Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/11/2009

n°495 - La propagande, Manipulation de l’opinion et Dossier de Palestine - 14-11- Début - Gaza : Un camp de lente extermination ?


n°495 - La propagande, Manipulation de l’opinion et Dossier de Palestine - 14-11- Début - Gaza : Un camp de lente extermination ?


       L'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources 

                                                       



La propagande, Manipulation de l’opinion et Dossier de Palestine

n°495                                                     14-11

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be

 

Sommaire

1 Propagande et Manipulation de l’opinion.

1-1   Amanda Mueller : “Mission Ultime”, Utiliser la peur pour vendre la politique israélienne.

1-2 Denis Sieffert : Après le drame, la diffamation ?

3-3 Amir M. Maasoumi : La propagande sioniste se glisse partout.

Suite

2 Dossier

2-1 Helena Cobban : Moyen-Orient : la stratégie américaine en proie au doute face à la perte de popularité d’Abbas.

2-2 Azmi Bishara : Elections sous état de siège.

2-3 Chems Eddine Chitour : Pourquoi ne pas parler du vrai mur de la honte de plusieurs kilomètres qui défigure la Cisjordanie.

2-4 Amnesty International : Cisjordanie : 450 000 colons consomment autant d’eau que 2,3 millions de palestiniens soumis à des restrictions,

2-5 El Watan : Territoires palestiniens : La population assoiffée.

Fin 

3 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Marche internationale pour la liberté de Gaza .

3-2 Silvia Cattori interview Thabet El Masri - Sujet : Gaza : Un camp de lente extermination ?

3-3 Adel Zaanoun : Les calmants pour échapper à l'enfermement et la violence à Gaza.

3-4 Chérif Boudelal : Israël récompensé.

3-5 Lemaide  Madjid : Lettre ouverte au président de la république.

3-6 Lettre ouverte aux censeurs de Dieudonné.

3-7 Détestable travail d’Hillary Clinton 



1 Propagande et Manipulation de l’opinion.

1-1 Amanda Mueller : “Mission Ultime”, Utiliser la peur pour vendre la politique israélienne.

Tournée intitulée “Mission Ultime”, proposée par le groupe israélien de droite Shurat HaDin (centre juridique d’Israël).

Pour 2.795 US$ (1.895€), plus le billet d’avion et un don d’au moins 500$ (340€) au groupe qui se vend lui-même comme une association pour les droits de l’homme, les participants passent huit jours à visiter les bases militaires israéliennes, à écouter des conférences données par des responsables militaires, à observer les checkpoints, à se déplacer dans les zones frontalières libanaises et de Gaza, à rencontrer des anciens agents secrets du Mossad, à assister à des tribunaux militaires, à inspecter le mur et à rencontrer des politiciens israéliens en poste.

Une partie du projet, qui vise à générer un soutien occidental aux Israéliens, comprend des conférences et des visites sur ce qui est perçu comme les questions actuelles les plus pertinentes : le mur, les checkpoints et les tribunaux militaires. On donne aux touristes un aperçu d’un checkpoint et on les invite à voir les forces militaires à l’œuvre. Ils vont ensuite voir un côté du mur à Qalqilia, un district qui est encerclé et complètement coupé de ses terres.

Visant à vendre aux touristes la notion que les checkpoints et le mur ont réussi à garantir la sécurité israélienne, le groupe assiste également à un procès dans un tribunal militaire présenté comme « observer un procès de sécurité d’un terroriste du Hamas ». Alors que la famille et les amis palestiniens sont interdits d’entrer dans le tribunal, l’accès est accordé aux touristes, avec un exposé sur la procédure par l’un des juges militaires.

La visite a lieu à Ofer, la prison construite sur les terres de Ramallah, où, si la famille et les amis palestiniens peuvent assister à la première comparution, seules deux personnes par prisonniers politiques sont autorisées à entrer, laissant beaucoup d’autres attendant, à l’extérieur des grilles de la base militaire, d’avoir des nouvelles de leurs proches.

Les seules conversations que les participants à cette tournée ont avec les Palestiniens sont pendant des exposés avec ceux présumés collaborer avec l’armée israélienne.

Les sujets de pratiques juridiques discriminatoires, violations des droits de l’homme, harcèlements aux checkpoints, raids nocturnes, destruction des biens et démolition des maisons au bulldozer ne sont pas mentionnés. Bien que Shurat HaDin affirme n’avoir aucune affiliation avec des groupes politiques ou gouvernementaux, il est clair que le gouvernement israélien soutient et approuve ces tournées en permettant aux Occidentaux ce type d’accès.

Une ancienne participante à la tournée Mission Ultime, Melissa Reed, a commenté : « A travers les conférences auxquelles nous avons participé, la tournée a essayé de créer une victimisation d’Israël, tout en ventant ses efforts militaires. J’ai été déçue de voir combien la tournée était partiale, n’offrant pas à un seul Palestinien l’opportunité de parler du conflit. C’est sans aucun doute un programme de propagande. »

Reed est officier de la force opérationnelle anti-terroriste des Etats-Unis. Elle a participé à la tournée à la demande de son employeur. Ayant reçu un itinéraire partiel avant son départ, elle s’attendait à une visite tout-à-fait différente.

« Il est clair que cette tournée est créée pour susciter un soutien pour l’armée israélienne et qu’il cible les Américains, et en particulier les Juifs américains. Faisant partie d’une force opérationnelle anti-terroriste, le ‘choc et effroi’ qu’Israël présente dans cette visite n’a pas eu sur moi les mêmes résultats qu’il a eu sur la moyenne de la quarantaine d’Américains, non exposés à des opérations militaires et politiques, » dit Reed.

Dès son retour chez elle, elle a commencé à recevoir des mails pro-sionistes.

La première tournée de Shurat HaDin a été organisée en 2003, en réponse à un effondrement du tourisme israélien. Il y a eu 74 participants. En recevant le don minimum obligatoire de 500US$ par participant, le groupe a gagné au moins 37.000€ en une seule tournée. En 2006, il y a eu 11 tournées, avec une moyenne de 50 participants chacune. Nous n’avons pas pu avoir communication du nombre de tournées organisées depuis 2003, ni du montant réuni par ses visites.

Le centre est situé à Tel-Aviv, et a été créé par Nitsana Darshan-Leitner. Affirmant avoir pris pour modèle l’ONG américaine ‘Southern Poverty Law Center’, Shuar HaDin se centre sur la défense des litiges des soldats et officiers israéliens, ainsi que sur les actions en justice pour mettre en faillite les soi-disant « organisations terroristes ». Sur leur site web, ils se vantent d’être responsables d’une baisse de 60% des « activités terroristes » à Gaza.

Bien qu’ils prétendent n’avoir aucune affiliation gouvernementale ou religieuse, les déclarations faites dans la presse par Darshan-Leitner et l’itinéraire de la Mission Ultime suggèrent de solides liens militaires, gouvernementaux et religieux. C’est Darshan-Leitner, et Shurat HaDin, qui a demandé l’annulation de l’accréditation du journaliste français Charles Enderlin sur l’affaire Al-Dura en 2000, portant l’affaire devant les tribunaux en 2008, et la perdant.

Shurat HaDin organise de multiples Missions ultimes chaque année, réunissant d’énormes sommes d’argent pour leur organisme en utilisant la peur pour vendre la politique israélienne discriminatoire à des touristes sans méfiance.

 Amanda Mueller   

17/10/2009

http://french.pnn.ps/index.php?option=com_content&task=view&id=4444


1-2 Denis Sieffert : Après le drame, la diffamation ?
Cette image de France 2 montre le jeune Mohamed Al-Dura blotti contre son père, 
peu avant qu’il ne soit mortellement touché. FRANCE 2/AFP

Le père du jeune Palestinien tué devant les caméras de France 2 en 2000 a porté plainte contre un journaliste de France 3 appuyant la thèse d’une « mise en scène »

Un Palestinien de Gaza qui porte plainte en diffamation contre un rédacteur en chef adjoint de France 3, lequel participe sous pseudonyme à une campagne contre un confrère de France 2, l’affaire n’est pas banale. Elle est pourtant bien réelle.
Il s’agit en fait du nième rebondissement de l’affaire Al-Dura, du nom de cet enfant tué très probablement par des tirs israéliens à Netzarim, dans la bande de Gaza, en 2000, au début de la deuxième Intifada.

On se souvient de ces images de France2 montrant le gamin blotti contre un mur derrière son père. Le petit Mohamed avait fini par être touché mortellement, alors que son père était grièvement blessé. On se souvient aussi de la machination montée par une partie de l’extrême droite sioniste en France, affirmant que ce reportage relevait en fait d’une mise en scène. Les pires horreurs ont alors été écrites impunément sur le sujet : l’enfant ne serait pas mort, et son père n’aurait jamais été blessé.
Depuis lors, des centaines d’enfants palestiniens ont été tués par l’armée israélienne, dont au moins trois cents en décembre et janvier derniers à Gaza, sans que les mêmes milieux ultra-sionistes s’en émeuvent. Mais, dans ce cas, la machination poursuivait un double objectif : brouiller l’impact des images qui avaient parcouru le monde entier ; et peut-être plus encore discréditer le correspondant de France 2 à Jérusalem, Charles Enderlin, dont l’honnêteté et le professionnalisme dérangent.

Au mois de septembre 2008, Actualité Juive (n° 1038, daté du 4 septembre) a tenté de relancer l’affaire en publiant une interview d’un médecin israélien, Yehouda David, selon lequel les blessures et cicatrices de Jamal Al-Dura, père de Mohamed, ne résulteraient pas de la fusillade de 2000 mais d’une intervention chirurgicale effectuée par lui-même en 1994.

Cette interview était réalisée par un certain Daniel Vavinsky. Charles Enderlin a aussitôt adressé un droit de réponse àActualité Juive en joignant l’ensemble des pièces médicales réfutant les allégations de ce médecin.
L’hebdomadaire a publié le courrier d’Enderlin mais en « oubliant » ces pièces médicales et en supprimant la phrase qui en faisait mention. [« Cijoint le rapport […] que vous voudrez bien reproduire »]. Ce qui a permis à Vavinsky de conclure sa contre-réponse à Enderlin par ces mots d’un absolu cynisme : « Sur le fond, Charles Enderlin ne répond en rien […] Qu’il n’hésite pas à nous transmettre tout élément […]

Nous nous ferons un devoir d’en informer nos lecteurs (1). »

La machination visait à brouiller l’impact des images et à discréditer Charles Enderlin,dont l’honnêteté dérange.

Fin 2008, Jamal Al-Dura a déposé auprès du doyen des juges d’instruction du tribunal de grande instance (TGI) de Paris une plainte avec constitution de partie civile pour diffamation, par l’entremise de son avocate, Me Orly Rezlan. La commission rogatoire diligentée au premier semestre 2009 a permis d’identifier l’auteur de l’interview et de la contreréponse, signées Daniel Vavinsky : il s’agit en réalité de Clément Weill-Raynal, rédacteur en chef adjoint à France 3 et militant « ultra », proche de la direction actuelle du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France). Il se présente lui-même comme « ancien conseiller du Crif sous la présidence de Roger Cukierman entre 2000 et 2007 pour toutes les questions touchant à l’antisémitisme et à la désinformation ».

Serge Benattar, directeur de la publication d’Actualité Juive, et Clément Weill-Raynal ont été mis en examen pour diffamation par Nicolas Blot, juge d’instruction au TGI de Paris.
Quant à la direction de France Télévision, la voilà de nouveau aux prises avec cette sale affaire. Mais avec la preuve, cette fois, que l’un de ses journalistes agissant sous pseudonyme tente de discréditer un confrère qui se trouve être aussi un collègue appartenant à la même société.

(1)     Pour preuve que les pièces médicales étaient jointes dans le démenti adressé par Charles Enderlin à Actualité Juive, elles figurent sur le site de l’Union des patrons et des professionnels juifs de France (UPJF) : http://www.upjf.org/actualiteesupjf/article-14813-145-7-al-dura-pieces-verser-audossier-futur-groupe-travail-dexpertsindependants.html
Charles Enderlin avait adressé le même texte et les mêmes pièces à Actualité Juive et à l’UPJF.

(2)     Le site de l’UPJF, site communautaire pourtant réputé radical, a fait preuve en l’occurrence d’honnêteté.

Politis du 29 octobre au 3 novembre 2009 - N° 1074

Jeudi 29 octobre 2009


3-3 Amir M. Maasoumi : La propagande sioniste se glisse partout,

Y compris là où on ne l’attendrait pas, et c’est particulièrement scandaleux quand on essaie d’intoxiquer des enfants du primaire, en misant sur la confiance des parents. Qui se méfierait du journal "Le Petit Quotidien", réservé aux 6-10 ans, et spécialisé dans les histoires de dinosaures et autres animaux ? Et pourtant...

Ces éditions pour enfants qui existent depuis 1985, et qui proposent au sein des écoles, par le biais des chefs d’établissements ou des enseignants, des abonnements à "un quotidien amusant pour s’habituer à lire un peu chaque jour", ont commis une "fiche découverte" scandaleuse sur les bombardements israéliens contre Gaza.

Nous découvrons en effet que le 8 janvier dernier, c’est à dire au plus fort des massacres israéliens de la population civile gazaouie, les Editions Playbac, prenaient l’initiative de consacrer une "fiche découverte" à cet événement.

Et que peut-on y lire ?

Tout d’abord qu’" Un pays appelé Israël est de nouveau attaqué par de petites bombes envoyées par le Hamas " !!! Et que " Fin décembre, Israël a répondu à ces attaques ".

Résultat : "De nombreux civils, dont des enfants ont été tués ou blessés dans ces combats"

Quels civils ? Quels enfants ? Quels combats ? Nos chères têtes blondes et brunes ne le sauront jamais.

Mais "Le petit Quotidien" pose la question " Pourquoi sont-ils ennemis ? " et y répond en conseillant notamment de "relire aussi la fiche sur les camps d’extermination où des millions de juifs ont été tués durant la seconde guerre mondiale"  !!!

Nos enfants (les 6-10 ans) découvriront aussi par la même occasion à propos de la Palestine que "deux peuples y vivent depuis des siècles . Mais ne cherchez pas les mots "occupés" ou "occupation" : ils n’existent pas. Les fiches "découverte" ne sont pas faites pour cela, apparemment.

En conclusion : "Dès 1948, la guerre éclate entre les deux peuples. Depuis, ils n’ont jamais respecté le partage et se battent"

Certes le partage n’a pas vraiment été respecté : Israël a annexé plus de 80 % des terres palestiniennes à ce jour, et occupe le reste !

Mais comment peut-on accepter que l’on vienne laver le cerveau des enfants de cette manière ?

* Les éditions Playbac se vantent sur leur site ( www.playbac.fr ) "d’expliquer l’actualité à vos enfants". et de n’"utiliser que des informations totalement fiables ou valorisant le doute quand il subsiste".

Interrogé par téléphone, le service Relations Clients-Abonnements, affirme au demeurant que le quotidien destiné au 6-10 ans "parle exclusivement d’animaux".

C’est pourquoi, il nous semble impératif que vous interpelliez la Directrice Générale des Editions, Mme Anne-Lous PLANTINGA :

CAPJPO-EuroPalestine

Amir M. Maasoumi
Ambassadeur pour la paix dans le monde,
Publié le 6-11-2009

Les commentaires sont fermés.