Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/10/2009

n°485 - Journal de Palestine - 19-09 au 07-10 - Début - : Chantage : "Israël" demande qu'on renonce aux plaintes déposée par l'Autorité palestinienne (AP) à la cour pénale internationale de La Haye.

n°485 - Journal de Palestine - 19-09  au  07-10 - Début - : Chantage : "Israël" demande qu'on renonce aux plaintes déposée par l'Autorité palestinienne (AP) à la cour pénale internationale de La Haye.



          Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

     Sa diffusion est un acte de résistance.

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine 

n°485                    19-09  au  07-10

C.De Broeder      &  M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

Tiré a part

Une résolution de l'AIEA épingle Israël…

359 martyrs

Armes israéliennes

Rapport de l'ONU sur Gaza: Abbas change d'avis devant la levée de boucliers.

Abbas aide Israël à se laver les mains du sang versé à Gaza.

Chérif Boudelal : La Palestine sous le choc et le monde stupéfait.

Notre naïveté...

Chantage : "Israël" demande qu'on renonce aux plaintes déposée par l'Autorité palestinienne (AP) à la cour pénale internationale de La Haye .

Ayman al-Zawahri accuse Barack Obama d'être un "imposteur"

Suite

Paroles & actions du président cette semaine ...

1 Résistance

Détails par région:

2 Décompte des pertes humaines

3 Politique

Politique Palestinienne

Politique Israélienne

Fin

4 Politique internationale des territoires occupés 



19-09 au 07-10: Peuple Palestinien : 6 tués   -  28 blessés

                       Occupants              :  0 tué      -    0 blessé



Tiré a part

Une résolution de l'AIEA épingle Israël…

Coup de théâtre à Vienne cet après-midi.

Alors que l’on attendait des conclusions sur l’Iran, c’est l’État d’Israël qui est épinglé par l’Agence internationale de l’énergie atomique dans une résolution, adoptée par 49 voix pour et 45 contre.

Les pays arabes rappellent qu’Israël s’est doté de la bombe atomique sans que des comptes ne lui soient demandés par la communauté internationale, à l’inverse de l’Iran.

Les Occidentaux ont eu beau s’y opposer, parfois avec virulence, les pays arabes ont cette fois réussi à trouver une majorité sur une résolution qui rappelle qu’Israël n’a jamais adopté le Traité de non-prolifération.

Une première, depuis dix-huit ans.

Ce vote, qui demande à Israël de se soumettre comme les autres à un contrôle de l’AIEA, illustre les tensions grandissantes entre le Nord et le Sud sur les questions nucléaires.

Les États-Unis et leurs alliés considèrent toujours l’Iran comme la principale menace mondiale de prolifération, alors que les Etats arabes et de nombreuses nations en développement rappellent que, pour elles, c’est l’Etat hébreu lui-même qui constitue le principal danger de déstabilisation du Proche et du Moyen-Orient.

Jusqu’à présent, les Occidentaux avaient toujours trouvé une majorité pour barrer la route à une résolution rappelant qu’Israël s’est doté de l’arme atomique en toute illégalité il y a déjà de nombreuses années.

Cette résolution est un camouflet pour les États-Unis.

D’ailleurs, le représentant de l’Iran à l’AIEA a tout de suite réagi en voyant dans le texte un message adressé directement à l’administration Obama, message lui demandant d’arrêter de soutenir Israël à n’importe quel prix.

Bruno Tertrais - Spécialiste du nucléaire à la Fondation pour la recherche stratégique : « Cette résolution de l'AIEA a été possible du fait que les pays arabes ont réussi à faire du lobbying efficace auprès des pays membres de l'agence et par ailleurs les pays africains qui s'abstiennent en général ont été séduits par les propositions des pays arabes. »

Blaise Gauquelin

19/09

http://www.rfi.fr/actufr/articles/117/article_84809.asp

 

359 martyrs

Des sources médicales palestiniennes ont annoncé, le jeudi 1/10, la mort de Baraa Marwan Aïssa, 9 ans, des habitants du camp d'al Boureidj, au milieu de la Bande de Gaza, après une longue souffrance, en soulignant que les forces occupantes ont interdit son voyage à l'étranger pour aller se soigner, et en plus le manque des médicaments dans la Bande de Gaza encerclée depuis plus de 3 ans.

Le ministère de la santé a affirmé que la mort de l'enfant Aïssa, mène le nombre des victimes du sévère blocus sioniste imposé contre Gaza à 359 morts.

Le ministère a appelé les hommes libres au monde à soutenir les habitants de la Bande de Gaza encerclés par ce blocus sioniste très rigoureux et faire pression sur l'occupation israélienne pour finir ses pratiques inhumaines contre les Palestiniens.

01-10

http://www.palestine-info.cc/fr/

 

Armes israéliennes

03-09

Selon le Jérusalem Post (3/8/09), Israël est le 4ème exportateur mondial d’armes et de technologies militaires, derrière les Etats-Unis, l’Union européenne et la Russie, sans que l’on sache qui sont les pays clients. On peut néanmoins supposer que ces armes alimentent les guerres en Afrique, ou sont destinées à des pays où les Etats-Unis ne veulent pas apparaître en première ligne.

Jérusalem Post

 

Rapport de l'ONU sur Gaza: Abbas change d'avis devant la levée de boucliers.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, "examine sérieusement" la possibilité de recommander de référer devant l'ONU un rapport fustigeant l'attitude d'Israël pendant la guerre de Gaza, a-t-on appris mardi de source palestinienne. 
Cette initiative marque un retournement du président Abbas, favorable à un report du vote de l'ONU sur ce rapport controversé et qui a été très vivement critiqué dans les rangs palestiniens, y compris dans son propre camp. 

Lire :

Ali Abunimah : Abbas aide Israël à se laver les mains du sang versé à Gaza.

Chérif Boudelal  : La Palestine sous le choc et le monde stupéfait.

Notre naïveté...

"Israël" demande qu'on renonce aux plaintes déposée par l'Autorité palestinienne (AP) à la cour pénale internationale de La Haye.
"Le président Abbas examine sérieusement la possibilité de demander au bloc arabe et islamique de présenter officiellement le rapport Goldstone aux organes internationaux, y compris l'Assemblée 
générale et le Conseil de sécurité des Nations unies", a déclaré à l'AFP le principal négociateur palestinien, Saëb Erakat. 
L'annonce intervient alors que M. Abbas est sur la sellette, accusé d'avoir cédé à des pressions des Etats-Unis pour remettre aux calendes grecques l'examen du rapport de la commission d'enquête de l'ONU sur la guerre de Gaza. Celui-ci accuse notamment Israël de "crimes de guerre" durant son offensive contre le territoire palestinien en décembre-janvier dernier. 
Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a accusé M. Abbas d'avoir personnellement commandité ce report, et a prévenu mardi que cela pourrait avoir des conséquences sur le dialogue interpalestinien mené sous l'égide de l'Egypte. 
Un accord de réconciliation entre les factions palestiniennes doit être signé dans la capitale égyptienne autour du 26 octobre.
 
Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a reporté à sa session de mars 2010 le vote de cette résolution sur le rapport Goldstone. 
na-dlm-agr/ev 
AFP

5 oct 2009

 

Abbas aide Israël à se laver les mains du sang versé à Gaza.

L’AP d’Abbas est devenue un bras actif de l’occupation israélienne et elle fait un tort réel et qui va en empirant, au peuple palestinien et à sa juste cause, écrit Ali Abunimah.

Ce qu’a fait l’Autorité de Ramallah, c’est trahir chacune des victimes de la guerre d’agression menée par Israêl contre la bande de Gaza. "Bras actif" de l’occupation, comme l’écrit Ali Abunimah, le gouvernement fantoche de Ramallah doit impérativement être dissout.

Au moment même où il semblait que l’Autorité palestinienne (AP) de Ramallah et son Chef Mahmoud Abbas ne pouvaient pas tomber plus bas dans leur complicité avec l’occupation par Israël de la Cisjordanie et le blocus meurtrier de Gaza, Ramallah a porté un nouveau et terrible coup au peuple palestinien.

La délégation d’Abbas aux Nations Unies à Genève (représentant officiellement la moribonde Organisation pour la Libération de la Palestine) a refusé de soutenir une résolution invitant le Conseil des Droits de l’Homme à communiquer au Conseil de sécurité des Nations Unies, le rapport du juge Richard Goldstone sur les crimes de guerre à Gaza. Bien que l’AP ait agi sous la pression des Etats-Unis, il y a de fortes indications que les intérêts commerciaux d’hommes d’affaires palestiniens et du Golfe étroitement liées à Abbas ont aussi joué un rôle.

Le rapport de Goldstone, de 575 pages, documente l’évidence des choquants crimes de guerre et des crimes israéliens contre l’humanité commis durant l’assaut de l’hiver dernier sur la bande de Gaza et qui a massacré 1400 Palestiniens, dans leur grande majorité des non-combattants avec des centaines enfants parmi eux. Le rapport accuse également le mouvement de la résistance palestinienne, le Hamas, de crimes de guerre pour des tirs de fusées qui ont tué trois civils en Israël.

Le rapport Goldstone a été considéré par les Palestiniens et par les défenseurs dans le monde entier de la règle du droit comme une rupture ; ce rapport réclame en effet que les suspects rendent des comptes devant les cours internationales si Israël n’engageait pas de poursuites à leur égard. Israël n’a dans son histoire jamais tenu ses chefs politiques et militaires comme juridiquement responsables de crimes de guerre à l’encontre des Palestiniens.

Israël a été à juste titre terrifié par le rapport, mobilisant toutes ses ressources diplomatiques et politiques pour le dénigrer. Ces derniers jours, le premier ministre Benjamin Netanyahu a réclamé que si une suite était donné au rapport, « cela serait un coup très dur pour la guerre contre le terrorisme, » et « donnerait un coup mortel au processus de paix, parce qu’Israël ne pourra plus prendre d’autres mesures ni de risques pour la paix si son droit à l’autodéfense est nié. »

Sans surprise un des premiers alliés dans la campagne israélienne pour son impunité a été l’administration d’Obama, dont l’ambassadeur aux Nations Unies, Susan Rice, a fait connaître « de très graves préoccupations » concernant le rapport et a dénigré le travail de Goldstone comme « non équilibré, unilatéral et fondamentalement inacceptable. » (Rice était cohérente avec elle-même, puisqu’ elle avait déclaré en avril dernier au journal « Politico » qu’une des raisons principales pour l’administration Obama de se joindre au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies était de combattre ce qu’elle a qualifié de « merde [crap] anti-Israël. »)

Goldstone, publiquement présenté par sa fille comme un sioniste aimant Israël, est un ancien juge de la cour suprême sud-africaine, et un juriste international très respecté. Il a été procureur en chef dans les tribunaux des Nations Unies afin de juger les crimes de guerre au Rwanda et dans l’ex-Yougoslavie.

Il n’y a aucun doute que le rapport Goldstone est un coup très dur à la capacité qu’a Israël de commettre de futurs crimes de guerre en toute impunité ; cette semaine, encouragés par le rapport, des avocats au Royaume Uni ont demandé à une cour de justice de lancer un mandat d’arrêt contre le ministre israélien de la défense, Ehud Barak, alors qu’il était en visite. Cette action n’a pas abouti, mais le gouvernement israélien a pris des mesures exceptionnelles ces derniers mois afin de protéger ses officiels des poursuites, craignant que des arrestations soient juste une question de temps. Avec la campagne internationale croissante en faveur du boycott, du désinvestissement et des sanctions, la crainte de finir devant les tribunaux à la Haye semble être la seule chose qui fasse réfléchir la société et le gouvernement israéliens dans leur voie destructrice.

On pourrait penser que les représentants auto désignés du peuple palestinien ne jetteraient pas cette arme par-dessus bord. Mais, selon Ibrahim Khraishi, l’ambassadeur d’Abbas, l’AP de Ramallah a enterré ses efforts à la demande des Américains parce que, dit-il, « nous ne voulons pas placer un obstacle devant eux. »

L’excuse avancée par Khraishi selon quoi la résolution est juste reportée jusqu’au printemps ne tient pas la route. À moins qu’une mesure soit prise maintenant, le rapport de Goldstone sera enterré d’ici là et les preuves des crimes israéliens — nécessaires pour des poursuites — peuvent être plus difficiles à rassembler.

Cette dernière capitulation survient environ deux semaines après qu’Abbas se soit présenté à un sommet à New York avec le président américain Barack Obama et Netanyahu, en dépit du fait qu’Obama ait abandonné sa demande que cesse les construction par Israël de colonies juives sur la terre palestinienne occupée. Également sous la pression des Etats-Unis, l’AP a abandonné son engagement de ne pas reprendre de négociations à moins que les constructions de colonies ne se soient gelées, et a accepté de participer à des « entretiens pour la paix » sous l’égide des Etats-Unis et avec Israël à Washington cette semaine. Israël, en attendant, a annoncé des plans pour la plus grande colonie construite en Cisjordanie depuis 1967.

Ce qui est encore plus écoeurant, est la réelle possibilité que l’AP aide Israël à se laver les mains du sang versé à Gaza pour quelque chose d’aussi bas que les gains financiers d’hommes d’affaires étroitement liés à Abbas

« The Independent » [Grande-Bretagne] rapportait le 1° octobre :

« Shalom Kital, un aide du ministre de la défense Ehud Barak, a indiqué aujourd’hui qu’Israël ne libérera pas une part des fréquences depuis longtemps demandées par l’Autorité palestinienne pour permettre le lancement d’une deuxième compagnie de télécommunications pour téléphones mobiles, à moins que l’AP ne laisse tomber ses efforts pour traduire les militaires et les dirigeants israéliens devant la justice à cause de l’opération israélienne. » (« Les Palestiniens crient au ‘chantage’ après les menaces d’Israël quant au service téléphonique, » de l’indépendant, 1° octobre).

Kital a ajouté que c’était une « condition » que l’AP abandonne spécifiquement ses efforts pour qu’une suite soit donnée suite rapport Goldstone. L’entreprises de télécommunication Wataniya a été été présentée en avril dernier par l’agence Reuters comme « une compagnie soutenue par Abbas » qui est une « joint-venture » entre des investisseurs qataris et koweitiens et le Fonds d’Investissement Palestinien, dans laquelle un des fils d’Abbas est étroitement impliqué. De plus, Reuters a indiqué que la « startup » n’a apparemment eu aucun problème de financement puisque les investisseurs de Golfe ont reçu des millions de dollars « d’aide des USA sous forme de garanties de prêt à l’origine prévues pour les fermiers palestiniens et des entreprises de taille petite ou moyenne » (voir « L’aide des Etats-Unis va à la compagnie téléphonique palestinienne soutenue par Abbas, » Reuters, 24 avril 2009).

Juste un jour avant que la délégation d’Abbas jette sa résolution à Genève, Nabil Shaath, « ministre des affaires étrangères » de l’AP a dénoncé la menace israélienne à propos de Wataniya comme « un chantage » et avait crié sur tous les toits que les Palestiniens ne céderaient jamais.

La trahison du peuple palestinien par l’AP quant au rapport Goldstone, comme sa « coordination sécuritaire » permanente avec Israël pour supprimer toute résistance et activité politique en Cisjordanie, devraient ôter les derniers doutes sur le fait [que l’AP] est un bras actif de l’occupation israélienne et qu’elle fait un tort réel et qui va en empirant, au peuple palestinien et à sa juste cause.

Ali Abunimah 

2 octobre 2009 –

The Electronic Intifada
http://electronicintifada.net/v2/ar...
Traduction de l’anglais : Claude Zurbach

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7407

 

Chérif Boudelal : La Palestine sous le choc et le monde stupéfait.

Abbas à la rescousse d’Israël !

L’esclave porte secours à son maître !

Chérif BOUDELAL

C’est le comble ! Après tous les effort que des centaines d’associations et des milliers, voire des dizaines de milliers d’hommes et de femmes qui ont travaillé nuits et jours pour parvenir à rendre Israël condamnable pour ses crimes de guerre et crimes contre l’humanité, le saltimbanque de l’« autorité » de Ramallah vient leur dire non, reporter le vote à l’année prochaine ! Puis, après avoir provoqué l’indignation du peuple palestinien, y compris les membres du Fatah, mais aussi les défenseurs de la cause palestinienne du monde entier, Abbas décide d’« examine sérieusement la possibilité de demander au bloc arabe et musulman de présenter officiellement le rapport Goldstone aux organes internationaux, y compris l'Assemblée générale et le Conseil de sécurité des Nations unies » !

Nous savons que le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a exhorté l'ONU à rejeter le rapport Goldstone qui accuse Israël d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre ‘humanité - voir le « Monde » du 1er octobre 2009. Mais ceci n’étonne personne en soi. Ce qui est étonnant c’est que le premier qui devrait avoir une fermeté pour exiger le vote et la condamnation d’Israël, demande que le vote soit reporté, en sabotant le travail de plusieurs mois de ceux qui n’admettent pas qu’Israël soit au-dessus de toutes les lois morales et humaines.

Ce qui serait intéressant c’est de savoir la motivation de Abbas dans ce geste qui a surpris les morts et les vivants de cette planète. Pourquoi a-t-il demandé lui-même aux pays arabes et musulmans d’accepter le report du vote du conseil de « sécurité » de l’ONU ? D’après des experts, il aurait subi des pressions de la part des USA après la menace de Nétanyahou de ne plus négocier le processus de paix - comme s’il l’avait déjà fait auparavant. L’un des expert de la politique est allé jusqu’à supposer que Abbas aurait reçu des menaces d’Israël. Ces menaces seraient de rendre publics certains secrets gênants pour cette dite autorité palestinienne, notamment en ce qui concerne la mort de Yasser Arafat et les derniers carnages commis à Gaza par Israël.

En clair Abbas et ses collabos de Ramallah seraient des complices d’Israël dans l’assassinat du Président Arafat et dans le génocide contre les populations de la bande de Gaza de décembre 2008 et janvier 2009. Dans tous les cas de figure, sans que l’on sache avec précision la vérité sur l’implication de Abbas et sa clique dans ces deux affaires criminelles, le fait d’avoir demandé le report du vote du Conseil de « sécurité » de l’ONU qui vise à reconnaître qu’Israël a commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, suffit pour le qualifier d’ores et déjà de traître notoire. Des responsables politiques palestiniens et les manifestants en colère demandent, non seulement de l’écarter de toute responsabilité mais aussi de le juger pour la haute trahison avant de le déchoir à jamais de la nationalité palestinienne. C’est pour cette raison qu’il a fait marche arrière. Mais c’est déjà trop tard.

Enfin, y aurait-il quelqu’un qui pourrait céder une vieille paire de chaussures pour ce traître ? Il ne mériterait pas plus qu’une paire de chaussure usée. Elle ne doit pas être aussi belle que celle de ZAIDI - qui la réclame avec insistance car elle a fait de lui un héros, l’Homme du siècle.

6 octobre 2009 

Chérif BOUDELAL

 

Notre naïveté...

40 organisations européennes ont exprimé leur étonnement de la position de l'autorité de Ramallah dirigée par le président sortant, Mahmoud Abbas, envers le rapport du comité de l'ONU pour l'enquête sur les crimes de guerre perpétrés par les forces occupantes dans la Bande de Gaza.

Mahmoud Abbas a demandé le report de la discussion du rapport au conseil international des droits de l'homme, malgré la garantie des voix soutenant le rapport.

Dans leur communiqué commun, ces 40 organisations considèrent que le report de la discussion de ce rapport représente un pas très dangereux et une négligence aux sangs de plus de 1400 victimes dans la Bande de Gaza, ainsi qu'une gifle aux efforts prodigués par le comité international et toutes les autres organisations des droits de l'homme pour démasquer les crimes de l'occupation contre l'humanité.

Elles ont porté l'autorité palestinienne la responsabilité de la paralysie du rapport de Goldston qui condamne l'occupation israélienne d'avoir perpétré des crimes de guerre contre les Palestiniens dans la bande de Gaza, tout en avertissant que cette position va causer l'escalade des agressions sionistes contre le peuple palestinien.

De son côté, Amnesty International, dans son communiqué du 3 octobre 2009, a appelé le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, à transférer le rapport de Goldston au conseil de sécurité international.

4/10

http://libanresistance.blogspot.com/

 

Chantage : "Israël" demande qu'on renonce aux plaintes déposée par l'Autorité palestinienne (AP) à la cour pénale internationale de La Haye .

Les autorités de l'occupation ont lié le fonctionnement de la deuxième ligne de téléphonie mobile de la société palestinienne de communications au retrait de la plainte déposée par l'Autorité palestinienne (AP) à la cour pénale internationale de La Haye, contre les dirigeants israéliens qui ont commis des crimes de guerre contre la Bande de Gaza.
Le journal hébreu, "Haaretz" a rapporté, que l'occupation israélienne a récemment envoyé une lettre à l'AP l'informant qu'elle ne permettra pas le démarrage de l'entreprise nationale de communication cellulaire dans les territoires palestiniens, qu'après le retrait de la demande palestinienne de l'instance internationale.
Le journal a rapporté que toutes les médiations menées par l'envoyé spécial du Quartet dans la région, Tony Blair, pour dissuader les Israéliens de cette décision, ont été infructueuses.
Selon les termes du contrat signé entre l'Autorité palestinienne et la société «nationale», l'AP est dans l'obligation de payer la somme de 300 millions de dollars, en cas d'absence de ratification en vue du lancement de l'entreprise, d'ici le 15 du mois prochain.

30/09/2009  

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=105199&language=fr

 

Ayman al-Zawahri accuse Barack Obama d'être un "imposteur"

Le numéro deux d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahri a reproché lundi au président Barack Obama de n'avoir pas réussi à obtenir un gel de la colonisation israélienne en Cisjordanie, le qualifiant d'"imposteur" dans un nouveau message audio.

Obama, "l'imposteur, qui faisait semblant d'être affecté par la souffrance des Palestiniens", "autorise les colonies à prospérer en Cisjordanie et à Jérusalem, en pressant les fragiles dirigeants (arabes) de proposer davantage de concessions", déclare Al-Zawahri dans le message. "Avons nous besoin d'autres crimes à Kaboul, Bagdad, Mogadiscio et Gaza pour être sûrs de sa nature criminelle".

28/9

http://fr.news.yahoo.com/


Les commentaires sont fermés.