Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/10/2009

n° 46 - Journal des Guerres de l'Otan - 19-09-10-10 -: Suite - : L’OTAN n’est pas seulement une structure militaire.


n° 46 - Journal des Guerres de l'Otan - 19-09-10-10 -: Suite  - : L’OTAN n’est pas seulement une structure militaire.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Journal des Guerres de l'Otan.  n° 46- 19-09 au10-10

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire.

3 Politique 

a) Russe

b) L'Otan & alliés

4 Institutions internationales



3 Politique

Les voisins et parties prenantes

a) Russie 

La Russie prête à reprendre la collaboration avec l'OTAN.

La Russie a fait savoir mercredi qu'elle était prête à rétablir une pleine coopération avec l'OTAN, suspendue après le conflit avec la Géorgie en août 2008. "Nous souhaiterions bien sûr rétablir une coopération totale", a déclaré Nataliya Timakova, porte-parole du président Dimitri Medvedev.

La porte-parole a ajouté que la visite prévue du secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen à Moscou montrait que l'Alliance atlantique est elle aussi désireuse d'une amélioration des relations entre les deux parties.

Après l'annonce par Barack Obama de l'abandon du projet américain de bouclier antimissiles en Europe de l'Est, saluée par Moscou, Anders Fogh Rasmussen avait estimé que l'OTAN, les Etats-Unis et la Russie devaient définitivement tourner la page de la Guerre froide et mettre en commun leurs systèmes de défense contre les menaces iranienne et nord-coréenne.

Les relations entre l'OTAN et la Russie ont été gelées à la suite du conflit géorgien en août 2008. Selon un rapport d'enquête de l'Union européenne diffusé mercredi, la Géorgie est responsable du déclenchement du conflit, mais Moscou a répliqué de façon excessive.

Selon Nataliya Timakova, ce rapport démontre que l'OTAN a pris certaines décisions trop rapidement lors du conflit.

30/9

http://fr.news.yahoo.com/3/20090930/twl-russie-otan-relations-091cf94_3.html


Extension des guerres ?

Frappes nucléaires: du nouveau dans la doctrine militaire russe

La nouvelle doctrine militaire de la Russie suppose certains changements des règles de recours à l'arme nucléaire, a annoncé jeudi aux journalistes le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev.

"Quant à la possibilité d'éventuelles frappes préventives ou nucléaires, nous allons formuler des points qui seront légèrement différents de ceux qui existent déjà", a indiqué M.Patrouchev.

Le secrétaire du Conseil de sécurité russe a souligné que la doctrine n'est pas réellement nouvelle, car elle hérite beaucoup de la version antérieure.

"Nous voulons rendre notre doctrine transparente pour permettre à nous mêmes et aux étrangers de découvrir ce que nous avons élaboré et comment nous avons l'intention de travailler", a précisé M.Patrouchev, sans toutefois dévoiler le détail des modifications.

La doctrine militaire de la Russie, adoptée en avril 2000 stipule que "La Russie se réserve le droit de se servir de son arme nucléaire en riposte à une attaque à l'arme nucléaire ou à une autre arme de destruction massive, réalisée contre elle et/ou ses alliés, ainsi qu'en cas d'une agression massive à l'arme conventionnelle si la situation s'avère critique pour la sécurité nationale de la Russie".

8/10

http://fr.rian.ru/russia/20091008/123403529.html


Dans les coulisses 

Modifications des règles de recours à l'arme nucléaire.

La nouvelle doctrine militaire de la Russie suppose certains changements des règles de recours à l'arme nucléaire, a annoncé jeudi aux journalistes le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev.

"Quant à la possibilité d'éventuelles frappes préventives ou nucléaires, nous allons formuler des points qui seront légèrement différents de ceux qui existent déjà", a indiqué M.Patrouchev.

Le secrétaire du Conseil de sécurité russe a souligné que la doctrine n'est pas réellement nouvelle, car elle hérite beaucoup de la version antérieure.

"Nous voulons rendre notre doctrine transparente pour permettre à nous mêmes et aux étrangers de découvrir ce que nous avons élaboré et comment nous avons l'intention de travailler", a précisé M.Patrouchev, sans toutefois dévoiler le détail des modifications.

La doctrine militaire de la Russie, adoptée en avril 2000 stipule que "La Russie se réserve le droit de se servir de son arme nucléaire en riposte à une attaque à l'arme nucléaire ou à une autre arme de destruction massive, réalisée contre elle et/ou ses alliés, ainsi qu'en cas d'une agression massive à l'arme conventionnelle si la situation s'avère critique pour la sécurité nationale de la Russie".

8/10

http://fr.rian.ru/russia/20091008/123403529.html

 

Poutine appelle à la levée des restrictions commerciales US contre la Russie

Le premier ministre Vladimir Poutine espère que la décision américaine sur le bouclier antimissile sera suivie de la levée des restrictions frappant la coopération des deux pays en matière de hautes technologies et de l'élargissement de l'OMC grâce l'adhésion de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan.

Jeudi, le président Barack Obama a annoncé la révision par Washington de ses approches en matière de déploiement de son bouclier antimissile en Europe, projet auquel Moscou était farouchement hostile, y voyant une menace contre sa sécurité.

"C'est une bonne idée. J'espère fort que cette décision pertinente sera suivie par d'autres, dont l'annulation complète de toute restriction sur la coopération avec la Russie, la cession à la Russie de hautes technologies et l'intensification du travail visant à élargir le nombre des membres de l'Organisation mondiale du commerce grâce à la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan", a indiqué M.Poutine intervenant vendredi au Forum économique de Sotchi.

 18/9

http://fr.rian.ru/business/20090918/123154622.html 


Sur le terrain

La Russie protégera les navires se rendant en Abkhazie.
 La Russie protégera les navires en route vers l'Abkhazie contre les provocations géorgiennes dans les eaux neutres, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite à Soukhoumi, à l'issue d'entretiens avec les dirigeants abkhaz.
"Nous sommes persuadés qu'on pourra escorter ces navires pour les protéger contre de telles provocations", a indiqué le ministre.
Ces derniers temps,
la Géorgie a arraisonné plusieurs cargos en route vers l'Abkhazie dont l'indépendance par rapport à Tbilissi avait été reconnue par la Russie en août 2008.
Moscou et Soukhoumi ont déjà convenu de créer un mécanisme de coopération entre les gardes-côtes russes et abkhaz visant à protéger les cargos dans les eaux territoriales abkhazes que Tbilissi considère comme les eaux territoriales géorgiennes et
la Russie comme les eaux d'un État souverain, selon Evgueni Intchine, chef du département russe de la frontière.

2/10

http://fr.rian.ru/world/20091002/123342864.html



b) L'Otan & alliés

Fogh Rasmussen

Le secrétaire général de l'OTAN veut "faire davantage" en Afghanistan

Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l'OTAN, multiplie les déclarations et les initiatives pour convaincre les membres de l'Alliance atlantique de "faire davantage" en Afghanistan.

Affirmant, mercredi 7 octobre, que son organisation restera dans le pays "aussi longtemps que nécessaire", mais qu'elle ne s'y trouve pas "pour l'éternité", M. Rasmussen tente à la fois de préserver la cohérence de l'OTAN, de rassurer les Etats-Unis et de vaincre les réticences de plus en plus nettes des opinions européennes.

Jean-Pierre Stroobants

LE MONDE | 08.10.09

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/10/08/le-secretaire-general-de-l-otan-veut-faire-davantage-en-afghanistan_1251101_3216.html

 

Déclaration de Rasmussen sur la défense antimissile
Je me félicite que les États-Unis aient participé aujourd'hui à l'OTAN à un débat sur les solutions pour développer une défense antimissile qui puisse impliquer tous les Alliés et assurer leur protection à tous.
Les dirigeants des pays de l'OTAN ont réaffirmé au sommet de Strasbourg-Kehl que la prolifération des missiles constituait une menace croissante et que la défense antimissile s'inscrivait dans une réponse plus large à cette menace.
Je salue le fait que l'OTAN soit appelée à jouer un rôle plus important dans les projets des États-Unis en ce qui concerne la défense antimissile en Europe.  C'est une étape positive.
Nous allons à présent nous asseoir autour d'une même table et poursuivre nos travaux, au sein de l'OTAN, sur la manière dont nous pouvons nous protéger des menaces posées par les missiles, sur la base des principes de la solidarité et de l'indivisibilité de la sécurité.


Extension des guerres ?

OTAN: la Géorgie et l'Ukraine peuvent adhérer à l'Alliance.

(Selon le nouveau secrétaire général Rasmussen)

Lors de sa rencontre mardi avec le président géorgien Mikhaïl Saakachvili, le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen a confirmé la possibilité de l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine à l'Alliance à condition qu'elles remplissent tous les critères requis, annonce l'agence News-Georgia.
Cette première rencontre entre MM.Saakachbili et Rasmussen a réuni également le chef de la diplomatie géorgienne Grigol Vachadzé, la secrétaire du Conseil de sécurité nationale Ekaterina Tkechelachvili, le conseiller en charge des affaires internationales David Sikharoulidze et le représentant permanant de
la Géorgie auprès de l'OTAN Grigol Mgaloblichbili.
Lors d'une conférence de presse, le secrétaire général de l'OTAN a confirmé que "la position de l'alliance par rapport à la coopération avec
la Géorgie restait immuable", qualifiant cette rencontre de "constructive".
"La coopération dans le cadre de la commission Géorgie-OTAN est très active, les démarches nécessaires étant entreprises en vue de la future adhésion du pays à l'Alliance. Nous avons également lancé un programme annuel de partenariat OTAN-Géorgie", a ajouté M.Rasmussen.

Novosti

23/09/2009


Dans les coulisses 

L'Otan veut un dialogue "franc et ouvert" avec Moscou

 Anders Fogh Rasmussen, le nouveau secrétaire général de l'Otan, veut ouvrir un dialogue "franc et ouvert" avec la Russie afin de réduire les tensions en Europe et faire face à des menaces communes. 

Anders Fogh Rasmussen, le nouveau secrétaire général de l'Otan, veut ouvrir un dialogue "franc et ouvert" avec la Russie afin de réduire les tensions en Europe et faire face à des menaces communes. (Reuters/B Mathur)

"Nous devons discuter avec la Russie et écouter quelles sont les positions des Russes", déclare l'ancien Premier ministre danois dans un entretien publié par le Financial Times.

Rasmussen précise qu'il va envoyer à Moscou des responsables de l'Alliance atlantique pour engager avec le Kremlin "une conversation franche et ouverte qui créera une nouvelle atmosphère".

Il juge possible un "véritable partenariat stratégique" dans lequel chaque partie coopérerait sur l'Afghanistan, le terrorisme et la piraterie.

"La Russie doit prendre conscience que l'Otan existe et qu'elle constitue le cadre de notre relation transatlantique. Mais nous devons aussi prendre en compte les préoccupations légitimes de la Russie en matière de sécurité", ajoute le secrétaire général de l'Alliance atlantique, dont il a pris la tête le 1er août dernier.

Dans un message vidéo mis en ligne sur son blog (http://andersfogh.info), Rasmussen ajoute qu'il présentera rapidement des propositions concrètes.

Il souligne la nécessité d'une coopération avec Moscou dans le domaine de la prolifération nucléaire, en mentionnant les cas de l'Iran et de la Corée du Nord.

"La Corée du Nord est déjà une puissance nucléaire et l'Iran cherche activement à se doter d'une capacité d'armement nucléaire", dit-il. "Ce genre de monde n'est ni dans l'intérêt de l'Otan, ni dans celui de la Russie."

Concernant l'Afghanistan, il juge que l'Alliance atlantique devrait examiner avec Moscou la manière dont la Russie pourrait jouer un rôle plus important dans le pays.

Il appelle les pays membres de l'Otan à augmenter leurs contributions en instructeurs militaires, en argent et en équipement afin d'accélérer la possibilité d'un transfert aux forces afghanes de la responsabilité de la sécurité du pays.

"Nous devons montrer la lumière au bout du tunnel", dit-il.

16/9

http://www.lexpress.fr/actualites/2/l-otan-veut-un-dialogue-franc-et-ouvert-avec-moscou_788115.html


Sur le terrain

06-10

M. Rasmussen déplore que la mission européenne de formation de la police et de la justice afghanes, commencée en juin 2007 et appelée à se terminer en juin 2010 ne soit toujours pas entièrement déployée.

A cet égard, M. Rasmussen va accélérer la cadence des processus de formation des forces de sécurité nationale, dont il veut, par ailleurs, accroître les effectifs : d'ici à 2011, l'Afghanistan devrait, dit-il, compter 130 000 soldats et 84 500 policiers - ils sont respectivement 93 000 et 77 000 à l'heure actuelle. Le secrétaire général a confié, mardi, au Herald Tribune que l'OTAN commencerait elle-même, dans quelques semaines, un programme de formation de la police et accroîtrait ses efforts pour former l'armée.

Confiée à un général américain à désigner, payée pour l'essentiel par les Etats-Unis, cette mission ne serait pas fusionnée avec celle conduite par l'Union européenne. Le coût de ce programme est estimé à 17 milliards de dollars pour 2010.

En mettant en avant depuis des semaines le rôle accru des Afghans en matière de sécurité, M. Rasmussen entend convaincre les opinions européennes que des progrès sont possibles et "montrer une lumière au bout du tunnel". Parallèlement, il insiste sur la question des ressources nécessaires à l'OTAN : "Il y a un fossé croissant entre les besoins et les moyens", déclare-t-il. Il exigera dès lors des ministres européens de la défense qu'ils engagent une discussion budgétaire les 22 et 23 octobre, lors d'une réunion en Slovaquie.

Jean-Pierre Stroobants

LE MONDE | 08.10.09

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/10/08/le-secretaire-general-de-l-otan-veut-faire-davantage-en-afghanistan_1251101_3216.html



c) & alliés

USA

Sur le terrain

08-10

L'administration Obama étudie toujours un éventuel renforcement du nombre de militaires américains sur le terrain (65 000 à l'heure actuelle), alors que le général Stanley Mc Chrystal, le commandant en chef de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF, quelque 100 000 hommes au total), réclame 40 000 soldats supplémentaires, nécessaires, selon lui, pour assurer une réorientation de la mission, qui serait davantage centrée sur la population.

La chaîne de commandement de l'OTAN examine à son tour les recommandations du général américain, sans se prononcer, à ce stade, sur la question des effectifs.

Rasmussen ne cache toutefois plus son inquiétude à propos des hésitations des Européens qui, dit-il, risquent de remettre en cause la "bonne santé" des relations transatlantiques et de confirmer les doutes de ceux qui, aux Etats-Unis, "s'interrogent sur l'Europe en tant que partenaire pour la sécurité".

Mission de formation

Jean-Pierre Stroobants

LE MONDE | 08.10.09

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/10/08/le-secretaire-general-de-l-otan-veut-faire-davantage-en-afghanistan_1251101_3216.html


d) Les Pro-Otan dans le monde

France

Victor Dhollande-Monnier : Un général français se place à l'Otan.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction est d'accord avec l'article mais doit être vu comme information.

L'ancien chef d'état-major de l'armée de l'air, Stéphane Abrial, va diriger un commandement stratégique de l'Alliance Atlantique, basé aux Etats-Unis.

Une nomination qui offre à la France une position intéressante pour discuter la stratégie de l'Otan.

Le général Abrial va succéder à un officier du corps des Marines, le général James N. Mattis, à la tête de l' ACT (Allied Commander Tranformation), l'un des deux commandements les plus importants de l'Otan, basé à Norfolk (Virginie).

Le général français Stéphane Abrial a pris la tête d'un commandement stratégique de l'Otan.

"L'arrivée du général Stéphane Abrial à la tête du commandement allié pour la Transformation à Norfolk marque la volonté de notre pays d'exercer pleinement toutes ses responsabilités au sein de l'Otan, aux côtés de ses alliés, a indiqué le ministre de la Défense, Hervé Morin, dans un communiqué. C'est une étape importante pour la France, pour l'Otan et pour l'Europe."

Le général Abrial est le premier Français à occuper un tel poste au sein de l'Otan. Avant lui, seuls des généraux américains avaient occupé cette fonction. Un poste qui sonne un peu comme une contrepartie accordée par les Etats-Unis à la réintégration du commandement intégré de l'Otan.

Selon Etienne de Durand, spécialiste des questions stratégiques et militaires à l'IFRI (Institut français des relations internationales), "il ne faut pas se faire d'illusions sur la possibilité, pour la France ou pour tout autre pays européen, d'exercer une influence déterminante ou même importante au sein de l'Otan. L'obtention de l'ACT n'est pas pour autant une mauvaise affaire."

Et de poursuivre: "L'originalité de ce poste est sa géographie. En place à Norfolk, à deux heures de Washington et du Pentagone, la France pourra être en lien direct avec les Etats-Unis pour discuter de la stratégie de l'Otan." 

Avantage en Europe

Et même si le poids des Etats-Unis à l'intérieur de l'Alliance Atlantique est incontestable, la France peut se positionner. "C'est à double tranchant, précise Etienne de Durand. Il ne faudra pas se laisser happer par la machine américaine. En revanche, si la France offre une bon niveau de discussions, elle aura une position privilégiée. Il nous appartient d'en faire quelque chose."

Au niveau européen, la France pourrait également retirer certains avantages de cette nomination. "A moyen-long terme, c'est le bon endroit pour avoir une influence en matière de doctrine militaire sur les autres pays européens", indique Etienne de Durand.

Victor Dhollande-Monnier,

09/09/2009

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/un-general-francais-se-place-a-l-otan_785588.html#xtor=AL-447


Pays-Bas  

06-10

Les Pays-Bas se sont ajoutés à la liste des pays qui entendent retirer leurs troupes : le parti chrétien-démocrate du premier ministre Jan Peter Balkenende a été battu à la Chambre des députés, où une majorité alternative a voté une motion exigeant que la mission des 1 800 soldats néerlandais dans le Sud afghan ne soit pas prolongée au-delà du 1er décembre 2010. Les Pays-Bas resteront toutefois "associés au destin de l'Afghanistan", a promis M. Balkenende.

Jean-Pierre Stroobants

LE MONDE



4 Institutions internationales.

UE

Rapport de l'UE: la Géorgie a déclenché la guerre d'août 2008 contre Moscou.

Le rapport commandé par l'Union européenne sur les causes de la guerre russo-géorgienne d'août 2008 conclut que Tbilissi a déclenché l'offensive militaire en Ossétie du Sud, sans incursion préalable des Russes, selon le texte du document publié mercredi.

"Le bombardement de Tskhinvali par les forces armées géorgiennes durant la nuit du 7 au 8 août 2008 a marqué le début d'un conflit armé de grande ampleur en Géorgie", souligne le rapport diffusé sur le site internet de la commission chargée par l'UE de faire la lumière.

Dans un communiqué séparé, la présidente de la commission d'enquête mise sur pied par l'Union européenne, la diplomate suisse Heidi Tagliavini, souligne clairement: "Du point de vue de la commission, c'est la Géorgie qui a déclenché la guerre en attaquant Tskhinvali à l'artillerie lourde" cette nuit là.

Le rapport réfute un argument central avancé l'an dernier par le président géorgien Mikheïl Saakachvili pour justifier son offensive, à savoir qu'il aurait répondu à une incursion de troupes russes sur le territoire de la province rebelle géorgienne d'Ossétie du Sud.

"La commission (d'enquête) n'est pas en mesure de considérer comme suffisamment étayée l'affirmation géorgienne au sujet d'une offensive militaire russe de grande ampleur en Ossétie du Sud avant le 8 août 2008", indique le rapport.

"Aucune des explications données par les autorités géorgiennes pour avancer une forme de justification légale à leur attaque n'a été validée", a souligné la présidente de la commission d'enquête.

Toutefois, le rapport indique que le déclenchement des hostilités était "seulement le point culminant d'une longue période de montée de la tension, de provocations et d'incidents" entre les futurs belligérants, pointant ainsi du doigt les responsabilités de la Russie.

Mme Tagliavini a souligné que "la partie russe mérite aussi d'être critiquée pour un nombre appréciable de violations du droit international" avant et durant le conflit.

Elle a fait état de "sérieuses interrogations concernant l'attitude des forces armées russes qui n'ont pas voulu ou pu mettre un terme aux atrocités commises par des groupes armés, ou des individus se battant du côté sud-ossète, contre la population civile dans les territoires sous contrôle russe".

30 septembre

http://www.lematin.ch:80/flash-info/monde/rapport-ue-georgie-declenche-guerre-aout-2008-contre-moscou


Nations unies

Les Nations unies prolongent d'un an la présence de l'OTAN en Afghanistan.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a prolongé le mandat des troupes de l'OTAN en Afghanistan. Le conseil a voté à l'unanimité jeudi l'extension de l'intervention de la force internationale de sécurité et d'assistance composée de 70.000 soldats, sur le sol afghan. Son rôle premier est de protéger les civils, a souligné la haute instance.

La résolution insiste sur l'importance de former les forces de sécurité afghane et d'améliorer leurs capacités pour leur permettre de devenir autosuffisantes, en fournissant plus de personnels, plus d'équipements et de ressources aux envoyés de l'OTAN. A terme, les forces afghanes doivent pouvoir défendre seules leur pays, à l'issue d'un programme leur confiant progressivement plus de responsabilités. Quelque 134.000 militaires ou policiers afghans devraient être mis à niveau d'ici deux ans.

Le Conseil ne s'est pas prononcé sur la question débattue au Congrès américain de l'envoi possible de 40.000 hommes supplémentaires. Barack Obama devrait trancher ce point d'ici quelques semaines. Il y a actuellement 34.000 Américains sous commandement de leur pays en Afghanistan, et 31.000 sous le drapeau de l'OTAN.

Le Conseil de sécurité a condamné par ailleurs l'attaque "répréhensible" contre l'ambassade indienne à Kaboul en demandant que les responsables soient traduits en justice

. AP

09-10

http://fr.news.yahoo.com/3/20091009/twl-onu-afghanistan-repetition-fcd69a8_2.html

 

Le Venezuela reconnaît l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud.

Le président vénézuélien, Hugo Chavez, a annoncé que Caracas reconnaissait l'indépendance des régions sécessionnistes géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud.

"Le Venezuela participe à partir d'aujourd'hui à la reconnaissance de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie", a-t-il dit à Dmitri Medvedev lors d'une rencontre à la résidence officielle du président russe à Barvikha, à la périphérie de Moscou.

"Nous entamerons bientôt les démarches pour établir des relations diplomatiques avec ces pays", a-t-il poursuivi.

"Merci Hugo", lui a répondu Medvedev, dont la reconnaissance des deux provinces sécessionnistes géorgiennes n'avait trouvé qu'écho minime auprès de la communauté internationale.

"La Russie a toujours soutenu le droit souverain des Etats à reconnaître ou non l'indépendance d'un pays. Mais nous ne sommes naturellement pas indifférents au sort de ces deux Etats. Nous vous sommes très reconnaissants", a-t-il ajouté.

Chavez avait entamé sa visite mercredi soir par un hommage appuyé à Vladimir Poutine, ex-président et actuel Premier ministre russe, qu'il a célébré pour avoir tenu tête aux Etats-Unis.

Chavez : "L'empire des Yanks tombera en ce siècle, je ne veux pas dire à la fin du siècle mais dans les prochaines décennies (...) C'est pourquoi il est si important que la Russie se relève - c'est le grand héritage de Poutine".

 Guy Faulconbridge 
 10 septembre  
 http://fr.news.yahoo.com/4/20090910/twl-russie-venezuela-georgie-f3f52da.html 

                         

Les commentaires sont fermés.