Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/11/2009

n°461 - Journal d'Irak - 04/11 au 21/11/09 – début - : Larijani: l'extrémisme américain derrière le terrorisme.

n°461 - Journal d'Irak - 04/11  au 21/11/09 – début - : Larijani: l'extrémisme américain derrière le terrorisme.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions des armées occupantes et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!



Journal d'Irak

n°461                 du 04/11                   au 22/11/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

Suite -

2) occupants 

 


Suite Politique

Des collaborateurs Irakiens

3 Les grandes manœuvres

Visite de Jalal Talabani en France.

Sarkozy devait recevoir lundi son homologue Jalal Talabani. Cette visite d'Etat de quatre jours survient deux ans après l'opposition de la France à l'invasion de l'Irak conduite par les Etats-Unis en 2003.

Talabani a déclaré à la presse avant son départ que le but de cette visite était "de signer des protocoles d'accord qui peuvent renforcer et développer les relations bilatérales".

En mars dernier, l'Irak a acheté 24 hélicoptères Eurocopter fabriqués en France dans le cadre de la reconstitution de sa flotte militaire, pour quelque 360 millions d'euros, selon un responsable français de la Defense ayant requis l'anonymat. Eurocopter est une filiale du groupe européen EADS dont le siège se trouve à Marignane, dans les Bouches-du-Rhône.

La France était l'un des grands fournisseurs d'armement de l'Irak du temps de Saddam Hussein mais les Etats-Unis dominent ce marché depuis son renversement en 2003.

Jalal Talabani sera reçu mercredi par la présidente du syndicat patronal du MEDEF, Laurence Parisot, "Cette rencontre permettra au président de présenter ses attentes vis-à-vis des entreprises françaises", selon le Mouvement des entreprises de France.

16/11

http://fr.news.yahoo.com/3/20091116/twl-france-irak-talabani-1def439_1.html


4  Sur le terrain

Le butin des députés irakiens.

Cérémonie d'ouverture du nouveau siège du Parlement irakien à Bagdad en août 2008. Iraqi Prime

Les membres du Parlement irakien savent dépasser les clivages ethniques ou religieux... pour voter en catimini une loi régissant leurs avantages.

Vincent Hugeux expose les détails de ce discret casse du siècle.

Qui, désormais, osera prétendre que les élites politiques de l'Irak nouveau sont incapables de surmonter leurs déchirements communautaires?

Au diable les clivages ethniques et religieux: l'union sacrée existe, les députés l'ont rencontrée.

Ô bien sûr, les élus du peuple ont, dans un louable souci de retenue, accordé leurs djozas -violons rustiques locaux- en catimini.

Au point de voter à huis-clos, à la mi-septembre, la loi qui régit leurs menus avantages.

Le butin de ce discret casse du siècle a de quoi donner le tournis. Y compris à un questeur du Palais-Bourbon, au président du Sénat ou au locataire de l'Elysée

Tout parlementaire perçoit -salaires et indemnités- 25 500 dollars par mois, soit 17 160 euros, ou encore plus de 50 fois le revenu moyen du pays. Au terme de son mandat, il touchera dix années durant 80% de son traitement. Chacun a droit à 30 gardes du corps rémunérés par l'Etat, mais l'usage veut que l'on en recrute moins -au sein de son clan de préférence-, histoire d'empocher le reliquat.

L'heureux élu se voit aussi octroyer un passeport diplomatique, privilège étendu aux membres de sa famille. De même, lui revient de droit un terrain de 600 m2, à l'endroit de sa convenance. Enfin, les députés se sont montrés assez persuasifs pour obtenir d'eux-mêmes la conversion en don du prêt de 70 millions de dinars (soit plus de 40000 euros), contracté en 2006, au plus fort des carnages confessionnels, et censé financer l'achat d'une voiture blindée. Pour ce qui est d'être blindé...

Miracle: le texte ayant été adopté à la majorité des trois-cinquièmes, il peut se passer de l'aval du Conseil présidentiel, triumvirat composé du raïs, le Kurde Jalal Talabani, en visite d'Etat en France jusqu'à jeudi, et de ses deux vice-présidents, l'un chiite, l'autre sunnite.

On ne saurait mieux inviter à l'abstention des électeurs guettés par l'écœurement

"Plus consternant, soupire un expatrié familier des combines bagdadies, les députés ont voté ce statut en douce alors même qu'ils s'écharpaient sur la loi électorale appelée à orchestrer les législatives de janvier prochain... Soyons clairs: beaucoup d'entre eux ont deux ou trois nationalités. Conscients de la précarité de leur position, ils veulent se remplir les poches avant, si besoin, de filer à l'étranger avec le magot. On ne saurait mieux inviter à l'abstention des électeurs guettés par l'écoeurement."

"Demain, peste en écho un bloggeur du cru cité par l'AFP, ces gars-là fuiront les eaux putrides de l'Irak et ses maisons en ruines pour aller jouir des richesses accumulées sur le dos du peuple."

Lequel peuple a pourtant échappé au pire. Sans le pilonnage d'une presse pugnace et les objurgations du Grand ayatollah Ali al-Sistani, figure révérée du chiisme, la représentation nationale aurait reconduit, pour la prochaine législature, la formule des "listes fermées", donc anonymes, en vigueur en 2005. A l'époque, mener campagne à visage découvert s'apparentait souvent à une tentative de suicide.

Tel n'est plus le cas aujourd'hui. Mais beaucoup espéraient, en avançant masqué, échapper au châtiment des urnes.

18/11

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/le-butin-des-deputes-irakiens_829209.html 


5 Politique intérieure & extérieure

Les minorités victimes de la rivalité entre arabes et kurdes dans le nord de l'Irak.

La querelle entre les collabos du gouvernement central irakien et les ‘autorités’ du Kurdistan autonome dans le nord du pays risque de déboucher sur une "catastrophe en matière de droits de l'homme" pour les minorités de la région, met en garde dans un nouveau rapport l'ONG basée à New York ‘Human Rights Watch’.

Les chrétiens, ainsi que d'autres minorités ethniques ou religieuses régionales, notamment les Shabaks et les Yazidis, sont pris entre deux feux au Kurdistan irakien depuis 2003 et "souffrent considérablement", note Joe Stork, directeur adjoint pour le Proche-Orient à HRW, estimant que tant les autorités arabes que les kurdes doivent "reprendre le contrôle sur les forces de sécurité, les extrémistes et les milices, et dire que les minorités ne peuvent être attaquées en toute impunité".

En 51 pages, HRW dénonce notamment les pressions subies par ceux qui résistent à "l'expansionnisme" kurde, arrestations arbitraires et détentions.

Si le conflit territorial explose à nouveau, "cela risque de créer une autre catastrophe majeure en matière de droits de l'homme pour les petites minorités qui ont vécu là à travers les époques", note le rapport.

La ville de Kirkouk, cœur d'une région stratégique riche en pétrole, est l'un des points centraux du conflit: les Kurdes la revendiquent, les arabes dénonçant une politique migratoire kurde destinée à faire pencher la balance démographique de leur côté.

HRW a a également mise l'accent sur la situation dans la province de Ninive, où vivent de nombreuses communautés minoritaires sur lesquelles les Kurdes tentent d'étendre leur influence.

Une attitude qui a mis à mal les relations avec nombre d'arabes et transformé la capitale provinciale, Mossoul, en un des derniers bastions de la résistance.

 11 novembre,

http://fr.news.yahoo.com/



b) Les occupants 

Usa

Obama

Vote d'une loi électorale en Irak : un grand pas en avant.

Barack Obama a déclaré que cette nouvelle loi électorale constituait un grand pas en avant.

"C'est une étape importante alors que le peuple irakien continue à prendre la responsabilité de son avenir. Je veux féliciter les dirigeants irakiens d'être parvenus à cet accord", a observé le président américain depuis la Maison Blanche. "Les Etats-Unis continueront à se tenir aux côtés de l'Irak, comme un partenaire fort et un ami."

9/11
http://fr.news.yahoo.com/3/20091108/twl-irak-elections-1d...


Extension des guerres ?

Schwarzenegger rend visite aux troupes en Irak.

Le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger est venu lundi rende visite aux troupes américaines en Irak, en les remerciant pour leur ‘sacrifice’ et ceux de leurs familles

L'ex champion de bodybuilding a insisté auprès des soldats sur la nécessité de se maintenir en forme en faisant de l'exercice quotidiennement(…)

Le gouverneur voulait aussi rencontrer des officiels irakiens. Il a dîné avec un groupe de généraux, dont le commandant américain en Irak Raymond Odierno, après avoir distribué des cigares aux soldats.

Le voyage est payé par une association de businessmen soutenant le gouverneur

17/11

Arnold Schwarzenegger parmi les soldats américains…

Après le dramaturge mésestimé, l'acteur reconverti.

Gouverneur républicain de Californie, Arnold Schwarzenegger a déboulé hier lundi à Bagdad, le temps d'une visite sur le front des troupes. Accueil triomphal dans le réfectoire du Camp Victory, la gigantesque base américaine jouxtant l'aéroport.

Et cabotinage garanti: "En 2003, claironne l'austro-californien, j'avais juré ici-même que je reviendrai. Terminator tient toujours ses promesses".

Ce mardi matin, c'est juré, l'ex-M. Univers ira soulever de la fonte dans un gymnase de l'US Army.

Intermède convenu: pourquoi "Schwarzy", star indétrônable chez les forçats des haltères irakiens, ne s'aventure-t-il pas dans l'une des salles de body-building qu'orne en façade sa silhouette musculeuse? A commencer, à titre d'exemple, par ce club Arnold Gym Classic logé depuis des lustres à deux pas de l'ambassade de France. Dommage.

REUTERS/

Saad Shalash

17-11

18/11

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/cult...


Politique intérieure & extérieure

Biden : Soutenir la réconciliation.

Le vice-président Biden a insisté auprès du président du Kurdistan irakien Massoud Barzani sur la nécessité d'adopter la loi électorale pour que les élections se tiennent bien le 16 janvier, ont indiqué lundi les autorités kurdes. Les deux hommes se sont entretenus dimanche au téléphone, alors que la tenue des élections générales à la date prévue semble de plus en plus compromise en raison du conflit opposant les Kurdes aux Arabes et Turcomans sur la répartition des sièges dans la riche région pétrolière de Kirkouk.
9/11
http://www.lorientlejour.com/

 

 Le  géant américain Exxon Mobil va exploiter du pétrole en Irak.

Un géant pétrolier américain va pouvoir extraire du pétrole en Irak pour la première fois depuis près de quarante ans à la suite de la signature d'un accord d'exploitation préliminaire jeudi entre Exxon Mobil et les autorités irakiennes.

Exxon Mobil dirigera un consortium avec la compagnie anglo-néerlandaise Shell pour exploiter le deuxième plus grand champ pétrolier irakien, de Qourna-Ouest 1, aux réserves estimées à 8,5 milliards de barils.

«Ce contrat va permettre à la production d'atteindre 2,325 millions barils/jour d'ici six ans», a affirmé aux journalistes le ministre du Pétrole Hussein Chahristani, soulignant que le consortium investirait 25 milliards de dollars et en débourserait 25 autres en coûts de fonctionnement.

Ce champ produit actuellement 279 000 barils/jour et la compagnie irakienne publique y emploie 800 personnes.

«Le consortium sera rémunéré 1,9 dollar par baril supplémentaire (à la production actuelle). Sur cette somme, le cartel ne touchera que 0,92 dollar car elle devra payer 35% de taxes et 25% à la compagnie irakienne associée à la production», a expliqué M. Chahristani.

Le consortium (appartenant à 80% à Exxon Mobil et à 20% à Shell) était en concurrence avec la société russe Lukoil.

L'accord préliminaire a été signé entre Abdel Mahdi al-Amidi, directeur général adjoint du département des contrats du ministère et Richard C. Vierbuchen, Président d'Exxon Mobil pour les opérations en amont.

«Nous attendons avec impatience de signer l'accord final très prochainement», a dit M. Vierbuchen.

Le consortium avait remporté fin juin un appel d'offres organisé par le ministère du Pétrole irakien mais avait, comme toutes les compagnies pétrolières sauf la britannique BP et la chinoise CNPC, refusé les conditions irakiennes.

À l'approche d'un deuxième round d'appel d'offres, à la mi-décembre, Exxon Mobil et Shell ont décidé d'accepter le prix de 1,9 dollar par baril plutôt que de voir le contrat leur échapper au profit d'autres sociétés, notamment chinoises qui ont adopté une stratégie agressive pour rafler les contrats pétroliers.

Fin juin, un appel d'offres, le premier depuis la nationalisation du secteur pétrolier irakien en 1975, pour six champs pétrolifères et deux champs gaziers, avait tourné au fiasco.

Seul celui de Roumaïla, qui recèle avec 17,7 milliards de barils les plus grandes réserves de pétrole du pays, avait trouvé preneur avec la compagnie britannique BP Exploration Operating Company et la société chinoise CNPC, pour 2 dollars par baril.

L'Irak possède les troisièmes réserves du monde avec 115 milliards de barils, derrière l'Arabie saoudite et l'Iran. Cependant, il n'y a pas eu d'exploration depuis des décennies à cause des guerres et de l'embargo imposée à l'Irak en 1990.

L'exploitation des champs de Zoubair, Roumaïla, Qourna-ouest 1, Kirkouk, et Missane devrait permettre à l'Irak de faire passer sa production de 2,4 millions de barils par jour aujourd'hui à 7 millions de barils dans six ans.

À terme, avec l'exploitation des neuf grands champs irakiens, le pays devrait produire 10 à 12 millions de barils par jour, ce qui fera de l'Irak l'égal des plus grands producteurs.

Les revenus tirés du pétrole représentent 85% des recettes de l'État mais il a un besoin crucial d'accroître les profits pétroliers afin de financer la reconstruction du pays, dévasté par les guerres successives.

Publié le 05 novembre 2009

Agence France-Presse

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/bourse/nouvelles/energie-et-ressources/200911/05/01-918729-un-geant-americain-va-exploiter-du-petrole-en-irak.php?utm_source=bulletinLPA&utm_medium=email&utm_campaign=retention


Prisons, exactions & torture

Les photos des sévices infligés par l'armée américaine ne seront pas publiées. !!!

Le secrétaire américain à la Defense Gates a interdit la publication de 44 photos de soldats américains infligeant des sévices à des détenus en Irak ou en Afghanistan, en vertu d'une loi adoptée fin octobre par le Congrès, selon des documents judiciaires.

Dans une lettre envoyée à la Cour suprême des Etats-Unis, dont l'AFP s'est procuré copie mardi, le gouvernement Obama explique que, "le 13 novembre, le secrétaire (Gates) a personnellement exercé l'autorité qui lui a été dévolue par la loi à propos de 21 photographies dont le sort est devant la Cour suprême et de 23 autres, identifiées dans un arrêt de cour d'appel".

Prises entre le 11 Septembre 2001 et le 22 janvier 2009, les photos décrivent en effet "le traitement infligé ou subi par des personnes engagées ou détenues après le 11-Septembre par les forces armées américaines hors des Etats-Unis".

"Leur publication mettrait en danger les citoyens américains, membres des forces armées ou employés par les Etats-Unis, déployés hors du territoire", précise encore le gouvernement, citant la décision de M. Gates.

"Nous sommes déçus (...), ces photos constituent une part importante de nos archives historiques et sont capitales dans le débat en cours sur les responsabilités" dans les mauvais traitements subis par les prisonniers en Irak et en Afghanistan, a estimé dans un communiqué l'Association de defense des libertés civiles (ACLU).

C'est cette association qui, au printemps 2009, avait obtenu en justice la publication des photos.

Alors que le Pentagone semblait prêt à les rendre publiques, le 13 mai, le président Barack Obama avait bloqué toute parution des photos, estimant qu'elles risquaient d'"attiser encore davantage les sentiments anti-américains et d'exposer nos soldats à un danger plus grand".

Le gouvernement avait alors saisi la Cour suprême pour qu'elle interdise la publication.

Mais le Congrès est allé plus vite et a ajouté, à l'unanimité fin octobre, une clause à la loi sur le budget de la Sécurité intérieure, donnant autorité au secrétaire à la Defense de refuser de publier ce type de photos, s'il peut certifier qu'elles mettraient en danger des Américains.

Dans sa lettre, le gouvernement Obama explique que la plus haute juridiction des Etats-Unis n'a plus besoin d'examiner la question.

(AFP /

17 novembre

http://www.romandie.com/ats/news/091117161542.5t7tkhcs.asp

18.11.

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/23927017

 

Le sergent Jarrett Taylor,condamné pour cruauté

Le sergent Jarrett Taylor, 23 ans, est l'un des quatre militaires de la troupe B, 2ème escadron, 13ème régiment de cavalerie de Fort Bliss au Texas impliqués dans cette affaire.

Jarrett Taylor a été reconnu coupable par une cour martiale au Koweït de "cruauté, mauvais traitements et fausses déclarations officielles", précis l'armée. Il a été condamné à 180 jours de prison, destitution au grade de simple soldat et une amende mensuelle de 933 dollars durant six mois.

Taylor, originaire d'Edmond (Oklahoma), devait répondre de deux accusations de cruauté et mauvais traitements, de fausses déclarations officielles, et mise en danger pour imprudence, selon l'acte d'accusation émis en août.

La peine maximale pour ces chefs d'accusations est de huit ans de prison, renvoi de l'armée, amendes équivalentes à son salaire et primes durant la durée de son emprisonnement.

Le caporal Daniel Weber, 24 ans, de Frankenmuth (Michigan), dont les charges n'ont pas été précisées, a été innocenté, précise l'armée. Les sergents-chefs Bob Clements et Enoch Chatman doivent être jugés prochainement par cette cour. Le premier, poursuivi pour neuf inculpations, risque 25 ans de prison, et le second, qui répondra de six délits et crimes, risque 10 ans derrière les barreaux.

21//1

http://www.lalibre.be/actu/international/article/544414/irak-un-soldat-americain-condamne-pour-cruaute.html



a)    Les voisins

Iran

Larijani: l'extrémisme américain derrière le terrorisme.

Le chef du Parlement iranien Ali Larijani a incombé au comportement américain " extrémiste" dans la région la responsabilité de la montée du terrorisme en Irak.
Lors d'une entrevue à Bagdad où il est en visite, avec les chefs des blocs parlementaires irakiens, Larijani a accusé les Américains, d'exercer par le biais de leurs  politiques agressives, "la férocité moderne dans le monde", et de la faire payer  chère aux peuples.
Larijani a rendu hommage aux résistances des peuples, en Irak, en Afghanistan, en Palestine et au Liban, estimant que ce sont elles qui ont coincé la stratégie américaine au mur et l'ont contraint à ne plus parler d'unilatéralisme.
Selon lui, le peuple irakien a supporté des difficultés énormes durant l'ère de Saddam et puis celle de l'occupation, estimant qu'il bénéficie désormais d'une situation démocratique et n'a pas besoin de tutelle. Et d'assurer que "Téhéran a dès le début soutenu la démocratie dans ce pays".
Selon un député présent à la rencontre, et rapporté par l'AFP, Larijani s'en est pris violemment sans les nommer à "certains pays qui appuient le terrorisme et lancent de violentes attaques en Irak sous le prétexte de lutter contre les Américains, alors qu'au fond d'eux-mêmes, ils les aiment".
Concernant les relations bilatérales, le chef du législatif iranien a soupçonné des tentatives louches visant  à semer les divisions entre les deux pays, lesquels disposent "de capacités économiques importantes leur permettant d'être influents dans la région".
Évoquant la guerre, qui a confronté les deux pays dans les années quatre-vingt, il a accusé les Américains d'avoir incité le président déchu Saddam Hussein à la déclencher.

 06/11/2009

http://www.almanar.com.lb
http://www.alterinfo.net/notes/

 

Larijani apporte son appui à la démocratie irakienne.

Le président du Parlement iranien, Ali Larijani, a loué hier à Bagdad la démocratie en Irak au moment où les députés éprouvent des difficultés à se mettre d'accord sur une nouvelle loi électorale indispensable à la tenue du scrutin législatif le 16 janvier. « L'Iran appuie fortement le processus démocratique et se félicite que le peuple irakien ait trouvé sa voie vers la démocratie », a affirmé M. Larijani, en rencontrant peu après son arrivée à Bagdad la présidence du Parlement et plusieurs députés

5/11

http://www.lorientlejour.com/category/International/article/636885/Irak.html



b Les alliés (des Usa)

1 Onu

L'élection irakienne sera une "tâche herculéenne", selon l'ONU.

Garantir que les élections irakiennes prévues en janvier se déroulent en respectant les standards minimaux requis sera une "tâche herculéenne", a estimé lundi le représentant spécial du secrétaire générale de l'ONU pour l'Irak, Ad Melkert

Devant le Conseil de sécurité, il fait part des "graves inquiétudes" de l'ONU, notamment car le parlement irakien n'a adopté qu'il y a une semaine la loi électorale, après de longues semaines de débat. La question du vote à Kirkouk, ville stratégique et disputée au coeur d'une région pétrolière, menaçait de provoquer un report du scrutin.

La date exacte de ce dernier n'a toujours pas été définie avec précision: le président de la commission électorale irakienne a proposé le 21 janvier.

Mais la confusion demeure après la menace, émise dimanche par le vice-président sunnite Tariq al-Hashemi, qui a réclamé plus de sièges pour les Irakiens de l'étranger et donné aux députés jusqu'à mardi midi pour modifier la loi en fonction, sous peine d'y opposer son veto

16/11

http://fr.news.yahoo.com/3/20091116/twl-onu-irak-elections-1def439_2.html



c) Les institutions

Selon HRW : Les minorités, victimes collatérales du conflit arabo-kurde.

Nb : Ndlr : la publication de l'article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

Les minorités, notamment chrétiennes, du nord de l'Irak sont les victimes collatérales du conflit entre Arabes et Kurdes pour le contrôle de territoires disputés et doivent être protégés, affirme mardi l'organisation de defense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW).

Dans un rapport, cette organisation estime qu'elles "sont prises pour cible dans la lutte opposant Arabes et Kurdes pour le contrôle de territoires dans la région de Ninive", dont Mossoul est la capitale.

Les minorités visées par les attaques et les pressions sont les 550.000 chrétiens, les 220.000 yazidis (une secte accusée d'être adoratrice du diable) et les 60.000 chabaks (une minorité ethnique), ainsi que des minorités turkmènes et des kurdes kakaïs (une communauté réduite aux croyances syncrétiques).

"Elles se retrouvent dans une position de plus en plus précaire alors que le gouvernement central dominé par les Arabes et le gouvernement régional du Kurdistan se disputent le contrôle des territoires convoités", assure HRW.

"Un des principaux fronts du conflit est Ninive, la deuxième province la plus peuplée d'Irak, et qui présente une concentration unique de groupes de minorités ayant une présence historique dans la région", explique-t-elle.

HRW, basée à New York, accuse les forces kurdes de recourir, pour consolider leur emprise sur ces territoires, "à des détentions et arrestations arbitraires, à des actes d'intimidation et dans certains cas à des violences de faible intensité contre les minorités qui ont défié le contrôle du gouvernement régional sur les territoires convoités".

Par ailleurs, selon elle, "des éléments extrémistes de l'insurrection arabe sunnite, qui considèrent ces communautés minoritaires comme des +croisés+ et des +infidèles+ ont lancé des attaques dévastatrices qui ont tué des centaines de civils".

HRW appelle le gouvernement régional kurde à modifier sa Constitution afin que les chabaks et les yazidis "soient reconnus légalement comme des groupes ethniques distincts et à cesser la répression contre les organisations de la société civile et politique qui s'opposent à la politique kurde dans les régions disputées".

Elle lui demande aussi d'enquêter sur les agissements des milices kurdes accusées de s'attaquer aux minorités.

Le rapport appelle également le gouvernement irakien à protéger "les minorités au niveau local, provincial et national, et à enquêter sur les meurtres et les déplacements de chrétiens et sur les agressions mortelles dirigées contre d'autres minorités".

En août 2007, des attentats simultanés au camion piégé à Ninive, vraisemblablement commis par des islamistes sunnites, ont tué plus de 400 yazidis dans la pire attaque contre les civils depuis 2003.

Fin 2008, une campagne systématique de meurtres et de violences ciblés a fait 40 morts parmi les chrétiens, entraînant le départ de Mossoul de plus de 12.000 d'entre eux. Les diverses communautés se rejettent la responsabilité de ces attaques.

Les attaques contre les minorités entre juillet et septembre ont tué plus de 157 personnes et ont fait 500 blessés, selon HRW.

En outre, les groupes de résistants ont repris les attaques à la bombe depuis le retrait des villes des forces américaines le 30 juin.

 (AFP /

10 novembre 2009)

http://www.romandie.com/infos/News2/091110081453.0hz8qmdf.asp


Les commentaires sont fermés.