Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/12/2009

n°23 - journal d'Iran -21-06 au 16-07 -: Début : Al-Khourafi s'étonne de la position des grandes puissances vis-à-vis du nucléaire iranien.

n°23 -  journal d'Iran -21-06 au 16-07 -: Début : Al-Khourafi s'étonne de la position des grandes puissances vis-à-vis du nucléaire iranien.



journal d'Iran   n°23 du 29-11 au 22-11

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

Tiré à part :

Le nucléaire iranien ne pose aucun problème

Iran: l'opposition et l'influence de l'Occident

Al-Khourafi s'étonne de la position des grandes puissances vis-à-vis du nucléaire iranien.

Paroles & action du président...

Mahmoud Ahmadinejad estime "illégale" la résolution de l'AIEA.

"Aujourd’hui, l’Iran et beaucoup d’autres pays du monde rejettent l’hégémonie mondiale.",

La nation iranienne s'est dressée contre l'hégémonie américaine

Mahmoud Ahmadinejad évoque la colère des puissances hégémoniques face à la renaissance de l’islam.

1 Politique

(suite)

1) Iran

2 Politique Internationale

1 Usa

(Fin)

2 Les voisins

3 Organisations Mondiales & régionales

4 Le Monde

 



Tiré à part :

Le 21 octobre, l'AIEA, l'Iran, la France, la Russie et les Etats-Unis ont élaboré une série de propositions sur l'enrichissement d'uranium iranien à l'étranger pour les besoins du réacteur de recherche de Téhéran.

Toutefois, l'Iran n'a pas encore accepté le projet d'accord à ce sujet.

27 Novembre

http://www.alterinfo.net/L-ABM-pour-contrer-un-Iran-dote-de-l-arme-nucleaire-OTAN_a39756.html

 

Le nucléaire iranien ne pose aucun problème

Conclusions du rapport d’information de MM. Jean-Michel Boucheron et Jacques Myard sur les enjeux géostratégiques de la prolifération

La Commission des Affaires étrangères a autorisé ce matin la publication du rapport de la mission d’information sur les enjeux géostratégiques des proliférations. MM.Boucheron et Myard ont effectué un travail exhaustif portant sur les armes de destruction massives (ADM), sur les armes nucléaires, chimiques, biologiques et radiologiques, sur les systèmes balistiques et les défis cybernétiques. Les rapporteurs ont procédé à une analyse approfondie des enjeux des armes ADM. Ils en tirent les conclusions principales suivantes :

1/ L’Iran est en passe d’être en possession de tous les éléments constitutifs d’une arme nucléaire à fission. Pour autant, cette arme ne constitue pas une menace sécuritaire ni pour l’Europe ni pour les Etats-Unis, ni même pour Israël, compte tenu de leurs capacités de représailles nucléaires.

2/ Les projets de defense antimissile, technologie aléatoire, n’offrent pas les mêmes garanties de sécurité que la dissuasion. Les Européens ont donc tout à perdre en finançant des projets dont les Américains garderaient les clés de fonctionnement.

3/ La menace d’un attentat utilisant des moyens de destruction massive est théoriquement possible, mais il faut faire la part des choses.

La fabrication par un groupe terroriste d’une bombe nucléaire relève de l’illusion. En revanche, le recours à des armes radiologiques est possible, d’où la nécessité de surveiller les éléments radioactifs présents dans des lieux civils.

4/ Pour permettre sa survie et renforcer sa légitimité, il est impératif que le Traité de Non Prolifération soit rénové lors de la Conférence de 2010, en incluant tous les Etats nucléaires militaires, en tant que tels, afin qu’ils assument leurs responsabilités en matière de prolifération et entrent dans la rationalité de la dissuasion. Israël devra assumer officiellement sa possession de l’arme.

5/ Enfin, les rapporteurs ont insisté sur la nécessité de renforcer les moyens de defense contre les attaques cybernétiques. De plus en plus utilisées, y compris par des Etats, celles-ci peuvent bloquer un pays entier en détruisant ses systèmes vitaux. La France, et l’Europe, doivent rattraper le retard qu’elles ont laissé se creuser par rapport à la Chine et aux Etats-Unis.

6/ Les ADM ne posent pas de problème directement sécuritaire mais modifient les rapports de force régionaux après la disparition de la bipolarisation.

Télécharger le rapport de la commission

SOULEIMAN

02 décembre 2009

http://www.mecanopolis.org/?p=11371&type=1

http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=article&sid=4785

 

Iran: l'opposition et l'influence de l'Occident

Il n'existe pratiquement pas en Iran d'opposition manifestant contre le régime islamique, a déclaré mardi Vladimir Sajine, expert russe de l'Institut d'études orientales, lors d'une conférence de presse à RIA Novosti.
"L'opposition qui lève maintenant la tête et qui a été particulièrement active pendant et après les élections, est une opposition à Mahmoud Ahmadinejad, à son équipe et à sa vision de la République islamique d'Iran à l'avenir...

Quant à l'influence extérieure, juste après les élections, tous les médias iraniens ne parlaient que des menées de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis. Quoi qu'il en soit, en août dernier, le guide spirituel de l'Iran Ali Khamenei a officiellement déclaré qu'il n'y avait aucune influence étrangère... Je pense cependant qu'il y avait une certaine pression idéologique de l'Occident", a estimé M.Sajine.
Selon le politologue, il n'y a pas en Iran d'opposition déterminée.
Le directeur général du Centre d'étude de l'Iran contemporain Radjab Safarov estime, par contre, qu'il y a une opposition en Iran mais qui n'est pas dirigée contre le régime islamique et l'administration iranienne, mais tend plutôt vers les réformes. Il est absurde d'affirmer que l'Occident ne s'ingère pas dans les affaires de l'Iran. Pendant de longues années, l'Occident s'est préparé à y accomplir une nouvelle révolution colorée  - une "Révolution verte". L'objectif politique de l'Occident est de changer le régime en Iran. Incapable de le faire de l'extérieur, il s'applique désormais à miner ce système de l'intérieur", a dit l'expert.
Et de rappeler que tout récemment un adjoint du ministre américain des Finances a avoué qu'une immense somme d'argent avait été remise à l'équipe de (Mir Hossein) Moussavi (un des dirigeants de l'opposition au président Mahmoud Ahmadinejad) afin de gagner à sa cause des jeunes, des femmes et des intellectuels au cours de la campagne présidentielle.
"N'est-ce pas une ingérence pure et simple de l'Occident?", a-t-il demandé en guise de conclusion.

 08/12/

http://fr.rian.ru/world/20091208/185641404.html

 

Al-Khourafi s'étonne de la position des grandes puissances vis-à-vis du nucléaire iranien.

Le président du Conseil de la nation koweitien, Jassim al-Khourafi, a manifesté son étonnement quant à la position des superpuissances à l'égard de la question nucléaire iranien pacifique, au moment où ces mêmes puissances ferment les yeux sur l'arsenal nucléaire israélien.

Dans un entretien à la chaine satellitaire qatarie, Al-Jazeera, M. al-Khourafi a indiqué que l'Iran a tous les droits pour posséder l'énergie nucléaire pour l'utiliser dans des usages pacifiques, affirmant que la bonne relation entre les pays du Golfe et l'Iran est un devoir, car chacun d'eux partage la même région, ce qui nécessite des deux parties l'instauration d'une coopération susceptible de traiter et résoudre toutes les questions avec sagesse loin des excès et des émotions.

"L'exagération de nous faire peur de cette énergie iranienne pacifique ne sert à rien, car ce que j'ai pu entendre des responsables iraniens prouve sans équivoque leur disposition de leur pays de s'ouvrir sur les pays du Golfe pour les rassurer davantage sur le caractère pacifique de nucléaire iranien", a-t-il expliqué.

"Les échanges de visites entre les deux parties, le suivi en commun des questions d'intérêt commun en toute objectivité et pragmatisme sont capables de réaliser davantage de compréhension et de coopération entre les deux côtés"; a-t-il encore précisé.

T. Slimani

11 Déc 2009

http://www.sana.sy/fra/55/2009/12/11/260639.htm


Paroles & action du président...

Mahmoud Ahmadinejad estime "illégale" la résolution de l'AIEA.

Le président Mahmoud Ahmadinejad a qualifié d'"illégale" la résolution adoptée par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur les activités nucléaires de l'Iran.

"Sous la pression de quelques pays superficiellement puissants (...), l'Agence internationale de l'énergie atomique a adopté une résolution illégale contre la nation iranienne", a-t-il dit dans une allocution télévisée prononcée à Ispahan.

L'AIEA a adopté une résolution condamnant la construction d'une centrale d'enrichissement de l'uranium à Fordow, dont l'existence a été révélée récemment, et demandant l'arrêt immédiat des travaux.

Dans son intervention, Mahmoud Ahmadinejad a en outre annoncé que son pays produirait du combustible enrichi à 20% pour ses centrales nucléaires.

"Si Dieu le veut, la nation iranienne fabriquera du combustible enrichi à 20%", a-t-il dit.

Selon lui, Israël et ses alliés occidentaux sont totalement impuissants face au programme nucléaire de la République islamique.

"Le régime sioniste et ses soutiens (occidentaux) ne peuvent rien du tout pour stopper les activités nucléaires de l'Iran", a-t-il dit.

2 décembre,

http://fr.news.yahoo.com/4/20091202/twl-iran-nucleaire-ahmadinejad-38cfb6d_2.html

 

"Aujourd’hui, l’Iran et beaucoup d’autres pays du monde rejettent l’hégémonie mondiale.",

Le Président Mahmoud Ahmadinejad a souligné qu’aucun pays ne pourrait isoler l’Iran.  

Ahmadinejad, qui parlait en direct, lors d’une interview télévisée diffusée par la première chaîne de télévision iranienne, tout en faisant peu cas des menaces de certains pays, dont les Etats-Unis, concernant l’intensification des sanctions contre l’Iran, en raison des progrès accomplis par l’Iran, dans le domaine de la technologie nucléaire pacifique, a martelé que les relations internationales, ainsi que les particularités uniques en leur genre de l’Iran, au Moyen-Orient, n'autorisaient pas de telles démarches.
Tout en faisant allusion aux attitudes à double standard et politiques de l’Occident contre le programme nucléaire de l’Iran, ainsi qu'à l’approbation de la récente résolution du Conseil des gouverneurs, le président iranien a souligné:
"Pour nous, la question nucléaire iranienne est réglée et close et nous n’avons pas à en discuter avec les autres."

Ahmadinejad a précisé que, dans une conjoncture où tout le monde s'occupe de mondialisation, parler d'isolement faisait état de leur ignorance ou de leur orgueil.
"Aujourd’hui, l’Iran et beaucoup d’autres pays du monde rejettent l’hégémonie mondiale.", a ajouté le chef de l’exécutif iranien, avant d’indiquer que l’influence des puissances hégémoniques était en déclin.

Ahmadinejad a déclaré que la création du régime sioniste, au Moyen-Orient, de même que le droit de veto, étaient des instruments de l’hégémonie mondiale; "c’est la raison pour laquelle, a-t-il poursuivi, les puissances arrogantes soutiennent le régime sioniste plus que tout autre." Le président iranien a considéré l’expansionnisme du régime sioniste et ses agressions comme la plus grande menace pour la région.
Dans une autre partie de son interview, le président iranien a évoqué les acquis de sa tournée africaine, en Gambie et au Sénégal, et latino-américaine, au Brésil, au Venezuela et en Bolivie, avant de mettre l’accent sur le fait qu’une nouvelle fois, les capacités, l'ampleur stratégique et la vaste étendue des relations de l’Iran avec d’autres pays avaient été présentées au monde entier. Parlant des relations en plein essor Téhéran/Caracas, le président iranien a souligné que, lors de la récente visite, au Venezuela, de la délégation politique et économique de l’Iran, des contrats avaient été signés, à hauteur de 5 milliards de dollars, notamment, dans les domaines de la construction automobile, du logement et de l’agriculture, fait sans précédent dans l’histoire de l’Iran.
Faisant allusion aux domaines de coopérations entre l’Iran et le Brésil, le chef du Conseil de la sécurité nationale de l’Iran a indiqué
: "Dans le secteur agricole, nous avons eu de bonnes propositions et le secteur privé de l’Iran peut obtenir des terrains et d'importantes facilités." Ahmadinejad a ajouté que, comme le Brésil qui a enregistré de remarquables progrès, dans le secteur agricole et industriel, l’Iran, aussi, a réalisé d'importantes avancées, dans la science aéronautique et énergétique, et en raison de ces capacités, les deux parties envisagent de développer leurs relations.
Evoquant les relations avec le Brésil qui était, auparavant, à un bas niveau, Ahmadinejad a souligné que c’est la première visite d’un chef de gouvernement iranien, depuis 40 ans, au Brésil, et que les deux parties avaient des points de vue très proches. Tout en qualifiant de positive la visite de la délégation iranienne, en Gambie, au Sénégal et en Bolivie, Ahmadinejad a précisé que des dizaines de contrats avaient été signés avec les responsables de ces pays, dans différents domaines.

 2 Décembre

 http://french.irib

http://www.alterinfo.net/L-interview-televisee-du-President-Ahmadinejad_a39923.html

 

La nation iranienne s'est dressée contre l'hégémonie américaine.

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad a conseillé aux politiciens européens de séparer leurs intérêts de ceux des sionistes.  
Mahmoud Ahmadinejad qui s'était rendu jeudi au Danemark pour assister au Sommet de Copenhague sur le changement climatique, a eu vendredi à une conférence de presse. Le président Ahmadinejad a accusé certains pays européens de chercher à faire asseoir la dictature à travers leurs slogans de démocratie et de liberté. Il a d'ailleurs souhaité que les relations des deux nations Iran/Danemark s'approfondissent au fil des jours. Le président iranien a précisé : dès l'avènement de la Révolution islamique en Iran, les pays européens ont pris position contre le gouvernement et la nation iranienne. Et d'ajouter:" Mais la nation iranienne s'est dressée contre l'hégémonie américaine dans son pays et a finalement réussi à obtenir le droit de choisir, de bénéficier d'un un système républicain. Et ce, alors que l'administration américaine et certaines chancelleries européennes qui avaient des relations amicales avec l'ancien régime dictatorial du Chah, se sont opposés aux volontés de notre nation et de notre gouvernement et ont, dans ce droit fil, suspendu unilatéralement la plupart des contrats avec notre pays". " Nous ne pouvons pas, a affirmé le chef du gouvernement, nous montrer indifférents à l'égard des pressions qui portent atteinte à notre indépendance.", a souligné Ahmadinejad. Il a demandé aux certains hommes d'Etat européens pourquoi ils gardent le silence à l'égard des actes blasphématoires contre les religions divines, s'en prennent à ceux qui mettent en cause les antécédents historiques du régime sioniste.

19 Décembre

 

Mahmoud Ahmadinejad évoque la colère des puissances hégémoniques face à la renaissance de l’islam.

Le président Mahmoud Ahmadinejad de l'Iran a déclaré vendredi que la colère des puissances hégémoniques était due à la renaissance de l’Islam, précisant qu’elles s’offusquaient de ce que les musulmans maintenant aient développé un sens aiguë de confiance en leur capacités.
Pour le président iranien, il faut présenter au monde entier l’Islam, en tant que seule voie de liberté et de salut de l’Humanité, tout en soulignant que l’Iran constitue le foyer de la pensée islamique.
Mahmoud Ahmadinejad a rappelé, vendredi, devant les musulmans et les membres des associations islamiques au Danemark, que la Révolution islamique d’Iran a mis à l'honneur, avec l’Imam Khomeiny, le concept de résistance devant l’Arrogance de certains pays de la région voire du monde.
Le président a déclaré que les Etats-Unis en particulier ont tenté de créer des divergences entre les chiites et les sunnites en Irak tandis que tous les musulmans vivaient dans la paix avant l’occupation de ce pays par des forces étrangères.
Evoquant les raisons pour lesquelles les puissances hégémoniques comme les Etats-Unis ont essayé d'empêcher l'Iran d'accéder à la technologie nucléaire pacifique, il a déclaré que tous leurs efforts avaient pour seul objectif de prolonger leur présence dans la région, inquiets des progrès des nations islamiques.
Il a souligné l’inquiétude des puissances de l’Arrogance mondiale face à la revivification de la pensée islamique et à la confiance en soi des musulmans.
« Si l’Islam est présentée dans toute sa vérité, il sera aussitôt accepté par les autres nations. », a-t-il conclu.
Source IRNA 
 http://french.irib
http://www.alterinfo.net/La-conference-de-presse-du-president-Ahmadinejad_a40525.html



Politique

1 Politique Iranienne

Mahmoud Ahmadinejad

30-11

Le président Mahmoud Ahmadinejad a annoncé dimanche que l'Iran allait construire dix nouvelles usines d'enrichissement d'uranium et produire de l'uranium enrichi à 20% pour son réacteur de recherche de Téhéran.
Agence France-Presse

http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orient/200911/30/01-926438-nucleaire-la-diplomatie-reste-une-option-pour-liran.php

alterinfo.net/L-Ennemi-Public-N-1-De-L-Iran-Meir-Dagan,-Chef-du-Mossad_a40387.html

 

Plaidoirie pour le développement des relations avec les pays membres du CCGP  

Le Président Mahmoud Ahmadinejad, au cours d'une rencontre, avec le ministre émirati des Affaires étrangères, a plaidé pour le développement des relations entre l'Iran et les pays membres du Conseil de coopération du golfe Persique, y compris, les Emirats arabes unis.

"Il n'y a aucune restriction au développement des relations entre l'Iran et les Emirats arabes unis.", a souligné le Président Ahmadinejad.

 Au cours de deux jours de négociations, à Téhéran, les délégations des deux pays se sont mises d'accord sur divers sujets, tels que les facilités censées simplifier les échanges commerciaux, la protection des investissements, dans les secteurs de l'énergie, de l'économie, de l'industrie et des mines, ainsi que la coopération des Chambres de commerce des deux pays. Ils se sont mis, également, d’accord pour coopérer, dans les domaines, culturel, éducatif et touristique, ainsi que dans ceux de la santé, de la protection de l'environnement, de l'aéronautique, de la navigation et des douanes. Pour le moment, les Emirats arabes unis sont un partenaire économique important de la République islamique d'Iran dans la région du golfe Persique. Le volume des échanges commerciaux s'est, élevé, annuellement, à 4 milliards de dollars, chiffre qui représente un tiers du montant des échanges commerciaux entre l'Iran et les pays membres du Conseil de coopération du golfe Persique. Ceci dit, la politique d'ingérence et divisionniste des pays étrangers a laissé, dans certaines conjonctures, ses impacts négatifs, sur les relations entre l'Iran et les pays de la région.

Ce, alors que l'expérience a montré qu'on peut, via une coopération collective, sur les plans, politique, économique, culturel et sécuritaire, barrer la route à l'ingérence des puissances étrangères.

Les analystes estiment que les pays de la région du golfe Persique peuvent renforcer leur coopération d'ordre sécuritaire, afin de coopérer ensemble, tant au niveau bilatéral, qu'à l'échelle régionale.

10/12

http://www.alterinfo.net/notes/?start=20


b) Les grandes manœuvres

Le nucléaire

29-11

Le gouvernement iranien avait approuvé dimanche un projet prévoyant la construction de dix nouvelles installations d'enrichissement d'uranium.

AP

 - L'Iran poussé à construire dix installations nucléaires par les sanctions de l'AIEA.

Ali Akbar Salehi a déclaré sur la radio officielle que Téhéran se devait de prendre une réaction ferme à la résolution de l'AIEA vendredi réclamant l'arrêt de construction de sa nouvelle structure nucléaire près de Qom.

Ces nouvelles usines seraient de la même taille que celle de Natanz (centre du pays), seule une usine d'enrichissement d'uranium qui fonctionne.

"Nous n'avons pas l'intention de construire des structures comme celle de Natanz, mais apparemment l'Occident ne comprend pas le message pacifique de l'Iran", a déclaré Salehi.

La sanction de l'AEIA à l'initiative des Six (Russie, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Etats-Unis, et Chine) n'avait laissé aucune autre option pour l'Iran qu'une réponse ferme.

"L'action des 5+1 lors de la réunion de l'AIEA a poussé le gouvernement à approuver la construction de dix sites comme celui de Natanz", a-t-il ajouté.

Dimanche, le gouvernement sous l'égide du président Mahmoud Ahmadinejad a donné son feu vert pour la construction de dix structures d'enrichissement de l'uranium pour produire du combustible nucléaire.

Le président iranien a alors indiqué que l'Iran aurait besoin d'installer 500.000 centrifugeuses pour ces usines afin de produire 250 à 300 tonnes de combustible par an.

"Nous avons besoin de plusieurs sites pour produire du combustible pour nous. Nous avons besoin d'au moins dix nouveaux sites", a-t-il dit selon des propos rapportés par la télévision lundi.

 AP

Lundi 30 novembre,

http://fr.news.yahoo.com/3/20091130/twl-iran-nucleaire-ba66223_3.html

 

- L'Iran annonce 10 nouvelles usines d'enrichissement d'uranium
L'Iran a annoncé dimanche qu'il projetait de construire dix nouvelles usines d'enrichissement d'uranium et produire de l'uranium enrichi à 20%, alors que le Parlement a réclamé à l'exécutif de réduire sa coopération avec l'AIEA.
- le 29 novembre
Ces annonces surviennent après une résolution adoptée vendredi par l'Agence internationale de l'énergie atomique condamnant Téhéran sur son programme nucléaire controversé.
Washington a dénoncé ces annonces, estimant que l'Iran allait vers une nouvelle violation de "ses obligations de suspendre toute activité d'enrichissement".
Le gouvernement du président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad a ordonné dimanche le lancement de la construction sur cinq sites déjà choisis pour des usines d'enrichissement d'uranium et de commencer à chercher des sites pour cinq autres usines, selon les médias officiels.
L'Iran projette de produire 20.000 mégawatts d'énergie nucléaire qui serait générée après la construction ces nouvelles usines, qui seraient de la même taille que celle de Natanz (centre).
"Pour produire 20.000 mégawatts nous aurions besoin de 500.000 centrifugeuses avec la capacité actuelle. Mais nous avons conçu de nouvelles centrifugeuses d'une capacité supérieure, ainsi nous aurons besoin de moins de centrifugeuses que nous utiliserons dès qu'elles seront opérationnelles", a dit M. Ahmadinejad.
"Nous devons atteindre le niveau pour produire entre 250 et 300 tonnes de combustible par an dans le pays, et pour cela nous avons besoin de nouvelles centrifugeuses d'une vitesse supérieure"
Le vice-président iranien et chef de l'Agence iranienne de l'énergie
atomique, Ali Akbar Salehi, a indiqué que la décision sera appliquée, selon l'agence de presse Isna.
"La décision prise aujourd'hui (par le gouvernement) est une réponse
ferme à la mesure scandaleuse du 5+1 (six grandes puissances) lors de la dernière réunion de l'AIEA, a-t-il affirmé. Dix nouvelles installations d'enrichissement vont être construites. Nous sommes attachés à nos droits comme à nos obligations internationales".
Auparavant, 226 députés sur 290 ont cosigné une lettre réclamant du gouvernement "un plan rapide visant à réduire le niveau de coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique". Ce plan devra ensuite "être soumis au Parlement".
Dans sa résolution, l'AIEA demande notamment la "suspension" de la construction du nouveau site d'enrichissement de Fordo (centre), dont l'existence n'a été révélée qu'en septembre.
Dans leur lettre, les députés accusent l'AIEA de pratiquer une politique "de deux poids, deux mesures" et s'en prennent au président américain Barack Obama, accusé de "suivre le même chemin" que son prédécesseur George W. Bush.
La résolution de l'AIEA fait suite au rejet par l'Iran d'une offre visant à échanger son uranium faiblement enrichi (3,5%) contre du combustible nucléaire (uranium enrichi à 20%) pour son réacteur de recherche médical de Téhéran.
L'uranium iranien aurait été envoyé en Russie puis en France avant de revenir sous forme de combustible. Mais l'Iran veut plus de garanties et a demandé un échange simultané sur son territoire, ce que l'AIEA a refusé.
Dimanche, le président Ahmadinejad a également annoncé que l'Iran pourrait commencer à produire de l'uranium enrichi à 20%.
"Nous allons étudier la possibilité de produire de l'uranium enrichi à 20% lors de la réunion du gouvernement mercredi, a-t-il dit. Nous avons eu une approche cordiale avec le monde mais nous n'allons pas permettre que nos droits soient bafoués".
Les Occidentaux soupçonnent l'Iran de cacher un programme nucléaire militaire, alors que Téhéran assure que son programme est purement civil.

http://www.lematin.ch/flash-info/monde/iran-veut-produire-uranium-enrichi-20-annonce-10-nouvelles-usines

 

- Mottaki, propose d'échanger 400 kilos d'uranium faiblement enrichi contre de l'uranium enrichi à 20 %. 

12.12.

Manouchehr Mottaki, a proposé d'échanger "immédiatement" 400 kilos d'uranium faiblement enrichi contre de l'uranium enrichi à 20 %, c'est-à-dire du combustible pour son réacteur de recherche. "Nous proposons que l'échange se fasse sur plusieurs années", a-t-il ajouté.

D'autre part, M. Mottaki a proposé que l'échange se déroule sur l'île de Kish, une zone franche iranienne qui possède sa propre législation.

Fin novembre, Mohamed El-Baradeï, alors directeur général de l'AIEA, avait indiqué qu'un échange en Iran n'était "pas une option".

Le ministre des affaires étrangères a par ailleurs affirmé qu'"imposer des sanctions à l'Iran est illégal et contraire (aux conventions de) l'ONU. Ce sera sans aucun effet". "Pour quel délit voudraient-ils sanctionner l'Iran, alors que nous n'avons réclamé rien d'autre que nos droits légitimes ?", a-t-il répété, indiquant que son gouvernement était "disposé à reprendre le dialogue avec le groupe des 5+1" (les membres du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne).

12.12.

Le Monde

 &

http://fr.news.yahoo.com/3/20091212/twl-nucleaire-iran-aiea-ba66223_2.html

 

- Nouvelles mesures pour l'enrichissement d'uranium
"Nous espérons pouvoir lancer une nouvelle génération de centrifugeuses avant la fin de la prochaine année" persane (qui prendra fin le 21 mars2011), a déclaré le président de l'Organisation de l'énergie atomique iranienne Ali Akbar Salehi à l'agence de presse Fars, précisant que les sites nucléaires du pays en comptaient déjà plus de 6.000.
"Nous installons actuellement une nouvelle cascade de centrifugeuses destinées à l'enrichissement d'uranium", a ajouté le responsable iranien.
Selon le président Mahmoud Ahmadinejad, la République islamique doit produire 250 à 300 tonnes de combustible nucléaire par an.

Avant 2009, la production d'uranium faiblement enrichi était effectuée dans le site de Natanz.

18 décembre
http://fr.rian.ru/world/20091218/185694619.html

 

L'Iran dénonce les actes anti-islamiques des Etats européens  

 Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki a condamné samedi l’interdiction des minarets en Suisse par voie de referendum qui a déclenché un tollé que nul n’avait prévu à l’échelle mondiale, dans une conversation téléphonique avec son homologue suisse Micheline Calmy-Rey.
Manouchehr Mottaki a averti les états européens des « conséquences » de leurs actes anti-Islamiques.
Les électeurs suisses dimanche ont dit oui, 57,5% des votants ont approuvé
l’interdiction des minarets.
Cinq jours après le vote sur les minarets, le Conseil fédéral appelle au dialogue, à l'information et aux efforts d'intégration.
Manouchehr Mottaki a indiqué que la décision de Berne pour mettre un terme à la construction de nouveaux minarets va à «l’encontre du prestige d'un pays qui prétend être l’avocat de la démocratie et des droits de l'Homme».
Le chef de la diplomatie iranienne a averti que cet acte « endommagera l'image de la Suisse en tant que pays pionnier dans le respect des droits de l'Homme auprès des Musulmans».
«Des valeurs telles que la tolérance, le dialogue et le respect sur les convictions religieuses ne devraient ne jamais être mis au référendum»a déclaré Manouchehr Mottaki à son homologue suisse.
Il a exprimé l'espoir que Berne bientôt « prendrait des mesures nécessaires et trouverait une manière constitutionnelle d'empêcher une telle interdiction.
Mme Calmy-Rey a déclaré que ce référendum a été organisé contre la volonté du gouvernement et du parlement suisse et elle s’est engagé «par tous les moyens dont elle dispose à soutenir les droits de musulmans».
La ministre des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey a pour sa part déjà eu un contact téléphonique avec son homologue turc. Il s'agit de soigner les contacts avec les pays musulmans.
La ministre suisse des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey a reconnu mardi que le gouvernement était "très préoccupé" par ce vote.

En Grèce pour une réunion de l'OSCE, Micheline Calmy-Rey a jugé que "les limitations de la coexistence de différentes cultures et de différentes religions mettent également en danger notre sécurité".
Le Haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme, Navi Pillay, a estimé mardi que l'interdiction de la Suisse d'ériger des minarets était discriminatoire et la mettait en infraction avec la loi internationale. Elle a condamné "l'exploitation de la peur de l'étranger" qui a porté ce vote, et son résultat qui "divise profondément".
L'initiative "contre la construction de minarets" dont l'Union démocratique du centre (UDC), parti de droite, est à l'origine, a été approuvée dimanche par 57,5% des électeurs suisses.

05/12/2009

http://www2.irna.ir

http://www.alterinfo.net/notes/?start=10

 

12-12

Le ministre des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a affirmé qu’"Imposer des sanctions à l'Iran est illégal et contraire (aux conventions de) l'ONU et sera sans aucun effet".

(AFP / 12 décembre )

12-12

La lettre de protestation du chef de la diplomatie iranienne aux pays qui ont voté pour la résolution anti-iranienne du Conseil des Gouverneurs de l'aIEA, a été remise aux autorités chinoises.
Selon un rapport vendredi d'IRNA, dans sa lettre à son homologue chinois Yang Djié Tchi, Manoutchehr Mottaki affirme que l'acte illogique et injustifié des pays qui ont voté contre l'Iran ne ferait que rendre plus ferme la volonté iranienne pour développer la technologie nucléaire à vocation pacifique.

 http://french.irib

http://www.alterinfo.net/notes/?start=10

 

L’Iran visera les sites atomiques israéliens en cas d’attaque.
L'Iran s'en prendra aux usines israéliennes d'armement fabriquant des « bombes sales » et « des armes nucléaires » si Israël attaque les sites nucléaires iraniens, a averti hier le ministre de la Defense iranien, Ahmad Vahidi, lors d'une visite en Syrie. « Notre première réponse serait d'attaquer les sites où ils fabriquent des bombes sales, chimiques, biologiques, et des armes nucléaires », a déclaré le ministre dans des propos rapportés par l'agence FARS. Israël, seul pays à posséder, selon les experts, un arsenal nucléaire non déclaré au Moyen-Orient, n'a jamais écarté une attaque contre des sites atomiques en Iran pour donner un coup d'arrêt au programme nucléaire iranien.
L'Iran mène régulièrement des exercices militaires pour tester ses capacités à résister à une attaque aérienne contre son territoire, et notamment contre ses sites nucléaires.
Parallèlement, le président syrien Bachar el-Assad et le ministre iranien de la Defense ont évoqué la coopération entre les armées syrienne et iranienne, lors d'un entretien hier à Damas, selon l'agence de presse officielle SANA. Les deux hommes « ont passé en revue les perspectives de coopération entre les armées des deux pays amis », en présence du ministre syrien de la Defense Ali Habib, a indiqué SANA sans plus de détails.
La visite de M. Vahidi à Damas survient après celle du secrétaire du Conseil suprême de la Sécurité nationale iranien, Saïd Jalili, qui avait été reçu jeudi par le président Assad. La visite de M. Jalili avait été marquée par une explosion d'origine inconnue ayant touché un autobus iranien non loin d'un haut lieu de pèlerinage chiite à Damas.

10/12

http://www.lorientlejour.com/category/International/article/640430/L%27Iran_visera_les_sites_atomiques_israeliens__en_cas_d%27attaque.html

 

L'Iran procède au test d'un missile Sejil 2 de longue portée.

L'Iran a testé avec succès un missile Sejil 2 d'une portée supérieure à 2.000 km.

Selon Al Alam, la chaîne de télévision iranienne en langue arabe, ce missile à deux étages et propulsé par du combustible solide peut atteindre Israël et les bases de l'armée américaine dans le Golfe.

"Le missile a atteint sa cible", a annoncé de son côté Press TV, chaîne de télévision iranienne en langue anglaise.

16/12/09

 http://fr.news.yahoo.com/4/20091216/twl-iran-missile-38cf...

Les commentaires sont fermés.