera rien pour le moment et "attendra l'offre du Premier ministre en charge avant de se décider".
Le chef du bloc parlementaire de la résistance le député Mohammad Raad a pour sa part estimé que la formule 15-10-5 convient à la situation actuelle du pays. Dans une interview à la chaine télévisée al Manar, Raad a appelé le Premier ministre en charge à accélérer ses contacts pour parvenir à la formation du gouvernement, précisant que la proposition d'un gouvernement technocrate est irréelle dans un pays qui vit une crise politique.

Nada RAAD

Mercredi 12 Août 2009 

http://www.alterinfo.net/Formation-du-gouvernement-au-Liban-Quoi-de-neuf_a35681.html

 

Pas de véritable intention pour la formation du gouvernement tant que les accusations continuent à se diriger vers Aoun ou le CPL.

Le député Nabil Nicolas (membre du Bloc "Changement et Réforme") considère que rien n'est neuf quant à l'accusation du Général Aoun et du CPL du blocage du gouvernement au point que "le complexe d'Aoun" est devenu le plus grand complexe dans le monde, considérant qu'il n'y a pas de véritable intention pour la formation du gouvernement tant que les accusations continuent à se diriger vers Aoun ou le CPL.
Nabil Nicolas assure qu'il n'y a jamais eu de "complexe d'Aoun" mais ceci a été inventé pour cacher les autres problèmes auxquels fait face Saad Hariri, signalant que le Premier Ministre Israelien Benjamin Natanyahu et l'ex ambassadeur américian Jeffry Feltman interviennent dans la formation du cabinet, ainsi que tout le monde se mêle de cette affaire et impose ses conditions pour la constitution du gouvernement. Il a demandé dans une entrevue sur la "LBC": "Pourquoi sont-ils contre le ministre Gebran Bassil? Pourquoi il ne leur plait pas? Est-ce à cause de sa conduite au sein du gouvernement et sa découverte de la station du Barouk et les contraventions dans son ministère"?
Ajoutant: "Si nous revendiquons un autre ministère que celui des télécommuications ils vont refuser" et assurant que certains doivent s'excuser auprès du Général Aoun pour ce qu'ils ont dit depuis deux mois. Le député Nicolas a demandé: "Comment est-ce qu'une rencontre entre Aoun et Hariri pourra-t-elle avoir lieu si les accusations invalides perisisent dans les journaux et les médias"?
Pour ce qui est de la revendication du ministère de l'Interieur, il a demandé: "Le ministre Baroud a-t-il pu tout réaliser au sein de son ministère"? considérant qe lorsque le député appartient à un Bloc parlementaire sa marge de maneouvre s'élargit.  

Nabil Nicolas:

http://www.tayyar.org/Tayyar/News/PoliticalNews/fr-FR/128959399803497252.htm

 

Walid Joumblatt : « Je suis un indépendant, je ne serais affilié à aucune équipe, je rejoins le Président qui est la garantie »

Suite à l’annonce fracassante de son retrait de la coalition du 14 Mars, le député Walid Joumblatt a précisé hier que cette coalition resterait majoritaire au Liban et qu’il ne rejoindrait pas l’opposition.

Walid Joumblatt a également précisé qu’il s’alignera sur les positions de la Présidence de la République qu’il appuie pour la formation rapide du prochain gouvernement d’union nationale.

« Je suis un indépendant, je ne serais affilié à aucune équipe, je rejoins le Président qui est la garantie », a déclaré Walid Joumblatt sur les ondes de la chaine de télévision MTV avant de poursuivre qu’il donnera les consignes de votes à ses parlementaires ou à ses ministres présents au sein du prochain cabinet en temps et en heure.

Le dirigeant du PSP a déclaré qu’un certain nombre de parlementaires de son bloc parlementaires –comptant 11 députés – pourraient poursuivre de voter en faveur de la majorité actuelle tout en indiquant qu’il a reçu une invitation de l’Ambassade iranienne à se rendre à Téhéran et qu’il rencontrera le député Assaad Hardan, dirigeant du PSNS. Walid Joumblatt a également refusé une invitation à se rendre à Washington selon le journal libanais Al Akhbar.

Libnanews

 Août 4, 2009

http://mplbelgique.wordpress.com/2009/08/04/walid-joumblatt-%c2%ab-je-suis-un-independant-je-ne-serais-affilie-a-aucune-equipe-je-rejoins-le-president-qui-est-la-garantie-%c2%bb/

 

Hariri : Le Hezbollah fera certainement partie du cabinet d’union.
Le Premier ministre désigné Saad Hariri a affirmé hier au cours d'un iftar que « le cabinet d'union nationale regroupera naturellement les forces du 14 Mars, et aussi le Hezbollah. Je tiens à l'assurer à l'ennemi israélien, que cela lui plaise ou non. L'intérêt de la nation suppose que tout le monde fasse partie de ce cabinet, et que personne ne fasse de la surenchère à ce propos ». M. Hariri a ensuite rappelé que la formation du cabinet relève de ses prérogatives en collaboration avec le président de la République, conformément à la Constitution. Il a par ailleurs souhaité que « la stabilité et la sécurité règnent dans toutes les régions libanaises, sans exception, et que l'armée et les forces de l'ordre soient fortes et à même de préserver la sécurité de tous les Libanais ». Il a également souligné la nécessité de répondre aux besoins des Libanais en courant électrique et en eau, sans inégalités. « Beaucoup de défis nous guettent, et aucune partie politique ne peut y faire face seule, sans unité nationale. Aussi grande et capable soit-elle, cette partie ne peut pas faire face à ces défis seule, des menaces israéliennes aux problèmes économiques », a-t-il indiqué.
« Au Liban, nous avons toujours besoin d'unité nationale et de convivialité, mais nous avons aussi besoin de préserver la démocratie libanaise et les libertés contre vents et marées. Sans elles, il n'y a pas de Liban. L'unité nationale est nécessaire, mais la démocratie est à la base de l'unité nationale », a-t-il ajouté.
« Les élections ont eu lieu, nous avons gagné et avons tendu la main, en tant que forces du 14 Mars, à toutes les parties pour faire partie d'un cabinet d'union nationale dans l'intérêt du Liban. Cette option est née d'une conviction, parce que nous savons quelle est l'ampleur des défis, des menaces et des problèmes économiques auxquels nous allons être confrontés. Nous n'avons pas pris cette décision pour nous autoéliminer, parce que personne ne peut éliminer une majorité née des dernières élections législatives. Nul ne peut exclure l'autre », a conclu M. Hariri.
Il s'est par ailleurs entretenu en soirée avec le chef du PSP, Walid Joumblatt, en présence du député Marwan Hamadé et des ministres Waël Bou Faour et Ghazi Aridi. Selon des sources informées, il se serait entretenu lundi soir avec hajj Hussein Khalil du Hezbollah.

26 août

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/62924...


2a-2 Des Canons ... pas du beurre.

Le prolongement du mandat de la FINUL est une victoire pour le liban.

Le député Jaber " Le prolongement du mandat de la FINUL est une victoire pour le liban et une défaite pour Israël

Le député Yassine Jaber, membre du bloc de la libération et du développement a félicité la diplomatie libanaise pour le prolongement du mandat de la FINUL au sud du Liban, sans changement des régles, en signalant que ceci est considéré comme une victoire pour le liban et une défaite pour Israël.
Jaber a souhaité que la société internationale comprend la position libanaise envers ce prolongement qui est considéré un début pour l'application de tous les articles de la résolution 1701,et pousser Israël à se retirer du reste des territoires libanais et arrêter les violations israëliennes par le biais de ses espions au Liban.
" cette réalisation doit nous pousser à accélérer la formation d'un gouvernement d'union nationale" a annoncé Jaber .

http://www.tayyar.org/Tayyar/News/PoliticalNews/fr-FR/128959367893905700.htm


2a-3 Sur le terrain

26-08

Le député Hussein Hajj Hassan, membre du Hezbollah, a indiqué que le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah a dépêché son conseiller Hussein Khalil auprès du Premier ministre désigné Saad Hariri afin de lui transmettre un « message très clair, dont il ressort que le Hezbollah n'est nullement impliqué dans l'attentat du 14 février 2005 ».

« Saad Hariri sait très bien que le Hezbollah n'est pas impliqué », a déclaré le député hezbollahi qui a accusé « certaines parties arabes et internationales d'œuvrer à politiser l'enquête du tribunal international pour des desseins qui sont totalement étrangers à l'assassinat de Rafic Hariri ».

http://www.lorientlejour.com/c

 

La question de l’implantation des Palestiniens en phase d’exécution.
Le chef du CPL, le général Michel Aoun, a estimé hier que la question de l'implantation des réfugiés palestiniens au Liban constitue le volet extérieur de la crise gouvernementale libanaise.
« Ce dossier n'est pas un épouvantail, comme le prétendent certains », souligne le général Aoun, dans des propos distribués par les organes du CPL. « C'est un problème que nous avons toujours gardé à l'esprit et qui est à présent au cœur des discussions internationales, et il est entré dans sa phase d'exécution définitive », ajoute-t-il.
« Ce n'est un secret pour personne que les États-Unis œuvrent en vue de l'implantation, aux côtés des pays européens et de certains États arabes, et approuvent le rejet par Israel du droit au retour des Palestiniens », dit-il, avant d'ajouter : « Tout comme nul n'ignore le soutien illimité des États-Unis à la majorité au Liban et à ses efforts pour affaiblir l'opposition qui résiste à l'implantation. »
« Ce n'est pas la première fois que l'Amérique s'ingère directement dans les affaires intérieures libanaises et formule ses diktats à l'adresse de l'État libanais », affirme-t-il.
Quant au volet intérieur de la crise gouvernementale, il réside, aux yeux du général Aoun, dans « la structure mafieuse de l'État et de son administration ».
À cela s'ajoute, selon lui, « le mépris persistant à l'égard du contexte politique chrétien et la mise à l'écart des chrétiens ».
« La majorité, qui se réduit comme peau de chagrin, poursuit sa bataille contre nous », affirme-t-il par ailleurs, estimant que les élections législatives « n'ont été qu'un épisode du grand complot ourdi contre le CPL ». « Nous continuons à être la cible de violentes agressions morales, au travers de campagnes médiatiques et de polémiques tournant autour de l'exercice de nos droits politiques naturels », ajoute encore le chef du CPL.
De son côté, le député CPL Ziad Assouad (Jezzine) a estimé, dans une déclaration à nowlebanon.com, que le Premier ministre désigné, Saad Hariri, « attend toujours une décision extérieure pour former son gouvernement ». « Peut-être aussi qu'ils attendent quelque chose du tribunal international, en espérant que le Hezbollah sera impliqué dans l'affaire », a-t-il dit.
Selon lui, « l'opposition chrétienne représente 55 % de cette communauté » et elle a donc droit à des ministères importants

25/8

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/629050/Aoun+%3A_L%27implantation_des_Palestiniens__en_phase_d%27execution.html

 

L’armée se déploie en force près du camp de Beddaoui.
Au cours des dernières 48 heures, l'armée libanaise a renforcé les mesures sécuritaires autour du camp de Beddaoui.

Des unités militaires et des tanks ont été déployés près de l'endroit dit de la « colline militaire », relevant du Front populaire de la libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG).

Cette mesure soudaine, qui n'a pas manqué de susciter de multiples interrogations, a provoqué une certaine tension parmi les habitants du camp et au sein des commandements palestiniens qui se sont mobilisés avant de procéder à des contacts pour tenter de comprendre les raisons de ce déploiement adjacent au poste du FPLP-CG.

Ces développements surviennent à la suite d'informations distillées par des sources au ministère de l'Intérieur sur un possible dérapage sécuritaire à Tripoli.
Selon Naharnet, ces précautions surviennent à un moment où les factions palestiniennes, qui constatent un renforcement de la collaboration entre les Forces de sécurité intérieure et l'armée, ont remis aux autorités plusieurs personnes recherchées et poursuivies notamment dans le cadre de l'affaire Fateh el-Islam, dont certains de ses membres s'étaient réfugiés à Beddaoui après l'épisode de la guerre de Nahr el-Bared.

24 août
http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/629001/L%27armee_se_deploie_en_force_pres__du_camp_de_Beddaoui_.html


2a-6 Politique étrangère

Vous êtes les partenaires des victoires de la Résistance.
Un
e délégation iranienne, présidée par le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hussein Cheikh al-Islam, a été accueillie à Nabi Chit, dans la Békaa, par le président du comité politique du Hezbollah, Ibrahim Amine el-Sayed, qui a mis l'accent sur le soutien de l'Iran à la Résistance au Liban. « Vous êtes les partenaires des victoires de la Résistance.

Vous n'êtes pas seulement les partenaires de nos joies mais aussi de nos peines.

Les victoires de la Résistance ont pu être réalisées grâce aux directives de l'imam Khomeyni et du guide suprême Khamenei. Nous allons vers de nouvelles victoires, plus importantes.

Les peuples de la région ont passé outre le confessionnalisme et soutiennent désormais la Résistance », a-t-il poursuivi.

17 août 2009

http://www.lorientlejour.com/article/628291/Pour_le_Hezbollah%2C_les_victoires_de_la_Resistance_sont_le_fruit_des_directives_de_Khamenei.html

 

Sleimane réitère son refus de naturaliser les Palestiniens.
Le Président Michel Sleimane a souligné vendredi que le Liban rejette catégoriquement la naturalisation des Palestiniens, conformément au préambule de la Constitution.

Il a réaffirmé que tout projet de solution pour la crise au Moyen Orient doit se baser sur le recouvrement des droits des Palestiniens, notamment le droit de retour, sinon, le problème fondamental va persister.
Ayant reçu le chef du Parlement de la Roumanie à Baabda, Sleimane l’a appelé à soutenir la position du Liban auprès de l’Union Européenne et la communauté internationale, concernant le soutien du recouvrement des droits des refugiés palestiniens, notamment leur droit de retour
dans leur pays. Sleimane a également souhaité renforcer la coopération entre le Liban et la Roumanie aux niveaux politique, militaire, économique, culturel et touristique.
iloubnan.info –

Le 21 août 2009,

http://www.iloubnan.info/politique/actualite/id/37438


2a-14 Prisons : Déclaration 

19-08

Tahal al-Hadj Souleimane membre du Fatah al-Islam a été repris mercredi par des membres d’un commando libanais, au lendemain de sa spectaculaire évasion d’un établissement pénitentiaire.
Huit membres du Fatah al-Islam avaient cherché à s’évader mardi de la prison de Roumieh, mais Souleimane avait été le seul à échapper aux forces de police.
Des affrontements avaient opposé pendant trois mois le groupe islamiste radical à l’armée à l’intérieur du camp de réfugiés palestiniens de Nahr el-Bared dans le nord du Liban en 2007.

Des dizaines de membres du groupe avaient été arrêtés, dont Tahal al-Hadj Souleimane, accusé d’avoir tué des soldats libanais pendant les combats et soupçonné d’être impliqué dans des attentats au Liban.

(Al-Oufok avec les agences de presse )



b) Israélienne

2b-2 Des Canons ... pas du beurre.

Escalade verbale.

La tension est montée d'un cran entre le gouvernement israélien et le Hezbollah lundi. « Qu'il soit clair que le gouvernement libanais sera responsable de toute attaque provenant de son territoire, si le Hezbollah en faisait officiellement partie », a déclaré le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou.

« J'espère que nous n'aurons pas à attaquer dans l'avenir des infrastructures civiles alors que nous avons évité de le faire dans le passé pour ne pas porter atteinte au gouvernement libanais », a-t-il ajouté, faisant allusion aux attaques israéliennes contre le Liban durant l'été 2006.

Cette guerre avait fait plus de 1200 morts, en majorité des civils, du côté libanais, et 160 morts du côté israélien, pour la plupart des militaires.

Cette nouvelle mise en garde intervient après celle lancée la veille par le vice-ministre des Affaires étrangères israélien, Dany Ayalon, avertissant que si « le Hezbollah touchait un seul cheveu d'un représentant officiel israélien à l'étranger ou même d'un touriste, il en subirait les conséquences qui seront très graves ».

Par la voix du président de son conseil exécutif, Hachem Saffiedine, le Hezbollah a répondu: « La guerre de 2006 ressemblera à une plaisanterie ».

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse et Le Monde

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009/08/10/006-Liban-Israel-menaces.shtml


”World Tribune”: Israël se prépare à une frappe militaire contre le Hezbollah au Liban.

Le quotidien américain “World Tribune” révèle qu’Israël se prépare à une frappe militaire contre le Hezbollah au Liban, Israël ayant établi un programme d’entrainement intensif qui permet à l’armée de terre israélienne de traverser en toute vitesse les frontières libano-israéliennes, puis de procéder à la destruction des tunnels et caches du Hezbollah situés dans le Sud de la rivière Litani. Des responsables rapportent au quotidien qu’Israël n’était pas prêt à la guerre de Juillet 2006 et a beaucoup appris sur le plan militaire de cette offensive. Les responsables ajoutent que cette fois, Tsahal connait très bien les potentiels du Hezbollah qui a reconstruit son réseau de “maisons sécurisées”, de tunnels et de bunkers, ce qui permettra aux combattants du Hezbollah d’entrer par une maison et de sortir par une autre un kilomètre plus loin. Les responsables révèlent que le Hezbollah coopère avec l’armée libanaise au sud du Litani.

El Nashra

Posté par jeunempl

août 4, 2009

http://mplbelgique.wordpress.com/2009/08/04/world-tribune-israel-se-prepare-a-une-frappe-militaire-contre-le-hezbollah-au-liban/

 

Une brochure liant Hezbollah et Vatican retirée par l’armée israélienne.

L’armée israélienne a annoncé dimanche avoir retiré de la circulation une brochure distribuée aux soldats liant faussement le Vatican au Hezbollah associés par son auteur à une haine commune d’Israël.

La brochure intitulée "deux côtés de la frontière" se présente comme une confession d’un ex-membre du mouvement chiite libanais, sous un nom d’emprunt, qui se serait converti au judaïsme.

Elle décrit une soi-disant visite au site du camp d’extermination d’Auschwitz effectuée par le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, menée par des représentants du Vatican.

Développant la thèse de la conspiration, la brochure fait état de "gros budgets alloués par de riches individus pour encourager des journalistes et des hommes politiques à s’en prendre à Israël".

La brochure a été éditée par une association de juifs orthoxes américains en coopération avec une figure religieuse israélienne d’extrême-droite, le rabbin Smuel Eliahu.

"La brochure a été remise gratuitement à l’armée et distribuée dans un premier temps de bonne foi. Elle a été aussitôt retirée quand s’est avéré son caractère sensible", a déclaré l’armée dans un communiqué.

En janvier, l’armée israélienne avait déjà du retirer de la circulation une brochure ultra-nationaliste rédigée par le rabbinat durant l’offensive "Plomb durci" à Gaza.

La brochure distribuée aux soldats religieux par le rabbinat de l’armée israélienne appellait au nom de la Bible "à ne pas avoir pitié" des ennemis d’Israël.

(AFP)

Source : La Croix

dimanche 19 juillet 2009

http://www.jerusalem-religions.net/spip.php?article473


2b3 Les grandes manœuvres

Israël propose la réactivation de la Commission d’Armistice de 1949.

 L’État hébreu envisagerait le rétablissement de la commission d'armistice de 1949 entre le Liban et Israël comme un premier pas pour des négociations politiques entre les deux pays, a annoncé la presse Israélienne.

Cette proposition aurait été formulée par le premier ministre Israélien Benjamin Nétanyahou au ministère des affaires étrangères et présentée aux représentants des États-Unis, les Nations unies et de l'Union Européenne.

Pour rappel, l'envoyé spécial américain George Mitchell d'origine libanaise avait appelé l'État hébreu à la reprise des négociations avec l'autorité palestinienne et sur les volets syriens et libanais.

La commission d'armistice de 1949, qui se réunissait au point de passage de Metula et de Rosh Hanikra avait été dissoute en 1967 à la demande d'Israël. Elle comprenait deux représentants Israéliens et de représentants libanais ainsi qu'un représentant des Nations Unies.

La nouvelle commission, toujours selon la presse Israélienne, pourrait comprendre à la fois un représentant diplomatique et un responsable militaire, alors que le processus décisionnaire serait soumis à un vote majoritaire. La commission pourrait alors servir de voies de communication entre les deux états avant la reprise formelle  des négociations de paix. Elle pourrait ainsi résoudre le cas des fermes de Chébaa et du village de Ghajar, village à l'origine syrien qui s’est étendu en territoire libanais à la faveur de l'occupation Israélienne de 1978 à 2000 et qui a été à nouveau occupé suite au conflit de juillet 2006.

Les négociations de paix avec Beyrouth sont gelées depuis l'échec du processus de Madrid lancé en 1994. Les relations entre les deux pays ont été conflictuelles depuis, avec notamment des conflits armés comme en 1996 ou plus récemment de 2006, avec l'aile militaire du mouvement chiite Hezbollah. Le conflit de 2006 s'est achevé avec l'adoption de la résolution 1701 du conseil de sécurité, alors qu'on craint toutefois une reprise du conflit suite aux différentes violations de cette même résolution. Alors que les autorités libanaises indiquent que différentes zone dont les fermes de Sheba, le village de Ghajar et les collines de Kfarchouba n'ont pas été évacué par l'armée Israélienne,  Tel Aviv poursuit ses survols quotidiens du Liban, constituant selon les Nations Unies une infraction à la résolution 1701, accusant le Hezbollah de poursuivre son réarmement.

Libnanews

 29 Juillet

http://www.libnanews.com/index.php?option=com_content&view=article&id=298:israelliban--tel-aviv-propose-la-reactivation-de-la-commission-darmistice-de-1949-media&catid=45:libactu&Itemid=82


3 Politique internationale

a) Pays Arabes & voisins

Egypte

23/8

Le procès des espions présumés du Hezbollah libanais soupçonnés d'avoir préparé des attentats contre des touristes et le canal de Suez en Egypte s'est ouvert dimanche au Caire.

Ils sont aussi accusés d'avoir fait parvenir des agents et explosifs au Hamas au pouvoir dans la Bande de Gaza. Certains sont en outre inculpés pour avoir participé à la formation de partisans du Hezbollah dans des camps du mouvement au Liban, selon des sources judiciaires ayant requis l'anonymat.

Des responsables égyptiens de la sécurité avaient annoncé en avril la mise au jour d'une cellule du Hezbollah cherchant à déstabiliser le pays. Le chef du Parti de Dieu, Cheikh Hassan Nasrallah, a admis avoir dépêché un agent pour superviser des livraisons d'armes au Hamas mais il a nié vouloir nuire à la sécurité de l'Egypte.

Le procureur Hesham Bedawi a déclaré que 18 des 26 suspects avaient fourni au Hezbollah des informations sur les horaires du canal de Suez, la sécurité et les destinations touristiques dans la péninsule du Sinaï.

Au moins trois accusés auraient par ailleurs creusé des tunnels sous la frontière égyptienne avec la Bande de Gaza pour faire passer des personnes et des biens. D'autres auraient fourni un point de chute à des militants ayant franchi clandestinement la frontière.

Parmi les suspects figurent deux Libanais et cinq Palestiniens. Les accusés plaident non coupable, selon l'avocat de l'un des Libanais, Me Mohammed Salim al-Awa.

Le procès a été ajourné au 26 octobre.

C'est la première fois que l'Egypte juge des personnes impliquées dans la contrebande avec la Bande de Gaza. Israel a souvent reproché à son voisin de ne pas lutter suffisamment contre le trafic d'armes et de personnes sur cette frontière.

Les deux pays soumettent la Bande de Gaza à un embargo économique et ont fermé leur frontière avec l'étroit territoire côtier.

23/8

http://fr.news.yahoo.com/

 

Palestine

« La Palestine aux Palestiniens et le Liban aux Libanais »
Le président de l’Autorité palestinienne a présidé, hier à Ramallah, la première réunion de la nouvelle direction du Fateh.

Le chef de l'Autorité palestinienne a réaffirmé son attachement au « droit de retour » en déclarant que « la Palestine est la patrie des Palestiniens, tout comme le Liban est aux Libanais ».

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas a exclu hier, après avoir présidé la 1re réunion de la nouvelle direction de son parti, une reprise des négociations avec Israël sans un arrêt de la colonisation, et souligné le droit de son peuple à la « légitime défense ». « Toute négociation doit être basée sur le respect par les parties, surtout Israël, des engagements pris dans le cadre de la feuille de route (..) et en premier lieu l'arrêt de la colonisation, sous toutes ses formes et sans exception, à Jérusalem et dans le reste des territoires occupés », a déclaré M. Abbas à l'issue d'une réunion du nouveau comité central du Fateh, la principale instance dirigeante du mouvement. « Notre peuple est attaché à l'option de la paix, mais se réserve le droit de recourir à la résistance légitime, garantie par le droit international, contre l'occupation et la colonisation et pour atteindre ses objectifs qui sont la liberté, l'indépendance et la création de son État », a-t-il ajouté.

Il a également réaffirmé son attachement au droit de retour des réfugiés palestiniens, en déclarant que « la Palestine est la seule patrie du peuple palestinien, tout comme l'Égypte est pour les Égyptiens, le Liban pour les Libanais et la Jordanie pour les Jordaniens ».
M. Abbas a aussi salué les « efforts du président (américain) Barack Obama et son insistance sur la nécessité de la création d'un État palestinien et l'arrêt total de la colonisation ».

Le gel de la colonisation, réclamé par M. Obama et rejeté par le gouvernement israélien de droite dirigé par Benjamin Netanyahu, a provoqué de sérieuses tensions entre les États-Unis et Israël.
M. Abbas a en outre affirmé que le Fateh refusait un « État aux frontières temporaires », une solution souvent évoquée pour surmonter la difficulté de parvenir à un accord définitif. Il a par ailleurs affirmé que le congrès du Fateh, qui a injecté du sang neuf dans sa direction pour la première fois en vingt ans, a été « un grand succès ».

Le congrès, qui s'est ouvert le 4 août à Bethléem, en Cisjordanie, doit officiellement s'achever après l'annonce des résultats de l'élection d'une autre instance du Fateh, le Conseil révolutionnaire, attendue aujourd'hui. « Ce congrès marque le début d'un processus de réforme et de renouvellement au sein du Fateh », a dit M. Abbas, qui a été plébiscité à la tête du mouvement fondé par le leader historique Yasser Arafat à la fin des années 1950. Le Fateh monopolisait le pouvoir au sein de l'Autorité palestinienne avant d'être battu aux législatives en 2006 par le mouvement islamiste Hamas, qui l'a ensuite délogé par la force de la bande de Gaza en 2007. Son pouvoir se limite depuis à la Cisjordanie occupée par Israël. Le parti était en outre miné par des luttes de clans et un manque de discipline qui ont accéléré son déclin depuis la mort de Arafat en 2004. M. Abbas s'en est pris dans ses déclarations au Hamas pour avoir empêché des centaines de délégués du Fateh à Gaza d'assister au congrès, dénonçant « la répression pratiquée par les putschistes ».
Les élections du Fateh ont permis une entrée en force à sa direction de cadres de la nouvelle génération au profit de caciques, avec l'élection notamment de Marwan Barghouthi, figure de proue du mouvement emprisonné à vie en Israël, et d'hommes à poigne issus des services de sécurité comme Mohammad Dahlane et Jibril Rajoub. Un ténor du Fateh, l'ancien Premier ministre et ancien négociateur Ahmad Qoreï, qui a perdu son siège, a dénoncé des « manipulations » ayant selon lui entaché le scrutin, dans une interview au quotidien al-Quds al-Arabi publié à Londres. M. Abbas a minimisé ces propos, excluant toute « scission » au sein du parti.

Abbas Momani

AFP

14/08/2009

http://www.lorientlejour.com/article/627988/%3C%3C+La_Palestine_aux_Palestiniens_et_le_Liban_aux_Libanais+%3E%3E%2C_martele_Abbas.htm


Les commentaires sont fermés.