Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/11/2009

n°4 - dossiers des Médias et Manipulation de l'opinion du 11-09 -01-11 : Fin: Les États-uniens, prisonniers de leurs mensonges.

n°4 - dossiers des Médias et Manipulation de l'opinion du 11-09 -01-11 : Fin: Les États-uniens, prisonniers de leurs mensonges.


 dossiers des Médias et Manipulation de l’opinion du 11-09

 n°5 du 01-11

C.De Broeder & M.Lemaire

 



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

Au jour le jour

Limogeage de Van Jones.

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1   Vidéos : 12 questions aux défenseurs de la version officielle sur le 11/9.

1-2    Les lois de la Physique...

1-3 Vidéos : 11 Septembre

1-4 Les Medias : Au nom du 11 Septembre… (suite)


Au jour le jour

Limogeage de Van Jones.
Van Jones, le « Monsieur emplois verts » du gouvernement Obama, a présenté samedi sa lettre de démission après avoir subi les attaques de l'extrême droite contre des positions défendues dans le passé,
parmi lesquelles on compte l'apposition de sa signature à une déclaration contestant les explications officielles des attentats du 11 septembre.
Alors que le limogeage de Jones a été présenté sous forme de lettre de démission, il est évident que le gouvernement Obama avait décidé de le lâcher. La démarche a été annoncée samedi vers minuit, la veille d'un long weekend, dans l'espoir de voir la nouvelle rapidement enterrée.
Interrogé samedi sur cette démission, le secrétaire à la presse de la Maison Blanche, Robert Gibbs, a indiqué que le gouvernement avait soutenu le limogeage du conseiller en disant que Jones avait démissionné parce que « l'agenda du président est plus important que n'importe quel individu. »
Jones avait occupé une position relativement secondaire dans le gouvernement en tant que conseiller spécial pour les emplois verts, l'Entreprise et l'Innovation au sein du Conseil de la Maison Blanche sur la Qualité de l'Environnement. Toutefois, ses positions et associations antérieures étaient devenues la cible d'une campagne menée durant des semaines par le présentateur de Fox News, Glenn Beck, et d'autres personnalités semi-fascistes des médias et de l'internet qui réclamaient la tête de Jones.
Quel est le crime de Jones ?

Avant de s'adapter à l'establishment politique, il avait autrefois manifesté un certain degré d'engagement social. Au début des années 1990, alors étudiant en droit à l'université de Yale, il avait été impliqué dans les manifestations contre le passage à tabac par la police de Rodney King. Plus tard, il avait brièvement été associé à une organisation maoïste connue sous le nom de STORM et qui organisait des campagnes contre la guerre et la brutalité policière.
Tout comme nombre d'autres de cette couche sociale, Jones a rapidement changé ses positions avec la progression de sa carrière. Il s'est impliqué dans diverses organisations libérales de politique identitaire avant de devenir un partisan du « capitalisme vert » en avançant l'idée que les centres urbains pouvaient être ranimés si on proposait une formation continue dans « une économie fondée sur les nouvelles énergies. » En 2008, il a écrit un best-seller, « The Green Collar Economy » (L'économie du col vert).
L'un des péchés majeurs de Jones a été aux yeux des critiques d'avoir signé en 2004 une déclaration « 9.11 Truth Statement » (Déclaration pour la vérité sur le 11 septembre).

La déclaration mettait le doigt sur de nombreuses questions restées sans réponses sur les attentats du 11 septembre en appelant à l'ouverture d'une enquête, à des auditions du Congrès, à l'attention des médias et à la constitution d'une commission d'enquête indépendante.
Il n'y a rien d'extraordinaire à la déclaration signée par Jones qui commence en citant le résultat d'un sondage réalisé par l'institut Zogby international disant que la moitié des habitants de New York City et 41 pour cent des habitants de l'Etat de New York croient que des sections du gouvernement américain avaient eu connaissance à l'avance des attentats et « n'avaient consciemment pas réagi. » Soixante six pour cent avaient soutenu l'ouverture d'une nouvelle enquête sur ces questions.

D'autres sondages avaient trouvé que plus d'un tiers de la population et plus de 40 pour cent des personnes se qualifiant elles-mêmes de démocrates dans le pays rejettent l'explication officielle du 11 septembre.
Mais la remise en cause du fondement de la « guerre contre le terrorisme » est tout à fait proscrite au sein de l'establishment politique et des mass médias. En effet, le scepticisme largement répandu sur le 11 septembre, l'événement qui est devenu la justification centrale des guerres américaines en Afghanistan et en Irak ainsi que des attaques massives contre les droits démocratiques aux Etats-Unis, est étonnant compte tenu du silence total qui pèse sur de telles questions au sein des cercles « officiels. »
L'association de Jones avec de telles conceptions est particulièrement problématique pour le gouvernement Obama au moment précis où il intensifie de façon massive la guerre en Afghanistan et au Pakistan sous le prétexte qu'il est impératif de rechercher les auteurs des attentats du 11 septembre.
Jones lui-même a rapidement rejeté toute association avec la déclaration du 11 septembre après que sa signature ait été révélée. « Je ne suis pas d'accord avec cette déclaration et elle ne reflète nullement mes opinions d'aujourd hui ni de jamais auparavant, » a-t-il affirmé.
Ceci mis à part, Jones avait fait l'objet d'un enregistrement vidéo en 2008 où il avait qualifié certains Républicains de « connards » (« assholes. ») Il avait suggéré que certains Démocrates devraient adopter une attitude identique en conséquence.
Glenn Beck, dont l'admission a été la cible d'un boycott publicitaire de la part d'une organisation dirigée autrefois par Jones, avait cité le passé du conseiller de la Maison Blanche dans le cadre d'une campagne devenue de plus en plus hystérique, insistant pour dire qu'Obama était secrètement en train de manigancer l'introduction du communisme aux Etats-Unis.
Vendredi dernier, les dénonciations de Beck ont été reprises par le sénateur républicain Kit Bond qui a exigé des auditions du Sénat afin de déterminer si Jones était apte à occuper son poste (en tant qu'employé subalterne de la Maison Blanche il n'avait pas besoin d'une confirmation du Sénat). Le représentant républicain Mike Pence a exigé sa démission parce que « ses opinions extrémistes et sa rhétorique grossière n'ont pas de place dans ce gouvernement ou dans le débat public. »
Pour éviter toute discussion sur Jones, le gouvernement Obama a rapidement cédé, en accordant en essence un droit de véto à l'extrême droite, qui en fait n'a que très peu de soutien au sein de la population, sur la question de qui est ou non capable d'occuper des fonctions gouvernementales.
Il y a une signification plus large à cet événement. Obama était entré en fonction sur une vague de colère et d'opposition qui avait déferlé contre de la politique du gouvernement Bush. Cette opposition n'a toutefois pas trouvé son expression dans le gouvernement Obama qui, en ce qui concerne toutes ces questions, la guerre, les droits démocratiques, le renflouement des banques et la politique intérieure, poursuit et étend la politique de son prédécesseur.
Dans le même temps, Obama est soumis à une pression constante de l'extrême droite. La réponse du gouvernement est invariablement de faire tout ce qu'il peut pour apaiser cette couche en virant de plus en plus à droite. Et donc, dès qu'il a été attaqué, il s'est débarrassé rapidement de Jones.
L'affaire Jones et le gouvernement Obama en général ont des relents de lâcheté et d'attitude réactionnaire. Quant à l'affirmation de Jones selon laquelle il aurait démissionné (alors qu'en fait il a été limogé) pour ne pas entraver l'« agenda » d'Obama, on peut dire que son limogeage est en adéquation absolue avec cet agenda.
Joe Kishore
10 septembre 2009
(Article original paru le 7 septembre 2009)



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..

1-1 Vidéos : 12 questions aux défenseurs de la version officielle sur le 11/9.

Voici une vidéo remarquable du réalisateur italien Massimo Mazzucco publiée à l’occasion du 8e anniversaire des événements, et dans laquelle l’auteur pose clairement et de façon documentée 12 questions aux supporters de la version officielle sur le 11 Septembre. L’association ReOpen911 a doublé en français ce documentaire de 30 min.

Pour rappel, Massimo Mazzucco est l’auteur de deux excellents films sur le thème du 11/9 : "Inganno globale" [La tromperie généralisée - NdT] qui était passé en 2006 sur Canale 5  et "The new American Century" (Le Nouveau siècle américain) qui devrait-être disponible en français dans les mois à venir.

 Ne manquez pas cette vidéo !


1-2 Les lois de la Physique...

Les lois de la Physique posent douze questions à tous ceux qui soutiennent la version officielle à propos des attentats du 11 septembre

12 questions aux défenseurs de la version officielle sur le 11/9

Voici une vidéo remarquable du réalisateur italien Massimo Mazzucco publiée à l’occasion du 8e anniversaire des événements, et dans laquelle l’auteur pose clairement et de façon documentée 12 questions aux supporters de la version officielle sur le 11 Septembre.

L’association ReOpen911 a doublé en français ce documentaire de 30 min.

Pour rappel, Massimo Mazzucco est l’auteur de deux excellents films sur le thème du 11/9 :

"Inganno globale" [La tromperie généralisée - NdT] qui était passé en 2006 sur Canale 5  et

"The new American Century" (Le Nouveau siècle américain) qui devrait-être disponible en français dans les mois à venir.

http://www.dailymotion.com/user/ReOpen911/video/xasydx_11-septembre-2001-12-questions

 


1-3 Vidéos : 11 Septembre

http://www.dailymotion.com/video/xafacf_missing-links-chainons-manquants-so_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xafz99_missing-links-chainons-manquants-so_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xafymd_missing-links-chainons-manquants-so_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xahhot_missing-links-chainons-manquants-so_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xakrod_missing-links-chainons-manquants-so_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xalu4k_missing-links-chainons-manquants-so_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xapahl_missing-links-chainons-manquants-so_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xapbtr_missing-links-chainons-manquants-so_news

 

http://www.dailymotion.com/video/xayosz_11-septembre-kassovitz-bigard-sur-f_news

 


1-4 Les Medias : Au nom du 11 Septembre… (suite)

Le Business des experts en terrorisme décortiqué dans un livre sur les retombées du 11 Septembre

Roland Jacquard, Xavier Raufer, Antoine Sfeir, Antoine Basbous…

Autant de spécialistes hyper médiatiques des questions de terrorisme et dont le discours est analysé et décrypté dans « Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve du terrorisme ». « Bakchich » publie en exclusivité les bonnes feuilles de l’ouvrage.

Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme est un ouvrage collectif qui sort aux éditions La Découverte le 11 septembre. Coordonné par Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe, respectivement universitaires et journaliste, il regroupe les écrits de plus d’une trentaine de spécialistes européens et de journalistes, tous pointus dans leur domaine.

De l’Afghanistan à l’Irak, en passant par l’Algérie, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne, la France, la Russie et bien sûr les États-Unis, cet ouvrage se penche, preuves à l’appui, sur les graves dérives et manipulations d’une lutte contre le terrorisme marquée au fer rouge par l’ampleur des attentats du 11 septembre 2001 à New York.

Le tout sans oublier le durcissement des législations qui restreint les libertés, les conséquences du renforcement de la coopération antiterroriste internationale, notamment avec les États-Unis du président Bush, ou encore les actions ouvertes ou clandestines violant sciemment le droit international.

Au nom du 11 septembre

© La Découverte

Publié le 8 septembre 2008 par Bakchih

Les intertitres et les passages en italique sont de Bakchich, et de la rédaction.

Le chapitre dont Bakchich produit des extraits est écrit par le journaliste Thomas Deltombe.

Sans aucune concession, il décrypte le mode de fonctionnement et les petits arrangements des « experts » en terrorisme qui trustent les écrans de télévision français et influencent donc l’opinion publique.

Armer les esprits : le business des « experts » à la télévision française par Thomas Deltombe

La naissance du marché des experts médiatiques

Nous sommes dans les années 80. C’est l’époque des attentats contre les « intérêts occidentaux » au Liban en 1983 et du « terrorisme proche-oriental » à Paris. Face à cette nouvelle donne sécuritaire, les journalistes sont désarmés. Les premiers « experts » font leur apparition dans les médias. Vingt ans plus tard, ils sont toujours là…

Les sollicitations médiatiques sont telles que certains journalistes commencent à se transformer eux-mêmes en « spécialistes ».

Roland Jacquard, ancien journaliste au Canard enchaîné et collaborateur de diverses publications parisiennes, multiplie les livres sensationnalistes sur l’« internationale terroriste ».

Xavier Raufer, ancien activiste d’extrême droite reconverti dans la presse magazine, milite pour la reconnaissance médiatique et universitaire d’une « science » dont il s’est fait une spécialité : la criminologie des « menaces contemporaines ».

C’est l’époque aussi où le journaliste Antoine Sfeir, correspondant d’un quotidien libanais à Paris, fonde les Cahiers de l’Orient, auxquels contribuent des journalistes et des chercheurs.

À la fin des années 1980, le « marché médiatique de l’expertise antiterroriste », pour reprendre une expression d’Hervé Brusini [aujourd’hui l’un des responsables de France 3], est en voie de constitution. (…)

Espèce à risque, les « spécialistes » qui interviennent dans les médias font l’objet d’une attention particulière de la part des hautes sphères du pouvoir, constate Roland Jacquard en 1986 : « On les craint, on les flatte, on cherche à les utiliser comme intermédiaires. Combien d’entre eux ont servi de provocateurs, d’agents de liaison ! Certains se muent rapidement en agents d’influence, de renseignement, d’intoxication, peut-être non rétribués, mais remerciés par des études toutes préparées, des possibilités de scoop. » [1]

A la guerre de l’info comme à la guerre

Après la première guerre du Golfe, les « experts » commencent à méchamment occuper les médias et en particulier les écrans de télévision. Les journalistes peuvent dormir tranquilles, leurs plateaux sont assurés.

Les stratèges militaires le savent : toute guerre est en partie une guerre de l’information.

Cette idée reprend de la vigueur en France dans les années qui suivent la fin de la guerre froide.

La première guerre du Golfe (1990-1991), riche en manipulations en tout genre, en est un bon exemple. C’est d’ailleurs lors de cette guerre que s’épanouit le marché de l’expertise médiatique : les « experts militaires » se démultiplient pour répondre à la demande des chaînes de télévision, que la concurrence pousse à organiser d’interminables « éditions spéciales ».

Xavier Raufer fait la promotion médiatique de son Atlas mondial de l’islam activiste [2]. Et au même moment, le politologue Gilles Kepel développe la théorie d’une guerre intestine entre l’« islam » et l’« islamisme », particulièrement appréciée des médias alors que les autorités françaises exhortent « les millions d’Arabes et de musulmans qui vivent sur notre sol » à rejeter les appels au djihad qui émanent du « monde musulman » [3] (…)

À la veille de l’an 2000, les médias sont donc plus que jamais une cible.

Cible des armées qui remettent au goût du jour les « opérations psychologiques » mises de côté depuis la fin de la guerre d’Algérie.

Cible aussi des grands groupes industriels qui se servent du « vecteur médiatique » pour déstabiliser leurs concurrents.

Cible enfin d’une armée de consultants à la recherche d’un levier promotionnel pour pénétrer le marché en expansion de la « sécurité ».

Face à ces assauts, la télévision ne semble pas disposée à réagir.

Cause ou conséquence de l’explosion du « marché de l’expertise », les journalistes ont tendance à se désinvestir de leur métier, remarque Hervé Brusini, aujourd’hui l’un des responsables de la chaîne publique France 3. Travaillant dans l’urgence, éloignés des lieux où se fait l’actualité mondiale, ceux qui travaillent pour les médias classiques se reposent sur ces « experts » qui ne refusent jamais de meubler un plateau de télévision ou de remplir quelques colonnes de journaux.

Une forme de sous-traitance qui permet en outre aux journalistes d’externaliser leur responsabilité éditoriale. Le média n’est dès lors plus qu’une boîte vide, que les journalistes remplissent en distribuant des cartons d’invitation.

Apparue sur les écrans de télévision français en septembre 2001, l’émission C dans l’air est une bonne illustration de cette logique de désinvestissement généralisé. Bien que diffusée sur France 5, la chaîne éducative du secteur public, l’émission est en réalité totalement privatisée : réalisée dans les locaux d’Europe 1 (groupe Lagardère), elle est produite par Maximal Productions (groupe Lagardère), société dirigée par Jérôme Bellay (à l’époque patron d’Europe 1).

Émission de news and talk, le principe consiste pour le présentateur, Yves Calvi (transfuge d’Europe 1), à se mettre dans la peau du « Français moyen » en posant des questions sur un ton faussement naïf et en relayant certaines de celles que les téléspectateurs envoient par SMS.

En direct, ces questions sont distribuées par le présentateur à un panel d’« experts » que l’équipe de C dans l’air a préalablement « castés » [4]. L’émission est agrémentée de quelques reportages, qui la confortent grâce au « réalisme » des images et dans lesquels sont fréquemment interrogés d’autres experts.

On retrouve le même dispositif dans nombre d’émissions, en particulier sur les chaînes d’information en continu qui, par nature et par souci d’économies, sont très gourmandes d’intervenants extérieurs, généralement non rémunérés, pour remplir le temps d’antenne (LCI lancée par le groupe Bouygues-TF1 en 1994, et I-Télé lancée par le groupe Vivendi-Canal plus en 1999). C’est dans ce contexte de vampirisation du journalisme par l’« expertise » qu’intervient le 11 septembre 2001. (…)

Et le 11 septembre fût…

Les experts médiatiques n’ont évidemment pas raté le coche des attentats du 11 septembre 2001 et l’avènement d’un nouvel ordre mondial…

Le retour foudroyant du « terrorisme » dans l’actualité après le 11 septembre a puissamment consolidé la position des experts médiatiques — et en particulier de ceux qui font profession d’exploiter la peur. Car les médias exigent des réponses « expertes » à de multiples questions : que s’est-il passé et que doit-on maintenant craindre ?

Qui est Ben Laden et que se passe-t-il « dans le monde musulman » ?

Maintenant que « l’impensable est devenu réalité » et que le terrorisme a muté en« hyperterrorisme », les journalistes des grands médias ont tendance à faire une confiance aveugle aux scénaristes du pire.

C’est ainsi que Guillaume Bigot, obscur professeur d’économie de l’université privée Léonard-de-Vinci, sort de l’anonymat. Auteur en 2000 d’un recueil intitulé Les Sept Scénarios de l’apocalypse, il avait, dit-on, « prophétisé » le 11 septembre. Honoré de ce fait du titre de « spécialiste en géopolitique », il sera invité à faire des démonstrations d’anticipation cataclysmique sur de nombreux plateaux de télévision et il entamera une prolifique carrière d’essayiste — il tentera même sa chance en politique (comme candidat chevènementiste aux élections législatives de 2002). Un parcours qui montre que l’« apocalypse » se vend bien et que la consécration télévisuelle peut ouvrir d’intéressantes perspectives de carrière. Par un soigneux glissement du conditionnel à l’indicatif, et du « possible » au « certain », les experts du genre décrivent la situation post-11 septembre comme une terrifiante période de danger perpétuel.

La plus belle réussite de l’après-11 septembre est sans doute le come back médiatique de Roland Jacquard. L’« expert » qui prophétisait depuis plus de vingt ans l’inimaginable (terrorisme nucléaire, détournement d’avion par des virus informatiques, etc. [5] trouve enfin sa consécration. Et il est pris d’autant plus au sérieux que l’ex-journaliste s’affuble maintenant du double titre, aussi ronflant qu’énigmatique, de « président de l’Observatoire international du terrorisme » et d’« expert auprès des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU ».

Fin connaisseur des médias, Roland Jacquard sait en effet que les journalistes qui l’invitent ont tellement besoin d’« experts » pour remplir les plateaux et pour répondre « aux questions que se posent les téléspectateurs », qu’ils n’interrogeront jamais publiquement la pertinence de tels « titres » [6] Jouant ainsi du désinvestissement des journalistes, Roland Jacquard peut suggérer n’importe quelle hypothèse — celle par exemple de l’implication d’anciens agents de la Stasi ou de l’Irak dans les attentats du 11 septembre [7] — sans risque d’être démenti. La forme étant de loin plus importante que le fond, ses prestations médiatiques se résument pour l’essentiel à une sidérante rafale de chiffres à prétention scientifique et d’anecdotes d’apparence technique visant à démontrer l’imminence d’une « attaque bactériologique », de l’explosion d’une « bombe radiologique » ou de l’« infiltration en France de dangereux virus ». La conclusion est toujours la même : « Il faut être extrêmement prudent, et se préparer à cette guerre de demain, parce qu’elle arrivera malheureusement un jour [8]… »

Outre les « experts » des techniques opérationnelles terroristes, la configuration des plateaux de télévision prévoit systématiquement la présence de « spécialistes du monde arabo-musulman », censés donner aux téléspectateurs un peu d’intelligibilité géopolitique à l’action d’Al-Qaida et des autres mouvements « islamistes ».

Les figures emblématiques en la matière sont sans conteste Antoine Sfeir et Antoine Basbous (ancien porte-parole en France des Phalanges chrétiennes libanaises, devenu essayiste) : selon l’hebdomadaire Télérama (31 janvier 2007), en ne prenant en compte que les chaînes hertziennes, Antoine Sfeir est intervenu 240 fois à la télévision entre le 11 septembre 2001 et le 11 septembre 2006 (soit prêt d’une fois par semaine en moyenne, vacances comprises) et Antoine Basbous 121 fois.

Leur formidable succès médiatique s’explique largement par le fait qu’ils sont de « bons clients » : ils tiennent un discours simple et inquiétant, beaucoup plus facile à vendre que les analyses nuancées proposées par des chercheurs comme Bruno Étienne, Olivier Roy ou François Burgat.

Le business avant tout…

Si intervenir dans les médias est bon pour la visibilité, cela ne nourrit pas pour autant son homme. Du coup, plusieurs experts ont monté des structures de conseil.

On comprend mieux cette adaptation à l’alarmisme ambiant lorsque l’on sait que le « directeur de l’Observatoire des pays arabes » (Antoine Basbous), le « président de l’Observatoire international du terrorisme » (Roland Jacquard) et le « président du Centre d’études et de réflexion sur le Proche-Orient » (Antoine Sfeir) sont aussi, et surtout, des consultants. En dépit de son aspect universitaire, l’Observatoire des pays arabes est une SARL : « Créé en 1992, explique son site Web [9], ce cabinet de conseil en stratégie aide les décideurs des secteurs privés ou publics à comprendre le fonctionnement des États et des sociétés de cette zone [“arabo-islamique”], à évaluer le risque économique, à anticiper le risque politique, à identifier les marchés porteurs et à réaliser des études de marché et des études de clientèle. Depuis sa création, l’Observatoire des pays arabes a réalisé des travaux pour le compte de l’Union européenne (Bruxelles), pour plusieurs sociétés d’énergie, des banques, des groupes dans la grande distribution, dans le BTP et pour l’administration. »

Plus énigmatique, l’« Observatoire international du terrorisme » de Roland Jacquard consiste en une simple page Web dont tous les liens renvoient à un autre site, « Sentinel, analyses et solutions », lettre confidentielle fondée par Roland Jacquard en 1986 qui propose aux entreprises des « sessions de sensibilisation et de formation » et des « services opérationnels : audits, enquêtes financières, etc. ». Quant à Antoine Sfeir, il travaille comme consultant pour assurer l’implantation de certaines entreprises dans le « monde arabe » et rédige des rapports pour diverses administrations françaises (Secrétariat général de la défense nationale, Délégation aux affaires stratégiques du ministère de la Défense, etc.) [10]. « Ça fonctionne en boucle, constate l’universitaire Olivier Roy. On ne sait plus très bien quelle est la source de revenu. Faire des contrats avec des boîtes vous permet de passer pour un expert en sécurité, ce qui vous permet ensuite de faire un livre, puis de passer dans les médias pour le vendre, puis de faire des conférences rémunérées qui permettent à l’occasion de rencontrer des clients [11]. » (…).

De l’art d’être expert ou le cas Eric Denécé

Pour Thomas Deltombe, l’auteur de ce chapitre, Eric Denécé représente « sans doute l’exemple le plus abouti de cette génération d’experts post-11 septembre. » Portrait.

Ayant travaillé dans sa jeunesse comme analyste au SGDN (1986-1989), il s’est ensuite engagé « à titre personnel » dans « les maquis cambodgiens luttant contre les Vietnamiens » avant de devenir ingénieur commercial chez Matra Défense. Reconverti dans l’intelligence et la sécurité économique, il s’occupera dans les années 1990 de la défense des intérêts de Total en Birmanie : dans la jungle, en coordination avec l’armée birmane, et sur le papier, en dénonçant des « opérations de déstabilisation » initiées, selon lui, par les Américains contre le pétrolier français. Anticommuniste fervent, fin connaisseur des méthodes contre-insurrectionnelles et passionné par les services secrets, il crée en 2000 une association baptisée « Centre français de recherche sur le renseignement » (CF2R).

En bon spécialiste des opérations psychologiques, Éric Denécé connaît les recettes pour se faire inviter sur les plateaux de télévision. Il faut, dit-il, « être disponible » quand on vous appelle, « avoir un titre ronflant qui crédibilise », savoir « faire des phrases courtes, pour permettre aux journalistes de vous couper au montage ». Appliquant toutes ces règles à la lettre, il deviendra en tant qu’« ancien du renseignement » et « directeur du CF2R » un des experts en terrorisme les plus convoités. Ses activités de consultant, de conférencier, de formateur et d’essayiste ne semblent pas souffrir de la grande disponibilité qu’il accorde aux médias. Auteur en 2005 d’une étude aussi remarquée qu’angoissante sur le « développement de l’islam fondamentaliste en France » (pour le compte d’une entreprise de la grande distribution) et d’un ouvrage sur le risque terroriste pesant sur l’industrie touristique, Éric Denécé a pour objectif avoué de « créer une culture du renseignement » dans la société française : il a publié en 2007 un livre sur le sujet, qui a été pensé, dit-il, « pour être vendu chez Auchan, dans les gares, pour que les gens lisent ça sur les plages en vacances » ; et il travaillait la même année sur un projet de parc d’attraction, Spyland, consacré au monde mystérieux de l’espionnage… (…)

Que valent les informations des « experts » ?

Le fait que les « experts » jouissent d’un quasi monopole de l’analyse sur le terrorisme ou le monde arabo-musulman dans de nombreux médias, le bien-fondé de leurs informations est plus que jamais d’actualité.

Laissant en permanence entendre qu’ils ont un « accès privilégié » à certaines « sources sensibles », ils ne spécifient jamais la nature de cet « accès » et l’identité de ces « sources ». Le halo de mystère dont ils s’entourent ressemble fort à un écran de fumée : leur cadre conceptuel n’est le plus souvent qu’une simple copie de celui des services et les « informations » non sourcées qu’ils « dévoilent » divergent rarement de celles que les journalistes rubricards tirent des sources policières ou judiciaires.

En pratique, ce sont souvent les mêmes faits et les mêmes idées qui sont colportées de plateau en livre et de livre en plateau. En matière de terrorisme, les vraies informations sont en effet aussi rares que nombreux les porte-parole. C’est ainsi, par exemple, que le « rapport » précité d’Éric Denécé sur le « développement de l’islam fondamentaliste en France » s’appuie très largement sur des écrits journalistiques. On y trouve notamment une « excellente description » du développement de l’islamisme extraite du livre du journaliste algérien Mohamed Sifaoui, Lettre aux islamistes de France et de Navarre [12], et de nombreuses citations tirées de l’ouvrage signé par les journalistes Christophe Deloire et Christophe Dubois, Les Islamistes sont déjà là [13].

Ce dernier ouvrage, presque exclusivement bâti sur des rapports et des déclarations issus des RG, de la DST et du SGDN, revient sur de nombreuses affaires de « terrorisme islamiste » qui avaient déjà fait l’objet de centaines d’articles et d’ouvrages. Le « rapport » d’Éric Denécé n’en fut pas moins ovationné par l’éditorialiste du Figaro Yvan Rioufol, et il a reçu les hommages appuyés de Philippe de Villiers, qui consacrera quatre pages de son pamphlet islamophobe Les Mosquées de Roissy [14] à « ce document remarquable de précision et de courage [qui] inquiète les pouvoirs publics car son contenu est alarmant ».

Si les experts-consultants sont en général des obsessionnels du consensus, ils n’ont pas toujours les mêmes avis sur telle ou telle politique, ou tel ou tel régime. Fondateur au lendemain du 11 septembre d’un « centre de recherche » aux impressionnantes connotations anglo-saxonnes, le European Strategic Intelligence & Security Center, le journaliste Claude Moniquet défend par exemple contre vents et marées la war on terror de George W. Bush. « Ne polémiquons pas, lance-t-il en janvier 2002 à propos du camp de Guantanamo. Je crois que cette polémique est ridicule de toute façon. Je pense qu’il n’y a pas de vrai problème de droits de l’homme à Guantanamo. Il faut être sérieux quand on parle de ces choses ! Ces gens ne sont pas torturés, ces gens sont traités de manière décente. Il faut se rappeler que ces gens, lorsqu’ils étaient au pouvoir, il y a deux mois, lapidaient les femmes, égorgeaient les gens dans les stades, coupaient les mains et empêchaient les femmes de travailler, d’aller à l’école. »

Antoine Sfeir, plus critique quant à lui à l’égard de Washington, est en revanche moins loquace à propos de la dictature tunisienne. Certains voient dans ce silence un lien avec le livre on ne peut plus élogieux qu’il a consacré à la Tunisie en 2006, dans lequel il justifie les restrictions démocratiques imposées par le président Ben Ali à ses compatriotes. « Faudrait-il accepter que les États-Unis se protègent contre l’islamisme et non la Tunisie, où le danger est pourtant bien plus réel et pressant ? », argumente-t-il [15].

Ainsi peuvent naître d’intéressants « débats » d’experts sur les meilleures méthodes pour éradiquer l’« islamisme » : celles de George W. Bush ou celles de Zine el-Abidine Ben Ali ?


Références :

[1] (Roland Jacquard, La Guerre du mensonge. Histoire secrète de la désinformation, Plon, Paris, 1986. P. 111)

[2] (La Table ronde, 1991)

[3] (Thomas Deltombe, L’Islam imaginaire. La construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2006, La Découverte, Paris, 2005, P. 125-143.)

[4] (Jérôme Bellay, « Garantis incollables », Télérama, 31 janvier 2007. Ainsi, la consultation des archives de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) montre que Xavier Raufer a été invité dix-huit fois dans cette émission, entre janvier 2007 et novembre 2007, pour s’exprimer sur des sujets aussi variés que les « gangs de banlieue », les Roms, les « bébés à vendre », Al-Qaida ou le pillage des œuvres d’art…)

[5] (Interrogé sur TF1 le 20 juillet 2001 à l’occasion du sommet du G8 à Gênes (Italie), il avait évoqué une possible attaque « par canots à moteur » ou « par deltaplane ». Information qu’il tenait, disait-il, des services de sécurité occidentaux et… « soviétiques » (sic))

[6] (Les fonctions de Roland Jacquard à l’ONU sont pourtant assez mystérieuses. Aucun des sites web de l’organisation internationale ne mentionne son nom dans un quelconque organigramme. Les messages que nous avons envoyé aux instances onusiennes chargées des questions de terrorisme sont restés sans réponse. Le chercheur Arnaud Le Gall n’a pas eu plus de succès en essayant de contacter Roland Jacquard lui-même. Selon plusieurs « experts » et journalistes que nous avons interrogés, c’est en tant que « conseiller » du président gabonais Omar Bongo que Roland Jacquard serait accrédité à l’ONU.)

[7] (Les 4 Vérités, France 2, 14 septembre 2001)

[8] (« La déferlante kamikaze », C dans l’air, France 5, 19 mai 2003)

[9] (www.opa-conseils.fr)

[10] (Bernard Godard et Sylvie Taussig, Les Musulmans en France. Courants, institutions, communautés : un état des lieux, Robert Laffont, Paris, 2007, p. 324.)

[11] (Entretien avec l’auteur, 19 juin 2007)

[12] (Le Cherche-Midi, 2004)

[13] (Albin Michel, 2004)

[14] (Albin Michel, 2004)

[15] (Voir « La Sfeir tunisienne », Bakchich, 23 août 2006 ; et Alain Gresh, « Illustration et apologie de la dictature tunisienne », Carnet du Diplo, 20 septembre 2006)

1 Comment, Filed under: 11 septembre, Conflits et guerres, Médias, Terrorisme Tags: 11 septembre, Guerre, Médias, Propagande, Terrorisme

Published on avril 13, 2009 par Spotless Mind


Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.