Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/12/2009

N°498 - La propagande, Manipulation de l’opinion et Dossier de Palestine - 06-12 – Suite - : Washington ne permettra jamais aux Palestiniens de déclarer leur indépendance.

N°498 -  La propagande, Manipulation de l’opinion et Dossier de Palestine - 06-12 – Suite  - : Washington ne permettra jamais aux Palestiniens de déclarer leur indépendance.



       L'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources                                              



La propagande, Manipulation de l’opinion et Dossier de Palestine

N°498                                                    06-12

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be

 


Sommaire

2 Les brèves
2-1 Washington ne permettra jamais aux Palestiniens de déclarer leur indépendance.

2-2 Noam Chomsky :"Ne nous soumettons à aucune autorité".

2-3 Anshel Pfeffer : Le Grand Rabbin de l’armée : Les troupes qui montrent de la clémence envers l’ennemi seront « damnées ».

2-4 Hamdan : L'échange des captifs ne se réalisera qu'après l'exécution de l'occupation aux exigences.

2-4 Tollé international après l'annonce de 900 logements à Jérusalem-Est.

2-5 Les occupants israéliens transforment les terrains de Palestiniens en étangs et marais.

2-6 Démolitions, incursions, agressions et détentions: c'est la politique d"Israël".

2-7 Israël: un garde du corps du chef d'état-major accusé de tentative de viol.

3 Dossier – Suite

3-1 Gilad Atzmon : Du fleuve à la mer.

3-2 Gideon Levy : L'arme de l'apocalypse.

3-3 Khaled Amayreh : Des criminels de guerre impardonnables - AshkeNazi menace Gaza d’un autre «petit holocauste ».

3-4 Pierre Barbancey : L’Union européenne renforce la puissance économique d’Israël.

3-5 Myriam Abraham : Grande Bretagne : Le CFI Petit Mais Puissant Lobby Pro Israël Finance les Conservateurs Donnés Gagnants aux Prochaines Elections Législatives.

 



2 Les brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information
2-1 Washington ne permettra jamais aux Palestiniens de déclarer leur indépendance.
En visite dans les territoires occupés par "Israël", une délégation de sénateurs américains a participé au « Forum Saban » qui se tient en ce moment. Joe Lieberman (Indépendant) et Ted Kaufmann (Démocrates) ont tous deux affirmé lors de leur intervention que « les Etats-Unis ne permettraient jamais aux Palestiniens de déclarer leur indépendance de manière unilatérale ».
Joe Lieberman a insisté sur « la nécessité d’une solution négociée entre les deux parties », et Kaufmann a accusé les Palestiniens « de perdre du temps avec ce genre de déclarations car ils savent très bien que les Etats-Unis ne laisseront pas une telle initiative arriver devant l’ONU ». 

Joseph Lieberman s’est aussi référé au dossier iranien, estimant « que s’il était d’accord avec l’approche de Barack Obama de vouloir tenter un dialogue avec Téhéran, il fallait admettre aujourd’hui que les Iraniens n’ont pas été à la hauteur et qu’il va probablement falloir changer de stratégie ».
« Il faut trouver des moyens pour faire pression de manière forte sur le régime iranien sans que ce soit le peuple qui en pâtisse », a-t-il ajouté. Sur ce point, tous les membres de la délégation, Démocrates comme Républicains, étaient d’accord, tout comme sur leur soutien affiché à "Israël".

SOULEIMAN

18 novembre
www.almanar.com.ib http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=article&sid=4726


2-2 Noam Chomsky :"Nous ne soumettons à aucune autorité".

Extrait d'une interview du philosophe et linguiste américain Noam Chomsky, réalisée par Jon Snow de canal 4. Chomsky nous livre avec sa clairvoyance habituelle ses opinions sur quelques thèmes cruciaux du monde actuel, du terrorisme au changement climatique, en passant par le conflit israélo-palestinien.

Terrorisme

La leçon en serait que le terrorisme a des causes ? A moins de s’en prendre aux causes, on ne résoudra pas le problème. Bien sûr, une bonne part de cela est de l’activité criminelle et toute activité criminelle doit être réprimée honnêtement et équitablement par le pouvoir judiciaire.
Mais à défaut de s’intéresser aux causes du mécontentement, vous vous retrouvez dans la position d’un médecin qui injecterait du poison à son patient et se demanderait ensuite quel est le meilleur moyen de traiter les symptômes.
Si Barack Obama n’est pas à la hauteur des espérances qu’il a fait naître, deux choses peuvent se produire. Kennedy aussi avait suscité un énorme enthousiasme et il a rapidement déçu. Il avait un bon appareil de propagande mais quand on regarde d’un peu plus près ses réalisations, il aura sans doute été le président le plus dangereux du 20ème siècle.
Les énergies qui furent alors éveillées se transformèrent en quelque chose de très constructif : l’activisme des années 60. Kennedy n’a certainement pas soutenu le mouvement des droits civiques mais il avait inspiré sa rhétorique et il s’y est assimilé. C’est une possibilité pour Obama.
L’autre possibilité relève du cynisme. Le choix constructif d’Obama va devoir s’appuyer sur le réalisme de la situation actuelle et non sur les illusions du marketing politique.Noam Chomsky   

Noam Chomsky 

02 Novembre 2009 http://www.michelcollon.info:80/index.php?option=com_content&view=article&id=2365:qne-nous-soumettons-a-aucune-autoriteq&catid=6:articles&Itemid=11


2-3 Anshel Pfeffer : Le Grand Rabbin de l’armée : Les troupes qui montrent de la clémence envers l’ennemi seront « damnées ».

Dans l’armée israélienne, les psychopathes fondamentalistes juifs ont de beaux jours devant eux ...

Le Grand Rabbin de l’IDF a dit aux étudiants d’un programme de préparation militaire d’une yeshiva la semaine dernière que les soldats qui « montrent de la clémence » envers l’ennemi en temps de guerre seront « damnés ».

Le Brig. Gen. Avichai Rontzki a aussi dit aux étudiants de la yeshiva que les religieux font de meilleures troupes de combat.

Parlant jeudi à la yeshiva Hesder de la colonie Karnei Shomron en Cisjordanie, Rontzki s’est référé à la discussion de Maimonides sur les lois de la guerre. Ce texte cite un passage du livre de Jérémie disant : « Maudit soit celui qui fait avec négligence l’œuvre de l’Éternel, maudit soit celui qui éloigne son épée du carnage ! »

Dans la bouche de Rontski, « En temps de guerre, quiconque ne combat pas de tout son cœur et âme est damné - s’il éloigne son épée du carnage, s’il fait preuve de clémence envers son ennemi quand il ne faut montrer aucune merci ».

Les remarques de Rontski ont eu cours dans une cérémonie célébrant le nouveau rouleau de la Torah de l’école. Le service commémorait Yosef Fink, un des deux étudiants de yeshiva kidnappés par le Hezbollah en 1986.

Leurs corps furent rendus dix ans plus tard lors d’un échange de prisonniers.

Rontzki s’est aussi référé spécifiquement à la conduite de l’armée israélienne pendant l’opération Plomb Fondu à Gaza. « A propos de tout ce que nous avons entendu dans les media dernièrement, remerciez Dieu que le peuple d’Israël se soit uni récemment sur la compréhension simple de la façon dont il doit combattre. Une des innovations majeures de cette offensive fut la conduite de la guerre - pas comme une sorte de mission ou de détention ».

« Nous nous souvenons tous du début de la guerre, avec une grande attaque de 80 avions bombardant différents lieux, puis l’artillerie, les mortiers et les tirs de tanks et tout cela, comme à la guerre », a-t-il dit. « Chacun a combattu de tout son cœur et âme, et bien sûr il y a de la bravoure, mais aussi un combat avec toutes les ressources qu’on a - combattre comme si on décidait réellement de la mission ».

Rontzki s’est aussi référé aux qualités du soldat combattant idéal.

« Dans les guerres d’Israël, les guerriers sont des craignant-Dieu, des personnes justes, des gens qui n’ont pas de péchés sur leurs mains », dit-il. « On doit combattre avec une compréhension de ce pour quoi on combat ».

Anshel Pfeffer

Traduction : J.P Bouché

Mardi 17 Novembre 2009

Ha’aretz –

Vous pouvez consulter cet article à : http://www.haaretz.com/hasen/spages...
http://www.info-palestine.net/

http://www.alterinfo.net/Le-Grand-Rabbin-de-l-armee-Les-troupes-qui-montrent-de-la-clemence-envers-l-ennemi-seront-damnees_a39361.html


2-4 Hamdan : L'échange des captifs ne se réalisera qu'après l'exécution de l'occupation aux exigences.

"L'occupation n'a pas accepté les exigences de la résistance nationale concernant l'opération d'échange des captifs contre son soldat capturé, Gilad Chalit", a dit Hamdan en refusant de donner des détails à propos des efforts déployés par la médiation Allemande et égyptienne pour réaliser l'opération d'échange des captifs.

Le responsable des relations externes du Hamas, Oussama Hamdan a souligné, le dimanche 22/11, lors d'une déclaration de presse, que son mouvement s'intéresse fortement et sérieusement à l'opération d'échange des captifs, en portant le gouvernement de l'occupation responsable s'il ne s'engagera pas pour accomplir les exigences de la résistance nationale qui détient le sergent israélien, Gilad Chalit.

"La question d'échange des captifs n'a aucun lien avec les déclarations du ministre de l'intérieur qui a annoncé, hier, l'intention des factions palestiniennes d'accorder l'arrêt du lancement des roquettes sur l'occupation, en soulignant leur fort attachement pour faire face à toute tentative d'agression sioniste contre la Bande de Gaza", a affirmé Hamdan.
Hamdan a souligné que le Hamas s'attache, plus que jamais, aux efforts déployés par l'Égypte pour réaliser la réconciliation palestinienne, en confirmant que son mouvement veut que ses remarques et observations envers la feuille finale égyptienne soient accordés pour arriver à la réconciliation palestinienne selon les dossiers et détails négociés, et évalués antérieurement.

En insistant sur les efforts du Hamas déployés avec les égyptiens pour la réconciliation nationale, le leader du Hamas a confirmé que leurs inquiétudes étaient justes, surtout après l'annonce unilatérale d'Abbas d'organiser des élections, ainsi que son intention de poursuivre les négociations inutiles avec l'occupation après leur échec total et très flagrant, en plus de l'obstination de l'occupation de judaïser les territoires palestiniens occupés, et le report puis l'incapacité d'organiser des élections.

"Pour cela le Hamas s'attache à la nécessité d'établir une réconciliation interne durable et juste", a-t-il ajouté"

23/11

.http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7YAli7lLFoQxuw9rMsy1J%2b%2bIYNgWxsGHfbvVyr4u9WDdgCrNjoH1kAp7hdLexsSyj2Ba0J4G0m1RhWEhIcOCXdxMHgM%2fLEtu5TkHiUOR29C4%3d


2-4 Tollé international après l'annonce de 900 logements à Jérusalem-Est.

La Maison Blanche juge "consternant" ce projet d'expansion, qui rend "plus difficiles" les efforts de relance du processus de paix. Et pour le porte-parole de Mahmoud Abbas, cela montre "qu'Israël se fiche de la position américaine".

La commission de planification de Jérusalem a déposé mardi 17 novembre un projet de construction de 900 unités d'habitation à Gilo, quartier juif de Jérusalem-Est que les Palestiniens revendiquent, déclenchant les critiques des Palestiniens mais aussi une dénonciation particulièrement virulente de la part des Etats-Unis, qui ont jugé cela "consternant".
Le négociateur palestinien Saeb Erekat a vivement condamné cette décision d'expansion de Gilo, où vivent déjà quelque 40.000 juifs. Selon lui, elle "montre que cela ne rime à rien de reprendre des négociations tant que ce genre de choses continue".
A Washington, le porte-parole de
la Maison Blanche Robert Gibbs a jugé "consternant" ce projet d'expansion, qui rend "plus difficiles" les efforts de relance du processus de paix menés par les Etats-Unis. Il a critiqué toute mesure "susceptible d'anticiper unilatéralement, ou semblant anticiper sur des négociations": la question de Jérusalem doit "être réglée via des négociations entre les parties", a-t-il ajouté.
"Les Etats-Unis sont également opposés à d'autres pratiques d'Israël à Jérusalem liées au logement, y compris le comportement constant d'évictions et de démolitions de maisons palestiniennes", a conclu Robert Gibbs.

"Israël se fiche de la position américaine"
Nabil Abu Rdeneh, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, a estimé qu'il "s'agit d'un message adressé au président Obama, lui disant qu'Israël se fiche de la position américaine". Il "devrait y avoir une vraie pression américaine sur les Israéliens pour qu'ils arrêtent tous ces actes", lesquels selon lui "prouvent qu'Israël ne veut pas la paix et ne veut pas relancer le processus de paix", a-t-il estimé.
Londres aussi a critiqué ces projets. "Le Secrétaire au Foreign Office a toujours été très clair sur le fait d'un accord crédible comprend Jérusalem comme capitale partagée. Agrandir les implantations sur des terres occupées à Jérusalem-Est rend cet accord bien plus difficile. Cette décision sur Gilo est mauvaise et nous nous y opposons", a fait savoir la diplomatie britannique dans un communiqué.
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a lui aussi dénoncé l'action israélienne, estimant, selon sa porte-parole Michele Montas, que "de telles actions mettent à mal les efforts en vue de la paix et mettent en doute la viabilité de la solution de deux Etats".

"Une partie intégrante de Jérusalem"
Dans un communiqué, les services du Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou ont défendu ce qu'ils ont qualifié de "procédure de routine de la commission de planification", et ajoutant que "le quartier de Gilo est partie intégrante de Jérusalem".
Environ 180.000 Israéliens vivent dans les quartiers construits autour de Jérusalem-est, l'Etat hébreu, qui considère que Jérusalem-Est -annexée en 1967- fait partie d'Israël, refuse toute restriction des constructions. Les Palestiniens pour leur part considèrent ces quartiers juifs comme des colonies de peuplement alors que l'Etat hébreu exclut de facto Jérusalem-Est de toutes les discussions sur le gel des constructions.
La rapidité avec laquelle
la Maison Blanche a réagi, alors que Gibbs se trouve en Chine avec Obama, pourrait bien être la conséquence des déclarations malheureuses (…)  de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton il y a trois semaines à Jérusalem.
Alors que les Palestiniens réclament le gel total de la colonisation, elle avait pour sa part estimé que le gouvernement israélien faisait preuve de retenue sur le dossier et dit déceler des pas en avant positifs. Des propos qui avaient suscité la colère du monde arabe et une immense déception vis-à-vis de la position de Washington.

18.11.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/p...


2-5 Les occupants israéliens transforment les terrains de Palestiniens en étangs et marais.

Deux Palestiniens du village d’Aïn Yabroud, au nord de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, ont décidé, hier mercredi 25 novembre 2009, de porter plainte contre l’Entité sioniste, dans le tribunal d’instance de la ville de Tel Ar-Rabi (Tel-Aviv). Ils veulent exiger une compensation d’un demi million de shekels pour la transformation de leurs terrains en des étangs et marais pour les colons sionistes.

C’est l’institution des droits de l’homme Yish Din qui a représenté les deux Palestiniens. En fait, leurs terrains ont été transformés en des marais recevant de l’eau usée jetée de points coloniaux connus sous le nom Ofra, bâtis en 2007.

Cette poursuite judiciaire a été engagée contre l’Etat israélien. En effet, ce dernier avait donné son autorisation pour la construction du projet d’eaux usées sur des terrains appartenant aux Palestiniens. Une construction illégale. Et les terrains ne sont pas toujours rendus à leurs propriétaires.

Notons que les habitants de ce village d’Aïn Yabroud avaient auparavant porté plaine au tribunal supérieur israélien, pour la même raison.

26/11

http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7bA58AB%2bQr46cub081dv5sbo1n86zscSk%2fkYlN%2bFVfkvsbf4tNsuZxuSAlEdHvYmdD6VX8ORc07z3azWwI5qR9tkr%2fEPYv3GTN8Gv%2fYVu4T4%3d


2-6 Démolitions, incursions, agressions et détentions: c'est la politique d"Israël".

Les bulldozers de l'occupation israélienne ont démoli une habitation palestinienne dans le quartier d'Al Akaba, au village d'Al Essawia, au nord-est de la ville sainte occupée d'Al Qods.
La maison détruite était construite de deux étages et s'étendait sur une superficie de
240 mètres carrés. Elle abritait plus de 14 personnes.
Les palestiniens ont condamné fortement la politique de punition collective et discriminatoire exercée  quotidiennement par  les autorités occupantes israéliennes, appelant à une intervention digne et juste pour sauver leur destin humanitaire et légal sur leurs terres historiques.
"La commission d'habitat alliée à la municipalité sioniste à Al Qods a ordonné récemment de détruire plus de 14 maisons, dans la partie Est d'Al Essawia, élevant à 70 le nombre de maisons menacées par la destruction sioniste".
Il est à noter que l'occupation s'est emparée de la plupart des terres d'Al Essawia (10 mille dunums), en ne laissant que 2 mille dunums pour une population palestinienne qui dépasse 15 mille personnes.
D'autre part, les forces armées occupantes et les équipes de la municipalité sioniste ont envahi l'entrée principale du camp de Chaefat en confisquant les biens et les légumes après avoir agressés les vendeurs.

Plus de 30 soldats sionistes ont attaqué les lieux de travaux des ouvriers, et transporté certains d'entre eux vers le passage militaire

20/11/2009

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=112042&language=fr


2-7 Israël: un garde du corps du chef d'état-major accusé de tentative de viol.

Un garde du corps du chef d'état-major israélien, le général Gaby Ashkenazi, a été appréhendé et impliqué dans une tentative de viol, a-t-on appris dimanche de source policière.

Ce garde du corps, un capitaine âgé d'une trentaine d'années, a été appréhendé vendredi soir près du port de Tel-Aviv où il est soupçonné d'avoir tenté de violer une jeune femme à l'issue d'une soirée de célibataires donnée en son honneur avant son prochain mariage.

Alertés par les cris de la jeune femme, des passants et des policiers sont intervenus et le militaire a d'abord tenté de se cacher dans des buissons. Il a finalement été appréhendé en état d'ébriété, et dévêtu, sur les rives de la rivière Yarkon, où il aurait plongé pour se cacher.

Interrogé dimanche à la radio de l'armée, son avocat, Benyamin Nahari, a affirmé que le capitaine niait les faits reprochés.

Ce dernier a servi dans l'unité qui a assuré la garde rapprochée de l'ancien Premier ministre Ehud Olmert.

Cette unité, qui assure aussi la protection du chef d'état-major, est composée d'hommes issus des formations d'élite de l'armée ou des services secrets et triés sur le volet(…)  par le Shin Bet, le service intérieur de sécurité.

(AFP / 29 novembre)

http://www.romandie.com/ats/news/091129061755.7dexi57f.asp



3 Dossier

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

3-1 Gilad Atzmon : Du fleuve à la mer.

Cessons une bonne fois pour toutes de nous bourrer le mou sur l'Amérique augmentant-la-pression-sur-Israël-pour-qu’il-gèle-les-colonies-en-Cisjordanie. Toute la fascination pour ce sujet est un pur produit des labos des docteurs folimage sionistes. Elle a pour but de détourner l'attention de la cause profonde du conflit: le vol de la Palestine et des Palestiniens au nom d'un «retour des Juifs à la maison». L'appel à arrêter les constructions israéliennes en Cisjordanie ne vise qu’à nous donner la fausse impression que le vol de la Palestine a commencé en 1967. Les faits sont connus de beaucoup d'entre nous, mais pas de tous. C’est en 1948 que la grande majorité des Palestiniens ont été expulsés de leurs villes, villages, champs et vergers.

Ce qui se présente comme une initiative de paix usaméricaine mettant la pression sur Israël pour qu’il mette un terme à son expansion en Cisjordanie est en fait un agenda promu par les sionistes au sein de l'administration usaméricaine qui se rendent compte, tout comme Sharon vers la fin (de sa carrière), que la seule chance pour l'État juif de survivre à la prochaine décennie, est de rétrécir aux dimensions d’un petit shtetl (ghetto). La solution à deux États est en effet le dernier effort pour maintenir en vie le sionisme.

Netanyahu est loin d'être stupide. Il comprend tout ça. Il sait que le rêve de son père du révisionniste sioniste de père (Benzion Mileikowsky alias Netanyahou, secrétaire de Ze'ev Jabotinsky)  d’un «grand Eretz Israel» est inaccessible.

Haaretz rapporte aujourd'hui que le Premier ministre israélien, à Washington, a admis qu'il était résolu à la solution de «deux États vivant côte à côte». Toutefois, il a souligné que «le droit des réfugiés palestiniens à retourner dans leurs foyers dont ils ont été expulsés, ne serait pas mis sur la table. » Apparemment, un Premier ministre faucon israélien affronte délibérément le péché originel d'Israël à savoir l'expulsion de la grande majorité des Palestiniens. Toutefois, le fait qu'il insiste pour dire qu'il ne sera pas « mis sur la table » ne peut signifier  qu’une chose : qu’il est déjà sur la table. "Ils", poursuit M. Netanyahu, "doivent abandonner le fantasme d’une invasion d’Israël par des réfugiés, renoncer aux revendications irrédentistes [1] sur le Néguev et la Galilée, et de déclarer sans équivoque que le conflit est bel et bien terminé ".

De toute évidence, M. Netanyahou exprime ici le souhait qui est partagé par la plupart sinon par tous les Israéliens. Ils rêvent tous d'ouvrir leurs yeux un beau matin, pour découvrir que tous les Goyim, les Palestiniens, les Arabes et les Musulmans viennent de quitter la région.

Je tiens à signaler à Netanyahu et à tous les Israéliens qui veulent bien l'entendre que cela ne va pas se passer comme ça. Autant une invasion de «réfugiés» palestiniens est un cauchemar ancré chez les Israélien, il est loin d'être un fantasme palestinien. C’est plutôt une réalité qui attend son heure. Israël a perdu sa chance de se réconcilier avec ses voisins. Il a échoué à régler son conflit avec le  peuple autochtone de cette terre. Le sort d'Israël sera déterminé par les «faits sur le terrain» à savoir la démographie. En termes de réconciliation, Israël a passé la zone non-retour. Son sort est scellé. Une Palestine du fleuve à la mer n'est plus une question de 'si', mais plutôt une question de 'quand'. 

Contrairement à la plupart des Israéliens qui rejettent la cause palestinienne, M. Netanyahou a admis aujourd'hui que les Palestiniens ont effectivement été expulsés. Pour la première fois les « revendications irrédentistes» des Palestiniens sont évoquées par un Premier ministre israélien. Et pourtant, M. Netanyahu et ses gens devraient cesser de se faire des illusions. Ce n'est pas seulement du Néguev et de la Galilée qu’il s’agit. Il s’agit en effet de chaque bout de terre entre le fleuve et la mer: Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Beer Sheva et chaque village, verger, terrain, rivière et arbre entre les deux. La seule question qui reste ouverte est : combien de temps faudra-t-il pour que le Shekel s’effondre ? Combien de temps faudra-t-il aux Israéliens pour saisir qu'ils habitent sur des terres volées?  Combien de temps faudra-t-il avant que les Israéliens se rendent compte que la bataille est perdue? Combien de temps faudra-t-il pour que les Israéliens intériorisent le fait évident qu'ils ont une fois de plus réussi à se placer sur le mauvais côté de leurs voisins?

Note
[1] Irrédentiste: quelqu’un qui prône la récupération culturelle et historique de son territoire.

Source : http://www.gilad.co.uk/writings/from-the-river-to-the-sea-by-gilad-atzmon.html
Gilad ATZMON

Traduit par  Fausto Giudice
URL de cet article sur Tlaxcala
: http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=9262&lg=fr

http://www.tlaxcala.es/pp.asp?lg=fr&reference=9262


3-2 Gideon Levy : L'arme de l'apocalypse.

"Voilà comment on crée le scenario du prochain conflit". Une analyse de l’un des rares journalistes israéliens à dénoncer la propagande de guerre et les provocations israéliennes.

Merci à Anne-Marie Perrin pour sa traduction.

"Toutes les quelques semaines, il vous faut semer la peur, tous les quelques mois, il vous faut lancer des menaces, et une fois par an ou tous les deux ans, il vous faut avoir une autre petite guerre. La coopération aveugle entre l’institution militaire et les médias assure la promesse d’un autre cycle de combats. De la sorte, il nous est possible d’esquiver en partie le blâme du Rapport Goldstone et de nous vautrer dans ce que nous aimons le mieux : être la victime, se sentir menacé et nous unir face au grand péril extérieur qu’on prétend être à l’horizon.

Les Forces de Défense israéliennes vont se placer au-dessus de tout cela et se laver d’une série de soupçons et d’échecs. Ce qui peut aussi se traduire en budgets énormes, glorification et influence à la fois pour les généraux et les commentateurs militaires. Ce qui génère aussi de bons scores d’audience pour la télévision et fait vendre des journaux à sensation et des systèmes d’armement sophistiqués. Qu’y aurait-il donc de meilleur pour nous ?

Le cri d’alarme le plus récent : la NASA en Palestine ; à Gaza, les systèmes Raphaël de Défense avancée d’Israël. Le Hamas lance une roquette iranienne – il faut qu’elle soit iranienne – à 60 kilomètres. Le chef du Renseignement militaire en a fait état. Le Premier Ministre Benyamin Netanyahu a immédiatement parlé de systèmes de missiles et les médias sont aussitôt entrés dans leur danse de guerre favorite. « Trois millions de citoyens à portée de tir », « Confrontation en décembre », « Etes-vous à portée de tir ? » « Les faubourgs de Tel-Aviv en danger », « Des armes apocalyptiques » - des titres effrayants, accompagnés de cartes non moins alarmantes. « Il s’agit pour l’armée d’une dimension nouvelle à affronter. Il ne s’agit pas d’une question simple mais d’une tout autre histoire. Nous devrions nous rappeler que les pertes seront nombreuses de notre côté », rugissait à la télévision ce baryton national qu’est le commentateur militaire.

Et nous voici de nouveau en prise au grotesque – une bande de terre assiégée et enfoncée dans sa détresse et ses ruines avec une pitoyable organisation paramilitaire dont l’arsenal d’armes serait une honte pour un camp d’entraînement basique de l’armée israélienne, et qui a déjà prouvé son inadéquation durant la dernière guerre. Mais les militants nous sont dépeints comme une superpuissance. Voilà comment on crée le scenario du prochain conflit. Voilà comment on donne du pouvoir non seulement à l’ennemi, mais d’abord et surtout aux Forces de Défense Israéliennes, qui sont à même de battre l’ennemi.

Les commentateurs militaires, tout à leur bellicisme, annoncent, que la guerre est pour bientôt, peut-être même pour le mois prochain. Leurs prédictions furieuses seront de nouveau une prophétie dont ils vont eux-mêmes assurer l’accomplissement. De même que dans ses horribles incarnations antérieures, nous pouvons nous attendre sous peu à une série d’ « incidents » qui vont « chauffer le front » - bombardement d’un tunnel, mitraillage d’un laboratoire d’armes.

Quelques paysans inoffensifs qui oseront s’approcher du mur de sécurité, leurs charrues rouillées en main, seront abattus et dépeints comme des terroristes posant des explosifs ; et en réponse les Palestiniens vont tirer des Qassams vides, semant la peur dans le Néguev et mettant sous pression le gouvernement pour qu’il « fasse quelque chose ».

« La haute hiérarchie ne se demande pas s’il y aura une autre confrontation militaire avec le Hamas, mais quand », selon le cliché relatif à la prochaine guerre. Mais, bien entendu, l’unique question importante n’est pas posée : « Pourquoi ? », plutôt que si ou quand. Là est la question qui ferait réfléchir.

Tout cela serait comique si ce n’était si démoralisant. Même la satire ne serait pas aussi ridicule que cette réalité récurrente. Aucune leçon n’est retenue. Mille commissions d’enquête ne nous épargneront pas cette marche de folie. Gaza est enfermée et tranquille, toutes proportions gardées. Il est sûr qu’elle ne restera pas tranquille si le siège n’est pas levé et si on n’accorde pas à ses habitants des conditions de vie qui soient humaines. Ceux qui aspirent à une autre guerre vaine et criminelle en décembre sont conviés à se joindre à la célébration de l’insanité qui nous submerge et qu’orchestrent les seigneurs de guerre – généraux et commentateurs.

Bienvenue à ceux qui veulent essayer d’arrêter ce cercle vicieux pour concevoir une alternative : la levée immédiate du siège, la reconstruction de Gaza, la libération de Gilad Shalit au prix fixé, un effort pour faire entrer le Hamas dans le processus de paix et une tentative pour atteindre avec lui un accord à long terme. Cela est possible. On ne l’a jamais tenté. Que feront donc les généraux et les commentateurs si – Dieu nous en préserve ! – le calme au Sud continue ?

Gideon Levy

 7 novembre

Source : http://www.haaretz.com/hasen/spages/1126077.html

(Traduit de l’anglais par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)

Source: CAPJPO-EuroPalestine
http://www.europalestine.com/...http://www.palestine-solidarite.org:80/analyses.Gideon_Levy.071109.htm


3-3 Khaled Amayreh : Des criminels de guerre impardonnables - AshkeNazi menace Gaza d’un autre «petit holocauste ».

La concordance entre Gabi AshkeNazi et la deuxième partie de son nom de famille semble parfaite. Le chef d’Etat-major israélien est considéré comme l’un des principaux criminels de guerre israéliens responsables du génocide virtuel contre la Bande de Gaza l’hiver dernier. Il a sur ses mains criminelles des tonnes de sang innocent, dont celui des plus de 340 enfants tués dans le bombardement pornographique d’Israël sur la population civile.

La semaine dernière, les médias israéliens ont rapporté la déclaration d’Ashkenazi : Israël allait lancer un nouveau quasi-holocauste sur Gaza, ajoutant que l’armée israélienne d’occupation entrerait dans les recoins et les rues les plus reculés du territoire côtier.
En tant que meurtrier de masse abject, Ashkenazi, comme les autres criminels de guerre israéliens, devrait être à
La Haye en train de préparer sa défense contre les accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Les crimes qu’il a perpétrés le mettent après tout sur un pied d’égalité avec les criminels de guerre nazis, qui ont comparu en justice pour leurs propres crimes contre l’humanité pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Cependant, à cause de la déliquescence morale qui affecte notre monde aujourd’hui et sa complicité éhontée au sio-nazisme, Ashkenazi et consorts sont non seulement libres, mais ils menacent même leurs victimes d’un nouvel holocauste.
Dans un certain sens, le comportement arrogant d’Ashkenazi est dans l’ordre des choses. La réaction totalement inappropriée de la communauté internationale à la guerre-éclair néo-nazie contre les Gazaouis sans protection a dû enhardir les dirigeants israéliens, et les convaincre qu’Israël pourra toujours avoir les mains libres contre les 1,5 millions d’habitants de l’enclave côtière, sous blocus et affamés, sans avoir à trop s’inquiéter de conséquences ou de répercussions sérieuses.
D’où ses propos repoussants.
Il est vrai que de nombreux dirigeants libres d’esprit et moraux, comme le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, ont condamné avec virulence la barbarie israélienne à Gaza.
Comme il est aussi vrai que le rapport Goldstone, préparé par le juge sud-africain Richard Goldstone, a dénoncé Israël pour avoir perpétré des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité pendant la guerre de Gaza, ce qui est un développement positif.
Toutefois, il est également avéré que les criminels de guerre ne font guère cas des condamnations verbales, même si elles viennent d’organisations ou de personnalités internationales éminentes.
Les remarques d’Ashkenazi doivent être prises avec le plus grand sérieux pour deux raisons principales :
D’abord parce que l’armée israélienne, ou Wehrmacht sioniste, est capable de commettre l’impensable, comme le bombardement de zones civiles, l’utilisation de bombes à fragmentation, comme cela s’est produit sur le Liban à l’été 2006, ou au phosphore blanc, comme à Gaza l’hiver dernier.
Ensuite, parce qu’Israël est essentiellement un Etat rebelle qui n’a jamais pris le droit international au sérieux. Ce qui est même encore plus scandaleux, c’est que les pays occidentaux, en particulier les Etats Unis, aient toujours traité l’entité judéo-nazie comme étant au-dessus du droit international.
Il est donc impératif que le peuple palestinien joue ses cartes avec beaucoup de discernement et d’intelligence. Après tout, quand on lutte contre un taureau, on ne doit compter que sur son cerveau, et non sur ses muscles pour ne pas se faire écraser par l’énorme bête.
Les Palestiniens doivent toujours garder ce fait à l’esprit parce que leur survie en tant que peuple dépend dans une large mesure de la bonne volonté de la communauté internationale, et pas seulement de leur propre force militaire ou politique. La plupart des Palestiniens se trouvent de fait prisonniers de l’occupation militaire interminable. En conséquence, les Palestiniens doivent se doter des porte-paroles les plus doués pour attirer l’attention des populations du monde sur l’holocauste rampant qu’Israël tente d’exécuter sur notre peuple sans défense.
Nous ne devons pas hésiter à invoquer l’holocauste par crainte d’être accusés de faire dans l’hyperbole. Si un dixième de ce qui s’est passé à Gaza au début de cette année était arrivé aux juifs israéliens, Israël aurait invoqué non stop l’holocauste, et des appels urgents du monde entier auraient été lancés pour sauver les Juifs et empêcher les Arabes de finir ce qu’Adolphe avait commencé il y a près de soixante-dix ans.
De plus, l’idée qu’Israël entreprenne une sorte d’holocauste n’est pas du tout impensable.
L’année dernière, le vice-ministre de la défense israélien, Mattan Vilna’ai a prévenu qu’Israël lancerait un holocauste contre les Palestiniens, si c’est cela qu’ils voulaient. Et pendant la guerre-éclair contre Gaza, le ministre psychotique des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a été cité par les médias israéliens pour avoir dit qu’il fallait larguer une bombe atomique sur Gaza.
Pour toutes ces raisons, les craintes palestiniennes ne sont pas, et ne devraient pas être considérées comme phobiques et irrationnelles. Nous sommes aux prises avec un Etat irrationnel et une société morbide, submergée par un type unique de psychose collective.
Néanmoins, faire entendre nos voix n’est pas suffisant. Nous devons aussi, autant que possible, chercher à gagner l’attention et le soutien des organisations internationales pour les droits de l’homme. Elles sont des témoins crédibles dont les témoignages peuvent s’avérer cruciaux pour sauvegarder les droits de notre peuple, les morts comme les vivants.
Nous devons aussi collecter et documenter méticuleusement toutes les informations ayant trait aux crimes et aux criminels sionistes, du simple soldat sur le terrain au plus haut commandant. Ceci ne devrait pas être très difficile puisqu’énormément d’informations sur les criminels de guerre israéliens sont disponibles, même par Internet.
De plus, les Palestiniens et leurs partisans devraient toujours faire face aux Etats, dans le monde entier, avec les informations accusant l’armée et les dirigeants politiques israéliens. Nous devons chercher à réduire leurs horizons, leur interdire les capitales du monde, les poursuivre partout où ils vont. Ces gens-là sont des criminels de guerre et des tueurs d’enfants et nous ne devons pas les laisser avoir la moindre parcelle de tranquillité d’esprit. Leurs crimes doivent les condamner à une vie entière d’anxiété existentielle, de stress et de dépression.
Bien sûr, les sio-nazis ne se rendront pas et nos efforts ne les contrecarreront pas facilement. De plus, des gouvernements ouvertement immoraux comme ceux des Etats-Unis ou d’Allemagne, pour ne citer qu’eux, se précipiteront au secours d’Israël pour le protéger de toute mesure proactive qui mettrait le régime sioniste sur le grill et lui ferait comprendre que l’occupation a un coût qu’il doit payer.
Mais nous et nos alliés pouvons combattre ce véritable axe du mal en édifiant un front mondial comprenant des millions d’hommes et femmes libres et honnêtes, qui pourchasseront les criminels de guerre où qu’ils aillent, et dénoncer leurs méfaits.
Heureusement, un tel mouvement est déjà en place. Mais nous devons mieux nous organiser, pour être plus efficaces. Ces buts ne sont pas difficiles à atteindre parce que le monde en a assez d’Israël, un Etat que nous ne devons jamais cesser de comparer à l’Allemagne nazie parce qu’en fin de comptes, lorsque les sionistes juifs se comportent et agissent comme les nazis du siècle dernier, ils deviennent des nazis.
Et nous n’avons pas à nous en excuser.

Khaled Amayreh

12-11-2009

Traduction : MR pour ISM

http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12967&type=analyse&lesujet=Crimes%20de%20Guerre

http://www.alterinfo.net/Des-criminels-de-guerre-impardonnables-AshkeNazi-menace-Gaza-d-un-autre-petit-holocauste_a39150.html?com#com_1055628


3-4 Pierre Barbancey : L’Union européenne renforce la puissance économique d’Israël.

Les Européens poursuivent à marche forcée l’intégration d’Israël, considéré comme un « partenaire naturel » malgré les accusations de crimes de guerre, la poursuite de la colonisation et les atteintes aux droits de l’homme.

Quoi qu’il arrive, Israël sait pouvoir compter sur l’Union européenne (UE). Déjà, ces dernières semaines, les pays de l’UE avaient pris soin, à l’ONU, de ne pas soutenir le rapport Goldstone accusant de crimes de guerre l’armée israélienne et le Hamas palestinien lors de l’offensive dans la bande de Gaza.

Alors que le processus de paix est bloqué du fait de l’intransigeance d’Israël, qui refuse de stopper sa politique de colonisation en Cisjordanie et à Gaza, l’Union européenne fait comme si de rien n’était et poursuit la mise en place de l’intégration d’Israël dans ses structures, dans le cadre de l’accord d’association. Comme l’explique le site de la Commission européenne, « l’UE et Israël se sont engagés dans un partenariat visant à instaurer des relations politiques étroites et des relations de commerce et d’investissement mutuellement bénéfiques, ainsi qu’une coopération dans les domaines économique, social, financier, civil, scientifique, technologique et culturel ».

Le plan d’action « a pour but d’intégrer progressivement ­Israël dans les politiques et programmes européens ». Ce plan « est adapté afin de refléter les intérêts et les priorités d’Israël, ainsi que son niveau de développement », peut-on encore lire. « La coopération UE-­Israël prévoit pour la première fois un volet d’aide financière, Israël devant recevoir, au cours des sept prochaines années, 14 millions d’euros au titre de la coopération financière de la communauté européenne. » L’accord d’association ­comporte cependant une clause (article 2) qui explique que « les relations entre les parties (...) doivent être fondées sur le respect des droits de l’homme et le respect de la démocratie ». Un article visiblement oublié.

Les droits de l’homme balayés du débat

L’UE et Israël ont ainsi achevé leurs négociations sur la libéralisation du commerce des produits agricoles. Cet accord a été acquis le 20 octobre et devrait être signé dans un avenir proche. Un autre accord sur la mise en place d’un cadre pour la certification des produits pharmaceutiques est annoncé et devrait être finalisé très prochainement.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, déclarait, fin septembre, qu’il ressentait un « manque de réponse » de l’UE et affirmait qu’il ne doit pas y avoir de « conditionnalité ». Depuis Jérusalem, où il se trouvait le 15 octobre, à l’occasion d’une conférence sur « Israël et l’élargissement de l’UE », le vice-président de la Commission européenne, Günter Verheugen, a expliqué qu’« Israël est un partenaire naturel », c’est un « pays atypique, qui mérite un statut spécial car il est proche de l’UE en ce qui concerne le développement économique et la stabilité de sa démocratie et de ses institutions ». « Les relations à développer seront peaufinées afin qu’elles soient aussi proches et semblables que possible de celles avec la Norvège et l’Islande, qui sont membres de la zone économique européenne. »

Il a souhaité que soit fixé un « agenda positif » pour tracer « des perspectives nouvelles et intéressantes pour le développement futur des relations UE-Israël (...). (Nous) travaillons déjà ensemble sur un large éventail de questions », notamment l’environnement, l’énergie, la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Seule allusion à l’occupation des territoires palestiniens, Verheugen s’est borné à affirmer qu’il fallait espérer qu’avec le temps, le Moyen-Orient connaîtrait la même paix et la même stabilité que l’Europe avait acquise (sic) !

Lors d’une rencontre à la mi-septembre entre Rafik Barak, vice-directeur général au ministère israélien des Affaires étrangères, et un représentant européen, Israël a demandé qu’aient lieu des visites au plus haut niveau, telle celle du commissaire Verheugen décrit comme « un bon ami du pays ».

Occupants et occupés sur un même plan

Alors que l’Union européenne, principal bailleur de fonds dans la région, a les moyens de faire pression sur Israël pour que le processus de paix reprenne sur des bases permettant la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967, elle se contente de quelques déclarations de principe et pratique la « politique de l’équilibre », mettant sur un même plan occupants et occupés. Ce faisant, l’UE aide Israël à renforcer son poids économique, financier et militaire au Proche-Orient, alors que, de l’aveu même de Bernard Kouchner, « l’aspiration à la paix » semble avoir « disparu, comme si on n’y croyait plus ».

Pierre Barbancey

14 novembre 2009
L’Humanité

Du même auteur :

  Israël joue l’obstruction
  Le droit international à l’épreuve d’un massacre
  Les Palestiniens privés d’eau par Israël

Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.humanite.fr/2009-11-13_I...

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7636


3-5 Myriam Abraham : Grande Bretagne : Le CFI Petit Mais Puissant Lobby Pro Israël Finance les Conservateurs Donnés Gagnants aux Prochaines Elections Législatives.

Selon un article du quotidien anglais The Guardian du 16/11/09, citant un documentaire de Channel 4 récemment programmé, si les Conservateurs gagnent les prochaines élections législatives l’influence du Lobby pro Israël va croître car les Tories sont largement financés par ce Lobby sioniste.

Les organisations pro Israël en Grande Bretagne regroupées dans un petit mais puissant Lobby pro sioniste vont voir leur influence décuplée si les Conservateurs gagnent les prochaines élections selon le film de Channel 4 qui a examiné les activités de ce Lobby.
Au moins la moitié des députés du cabinet fantôme sont membres du CFI (Conservative Friend of Israël) selon ce film. Les producteurs de ce programme décrivent le CFI comme «sans aucun doute le mieux connecté et probablement le mieux financé de tous les groupes de lobbying de Westminster ».
Le montant des financements versés aux Tories par ce Lobby sioniste anglais via des donations de ses membres et de leurs bizness pour les huit dernières années dépassent les 16.7 millions de $.
Comme le dit Sir Richard Dalton, un ancien diplomate britannique qui a été consul général à Jérusalem et ambassadeur en Libye et en Iran « je ne crois pas et je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un qui pense que ces contributions financières soient faites sans contre partie ».
Le programme TV décrit également comment le chef des Conservateurs, David Cameron, a accepté une donation de 25 053 $ de Poju Zabludowicz, un milliardaire finlandais président de Bicom ( Britain Israel Communications Center). Zabludowicz, selon le film, a des intérêts financiers dans des activités situées dans des colonies illégales en Cisjordanie occupée, notamment dans un centre commercial situé dans la colonie de Ma’aleh Adoumim près de Jérusalem Est, une colonie qui coupe
la Cisjordanie en deux. Il a aussi fait don de plus de 80 000 $ au Bureau Central des Conservateurs.
William Hague, qui a été nommé ministre des affaires étrangères du cabinet fantôme a accepté des donations se chiffrant en milliers de dollars des membres du conseil d’administration du CFI. Pourtant, Hague avait été mis à l’index par le CFI après avoir critiqué l’attaque israélienne contre le Liban pendant l’été 2006, la qualifiant de « disproportionnée ». Lord Kalms, un membre du CFI et généreux donateur pour les Conservateurs avait alors menacé de cesser ses financements. Selon le film, Cameron aurait accepté de bannir le mot « disproportionné » du langage des Conservateurs en ce qui concerne Israël. Les supporters du CFI ont également versé des sommes importantes pour financer la campagne des membres de l’équipe de Cameron, élus une première fois en 2005. Bien que cela soit légal, ces financements par le Lobby pro Israel en Grande Bretagne est peu connu du public britannique.
Alors qu’une étude aux Etats Unis de deux universitaires américains, Stephen Walt et John Mearsheimer a démontré l’influence du puissant Lobby israélien sur la politique étrangère américaine, en Grande Bretagne jusqu’à présent peu de publicité a été faite sur l’influence politique du Lobby pro Israel dans ce pays.
Selon Michael Mates, un député conservateur et conseiller privé, « le Lobby pro Israël … est le lobby politique le plus puissant » « ils sont intouchables ».
En Juin, lors d’un dîner organisé par le CFI, Cameron n’a fait aucune mention des morts palestiniens lors de l’Opération Plomb Durci menée par l’armée israélienne fin décembre 08 début janvier 09 (1400 morts palestiniens, 13 morts israéliens majoritairement des militaires) mais a félicité Israël car « il fait tout son possible pour protéger des vies innocentes ».
Le parti Travailliste britannique n’est pas en reste lui non plus lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts sionistes. Le Labour Friends of Israel (LFI) a envoyé quelque 60 parlementaires en mission de brainwashing sioniste sur le terrain depuis 2001, alors que les Tories en ont envoyé 30 ces trois dernières années.
Bicom, tout comme les groupes affiliés des partis, organise des conférences et des voyages en Israël pour les journalistes, y compris d’ailleurs pour ceux du Guardian.
Pour les prochaines élections législatives anglaises, les Tories sont donnés gagnants. Un nouveau gouvernement d’un pays européen dont la politique étrangère risque de tomber sous domination sioniste. Un de plus !
La chaîne TV britannique, Channel 4, est connue comme étant provocatrice. Nul doute qu’il faut l’être pour oser dénoncer le puissant Lobby pro Israël.
L’année dernière à Noël Channel 4 avait programmé en plus des traditionnels vœux de la reine Elisabeth aux Anglais, les vœux pré enregistrés du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad. Le puissant Lobby sioniste de Grande Bretagne, qui n’a de cesse de le diaboliser, avait déjà fort apprécié !
Pour visionner la série documentaire en anglais de Channel 4
Dispatches: Inside Britain's Israel Lobby

Lundi 16 Novembre 2009

Myriam Abraham

http://www.planetenonviolence.org/Grande-Bretagne-Le-CFI-Petit-Mais-Puissant-Lobby-Pro-Israel-Finance-Les-Conservateurs-Donnes-Gagnants-Aux-Prochaines_a2055.html


Les commentaires sont fermés.