Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/10/2009

n°485 - Journal de Palestine - 19-09 au 07-10 – Fin - : Chantage : "Israël" demande qu'on renonce aux plaintes déposée par l'Autorité palestinienne (AP) à la cour pénale internationale de La Haye.

n°485 - Journal de Palestine - 19-09  au  07-10 – Fin   - : Chantage : "Israël" demande qu'on renonce aux plaintes déposée par l'Autorité palestinienne (AP) à la cour pénale internationale de La Haye.



          Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

     Sa diffusion est un acte de résistance.

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine 

n°485                    19-09  au  07-10

C.De Broeder      &  M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

4 Politique internationale des territoires occupés 



3 Politique Internationale des territoires occupés

a) Pays Arabes & voisins

La ligue arabe demande au conseil de sécurité à intervenir pour arrêter les crimes sionistes.

Le secrétariat général de la ligue arabe a dénoncé fermement l'offensive sauvage de l'occupation sioniste contre la mosquée bénie d'Al Aqsa, en mettant en garde des agendas hostiles qui visent cette mosquée sacrée.
Lors d'un communiqué de presse publié, le dimanche 27/9, la ligue arabe a appelé le Quartette, le conseil de sécurité international et le secrétaire général de l'ONU, à intervenir immédiatement pour arrêter les violations sauvages de l'occupation israélienne contre la mosquée sainte d'Al Aqsa

En rappelant que l'occupation et ses agendas racistes représentent de vrais dangers qui menacent la communauté et la sécurité internationale, en soulignant que la mosquée d'Al Aqsa est très sacrée pour tous les musulmans au monde entier qui ne vont jamais pardonner les actions bêtes des forces occupantes qui continuent de les provoquer publiquement, en violant leur mosquée sainte.

Le communiqué de la ligue arabe a mis en garde contre les violations et pratiques oppressives de l'entité sioniste contre Al Aqsa et ses fidèles, en rappelant la responsabilité de l'ancien  gouvernement de Netanyahu qui avait ouvert un tunnel en 1996, sous les fondations d'Al Aqsa, chose qui a provoqué de violents accrochages, et a mené à l'Intifada du Bouraq, où plusieurs personnes ont été tuées, tout en avertissant d'énormes et nouvelles tensions dans la région.

(Al Haram Charif).

CPI

28/09/ -


Iran

Les Iraniens sortent par millions pour condamner les crimes de l’occupation israélienne

Au cours du jour mondial de la ville d'Al-Quds, vendredi 18 septembre 2009, les Iraniens sont sortis par millions, à Téhéran comme dans toutes les autres villes iraniennes. Ils sont sortis célébrer ce jour mis en place par le défunt l’imam Khomeiny.

Les masses condamnaient les agressions sionistes pratiquées contre la sainte ville d’Al-Quds et contre le peuple palestinien tout entier.

L’envoyé de notre Centre Palestinien d’Information (CPI) dans la capitale iranienne Téhéran rapporte que les manifestants répétaient les slogans « A bas les Etats-Unis », « A bas "Israël" ». Ils déclaraient leur volonté d’aller en Palestine pour la défendre et défendre la sainte mosquée d’Al-Aqsa.

Ils appelaient les gouvernements arabes et islamiques et la communauté internationale à réagir pour stopper les mesures prises par les occupants israéliens dans la ville d'Al-Quds.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a donné un discours aux manifestants. Il a confirmé que toutes les mesures et tous les crimes commis par les occupants israéliens sont des crimes contre l’humanité. Il a réaffirmé encore une fois le soutien du peuple iranien et de son gouvernement au peuple palestinien et à sa résistance.

Le devoir de la nation musulmane est de faire barrage à l’Entité sioniste qui met tous les peuples de la région en danger, a-t-il dit.

Les Juifs continuent à mettre en avant l’injustice qu’ils avaient subie. Ils ne veulent que justifier leur occupation des territoires palestiniens.

Admettons, dit le président iranien, que l’holocauste soit un fait réel, mais ce sont les Européens qui l’avaient commis. Pourquoi alors ce sont les Palestiniens qui en payent le prix ?

21/09/2009

CPI



b) Le Monde

1 Usa (le parrain)

2 Les grandes manœuvres

Obama pèse de tout son poids sur Nétanyahou et Abbas, mais sans succès(…)

Obama a mis la pression hier sur les dirigeants israélien et palestinien en leur disant personnellement son impatience et pour les presser de reprendre au plus vite les pourparlers, mais sans obtenir qu'ils acceptent de relancer des négociations enlisées. «Les négociations sur le statut permanent doivent commencer et commencer bientôt», a dit le président américain à la presse en entamant la rencontre. Mais, sans surprise, aucune percée importante n'a été enregistrée lors de la réunion.
M. Obama peut au moins se prévaloir d'avoir mis en présence MM. Nétanyahou et Abbas pour la première fois depuis que le premier a pris ses fonctions le 31 mars.

Les deux hommes, avec lesquels M. Obama s'est d'abord entretenu séparément, se sont serré la main tandis que M. Obama mettait la main sur leurs épaules. Il a aussi obtenu que MM. Nétanyahou et Abbas envoient leurs négociateurs à Washington la semaine prochaine pour poursuivre les discussions de New York.
Son envoyé spécial pour le Proche-Orient, George Mitchell, a pour sa part indiqué qu'il aurait des entretiens avec des représentants des deux parties dès cette semaine. Mais il a reconnu que les divergences subsistantes empêchaient qu'Israéliens et Palestiniens acceptent de reprendre les négociations arrêtées fin 2008.
Les deux parties n'en sont même plus aujourd'hui à négocier des questions essentielles comme les frontières, le statut de Jérusalem ou le sort des réfugiés. Elles discutent de la reprise ou non des tractations.
Celles-ci se heurtent au refus de M. Nétanyahou de stopper la colonisation en Cisjordanie occupée, et à celui de M. Abbas de discuter dans de telles conditions.
Personne ne s'attendait à ce que la rencontre de New York donne lieu à une percée. Mais, après un moment d'incertitude, l'administration l'a maintenue en affirmant l'importance de montrer l'engagement de M. Obama à résoudre le conflit israélo-palestinien et de tout faire pour briser la glace.
«En dépit des obstacles, en dépit du poids de l'histoire, nous devons trouver un moyen de sortir de l'impasse dans laquelle des générations d'Israéliens et de Palestiniens se sont retrouvées piégées, dans un cycle infini de conflit et de souffrance», a expliqué M. Obama.

23/9

http://www.ledevoir.com/2009/09/23/268180.html



4 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

Onu

Rapport sur l'offensive à Gaza: Israël a commis des actions qui équivalaient à des crimes de guerre, peut-être des crimes contre l'humanité", .

Le président de la commission d'enquête de l'ONU sur l'offensive israélienne à Gaza, Richard Goldstone, s'est défendu de toute partialité en présentant mardi les conclusions de son rapport devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève.

Le rapport Goldstone a établi qu'"Israël avait commis des actions qui équivalaient à des crimes de guerre, peut-être des crimes contre l'humanité", au cours de l'opération "Plomb durci" menée du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009 dans la bande de Gaza.

Le document de 575 pages conclut également que des "groupes armés palestiniens ont commis des crimes de guerre, et peut-être aussi des crimes contre l'humanité" en tirant des roquettes sur le sud d'Israël.

L'ancien juge sud-africain s'est défendu mardi de toute partialité, soulignant que la volonté de sa commission était d'établir la responsabilité des deux parties dans les actes commis contre des civils en violation du droit international.

"Nous croyons profondément à l'Etat de droit, au droit humanitaire, aux droits de l'homme, et au principe selon lequel les civils, dans la plus grande mesure du possible, doivent être protégés lors d'un conflit armé", a déclaré M. Goldstone devant le Conseil des droits de l'homme, avant un débat sur le rapport.

Le rapport a examiné 36 incidents et interrogé des dizaines de témoins palestiniens et israéliens à Gaza et Genève.

Le refus d'Israël de coopérer avec les enquêteurs a empêché ces derniers de se rendre dans l'Etat hébreu.

Dans un cas étudié, les forces israéliennes auraient bombardé une maison où des soldats avaient regroupé des civils palestiniens. Sept autres incidents concernent des civils qui ont été la cible de tirs alors qu'ils s'enfuyaient de leur maison pour tenter de se mettre à l'abri.

Le rapport a également établi que des groupes armés palestiniens tirant des roquettes sur le sud d'Israël n'ont pas fait de distinction entre cibles militaires et population civile. Il a également collecté des informations selon lesquelles des Palestiniens ont été utilisés comme boucliers humains par des militants islamistes.

Les enquêteurs recommandent que le rapport soit soumis au Conseil de sécurité de l'ONU afin de contraindre les deux parties à démontrer qu'elles enquêtent sérieusement sur les crimes présumés. En cas de refus de l'une ou de l'autre partie, la commission recommande que le Conseil de sécurité transmette les preuves collectées aux procureurs de la Cour pénale internationale (CPI).

L'ambassadeur israélien, M. Leshno-Yaar, a affirmé au Conseil la volonté d'Israël "d'enquêter pleinement sur toutes les allégations de méfaits".

Mais M. Goldstone a qualifié de "pusillanimes" les efforts israéliens pour faire la lumière sur les accusations de crimes, et "d'échec complet" les investigations menées par le Hamas, au pouvoir à Gaza.

29/9

http://fr.news.yahoo.com/


AIEA

Myriam Abraham : AIEA : Vote critique sur Le Nucléaire Israélien, et pour Interdire Tout Bombardement de Sites Nucléaires.

Deux décisions prises à l’AIEA ont ciblé le nucléaire israélien en lien direct avec la menace de prolifération d’armes nucléaires au Moyen Orient, et les projets d’attaque du régime sioniste contre les installations nucléaires iraniennes. Des informations passées sous silence par les médias sous influence sioniste.

Centrale de Dimona, Negev, centre de fabrication d'armes nucléaires d'Israël hors contrôle de l'AIEA

Vote critique sur Le nucléaire israélien en lien avec la menace de prolifération d’armes nucléaires au Moyen Orient

Les Etats Unis et Israël ainsi que certains pays occidentaux qui protègent constamment le nucléaire civil/militaire israélien après avoir activement participé à la construction des installations nucléaires sionistes, viennent de subir un échec cuisant vendredi lors de la conférence de l’AIEA . Pour la première fois en 18 ans, une résolution critiquant directement le programme nucléaire israélien a été adoptée.
Ces 18 dernières années, la question du nucléaire civil et militaire israélien était évoquée et discutée chaque année mais aucun vote n’avait pu avoir lieu à cause de l’opposition systématique des US – dont le chef de la délégation cette année encore, Glyn Davies, a vainement tenté d’empêcher un vote - et de certains pays occidentaux qui faisaient pression sur les pays en voie de développement. Mais cette fois ces derniers ont rejoint les pays décidés à sanctionner le nucléaire israélien. Parmi les délégations présentes vendredi lors du vote, 49 ont voté pour, 45 contre et 16 se sont abstenus.
Le texte voté « exprime son inquiétude sur les capacités nucléaires israéliennes » et fait le lien avec « l’inquiétude sur la menace posée pour la sécurité et la stabilité du Moyen Orient par la prolifération des armes nucléaires «.
Bien que ce vote ne soit pas contraignant, il met la pression sur l’état d’Israël. Celui-ci fait tout son possible pour accuser - sans preuve, sauf celles fabriquées par le Mossad et reprises par le SarkoSionisme et Cie - l’Iran de militariser son programme nucléaire et faire adopter des sanctions «paralysantes » selon les propres termes du premier ministre sioniste Benjamin Netanyahou.
Les nations musulmanes qui participaient à la conférence et qui dans leur vote ont bénéficié du soutien des pays en voie de développement, accusent le régime sioniste d’être la véritable menace nucléaire au Moyen Orient et les grandes puissances nucléarisées de refuser de désarmer et de vouloir s’approprier l’exclusivité du marché du nucléaire civil.
Jusqu’à ce vote « historique », les pays occidentaux qui défendent l’entité sioniste avaient réussi à faire du lobbying pour justement éviter tout vote utilisant le prétexte habituel éculé que cela pourrait porter préjudice aux pourparlers de paix au Moyen Orient.
Jeudi, une résolution avait été adoptée par consensus appelant à une dénucléarisation du Moyen Orient. Il y a eu 100 votes pour, 14 abstentions et un vote contre, bien évidemment celui d’Israël le seul pays à posséder des bombes atomiques au Moyen Orient.

Adoption d’une résolution interdisant les attaques contre les centrales nucléaires à l’AIEA

Une résolution proposée par l’Iran sur l’interdiction de mener des attaques contre les installations nucléaires a été adoptée.
L’assemblée annuelle de l’AIEA a adopté l'interdiction de toute attaque ou menace d’attaque contre des installations nucléaires. La déclaration adoptée à l'unanimité par l'Assemblée annuelle de l'Agence internationale de l’énergie atomique affirme que toute attaque armée ou menace contre les activités nucléaires à vocation pacifique d'autres pays violent les principes de la Charte des Nations Unies, des droits internationaux et du statut de l'Agence onusienne.
"Des pourparlers précis et globaux ont eu lieu sur toutes les dimensions éventuelles d’attaques contre les installations nucléaires des pays, et les pays membres ont approuvé l'importance de la sureté, de la protection physique des matières et des installations nucléaires", a-t-il été rappelé dans le texte adopté.
Ces deux votes, bien que non contraignants, constituent une mise en garde de l’AIEA à l’encontre du régime sioniste dont les velléités belliqueuses d’attaque contre les installations nucléaires iraniennes qui sont sous contrôle des inspecteurs de l’AIEA sont régulièrement rapportées dans la presse internationale. Actuellement, le régime sioniste se focalise notamment par le biais de ses agents d’influence à l’étranger – en France le CRIf, aux Etats Unis, AIPAC :
1 – sur le vote de sanctions visant l’approvisionnement en produits pétroliers finis dont gazoil et fuel domestique de l’Iran qui reste dépendant de l’extérieur bien qu’ayant fait d’énormes efforts pour satisfaire sa consommation intérieure notamment en construisant des raffineries avec l’aide de la Chine ;
2 – sur les pressions exercées sur la Russie – pression via les US et directes par des visites répétées à Moscou de responsables politiques israéliens- pour que cette dernière ne livre pas les systèmes de défense de missiles anti missiles S-300 commandés par l’Iran en 2007, supposés non encore livrés et installés pour protéger les sites stratégiques iraniens et redoutés par l’aviation israélienne.
Non seulement Israël cherche à interdire l’installation de ces S-300 en Iran, mais les Sionistes veulent également empêcher toute acquisition de ces systèmes de DEFENSE par des pays voisins au Moyen Orient pour maintenir son hégémonie aérienne dans la région et continuer à pouvoir violer l’espace aérien de ses voisins en toute impunité comme c’est le cas quotidiennement au Liban.

20 Septembre

Myriam Abraham

http://www.planetenonviolence.org/AIEA-Vote-Critique-Sur-Le-Nucleaire-Israelien,-Et-Pour-Interdire-Tout-Bombardement-De-Sites-Nucleaires_a2015.html 



2 Europe

5 Russie

Les autorités russes expulsent le Consul après avoir été accusé d'espionnage.

Le journal Hébreu «Maariv» a révélé, le jeudi 1/10, que la Russie a expulsé le consul de l'occupation chargé du dossier de l'immigration des Juifs de la Russie vers l'entité sioniste, après l’avoir accusé d'espionnage et de collecte d'informations contraires à la loi.

Maariv a ajouté que les autorités Russes avaient demandé, avant une semaine, à "Shmuel Polishchuk», âgé de cinquante-huit ans, de quitter leur territoire, tandis que le ministère des affaires étrangères a déclaré que cette affaire est encore en discussion.

Polishchuk est retourné en israel, sachant qu’il n'avait pas signalé qu'il est personne non grata en Russie .

http://www.palestine-info.cc/fr


6 Turquie

Erdogan: Israël est le seul dans la région qui possède les armes nucléaires.

Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, a affirmé l'opposition de son pays à la prolifération des armes nucléaire dans la région du Moyen-Orient, précisant qu'Israël est le seul dans la région qui possède les armes nucléaires.

Des mass médias turcs ont rapport qu'Erdogan a affirmé dans des déclarations de presse faites avant de quitter New York pour regagner Istanbul, qu'Israël a utilisé les armes phosphoriques à Gaza qui est une arme de destruction massive sans que personne n'en parle. Il a souligné la question de la possession par Israël des armes nucléaires et de destruction massive sans aborder cette question lors des instances internationales.

M. Erdogan a indiqué que le monde doit être juste s'il désir que la paix règne, faisant allusion à l'Iran qui n'a rien fait tandis qu'Israël fait beaucoup de choses à Gaza.

Il a qualifié d'une folie tout acte militaire contre l'Iran, soulignant qu'on doit tirer une leçon de l'invasion américaine contre l'Irak où une civilisation entière a été anéantie et plus d'un million d'Irakien ont été tués. 

Raghda Bittar

28 Sept 2009

http://www.sana.sy/fra/55/2009/09/28/246760.htm 


Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.