Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/11/2009

n° 300 - journal de l'Afghanistan - du 07-11au 25-11 -Suite : - Selon un rapport du Congrès US, La guerre en Afghanistan a dépassé celui en Irak en matière d'intensité.

journal de l'Afghanistan 

n° 300 - du 07-11au 25-11

C.De Broeder & M.Lemaire


Sommaire.

3 Politique

2) occupants 

Guantanamo

1 Au jour le jour

Pas de délai pour la fermeture de Guantanamo.

Obama a déclaré mercredi qu'il n'arrêterait pas une nouvelle date pour la fermeture de la prison militaire de Guantanamo, tout en souhaitant une fermeture l'année prochaine.

L'administration Obama ne pourra pas respecter la date annoncée de janvier 2010 que le nouveau président avait arrêtée lors de son arrivée à la Maison Blanche. Barack Obama a déclaré dans une interview sur la chaîne Fox News avoir réalisé que les choses bougeaient plus lentement à Washington qu'il ne le pensait.

Selon le président américain, la date de fermeture de Guantanamo dépendra de la coopération avec le Congrès.

Environ 220 personnes sont toujours emprisonnées sur cette prison américaine située à Cuba.

(ap)

18-11

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/24090867


Prisons, exactions & torture

USA: les photos des sévices infligés par l'armée américaine pas publiées

Le secrétaire américain à la Defense Robert Gates a interdit la publication de 44 photos de soldats américains infligeant des sévices à des détenus en Irak ou en Afghanistan, en vertu d'une loi adoptée fin octobre par le Congrès, selon des documents judiciaires.

Dans une lettre envoyée à la Cour suprême des Etats-Unis, dont l'AFP s'est procuré copie mardi, le gouvernement Obama explique que, "le 13 novembre, le secrétaire (Gates) a personnellement exercé l'autorité qui lui a été dévolue par la loi à propos de 21 photographies dont le sort est devant la Cour suprême et de 23 autres, identifiées dans un arrêt de cour d'appel".

Prises entre le 11 Septembre 2001 et le 22 janvier 2009, les photos décrivent en effet "le traitement infligé ou subi par des personnes engagées ou détenues après le 11-Septembre par les forces armées américaines hors des Etats-Unis".

"Leur publication mettrait en danger les citoyens américains, membres des forces armées ou employés par les Etats-Unis, déployés hors du territoire", précise encore le gouvernement, citant la décision de M. Gates.

"Nous sommes déçus (...), ces photos constituent une part importante de nos archives historiques et sont capitales dans le débat en cours sur les responsabilités" dans les mauvais traitements subis par les prisonniers en Irak et en Afghanistan, a estimé dans un communiqué l'Association de defense des libertés civiles (ACLU).

C'est cette association qui, au printemps 2009, avait obtenu en justice la publication des photos.

Alors que le Pentagone semblait prêt à les rendre publiques, le 13 mai, le président Barack Obama avait bloqué toute parution des photos, estimant qu'elles risquaient d'"attiser encore davantage les sentiments anti-américains et d'exposer nos soldats à un danger plus grand".

Le gouvernement avait alors saisi la Cour suprême pour qu'elle interdise la publication. Mais le Congrès est allé plus vite et a ajouté, à l'unanimité fin octobre, une clause à la loi sur le budget de la Sécurité intérieure, donnant autorité au secrétaire à la Defense de refuser de publier ce type de photos, s'il peut certifier qu'elles mettraient en danger des Américains.

Dans sa lettre, le gouvernement Obama explique que la plus haute juridiction des Etats-Unis n'a plus besoin d'examiner la question.

(AFP / 17 novembre 2009 17h15)

http://www.romandie.com/ats/news/091117161542.5t7tkhcs.asp

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/23927017



2) Otan-Isaf

Rasmussen

13-11

Début novembre, le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a exhorté les pays membres de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan à réfléchir à une aide supplémentaire à ce pays sur le plan "militaire, financier et civil".
Les Etats-Unis et leurs alliés ont entamé une opération armée sur le territoire de l'Afghanistan après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 à New York.

13/11

http://fr.rian.ru/world/20091113/185497521.html

 

Rasmussen s'attend à des renforts de troupes "substantiels"

 Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a estimé mardi qu'une augmentation "substantielle" du nombre de troupes en Afghanistan devrait être annoncée rapidement, dans le cadre d'une stratégie de transfert de la sécurité aux Afghans à partir de 2010.

Lors d'un discours devant l'Assemblée parlementaire de l'Alliance atlantique, réunie depuis vendredi à Edimbourg (Ecosse), M. Rasmussen a expliqué qu'il s'attendait à un accord sur des renforts "dans quelques semaines".

L'Otan devrait décider une "approche pour contrer les résistants, avec une augmentation substantielle des forces" sur le terrain, a-t-il déclaré, alors que le président américain Barack Obama doit se prononcer prochainement sur une demande de ses généraux d'envoyer des dizaines de milliers de soldats en renfort.

"Je suis persuadé que nous pouvons, et nous devrions, commencer l'an prochain à transférer aux forces afghanes plus de responsabilités de premier plan en matière de sécurité", a-t-il déclaré.

"Nous le ferons de façon coordonnée, quand c'est possible, et cela nous permettra d'évoluer progressivement vers un rôle de soutien" et non plus seulement de combat, a-t-il fait valoir.

Ces propos interviennent au lendemain d'un discours de politique étrangère du Premier ministre britannique Gordon Brown, qui a plaidé pour la mise en place d'un calendrier fixant le début du transfert de ces pouvoirs, district par district, dès l'an prochain.

M. Brown a proposé d'organiser début 2010 à Londres une conférence internationale destinée à mettre au point cette stratégie, considérée par la presse comme un premier pas vers un calendrier de retrait des troupes.

De telles mesures sont "à la fois réalistes et réalisables", a estimé M. Rasmussen. "Mais elles ne peuvent pas être faites à l'économie. En effet, si on veut en faire moins à l'avenir, il faut en faire plus aujourd'hui".

Selon lui, les forces de l'Otan déployées en Afghanistan ont connu "de réels succès" contre le réseau terroriste Al-Qaïda.

Toutefois, "si on devait partir et tourner le dos à l'Afghanistan, Al-Qaïda reviendrait en un éclair", a-t-il prévenu. Tous ceux qui pensent le contraire "sont déconnectés de la réalité", selon lui.

M. Rasmussen s'exprimait devant quelque 260 parlementaires de 28 pays membres de l'Otan, ainsi que des délégués de Russie, Ukraine, Géorgie, Israël, Australie, Japon et Corée du sud, réunis à Edimbourg.

AFP / 17 novembre

http://www.romandie.com/ats/news/091117110207.wpdme0rh.asp

http://www.rtlinfo.be/info/monde/europe/287037/afghanistan-vers-des-renforts-de-troupes--substantiels--selon-rasmussen/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:%20RTLInternational%20(RTL%20Info%20-%20%20Monde)



Les alliés

3 UE

16-11

Les ministres européens de la Défense et des Affaires étrangères sont réunis à Bruxelles pour évoquer la situation politique en Afghanistan. Le représentant de l'ONU dans le pays, le ‘diplomate’ norvégien Kai Eide, faisait le point sur les efforts du président Hamid Karzaï pour former son gouvernement, selon une porte-parole de l'UE.

Les Vingt-Sept n'ont pas l'intention de revenir sur leur engagement en Afghanistan, mais font pression sur le président afghan pour qu'il mette fin à la corruption.

Le gouvernement afghan a d'ailleurs lancé lundi une nouvelle unité de lutte contre la corruption et le crime. Des responsables du gouvernement ont promis que cette nouvelle tentative, la troisième du genre, avait davantage de chances de succès en raison du soutien de la communauté internationale et d'une réelle volonté de réussir.

Plusieurs responsables afghans ont insisté sur leur volonté de mener à bien ce combat. "La corruption est le cancer qui détruit la vie de la population", a souligné le ministre de la Justice Mohammad Sarwar Danish.

http://fr.news.yahoo.com/



Les organisations mondiales

Amnesty International

Karzaï doit s’engager en faveur du respect des droits humains en Afghanistan.

Amnesty International a exhorté le président Hamid Karzaï nouvellement réélu à la tête de l’Afghanistan à donner la priorité, lors de son deuxième mandat, aux droits humains et à la primauté de la loi pour renforcer la stabilité et la sécurité dans le pays.

« Des Afghans de différentes parties du pays continuent de nous dire qu’ils souffrent d’une gouvernance défaillante, de la corruption endémique, d’une justice inapte et de l’absence de respect de la légalité et des droits humains, a déclaré Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. Tous ces éléments n’incitent pas la population à soutenir le gouvernement et ses alliés internationaux. »

Amnesty International a souligné que la récente élection présidentielle avait été entachée par les atteintes aux droits humains commises par les candidats et l’augmentation des attaques des résistants contre les civils.

 19 novembre

http://www.hns-info.net/spip.php?article20426 



Dans le monde

Allemagne

Angela Merkel veut prolonger son déploiement militaire en Afghanistan.

Le gouvernement allemand d'Angela Merkel a décidé mercredi de prolonger d'un an son très impopulaire déploiement militaire en Afghanistan, a-t-on appris de source gouvernementale.

Cette décision conforme à l'accord entre conservateurs et libéraux qui forment la coalition issue des législatives de septembre doit encore être approuvée par le parlement, qui sera appelé à se prononcer le 13 décembre.

La nouvelle coalition gouvernementale a décidé de maintenir, pour le moment, à 4.500 le plafond maximum de soldats susceptibles d'être déployés en Afghanistan, où 35 soldats de la Bundeswehr sont morts depuis 2001.

Le contingent allemand est le troisième plus important au sein de la force internationale de quelque 100.000 hommes, dont 65.000 sous commandement de l'Otan, mais ses alliés souhaitent un accroissement de cette force.

Berlin, avait prévenu Mme Merkel dans une récente interview, n'envisage pas de reconsidérer le nombre de soldats déployés pour cette mission avant la tenue d'une conférence internationale sur l'Afghanistan prévue pour le début 2010.

Jusqu'à la conférence "nous maintiendrons notre mandat au niveau de ce que nous avons actuellement", a-t-elle déclaré au journal Frankfurter Allgemeine Zeitung.

La conférence internationale visera "à définir avec le nouveau gouvernement afghan un calendrier pour la formation de soldats et de policiers", avait-elle ajouté.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a proposé de tenir cette conférence en janvier à Londres alors même que les Etats-Unis s'interrogent sur l'opportunité de renforcer leur contingent dans l'Indoukouch.

Le ministre allemand de la Defense, Karl-Theodor zu Guttenberg, s'entretiendra de la question afghane lors de rencontres mercredi avec son homologue français Hervé Morin à Paris, et jeudi avec son homologue américain Robert Gates à Washington.

La Bundeswehr est déployée à Kaboul et dans le nord relativement bien contrôlé du pays, et Berlin résiste aux pressions de l'Otan pour déployer en permanence des renforts dans le sud où les combats contre les résistants sont plus meurtriers à un moment où cette mission est de plus en plus critiquée en Allemagne.

Par ailleurs, un mandat approuvé par le parlement en juillet concernant l'envoi de soldats allemands à bord d'avions-radar Awacs pour aider à surveiller l'espace aérien afghan ne sera pas renouvelé, ces avions n'ayant jamais pu être déployés, a-t-on appris de même source.

Les Awacs ont été envoyés à Konya, en Turquie, d'où ils devaient assurer des rotations au-dessus de l'Afghanistan, mais l'Azerbaïdjan et le Turkménistan ont refusé d'autoriser le survol de leur territoire.

Le gouvernement s'est également prononcé en faveur du renouvellement pour six mois de la participation militaire à la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul).

AFP

18 novembre

http://www.romandie.com/ats/news/091118102531.02e3b3ki.asp


France

 Kouchner juge "très prometteur" le discours d'investiture de Karzaï(…)

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, en Afghanistan jeudi pour l'investiture du président Hamid Karzaï, s'est félicité des déclarations de ce dernier, notamment sur la lutte contre la corruption.

"Le président a toute la légitimité née des urnes quand même, quelles que soient les péripéties pour en arriver là," a déclaré Bernard Kouchner à l'Associated Press sur la base militaire de Tora, dans le district de Surobi, 50 kilomètres à l'est de Kaboul, au pied de l'Hindou Koush.

"Il faut se féliciter de son discours d'aujourd'hui (...) en particulier concernant la lutte contre la corruption" et les efforts en vue d'une meilleure gouvernance, avec notamment la création d'un secrétariat général, a-t-il ajouté. "Tout ça paraît quand même très prometteur".

"Ce qui est très nouveau" dans le discours de Karzaï, "c'est cette date fixée qu'on n'attendait pas, de deux ans, pour que l'armée afghane prenne en charge la sécurité du pays", a ajouté Bernard Kouchner. Il a estimé que ce calendrier était "une base de réflexion suffisante".

Le ministre a par ailleurs exclu toute "augmentation de troupes françaises": "je pense que pour cette région (...) nos soldats sont en nombre suffisant

19/11

http://fr.news.yahoo.com/3/20091119/twl-afghanistan-france-karzai-kouchner-fcd69a8_2.html

 

Christophe Kantcheff   : Les plus gros bobards de Nicolas Sarkozy.

Finance, pouvoir d’achat, médias, écologie : voici un échantillon des contrevérités proférées par le Président

Afghanistan : « Je continuerai de rapatrier nos forces spéciales »
Le 26 avril 2007, dans l’émission « À vous de juger » sur France 2, Nicolas Sarkozy déclare : « La présence à long terme des troupes françaises dans cet endroit du monde [Afghanistan] ne me semble pas décisive. Le président de la République [Jacques Chirac] a pris la décision de rapatrier nos forces spéciales et un certain ­nombre d’éléments. C’est une politique que je poursuivrai. »
Le 7 novembre 2007, le président Sarkozy assure lors d’une visite officielle à Washington que la France restera engagée militairement en Afghanistan « aussi longtemps qu’il le faudra ». Le 26 mars 2008, il annonce devant le Parlement britannique un renforcement à venir de la présence militaire française. Le 3 avril 2008, le président Sarkozy déclare lors du sommet de l’Otan à Bucarest que la France enverra 700 hommes supplémentaires qui s’ajouteront aux 2 200 militaires français déjà déployés. Le 5 août 2008, la France prend le commandement « tournant » de la région de Kaboul. Le 22 septembre 2008, le Parlement français autorise la prolongation de l’intervention des forces armées. En janvier 2009, les premiers drones français de type opératif sont mis en place sur le théâtre afghan.

Christophe Kantcheff   
12 novembre


Grande-Bretagne

17-11

La question afghane s'est récemment invitée avec force au sein des débats politiques en Grande-Bretagne. L'enlisement du conflit et l'importante hausse du nombre de morts parmi les soldats britanniques en Afghanistan suscitent de plus en plus d'inquiétudes dans les rangs de l'opinion publique du Royaume-Uni.

Un sondage, publié dimanche par le journal dominical "The Independent on Sunday", a montré que 71 pc des Britanniques sont en faveur d'un retrait, d'ici un an, des quelques 9.000 soldats de leurs pays déployés en Afghanistan.

http://www.aufaitmaroc.com/fr/actualite/monde/article/londres-appelle-a-lintegration-des-combattants-résistants-au-sein-de-la-societe-afghane/

 

Sondage en Grande Bretagne.

"Il est impossible de gagner la guerre en Afghanistan" affirment 64 % des personnes interrogées lors d'un sondage, soit 6 % de plus que le sondage réalisé par l'institut ComRes en juillet.

Un sondage de l'institut YouGov indiquait jeudi dernier que 57 % des Britanniques ne croyaient pas en la victoire en Afghanistan, 35 % souhaitaient un retrait immédiat des troupes et 38 % un retrait "rapide". Selon The Gardian la culture de pavot et le trafic de la drogue en Afghanistan ont augmenté après l'occupation de ce pays et malgré les slogans des pays occidentaux dans la lutte contre les narcotrafiquants, les indices montrent que les Occidentaux sont eux-mêmes impliqués dans la culture de pavot et le trafic de la drogue.

La situation des forces étrangères en Afghanistan dont 2009 est l'année la plus meurtrière pour elles, est toujours ambiguë.

14-11

 http://french.irib
http://www.alterinfo.net/notes/Sondage-en-Grande-Bretagne-au-sujet-de-l-Afghanistan_b1705167.html

 

Une majorité croissante de Britanniques pour un retrait.

Une majorité croissante de Britanniques sont favorables à un retrait de leurs troupes d'Afghanistan dans les douze mois, indique un sondage publié dimanche par the "Independent on Sunday". Le contingent britannique est actuellement fort de 9000 hommes, le deuxième en importance derrière celui des Etats-Unis.
Dans ce sondage réalisé par l'institut ComRes, quelque 71% de personnes interrogées déclarent qu'elles soutiendraient un retrait programmé des forces britanniques dans les douze mois. 47% jugent que l'envoi supplémentaire de soldats en Afghanistan accroît la menace terroriste en Grande-Bretagne.
Environ 1000 personnes ont manifesté contre la guerre en Afghanistan, en défilant samedi dans le centre d'Edimbourg (Ecosse) où se tient l'Assemblée parlementaire annuelle de l'Otan.
La guerre a fait 232 morts parmi les troupes britanniques depuis le lancement des opérations en 2001.
Le Premier ministre britannique Gordon Brown a annoncé vendredi qu'il tentait de persuader les alliés de l'Otan et en dehors de l'Alliance atlantique de déployer environ 5000 soldats supplémentaires en Afghanistan, en plus d'éventuels renforts américains.
Le Premier ministre s'est engagé à envoyer 500 soldats supplémentaires en Afghanistan à condition que d'autres membres de l'Otan fassent un effort similaire.
Le sondage de l'institut ComRes a été réalisé auprès de 1007 adultes qui ont été interrogés par téléphone entre le 11 et le 12 novembre.
16/11
(ats / Romandie News)

http://www.alterinfo.net/notes/Une-majorite-croissante-de-Britanniques-pour-un-retrait_b1706043.html

 

"Il est temps de quitter l'Afghanistan"

09.11

Le 8 novembre marquait au Royaume-Uni le Remembrance Day, journée d'hommage aux soldats du Commonwealth morts au combat. A cette occasion, l'hebdomadaire relance le débat sur l'engagement britannique en Afghanistan. Dans une une sur fond noir, il explique que "cette guerre est mal menée, impossible à gagner et contre-productive. Nous devons maintenant préparer un retrait, graduel et en bon ordre, de nos troupes valeureuses au prestige intact." Depuis le début de l'opération, en 2001, 232 soldats britanniques sont morts en Afghanistan.

http://www.courrierinternational.com/breve/2009/11/09/il-est-temps-de-quitter-l-afghanistan

 

A Londres, le vent a tourné

Longtemps considérées comme une guerre “juste”, les opérations sur le territoire afghan sont désormais remises en cause par l’opinion publique.

En Grande-Bretagne, l’Afghanistan a généralement été considéré comme une guerre “juste”.

Si l’invasion de l’Irak a été entachée de doute, à cause des manipulations du renseignement, d’une planification brouillonne et de violations des droits de l’homme, la mission en Afghanistan était auréolée de vertu.

Mais, alors qu’il ne reste aujourd’hui que très peu de soldats de la Couronne en Irak, ils sont 9 000 en Afghanistan. Le centre d’attention a changé et la guerre “juste” se complique.
C’est en partie dû aux pertes importantes enregistrées cet été (plus de 200 tués au total depuis 2001). Dans le même temps, les buts de guerre deviennent plus flous.

L’objectif mis en avant par le gouvernement – la nécessité de protéger la ­Grande-Bretagne contre le terrorisme – semble désormais douteux. Certains arguments parmi les plus convaincants en faveur d’un maintien sur place, comme les conséquences d’un retrait sur nos relations avec les Etats-Unis et sur le moral tant de nos forces armées que des terroristes islamistes, sont relativement peu abordés en public.

Dans le même temps, le climat économique pousse les Britanniques à remettre en question la sagesse de ces ambitions militaires. Aux yeux de beaucoup, l’Afghanistan passe aujourd’hui pour être un ­mauvais choix plutôt qu’une guerre nécessaire.
Voilà pourquoi l’attitude de la ­Grande-Bretagne vis-à-vis de la guerre est faite ­d’hésitations et de contradictions. Les ­Britanniques sont absolument convaincus que leurs forces armées sont les meilleures du monde. Pourtant, les engagements militaires que le folklore populaire invoque avec le plus de ferveur sont des missions de noble résistance plutôt que des offensives. Le souvenir de la Seconde Guerre mondiale, parangon de l’héroïsme guerrier britannique, est dominé par la retraite de Dunkerque et le courage de Londres durant le Blitz. Ce curieux mélange de belligérance et de susceptibilité défensive se retrouve chez toutes les nations impérialistes. Dans le cas de la Grande-Bretagne, cette tension est probablement liée à la géographie. Pour l’essentiel, la Manche l’a protégée des invasions et de la sauvagerie qui ont ravagé l’Europe continentale. Mais, en même temps, la Grande-Bretagne a été affectée par les tumultes de l’Europe bien plus directement que l’Amérique et a subi des traumatismes beaucoup plus profonds, surtout lors des massacres de la Première Guerre mondiale. On assiste apparemment à une résurgence de l’instinct de conservation né de ce traumatisme.
Ce subtil basculement n’a pas encore atteint les hautes sphères de la politique. Nick Clegg, chef de file des libéraux-démocrates, a eu le cran d’exprimer ses inquiétudes face à la stratégie, aux ressources et aux perspectives de la campagne en Afghanistan, alors que d’autres ne les abordent qu’en privé. Les conservateurs ont grommelé à propos des trucages flagrants des élections afghanes. Par crainte de se faire traiter d’antipatriote, aucun homme politique de renom n’appelle à un retrait. Du moins, pas encore. Quoi qu’il en soit, la guerre et les opinions qu’elle suscite s’orientent dans cette direction. Peut-être approchons-nous de la fin de l’ère de la guerre en Grande-Bretagne.

http://www.courrierinternational.com/article/2009/09/17/a-londres-le-vent-a-tourne

 

La guerre en Afghanistan est vitale pour stopper Al-Qaïda, selon Gordon Brown.(…)

Le Premier ministre britannique Gordon Brown va défendre lundi dans un discours la guerre en Afghanistan, en argumentant sur le fait que cette campagne empêche qu'Al-Qaïda ne trouve un asile sur dans ce pays. D'après le cabinet du premier ministre, Gordon Brown va utiliser son discours annuel de politique étrangère au banquet du Lord Maire de Londres pour affirmer qu'"il a été fait, avec succès, et prévu plus de choses cette année pour démanteler Al-Qaïda que toute autre année depuis l'invasion du pays en 2001".

D'après les extraits du discours diffusés à l'avance, Brown devrait signaler qu'Al-Qaïda, forcée de se replier d'Afghanistan au Pakistan depuis la chute des résistants, pourrait y revenir si les troupes alliées quittaient le pays.

"Nous sommes en Afghanistan parce que nos jugeons que si les résistants reprennent le pouvoir, Al-Qaïda ou d'autres organisations auront de nouveau un environnement favorable depuis lequel opérer" devait déclarer le premier ministre.

http://fr.news.yahoo.com/3/20091116/twl-gb-afghanistan-brown-fcd69a8_2.html

 

Gordon Brown n'a été applaudi qu'une seule fois

Nb Ndlr : la publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue des auteurs mais doit être vu comme information.

Cherchant à convaincre une opinion publique plus en plus sceptique que sa sécurité dépend du conflit afghan, le Premier ministre britannique Gordon Brown a consacré la quasi-totalité de son discours annuel de politique étrangère lundi à une defense de l'engagement de Londres en Afghanistan. "Cette coalition n'a pas l'intention de devenir une armée d'occupation", a-t-il ajouté. Il a proposé la tenue d'une conférence internationale sur l'Afghanistan à Londres en janvier 2010, afin notamment de mettre sur pied un "calendrier clair" de retrait et de transfert du contrôle de la sécurité aux Afghans débutant en 2010, avec un "cadre politique global dans lequel la stratégie militaire puisse s'inscrire".

Les trois-quarts des complots terroristes mis au jour en Grande-Bretagne ont leur origine en Afghanistan, a-t-il jugé, rappelant à ses auditeurs le souvenir des attentats du 7 juillet 2005 dans les transports en commun londoniens, qui ont traumatisé le pays et portaient la marque d'Al-Qaïda: "Je veux dire clairement que ce n'est qu'en nous opposant à la menace terroriste à sa source que nous pouvons défendre correctement nos côtes", a-t-il lancé.

Selon lui, les responsables du renseignement voient l'occasion d'infliger "des dégâts significatifs et durable à Al-Qaïda". "Méthodiquement et patiemment, nous sommes en train de désorganiser et paralyser la direction d'Al-Qaïda", a-t-il déclaré, expliquant que sept des principaux dirigeants du groupe terroriste avaient été tués depuis janvier 2008. "Nous ne devons pas permettre que ce processus s'inverse via un repli ou via l'irrésolution", a-t-il ajouté.

Son discours intervenait au jour de l'hommage funèbre de deux soldats tués en Afghanistan, et quelques heures après l'annonce d'un nouveau décès.

Et la controverse bat son plein, proches des soldats, députés et même membres du gouvernement travailliste jugeant que les soldats ont été envoyés au front sans suffisamment d'équipement.

Gordon Brown n'a été applaudi qu'une seule fois au cours de son discours, lorsqu'il a salué le "courage et le professionnalisme de nos forces armées".

http://fr.news.yahoo.com/3/20091116/twl-gb-afghanistan-brown-fcd69a8_3.html


Grèce

La Grèce reste en Afghanistan et refuse de quitter Kaboul…

Le Conseil gouvernemental de la Defense et des Affaires étrangères (KYSEA) s'est réuni vendredi sous la présidence du premier ministre, Georgios Papandréou, en vue des sessions majeures à venir de l'UE et de l'OTAN, et adopté des décisions unanimes concernant les thèses grecques relatives à la présence de la Grèce - au plan politique et militaire - dans des missions internationales placées sous l'égide du Conseil de sécurité de l'ONU.

Comme l'a annoncé le ministre de la Defense, Evanghelos Vénizélos, lors d'une conférence de presse, le KYSEA a décidé la prorogation en 2010 de la participation de la Grèce avec une frégate à l'opération "Atlanta" de l'UE pour la lutte contre la piraterie, la prorogation en 2010 de la participation de la Grèce avec une unité de la flotte et des vols d'avions de combat à l'opération de l'OTAN "Active Endeavour" pour la lutte contre le terrorisme, ainsi que l'exercice du commandement à partir de 2012 de la Force de réaction rapide de l'OTAN qui aura pour QG le 3e Corps d'armée.

Concernant le contingent grec en Afghanistan, le gouvernement grec a décidé, en prenant en compte la totalité des facteurs intervenant sur la scène internationale et les forces en présence, que le Bataillon de composition spéciale (TES) de 122 hommes, composé d'une compagnie du génie, de deux groupes de cadres du service sanitaire et d'un groupe d'appui et de sécurité, restera en place à Kaboul, en maintenant en vigueur la restriction nationale, le financement à hauteur de 3 millions d'euros du Fonds de réorganisation de l'armée afghane, étant donné que la partie grecque n'aura pas de frais de déplacement de son bataillon. Notons que la Grèce a déjà contribué pour 600.000 euros à l'initiative franco-britannique pour les hélicoptères de l'ISAF et pour 800.000 euros à l'initiative hongroise de mettre sur pied un groupe de réorganisation.

Par ailleurs, la Grèce enverra 19 formateurs supplémentaires qui intègreront la structure atlantique - qui auront la protection de l'Alliance - pour l'entraînement du 201e Corps de l'Afghanistan, la prise en charge du commandement de l'aéroport de Kaboul pour la période avril-octobre 2010 avec 53 cadres, ainsi que l'envoi jusqu'à deux groupes de 8 hommes de personnel sanitaire, si l'ISAF le demande, afin de servir dans des hôpitaux alliés.

Le KYSEA a donc rejeté le déplacement du bataillon grec (TES) de Kaboul à Herat, voir à Farah, une région encore à plus haut risque, comme il avait été envisagé à partir d'une décision en janvier 2009, faisant valoir que même les conditions requises à être mise en place n'étaient toujours pas réunies aujourd'hui.

13 novembre

http://www.info-grece.com/modules.php?name=News&file=article&sid=4992


Japon

Le Japon promet 5 milliards de dollars d'aide(…)

Le gouvernement japonais a annoncé mardi accorder une aide de 5 milliards de dollars sur cinq ans à partir de 2010 pour aider à la reconstruction de l'Afghanistan, ravagé par la guerre. Cette décision a été prise lors d'un conseil des ministres.

Le gouvernement de centre-gauche a par ailleurs décidé d'octroyer une aide de deux milliards de dollars au Pakistan voisin, ont rapporté les médias.

Le Premier ministre japonais Yukio Hatoyama devrait révéler les détails de son plan lors de la visite du président américain Barack Obama, vendredi et samedi à Tokyo, a indiqué l'agence de presse Jiji.

Le nouveau gouvernement, qui a mis fin en septembre à un demi-siècle de règne des conservateurs au Japon, a annoncé qu'il cesserait en janvier 2010 la mission navale de ravitaillement dans l'Océan Indien en soutien à la coalition internationale engagée dans la lutte en Afghanistan. Il a promis en échange d'aider à la reconstruction de ce pays, qui est au coeur de la lutte contre le terrorisme engagée par l'administration américaine.

Selon la télévision publique NHK, l'aide servira notamment à encourager les résistants à retourner à la vie civile, à financer la transformation de la capitale Kaboul, à payer les policiers afghans et à soutenir le développement agricole.

Le Japon n'enverra cependant aucun soldat des Forces d'autodefense sur le terrain, a assuré l'agence Jiji.

Lorsqu'il était encore dans l'opposition, le Parti Démocrate du Japon de M. Hatoyama avait fustigé la mission de ravitaillement dans l'océan Indien, en dénonçant la participation de la marine japonaise à "une guerre américaine".

(ats / 10 novembre 2009 03:55)

http://www.romandie.com/infos/ats/display2.asp?page=20091110035518250172019048000_brf009.xml 


Nouvelle Zelande

La Nouvelle-Zélande va envoyer trois véhicules blindés en Afghanistan …

La Nouvelle-Zélande compte envoyer trois véhicules blindés légers et leurs équipages en Afghanistan pour appuyer les troupes d'élites.
Le gouvernement néo-zélandais a affirmé que ces véhicules blindés fourniront une protection pour les 71 soldats du SAS (Special Air Service), l'unité des troupes spéciales contre les bombes en bordure de route, a rapporté vendredi Radio New Zealand.
D'après le ministre de la Defense, Wayne Mapp, les véhicules blindés légers stationneront en Afghanistan pour fournir une protection renforcée aux personnels contre les bombes en bordure de route, qui figurent parmi les plus graves menaces en Afghanistan.
Les troupes font un travail difficile dans un environnement dangereux et le gouvernement s'est engagé à leur fournir ces équipements nécessaires, a précisé le ministre.
Ces véhicules sont armés d'un canon de 25mm et de deux mitrailleuses.

13/11

Source: xinhua

http://french.people.com.cn/International/6812586.html


Pologne

La Pologne présente sa stratégie afghane

Le ministre polonais de la Defense, Bogdan Klich, a présenté jeudi les six priorités sous- tendant la stratégie gouvernementale pour la mission polonaise en Afghanistan.
M. Klich a indiqué que les priorités sont la sécurité civile, la poursuite du dialogue politique avec les autorités afghanes, l'aide humanitaire et au développement, les opérations militaires, la formation de l'armée et de la police afghanes, et l'aide à l'administration locale et l'équipement supplémentaire pour le contingent.
M. Klich a révélé que la stratégie est toujours discutée au ministère des Affaires étrangères. Une fois prête, elle sera présentée au Premier ministre, a rapporté l'agence de presse polonaise PAP citant M. Klich.
Le ministre a indiqué que le gouvernement suppose que "la présence en Afghanistan est un élément de la présence de l'ensemble de l'Alliance de l'Atlantique Nord dans ce pays".
"Nous reconnaissons que nous devrions nous laisser guider par le principe selon lequel, bien que nous ne sommes pas entrés en Afghanistan ensemble, nous devrions quand même sortir de ce pays ensemble", a souligné M. Klich.
La Pologne, qui est responsable ‘de la sécurité’ dans la province afghane de Ghazni, a déployé près de 2 000 soldats en Afghanistan, dans le cadre de la force multinationale dirigée par l'OTAN, (ISAF).

13/11

Source: xinhua

http://french.people.com.cn/International/6812083.html


Russie 

19-11

Une délégation russe conduite par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est arrivée jeudi à Kaboul afin de participer à la cérémonie d'investiture du président Hamid Karzaï, rapporte le correspondant de RIA Novosti.
M.Lavrov s'est entretenu  avec le président afghan élu pour un nouveau mandat et lui a remis un message de félicitations de la part du président russe Dmitri Medvedev.
Le chef de la diplomatie russe est accompagné par l'ancien ambassadeur russe en Afghanistan Zamir Kaboulov.
Les chefs de la diplomatie des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Italie, du Canada, de la Turquie, de l'Allemagne, de la Lituanie, des Emirats arabes unis et de la Suède prendront part à la cérémonie d'investiture de M.Karzaï.
Les présidents du Pakistan et du Tadjikistan, les vice-présidents de l'Inde et de l'Iran, le secrétaire général du Conseil de l'UE, ainsi que le secrétaire général de l'OTAN sont également attendus à Kaboul.

RIA Novosti

http://fr.rian.ru/world/20091119/185524610.html



Les voisins

Pakistan - Extension de la guerre

Turquie

Le président turc prône une aide tous azimuts à l'Afghanistan.

Le président turc Abdullah Gül s'est prononcé lundi à Istanbul en faveur d'une aide économique et militaire à l'Afghanistan jusqu'à ce que les autorités afghanes soient en mesure d'assurer par elles-mêmes la sécurité, rapportent les medias turcs.
Lors d'une rencontre avec son homologue afghan Hamid Karzaï en marge du sommet de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), Abdullah Gül a pointé la nécessité d'une lutte conjointe contre le terrorisme, notamment contre Al-Qaïda.
"Nous y sommes présents (en Afghanistan, ndlr) pour empêcher la propagation du terrorisme dans toute la région et à travers le monde, et pour ne pas laisser l'Afghanistan se convertir en +havre de paix des terroristes+", a annoncé le président turc, avant de rappeler qu'un contingent militaire turc opérait en Afghanistan au sein de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF).
En outre, le chef de l'Etat turc a affirmé que suite à l'élection présidentielle au terme de laquelle M. Karzaï a été reconduit dans ses fonctions, l'un des objectifs principaux de l'Afghanistan était de former au plus vite un gouvernement capable de résoudre les problèmes du pays et d'unir la société.

RIA Novosti

9 novembre

http://fr.rian.ru/world/20091109/185474590.html



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.