Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/12/2009

n°37 - Journal de PAKISTAN. - 02-12 au 26-12 : Suite :- Les tirs de missiles par des drones d'attaque s'apparentent à des exécutions arbitraires.


n°37 - Journal de PAKISTAN. - 02-12 au 26-12 : Suite :-  Les tirs de missiles par des drones d'attaque s'apparentent à des exécutions arbitraires.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



        Journal de PAKISTAN.  

n° 37 - 02-12 au 26-12

C.De Broeder & M.Lemaire

 



 Le "Journal de PAKISTAN" est  visible :

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be


Avant propos

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



Sommaire.

2 Les déclarations

3 Politique

a) locale

b) Usa

 




Les Déclarations

Troupes Afghane

08-12

Au Sud-Waziristan, le mois dernier, le porte-parole de l’armée pakistanaise, le général Athar Abbas, avait déclaré que les forces gouvernementales avaient « pris le contrôle complet des routes et des pistes » et qu’elles allaient « donner la chasse » aux résistants, « où qu’ils soient ».

En fait, les résistants qui sont venus eux même à la rencontre des militaires, le 4 décembre…

En effet, une trentaine de résistants ont attaqué un poste de contrôle tenu par l’armée et situé dans la localité de Wana, au Sud-Waziristan. « Il y avait trente à quarante activistes, qui ont lancé l’assaut en tirant des roquettes RPG contre notre poste puis ont ouvert le feu avec des AK-47 (ndlr: Kalachnikov), tuant l’un des nôtres. Mais nous avons riposté et tué six activistes » a indiqué un responsable pakistanais, sous le couvert de l’anonymat.

En fait, il semblerait qu’une simple riposte n’ait pas été suffisante pour repousser les assaillants. Selon un membre des services de renseignement, les militaires pakistanais ont dû avoir recours à un appui-feu fourni par des hélicoptères pour se dégager.

Quoi qu’il en soit, cette action du TTP s’inscrit dans le droit fil de la promesse récemment faite par un de ses porte-paroles, Azam Tariq. « Nous n’avons pas été vaincus. Nous nous sommes volontairement retirés dans les montagnes pour piéger l’armée pakistanaise » avait-il déclaré à la presse. « Les troupes sont piégées ici et nous reprendrons la zone » avait-il averti

http://www.opex360.com/



2 Les forces en présence

 Résistance

Troupes d'occupation

09-12

Les Etats-Unis ont multiplié ces derniers temps les tirs de missiles par les drones de la CIA stationnés en Afghanistan pour tenter d’éliminer, dans les zones tribales, résistants afghans et responsables du réseau d’Oussama Ben Laden.

Selon des responsables pakistanais, un de ces avions sans pilote a tiré deux missiles et tué au moins trois personnes, hier, dans le district tribal du Waziristan du nord, où les experts pensent qu’Oussama Ben Laden et ses principaux lieutenants se cachent. (…)

Par R. I. Agences



    «Qu'il s'agisse d'une attaque ou d'une attaque par drone,
Pour moi c'est la même chose, un Pakistanais a été tué "

 

Bombing Victims

Dead = 2770, Injured = 6996, Total = 9766 and Counting…

Drone Attacks Victims

Dead = 904, Injured = 305, Total = 1209 and Counting…

 

Success Rate of Drone Attacks against Al-Qaeeda =3%  

Les données sont recueillies à partir des rapports des médias, les hôpitaux, et internet.

Toutes les données sont accessibles au public et il n'y a pas de données classées ici. Il s'agit d'un effort pour montrer au monde l'intensité de suicide et les attaques Drone au Pakistan ".

Pakistan Body Count: http://www.pakistanbodycount.org/

 

 



3 Politique

a) Locale

Sur le terrain

Plus de 200 agents de "Blackwater" ont accéder au sol pakistanais

" Suite aux activités des services de piètre réputation de "Blackwater" sur le sol pakistanais, Islamabad a été pris en tenaille", selon la chaîne de télévision Press TV.

" La Cour suprême de Lahore a demandé au gouvernement d'Islamabad de présenter, d'ici vendredi 20 novembre, des explications à ce propos", toujours selon ce même rapport.

Auparavant, le journal pakistanais " News" avait écrit qu'à la demande du parti "Wattan", la Cour suprême de Lahore avait mis au point une requête dans laquelle elle avait demandé au gouvernement d'apporter ses éclaircissements concernant les activités de Blackwater.

" Le ministère de l'Intérieur, selon le leader du parti Panjab, Hashim Shaukat Khan, sous pression de l'administration US, avait autorisé plus de 200 agents de "Blackwater" à accéder au sol pakistanais".

"Blackwater USA" maintenant connue sous le nom de "Xe Services LLC" est honni par la communauté internationale. Cette soi-disant société de sécurité était impliquée en 2007 dans le massacre de plus de 17 civils irakiens.

http://french.irib.ir/index.php/info/27555-le-pakistan-sous-pression-

21 Novembre

11-12

Six hommes ont été arrêtés mercredi à Sargodha, à 180 km au sud d'Islamabad, dans la maison d'un homme soupçonné d'appartenir au Jaish-e-Mohammad, et lié à el-Qaëda, selon la police

Aux États-Unis, une association musulmane a assuré que cinq d'entre eux étaient des étudiants dont les familles avaient signalé la disparution.

Le FBI tente de savoir « si ce sont bien les cinq étudiants portés disparus », a expliqué Lindsey Godwin, une porte-parole de l'agence américaine.

http://www.lorientlejour.com/

Selon Nazir Ahmad, un responsable de la police de Sargodha, où ils ont été arrêtés, les cinq hommes tentaient d'obtenir de quoi perpétrer des activités terroristes.( ???)  La police va transmettre sa demande de poursuites à la justice.

La police pakistanaise a fait part de son intention de faire inculper pour terrorisme cinq musulmans américains interpellés le 9 décembre.

Les cinq suspects, tous âgés d’une vingtaine d’années et originaires de Virginie, ont été arrêtés lundi à Sargodha, dans la province du Pendjab, 190 km au sud-est d’Islamabad, selon les autorités pakistanaises.

Ils sont soupçonnés d’appartenance au Jaish-e-Mohammad (Armée de Mahomet), mouvement dissous lié à Al Qaïda et aux taliban, notamment mis en cause dans le meurtre du journaliste américain Daniel Pearl et dans une tentative d’assassinat de l’ancien président pakistanais Pervez Musharraf.

"Il est très difficile de démanteler ces réseaux qui opèrent sur internet (...) Les cinq et leurs contacts utilisaient le même mot de passe et laissaient leurs messages à l’état de brouillons sans les envoyer", a expliqué un membre des services de sécurité pakistanais.

Les suspects n'ont pas encore été officiellement inculpés.

Selon Nazir Ahmad, un responsable de la police de Sargodha, où ils ont été arrêtés, les cinq hommes tentaient d'obtenir de quoi perpétrer des activités ‘terroristes’. (…)

Les cinq hommes sont accusés d'avoir tenté d'entrer en contact avec des groupes de résistants et d'avoir eu l'intention de se rendre en Afghanistan pour y combattre les troupes américaines.

Ils ont été présentés devant un juge vendredi et la police a obtenu une prolongation de détention d'au moins dix jours.

AP


Dans les coulisses et au sénat

La Cour suprême annule l'amnistie en faveur du président Zardari.

Nb -Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

La Cour suprême du Pakistan a annulé mercredi un décret de 2007 qui avait amnistié des milliers de personnalités politiques et du monde des affaires, dont Asif Ali Zardari, devenu entre-temps président de la République.

Cette décision ouvre la voie à de nombreuses poursuites pour corruption qui pourraient encore affaiblir le régime au pouvoir.

Asif Ali Zardari, qui reste protégé par son immunité présidentielle, ne devrait pas faire l'objet de poursuites le concernant directement, mais des ministres et autres membres de son entourage pourraient se faire inquiéter.

L'arrêt de la Cour suprême est un coup dur pour le déjà très impopulaire président Zardari au moment où les Etats-Unis tentent(…)  d'organiser un front uni contre les talibans et autres militants le long de la frontière afghane. Cette décision pourrait donner le coup de grâce au chef de l'Etat, selon des analystes.

Le décret d'amnistie de 2007 "semble aller à l'encontre de l'intérêt national" et "viole diverses provisions de la Constitution", a estimé le président de la Cour suprême, Iftikhar Mohammed Chaudhry, en rendant public l'arrêt de la plus haute juridiction du pays.

Par conséquent, a-t-il poursuivi, "tous les bénéfices obtenus en vertu de ce (décret d'amnistie), affaires abandonnées et acquittements prononcés, sont déclarés nuls".

La Cour suprême a annulé le décret d'amnistie, mais n'a pas levé l'immunité du président Zardari. L'amnistie avait été décidée en 2007 pour permettre le retour au pays de l'ex-Première ministre exilée, Benazir Bhutto, et sa candidature à l'élection présidentielle pour succéder au général Pervez Musharraf.

Après l'assassinat de Benazir Bhutto dès son retour au pays en 2007, c'est son mari, Asif Ali Zardari, qui a pris la tête de son parti. Cette formation a remporté les élections législatives de février 2008. Et, logiquement, Asif Ali Zardari a été élu président du Pakistan par les députés en septembre 2008.

Lorsque le décret d'amnistie a été pris en 2007, Asif Ali Zardari n'était donc pas encore président et faisait partie des personnalités politiques qui auraient pu être visées par des poursuites pour corruption. Aujourd'hui, il est protégé par son immunité.

Pour autant, dès l'annonce de la décision de la Cour suprême, le principal parti d'opposition a réclamé la démission du président Zardari, expliquant que, sans le décret d'amnistie, il n'aurait pas été autorisé à se porter candidat à la présidentielle.

L'entourage de Zardari a rejeté cette analyse, soulignant qu'il n'y avait pas de raison légale ou constitutionnelle pour forcer le président à quitter son poste et que le chef de l'Etat jouit toujours de son immunité.

 AP

http://an.capacadie.com/monde/2009/12/16/pakistan-la-cour-supreme-annule-lamnistie-en-faveur-du-president-zardari



b) Usa

Obama 

Obama en conseil de guerre sur le Pakistan.

La Maison Blanche se penche (…) aujourd’hui sur la situation dans le pays et Hillary Clinton met la pression sur le Pakistan.

L’autre dimension déjà bien arrêtée de la politique américaine est l’accent mis sur le voisin pakistanais. C’est là que sont les résistants les plus recherchés et là aussi que se cacheraient les chefs d’Al-Qaeda, souligne-t-on à Washington. Hillary Clinton y est arrivée mercredi pour une offensive de charme. Pendant trois jours, la secrétaire d’Etat enchaîne les rencontres, non seulement avec les dirigeants pakistanais mais aussi avec la société civile, étudiants, hommes d’affaires, militants d’ONG, journalistes… A la télévision, elle a confié : «J’aime la cuisine pakistanaise, je porte le shalwar-kamiz [tunique traditionnelle, ndlr]».

Couvrir.

Ces flatteries, comme le plan d’aide exceptionnel de 7,5 milliards de dollars (5 milliards d’euros) que vient de signer Obama, visent bien sûr aussi à obtenir plus du Pakistan. «Nous sommes inquiets au sujet de la prolifération [nucléaire] et nous avons de bonnes raisons de l’être», a rappelé Hillary Clinton mercredi à Islamabad. Jeudi à Lahore, elle a même accusé les autorités de couvrir les chefs d’Al-Qaeda. «Je trouve difficile à croire que personne au sein de votre gouvernement ne sache où ils sont et ne puissent pas les arrêter, s’ils le voulaient vraiment», a-t-elle lancé lors d’une rencontre avec des journalistes.

L’accueil réservé à Hillary rappelle que, là aussi, la partie est loin d’être gagnée. A Lahore, les étudiants lui ont posé une des questions récurrentes dans le pays : «Quelles garanties les Américains peuvent-ils donner aux Pakistanais pour que nous puissions maintenant avoir confiance dans le fait que vous autres n’allez pas ensuite nous trahir, comme vous l’avez fait par le passé ?»

http://www.liberation.fr/monde/0101600201-obama-en-conseil-de-guerre-sur-l-afghanistan


Dans les coulisses et au sénat 

La Chambre approuve les dépenses militaires US pour 2010 

La Chambre des représentants américaine a approuvé mercredi un projet de loi qui définit le budget de chaque dépense militaire pour 2010, alors que les opérations en Irak et en Afghanistan absorbent une importante partie du budget.
Au tour du Sénat de se prononcer
Le texte adopté mercredi par 395 voix contre 34, fixe à 636,3 milliards de dollars le coût des dépenses militaires de l'année budgétaire 2010 qui a commencé en octobre. Le Sénat doit encore se prononcer sur ce texte.
Il n'inclut pas les dépenses qui devront être engagées à la suite de la récente décision du président Obama d'envoyer 30.000 soldats supplémentaires en Afghanistan, pour un coût d'environ 30 milliards de dollars sur un an.
Il contient une augmentation des salaires des personnels militaires de 3,4%. Pour les familles de militaires, la Chambre alloue 472,4 millions de dollars d'aide, qui comprend notamment les soins médicaux pour les enfants.
636,3 milliards de dollars
Les opérations en Irak et en Afghanistan seront financées par une enveloppe de 101,1 milliards de dollars. Une partie de cet argent servira en Irak pour financer le retrait des forces américaines. L'entraînement des troupes reçoit une enveloppe de 154 milliards de dollars, 1,3 milliard de plus qu'en 2009.
 Le texte prévoit 104,4 milliards pour l'acquisition ou la rénovation d'équipements militaires. Ce poste comprend notamment 526 millions pour des véhicules de combat blindés Bradley, 6,8 milliards pour l'avion de combat F-35, ou encore 2,1 milliards de dollars pour divers programmes de defense anti-missile.
(belga/th)

16/12/09 23h55

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1043067/2009/12/16/La-Chambre-approuve-les-depenses-militaires-US-pour-2010.dhtml



Les alliés

Dans le monde

Grande Bretagne

03-12

M.Brown a promis aux autorités pakistanaises tout le concours possible dans la lutte ‘antiterroriste’ sur le territoire pakistanais.
"C'est votre combat mais c'est aussi le combat du Royaume-Uni", a souligné le chef du gouvernement britannique.
Dimanche dernier, M.Brown avait toutefois demandé aux autorités pakistanaises d'intensifier leur lutte contre Al-Qaïda.
On doit se demander comment il se fait que huit ans après le 11 septembre, personne n'ait pu approcher Oussama Ben Laden, ou Zawahiri, le numéro deux d'Al-Qaïda, avait-t-il alors relevé.

3 décembre
http://fr.rian.ru/world/20091203/185614933.html


Les commentaires sont fermés.