Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/10/2009

n°13 - Dossier d'Iran - 02-10 - : Début -: Attaquer l'Iran serait «pratique» selon le général Clark.


n°13 - Dossier d'Iran - 02-10 - : Début -: Attaquer l'Iran serait «pratique» selon le général Clark.



Dossier d'Iran   n°13 du 02-10

                              C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos  

1-1 Ahmadinejad à l'ONU : L'intégrale Part 1/2

1-2 Ahmadinejad à l'ONU : L'intégrale Part 2/2

1-3 Ahmadinejad interview France2 22.09.2009

1-4 Ahmadinejad prêt à discuter avec Obama devant les médias internationaux.

2 Les brèves

2-1 Julian Beltrame : Attaquer l'Iran serait «pratique» selon le général Clark.

2-2 Israël n'a offert "aucune garantie" de ne pas attaquer.

2-3 L'incongruité détruit l'esprit.

2-4 Plus de mensonges et de tromperie.  

2-5 Qui viole les règles ? L'Iran ou les Etats-Unis ?  

2-6 Nucléaire: Ahmadinejad propose une rencontre entre experts étrangers et iraniens.

2-7 Le geste « radieux » de Téhéran.

2-8 L'Iran va proposer aux grandes puissances qu'un tiers enrichisse l'uranium.

2-9 Ahmadinejad : "Le peuple français mérite mieux que ses dirigeants".

2-10 Ahmadinejad répond à Sarkozy.

2-11 Le Général Jean-Louis Georgelin, chef d'état-major des armées françaises : "Je ne pense pas qu'une option militaire soit toujours envisageable à ce stade".

Suite

2 Dossier & Point de vue

2-1Les Iraniens sont favorables à des relations diplomatiques avec les Etats Unis mais font peu confiance à Obama.

2-2 Paul Craig Roberts : Menaces Nucléaires : Sanctions Paralysantes contre les 2 Puissances Nucléaires Va-T-En Guerre (Israël Et US....) Et Non Pas Contre l'Iran.

2-3 L'incongruité détruit l'esprit.

2-4 Mohamad Al-Saïd Idris : Le Moyen-Orient et le spectre d'une guerre nucléaire.

2-5 Karl Müller : Maintenant il s’agit de négocier avec l’Iran – honnêtement et sur la base du droit!

4-6 Karl Müller : Les cinq cherchent-ils à provoquer une escalade vers la guerre ?

Fin

3 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Leila Mazboudi : Menaces de guerre israéliennes: cri de détresse ou cri de guerre ??

5-2 Que doit faire Ahmadinejad pour recevoir le prix Nobel ? 

 



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : la publication de l'article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information. 

 

1-1 Ahmadinejad à l'ONU : L'intégrale Part 1/2

Voici le discours de Mahmoud Ahmadinejad. Dites-moi où l'on voit, où l'ont trouve une dialectique guerrière ? Dites-moi où l'homme fort de Téhéran prône la haine ?

http://www.wat.tv/video/ahmadinejad-l-onu-integrale-1t9ym_1cncm_.html

 

1-2 Ahmadinejad à l'ONU : L'intégrale Part 2/2

http://www.wat.tv/video/ahmadinejad-l-onu-integrale-1tadj_1cncm_.html

 

1-3 Ahmadinejad interview France2 22.09.2009

 http://www.dailymotion.com/video/xaktl6_ahmadinejad-interview-france2-22092_news 


1-4 Ahmadinejad prêt à discuter avec Obama devant les médias internationaux.

"Je l'ai dit du temps de l'ancien président George Bush et je le redis aujourd'hui alors que Barak Obama occupe la présidence des Etats-Unis; nous sommes prêts à discuter et à dialoguer sur des questions internationales devant les médias, ce qui est le meilleur moyen de régler les problèmes", a déclaré le président Ahmadinejad.
L'Iran ne négociera jamais son droit "légitime" à l'énergie nucléaire mais poursuivra son programme en étroite coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a assuré le président Mahmoud Ahmadinejad.
"De notre point de vue, la question nucléaire est close. Nous ne négocierons pas de nos droits incontestables" en matière nucléaire, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse.
Il a précisé que l'Iran est prêt à un dialogue sur le nucléaire dans un cadre "juste et logique" avec les grandes puissances du groupe 5+1."Nous avons proposé un dialogue dans un cadre rationel et juste avec tous les pays qui peuvent permettre de changer les choses" dans les affaires internationales, a-t-il affirmé.
"Nous avons dit deux choses essentielles : il s'agit pour l'Iran de premièrement créer des opportunités pour utiliser à des fins pacifiques l'énergie nucléaire et deuxièmement prévenir le développement des armes à destruction massive", a-t-il poursuivi.
"Notre paquet de propositions est une réponse à la demande de reprise des négociations. Nous avons fixé le cadre et fait nos propositions", a-t-il ajouté.
"Les grands pays occidentaux n'ont aucun intérêt à poursuivre leur politique d'hostilité passée. Nous sommes prêts cependant pour faire face à ces deux options, mais nous préférons qu'ils changent d'approche et respectent les droits des peuples", a ajouté Mahmoud Ahmadinejad.
"Nous allons remettre dans un premier temps nos propositions au groupe 5+1. Un paquet a été préparé pour d'autres groupes de pays qui leur sera remis", a ajouté M. Ahmadinejad.
Il a affirmé que les pays européens et les Etats-Unis "doivent sortir de leur tour d'ivoire" et "changer d' attitudes en commençant par reconnaître les droits" de l'Iran en matière nucléaire.
"Ils ne tireront aucun bénéfice dans la poursuite de leur politique passée", a-t-il souligné.

08 Septembre

 http://www2.irna.ir/fr/

http://www.alterinfo.net/Le-president-iranien-est-pret-a-discuter-avec-le-president-americain-Barack-Obama-devant-les-medias-internationaux_a36410.html



2 Les brèves

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

2-1 Julian Beltrame : Attaquer l'Iran serait «pratique» selon le général Clark.

De passage au Economic Club of Canada, mardi, le général américain à la retraite, Wesley Clark, a également laissé sous-entendre qu'une attaque dirigée vers les installations nucléaires de l'Iran serait pratique, sur le plan militaire.

Le général Clark devait parler de sécurité énergétique, mais a paru anxieux d'émettre ses opinions sur d'autres sujets d'actualité pendant la période de questions.

Au sujet de l'Iran, soupçonné de vouloir se doter de la bombe nucléaire, le général Clark a reconnu qu'une attaque sur ses installations mènerait à une hausse du prix du pétrole et un certain chaos, mais serait pratique et peu coûteuse pour l'Occident.

Selon le conférencier, «le potentiel militaire de l'Iran s'écroulerait en l'espace de deux ou trois semaines».

Plus tard, le général Clark a confié à des reporters que le président Barack Obama avait raison de réévaluer la stratégie actuelle en Iran.

Selon le général, le plan d'action ne peut fonctionner parce que les forces de l'OTAN, incluant les troupes canadiennes, combattent au mauvais endroit.

Le général Clark a comparé la stratégie actuelle en Afghanistan à celle employée par les États-Unis pendant la désastreuse guerre du Vietnam, qui a fait 58 000 victimes parmi les troupes américaines.
Julian Beltrame
29/09/2009

Associated Press (AP) 

http://www.canoe.com/infos/international/archives/2009/09/20090929-221943.html


2-2 Israël n'a offert "aucune garantie" de ne pas attaquer.

Israël n'a donné "aucune garantie" à la Russie de ne pas attaquer les installations nucléaires de l'Iran, a affirmé lundi un haut responsable gouvernemental, en réagissant à des déclarations du président russe Dmitri Medvedev.

Dans une interview publiée dimanche, le président Medvedev a assuré que son homologue israélien, Shimon Peres, lui avait récemment confié que l'Etat hébreu n'avait pas l'intention d'attaquer l'Iran.

Les déclarations du président Peres "ne constituent certainement pas une garantie" qu'Israël n'attaquera pas l'Iran, a commenté le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon, cité par son porte-parole.

"Toutes les options sont sur la table", a-t-il répété.

Interrogée, la présidence israélienne s'est abstenue de tout commentaire, se refusant à confirmer ou démentir des déclarations attribuées à M. Peres, dont les fonctions sont essentiellement représentatives.

Le chef d'état-major, le général Gaby Ashkenazi, s'est refusé également à écarter l'option militaire, tout en disant préférer la carte diplomatique, dans une interview à la radio de l'armée.

"Le meilleur moyen (de faire pression sur Téhéran), ce sont des sanctions internationales (...)", a estimé le général Ashkenazi, en soulignant que "si le régime (iranien) est radical, il n'est pas irrationnel".

Toutefois, en cas d'échec de la politique de sanctions, "Israël se réserve le droit de se défendre et toutes les options sont sur la table", a dit le haut gradé. "Notre hypothèse de départ est que nous devons nous préparer à ce cas de figure. C'est précisément ce que nous faisons" a-t-il ajouté.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a jamais écarté l'option d'une frappe militaire contre l'Iran, insistant sur le fait qu'Israël ne permettrait pas que le régime de Téhéran, qui affirme vouloir rayer l'Etat hébreu de la carte, puisse disposer de l'arme atomique.

M. Netanyahu doit prononcer un discours, qualifié de "crucial" par son entourage, sur la "menace nucléaire iranienne" jeudi à l'Assemblée générale des Nations unies à New York.21/9
http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-40407736@7-60,0.html


2-3 L'incongruité détruit l'esprit.

Voyez Obama, avec ses troupes engagés dans des guerres en Irak, en Afghanistan, et au Pakistan, exigeant qu'une nation pacifique produisent les preuves de « ses intentions paisibles ou être jugé selon les normes et le droit international. »  
 C'est le gouvernement Américain et ses états marionnettes de l'OTAN, et les bellicistes Israéliens, qui doivent être normalement  jugé selon le droit international.

Au regard du droit international,  les Etats-Unis, ses marionnettes de l'OTAN, et Israël sont les gouvernements responsables de crimes de guerre. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Tout est dit. Les Etats-Unis, Israël, et les Etats marionnettes de l'OTAN ont commis des agressions militaires à l’image du Troisième Reich Allemand, et ils ont assassiné un grand nombre de civils.

D’après le livre du Führer, « les grandes républiques démocratiques » ont justifié ces actes de non droit avec le mensonge et la duperie. Rudolph Giuliani, ancien Procureur des Etats-Unis, qui a pris en charges des victimes « de haute valeur » afin d’obtenir de la reconnaissance pour se carrière politique, en organisant un rassemblement contre l'Iran à New York le 25 septembre. Selon Richard Silverstein de AlterNet, le rassemblement a été commandité par un groupe de lobbies Israélien et une organisation ayant des liens avec une organisation terroriste Iranienne (financée probablement par le gouvernement Américain) qui appelle au renversement violent du gouvernement Iranien.  
 
http://vdare.com/roberts/070510_giuliani.htm  
 Les efforts pour augmenter la pression pour des actes de guerre contre l'Iran continuent en dépit des déclarations répétées de l'AIEA sur le fait qu'il n'y a aucun signe laissant entrevoir un programme d'armement nucléaire Iranien, et en dépit des confirmations des services secrets Américains que l'Iran a abandonné depuis des années son programme d'armement nucléaires.  
 Pendant ce temps, les gouvernements Israélien et Américain, qui sont si soucieux du droit international et de juger les pays qui le violent, ont tout fait pour empêcher que le rapport du juge Richard Goldstone arrive au Conseil de Sécurité de l'ONU.  
 http://www.forward.com/articles/114867/

Pourquoi?  
Le rapport du juge Goldstone a conclu qu’Israël était coupable de crimes de guerre lors de son assaut militaire massif contre les civils et les infrastructures civiles à Gaza.  
 Les efforts continus des 2 Etats bellicistes agresseurs, les Etats-Unis et Israël, pour diaboliser l'Iran ont été soulignés lors du discours d’Ahmadinejad à l'Assemblée Générale de l'ONU (23 septembre).
Ahmadinejad a parlé des attaques contre la dignité humaine et les valeurs spirituelles, par les intérêts matérialistes et égoïstes des Etats-Unis et de ses marionnettes. Recherchant l'hégémonie  « sous couvert d’œuvrer pour la liberté, » les Etats-Unis et ses marionnettes utilisent « les méthodes les plus abjectes d'intimidation et de tromperie » pour cacher qu'ils sont « les premier à violer » les principes fondamentaux qu'ils embrassent et qu’ils appliquent aux autres.  
http://www6.lexisnexis.com/publisher/EndUser?Action=UserDisplayFullDocument&orgId=574&topicId=100007193&docId=l:1044941407&isRss=true
Pourquoi, demande Ahmadinejad à l'Assemblée générale de l'ONU, les pays du monde ne font rien alors qu’Israël assassine et spolie le peuple Palestinien?  
 Pourquoi, demande Ahmadinejad, les pays du monde ne font rien alors que les Etats-Unis envoient, à des milliers de kilomètres, des troupes au Moyen-Orient, « répandant dans toute la région, la guerre, les carnages, les agressions, la terreur et l'intimidation, » tout en blâmant les pays qui souffrent des agressions de l'Occident ?  
Ahmadinejad a dit à l'Assemblée Générale ce que la plupart des représentants de l'ONU savent déjà, que « l’égoïsme et l'avarice insatiable ont remplacé les concepts humanitaires comme l'amour, le sacrifice, la dignité, et la justice. … les mensonges ont remplacé l'honnêteté ; l'hypocrisie a remplacé l'intégrité, et l'égoïsme a remplacé le sacrifice. La tromperie dans les affaires étrangères s'appelle la prévoyance et le sens politique, piller la richesse d'autres nations s'appelle faire des efforts de développement ; l’occupation est présenté comme un cadeau qui favorise la liberté et la démocratie ; et les nations sans défense sont soumises à la répression au nom de la défense des droits de l'homme. »  
Cela ne peut pas être dit plus clairement. Cependant, si le discours d'Ahmadinejad est rapporté par les journaux Américains et les médias télévisés, ses phrases seront prises hors de leur contexte et utilisées pour exaspérer les conservateurs et les Sionistes Chrétiens afin de les unifier derrière le plan d’assaut  d’Obama/ Israël sur l'Iran.  
 A l’image de Rome, l'Amérique ne sera pas rassasiée avant qu’elle ait plus d'ennemis et plus de guerres qu'elle ne peut en supporter pour sa survie.
Traduction Alter Info
 
http://www.infowars.com/more-lies-more-deception/

http://www.alterinfo.net/Plus-de-mensonges-et-de-tromperie_a37334.html


2-4 Plus de mensonges et de tromperie.  

Ahamdinejad dit tout haut ce que les autres n'osent même pas aborder en pensée.

La mauvaise foi des sionistes (USA+Israel+Europe) atteint son paroxysme. Tout opposant au projet de l'hégémonie Israélo-Américaine est aussitôt diabolisé avec des moyens ne reposant que sur le mensonge, la tromperie et la violence. Le mensonge a atteint un tel paroxysme que nos gouvernement et nos médias nous font passer l'Iran et Ahamdinejad comme l'Allemagne Nazi d'Hitler alors que la réalité la plus absolue veut que ce soit le camp occidental qui, preuves et faits à l'appui, a commis les pires atrocités et ceci en prétendant faire le bien.

Mardi 29 Septembre 2009

Les ministres du G-20 ont qualifié la réunion de Pittsburgh de succès, mais comme l’a rapporté Rob Kall dans OpEdNews.com, le principal  succès du sommet a été de transformer Pittsburgh en « une ville fantôme, vidée de ses travailleurs et de ses piétons, mais remplie à craquer de plus de 12.000 policiers venus de partout des Etats-Unis. »  
 Voila ce qu’on appelle « la liberté et la démocratie » en marche. Les dirigeants des pays du G-20, qui représentent 85% des revenus mondiaux, ne peuvent pas se réunir dans une ville Américaine sans 12.000 policiers équipés comme les soldats de l'empereur dans Star Wars. Et le gouvernement Américain se plaint après cela au sujet de l'Iran.  
 Les plaintes du gouvernement Américains au sujet de l'Iran ont atteint un nouveau niveau d’alerte aigu. Le 25 Septembre Obama a déclaré : « L’Iran viole les règles que toutes les nations doivent suivre. » Les chefs d’Etat Britanniques, Français, et Allemands, véritables marionnettes des Américains, ont ajouté de leur poids à deux sous, donnant au gouvernement Iranien trois mois pour satisfaire « les demandes de la communauté internationale » pour abandonner ses droits en  tant que signataire du Traité de Non Prolifération de l'énergie nucléaire. Au cas où vous ne le sauriez pas, le terme de « communauté internationale » est un raccourci pour ne pas dire les USA, Israël, et l'Europe, une poignée de pays riches et arrogants qui oppriment le reste du monde.  
http://cnnwire.blogs.cnn.com/2009/09/25/iran-is-breaking-...


2-5 Qui viole les règles ? L'Iran ou les Etats-Unis ?  
L'Iran insistte sur le fait que le gouvernement des Etats-Unis est soumis au Traité de Non Prolifération que les Etats-Unis ont eux-mêmes lancé et poussé et que l'Iran a signé. Mais le gouvernement Américain, qui est actuellement engagé dans trois guerres d'agression et a des troupes d’occupation dans un certain nombre d'autres pays, insiste sur le fait que l'Iran, qui n’a envahi et occupé aucun pays, ne peut pas être digne de confiance au sujet de l'énergie nucléaire, parce cela leur donnerait la capacité à l'avenir de disposer de l'arme nucléaire, comme Israël, l'Inde, et le Pakistan, tous non-signataires du Traité de Non Prolifération nucléaire, des pays qui, à la différence de l'Iran, ne se sont jamais soumis aux inspections de l'AIEA. En effet, à ce moment même le gouvernement Israélien crie et hurle à  « l’antisémitisme » quand on leur suggère de se soumettre aux inspections de l'AIEA. L'Iran se soumet aux inspections de l'AIEA depuis des années.    
 En accord avec ses engagements aux termes du traité, le 21 Septembre l'Iran a révélé à l'Agence Internationale de l'Energie Atomique qu'ils construisent une autre installation nucléaire. Le Premier Ministre Britannique Gordon Brown a confondu la révélation de l'Iran avec « mensonges en série, » et a déclaré, « nous ne laisserons pas les choses continuer. »
 Quelles choses ? Pourquoi Gordon Brown pense-t-il que la révélation de l'Iran à l'AIEA est un leurre ? Est-ce que cet imbécile de Premier Ministre Britannique sous-entend que l'Iran prétend construire une usine mais ne l'est pas, et de ce fait en le révélant, trompe le monde ?  
  Pour ne pas être submergé par la bêtise, de la bouche même d'Obama, tenant d’un double discours Orwellien : « Le gouvernement Iranien doit maintenant démontrer ses intentions pacifiques par des faits ou rendre des comptes selon les normes et le droit  international. »  
http://tpmlivewire.talkingpointsmemo.com/2009/09/obama-ia...


2-6 Nucléaire: Ahmadinejad propose une rencontre entre experts étrangers et iraniens.
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a proposé une rencontre entre des experts nucléaires étrangers et iraniens, un geste destiné à ôter toute suspicion sur le programme nucléaire iranien.
"Pourquoi ne pas simplement les laisser s'asseoir et discuter pour voir à quoi ils peuvent aboutir? Je pense que ce serait une bonne chose", a déclaré le président iranien, mercredi, à Newsweek et au Washington Post.
"C'est une proposition très solide qui constituerait une bonne occasion de commencer" à établir un lien de confiance entre les Etats-Unis et l'Iran.
M. Ahmadinejad a précisé que cette offre serait formulée par un haut diplomate iranien lors de la réunion prévue le 1er octobre à Genève avec les six pays chargés du dossier nucléaire iranien (Allemagne, Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni).
M. Ahmadinejad a également déclaré que l'Iran proposerait d'acheter aux Américains l'uranium enrichi dont il a besoin au niveau médical.
Réagissant à cette offre l'analyste Jacqueline Shire, du centre de réflexion Isis, a considéré que "cela témoigne d'une nouvelle approche".
Cette demande "permet à l'Iran d'invoquer un usage humanitaire du nucléaire", ajoute Jacqueline Shire, qui explique que "c'est un calcul habile vis-à-vis de l'opinion internationale".
Entre-temps, les Etats-Unis ont accueilli prudemment la nouvelle offre du président Ahmadinejad, sans la commenter sur le fond.
"Si l'Iran a des propositions constructives pour répondre aux inquiétudes de la communauté internationale sur son programme nucléaire, il dispose de canaux diplomatiques pour le faire", a estimé Philip Crowley, principal porte-parole du département d'Etat.
"Nous sommes prêts à examiner les propositions constructives, mais nous attendons aussi une réponse à notre grave inquiétude sur la nature de leur programme nucléaire", a déclaré un peu plus tard Ian Kelly, un autre porte-parole.
De son côté, le diplomate en chef de l'Union européenne, Javier Solana, a estimé que cette proposition "n'est pas un offre".
"Nous sommes prêts à parler de tout, pour autant que nous ayons la garantie que l'Iran n'a pas un programme (nucléaire) menant à quelque chose d'incompatible avec le Traité de non-prolifération", a-t-il ajouté à l'ONU.
Les autres représentants des Six se sont abstenus jeudi de commenter l'initiative iranienne.

URL de cet article: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15444

www.Mondialisation.ca

http://www.palestine-solidarite.org/actualite.Al-Manar.250909.htm
http://www.fischer02003.over-blog.com/article-36732532.html


2-7 Le geste « radieux » de Téhéran.

Parallèlement, une grande majorité de députés au Parlement iranien (239 sur 290) a averti les six grands Etats chargés des négociations sur le dossier nucléaire iranien controversé qu’il ne faudrait pas qu’ils ratent l’occasion « historique » que représente la réunion du 1er octobre à Genève.

Cherchant à montrer les bonnes intentions de l’Iran, le chef du programme nucléaire, Ali Akbar Salehi, a affirmé que son pays « informerait prochainement l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) du calendrier des inspections de son second site d’enrichissement à Fordoo, au sud de Téhéran ». La tension était montée d’un cran à l’annonce, vendredi, de l’existence de ce nouveau site, les Occidentaux, forts de leurs soupçons sur les ambitions militaires nucléaires de l’Iran, avaient brandi la menace de nouvelles sanctions contre ce pays. Mais Téhéran, cherchant à apaiser les inquiétudes et qui dément depuis des années vouloir se doter de l’arme atomique, a, dès le lendemain, assuré que le site serait placé sous la supervision de l’AIEA. L’Iran, soufflant le chaud et le froid, démontrait ensuite sa puissance balistique, son corps d’élite effectuant des manœuvres où ont été tirés, lundi, des missiles capables d’atteindre Israël, son ennemi juré ; il s’agit des missiles Ghadr-1, version améliorée du Shahab-3 d’une capacité de 1800 km, et d’un missile Sejil, d’une portée de 2000 km. Les responsables militaires iraniens annonçaient hier encore la construction prochaine d’une nouvelle génération « améliorée et ultradéveloppée » de Sejil. Ces tirs ont été qualifiés de « provocation » par les Etats-Unis qui ont menacé de nouvelles sanctions en cas d’échec des discussions à Genève.

Version améliorée de Sejil

Le négociateur en chef du dossier nucléaire iranien, Saïd Jalili, doit discuter avec des représentants de Chine, des Etats-Unis, de France, de Russie, du Royaume-Uni et d’Allemagne du paquet de propositions présentées par Téhéran. Ce paquet, destiné selon Téhéran à régler le problème de la prolifération nucléaire, ne mentionne ni le programme controversé iranien ni la question sensible de l’enrichissement d’uranium. Téhéran souhaite des discussions globales sur une série de questions intéressant le monde, affirmant qu’il a beaucoup à offrir pour la sécurité d’une région sensible où l’armée américaine est présente sur deux fronts, en Irak et en Afghanistan. Aussi, les autorités iraniennes refusent de céder leur « droit inaliénable » d’enrichir l’uranium pour alimenter leurs futures centrales. A Genève, Téhéran devrait aussi demander aux grandes puissances l’autorisation d’importer de l’uranium enrichi à 20%, destiné à un réacteur de recherche. Le groupe 5+1 a déjà fait des propositions à Téhéran incluant une amélioration des relations diplomatiques et une coopération technologique en échange d’une suspension de son programme nucléaire sensible, auxquelles l’Iran n’a pas donné suite. Après 14 mois d’impasse, l’Iran est sous le coup de trois résolutions de l’ONU assorties de sanctions. Mais l’insistance américaine sur un renforcement de celles-ci rencontre une réponse tiède des partenaires russes et chinois. Moscou a appelé la communauté internationale à ne pas « céder à l’émotion » et Pékin a dit espérer « une détente de la situation ».

Par Agences, H. M.

http://www.elwatan.com/Le-geste-radieux-de-Teheran


2-8 L'Iran va proposer aux grandes puissances qu'un tiers enrichisse l'uranium.
Le président Mahmoud Ahmadinejad a annoncé que l'Iran proposerait jeudi aux grandes puissances qu'un tiers enrichisse l'uranium pour son réacteur de recherche à Téhéran.
"L'un des sujets au menu de ces négociations est de savoir comment nous pouvons obtenir du combustible pour notre réacteur de Téhéran", a déclaré le président.
"Nous avons besoin d'uranium enrichi à 19,75%. Nous l'avons dit, et nous proposons de l'acheter à quiconque est prêt à nous le vendre. Nous sommes prêts à fournir de l'uranium enrichi à 3,5% et ils pourront l'enrichir davantage et nous le livrer à 19,75%", a-t-il poursuivi, cité par l'agence Isna.
L'Iran possède à Téhéran un petit réacteur de recherche de 5 mégawatts, fourni par les Etats-Unis avant la Révolution islamique.
C'est la première fois que l'Iran accepte de parler d'un aspect spécifique de son programme d'enrichissement avec les grandes puissances.

Jusqu'alors, présentant son paquet de propositions destinées selon lui à régler le problème de la prolifération nucléaire,
Téhéran avait fait savoir qu'il souhaitait des discussions sur des questions globales, dont la sécurité dans la région où l'armée américaine est présente en Irak et en Afghanistan.
La semaine dernière à New York, le président iranien avait expliqué à des experts en matière de non-prolifération que son pays cherchait à acquérir de l'uranium enrichi à 20% pour un réacteur de recherche médicale.
L'Iran a informé il y a plusieurs mois l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de son souhait d'acheter cet uranium enrichi à 20% mais n'a pas obtenu de réponse pour l'instant, avaient indiqué des sources proches du dossier à l'AFP.
M. Ahmadinejad avait laissé entendre que l'Iran pouvait être poussé à fabriquer ce combustible lui-même si aucun pays n'acceptait de le lui vendre.
Le programme actuel de l'Iran permet d'enrichir l'uranium à 5%. Il faut du combustible composé à 90% d'uranium 235 (fissible) pour fabriquer une bombe atomique.
Le dossier nucléaire iranien connaît une nouvelle poussée de fièvre, après l'annonce par Téhéran de la construction d'un second site d'enrichissement d'uranium, près de Qom. L'Iran a répondu aux critiques de l'Occident qui le soupçonne de vouloir se doter de l'arme atomique en affirmant que ce nouveau site serait placé sous la supervision de l'AIEA.
Dimanche, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi, avait affirmé que l'Iran ne comptait pas enrichir de l'uranium à plus de 5% d'uranium 235, soit un taux
compatible avec des activités nucléaires civiles.
Ahmadinejad : "Les négociateurs peuvent sûrement adopter la politique qu'ils veulent, mais cela ne nous causera aucun dommage", a-t-il dit, cité par l'agence Fars.
Selon le président les discussions de Genève, les premières du genre depuis 14 mois, sont aussi "une occasion exceptionnelle pour les Etats-Unis et certains pays européens de
rectifier leur façon de traiter avec les autres nations".

Le Matin -
1 octobre 2009

http://www.lematin.ch/flash-info/monde/iran-ahmadinejad-propose-tierce-partie-enrichisse-uranium


2-9 Ahmadinejad : "Le peuple français mérite mieux que ses dirigeants".

Sarkozy : "Je voudrais dire combien nous sommes admiratifs du courage du peuple iranien. Je veux redire qu'il mérite mieux que les dirigeants actuels."

C'était le 31 août, Nicolas Sarkozy était interrogé sur la situation politique dans la République islamique après la réélection contestée, le 12 juin, du président Mahmoud Ahmadinejad.

Mardi 22 septembre, dans une interview diffusée par France 2, M. Ahmadinejad a renvoyé le compliment à son homologue français. Au journaliste qui l'interrogeait sur les propos de M. Sarkozy, M. Ahmadinejad a répondu: "Ce monsieur Sarkozy s'ingère dans les affaires intérieures de notre nation. Moi aussi j'ai un avis semblable. Je pense que le peuple français mérite mieux que ses dirigeants actuels. Pour moi, la colère de M. Sarkozy n'est pas recevable."

Le président n'a pas non plus épargné le ministre des affaires étrangères français, Bernard Kouchner, estimant qu'il avait contribué aux troubles qui ont suivi son élection. "Nous regrettons l'action de ceux qui ont provoqué ces troubles. Posez-donc la question à la chaîne de télévision la Voix de l'Amérique, à la BBC, et au ministre français des affaires étrangères qui ont incité les gens à se révolter", a-t-il déclaré. L

e journaliste lui demande alors s'il considère que le chef de la diplomatie française est, selon lui, "responsable de la mort de Neda", la jeune Iranienne tuée lors des manifestations à Téhéran en juin et devenue l'un des symboles du mouvement de contestation. "Oui, il est responsable lui aussi", répond Mahmoud Ahmadinejad.

Le président iranien a également évoqué le cas de Clotilde Reiss, une jeune Française emprisonnée en Iran, en laissant entendre que celle-ci pourrait faire l'objet d'un échange de prisonniers avec la France.

M. Ahmadinejad n'a pas directement répondu à la question du journaliste qui lui demandait quand la jeune universitaire, accusée d'espionnage, emprisonnée pendant 45 jours et désormais assignée à l'ambassade de France à Téhéran, pourrait s'envoler pour Paris. Mais il a ajouté : "Vous devez savoir qu'il y a quelques Iraniens qui sont en prison en France depuis des années". "Malheureusement nous n'avons vu aucune action du gouvernement français en faveur de ces prisonniers", a-t-il dit.

Selon Le Figaro de mardi, la France pourrait libérer Ali Vakili Rad, qui a été reconnu coupable en 1994 de l'assassinat de Chapour Bakhtiar, l'ancien premier ministre du chah d'Iran.

22.09
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/09/22/ah...


2-10 Ahmadinejad répond à Sarkozy.
Au journaliste de France 2 qui le faisait réagir à des propos de Nicolas Sarkozy tenus fin août, le président iranien a répondu: "Ce monsieur Sarkozy s'ingère dans les affaires intérieures de notre nation. Moi aussi j'ai un avis semblable". Et d'ajouter: "Je pense que le peuple français mérite mieux que ses dirigeants actuels. Pour moi, la colère de monsieur Sarkozy n'est pas recevable".
Le 31 août, le chef de l'Etat français avait déclaré à Berlin: "Je voudrais dire combien nous sommes admiratifs du courage du peuple iranien. Je veux redire qu'il mérite  mieux que les dirigeants actuels". Le président français était alors interrogé sur la situation politique en Iran après la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad

Kouchner n'est pas épargné
Dans cet entretien sur France 2, le président n'a pas épargné le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, estimant  qu'il avait contribué aux troubles qui ont suivi sa réélection. "Nous regrettons l'action de ceux qui ont provoqué ces troubles. Posez-donc la question à la chaîne de télévision la Voix de l'Amérique, à la BBC, et au ministre français des affaires étrangères qui ont incité les gens à se révolter", a-t-il déclaré.
A la question du journaliste lui demandant alors s'il considérait que Bernard Kouchner était "responsable de la mort de Neda", la jeune Iranienne tuée lors des manifestations à Téhéran en juin et devenue l'un des symboles du mouvement de contestation, Mahmoud Ahmadinejad a lancé: "Oui, il est responsable lui aussi."

24/9

http://info.france2.fr/monde/Dossier-Reiss:-Ahmadinejad-pose-ses-conditions-57486628.html


2-11 Le Général Jean-Louis Georgelin, chef d'état-major des armées françaises : "Je ne pense pas qu'une option militaire soit toujours envisageable à ce stade".
Une intervention militaire pour empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire n’est plus une option envisageable et serait trop risquée, a estimé jeudi le général Jean-Louis Georgelin, chef d’état-major des armées françaises, s’exprimant à Washington en marge d’un discours sur l’OTAN.

“C’est très difficile de programmer une opération militaire en Iran car nous ne sommes pas certains de pouvoir régler le problème en une seule fois, et si on échoue en une seule fois, c’est une catastrophe”, a-t-il déclaré, s’exprimant en anglais. “Je ne pense pas qu’une option militaire soit toujours envisageable à ce stade”, a-t-il ajouté soulignant qu’il s’agissait de son opinion personnelle.

« Je crains que l’option militaire soit probablement derrière nous, et que l’action doive se concentrer, comme l’a dit notre président à plusieurs reprises, sur des pressions financières, économiques et politiques”, a ajouté le général Georgelin.
Le gouvernement français de Nicolas Sarkozy a adopté une position plus ferme sur l’Iran critiquant ouvertement les ambitions nucléaires de Téhéran. En 2007 le chef d’état français a meme surpris les milieux diplomatiques en mentionnant la possibilité d’une intervention militaire en Iran. Avec l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche, moins va-t-en guerre que son prédécesseur, les Français ont évité de s’exprimer ouvertement en faveur d’une opération contre l’Iran.

Lundi, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a annoncé qu’elle se trouvait dans une “impasse” sur le dossier nucléaire iranien. Selon l’agence onusienne, l’Iran n’a pas suspendu son programme d’enrichissement d’uranium et n’a pas non plus répondu clairement aux questions persistantes sur les dimensions militaires de son programme nucléaire
Publié le 11 septembre 2009 à 08:15
http://www.israelvalley.com/news/2009/09/11/24264


Les commentaires sont fermés.