Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/02/2010

n°30 - Les dossiers de l'IRAN - 07-02 : - (Fin) - : Guerre mondiale bientôt ?


n°30 - Les dossiers de l'IRAN -  07-02 : - (Fin)  - : Guerre mondiale bientôt ?


     Dossier d'Iran   n°30 -  07/ 02

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

2 Dossier & Point de vue (Fin)

2-10 La Chine accuse les USA de mener une guerre en ligne contre l'Iran.

2-11 Deux diplomates allemands arrêtés lors des manifestations d'Achoura.

2-12 Deux diplomates allemands pris en flagrant délit aux émeutes d'Achoura.

2-13 Laura-Julie Perreault : Les liens entre le Canada et la CIA irriteraient le gouvernement iranien.

2-14 Discours de Perez au Bundestag: l'Iran un 'danger pour le monde'.

3 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

3-1 Appel solennel au gouvernement iranien lui demandant de ne pas appliquer la peine de mort contre ses opposants. 

3-2 Khamenei : L’Iran « ne cédera pas au chantage » des grandes puissances.

3-3 Sébastien Fontenelle : La drone de guerre.

 


2-10 La Chine accuse les USA de mener une guerre en ligne contre l'Iran.

Traduction de l'article original: "China accuses US of online warfare in Iran"

Les Etats-Unis ont eu recours à la « guerre en ligne » pour provoquer les émeutes d’après élections en Iran l'année dernière, a indiqué aujourd'hui le journal du Parti Communiste Chinois.   
 Un éditorial dans le People's Daily a accusé les USA de lancer une « brigade de hackers» et a indiqué qu'ils se seraient servis des réseaux sociaux tels que Twitter pour répandre des rumeurs et pour créer la discorde.
 « Derrière ce que l'Amérique appelle la liberté de parole se cache des arrangements politiques vides. Comment sont survenues les émeutes post élections iranienne ? » demande l'éditorial, signé par Wang Xiaoyang. « Cela s’est produit à cause de la guerre en ligne lancée par l'Amérique, à travers les vidéos YouTube et le microblogging de Twitter, répandant des rumeurs, de fausses divisions, créant et semant la discorde parmi entre les partisans des factions réformistes conservatrices. »  
  Washington avait indiqué lors des émeutes qu'il avait demandé à Twitter, qui avait été adopté par les protestataires anti-gouvernements Iraniens, de rester ouvert.

Plusieurs médias sociaux incluant YouTube, Facebook et Twitter, ont été bloqués en Chine au cours de l’année dernière.  
 L'éditorial a demandé rhétoriquement si l'obscénité ou les activités faisant la promotion du terrorisme seraient autorisés sur Internet aux USA. « Nous craignons qu'aux yeux des politiciens Américains, seules les informations contrôlées par l'Amérique sont des informations libres, seules les nouvelles reconnues par l'Amérique sont des nouvelles libres, seul un discours approuvé par l'Amérique représente la liberté de parole, et seuls les flots d'informations servant les intérêts Américains sont des flots d'information libre, » a-t il ajouté.   
 Il a attaqué la décision de couper les services de messagerie instantanée de Microsoft aux nations soumises à des sanctions des USA, incluant Cuba, l'Iran,
la Syrie, le Soudan et la Corée du Nord, comme violant le désir Américain pour la libre circulation de l'information.

Washington a indiqué plus tard que de tels services ont stimulé la démocratie et ont encouragé leur restauration.   
 Lien de l'article original: http://www.guardian.co.uk/world/2010/jan/24/china-us-iran-online-warfare

http://www.alterinfo.net/La-Chine-accuse-les-USA-de-mener-une-guerre-en-ligne-contre-l-Iran_a41844.html


2-11 Deux diplomates allemands arrêtés lors des manifestations d'Achoura.

Deux diplomates allemands ont été arrêtés lors des manifestations antigouvernementales d'Achoura le 27 décembre à Téhéran, a annoncé mercredi la télévision d'Etat iranienne sur son site internet en citant un "vice-ministre des Renseignements" non identifié.

"Deux diplomates allemands usant de fausses identités aux noms de +Yogi+ et +Ingo+ (sic) ont été arrêtés" durant les manifestations d'Achoura, selon cette source qui n'a pas donné d'autres précisions, notamment sur le sort qui avait été réservé aux deux diplomates.

Interrogée par l'AFP, l'ambassade d'Allemagne à Téhéran s'est refusée à tout commentaire.

Les autorités iraniennes ont accusé à de nombreuses reprises les Etats-Unis, Israël, la Grande-Bretagne et plus récemment des "pays européens" d'orchestrer les manifestations à répétition de l'opposition depuis la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad en juin, mais c'est la première fois que l'Allemagne est nommément mise en cause.

Le chargé d'affaires suédois à Téhéran avait été arrêté le 27 décembre sur les lieux d'une des manifestations, avant d'être libéré après 24 heures de détention et d'interrogatoire, selon des sources concordantes.

Les autorités avaient également annoncé début janvier la libération d'un "ressortissant allemand" arrêté durant les manifestations d'Achoura, sans autre précision.

Ces manifestations, les plus violentes depuis celles ayant suivi la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin.

Un millier de manifestants ont été arrêtés lors de ces troubles, a précisé le "vice-ministre des Renseignements" cité, fournissant pour la première fois un chiffre global des arrestations.

"Le rôle de Yogi et Ingo durant les incidents d'Achoura a été établi", a-t-il affirmé cité par ailleurs par l'agence ISNA.

"Ils portaient les mêmes signes verts (ndlr: couleur de ralliement de l'opposition) que ceux qu'ils avaient donnés à des jeunes (manifestants) en contact avec l'ambassade et qui ont été arrêtés également", a-t-il précisé.

"Nous allons protester par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères auprès de l'ambassade d'Allemagne à Téhéran", a-t-il ajouté toujours selon ISNA.

Il a également accusé l'ambassade d'Allemagne d'avoir organisé un "réseau" de collecte d'informations pour les services de renseignements allemands.

"L'un des réseaux, dont les membres ont été arrêtés, était lié aux services de renseignement allemands et dirigé par des diplomates allemands", a-t-il affirmé.

"Ce réseau était formé de jeunes Iraniens et avait des activités de propagande par l'intermédiaire d'un groupe vert (ndlr: d'opposition), ainsi que des liens avec des sites (internet) et des agents étrangers", a-t-il précisé, selon ISNA.

"Ils étaient en contact avec des diplomates allemands, participant à leurs réunions privées et leurs soirées et échangeant quotidiennement des informations avec eux", a-t-on indiqué de même source.

Le vice-ministre des Renseignements a encore affirmé, selon la même source, qu'il "existe des photos et des films de ces diplomates en compagnie de ces jeunes", et que "l'ambassadeur d'Allemagne doit répondre de ces relations hors normes du personnel de l'ambassade avec des ressortissants iraniens".

27/1

http://www.romandie.com/ats/news/100127130315.xvqxt89i.asp


2-12 Deux diplomates allemands pris en flagrant délit aux émeutes d'Achoura.

Un responsable des services de renseignements iraniens a révélé pour la première fois l'arrestation de deux diplomates allemands à Téhéran, depuis plus d'un mois, lors des émeutes antigouvernementales  d'Achoura le 27 décembre.
Selon la télévision d'Etat iranienne sur son site internet, citant un "vice-ministre des Renseignements" qui gardé l'anonymat, les deux diplomates allemands usaient de fausses identités aux noms de +Yogi+ et +Ingo+ (sic)".
Interrogée par l'AFP, l'ambassade d'Allemagne à Téhéran s'est refusée à tout commentaire.
Depuis l'éclatement des émeutes postélectorales, menées par les candidats perdants pour protester contre la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad, les autorités iraniennes ont soupçonné et accusé une ingérence étrangère dans les affaires internes de l'Iran, voire une participation active occulte à ses mouvements. L'ingérence politique et médiatique, américaine, britannique et française ainsi que celle de certains pays arabes et qui s'est manifestée par un soutien total aux candidats perdants était plus qu'apparente.
Plusieurs diplomates occidentaux ont été trouvés sur les lieux des manifestations, dont le chargé d'affaire suédois arrêté puis relâché le lendemain.
Londres au passé lourd d'ingérences et de coups d'état peaufinés contre l'Iran avait été prise à charge.
Mais c'est la première fois que l'Allemagne est nommément mise en cause.  
"Le rôle de Yogi et Ingo durant les incidents d'Achoura a été établi", a  affirmé a précisé le "vice-ministre des Renseignements" cité par ailleurs par l'agence ISNA.
   "Ils portaient les mêmes signes verts (ndlr: couleur de ralliement de l'opposition) que ceux qu'ils avaient donnés à des jeunes (manifestants) en contact avec l'ambassade et qui ont été arrêtés également", a-t-il précisé.  
"Nous allons protester par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères auprès de l'ambassade d'Allemagne à Téhéran", a-t-il ajouté toujours selon ISNA.  
Le responsable iranien a également accusé l'ambassade d'Allemagne d'avoir organisé un "réseau" de collecte d'informations pour les services de renseignements allemands.
   "L'un des réseaux, dont les membres ont été arrêtés, était lié aux services de renseignement allemands et dirigé par des diplomates allemands", a-t-il affirmé.
"Ce réseau était formé de jeunes Iraniens et avait des activités de propagande par l'intermédiaire d'un groupe vert (ndlr: d'opposition), ainsi que des liens avec des sites (internet) et des agents étrangers", a-t-il précisé, selon ISNA. 
   "Ils étaient en contact avec des diplomates allemands, participant à leurs réunions privées et leurs soirées et échangeant quotidiennement des informations avec eux", a-t-on indiqué de même source.
Le vice-ministre des Renseignements a encore affirmé, selon la même source, qu'il "existe des photos et des films de ces diplomates en compagnie de ces jeunes", et que "l'ambassadeur d'Allemagne doit répondre de ces relations hors normes du personnel de l'ambassade avec des ressortissants iraniens".
Marquées par leur extrême violence qui a couté la vie à 8 personnes sans compter les dizaines de lieux publics saccagés, les émeutes d'Achoura ont alors provoqué des contre manifestations grandioses dans plusieurs grandes villes iraniennes, en soutien au gouvernement et à son président, et en appelant à punir les dirigeants de l'opposition.
Depuis, le mouvement de contestation s'est estompé. Les candidats Mir Hussein Moussaoui puis Mehdi Karroubi ont fini par reconnaître les résultats des élections. Alors que le rôle occulte des services secrets des puissances occidentales dans ces émeutes apparaît de plus en plus. Il permet surtout d'entrevoir un relai entre les différents pays qui œuvrent pour renverser le régime iranien, répugné pour sa politique indépendante et son animosité pour le sionisme.   

27-01

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=121616&language=fr


2-13 Laura-Julie Perreault : Les liens entre le Canada et la CIA irriteraient le gouvernement iranien.

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..

Empoisonnées depuis la mort de la Montréalaise Zahra Kazemi, les relations entre le Canada et l'Iran pourraient-elles s'envenimer davantage?

Certains le craignent depuis la publication d'un livre mettant en lumière la collaboration étroite entre un diplomate canadien et la CIA pendant la prise d'otages de diplomates américains à Téhéran, en 1980.

La sortie du livre, à la fois en français et en anglais, coïncide avec le 30e anniversaire cette semaine d'un des événements marquants de l'histoire diplomatique canadienne et de la saga de la crise iranienne des otages.

Le 27 janvier 1980, grâce au travail de l'ambassadeur canadien à Téhéran, Ken Taylor, six diplomates américains qui avaient échappé à leurs ravisseurs ont quitté l'Iran en utilisant des passeports canadiens. Leurs collègues ont été libérés un an plus tard.

Cette partie de l'histoire était connue: le 29 janvier 1980, le journaliste Jean Pelletier a révélé dans La Presse le rôle que le Canada et Ken Taylor avaient joué. Mais le nouveau livre, écrit par l'historien Robert Wright, professeur à l'Université Trent, en Ontario, met l'accent sur le fait que pendant près de deux mois, le même ambassadeur a été l'homme de confiance des services secrets américains en Iran.

Dans Notre homme à Téhéran, Robert Wright explique que Ken Taylor avait accepté de relayer au gouvernement canadien des renseignements qui seraient ensuite communiqués à la CIA. Il avait notamment le mandat de surveiller le périmètre de l'ambassade américaine, où, pendant 444 jours, des étudiants islamistes ont maintenu en otage 54 diplomates américains.

Il a aussi aidé les autorités américaines à trouver des cachettes pour l'organisation de l'opération de sauvetage Eagle Claw. Le livre révèle qu'un agent de la CIA, appelé Bob, travaillait avec le diplomate canadien.

Malgré ces épisodes dignes d'un roman d'espionnage, Ken Taylor, joint par La Presse hier, refuse de s'autoqualifier «d'espion». «J'étais un diplomate canadien qui répondait à un appel à l'aide. C'était gardé secret et je ne devais surtout pas me faire prendre, mais je continuais en même temps à faire mon travail de diplomate», a-t-il expliqué.

Suspicion à Téhéran

Cependant, des experts de l'Iran sont convaincus que le gouvernement iranien actuel n'entendra pas les choses de la même manière. «Ça fait des années que les autorités iraniennes sont suspicieuses des ambassades et des diplomates. Maintenant, ils vont pouvoir s'exclamer: "On l'avait dit"», croit Houchang Hassan-Yari, professeur au Collège militaire royal du Canada, en rappelant que la CIA a toujours été identifiée par le régime des Ayatollahs comme l'un des pires ennemis de l'Iran.

L'auteur du livre, Robert Wright, doute pour sa part que son livre ait un tel impact. «Je serais très malheureux d'apprendre qu'un livre historique au sujet d'événements qui ont eu lieu il y a 30 ans ait des conséquences à Téhéran», a-t-il dit hier en entrevue alors qu'il s'apprêtait à prendre l'avion pour Washington. L'historien et Ken Taylor doivent assister aujourd'hui à une réception donnée par l'ambassade canadienne pour commémorer les événements de janvier 1980.

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Lawrence Cannon, abondait dans le sens de M. Wright hier. «Nous ne pensons pas que le livre va changer la nature de nos relations bilatérales avec l'Iran. Nous limitons notre engagement avec l'Iran à quatre sujets: le programme nucléaire de l'Iran, le bilan de l'Iran en matière de droits de la personne, le rôle de l'Iran dans la région et le cas de Zahra Kazemi et d'autres cas consulaires», a noté le ministre. Le gouvernement iranien n'a pour sa part pas émis de commentaire pour le moment.

Laura-Julie Perreault

 28/1

http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orient/201001/28/01-943814-les-liens-entre-le-canada-et-la-cia-irriteraient-teheran.php?utm_source=bulletinCBP&utm_medium=email&utm_campaign=retention 


2-14 Discours de Perez au Bundestag: l'Iran un 'danger pour le monde'

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..

On pensait que Perez en avait suffisamment fait lors de ses précédentes déclarations à la veille de son discours au Bundestag.

Les extraits de son discours que vous allez lire sont à proprement parlé hallucinants, tant ils sont aux antipodes de la vérité et tant ils s'appliquent parfaitement à l'État Sioniste.
Perez pense sans doute que plus le mensonge est gros et plus les gens auront du mal à le ramener à la vérité, cad que son discours s'applique surtout pour Israël et en aucun cas pour l'Iran.

Shimon Perez transpose un condensé de ce que les gens pensent en majorité d'Israël et l'applique à l'Iran, voila une manœuvre bien désespérée.
Je vous invite à lire les extraits du discours de Perez au Bundestag en vous remémorant les guerres de Gaza et du Liban et toutes les horreurs et les massacres sur lesquels est né l'Etat d'Israël depuis 1948, vous verrez alors que Perez sait de quoi il parle.
Dernière remarque, l'Allemagne devrait avoir honte d'accueillir un tel criminel jusqu'aux confins de son Bundestag, qui plus est pour les ridiculiser, faisant son discours en Hébreu alors qu'il parle un excellent Anglais et que ce n'est pas lui qui reçoit,
les parlementaires Allemands ont du se sentir bien ridicules à écouter ce discours de pure haine et de mensonge, et qui plus est, de l'applaudir. Et si ce n'est pas le cas, on a honte pour eux.
Traduction de l'article original: "Iran a ‘Danger to World,’ Peres Says on Holocaust Day "
Le Président Israélien, Shimon Peres, a déclaré que l'Iran représente une menace globale et doit être confronté, avertissant dans un discours pour le Jour de
la Mémoire de l'Holocauste que les tragédies peuvent résulter de la « temporisation pour agir ».  
 S'adressant au Parlement Allemand à Berlin aujourd'hui au point culminant d'une visite de trois jours, Peres a parlé de la nécessité d'essayer d'obtenir la paix après l’« inattention du monde » pendant l'Holocauste Nazi de 6 millions de Juifs durant
la Deuxième Guerre Mondiale, parmi eux son grand-père.  
 « Comme nos voisins, nous nous identifions avec les millions d'Iraniens qui se révoltent contre la dictature et la violence », a dit Peres, selon le texte anglais de son discours délivré en Hébreu. « Comme eux nous rejetons un régime fanatique, qui contredit la charte des Nations Unies. Un régime qui menace de la destruction, accompagné de centrales nucléaires et de missiles et qui active la terreur dans son pays et dans d'autres pays ».  
 Peres a appelé hier à des mesures contre le gouvernement du Président Iranien Mahmoud Ahmadinejad, disant dans une conférence de presse commune avec
la Chancelière Angela Merkel que des sanctions économiques sont « le meilleur pari pour l'instant » pour forcer l'Iran à stopper son programme nucléaire.
Merkel a dit qu'elle s'attend à ce que le Conseil de Sécurité de l'ONU délibère plus de sanctions contre l'Iran le mois prochain.  
 « Ce régime est un danger pour le monde entier », a déclaré aujourd'hui Peres sur l'Iran dans
la Chambre du Parlement, le Bundestag, selon un exemplaire tiré à l’avance de son discours envoyé par son bureau à Jérusalem. L'Holocauste doit « servir d'avertissement clair à perpétuité ».  
 « Apportez-leur la justice »  
 Peres a également invité les autorités à poursuivre ceux qui « ont participés à l'activité la plus odieuse sur terre - celle du génocide », toujours vivant en Allemagne, à travers l'Europe et dans le monde entier.  
 « SVP Faites tout pour les apporter devant la justice », a-t-il dit. « Ce n'est pas une vengeance à nos yeux. C'est une leçon éducative ».  
 Peres a félicité l'Allemagne pour l'aide fournie pendant les premiers jours de l'Etat d’Israël. Des Indemnisations qui ont boostées la reprise économique et les équipements de défense d'Israël et ont aidé à assurer sa sécurité, forgeant « des liens uniques » entre les pays, a-t-il dit.  
 « N’ignorez jamais encore les dictateurs sanguinaires, se cachant derrière des masques démagogiques, qui scandent des slogans meurtriers », a dit Peres.
« Les menaces pour annihiler un peuple et une nation sont exprimées dans l'ombre d’armes de destruction de masse, qui sont tenues par des mains irresponsables, par la pensée irrationnelle et dans un langage de mensonges ».
 Lien de l’article original: 
http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601100&sid=aubMxNarvsL4#



3 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..

3-1 Appel solennel au gouvernement iranien lui demandant de ne pas appliquer la peine de mort contre ses opposants. 

A l’attention de Monsieur l’Ambassadeur de l’IRAN à Paris contact@amb-iran.fr

Monsieur l’Ambassadeur,

Vous êtes prié de transmettre cet appel à votre ministre de tutelle, lequel est prié de le transmettre à ses supérieurs hiérarchiques, lesquels sont priés de le transmettre à la haute autorité de l’Etat.

Messieurs les responsables du gouvernement et de l’Etat de la République islamique d’Iran, nous venons d’apprendre que votre gouvernement va appliquer la peine de mort prononcée contre neuf citoyens iraniens pour délit d’opinion, et ce après avoir exécuté deux autres la semaine dernière !

Autant nous apprécions votre soutien à la Résistance en Palestine et au Liban, autant nous apprécions votre alliance avec les pays d’Amérique latine qui tiennent tête à l’impérialisme US comme vous le faites vous-mêmes.

Autant nous soutenons votre combat contre l’impérialisme international, à sa tête cet Etat qui se prend pour le gendarme du monde.

Autant nous apprécions votre détermination à libérer votre pays de toute domination étrangère et refuser tout chantage qui tend à priver votre pays de développer son arsenal nucléaire et son armement. Autant nous réprouvons la peine de mort que votre système judiciaire a déjà prononcé ou prononcera contre les opposants au régime.

Nous pensons que ce n’est pas de cette façon que le gouvernement iranien pourra attirer la sympathie de son peuple et lui prouver la démocratie de son régime.

Et encore moins celle des autres peuples du monde dont une partie importante d’entre eux soutiennent le combat du peuple iranien et de son gouvernement contre l’impérialisme mondial. La majorité des peuples à travers le monde apprécient le refus de votre gouvernement de se laisser faire par les USA et ses alliés qui veulent le mettre à genou comme le sont les cheiks pétrodollar du Golfe qui font honte à leurs peuples.

 Ceci dit, c’est parce que nous souhaitons le bien-être et la stabilité à l’Iran et à son peuple que nous réagissons à cette nouvelle concernant les condamnations à mort dont l’écho a déjà suscité des réactions hostiles au régime. Que les dirigeants iraniens sachent que la peine de mort des opposants est un signe de faiblesse et non pas un signe de force, et ne fait que donner raison à leurs ennemis qui les montres comme des barbares pour justifier leur guerre psychologique déclarée depuis trente ans à l’Iran, et qui pourrait se transformer en une guerre militaire.

En conséquence, nous demandons aux dirigeants iraniens de ne pas donner le prétexte à leurs ennemis pour les montrer comme des barbares en exécutant leurs opposants.

Nous souhaitons qu’ils prouveront au monde que l’Iran est un pays de droit en annulant ces condamnations à mort, voire en abolissant définitivement la peine de mort qui relève d’un autre temps.

Chérif BOUDELAL

Vice-président du Collectif « Paix Comme Palestine » - France

February 02, 2010 10:

Subject: les droidelom aux USA


3-2 Khamenei : L’Iran « ne cédera pas au chantage » des grandes puissances.
La République islamique dévoilera des projets d'armement pour l'anniversaire de la révolution.
L'Iran ne cédera à aucun « chantage », a affirmé hier le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei. « Notre peuple reste déterminé à défendre ses droits et ne reculera pas », a déclaré le numéro un iranien lors d'un discours à Téhéran devant des milliers de partisans. « Nos ennemis internationaux créent des problèmes pour obliger
la République islamique à donner des gages (...) mais nous ne donnerons aucun gage », a-t-il ajouté, dans une allusion implicite aux pressions internationales pour faire renoncer l'Iran à son programme d'enrichissement d'uranium.
Cette réaffirmation de l'intransigeance iranienne intervient à quelques jours de l'expiration, fin janvier, d'un ultimatum fixé par l'Iran aux grandes puissances pour lui livrer, à ses conditions, de l'uranium hautement enrichi pour son réacteur nucléaire de Téhéran. L'Iran a affirmé qu'en cas de refus il produirait lui-même l'uranium enrichi à 20 % dont il dit avoir besoin pour ce réacteur scientifique.
Le groupe des six pays négociant la question nucléaire avec l'Iran (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne) a entamé de son côté la semaine dernière des discussions sur un éventuel renforcement des sanctions internationales contre Téhéran, dont la politique nucléaire a été condamnée en novembre par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
La Chine, alliée de l'Iran, a estimé hier qu'il était encore possible de dialoguer sur le dossier nucléaire iranien. « La priorité actuelle est que toutes les parties concernées prennent en compte l'intérêt général, intensifient les efforts diplomatiques et adoptent plus de flexibilité et de pragmatisme pour faire avancer les négociations », a lancé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ma Zhaoxu. Le Sénat américain pourrait voter, pour sa part, des sanctions contre le régime iranien « dans les prochaines semaines », a indiqué hier le chef de la majorité de
la Chambre haute, Harry Reid.
Par ailleurs, la visite, qui était prévue hier, à Moscou du principal négociateur iranien dans le dossier nucléaire, Saïd Jalili, a été reportée, a annoncé l'agence officielle IRNA. M. Jalili devait rencontrer notamment le président Dmitri Medvedev et le Premier ministre russe Vladimir Poutine, selon les médias iraniens.
Malgré les menaces de sanctions de la communauté internationale, « plusieurs projets de missile et autre armement seront dévoilés durant l'Aube de 10 jours (les journées de la révolution de 1979, du 1er au 11 février) par les forces armées », a déclaré le général Massud Jazayeri, chef d'état-major adjoint des pasdaran, cité par l'agence de presse Mehr. Il n'a donné aucune précision sur le nombre et la nature des projets concernés, indiquant que tous les détails seraient annoncés par le ministre de
la Défense lors des commémorations de la révolution.
Les dirigeants iraniens ont déjà annoncé qu'ils allaient présenter, lors de cet anniversaire, trois nouveaux projets de satellite, dont un apparemment destiné à l'observation militaire.

27/1

http://www.lorientlejour.com/category/Moyen-Orient+et+International/article/645056/Khamenei+%3A_Teheran_%3C%3C+ne_cedera_pas_au_chantage+%3E%3E__des_grandes_puissances.html


3-3   Sébastien Fontenelle :  La drone de guerre.

L’autre jour, je sais plus dans quel jité - je crois que c’était sur France 2 -, y avait ce long reportage sur la nouvelle guerre des airs, qui est si ludique, mâme Dupont, qu’on aimerait avoir la même sur nos Wii.

Ça commençait assez fort, avec un commentaire du genre, nous sommes dans un des endroits les plus secrets du monde (UDELPSDM), aux États-Unis d’Amérique, et ça va vous trouer le cul, mâme Dupont, mais c’est d’ici que sont pilotés les drones qui lancent des missiles sur des talibans, à 11.000 kilomètres de distance - reconnaissez quand même que c’est pas tous les jours que France 2 vous raconte des trucs aussi rares.

Traduction : les communicants de l’US Army, détectant que j’avais le profil type du servile passeur de plats, m’ont proposé de faire de moi un pubard de la tuerie high tech made in USA, et, naturellement, j’ai dit oui, merde alors, trois coups de langue au bas d’un gradé yankee sont pas cher payer pour être admis dans UDELPSDM.

Et donc, ça disait comme ça, en gros, que la guerre est quand même vachement plus jolie en 2010, mâme Dupont, qu’à l’époque heureusement révolue où elle se résumait à l’éviscération de l’occupant britannique par les kilteux de Mel Gibson, puisque sormais, raffinement technologique oblige, t’as le siège sanglé dans un fauteuil à roulettes à Asshole Town (UDELPSDM), t’appuies sur le petit bouton rouge, et bim, ça nique un digène à l’autre bout du monde.

C’est quand même un vrai progrès, ça met le muslim massacre à la portée du geek, plus besoin de s’emmerder avec des entraînements à la con, une simple maîtrise de Call of Duty suffira - et quand t’auras fini ton Dr Pepper, Buddy, ça serait bien que tu m’effaces les Pakis dont voici les coordonnées ; et, s’il te plaît, essaie de faire ça proprement, cette fois-ci, l’autre jour t’as mis des morceaux de bébés partout, c’était franchement limite au niveau des droits de l’homme.

(Naaaaan, Buddy, je rigole : c’est des bougnoules - on les enc***, les droits de l’homme, don’t be a liberal pussy, Buddy.)

Bien sûr, l’envoyé spécial de France 2 dans UDELPSDM ne s’appesantissait qu’assez peu sur les dommages collatéraux de la drone de guerre - si que tu commences à gamberger, tu t’ôtes tout le plaisir du jeu -, de sorte qu’il faut chercher ailleurs les précisions qu’il omettait de trop développer, occupé qu’il devait être à lécher le fondement du major Smith.

Concrètement, le tir sur cible (supposément) pileuse depuis les sous-sols de l’Alabama donne des infos un peu sibyllines, comme, aujourd’hui : « Trois missiles ont frappé un site abritant des talibans tôt samedi matin dans la région de Mohammad Khel, dans la province du Nord-Waziristan frontalière de l’Afghanistan ».

Ou : « Depuis le début de l’année, plus d’une dizaine de frappes attribuées aux forces de la CIA présentes au Pakistan ont été menées dans cette zone tribale, où l’armée américaine vise des combattants talibans ».

Videmment : ces frappes violent quelques très menues dispositions du droit international, relatives, notamment, à la souveraineté des États - et plus généralement au droit des peuples à disposer de leur petit déj sans que des barbouzes US ravagées ne les anéantissent en jurant que ces foutus bâtards étaient des benladistes saturés d’intentions belliqueuses.

(Et puis de toute façon, personne ira vérifier, hein ?

Puisque vos journaleux, quand vient le moment de choisir entre une incursion au Nord-Waziristan et la visite guidée d’UDELPSDM, optent généralement pour la solution 2, où les transferts aéroport-UDELPSDM et la demi-pension sont il est vrai compris.)

Mais bon, comme d’hab, si c’est Uncle Sam qui pratique le terrorisme d’État, c’est plutôt regardé comme une contribution désintéressée à la défense du monde libre : l’autre jour, le chef de l’État français, traité par Laurence Ferrari, n’a d’ailleurs pas manqué de lui rappeler que si qu’on perd l’Afghanistan, le Pakistan tombe, mâme Ferrari, et que si que le Pakistan tombe, le barbu va nous déferler sur avec la ferme et coutumière intention d’emburqer nos filles et nos compagnes, pire que dans un éditorial d’Ivan Rioufol.

(Et me dites pas qu’on vous a déjà fait le coup avec l’Irak, mâme Ferrari : un, c’est pas du tout la même chose - là tout le monde sait que le taliban est aussi à l’aise dans le Pakistan qu’un maire phobique dans l’UMP - et, deux, si vous me broutillez trop longuement les talonnettes, je vais vous demander de révéler le conséquent montant de votre salaire devant des millions de Françai(se)s, alors ta gueule.)

Et bon, a priori, l’aéronef lance-missiles sans (vrai) pilote a vocation à s’universaliser, comme souvent les merveilles de la technologie : en sorte que nous pouvons d’ores et déjà essayer d’imaginer ce qui se passerait si, par exemple, le gouvernement cubain, échaudé par trop d’attentats et pris d’une tardive envie de sécurité sur ses marches occidentales, envoyait quelques drones Hasta La Victoria vaporiser du béret vert à Fort Bragg (ou du néo-nazi cubain à Miami), dans le cadre, non moins (il)légitime au demeurant que celui où s’inscrit la CIA au Nord-Waziristan, d’une guerre préventive contre la terreur ?

À mon avis : France 2 négligerait d’envoyer à La Havane, dans U(autre)DELPSDM, un appliqué JRI chargé de faire de belles nimages de Juan Felipe le gamer et de son joystick - mais bon, je peux me tromper.
Sébastien Fontenelle
http://www.politis.fr/La-Drone-De-Guerre-Don-t-Be-A,9408.html
http://bridge.over-blog.org/article-la-drone-de-guerre--43951158-comments.html#c

http://r-sistons.over-blog.com/article-dossier-guerre-aura-t-elle-lieu-drone-de-guerre-iran-chine-shimon-peres--43971423.html
 Dossier complet sur la guerre, ici :
 http://r-sistons.over-blog.com/article-dossier-guerre-aura-t-elle-lieu-drone-de-guerre-iran-chine-shimon-peres--43971423.html 


3-4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.