Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/02/2010

n°29 - journal d'Iran - 14-01 au 07-02 :- Fin - : Vers une nouvelle guerre mondiale ?


n°29 - journal d'Iran - 14-01 au 07-02 :- Fin - : Vers une nouvelle guerre mondiale ?


journal d'Iran   n°29 du 14-01 au 07-02

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

Politique - Fin

Les organisations mondiales

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Vidéos :  Ahmadinejad s'adresse à l'ONU.

1-2 Gilong : La Chine accuse les Etats-Unis de mener une Guerre de l’Internet contre l’Iran.

1-3 Ahmed Bensaada : Téhéran-Gaza : la différence médiatique.



2) Les organisations mondiales

Les Six

Les Six ne s'entendent pas sur de nouvelles sanctions contre l'Iran

Les représentants du groupe des Six (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France, Allemagne) ne sont pas parvenus à s'entendre samedi sur de nouvelles sanctions contre l'Iran au sujet de son programme nucléaire, a indiqué le ministre adjoint des Affaires étrangères de Russie.

Les Six se sont réunis pendant plus de deux heures dans les bureaux de l'Union européenne à New York.

La réunion "n'a pas été concluante dans le sens où nous n'avons pris aucune décision" sur des sanctions, a déclaré Sergueï Ryabkov.

Les Six sont toutefois convenus de se réunir à nouveau avec des représentants iraniens pour débattre de la proposition de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) prévoyant l'enrichissement à l'étranger d'une partie de l'uranium iranien.

En octobre, l'AIEA a proposé à l'Iran d'envoyer en Russie 70% de ses stocks d'uranium faiblement enrichi (à 3,5%) afin qu'il y soit enrichi à un peu moins de 20%.

L'uranium serait ensuite conditionné en France pour revenir sous forme de combustible utilisable par le réacteur de recherche de Téhéran.

Téhéran a accepté "le principe" de cette proposition, mais a présenté une contre-offre en décembre, évoquant la Turquie comme option pour procéder à un échange d'uranium contre du combustible nucléaire.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a déjà imposé trois séries de sanctions au régime Iranien sur le dossier nucléaire, mais la Chine et la Russie, membres permanents disposant à ce titre du droit de veto, sont bien plus réticents à l'idée de nouvelles sanctions que leurs partenaires occidentaux, notamment les Etats-Unis et la France

16/1

http://fr.news.yahoo.com/3/20100116/twl-iran-onu-nucleaire-ba66223_2.html



Dans le monde

Allemagne

Merkel appelle à de nouvelles discussions sur des sanctions contre l'Iran.

La chancelière Merkel a appelé mardi à de nouvelles négociations sur d'éventuelles sanctions économiques contre l'Iran en raison de son programme nucléaire suspect. "Le moment est venu de débattre de sanctions", a déclaré Mme Merkel à l'issue d'une rencontre avec le président israélien Shimon Peres à Berlin.

La chancelière allemande a estimé que la question pourrait être remise à l'ordre du jour aux Nations unies à partir de février, lorsque la France, favorable à des sanctions, prendra la présidence tournante du Conseil de sécurité.

Celle-ci est actuellement occupée par la Chine, pays proche de l'Iran.

Angela Merkel a expliqué que l'Allemagne tenterait d'obtenir un consensus au sein du Conseil de sécurité, où la Chine et la Russie ne sont réticentes à de nouvelles sanctions contre Téhéran. Elle a toutefois dit être prête à soutenir d'autres types de sanctions avec "un groupe d'Etat dans les mêmes dispositions".

Shimon Peres a relayé les propos d'Angela Merkel, estimant que le gouvernement était "dangereux, dictatorial et opposé à la paix".

26/1

http://fr.news.yahoo.com/3/20100126/twl-nucleaire-allemagne-iran-merkel-ba66223_2.html

 

Siemens coupe le contact avec l’Iran.

Lors d’une conférence de presse commune avec le président israélien Shimon Peres, la chancelière allemande Merkel a prédit que le mois de février serait crucial concernant Téheran.

Il semblerait que les pressions exercées par le gouvernement allemand portent leurs fruits et le groupe allemand Siemens a désormais annoncé qu'il ne prendrait plus de commande en provenance d'Iran.

Rappelons que l'Allemagne est l'un l'un des plus gros exportateurs à destination de la République islamique. 31/01/10

http://www.infolive.tv/fr/infolive.tv-35618-israelnews-siemens-coupe-le-contact-avec-l-iran


Chine

Le dossier nucléaire iranien dans une "phase cruciale".

Le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi a estimé vendredi à Munich que le dossier du nucléaire iranien était entré dans une "phase cruciale".

"Ce dossier est entré dans une phase cruciale", a déclaré M. Yang en prononçant le discours d'ouverture de la 46e conférence sur la sécurité de Munich.

"Les parties concernées doivent, en gardant à l'esprit leurs intérêts à long terme, accroître leurs efforts diplomatiques, se montrer patientes et adopter une attitude plus flexible, pragmatique et proactive", a-t-il ajouté.

La participation surprise du ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki à ce "Davos de la Défense" a été annoncée vendredi matin. Il devait notamment rencontrer dans la soirée son homologue russe Sergueï Lavrov.

M. Yang a appelé à rechercher "par le dialogue et la négociation" une "solution globale, sur le long terme et appropriée".

"Nous estimons que l'Iran, sur la base des règlements de l'AIEA, a le droit de recourir à un usage pacifique de l'énergie nucléaire et que cette question doit être résolue par des moyens diplomatiques", a-t-il insisté.

Selon M. Yang, qui a appelé à un nouveau round de négociations à 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne), Téhéran "n'a pas totalement fermé la porte aux propositions de l'AIEA sur la fourniture de combustible nucléaire".

"Sur la base des propositions avancées par les 5+1" et des propositions iraniennes, M. Yang a dit "espérer" qu'une "formule acceptable par tous puisse émerger".

"Il y a encore des possibilités à explorer", a-t-il insisté.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a indiqué mardi que son pays était toujours prêt à échanger une partie de son uranium faiblement enrichi (3,5%) contre du combustible hautement enrichi (20%) destiné à son réacteur de recherche de Téhéran.

Les capitales occidentales ont réagi avec prudence, voire scepticisme, à cette déclaration.

Le groupe des Six a entamé de son côté depuis la mi-janvier des discussions sur un renforcement des sanctions internationales contre Téhéran, dont la politique nucléaire a été condamnée en novembre par l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA).

AFP /

 05 février 2010

http://www.romandie.com/ats/news/100205171955.omxn4h0c.asp


France

Kouchner : le conflit USA-Chine complique les sanctions contre l'Iran.

Le conflit entre la Chine et les Etats-Unis déclenché par de nouvelles ventes d'armes américaines à Taïwan complique un peu la recherche de l'adhésion de Pékin à de nouvelles sanctions contre l'Iran, c'est ce qu'a déclaré dimanche le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner.
Pour obtenir une nouvelle résolution du Conseil de sécurité pendant la présidence française de cette instance en février, "il faut que les Chinois soient avec nous", a fait valoir Bernard Kouchner à des journalistes de TV5Monde, RFI et du journal Le Monde.
"Est-ce que cela marchera ?

Je l'espère, je n'en suis pas sûr", a-t-il dit, précisant que l'une des raisons de son incertitude venait de la tension émergente entre Washington et Pékin sur Taïwan.

"Je n'anticipe pas un refus" de Pékin à une nouvelle résolution contre l'Iran, a-t-il toutefois estimé.
La Chine, qui considère Taïwan comme une province, a averti que la vente d'armes américaines "nuirait inévitablement aux relations entre la Chine et les Etats-Unis".

Pékin a notamment annoncé la suspension des échanges militaires et des sanctions contre des compagnies américaines.

01/02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=122178&language=fr

 

Fillon demande des "sanctions fortes" contre l'Iran...

Le chef du gouvernement est largement revenu sur la situation au Moyen-Orient :

"La sécurité d'Israël est pour la France une priorité absolue" a dit M. Fillon pour expliquer que Paris "partage pleinement la préoccupation d'Israël quant au développement du programme nucléaire iranien".

"Alors que nous n'avons pas ménagé nos efforts (...), le régime iranien n'a pas voulu saisir nos offres de dialogue. Il a au contraire poursuivi sa fuite en avant. Le moment est donc venu d'agir", a estimé le Premier ministre, invité d'honneur du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) pour la seconde fois.

François Fillon a ainsi annoncé que la France allait "rechercher aux Nations Unies l'adoption d'une nouvelle résolution comprenant des sanctions fortes". "L'Union européenne devra également prendre ses responsabilités", a-t-il ajouté.

Selon lui, "il n'est pas trop tard pour empêcher par la voie politique l'Iran d'acquérir une capacité nucléaire militaire. Mais le temps presse".

Parmi les personnalités qui se pressaient au pavillon d'Armenonville, on comptait de nombreux ministres et élus de tous bords. La première secrétaire du PS Martine Aubry s'est éclipsée avant le discours du Premier ministre.

l3/2

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/fillon-demande-des-sanctions-fortes-contre-l-iran_846536.html


Liban

Le Hezbollah dénonce la position «complice et injuste» de Kouchner

Le Hezbollah a dénoncé, vendredi soir, la position "complice et injuste", du ministre français des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner, qui s'est dit inquiet du possible impact négatif de la situation en Iran sur la sécurité au Liban.
Le Hezbollah a affirmé, dans son communiqué, qu'il voit dans les propos de Kouchner "une empreinte israélienne claire et une négligence totale de l'histoire de
la France et de son héritage, dont entre autre sa résistance contre l'agression et l'occupation".
Le Hezbollah s'est dit surpris de voire le ministre français des affaires étrangères contredire dans ses propos les rapports des Forces intérimaires des Nations Unies au Sud Liban (Finul), et dont fait partie
la France, qui font état d'agressions israéliennes quotidiennes contre le Liban et de violation de sa souveraineté.
Il a affirmé que Kouchner tente d'"innocenter l'ennemi israélien, et de dissimuler ces violations continues contre la souveraineté du Liban", cela équivaut "à protéger l'occupant israélien et à l'encourager à poursuivre ses agressions".
Le Hezbollah, a par ailleurs, appelé les autorités françaises à "jouer un rôle responsable en faveur du Liban et de sa souveraineté".
Kouchner qui a écarté une action israélienne contre le Liban, à l'issue d'une rencontre jeudi avec le premier ministre libanais Saad Hariri, a prétendu que "la situation en Iran pourrait conduire à une fuite en avant de certains responsables iraniens, et cela est dangereux car le Hezbollah possède des armes et il pourrait se produire des événements regrettables et condamnables".

Mariam Dimachk 
 
23 janvier

Source : Al Manar
http://www.almanar.com.lb/...


Malaisie

Mahatir Mohammad a assuré qu’Israël n'ose pas attaquer l'Iran

L'ancien premier ministre malaisien Mahatir Mohammad a assuré qu’Israël n'ose pas attaquer l'Iran. Lors d'une interview accordée à l'agence de presse iranienne  IRNA, à Kuala Lumpur, Mahatir Mohammad a indiqué que les menaces d’Israël contre l'Iran sont dues à son impuissance, estimant que si "le régime usurpateur d'Al-Quds n'était pas soutenu par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, son existence n'aurait pas pu perdurer".
"Israël est en principe un régime illégitime et criminel, un régime qui ne respecte pas les lois internationales", a précisé l'ancien Premier ministre malaisien.

Selon lui, "Israël ne cesse de piétiner les accords, et ce grâce au soutien sans réserve des Etats-Unis".

19/01/2010

http://www.almanar.com.lb

http://www.alterinfo.net/notes/?start=50



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..

1-1 Vidéos :  Ahmadinejad s'adresse à l'ONU.

Ahmadinejad s'adresse à l'ONU 1/2 (en français)

http://www.youtube.com/watch?v=Zr0aIyztAXo&feature=related

Ahmadinejad s'adresse à l'ONU 2/2

http://www.youtube.com/watch?v=AKR40ScXFwg&NR=1


1-2 Gilong : La Chine accuse les Etats-Unis de mener une Guerre de l’Internet contre l’Iran.

Les « troubles » lors des élections en Iran sont un exemple clair des « machinations politiques des USA » derrière une façade de liberté d’expression, déclare un éditorial du Parti Communiste Chinois.

Tania Branigan à Beijing et les agences de guardian.co.uk

Dimanche 24 Janvier 2010 15.49 GMT

Les États-Unis ont utilisé une "guerre en ligne" pour fomenter des troubles en Iran après les élections de l’an dernier, revendique aujourd’hui le Journal du Parti communiste chinois, ripostant au discours prononcé par Hillary Clinton la semaine dernière sur la "Liberté sur Internet".

Un éditorial paru dans le "Quotidien du Peuple" accuse les Etats-Unis d’avoir lancé une brigade de "hackers", et a déclaré qu’elle avait utilisé les médias sociaux tels que "Twitter" pour répandre des rumeurs et créer des problèmes.

«Derrière ce que l’Amérique appelle la « liberté d’expression » se cachent des machinations politiques. C’est ainsi que les troubles après les élections iraniennes ont été organisés », déclare l’éditorial, signé par Wang Xiaoyang. «C’est parce que la guerre en ligne lancée par l’Amérique, via les vidéos de "YouTube" et "Twitter microblogging", ont lancées des rumeurs, créés des scissions, attisé et semé la discorde, au sein des partisans des factions réformiste conservatrice ».

Washington avait déclaré au moment des manifestations qu’il avait demandé à « Twitter », qui avait été utilisé par des manifestants anti-gouvernementaux iraniens, de rester ouvert. Plusieurs sites de médias sociaux, y compris « YouTube », « Facebook » et « Twitter », ont été bloqués en Chine l’année dernière.

La question rhétorique posée par l’éditorial était de savoir si l’obscénité ou les activités favorisant le terrorisme seraient autorisée sur le Net aux États-Unis. «Nous craignons que, aux yeux des hommes politiques américains, seule l’information contrôlée par l’Amérique soit considérée comme une « information libre », les nouvelles seulement approuvées par l’Amérique soient considérées comme « des nouvelles », la parole seulement approuvé par l’Amérique soit « la parole libre », et que le flux d’information soit considéré comme « libre » uniquement s’il s’adapte aux intérêts américains pour être libre de circulation » a ajouté le communiqué.

Il a attaqué la décision de couper des services de messagerie instantanée de Microsoft pour les nations visées par les sanctions américaines, (y compris Cuba, l’Iran, la Syrie, le Soudan et la Corée du Nord), comme une violation de la volonté exprimée par l’Amérique devuloir favoriser la circulation de l’information.

Washington a déclaré plus tard que ses services avaient favorisés la Démocratie et encouragé sa restauration.

La Chine a d’abord donné une réponse discrète à l’annonce de « Google » disant qu’elle ne désirait plus censurer « google.cn. » Le géant de l’Internet a alors déclaré qu’il avait pris sa décision suite à une cyber-attaque d’origine chinoise visant les identités des courriel de militants des droits de l’homme, et compte tenu du renforcement de la censure en ligne.

Le défi lancé directement par Clinton en Chine, dans un discours qui avait des échos de Guerre froide, avec ses références au Mur de Berlin et à un « rideau de l’information », a conduit Pékin à mettre en garde les Etats-Unis sur le fait que leurs critiques pourraient nuire aux relations bilatérales. Clinton a demandé à la Chine de mener une enquête complète et ouverte au sujet de l’attaque de Décembre sur « Google ».

Dans une interview réalisée par plusieurs journaux chinois d’aujourd’hui, Zhou Yonglin, Vice-directeur des opérations de l’Equipe nationale d’intervention d’urgence technique du réseau informatique, a déclaré : «Toute personne ayant des connaissances techniques des ordinateurs sait ça n’est pas parce qu’un hacker a utilisé une adresse IP en Chine, que l’attaque a été nécessairement lancée par un pirate chinois ».

Des diplomates américains ont cherché vendredi à contacter le public chinois à travers des blogs en Chine.

Ils avaient tenu une réunion en ligne similaire lors de la visite de Barack Obama en Novembre.

24 janvier 2010

http://www.guardian.co.uk/world/201...

Traduct Gilong

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article97406


1-3 Ahmed Bensaada : Téhéran-Gaza : la différence médiatique.

Époustouflant!

La blogosphère a la fièvre et la température risque de faire exploser le chaudron néo-médiatique. Twitter, Youtube, Facebook, Google, tous les grands joueurs de la toile ont décidé de voler au secours de la rue d'Iran.
Et une seule question me vient à l'esprit : mais où diable étaient-ils pendant le massacre de Gaza?
Petite clarification en guise d'introduction : loin de moi l'idée d'analyser les élections iraniennes, ni de démontrer qu'il y a eu fraude électorale ou non.

De toute façon, et contrairement à ce qu'affirment les médias occidentaux, il est très difficile d'avoir une position juste et tranchée sur le sujet. Ce qui a attiré mon attention, c'est plutôt cette magnanimité débordante dont font preuve ces tisseurs de toiles relayés par la fébrilité des médias classiques dans la couverture des récents événements iraniens, alors qu'elle était inexistante lors du massacre de Gaza.
Pourtant, les deux situations présentent des similitudes du point de vue médiatique. À Gaza, l'état sioniste avait interdit l'entrée aux médias occidentaux.

Encore mieux, il avait «embedded » des journalistes, c'est-à-dire inclus au sein de Tsahal pour qu'ils donnent une image réaliste de la propreté du massacre. En Iran, les journalistes en place sont «interdits» de faire leur travail et ne peuvent donner une information «fiable». Alors, comment informer ces occidentaux si épris de justice et de liberté?

Eh bien, en utilisant l'information communiquée par les citoyens via les sites de réseautage social.

Et toutes les informations produites par monsieur ou madame Tout-le-monde sont bonnes à prendre et à diffuser dans les plus grands journaux et canaux de télévision : CNN, TF1, France 24, Le Monde, Le Nouvel Observateur, L'Express, Radio-Canada et j'en passe.

Et dire que de vrais journalistes étaient présents à Gaza. Mais ceux-là n'étaient que des journalistes arabes, donc non crédibles ou même incompétents, n'est-ce-pas?

Plus incompétents que le simple citoyen iranien qui, armé de son clavier, envoie les vidéos de médiocre qualité enregistrées sur son téléphone portable.

Moins crédibles que les internautes iraniens alors qu'eux autres ont risqué leurs vies sous les bombes au phosphore ou les DIME, protégés par des dérisoires casques et gilets pare-balles. Certains d'entre eux ont même perdu leur vie dans l'exercice de leur fonction. «Mais non, on ne peut pas les croire». «Il faut vérifier l'information». «L'information est manipulée et les chiffres gonflés». Mais peut-on croire ce qui est transmis par le biais des sites de réseautage social?
À cet effet, on peut lire sur le site True/Slant (1) qu'une liste d'erreurs (préméditées?) a été diffusée par les utilisateurs de Twitter.

Parmi elles, le fait que trois millions de personnes ont manifesté alors que la foule a été estimée à des centaines de milliers, que Mir Hossein Moussavi était assigné à résidence et que l'élection avait été invalidée, alors que c'était faux.
Autre accointance curieuse et insolite de ce site de socialisation : le ministère américain des Affaires étrangères lui a demandé de reporter une opération de maintenance qui aurait entraîné une interruption de service, ce qui aurait privé les opposants iraniens de moyen de communication (2).

Et Twitter a accepté. Même la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a estimé que Twitter était important pour la liberté d'expression en Iran (3).

Le Premier ministre britannique Gordon Brown y est allé, lui aussi, de sa philosophie tautologique sur les colonnes du Guardian en affirmant qu'Internet a changé la politique étrangère à jamais: « Une situation comme celle du Rwanda ne peut plus se reproduire car l'information sortirait rapidement et l'opinion publique s'amplifierait de sorte que des mesures devraient être prises » (4).

Monsieur le locataire du 10 Downing Street, vous qui avez une bonne mémoire des génocides, pouvez-vous nous dire quelque chose sur celui de Gaza, bien plus récent?
Les Israéliens, comme s'ils pouvaient donner des leçons en matière de libertés individuelles, se sont aussi jetés dans la blogosphère. Un Israélien de 24 ans, du nom d'Arik Fraimovich, a créé une application permettant aux internautes utilisant Twitter de teinter les images de leur profil avec la couleur verte, symbole de la révolte iranienne. Des Israéliens qui veulent le bien des Iraniens : décidemment, le cyberespace a ses raisons que la raison ne connaît pas.
Des citoyens américains se sont joints à la révolution de l'information booléenne.
Certains d'entre eux ont mis à la disposition des internautes iraniens des serveurs proxy pour leur permettre d'accéder aux sites bloqués par les autorités. D'autres leur ont permis d'avoir accès à Tor, un service qui permet la navigation anonyme sur Internet (5).
La semaine dernière, le célèbre site suédois de téléchargements illégaux Pirate Bay, dont les fondateurs ont été récemment lourdement condamnés, ont proposé un service analogue aux blogueurs iraniens et ont mis en ligne un très grand nombre de vidéos amateurs sur les évènements de
la République Islamique. Un laboratoire de recherche de l'Université de Toronto, Citizen Lab., a décidé de fournir aux internautes d'Iran le logiciel Psyphon qui est conçu pour contourner les filtres de la censure gouvernementale (6).
Le site de partage vidéo Youtube s'est transformé en média d'information en procédant à des mises à jour fréquentes et les sites Google et Facebook ont lancé des services en langue farsi spécialement conçus pour l'occasion. Comme quoi la fin justifie les moyens.
Les chaînes de télévision et les médias électroniques occidentaux se sont servis des vidéos de piètre qualité et d'origine non vérifiable pour décrire la rue iranienne alors qu'elles n'ont jamais voulu diffuser des reportages de qualité professionnelle réalisés par les journalistes chevronnés des chaînes arabes, encore moins les nombreux témoignages vidéos postés sur Youtube lors de l'hécatombe de Gaza. On est bien aux antipodes de ce qu'affirmait le « pseudo- philosophe » Alain Finkielkraut lors d'une émission diffusée en avril dernier : « Internet est une poubelle » (7) ou de la fameuse « Internet (…) c'est la planète des singes » de Philippe Val (8).
Il est bon de rappeler, qu'à l'inverse de ce qui se passe en Iran, c'est l'état israélien qui avait utilisé Twitter et Youtube pour fin de propagande pendant qu'ils bombardaient les civils Gazaouis. Son armée avait ouvert un compte sur Youtube (Idfnadesk) (9) pour y diffuser des images « propres » du génocide.

À New York, le consulat d'Israël avait créé une page sur Twitter pour répondre aux questions des citoyens sur la « légitimité » du massacre (10).

Le major Avital Leibovich, responsable de la presse étrangère au sein de l'armée israélienne, a déclaré, à ce sujet, que: « La blogosphère et les nouveaux médias sont une autre zone de guerre ».          Et les troupes du Shin-Bet (contre-espionnage israélien) sont depuis longtemps sur Facebook et Myspace (11).
Comme les génocidaires sionistes n'ont été ni condamnés, ni même inquiétés pour la liquidation de plus de 1400 palestiniens, il faut s'attendre à ce qu'ils recommencent sous peu. Alors, un petit conseil pour les activistes de la toile et les défenseurs de la liberté cyberspatiale: fournissez les logiciels de contournement et de navigation anonyme et consolidez, dès maintenant, l'infrastructure de vos sites de socialisation en Palestine. Vous serez minutieusement informés lorsque le prochain massacre aura lieu. À moins que Tsahal vous ait déjà contacté.

Ahmed Bensaada

Références :
1. Joshua Kucera . (Page consultée le 22 juin 2009). What if Twitter is leading us all astray in Iran?, [En Ligne]. Adresse URL: http://trueslant.com/joshuakucera/2009/06/15/what-if-we-are-all-wrong-about-iran/
2. Technaute . (Page consultée le 22 juin 2009). Iran : Washington intervient auprès de Twitter, [En Ligne]. Adresse URL: http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/200906/16/01-876173-iran-washington-intervient-aupres-de-twitter.php
3. AFP . (Page consultée le 21 juin 2009).
Clinton says Twitter is important for Iranian free speech, [En Ligne].  Adresse URL: http://www.google.com/hostednews/afp/article/ ALeqM5h6iCR8fA4XQ4OHnzc0sxe3aadMxg
4.
The Guardian. (Page consultée le 20 juin 2009). Internet has changed foreign policy for ever, says Gordon Brown, [En Ligne]. Adresse URL: http://www.guardian.co.uk/politics/2009/jun/19/gordon-brown-internet-foreign-policy
5. TOR . (Page consultée le 21 juin 2009). Tor: l'anonymat en ligne, [En Ligne]. Adresse URL: http://www.torproject.org/index.html.fr
6. CBC. (Page consultée le 22 juin 2009). Iran's emerging
'netwar', [En Ligne]. Adresse URL: http://www.cbc.ca/technology/story/2009/06/16/iran-twitter-netwar-greg-walton-citizen-lab.html
7. Mefeedia. (Page consultée le 23 juin 2009). Pour Finkielkraut Internet est une poubelle, [En Ligne]. Adresse URL: http://www.mefeedia.com/entry/pour-finkielkraut-internet-est-une-poubelle/17559592
8. Le Nouvel Observateur. (Page consultée le 23 juin 2009). Charlie Hebdo ouvre son site internet, [En Ligne].
Adresse URL: http://tempsreel.nouvelobs.com/
actualites/multimedia/20080912.OBS1041/
charlie_hebdo_ouvre_son_site_internet.html
Philippe Val est actuellement directeur de France-Inter (Radio-France). Ce polémiste controversé était à l'origine de la publication intégrale des caricatures du Prophète (SAWS) lorsqu'il était directeur de la rédaction de Charlie Hebdo.
9. Youtube. (Page consultée le 23 juin 2009). IDF Spokesperson's Unit, [En Ligne]. Adresse URL: http://www.youtube.com/user/idfnadesk
10. Twitter. (Page consultée le 23 juin 2009).
Hey there! Israelconsulate is using Twitter, [En Ligne]. Adresse URL: http://twitter.com/IsraelConsulate
11.
Le Figaro.fr. (Page consultée le 23 juin 2009). Les espions israéliens ouvrent un blog, [En Ligne]. Adresse URL: http://www.lefigaro.fr/international/2008/03/18/01003-20080318ARTFIG00462-les-espions-israeliens-ouvrent-un-blog.php

Ahmed Bensaada,

Docteur en physique - Montréal, Canada

Article publié sur Le Quotidien d'Oran,

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Ahmed_Bensaada.250609.htm



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


 

Les commentaires sont fermés.