Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/09/2009

n°288 - journal de l'Afghanistan- 07-09 au 29-09 -: Début :- Obama est "impuissant" à arrêter la guerre en Irak ou en Afghanistan

n°288 -  journal de l'Afghanistan- 07-09 au 29-09  -: Début :- Obama est "impuissant" à arrêter la guerre en Irak ou en Afghanistan.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan n° 288 - du 07-09 au 29-09

                C.De Broeder & M.Lemaire                         



Avant propos

La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable.

Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être’.

(MICHEL BOUNAN)

 

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... i

·                     dem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

·                      

Ps : Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: 'Al Qaïda'  & Al-Zarqaoui, Ben Laden Mollah Omar  = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance. Idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes.


 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

a)   sur mes blog : 

http://www.blogs.dhnet.be/categories/International.html

http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

b) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html


 Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

Tiré à part :

Jacques Baud: «Les Américains ne recherchent même plus Ben Laden»

Ben Laden : Obama est "impuissant" à arrêter la guerre en Irak ou en Afghanistan.

Omar assure que les troupes étrangères seront défaites.

Le mollah Omar, conseille aux forces de l'OTAN de réviser l'histoire de l'Afghanistan…

Afghanistan: seul un échantillon des bulletins litigieux sera recompté.

Les journalistes dépêchés en Afghanistan surveillés de près. 

Paroles & action du président...

L’Afghanistan au cœur des débats.

Barack Obama a des doutes sur le scrutin afghan.

Obama comprend la lassitude de l'opinion US sur l'Afghanistan.

1 Analyse & déclaration :

Résistance

Occupants:

2 Occupation de l'Afghanistan 

Suite

Les forces en présence

3 Politique

1) collaborateurs afghans

2) occupants 



Tiré à part :

Jacques Baud: «Les Américains ne recherchent même plus Ben Laden» 

Jacques Baud estime qu'en Afghanistan les Américains ont d'autres priorités que de mettre la main sur Ben Laden.

Ancien membre des services secrets suisses, auteur d'une «Encyclopédie des terrorismes», le colonel Jacques Baud révèle que la traque du leader d'Al-Qaida a cessé en juillet 2009

Cette année, Oussama ben Laden était en retard: il ne s'est manifesté que deux jours après l'anniversaire des attentats du 11 septembre 2001.

Contrairement aux années précédentes, son message de 11 minutes, diffusé sur le site As-Sahab, ne comportait pas de menaces contre l'Occident.

Pour le colonel Jacques Baud, auteur de «Djihad. L'asymétrie entre fanatisme et incompréhension» (*), le fondateur d'Al-Qaida ne joue plus qu'un rôle très marginal dans le terrorisme.
Comment expliquez-vous qu'en huit ans, les Américains n'aient jamais pu arrêter Ben Laden?
Ils n'ont jamais véritablement cherché à le capturer.

Après les attentats du 11 septembre, les Etats-Unis ont surtout voulu faire une démonstration de force contre les djihadistes en appuyant de manière démonstrative par des bombardements les troupes de l'Alliance du Nord contre les résistants, mais avec seulement quelques centaines d'hommes des forces spéciales qui pensaient pouvoir s'emparer relativement facilement de Ben Laden.

Malgré tout, les présidents Bush et Obama ont présenté et présentent la capture de Ben Laden comme leur priorité...
Ben Laden reste une figure symbolique dont l'arrestation marquerait certainement un succès populaire contre le terrorisme. Mais en réalité, on n'a jamais pu démontrer son implication effective dans le 11 septembre 2001,
et son rôle effectif dans le terrorisme islamiste reste vraisemblablement marginal.

On peut rappeler ici que les résistants ne sont pas classés parmi les organisations terroristes par les USA.

Donc, selon vous, on ne le recherche même pas?
Disons que ce n'est pas une priorité.

La cellule de la CIA spécialisée dans la traque de Ben Laden a été dissoute en 2006 et cet été, en juillet, le commandement d'Enduring Freedom en Afghanistan, qui a succédé à l'opération Infinite Justice, a décidé de ne plus se concentrer sur Oussama ben Laden, mais sur les djihadistes.

En Afghanistan, d'autres problèmes plus importants doivent être résolus.

Pensez-vous que les résistants peuvent revenir au pouvoir en Afghanistan?
L'avenir le dira! C'est probablement pour maintenir une porte ouverte qu'ils n'ont pas été désignés comme «terroristes».

(*) Jacques Baud, «Djihad. L'asymétrie entre fanatisme et incompréhension», Editions Lavauzelle, 175 pages.

19/9

http://www.lematin.ch/actu/suisse/americains-ne-recherchent-ben-laden-167955


Ben Laden : Obama est "impuissant" à arrêter la guerre en Irak ou en Afghanistan.

Deux jours après l'anniversaire des attentats du 11-Septembre, Oussama Ben Laden déclare dans une nouvelle cassette diffusée dimanche que le président américain est "impuissant" à arrêter la guerre en Irak ou en Afghanistan, d'après une transcription du message de l'organisation terroriste.

Une organisation spécialisée dans le suivi des mouvements terroristes, SITE Intelligence, a traduit la vidéo de 11 minutes montrant simplement une photo du chef d'Al-Qaïda tandis que défile son message audio.

Selon la traduction assurée par SITE-Intelligence, Ben Laden déclare intervenir pour rappeler aux Américains "les causes" qui ont conduit aux attentats du 11-Septembre, et en premier lieu, "votre soutien à vos alliés israéliens qui occupent notre terre de Palestine".

Le chef de la nébuleuse terroriste juge fallacieux l'argument selon lequel la guerre est nécessaire à la sécurité des Etats-Unis, estimant que la Maison Blanche ne fait que suivre la stratégie des anciens président George W. Bush et vice-président Dick Cheney pour "promouvoir la politique de la peur pour vendre les intérêts des grandes firmes".

Quand, poursuit Ben Laden, Barack Obama est devenu président et qu'il a conservé nombre des chefs militaires de son prédécesseur dont le secrétaire d'Etat à la Defense Robert Gates, "les gens sensés ont su qu'Obama était un homme impuissant qui ne sera pas capable de finir la guerre comme il l'a promis".

"Si vous terminez la guerre, soit. Mais si vous la poursuivez, nous en ferons de même et continuerons notre guerre d'usure contre vous par tous les moyens possibles".

AP

Sur le Net:

SITE Intelligence Group: https://www.siteintelgroup.com/

IntelCenter: http://www.intelcenter.com/

14/9

http://fr.news.yahoo.com/3/20090914/twl-usa-ben-laden-cassette-224d7fb_3.html


Omar assure que les troupes étrangères seront défaites. 
Le chef des résistants afghans, le mollah Omar, a assuré samedi que les troupes étrangères en Afghanistan allaient connaître prochainement une "défaite sans équivoque".

A quelques semaines du huitième anniversaire de l'invasion américaine, le chef militaire des résistants.

Omar, a décrit l'Afghanistan comme le tombeau des troupes "coloniales".

Dans cette déclaration il a évoqué les "pertes énormes et le moral en baisse" dans les rangs des quelque 100.000 combattants étrangers, confrontés à une recrudescence des attaques des résistants qui ont fait bien plus de 350 tués dans leurs rangs depuis janvier.

"Plus l'ennemi s'en remet à une augmentation de troupes, plus il sera confronté à une défaite sans équivoque", assure le mollah dans sa déclaration.

Dans sa déclaration, le mollah Omar considère qu'en maintenant leurs troupes en Afghanistan, les gouvernements occidentaux "ne feront que prolonger la crise actuelle, mais ne la résoudront jamais".

"Les envahisseurs devraient étudier l'histoire de l'Afghanistan depuis les temps de l'agression d'Alexandre jusqu'à aujourd'hui et en tirer les leçons", ajoute le mollah Omar, selon la version en anglais de sa déclaration.

Le mollah Omar qualifie de "corrompu" et "tyrannique" le gouvernement du président Hamid Karzaï, dont la victoire aux élections du 20 août, avec près de 55% des votes selon des résultats non définitifs, est controversée en raison d'irrégularités.

Les Afghans, poursuit le mollah Omar dans sa déclaration, doivent "éviter les coups de bluff" des Occidentaux.

"La corruption endémique dans le gouvernement fantoche, les détournements d'argent, le trafic de drogue, l'existence de réseaux maffieux, la tyrannie et la brutalité des seigneurs de la guerre (...) font partie des plans coloniaux", assure le mollah Omar.

"L'Occident n'a pas à mener cette guerre", a-t-il ajouté, prévenant que l'idée que ce conflit le protègera du terrorisme est une "outrance sans fondement".

19.09.09
Le Monde


Le mollah Omar, conseille aux forces de l'OTAN de réviser l'histoire de l'Afghanistan…

 Le chef des résistants, le mollah Omar, conseille aux forces de l'OTAN de réviser l'histoire de l'Afghanistan et des défaites infligées aux armées des "envahisseurs", dans un message publié samedi sur un site Internet islamiste.

"Nous aimerions souligner que nous avons combattu contre les envahisseurs britanniques pendant 80 ans, de 1839 à 1919 et obtenu en définitive l'indépendance en battant" le Royaume-Uni, explique le mollah Omar dans son message.

"Aujourd'hui, nous avons une forte détermination, un entraînement militaire, des armes efficaces. Nous sommes encore prêts pour une longue guerre et la situation régionale joue en notre faveur.

Dès lors, nous continuerons de livrer la guerre sainte jusqu'à notre indépendance et contraindre les envahisseurs au retrait", ajoute-t-il dans ce message non authentifié dans l'immédiat.

Il a cependant été mis en ligne sur un site web fréquemment utilisé par les résistants afghans & Pakistanais.

19 sep

 

Associated Press

 http://qc.news.yahoo.com/indepth/afghanistan/s/capress/090919/monde/20090919_afghanistan_mollah_omar_2


Afghanistan: seul un échantillon des bulletins litigieux sera recompté.

La Commission des plaintes électorales, une instance soutenue par les Nations unies, a accepté que ne soit recompté qu'un échantillon des bulletins litigieux de l'élection présidentielle afghane, a-t-on appris lundi de source officielle.

Selon des résultats partiels, le président sortant Hamid Karzaï est crédité de 54,6% des suffrages lors du scrutin du 20 août. L'invalidation d'un nombre suffisant de voix pourrait le faire passer sous la barre des 50% et ainsi entraîner la tenue d'un second tour contre son principal adversaire, Abdullah Abdullah.

Le temps presse pour la tenue d'un second tour: l'hiver arrive tôt en Afghanistan et de nombreuses routes seront impraticables. Mais attendre le printemps pourrait entraîner un vide politique dans un pays déjà déstabilisé par les résistants.

La Commission des plaintes électorales a constaté des "preuves avérées de fraudes" et ordonné un nouveau décompte des voix dans environ 3.000 bureaux de vote. Selon les autorités afghanes, un recomptage de tous les bulletins pourrait prendre deux à trois mois.

Pour accélérer ce processus, la Commission des plaintes a accepté que seul un échantillon soit recompté, a expliqué son responsable, le Canadien Grant Kippen. Elle étudie avec la Commission électorale et des experts le nombre de bulletins qui devront être examinés.

"Nous gagnerons du temps" en examinant un échantillon plutôt que chaque bulletin de vote, a-t-il souligné. Grant Kippen a assuré que cette procédure permettrait de donner une image représentative du vote, la comparant aux sondages.

21/9

http://fr.news.yahoo.com/3/20090921/twl-afghanistan-elect...

Les journalistes dépêchés en Afghanistan surveillés de près.

Les correspondants de guerre couvrant les opérations des Forces canadiennes en Afghanistan comptent de nombreux lecteurs assidus, mais, parmi ces derniers, aucun ne leur est plus fidèle que le gouvernement canadien.

Des documents obtenus par La Presse canadienne permettent d'apprendre jusqu'à quel point les reporters en poste au terrain d'aviation de Kandahar sont surveillés par les officiers sur place. Les articles des journalistes sont ensuite envoyés à des responsables gouvernementaux à Ottawa.
Obtenus en vertu des dispositions de la Loi sur l'accès à l'information, les documents montrent que les questions posées par les journalistes, ce qu'ils écrivent et ce qui leur est dit font l'objet de notes que s'échangent des officiers à Kandahar, leurs commandants à Ottawa ainsi que des responsables civils en contact avec le premier ministre fédéral Stephen Harper.
Chris Waddell, professeur de journalisme à l'Université Carleton, à Ottawa, affirme que personne ne devrait s'étonner du fait que les reporters sont surveillés de près. Toutefois, l'ampleur de cette surveillance démontre l'importance qu'accorde le gouvernement conservateur aux informations en provenance d'Afghanistan. «Ils veulent contrôler les médias et veulent contrôler ce qui se passe et ce qui arrive de Kandahar. Ils ne veulent pas être pris par surprise lors de la période des questions», a déclaré M. Waddell. «Les médias ne réalisent peut-être pas à quel point ils sont surveillés», a-t-il ajouté.
Au moins six organismes reçoivent les notes d'information. Ils incluent le quartier général à Ottawa de la force opérationnelle déployée en Afghanistan, le ministère fédéral des Affaires étrangères, l'Agence canadienne de développement international (ACDI), le bureau militaire des opérations psychologiques, celui du vérificateur militaire ainsi que le Bureau du Conseil privé.
Les documents détaillent quelles informations les journalistes ont souhaité obtenir et quels sont les sujets sur lesquels ils travaillent.

14/9

http://www.ledevoir.com/2009/09/14/266904.html



Paroles & action du président...

L’Afghanistan au cœur des débats.

Barack Obama a des doutes sur le scrutin afghan.

Le président Obama a exprimé, dimanche 20 septembre, pour la première fois en public, ses doutes sur la présidentielle afghane.

L'élection "ne s'est pas déroulée aussi bien que je l'aurais espéré et le déroulement du scrutin dans certaines régions pose de graves questions (...). Des fraudes ont été signalées, cela ne fait pas de doute et semble plutôt grave", a dit M. Obama sur la chaîne NBC.

De son côté, le commandant des forces internationales en Afghanistan, le général McChrystal, a prévenu que sans moyens militaires accrus, la coalition risque "un échec", selon un texte révélé lundi dans le Washington Post. "Echouer à reprendre l'initiative et à arrêter l'offensive insurgée à court terme (dans les douze mois) - en attendant que les capacités de sécurité afghanes mûrissent - risque de nous amener à une situation où il ne serait plus possible de vaincre", écrit-il.

21/9

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/09/21/afghanistan-les-résistants-arrivent-dans-le-nord-les-humiliations-aussi_1243012_3216.html

 

Obama comprend la lassitude de l'opinion US sur l'Afghanistan.

Le président américain Barack Obama a dit comprendre, vendredi, la "lassitude" des Américains à propos de la guerre en Afghanistan et a promis de poser des questions "très dures" à ses conseillers sur l'envoi de troupes supplémentaires dans le pays.

"Ce n'est pas facile, et je m'attends à des questions très dures de la part de l'opinion publique", a déclaré Obama lors de sa conférence de presse de clôture du sommet du G20 à Pittsburgh. "C'est exactement ce que je fais, poser certaines questions très dures", a-t-il dit.

"Je comprends la lassitude de l'opinion à propos de cette guerre, étant donné qu'elle s'ajoute à la lassitude à propos de la guerre en Irak", a-t-il ajouté.

Le général Stanley McChrystal, commandant des forces américaines et alliées en Afghanistan, devrait soumettre dans les heures qui viennent au Pentagone une requête formelle pour obtenir des renforts l'année prochaine.

De sources proches du gouvernement et du Congrès, le chiffre d'au moins 30.000 soldats et instructeurs est couramment évoqué.

Cette semaine, une version déclassifiée d'un rapport confidentiel de McChrystal a été diffusée par le Washington Post. L'officier y disait craindre un échec de l'intervention en Afghanistan sans l'envoi de renforts.

Mais Barack Obama a souligné qu'il voulait d'abord déterminer la bonne stratégie avant d'envisager des troupes supplémentaires.

26/9

http://fr.news.yahoo.com/4/20090926/twl-usa-obama-afghanistan-41953f5.html 




1 Analyse & déclaration

a) Résistance  

L'intensité des combats a régulièrement augmenté depuis fin 2001, les résistants étant en mesure peu à peu de relancer leurs attaques contre les forces occidentales.

AFP

08-09

Les résistants ont demandé lundi soir dans un communiqué que la communauté internationale fasse la lumière sur le "crime" commis à Kunduz.

Le communiqué transmis par courriel par les résistants montre une liste des noms, professions, âges et adresses des victimes civiles qu'ils disent avoir recensés pour le moment, au nombre de 79, parmi lesquelles figurent une vingtaine d'enfants dont le plus jeune a huit ans.

Les résistants affirment que ce bilan va encore augmenter.

(AFP /

http://www.romandie.com/ats/news/090908102841.akhpaox5.asp

 

Les résistants étendent leur emprise sur le Nord afghan.

La route, qui sinue dans les verdoyantes vallées du nord de l'Afghanistan, est bordée de panneaux sur lesquels des soldats afghans protègent des groupes de civils aux larges sourires.

Cette région d'aspect idyllique où les patrouilles sont surtout confiées au contingent allemand de l'Otan, fort de 4.000 hommes, est pourtant redevenue un terrain d'affrontement.

"Les résistants sont de retour dans plusieurs provinces du Nord", reconnaît Mohammad Omar, gouverneur de la province du Kunduz. "Les autorités locales ont besoin d'effectifs militaires étrangers plus importants pour éradiquer les résistants du Kunduz."

Niché dans les alpages qui s'étendent au nord de l'Hindou-Kouch, le Kunduz respirait le calme depuis l'éviction des résistants des poches de résistance pachtounes par les forces américaines et alliées en 2001. Les attaques y restaient rares quand d'autres parties du pays basculaient dans la violence.

Mais depuis l'an dernier, les résistants tentent de reconquérir d'anciens bastions du Nord, ce qui constitue en soi un revers pour les troupes étrangères qui contiennent déjà difficilement un regain d'insurrection dans le Sud.

"Il y a quelques secteurs, y compris au Kunduz, où l'insurrection se renforce", indique le contre-amiral Greg Smith, chargé de la communication publique auprès de la Force internationale d'assurance à la sécurité (Isaf).

"C'est une situation sérieuse si on la laisse se développer. (Nous nous) concentrons sur le Kunduz et d'autres régions pour inverser la tendance."

Les tensions se sont aggravées la semaine dernière lorsqu'un chasseur américain sollicité par des soldats allemands a ouvert le feu sur un convoi de carburant détourné par les résistants au cours d'un raid qui, selon le gouvernement, a fait de nombreuses victimes civiles. L'Otan, qui enquête sur cette affaire, a jugé possible que quelques civils aient péri dans le raid.

Les résistants ont annoncé des représailles après le pilonnage.

POINTS D'APPUI DE LA GUÉRILLA

Maolawi Ahmad, "gouverneur fantôme" du mouvement islamiste pour le Kunduz, assure disposer de 700 hommes dans une région où les résistants peuvent s'appuyer sur des villages pachtounes reculés échappant au contrôle de l'Otan et de l'armée afghane.

"Nous avons de quoi combattre les Allemands, les forces gouvernementales et toute personne prête à mourir", a-t-il dit par téléphone à Reuters sans plus de précision.

A un barrage routier, des policiers munis de mitrailleuses russes PK disent avoir pour instruction de prévenir des attaques des résistants sur la ville de Kunduz, bruyante agglomération dont le dédale de rues grouille d'habitants, de véhicules et d'enfants jouant avec des cerfs-volants.

"Nous devons maintenir la sécurité, les résistants essaient d'entrer en ville", déclare à Reuters Faizullah, le commandant du poste de contrôle. "Nous devons les intercepter."

Le jour où Faizullah s'adressait à Reuters, un kamikaze a blessé quatre soldats allemands dans un convoi près de Kunduz.

Selon la police locale, certains tronçons de la principale route reliant Kunduz à Kaboul sont passés sous le contrôle des résistants, qui dressent des barrages et attaquent des véhicules.

Le gouverneur Omar précise que les résistants présents dans sa province viennent du Pakistan, de l'Ouzbékistan et de la région russe sécessionniste de Tchétchénie. Selon lui, ils gagnent du terrain dans l'ensemble de la région septentrionale où l'Afghanistan jouxte l'ancienne Asie centrale soviétique.

Peu avant la présidentielle du 20 août, une bombe posée sur une route avait tué six policiers afghans au Baghlan, province voisine qui connaît une activité insurrectionnelle croissante.

Certains habitants rapportent que les résistants prélèvent une taxe de 10% sur les commerçants tout en accomplissant des tâches quotidiennes régulières, dans l'agriculture ou ailleurs, ce qui leur permet de se fondre dans la population.

"Il y a des résistants partout. Les Allemands ont peur d'entrer dans l'un de ces villages", dit un journaliste local.

"Les gens ne sont pas contents par ici", confie de son côté Ibadullah, homme de 50 ans gagnant sa vie comme pousse-pousse. "Les résistants ne veulent rien voir reconstruire ici."

7/9

http://fr.news.yahoo.com/4/20090907/twl-afghanistan-résistants-nord-41953f5_1.html



b) Troupes d'occupation : Analyse & déclaration

USA & Coalition

Susan Cornwell et Adam Entous : Washington énonce ses objectifs en Afghanistan et au Pakistan.

Le gouvernement américain s'est fixé une série d'objectifs au Pakistan et en Afghanistan, avec l'ambition de réduire progressivement l'implication de Washington dans la région, montre un document consulté par Reuters. Le principal objectif est de "désorganiser les réseaux terroristes" dans les deux pays afin de réduire leur capacité de planifier et perpétrer des attentats à l'étranger. Il s'appuie sur un renforcement des capacités de contre-insurrection au Pakistan et de l'autonomie des forces de sécurité afghanes.

Ce document provisoire, intitulé "Evaluer les progrès en Afghanistan et au Pakistan", a été transmis au Congrès par l'administration Obama dans l'attente d'une probable demande de renforts et de matériel par le commandant des forces américaines et de l'Otan en Afghanistan, le général Stanley McChrystal.

Ce dernier a annoncé à la fin août qu'il avait mis la touche finale à un rapport secret exposant une stratégie révisée de la conduite de la guerre en Afghanistan.

Un débat est en cours dans l'administration Obama pour savoir s'il y a lieu d'envoyer de nouveaux renforts en Afghanistan à un moment où faiblit le soutien de l'opinion américaine aux opérations militaires engagées depuis 2001.

Le gouvernement fédéral souligne qu'aucune décision n'est imminente sur cette question, comme l'a rappelé mercredi Barack Obama après un entretien avec le Premier ministre canadien Stephen Harper.

"Il faut d'abord définir la bonne stratégie avant de déterminer les ressources", a déclaré le président américain.

L'ancien candidat républicain à la présidence, le sénateur John McCain, membre de la commission des Forces armées, juge qu'il faudra envoyer des dizaines de milliers d'hommes en renfort en Afghanistan, comme les Etats-Unis l'ont déjà fait en Irak, même s'il assure qu'il s'appuiera sur les recommandations du général McChrystal.

Les démocrates plaident au contraire pour un renforcement des forces de sécurité afghanes avant l'envoi de nouveaux effectifs de combat américains sur le terrain.

Le général McChrystal commande quelque 103.000 soldats occidentaux en Afghanistan, dont 63.000 Américains arrivés cette année pour la moitié d'entre eux dans le cadre d'un renforcement stratégique amorcé sous la présidence de George Bush et poursuivi sous celle de Barack Obama.

La force existante est censée passer à 110.000 hommes - dont 68.000 soldats américains - d'ici la fin de l'année.

UN DOCUMENT EN SEPT POINTS

Voici les objectifs figurant sur le document:

OBJECTIF 1 : Désorganiser les réseaux terroristes en Afghanistan et particulièrement au Pakistan pour affaiblir toute capacité qu'ils ont de planifier et de lancer des attaques terroristes internationales.

OBJECTIF 2a : Contribuer aux efforts pour améliorer un contrôle civil et un gouvernement constitutionnel stable au Pakistan.

OBJECTIF 2b : Développer les capacités de contre-insurrection du Pakistan; continuer de soutenir les efforts du Pakistan pour vaincre les groupes terroristes et résistants.

OBJECTIF 2c : Impliquer plus activement la communauté internationale pour forger un consensus international en vue de stabiliser le Pakistan.

OBJECTIF 3a : Vaincre l'insurrection extrémiste, assurer la sécurité de la population afghane et développer des forces de sécurité afghanes de plus en plus indépendantes capables de diriger les efforts de contre-insurrection et d'antiterrorisme avec une aide américaine réduite.

OBJECTIF 3b : Promouvoir un gouvernement plus capable, responsable et efficace en Afghanistan, au service du peuple afghan, qui pourra au final fonctionner avec un soutien international limité, en particulier en ce qui concerne la sécurité intérieure.

OBJECTIF 3c : Impliquer plus activement la communauté internationale pour forger un consensus international en vue de stabiliser l'Afghanistan.

Susan Cornwell et Adam Entous

Reuters

16 septembre,

Version française Jean-Stéphane Brosse

http://fr.news.yahoo.com/4/20090916/twl-usa-afghanistan-pakistan-41953f5_1.html

 

McChrystal : Afghanistan : la mission "se solderait probablement par un échec".

Dans un rapport toujours confidentiel qui a fuité lundi dans la presse, le commandant en chef des forces américaines et de l'Otan en Afghanistan estime nécessaire d'envoyer des renforts.

A défaut, la mission "se solderait probablement par un échec", écrit-il dans cette note confidentielle.

Certains responsables américains s'attendent à ce que le général réclame environ 30.000 soldats et instructeurs supplémentaires.

Le président afghan, Hamid Karzaï, a apporté son soutien aux renforts préconisés par le commandant des forces alliées en Afghanistan, estimant que le général Stanley McChrystal avait choisi "la bonne approche".

"J'ai trouvé des éléments très importants dans ce rapport que je soutiens totalement (...) où le général McChrystal demande plus de moyens dans tous les aspects afin d'accentuer l'effort contre le terrorisme", a-t-il dit dans une interview accordée à Kaboul à la chaîne américaine CNN.

"Il a notre entier soutien", a-t-il ajouté.

Le nombre de soldats américains a presque doublé cette année, passant de 32.000 à 62.000, et le contingent pourrait être encore augmenté par la présence de 6.000 hommes supplémentaires à la fin de l'année. Les autres pays participant à l'effort de guerre fournissent quelque 40.000 soldats.

22/9

http://fr.news.yahoo.com/4/20090922/twl-afghanistan-karzai-bd5ae06.html


Otan- Isaf 

08-09

L’Otan vient d'annoncer une nouvelle stratégie visant à protéger les civils et gagner la sympathie de la population.

Les bavures des forces internationales se sont multipliées ces derniers mois. Les civils restent les premières victimes du conflit.

(AFP /

http://www.romandie.com/ats/news/090908102841.akhpaox5.asp


Les commentaires sont fermés.