Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/10/2009

n°2 - Analyse - Géopolitique et stratégie - Réflexion : Obama Nobel - 16-10 -: Début -Obama récompensé pour son œuvre pour un Nouvel Ordre Mondial.

n°2 -  Analyse -  Géopolitique et stratégie - Réflexion : Obama Nobel - 16-10 -: Début  -Obama récompensé pour son œuvre pour un Nouvel Ordre Mondial.  



Obama Nobel’ :Analyse -  Géopolitique et stratégie

 n°2 du 16-10                                                                   C.De Broeder & M.Lemaire

 



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

1 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

1-1 Anonyme : Une escalade militaire au visage humain : le comité Nobel accorde le « feu vert »

1-2 Obama récompensé pour son œuvre pour un Nouvel Ordre Mondial.  

1-3 Prix Nobel de la Paix à un Criminel de guerre.

1-4 Nicolas Bárdos-Féltoronyi : Obama Nobel ?

1-5 Akiva Eldar : Les railleries israéliennes sur le prix Nobel d'Obama sont de la  pure «Chutzpah »

1-6 Níkolas Stolpkin : Surréalisme magique – Prix Nobel de la Guerre 2009.

Suite & Fin

2 Réflexion

2-1 Les soldats US en Afghanistan sont au bord du gouffre.

2-2 La « Guerre sans frontières » d’Obama.

2-3 Gilad Atzmon : Le Prix Nobel, la marque déposée Obama® et le Président.

 



1 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..

1-1 Anonyme : Une escalade militaire au visage humain : le comité Nobel accorde le « feu vert ».

De façon plus significative, le prix Nobel de la paix concède la légitimité à une « escalade » sans précédent des opérations militaires menées par les États-Unis et l'OTAN sous la bannière du rétablissement de la paix.

Il contribue à falsifier la nature de l'ordre du jour militaire des États-Unis et de l'OTAN.

Entre 40 000 et 60 000 troupes étatsuniennes et alliées de plus devraient être envoyées en Afghanistan sous une enseigne de rétablissement de la paix. Le 8 octobre, un jour avant la décision du comité Nobel, le Congrès étatsunien a entériné un projet de loi d'autorisation à la défense de 680 milliards de dollars, destiné à financer le processus d'escalade militaire :

« Washington et ses alliés de l'OTAN prévoient une augmentation sans précédent des troupes pour la guerre en Afghanistan, en plus des 17 000 nouvelles forces étatsuniennes et des milliers de forces de l'OTAN qui se sont jusqu'à présent dévouées à la guerre cette année. »

Selon des reportages jusqu'ici non corroborés concernant les demandes du commandant des États-Unis et de l'OTAN Stanley McChrystal et du président de l'Instance collégiale des chefs d'état-major Michael Mullen à la Maison-Blanche, le nombre de troupes varie de 10 000 à 45 000.

Fox News a cité des chiffres aussi élevés que 45 000 soldats étatsuniens de plus et ABC News jusqu'à 40 000. Le 15 septembre, le Christian Science Monitor mentionnait que cela irait « peut-être jusqu'à 45 00 ».

La similitude des évaluations indique que l'on s'est entendu sur un nombre et que les médias obéissants des États-Unis préparent l'auditoire national à l'éventualité de la plus grande escalade de forces armées étrangères de l'histoire de l'Afghanistan. Il y a sept ans seulement, les États-Unis avaient 5000 troupes dans le pays, mais planifiaient d'augmenter ce nombre à 68 000 pour décembre, avant même que ne surgissent les reportages pour de nouveaux déploiements. (Rick Rozoff, U.S., NATO Poised For Most Massive War In Afghanistan's History, Global Research, 24 septembre 2009)

Quelques heures après la décision du comité Nobel norvégien, Obama a rencontré le conseil de guerre ou peut-être devrions-nous le nommer « conseil de paix ». Cette réunion avait été soigneusement planifiée pour coïncider avec celle du comité Nobel.

Cette réunion clé derrière les portes closes de la salle de gestion de crise de la Maison-Blanche comprenait le vice-président Joe Biden, la secrétaire d'État Hillary Clinton, le secrétaire à la Défense Robert Gates, ainsi que d'importants conseillers politiques et militaires. Le général Stanley McChrystal a participé à la rencontre par vidéoconférence depuis Kaboul.

Le général Stanley McChrystal aurait offert au commandant en chef « plusieurs alternatives », « incluant un ajout maximal de 60 000 troupes supplémentaires ». Le nombre 60 000 a été cité à la suite d'une fuite du Wall Street Journal (AFP : After Nobel nod, Obama convenes Afghan war council, October 9, 2009)

Selon un représentant officiel de l'administration, « [l]e président a eu une conversation corsée sur la sécurité et les défis politiques en Afghanistan, et les options visant à élaborer une approche stratégique allant de l'avant ». (Cité dans AFP : After Nobel nod, Obama convenes Afghan war council October 9, 2009)

Le comité Nobel avait en un sens donné le feu vert à Obama. La réunion du 9 octobre dans la salle de gestion de crise avait pour but de jeter les bases d'une autre escalade du conflit sous le blason de la contre-insurrection et de l'instauration de la démocratie.

Entre-temps, au cours des derniers mois, les forces étatsuniennes ont intensifié leurs bombardements aériens de communautés villageoises dans les zones tribales du nord du Pakistan, sous l'emblème du combat contre Al Qaïda.

Traduction : Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

Wednesday, October 14, 2009 8:53 PM


1-2 Obama récompensé pour son œuvre pour un Nouvel Ordre Mondial.  

La nouvelle a surpris tout le monde, y compris les Américains eux-mêmes, qui ont découverts avec stupeur que leur schizophrène de Président a obtenu le Prix Nobel de la Paix 2009. Il semblerait que le jury du Prix Nobel ait basé sa décision sur de beaux discours et a complètement oublié de tenir compte de l’action réelle du Président Obama.
  Voici pour rappel la liste des actions entreprises par le Président Barack Obama pour « la paix dans le monde » :    
 * N’a pas dit un seul mot à propos du génocide de Gaza perpétré par les criminels sionistes fin 2008  
 * A fait reculer le processus de paix Palestinien  d’un pas de géant : on en est plus à négocier les points d’un accord de paix mais à négocier juste les conditions pour pouvoir commencer un dialogue.
 * A renouvelé les accords tacites sur l’arsenal nucléaire Israélien, accords qui n’ont plus rien de tacites, Netanyahu ayant exigé et obtenu des
accords écrits.   
 * A publié un ordre pour fermer la prison de Guantanamo, mais n'a réellement approuvé aucun plan pour l’appliquer  
 * A réduit les troupes Américaines en Irak, seulement pour les remplacer par des mercenaires privés (BlackWater…)
 * A étendu la guerre en Afghanistan au Pakistan en augmentant le nombre d'attaques aériennes dans les régions frontalières  
 * A augmenté le nombre de troupes US en Afghanistan par dizaines de milliers, et encore plus de soldats sont prévus.  
 * A établi une présence militaire US sur les bases militaires Colombiennes    
 * A approuvé un coup d’Etat de velours échoué en Iran, et participe au plan d’une future guerre d’agression en Iran, basée sur aucune vérité, de même que Bush a fait en Irak
 * A permis à la police et aux troupes de
la Garde Nationale de s'engager dans un des durcissements les plus sévères contre la liberté d'expression, en mémoire les récentes violences au sommet du G20 à Pittsburgh  
 * A continué à attiser les peurs en inventant un nouveau terrorisme à plusieurs visages, dont le but est de créer des milices civiles et d’encourager la délation  
 * Continue à permettre à Blackwater (maintenant Xe) d’obtenir des contrats de défense, même à la lumière des rapports sur un réseau de prostitution d'enfant ayant lieu dans ses locaux en Irak.  
 …   et la liste est encore longue et est loin d’être finie.  
 Récemment, son administration a commencé à battre les tambours pour une guerre contre l'Iran, soit disant parce que le pays développe des armes de destruction massive. Des propos qui contrastent nettement avec les informations fournies par l'Agence Internationale de l'Energie Atomique et même avec les rapports de renseignement internes des USA. Clairement ce président a la même notion de liberté que le couple Bush/Cheney,  laissant mourir de faim des populations entières et les privant de tout en mettant en place des sanctions, pour ensuite les libérer de leurs souffrances en leur déclarant la guerre.  
 Sérieusement, la liste des actions entreprises par Obama et son administration n’a rien à voir avec la paix, ne me parlez pas de ses discours, car cette homme semble être passé maître pour dire quelque chose et faire exactement son contraire, au mépris de tous et en mentant à tout le monde y compris à ses propres concitoyens. Cet homme mérite-t-il le Prix Nobel de
la Paix pour son action pour la paix ?

 L'explication la plus susceptible à ce Prix Nobel réside dans l'engagement de M. Obama pour la globalisation et pour les Nations Unies. Il croit très fortement que l'ONU est la clef pour un ordre global, et agi pour ramener les Etats-Unis en conformité avec la doctrine de l'ONU. Tristement, cette doctrine réclame l'affaiblissement substantiel dans la souveraineté nationale. Elle exige l'acceptation de règles mises en place, non pas par nos propres représentants élus, mais par des représentants non élus, opaques et totalement corrompus. Les mêmes personnes qui œuvrent depuis bien longtemps pour soumettre l’ensemble de l’humanité à l’esclavage et pour faire de la terre un dépotoir, sans aucun respect ni pour la nature, ni pour l’humanité ni pour les valeurs morales, qui sont la fierté de notre espèce, sont exactement les mêmes qui occupent les postes clés dans les institutions globalistes qui gouvernent de plus en plus ouvertement notre monde.    
 Le Comité Nobel a commenté que le prix a été attribué à M. Obama car il a changé le climat des relations internationales par son engagement en diplomatie. Apparemment ces individus confondent l’engagement pour la diplomatie avec l’engagement pour un Nouvel Ordre Mondial avec lequel M. Obama semble tout à fait à l’aise.
 Oui merci M. Obama pour tout ce que vous avez fait pour promouvoir le Nouvel Ordre Mondial :  
 * A fait avancer l’agenda su SPP pour la mise en place de l’Union Nord Américaine (exactement à l’opposé à sa promesse de compagne)
 * A renfloué de quelques 1000 milliards de dollars les mêmes banquiers qui sont à l’origine de la crise et qui sont les moteurs du Nouvel Ordre Mondial, le citoyen lui n’a rien obtenu à part quelques broutilles.  
 * A multiplié les discours globalistes pour promouvoir un Nouvel Ordre Mondial fait d’une seule communauté, comprenez une dictature mondiale    
 * A poursuivi la mise en place de lois liberticides soit disant pour faire face à une nouvel forme de terrorisme sans visage  …  Oui dans ce cas on comprend beaucoup mieux qu’on lui ait remis ce prix.
Accompagné de ses pantins, Sarkozy, Brown, Merkel, on peut reconnaître que ceux-là ont beaucoup fait pour se coordonner afin de nous dépouiller de nos droits avec le Traité de Lisbonne,
la Nouvel Ordre économique, le Nouvel Ordre écologique ….. Bref pour faire de ce monde une énorme prison servant les intérêts de leurs maîtres satanico-sionistes.

Lundi 12 Octobre 2009

http://www.alterinfo.net/Obama-recompense-pour-son-oeuvre-pour-un-Nouvel-Ordre-Mondial_a37881.html


1-3 Prix Nobel de la Paix à un Criminel de guerre.

La tradition du Comité Nobel est longue et déshonorante, mais pour les gens informés, il n’y aucune surprise à cela.

Voyez donc les Nobel de Paix honorés par le passé :  
 • Henry Kissinger ;
  • Shimon Peres ;
 • Yitzhak Rabin ;
 • Menachem Begin ;
 • FW de Klerk ;
 • Al Gore ;
 • Dalai Lama, membre secret de
la CIA

• Kofi Annan, défenseur fidèle des guerres impérialistes ;  • Les forces de maintien de la paix de l'ONU (paramilitaire) qui déclenchent les conflits plutôt qu'ils ne les résolvent ;
 • Elie Wiesel, islamophobe belliciste ; 

• Norman Borlaug, dont la « révolution verte » a causé la mort de millions de personnes ;
 • Medecins sans Frontieres, Co-fondé par le faucon de guerre rabique, Bernard Kouchner, maintenant Ministre des Affaires Etrangères de
la France et de l’Europe ; 

• Woodrow Wilson qui a rompu son engagement de ne pas engager les USA dans
la 2ieme GM   
 • Jimmy Carter qui a soutenu une flopée de tyrans et qui a piégé les Soviétiques dans le bourbier Afghan qui a coûté la vie à des millions de personnes ; 

• George C. Marshall, instrumentalisé pour la création de l'OTAN et a lancé la guerre contre la Corée du Nord ; 

• Theodore Roosevelt qui a déclaré par le passé « j’accueillerai toute guerre avec plaisir, parce que je pense que ce pays en a besoin;  »
  • d'autres gagnants peu méritants…

« La guerre est la paix, » ce qu’Orwell comprendrait parfaitement.  
 Après l'annonce du 9 Octobre, le New York Times a cité le gagnant de 2007, Al Gore, disant qu'il « s’interrogeait » sans pouvoir se l'expliquer, que cette récompense est aussi imméritée que la sienne. Les rédacteurs Steven Erlanger et Sheryl Stolberg l'ont qualifié de « surprise. » Pour d'autres, ils se sont sentis choqués et a trahis.  
 Le Palestinien Muhammad  Al-Sharif se demande : « Israël a-t-il cessé d'établir des colonies ? Est-ce qu’Obama a permis la création d’un Etat palestinien ? » 
 Iyad Burnat, un des leaders pour l’action non violente en Cisjordanie, « a commencé à devenir fou » après avoir entendu l’annonce de l’attribution.
« Je me suis demandé pourquoi. Les Américains sont encore en Irak et en Afghanistan, et
la Palestine est encore occupée….Pourquoi n'ont-ils pas donné le prix à George Bush. Il a travaillé très dur pendant huit années pour le massacre des enfants, lançant les guerres et soutenant l’occupation ?
Je pense que le prix rend les personnes plus violentes. Vous pensez qu'Obama peut faire la paix….pourquoi n’attendent-ils pas qu'il la fasse réellement avant de lui remettre ? ».    
 Faisant le grand écart, The Times a indiqué que c’est « un honneur inattendu….éloge et perplexité autour du globe. »  
 Il ont qualifié ce choix de pied de nez à la politique extérieure de Bush au lieu d'expliquer que cela légitime les guerres et les conflits, ce sont les mêmes, sous Obama, qui poursuivent une guerre plus agressive en Afghanistan et au Pakistan sous le Général (Stanley McChrystal) James Petras, surnommé le « psychopathe notoire » - responsable d’atrocités de crime de guerre alors qu’il dirigeait l’infâme Joint Special Operations Command (JSOC) du Pentagone. Cela importe peu, pour Erlanger et Stolberg du Times :  
 « M. Obama a généré de énormément de bonne volonté à travers le monde
(et) a fait une série de discours ambitieux qui inspirent le respect. Il s'est voué à promouvoir un monde sans armes nucléaires ; a touché le monde musulman (et) a cherché à remettre en marche les entretiens de paix entre Israël et les Palestiniens, au risque d'offenser certains de ses partisans juifs
. »    En fait, ses discours sont non sincères et remplis de mensonges. Il dédaigne la paix. La «Global War on Terror» a été rebaptisé en « Overseas Contingency Operation. » La torture demeure dans la politique officielle des Etats-Unis. Son administration pestifère d'islamophobes. Les lobbies Israéliens demeurent confortablement dominants. Les musulmans sont toujours la cible numéro 1. Son ambition est la domination globale. Sa méthode de guerres impériales est de frapper en premier avec option de frappe nucléaire.  
 La logique tordue du Comité Nobel en annonçant la récompense  
 Elle reflète les efforts extraordinaires d'Obama « pour renforcer la diplomatie et la coopération internationales entre les peuples. »  
 Les faits :
  En moins de 9 mois après sa prise de fonction, Obama a œuvré pour la déstabilisation et la confrontation de nombreux pays, incluant l'Irak, l'Afghanistan, l'Iran,
la Russie, la Chine, la Palestine occupée, le Venezuela, l'Equateur, la Bolivie, la Somalie, la Corée du Nord, le Cuba, le Nicaragua, et le Honduras en déposant un président démocratiquement élu et en obstruant les efforts de le rétablir.  
 La « vision et le travail d'Obama pour un monde sans armes nucléaires. »   
 
Les faits :
 L'Amérique a le plus grand et plus menaçant arsenal nucléaire au monde. En dehors d'Israël, c'est la seule puissance appliquant une politique de frappe nucléaire préventive contre tout pays considéré comme une menace. Son plan de réduction de l’arsenal nucléaire ne sert qu’à remplacer les anciennes armes par des armes neuves de nouvelle génération, et son soi-disant « système anti-missile de défense » n’est en réalité qu’ offensif.    
 « Obama, en tant que président, a créé un nouveau climat dans la politique internationale. La diplomatie multinationale a regagné une position centrale, avec un accent mis sur le rôle des Nations Unies et des autres institutions internationales. »  
 Les faits :   
 Obama poursuit la même politique que George Bush :
  • guerres permanentes et occupations ;  • Niveau record des dépenses militaires alors que l’Amérique n'a aucun ennemi ;  • fournissant des armes et des munitions aux Etats alliés voyous ;  • menaçant les Etats « indépendants » avec des sanctions et des menaces de guerre ;  • violant les règles internationales ;  • poursuivant un Jihad global contre les droits de l'homme et les libertés civiles ;
 -- utilisant le Conseil de Sécurité pour intimider et mettre la pression pour imposer des politiques et pour bloquer les mesures constructives grâce à leur veto ; et    
 • poursuivant la politique d’hégémonie globale de l'Amérique (« full spectrum dominance») sur toutes les terres du monde, les mers, les airs, l’espace, spectre électromagnétique et systèmes d'information avec assez de puissance pour se battre et gagner toute guerre globale contre tout adversaire, y compris en faisant usage d’armes nucléaires.  
 Sous Obama, « les Etats-Unis jouent maintenant un rôle plus constructif en relevant le grand défi du changement climatique auquel est confronté le monde.
»   
 Les faits:  
 L’administration Obama a passé les lois « American Clean Energy et Security Act of 2009 » qui sont destructrice pour l’environnement, laissant les gros pollueurs récolter des bénéfices exceptionnels, en faisant payer plus le consommateur pour l'énergie et le carburant, et crée de nouvelles bulles pour Wall Street par la spéculation sur les dérivés de carbone. 
 Selon Alden Meyer de l’Union of Concerned Scientists, « les Etats-Unis entravent les progrès sur les entretiens sur le climat à Bangkok », de telle manière que cela annule les efforts précédents.    
 « La démocratie et les droits de l'homme doivent être renforcés. »  
 Les faits:  
 La politique d’Obama les a affaibli aux Etats-Unis et ailleurs. La torture demeure dans la politique officielle des USA. Les musulmans, les immigrés latinos, et les activistes pour la défense des animaux et de l’environnement en sont régulièrement les victimes. De même que les manifestants pacifistes.
Les mesures pour un Etat policier sont passées dans les lois et de nouvelles mesures encore plus dures sont prévues. L'espionnage illégal continue. La réforme de la santé entrave les droits de l'homme, et les nouveaux vaccins de grippe porcine ne sont que des expérimentations secrètes d’armes biologiques.  
 « Il est très rare de trouver une personne ayant fait autant qu'Obama pour captiver le monde et donner au peuple l’espoir d’un futur meilleur. »  
 Les faits:   
 Sous Obama, un nombre croissant d’Américains, qui se compte en millions, doivent de plus en plus faire face à la pauvreté, au chômage, à la faim, à la précarité des logements, au désespoir, aux problèmes de santé, et bientôt aux décès causés par les guerres permanentes.  
 « Pendant 108 années, le Comité Norvégien du Nobel a cherché précisément à stimuler la politique internationale et ces attitudes pour lesquelles Obama est maintenant le principal porte-drapeau mondial. »  
 Les faits :   
 Manipuler la vérité, la logique tordue du Comité honore ceux qui devraient être poursuivis pour crimes contre l’humanité.
 Une tradition vieille de 110 ans    
 Alfred Nobel (1833 - 1896) l'a commencée en 1901. Né en Suéde, était un riche chimiste du 19ieme siècle, ingénieur, inventeur de la dynamite, fabriquant d'armes, et profiteur de guerre, se réinventant sur le tard un rôle de faiseur de paix.  
 On compte parmi les anciens nominés au Prix Nobel de
la Paix : Adolph Hitler, Joseph Staline, Benito Mussolini, Tony Blair, Rush Limbaugh et George W. Bush.
Mahatma Gandhi a été nominé à 4 reprises mais ne l'a jamais emporté. Ni celle qui a été nominé par 3 fois, Kathy Kelly, et beaucoup d’autres personnes méritantes, qui se sont fait coiffer par des faucons de guerre comme Henry Kissenger dont le CV comporte :  
 • trois à quatre millions de morts en Asie du sud-est ;  • des dizaines de milliers plus dans le monde entier ;  • organisation de nombreux coups d’Etat et soutient aux despotes ;  • alimentation des conflits mondiaux et de la violence ; et  • détenant un casier judiciaire hallucinant.  
 Ou d'autres comme :  
 • Les leaders Israéliens Shimon Peres, Yitzhak Rabin et Menachem Begin, responsables de la plus grande injustice du siècle si ce n’est de l’humanité ;  
   • Kofi Annan qui a soutenu l'impérialisme occidental, des années de sanctions génocidaires en Irak, l'invasion et l’occupation de 2003, et le chaos généré en Afghanistan ; et    
 • Al Gore, le vainqueur de 2007, était infâme pour mettre la politique au-dessus des principes et a fait une carrière basée sur son soutien aux guerres, aux corporations, … les mêmes caractéristiques qu’Obama et de son administration, idéologiquement estampillé « faucons ».  
 En conséquence, la fabrique de guerre Américaine continue, sanctifié et légitimé sous l’aura du faiseur de paix Obama. Ou comme Alexandre Cockburn l'a mis dans son article du 10 octobre « Guerre et Paix » :  
 Ce prix est « une déformation du mythe d'Alger, inspirant la jeunesse (et les futurs primés du Nobel) : vous aussi pouvez assassiner des Philippins, ou des Palestiniens, ou des Vietnamiens ou des Afghans et vous pourrez toujours gagner un prix pour la paix. C'est l’audace de l'espoir à l’extrême. » Nobel de l’Hypocrisie aussi en dédaignant la paix en faveur de la guerre. La tradition continue.
Mardi 13 Octobre 2009

 http://www.baltimorechronicle.com/2009/101209Lendman.shtml

http://www.alterinfo.net/Prix-Nobel-de-la-Paix-a-un-Crimi...



1-4 Nicolas Bárdos-Féltoronyi : Obama Nobel ?

En ce qui concerne Obama, le comité Nobel a apprécié sa rhétorique et pas ses actes ou ses non actes.

Certes, ses discours électoraux, ceux du Caire et bien d'autres sont admirables. Mais les discours ne sont pas suivis d'actes ni aux Etats-Unis ni dans le monde ou y sont suivis par peu d'actes. La presse américaine dresse depuis des mois la liste des domaines où Obama échoue! Ce n’est pas le cas de ce côté-ci de l’Atlantique. On peut se demander si les bonnes intentions suffisent pour convaincre ceux qui, en bons atlantistes, sont déjà convaincus par "un autre ton" en Europe. La réponse à cette question est affirmative pour moi. Mais néanmoins que l'on ne me demande pas de devenir naïf!
Depuis son élection, Obama poursuit la guerre contre l’Afghanistan,
la Somalie et ailleurs, en annonçant sans cesse de nouveaux renforts ; le «dégagement» de l’Irak, pays détruit par son prédécesseur George W Bush, se fait toujours attendre; la menace d’attaque militaire contre l’Iran est évoqué malgré l'interdiction formelle de telles menaces par la Charte de l'ONU. « Toutes les options restent sur la table » répètent à l’unisson Obama et ses collaborateurs ! Pourtant, la dictature en Arabie Séoudite est bien plus répressive que celle de l'Iran et Israël comme déjà puissance nucléaire constitue un risque bien plus grand pour le monde. 

Depuis qu’il est à la Maison-Blanche, Obama n’a même pas été capable de mettre fin à l’une des réalisations les plus répugnantes de l’administration Bush, à savoir la fermeture du centre de torture de Guantanamo, où des centaines d’hommes et parfois d’enfants croupissent depuis des années, non seulement sans avoir été jugés, mais le plus souvent sans même avoir été mis en examen. Ce dossier était le seul pour lequel le candidat Obama avait pris des engagements fermes, mais il ne les a pas tenus. Par ailleurs, il n'est pas question de fermeture d'autres camps tels qu'à Begram près de Kaboul de très mauvaise réputation, en Roumanie, au Pakistan, en Pologne,... et même en Belgique à Kleine Bogel. Sans contrôle quelconque, les détentions illégales, les conditions carcérales détestable, voire les tortures peuvent continuer dans ces camps.
Et ne parlons évidemment pas de la politique de Washington vis-à-vis de son allié Israël. Sous Obama comme sous Bush, les dirigeants israéliens ont poursuivi la politique d’expansion, leur guerre et répressions criminelles contre le peuple palestinien, l’étranglant chaque jour un peu plus, sans que Washington y trouve à redire avec quelques efficacités. L’armée américaine multiple ses implantations à travers le monde tel que j’ai pu observé en Macédoine, en Géorgie et en Arménie mais aussi en Afrique et en Asie centrale. Cette politique d’expansion est source de conflits futurs.
Selon moi, la palme de l’hypocrisie washingtonienne se trouve probablement dans sa gestion des affaires nucléaires. Chef de la première puissance mondiale dans le nucléaire militaire, et de la seule à avoir utilisé l’arme atomique pour massacrer des populations (à Hiroshima et Nagasaki, au Japon, en août 1945), Obama a intégralement repris l’agenda de ses prédécesseurs : ne pas toucher à son propre arsenal nucléaire et ne surtout rien demander au sujet de l’arsenal israélien. Malgré des engagements formels, pas de désarmement!
Certes, le comité formé par le Parlement de Norvège pour décerner les Prix Nobel de
la Paix a déjà fait, au cours de son histoire centenaire, d’autres choix étranges. Une série de bellicistes patentés ont été honorés dans le passé, que ce soit l’Américain Henry Kissinger, ou les Israéliens Menahem Begin, Shimon Peres et Itzakh Rabin. Kissinger s’était distingué dans l’intensification de la guerre contre le peuple vietnamien –qui fit 2 millions de morts- ; Menahem Begin, directement impliqué dans le massacre de Deir Yassin en 1948, dirigeait le gouvernement israélien qui agressa sauvagement le Liban à partir de 1978 ; Shimon Peres et Itzakh Rabin (pour ce dernier, jusqu’à sa mort par assassinat en 1995) eurent aussi de longues et sanglantes carrières. Mais au moins ces hommes, au moment où ils reçurent la récompense, pouvaient-ils sauver la face en exhibant publiquement des traités de paix, ou des semblants de traités de paix : ainsi de Kissinger avec l’arrêt de la guerre du Vietnam (1973), de Begin avec le traité israélo-égyptien (avec l’Egyptien Sadate, 1978) ; et de Peres/Rabin, pour les « accords d’Oslo » (avec Arafat, 1994).

Bien cordialement,

Nicolas Bárdos-Féltoronyi


1-5 Akiva Eldar : Les railleries israéliennes sur le prix Nobel d'Obama sont de la  pure «Chutzpah » *

La remise du Prix Nobel de la Paix au Président Obama a été perçu par beaucoup comme "une avance sur recettes". Ce prix sera-t-il un moteur pour l'encourager dans ses projets de paix pour le Moyen Orient ?

Certainement, mais il est certain que seul il ne pourra rien obtenir.

A la gauche israélienne de sortir de sa torpeur et de lui apporter son soutien.
L'article d'Akiva Eldar traduit bien le climat actuel existant en Israël à ce propos.
Les railleries israéliennes sur le prix Nobel d'Obama sont de la  pure «Chutzpah » *
Le torrent de mépris qu'on entend en Israël  à propos du Président Obama et de la décision du Comité Nobel, est plus risible qu'autre chose.
Trois Israéliens ont déjà reçu ce prix respecté : Menahem Begin, Yitzhak Rabin et  Shimon Peres. Que sont-ils devenus? 

Le premier s'est enfermé chez lui après avoir planté  Israël dans le bourbier libanais,

le second a été assassiné par un fanatique juif qui a préparé la venue d'un gouvernement de droite, et le troisième "l'architecte d'Oslo", est devenu le chantre de l'occupation.
Et aujourd'hui ? Est-ce que quiconque peut montrer du doigt un seul homme d'état israélien qui mériterait des félicitations pour sa contribution à la paix? Et quand des centaines d'Israéliens - toujours les mêmes-  se sont-ils  réunis pour la dernière fois sur
la Place Rabin pour revendiquer
la Paix?
Nous sommes les derniers qui devraient se plaindre à propos de l'inaction de pays étrangers dans quoi que ce soit ayant trait à notre conflit. Il faut une "chutzpah" considérable pour élire un gouvernement de droite et espérer ensuite que les "Goyim"** vont nous sortir de là.
Du fond de sa réserve naturelle, ce qui reste de la gauche sioniste s'est dit déçu que Obama n'ait pas condamné publiquement le premier ministre Netanyahu, suite à son refus de geler la politique d'implantations. Par contre, du côté de l'opinion publique centriste comme parmi les médias, le leader du petit état d'Israël a été loué pour sa « victoire » dans la bataille contre le président de la plus puissante nation du monde.
Alors que Obama essaye de promouvoir un dialogue universel basé sur un espoir pour un futur meilleur, en combattant le racisme et en faisant avancer les Droits de l'Homme, en Israël on a apprécié l'utilisation faite par Netanyahu de
la Shoah et de son horreur.
Ceux qui savent, vous certifient que le rapport que la secrétaire d'état Hillary Clinton est en train de préparer sur la situation dans les Territoires occupés, ainsi que les progrès du processus de paix, vont
effacer le sourire de victoire de la face de Netanyahu. Ils disent que ce document va révéler que la "déclaration de Bar Ilan" en faveur  d'une solution à deux États est vide de contenu.
En utilisant les mêmes termes que ceux employés en son temps par Ehud Barak pour parler du lauréat du Prix Nobel Yasser Arafat, ce rapport va montrer le "vrai visage " de Netanyahu.
Et puis après?

Est-ce que Obama va rappeler son ambassadeur en Israël pour consultations?

Va- t-il demander au Congrès d'approuver des sanctions économiques contre Israël?
Combien de membres du Congrès, démocrates et républicains, soutiendraient une ligne dure contre Israël ? Le mois prochain, tous les membres de
la Chambre et un tiers du Sénat vont essayer de se faire réélire. Même les plus chauds partisans de la Paix parmi eux ne prendront pas le risque
d'être mis sur la liste noire par le prospère lobby juif. D'après une étude distribuée par des groupes juifs au Capitole, la petite crise sur les implantations a fait chuter à 4% le soutien des Israéliens à
Obama. Il est difficile dans ces conditions de se plaindre des politiciens américains.
Si l'érosion du caractère juif de l'État d'Israël n'empêche pas les Juifs de Manhattan de dormir, pourquoi cela devrait-il affecter un représentant  catholique du Massachusetts au Congrès? Si les Israéliens eux mêmes ne sont pas gênés par le conflit, pourquoi les Américains devraient ils se
détourner de leurs préoccupations pour y mettre un terme?
Même si on suppose que ce vieux rêve de la gauche va devenir  une réalité et que le nouveau lauréat du Nobel de
la Paix va passer des discours sur deux États pour deux Peuples à des actions réelles contre l'occupation, est-ce que quelqu'un peut promettre que cela sera suffisant pour que Barak
et les quatre autres ministres travaillistes de la coalition, sortent de leur servilité et fassent tomber ce gouvernement ? Et si cela arrive, combien de sièges au Parlement pourrait obtenir un leader politique
israélien qui chercherait à adopter les principes fondamentaux du programme de Obama pour un accord de paix : mettre un terme à l'occupation qui a commencé en Juin 67 ?
Quelles sont, de toute façon, ses chances d'arriver à
la Knesset ?
Avec ou sans Prix Nobel, Obama ne nous expulsera pas des territoires par la force. Les États-Unis peuvent aussi s'accommoder d'une absence de Paix entre Israël et les Arabes. Même si il semble aux Israéliens qu'ils sont le centre du monde, quand l'électeur américain, et même l'Histoire, jugeront Obama, la fin du projet sioniste ne sera pas un des critères majeurs.
Heureusement, nous avons été récompensés par un groupe impressionnant de scientifiques qui pensent clair, comme Mme le Professeur Ada Yonath. Alors qu'aucun homme ni aucune femme ne peut être félicité en Israël pour sa contribution à
la Paix, nous devrons juste nous satisfaire des braves motsde réconciliation de la lauréate du prix Nobel de Chimie.
*Chutzpah : culot, toupet. Mot entré dans le vocabulaire argotiqueaméricain de la côte Est.
 ** « Goyim » : Les Gentils.
Akiva Eldar,

Haaretz 11 octobre 2009
traduction par Marc Lefevre pour La Paix Maintenant


1-6 Níkolas Stolpkin : Surréalisme magique – Prix Nobel de la Guerre 2009.

C’est avec une profonde satisfaction que j'ai accueilli l’information dont tout le monde parle : Barack Obama, le président des USA, a reçu la récompense du Prix Nobel de la Guerre 2009.

Un prix mérité pour un homme qui s'est entièrement consacré à promouvoir, avec beaucoup d'intelligence, la guerre dans le monde - et en seulement moins d'un an qu’il occupe la présidence des USA.

Même pas son frère jumeau, George Bush II, cet idiot errant, n’a pu obtenir une telle récompense. Sa stupidité manifeste a très probablement joué contre lui.

Et comme d’habitude, les insatisfaits de toujours nous ressortiront « pourquoi Barack Obama et pas Álvaro Uribe ? » La réponse peut être très simple et évidente : la guerre qu’Obama impulse est une guerre mondiale, ce n'est pas une guerre à l’intérieur de son propre territoire. Par conséquent, Barack Obama, rêve en grand. Álvaro Uribe, lui, rêve en petit.

Mais pour qu'il y ait un peu plus de justice et d’équité, il ne serait pas mal que l’on partage le Prix Nobel de la Guerre en deux parties.

Un Prix Nobel de la Guerre Globale et un Prix Nobel de la Guerre Locale, pas mal, non ? Ainsi il n'y aurait aucun doute qu’Álvaro Uribe gagne et nous serions tous contents. Le « premier latino-américain » à avoir obtenu le Prix Nobel de la Guerre Locale 2009. Bien sûr, ce prix aurait été très mérité, pour son combat constant pour maintenir la guerre en Colombie. Pour les déplacements de personnes, la torture, les assassinats, les emprisonnements, etc. Qu’est ce ça aurait été bien. Nous aurions été très fiers d'être latino-américains.

Cependant, Barack Obama en avait besoin. Le peuple US n'en avait pas besoin.

Barack Obama est un grand génie de la rhétorique, comme jamais il n’y en a eu dans l'histoire. Le « premier président noir » à avoir décroché l a fameuse récompense. Qui aurait imaginé cela ?

Grâce à sa ténacité il a été récompensé pour :

Ø  Avoir intensifié la guerre en Afghanistan
Ø Avoir installé de nouvelles bases militaires en Colombie et au Panama
Ø Poursuivre le blocus économique contre Cuba
Ø Soutenir économiquement et technologiquement Israël pour qu’il poursuive le massacre du peuple palestinien
Ø Soutenir économiquement et technologiquement
la Colombie pour que le règne de la terreur se poursuive  contre ceux qui sont à la recherche de la Nouvelle Colombie.
Ø Soutenir moralement les gouvernements d’extrême-droite d’Amérique latine (Mexique, Honduras, Pérou, Colombie).
 Ø Etc.

Il ne manquerait plus que « la broche d'or » : attaquer l'Iran. Mais comme Obama est très sage et intelligent, il va laisser tout le sale travail au grand État de victimes et d’humiliés : Israël.

Bravo Obama !

L'Amérique et le Monde sont fiers de toi !

Níkolas Stolpkin

Traduit par  Esteban G..

Édité par Fausto Giudice

Source : l'auteur - Surrealismo Mágico-Premio Nobel de la Guerra 2009
Article original publié le 10/10/2009

http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=8961&lg=fr


Les commentaires sont fermés.