Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/01/2010

n° 56 - Journal des Guerres de l'Otan - 04-01 au 24-01-: Suite - : L'OTAN à la conquête de l'Arctique.

n° 56 - Journal des Guerres de l'Otan - 04-01 au 24-01-: Suite - : L'OTAN à la conquête de l'Arctique.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Journal des Guerres de l'Otan.  n° 56 - 04-01au 24-01 

                                           C.De Broeder & M.Lemaire   



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire.

4 Institutions internationales

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos.

5-1 Otan: une frégate canadienne dans la traque aux pirates.

5-2 Réseaux Stay-Behind, Opération Gladio et Terrorisme en Europe de l’Ouest.

6 Brèves

6-1 « Les partenariats de l’OTAN et leur évolution ».

6-2 Quand l’OTAN fait appel aux résistants afghan pour sécuriser ses approvisionnements…

6-3 L'ONU critique la stratégie de l'OTAN en Afghanistan.



4 Institutions internationales.

ONU

Afghanistan: La force de l'Otan doit avoir un responsable civil.

APRÈS L’ENLISEMENT DE L’ISAF EN AFGHANISTAN, L’ONU SE PRONONCE
Le rapport souligne la nécessité d’un «renforcement du dispositif de sécurité internationale» en Afghanistan, «sous l’égide des Nations unies».

La force internationale en Afghanistan devrait être dotée d'un haut responsable civil afin d'améliorer la coordination entre ses tâches politiques et de développement, estime le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié lundi.

La force internationale en Afghanistan devrait être dotée d'un haut responsable civil afin d'améliorer la coordination entre ses tâches politiques et de développement, estime le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un rapport publié lundi.

Le rapport souligne également la nécessité d'un "renforcement du dispositif de sécurité internationale" en Afghanistan, "sous l'égide des Nations unies".

M. Ban affirme que la nomination d'un responsable civil de haut rang au sein de la Force internationale d'assistance à la sécurité en Afghanistan (Isaf) "permettrait de mieux coordonner l'action politique et de développement qu'elle mène, en particulier par le biais de ses équipes de reconstruction de province, et de mieux aligner cette action sur les plans et priorités des Afghans dans les différentes provinces".

Il estime par ailleurs que même si son représentant spécial en Afghanistan, le Norvégien Kai Eide qui quittera ce poste prochainement, reste généralement chargé de coordonner les efforts civils internationaux, la Mission d'assistance de l'ONU (Manua) "doit recevoir des renforts de personnels justifiant de l'expérience et des compétences voulues pour mieux dialoguer avec les gouvernements des grands donateurs et leurs ambassades à Kaboul".

Le rapport de M. Ban indique clairement que pour réussir, tout organe de coordination internationale doit avoir "des liens corrects avec le gouvernement afghan".

"Nous n'arriverons à rien en Afghanistan si la situation reste ce qu'elle est", met en garde le chef de l'ONU. "Il faut réussir à changer la mentalité de la communauté internationale aussi bien que celle du gouvernement afghan", ajoute-t-il.

M. Eide, qui a été critiqué pour sa gestion de la situation lors de l'élection présidentielle afghane d'août dernier entachée de fraudes à grande échelle et qui quittera son poste à l'expiration de son mandat en mars, doit rendre compte au Conseil de sécurité cette semaine des activités de sa mission.

Le porte-parole de l'ONU, Martin Nesirky, s'est refusé lundi à commenter un éditorial du New York Times du 31 décembre affirmant que M. Ban envisageait trois candidats pour succéder à M. Eide.

Il s'agit, selon le journal, du Français Jean-Marie Guéhenno, ancien chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, du Suédois Staffan de Mistura, actuellement haut responsable au Programme alimentaire mondial (Pam), et du Britannique Ian Martin, ancien représentant de l'ONU au Népal.

Le New York Times a appuyé l'idée de nommer M. Guéhenno mais M. Nesirky a déclaré lors d'un point de presse: "Le processus de sélection est encore en cours".

Le nombre de soldats américains et de l'Isaf doit être porté de 113.000 à 150.000 en 2010 afin de combattre les résistants.

Les forces internationales ont eu en 2009 un nombre record de pertes depuis leur arrivée en 2001, avec 519 morts (sans compter sept agents de la CIA) contre 295 en 2008, déjà une année record, selon un décompte de l'AFP établi à partir du site internet spécialisé icasualties.org.

AFP –

04 janvier 2010

http://www.lematin.ch/flash-info/monde/afghanistan-force-otan-responsable-civil

http://www.lexpressiondz.com/article/5/2010-01-06/71604.html



5 Le Monde

Iran

Mahmoud Ahmadinejad: l’OTAN n’accorde pas le moindre intérêt aux pays de la région.

« La seule préoccupation de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est de s'étendre vers l’Est et pour cela, elle est prête à piétiner l’honneur de tous les pays pour ses seuls intérêts » c’est en ces termes que s’est exprimé le président iranien lundi, lors de sa rencontre à Téhéran, avec le ministre géorgien des Affaires étrangères, Grigol Vachadzé, tout en évoquant la nécessité du maintien de la sécurité de la région.
Les pays de la région, a poursuivi Mahmoud Ahmadinejad, doivent empêcher l’intervention de forces étrangères, en renforçant tout d’abord leurs coopérations bilatérales, multilatérales et régionales.
Le président iranien a qualifié d’amicales et d'historiques, les relations entre l’Iran et
la Géorgie, rappelant que l’Iran et la Géorgie partagent la même aire de civilisation.
« Ils entretiennent, depuis très longtemps, des relations amicales qu’ils souhaitent promouvoir de façon plus dynamique" a souligné le président iranien.
De son côté, le ministre géorgien des Affaires étrangères a rappelé l’importance qu’accorde son pays aux relations avec l’Iran. "En tant que membre de quelque Traité international que ce soit,
la Géorgie n’agira jamais contre l’Iran", a-t-il précisé, avant de souhaiter, au nom de son pays, l’essor des relations bilatérales, dans divers domaines.

19/01/2010

http://www2.irna.ir/



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction est d'accord avec l'article mais doit être vu comme information.

5-1 Otan: une frégate canadienne dans la traque aux pirates.

La frégate canadienne Fredericton, stationnée au port de Mombassa, patrouille dans le Golfe d'Aden et au large de la Corne d'Afrique contre les pirates pour le compte de l'Otan. Durée: 00mn53

Publiée par afpvideos
le 05/01/2010 à 21:01:01

http://www.laprovence.com/video/Otan%253A%2Bune%2Bfr%25C3%25A9gate%2Bcanadienne%2Bdans%2Bla%2Btraque%2Baux%2Bpirates/iLyROoafInIc


5-2Réseaux Stay-Behind, Opération Gladio et Terrorisme en Europe de l’Ouest.

Les Armées Secrètes de l’OTAN

Daniele GANSER

Historien spécialisé dans l’histoire contemporaine et les relations internationales depuis 1945, Daniele GANSER enseigne à l’université de Bâle.

Ses travaux actuels portent sur la prétendue « guerre contre la terreur » et le pic pétrolier. Invité à maintes reprises par le Parlement et la télévision nationale suisses pour partager son expertise en matière de politiques étrangère et de sécurité, Ganser voit ses livres, articles scientifiques, articles de journaux et interviews publiés dans différents pays.

Noam Chomsky, professeur de linguistique au MIT :  À l'occasion du 60e anniversaire de la création de l'OTAN et de la probable réintégration de la France dans le commandement intégré de l'alliance militaire, la lecture de ce livre d'histoire d'une totale pertinence et d'une grande actualité est absolument nécessaire !

Un livre d'une incroyable richesse documentaire... Un ouvrage de référence sur le terrorisme sous faux pavillon.
HISTORIQUE

Ce livre raconte comment, après la seconde guerre mondiale, la CIA et le MI-6 britannique mirent en place des armées secrètes anti-communistes dans tous les pays d’Europe de l’Ouest, et par quels processus ces réseaux Stay-Behind de l’OTAN s’allièrent dans certains pays à des groupes terroristes d’extrême droite, avec des conséquences particulièrement tragiques.

L’existence de "Gladio", l’armée secrète italienne, fut révélée par le Premier ministre Giulio Andreotti en 1990 ; à la suite de quoi la presse parla du « secret politico-militaire le mieux gardé, … depuis la fin de la deuxième guerre mondiale » et nota que : « L’histoire semble tout droit sortie des pages d’un thriller politique ». Depuis, ces armées secrètes de l’OTAN, ont également été découvertes en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en Suède, en Finlande, en Autriche, en Grèce et en Turquie. Au niveau international, leurs actions étaient coordonnées par le Pentagone et l’OTAN et leur dernière réunion connue se déroula à Bruxelles en octobre 1990.

À l’heure de la menace de "l’hyperterrorisme", ce livre de référence revient sur les attentats de la gare de Bologne, de la Piazza Fontana, les attaques des tueurs fous du Brabant, l’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro et demande s’il s’agit d’actes de terrorisme sous fausse bannière, fabriqués pour accroître la stratégie de la tension…

Quelques hommages

 [Cette étude méticuleuse et soignée, incisive, révèle pour la première fois l’ampleur, la noirceur et les implications menaçantes des armées secrètes créées par l’OTAN. La lecture de ce livre important de Ganser s’avère une urgence, particulièrement dans la période que nous traversons.]
Noam Chomsky, professeur de linguistique au MIT 

 [Fruit du travail de 4 années de recherches, ce livre courageux d’un brillant spécialiste suisse rompt enfin le silence qui a longtemps prévalu sur les armées secrètes de l’OTAN.]
-Professeur Georg Kreis, directeur de l’Institut des études européennes de Bâle

[Avec l’intensification de la menace terroriste en Europe, les événements choquants relatés dans le livre remarquable de Ganser pourraient se répéter à notre époque.]
-Professeur Rohan Gunaratna, de l’Institut des études stratégiques et de défense, (IDSS) à Singapour

[Ganser ouvre un ensemble de questions inexplorées sur l’OTAN et la partie cachée de la guerre froide.]
-Professeur Andréas Wenger, directeur du Centre d’études sur la sécurité (CSS) de l’Institut fédéral suisse de technologie à Bâle

[Une page jusqu’ici inconnue de l’histoire secrète de la guerre froide est maintenant révélée.]
-Nigel West, World Intelligence Review 

[Les découvertes du Dr Ganser posent des questions fondamentales sur la nature de la guerre froide et le rôle des services de renseignement dans les sociétés démocratiques.]
-Professeur Jussi Hanhimaki, de l’Institut des études internationales (GIIS) de Genève

[“Dans cet ouvrage brillamment rédigé, Ganser présente les faits de manière nuancée et aisément compréhensible pour le profane. Ce que nous apprend ce livre, qui se lit comme un roman, va changer fondamentalement l’historiographie de l’époque de la guerre froide.”]
-Henriette Hanke Güttinger dans Horizons & Débats.

 « Fruit du travail de 4 années de recherches, ce livre courageux d’un brillant spécialiste suisse rompt enfin le silence qui a longtemps prévalu sur les armées secrètes de l’OTAN. »
Professeur Georg Kreis, directeur de l’Institut des études européennes de Bâle 

« Avec l’intensification de la menace terroriste en Europe, les événements choquants relatés dans le livre remarquable de GANSER pourraient se répéter à notre époque. »
Professeur Rohan Gunaratna, de l’Institut des études stratégiques et de défense, (IDSS) à Singapour

« GANSER ouvre un ensemble de questions inexplorées sur l’OTAN et la partie cachée de la guerre froide. »
Professeur Andréas Wenger, directeur du Centre d’études sur la sécurité (CSS) de l’Institut fédéral suisse de technologie à Bâle

« Une page jusqu’ici inconnue de l’histoire secrète de la guerre froide est maintenant révélée. »
Nigel West, World Intelligence Review

« Les découvertes du Dr Ganser posent des questions fondamentales sur la nature de la guerre froide et le rôle des services de renseignement dans les sociétés démocratiques. »
Professeur Jussi Hanhimaki, de l’Institut des études internationales (GIIS) de Genève
      Réseaux Stay-Behind, Opération Gladio et Terrorisme en Europe de l’Ouest
      de
      DANIELE GANSER

ISBN-13 : 978-2-917112-00-7

A voir sur le site des éditions Demi-Lune la page consacrée au livre de Daniele Genser, où est notamment repris un documentaire de la BBC sur le sujet:

http://www.editionsdemilune.com/lesarmessecrtesdelotan-p-...

Site de Daniele Ganser (anglais / allemand) : http://www.danieleganser.ch/Home.html?lang=en



6 Brèves

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction est d'accord avec l'article mais doit être vu comme information.

6-1 « Les partenariats de l’OTAN et leur évolution ».

Le troisième séminaire sur le nouveau concept stratégique de l’OTAN s’est achevé à Oslo le 14 janvier. Ce séminaire intitulé « Les partenariats de l’OTAN et leur évolution » a rassemblé des membres du groupe d’experts, des hauts fonctionnaires et des responsables militaires, des représentants d’organisations internationales et d’ONG, ainsi que des experts indépendants et des journalistes.

Outre les 28 pays de l’Alliance, les pays de contact et les pays partenaires de l’OTAN (membres du Conseil de partenariat euro-atlantique, du Dialogue méditerranéen, de l’Initiative de coopération d’Istanbul, du Conseil OTAN-Russie et d’autres enceintes de coopération) étaient aussi largement représentés.

« Aujourd’hui, les partenariats de l’OTAN sont plus importants que jamais pour l’Alliance, » a déclaré le ministre norvégien des Affaires étrangères, M. Jonas Gahr Store, dans son allocution liminaire. « La coopération entre l’OTAN et ses partenaires est une réussite et elle s’est considérablement développée tant au niveau de son contenu que de son champ d’action. Mais cette réussite crée aussi les défis que nous devons relever à présent. Nous attendons vos suggestions sur la manière de redynamiser nos partenariats. »

Mme Madeleine Albright préside le groupe d’experts sur le nouveau concept stratégique de l’OTAN. Lors de la séance d’ouverture, elle a déclaré que les partenariats « s’inscrivent clairement dans une vision réaliste de l’avenir de l’OTAN. Au fil des années, l’OTAN a dû faire montre de plus de souplesse et d’ouverture, et nous avons appris que les partenariats peuvent être un multiplicateur de force et d’efficacité. »

Lors de la séance de clôture, la ministre norvégienne de la Défense, Mme Grete Faremo, a déclaré : « Je formule l’espoir que le nouveau concept stratégique puisse contribuer à renouveler et à adapter les structures de partenariat de l’OTAN et qu’il associe alliés et partenaires dans un débat constructif sur les moyens de développer encore notre coopération. »

Les participants ont tous reconnu que les partenariats ont été une grande réussite et qu’ils ont considérablement contribué à la mise en place d’un nouveau modèle international de dialogue et de coopération. De nombreux participants ont insisté sur le partage des tâches, en effet plusieurs pays partenaires contribuent à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan et à la Force pour le Kosovo (KFOR).

Un certain nombre de suggestions intéressantes ont été faites sur la manière d’améliorer les processus de consultation politique et de coopération pratique des différents partenariats.

La Norvège était l’hôte du séminaire d’Oslo, qui était coorganisé par l’Allemagne, la Roumanie et l’Espagne. Des groupes de réflexion de premier plan de ces quatre pays ont contribué assurer des débats animés et de qualité pendant les trois sessions du séminaire.

Le prochain séminaire, qui sera aussi le dernier de la série, se tiendra à Washington fin février.

Source : site internet de l’OTAN

http://www.rpfrance-otan.org/spip.php?article724


6-2 Quand l’OTAN fait appel aux résistants afghan pour sécuriser ses approvisionnements…

Des résistants ont semé la terreur parmi les transporteurs chargés d’approvisionner les forces de l’OTAN en Afghanistan depuis le Pakistan, au point d’avoir presque paralysé les livraisons.

Rien qu’en décembre, ils ont détruit quelque 400 conteneurs remplis de nourriture, de carburant et de véhicules militaires. Le président de la Commission du port à sec de la Chambre de commerce de Sarhad, Zia ul-Haq Sarhadi, a confirmé, dans un communiqué de presse, que la série d’attaques contre les onze gares maritimes de Pechawar avait tellement terrorisé les gens que les travailleurs de la manutention, les entrepreneurs et même les conducteurs ne veulent plus faire le travail.

Il semble que l’OTAN ait trouvé un moyen expéditif de traiter le problème.

Pour assurer l’approvisionnement des 62000 soldats déployés en Afghanistan, dont 14000 Américains, l’Organisation a commencé à verser des pots-de-vin.

Selon un récent rapport canadien, l’OTAN paie les Résistants afin de garantir la sécurité des liges d’approvisionnement. « Nous estimons qu’environ 25% de l’argent que nous dépensons pour la sécurité des livraisons de carburant finit dans les poches des Résistants », affirmait un importateur de carburant. Un autre entrepreneur dont la société approvisionne les bases militaires occidentales estime que les commandants des Résistants encaissent environ l’équivalent d’un quart de la valeur du chargement d’un camion. « Les Résistants arrivent et se déplacent avec le convoi. Ils s’assoient dans le véhicule de tête pour assurer la sécurité. »

A l’heure actuelle, quelque 75% de l’approvisionnement américain des troupes passe par le col de Khyber et l’OTAN finalise des négociations avec la Russie sur la mise en place d’une route alternative, passant par la Russie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan.

L’année dernière, le gouvernement russe avait accepté que l’OTAN utilise son territoire dans ce but.

Entre-temps, poursuivant une stratégie qui a de toute évidence échoué, les Etats-Unis comptent envoyer 30000 hommes de plus en Afghanistan, dont certains seront déployés dans le sud, officiellement pour combattre les résistants, et créer huit bases militaires de plus dans le sud.

Il va sans dire que cela fera augmenter la violence… et les sommes versées aux Résistants.

13 janvier 2009

(LPAC)

A lire : Afghanistan : Quand l’OTAN et Soros voulaient légaliser l’opium

Pour creuser le sujet : focus

http://www.solidariteetprogres.org/article5028.html


6-3 L'ONU critique la stratégie de l'OTAN en Afghanistan.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, Kai Eide, vient de critiquer la stratégie de l'OTAN dans ce pays. Il va quitter prochainement ses fonctions. Il demande la mise en place d'un processus de paix avec les résistants et pense que le renforcement militaire prévu sera contre-productif. Est-ce une tentative de l'ONU pour "reprendre la main", après un désengagement de l'OTAN ou simplement les convictions d'un homme sur le départ ? L'avenir le dira.

US Gov La communauté internationale doit démilitariser son approche globale en Afghanistan afin de permettre des avancées durables dans les domaines politique et humanitaire, a déclaré dimanche le représentant de l'ONU à Kaboul, Kai Eide. « Il nous faut adopter une démarche par laquelle notre stratégie soit politique et non pas militaire et où les éléments politiques et civils constituent un simple appendice d'une stratégie militaire », a estimé le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan qui s'exprimait dans la capitale afghane. M. Eide, qui doit quitter prochainement ses fonctions, fera un dernier point de la situation cette semaine devant le Conseil de sécurité. L'un des principaux objectifs du renforcement de la présence militaire occidentale sur le terrain est de favoriser une montée en puissance de l'armée afghane, a-t-il rappelé. Il s'est toutefois dit « profondément sceptique » face à un accroissement des forces militaires censé à la fois « agir sur les plans politique, civil et humanitaire ».

Si l'idée est d'obtenir des résultats rapides, « bien souvent un impact rapide se mue en échec rapide », a-t-il mis en garde. Kai Eide estime que le gouvernement afghan doit, dès que possible, être à l'origine d'un processus de paix avec la résistance, afin de permettre un retrait progressif des troupes étrangères. Sur le plan politique, il a regretté la décision de la Commission électorale de s'en tenir au calendrier prévu par la Constitution qui prévoit l'organisation d'élections législatives dès mai prochain. Il a souligné le peu de temps disponible pour organiser un tel scrutin, rappelant que les élections présidentielles et provinciales avaient donné lieu à des fraudes et qu'elles s'étaient déroulées dans un contexte général d'insécurité. « Pour moi, il est important qu'un véritable processus de réforme ait lieu avant les prochaines élections », a-t-il observé.

Le Représentant spécial a aussi évoqué le rejet par le Parlement ces derniers jours de la plupart des ministres proposés par le président Hamid Karzaï. Pour lui, il s'agit d';un « revers politique dans le sens où perdure ainsi une situation sans gouvernement en état de fonctionner ».Une conférence internationale sur l'Afghanistan doit se tenir ce mois-ci à Londres, une initiative conjointe de l'Allemagne, de la France et du Royaume-Uni. Pour le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, celle-ci arrive « à point nommé ». Une autre conférence de haut niveau doit se tenir à Kaboul dans les prochains mois. Communiqué de l'ONU du 4 janvier 2010

Publié le 05 janvier 2010 par Sd (blog Pour Convaincre)

http://www.paperblog.fr/2681766/l-onu-critique-la-strategie-de-l-otan-en-afghanistan/


Les commentaires sont fermés.