Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/02/2010

n° 124 - Journal du Liban - 18-01 au 11-02 - : Suite : - Bruit de bottes au sud du Liban : Israël prépare une guerre contre le Liban.

n° 124 - Journal du Liban -  18-01 au 11-02 - : Suite : - Bruit de bottes au sud du Liban : Israël prépare une guerre contre le Liban.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.


Journal du Liban

n° 124                                               18-01 au 11-02

        C.De broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

3 Politique internationale

a) Pays Arabes & voisins

4 Institutions internationales

5 Autres Pays


3 Politique internationale

a) Pays Arabes & voisins

Iran

Osmose extraordinaire entre le peuple, le gouvernement et la résistance.
L’Iran a exprimé sa satisfaction au sujet de la formation d'un gouvernement d'union nationale au Liban, mettant l'accent sur l'importance de « l'osmose extraordinaire entre le peuple, le gouvernement et la résistance » et affirmant sa détermination à « encadrer tous les mouvements de résistance et de contestation » dans la région pour « faire face aux aventures sionistes soutenues par les Américains ».
Cette position a été transmise aux dirigeants libanais par l'adjoint du président iranien pour les Affaires parlementaires, Mohammad Rida Mir Tajeddine, en visite au Liban pour participer au Forum arabe et international de soutien à la résistance, qui s'est tenu à Beyrouth et qui a clôturé ses travaux hier en fin de journée.
Au cours de son entretien avec le chef de l'État, M. Tajeddine a félicité le président Sleiman pour la formation du gouvernement d'union et pour l'entrée du Liban au Conseil de sécurité de l'ONU, soulignant que le président et les dirigeants iraniens « apprécient l'action entreprise par le président Sleiman en vue de consolider le front interne et le climat d'entente » au Liban.

De son côté, le chef de l'État a souligné que le Liban coordonnera son action au sein du Conseil de sécurité avec l'Iran.
À l'issue de la réunion, M. Mir Tajeddine a réitéré que les dirigeants iraniens ont accueilli avec satisfaction « le climat d'entente et l'atmosphère positive qui règnent au Liban et qui ont abouti à la formation d'un gouvernement d'union nationale ». « Nous estimons que l'extraordinaire osmose entre le peuple, le gouvernement et la résistance est susceptible d'ouvrir des pages glorieuses pour le Liban à l'avenir », a déclaré M. Tajeddine.
Et d'ajouter : « Je voudrais dans ce cadre réaffirmer les principes fondamentaux et constants de la politique étrangère de la République islamique iranienne qui est basée sur le soutien à la sécurité et la stabilité des pays de la région ainsi que sur l'appui et l'encadrement de tous les mouvements de résistance et de contestation face aux ennemis de la nation arabe et de la nation islamique. » « Nous insistons constamment sur l'union et la solidarité entre les pays et les peuples de cette région », a déclaré M. Tajeddine, affirmant qu'il s'agit là de la meilleure voie possible pour « affronter les aventures sionistes, soutenues par les Américains ».

18 janvier 2010

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/64403... 

 

L'Iran est fier de soutenir le Hezbollah.  

Le président du parlement iranien a souligné que l'Iran était fier de soutenir le Hezbollah et le Hamas. Ali Larijani, qui parlait, hier, à la Conférence internationale "Gaza, symbole de la résistance " tenue au jour anniversaire de la fin de l'offensive de 22 jours d'Israël contre la Bande de Gaza, a estimé que la seule voie qui s’offre au peuple palestinien est la résistance, avant de réitérer que les pays qui ont observé un silence de mort au cours de cette guerre ou même aidé le régime sioniste, devaient avoir honte.

Tout en évoquant les événements de cette guerre et ses impacts sur les équations régionales, Larijani a ajouté qu'Israël ne respectait aucune loi internationale et qu’en jouissant des soutiens de certains pays, il avait même utilisé des armes destructrices et prohibées, de sorte que le juge juif sud-africain, Richard Goldstone, a dû faire un compte rendu de ces crimes, dans son rapport.

Larijani a fait allusion au silence des pays arabes, face aux crimes des Sionistes, à Gaza, en disant que, malheureusement, certains pays de la région n'ont pas encore compris qu'avec l'échec du régime usurpateur, le sort de la région changera.

Evoquant les vastes dommages infligés au peuple sans défense de Gaza, au cours de la dite guerre, Larijani a indiqué: « Les pays de la région doivent apporter une aide de 5 milliards de dollars, mais, lors de ma récente visite en Egypte, j'ai constaté qu'aucune aide n'avait été encore envoyée. » Le président du Majlis islamique d’Iran a rappelé les démarches du parlement iranien, lors de la réunion interparlementaire islamique, en Turquie, avant d'ajouter: « Nous avons déployé tous nos efforts pour faire entendre le cri de l'injustice dont les Palestiniens ont été les victimes. »

En évoquant les plans de compromis mis en avant et qui n’ont donné aucun résultat tangible de ces dernières années, Ali Larijani a précisé que leur seul objectif était d’occuper les arabes de manière à ce qu'ils négligent la question palestinienne. Larijani a ajouté: « Les Etats-Unis et Israël n'ont aucunement l’intention d'accorder au peuple palestinien le moindre accessit et les leaders iraniens l’ont, à maintes reprises, souligné, depuis l’avènement de la Révolution islamique. »

Faisant allusion au fait que les opinions publiques mondiales sont au courant des crimes du régime de Tel-Aviv, à Gaza, Larijani a martelé qu'aujourd'hui la situation se prêtait plus que jamais à la comparution devant la justice des dirigeants sionistes.

A la conférence Gaza, symbole de la résistance, nombre de personnalités iraniennes et étrangères, de même le corps de la direction de l'Association pour la défense du peuple palestinien étaient présents.

20/01

http://french.irib.ir/


Palestine

Le Hamas n’a pas de postes militaires au Liban.
Le ministre de l'Information, Tarek Mitri, a reçu hier une délégation du Hamas, composée du responsable politique du mouvement au Liban, Ali Baraké, ainsi que de son attaché à l'information, Raafat Marra, avec qui il a passé en revue les relations libano-palestiniens, ainsi que des questions intéressant les Libanais et les Palestiniens.

Le responsable politique du Hamas, Ali Baraké, a affirmé que son mouvement n'a pas de postes militaires au Liban et que son action se limite aux domaines politique, social et médiatique.
Au cours de l'entretien, M. Mitri a évoqué l'attentat contre le bureau du Hamas à Haret Hreik, réaffirmant à ce sujet la position du Conseil des ministres qui avait mis l'accent sur le fait que les services de sécurité feront tout pour faire la lumière sur cette affaire. Dans sa déclaration à la presse, le ministre a affirmé avoir également discuté avec ses hôtes de la réconciliation interpalestinienne, faisant état d'un progrès à ce niveau.
Concernant les relations libano-palestiniennes, M. Mitri s'est référé au texte et à l'esprit de la Constitution et de la déclaration ministérielle pour mettre l'accent sur l'unanimité libanaise autour du rejet de l'implantation des réfugiés palestiniens, ainsi que sur l'engagement libanais à régler les problèmes sociaux auxquels ces derniers sont confrontés et à respecter leurs droits humanitaires.
Interrogé au sujet des mesures de sécurité auxquels les Libanais, entre autres, seront soumis dans les aéroports américains, le ministre a réaffirmé les inquiétudes libanaises à ce sujet, rappelant que Beyrouth a demandé à son ambassadeur à Washington de protester auprès de l'administration américaine. « Ce genre de mesure institue une discrimination inacceptable, aux plans éthique et juridique, sur base de la nationalité, et accentue le racisme, notamment à l'égard des Libanais
», a-t-il insisté.
De son côté, M. Baraké a indiqué, en réponse à une question, que le Hamas coopère avec les autorités judiciaires et est soucieux de connaître les auteurs de l'attentat de Haret Hreik. Il a ensuite insisté sur le fait que son mouvement « n'a pas de postes militaires au Liban et que son action dans le pays se limite aux domaines politique, social et médiatique ».
Il a par ailleurs plaidé en faveur d'une position arabe unifiée contre le siège israélien imposé à Gaza, avant d'indiquer qu'il a informé son hôte de l'évolution de la réconciliation interpalestinienne et de souligner l'attachement du Hamas à œuvrer pour garantir son succès. Il a aussi mis l'accent sur la nécessité d'un parrainage arabe de cette réconciliation.
Le responsable du Hamas a ensuite repris à son compte les propos de M. Mitri au sujet des réfugiés palestiniens, affirmant que leur présence au Liban est provisoire. « Nous sommes soucieux, a-t-il ajouté, de régler le dossier palestinien au Liban à tous les niveaux, politique, social, juridique et de sécurité. Nous voulons aussi les meilleures relations avec le Liban. Aussi, avons-nous assuré le ministre que le Hamas n'a pas modifié sa politique et qu'il reste attaché à la sécurité et à la stabilité des camps ainsi qu'à la paix civile au Liban. »

9 janvier 2010
http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/643095/Le_Hamas_n%27a_pas_de_postes_militaires_au_Liban%2C_insiste_Barake.html


Syrie

Assad à Berry : Nous sommes totalement à vos côtés en cas d’agression israélienne.
Le président du Parlement, Nabih Berry, a effectué hier une visite surprise à Damas, où il a été reçu durant deux heures par le président syrien Bachar el-Assad. Au cours de cette longue réunion, M. Assad, qui s'était auparavant entretenu au téléphone avec le Premier ministre Saad Hariri, a évoqué avec insistance le soutien syrien « au Liban, à ses institutions et au processus de stabilité, ainsi qu'à tout ce qui renforce l'unité interne libanaise ». Il a assuré que ce soutien « sera total dans tous les domaines » et a rendu hommage aux prises de position favorables à la solidarité libano-syrienne et au rétablissement de « relations spéciales ».
Pour sa part, M. Berry a remercié le président syrien pour le rôle de son pays dans le rétablissement de l'entente interne au Liban, qui a mené à la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Il l'a également remercié de son soutien « au Liban, à son peuple et à sa résistance, face aux menaces israéliennes », rendant hommage au « souci syrien concernant l'entente entre les Libanais et le développement des relations dans les divers domaines officiels et populaires ».
L'agence syrienne SANA a indiqué, de son côté, que « l'entretien a porté sur les derniers développements sur la scène libanaise et sur les développements positifs dans les relations libano-syriennes ».

L'agence a ajouté que la discussion s'est concentrée aussi sur « les menaces israéliennes incessantes contre les pays de la région et sur l'extrémisme israélien qui tente d'anéantir les chances de paix en multipliant les guerres ».

Selon SANA, le président syrien a réaffirmé « le soutien syrien au Liban, à son gouvernement et à son peuple, en cas d'agression israélienne sur son sol ».
6/2

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/646421/Assad_a_Berry+%3A_Nous_sommes_totalement_a_vos_cotes_en_cas_d%27agression_israelienne.html



b) Usa (le parrain)

2 Processus de paix ...

Les USA vont entreposer pour 800 millions de dollars de munition en Israël

Les États-Unis vont doubler leurs stocks de munitions en Israël, en 2010, à la suite d’un accord signé le mois dernier et révélé par l’hebdomadaire Defense News dans son édition du 11 janvier 2009.

Les États-Unis subventionnent déjà les forces armées israéliennes à hauteur d’environ 2,5 milliards de dollars annuels. Le stock de munitions US, dans lequel Israël est autorisé à puiser sans limites en cas de besoin, atteindra une valeur supplémentaire de 800 millions de dollars.

Les États-Unis disposent de quatre arsenaux en Israël, auxquels s’ajoutent des bases aériennes et marines.

Techniquement, les bases et munitions US en Israël sont rattachées à l’European Command (UsEuCom) et non pas au Central Command (CentCom), Israël étant considéré comme une colonie européenne au Proche-Orient et non pas comme un État intégré dans cette région. L’European Command est dirigé par l’amiral James Stavidris, lequel est également le suprême commandeur de l’OTAN.

http://www.voltairenet.org:80/article163540.html


3 Des Canons ... pas du beurre

Mitchell reconnaît que sa mission est « difficile et compliquée »
Diplomatie

Le deuxième et dernier volet de l'offensive diplomatique US envers le Liban a démarré hier avec George Mitchell, quelque 48 heures après l'escale beyrouthine de James Jones, le conseiller à la Sécurité nationale de Barack Obama.
L'envoyé spécial américain pour le Proche-Orient, George Mitchell, est arrivé hier en début de soirée au Liban dans le cadre d'une tournée qui le mènera ensuite en Syrie, en Israël et en Cisjordanie.
Le diplomate US s'est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, Ali Chami, lui rappelant que le but de sa tournée est de redynamiser l'opération de paix et de promouvoir la vision du président américain Barack Obama au Proche-Orient.

George Mitchell n'a pas caché que de nombreuses difficultés l'attendent au cours de ce déplacement, mais que cela « ne l'empêchera pas » de mener sa mission résolument compliquée et complexe « jusqu'au bout ».
L'émissaire américain a été clair : il s'agira pour lui de décupler d'efforts pour relancer les négociations avec Israël sur les axes palestinien, syrien et libanais.
Il a justement révélé avoir insisté pour que sa tournée proche-orientale englobe le Liban alors que la dernière visite du président Michel Sleiman à Washington ne remonte pas à bien loin, parce qu'il entend véritablement inscrire le pays du Cèdre au cœur de cette dynamique qu'il entend réinitier.
De son côté, Ali Chami a remis l'accent sur les points défendus par le chef de l'État au cours de son déplacement américain, à savoir que la priorité va au retrait des forces israéliennes des parcelles du territoire libanais qu'il occupe encore et ce, par tous les moyens légaux mis à la disposition du Liban : « Armée, Résistance et peuple ».
Il a également insisté sur le refus de l'implantation et la nécessité d'un retrait israélien suivant la ligne définie par l'accord d'armistice de 1949 « avant toutes négociations ». Ali Chami a martelé en outre la nécessité pour les États-Unis de faire pression sur Israël afin qu'il respecte l'application des résolutions onusiennes et notamment la 1701.
Le chef de la diplomatie a ensuite évoqué les mesures adoptées par les autorités américaines à l'encontre d'une série de ressortissants étrangers, exigeant qu'elles soient annulées pour les Libanais. « Nous comprenons les craintes américaines relatives au terrorisme, mais il ne faut pas pour cela que les droits de l'homme soient bafoués », a estimé M. Chami, martelant que le Liban a beaucoup sacrifié dans sa lutte contre le terrorisme et rappelant à son interlocuteur à quel point la liberté d'expression est sacralisée ici, en allusion à la décision US de censurer des programmes émis par des médias libanais par satellites et diffusés aux États-Unis.
http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/644308/De_Beyrouth%2C_Mitchell_reconnait_que_sa_mission_est_%3C%3C+difficile_et_compliquee+%3E%3E.html



c) Europe

1 France

Masbougi : Paris dotera le Liban de tout matériel militaire qu’il demandera, sans conditions ni restrictions.

Sarkozy l’a clairement affirmé hier à Hariri

Au terme de la visite officielle en France du Premier ministre Saad Hariri, on pouvait affirmer hier que les plus hautes instances françaises ont confirmé et cautionné tout ce qui a été convenu et signé lors des entretiens franco-libanais au niveau des chefs du gouvernement et des ministres des deux pays.
Outre les accords dont nous avions fait état dans notre édition d'hier, on constate également que la France, de la bouche du président Sarkozy, a donné à son hôte libanais, l'assurance que la France dotera le Liban de tout matériel militaire ou armement dont il a besoin pour assurer sa défense, sans aucune restriction, ce qui a été perçu par nombre d'observateurs comme étant l'expression d'un soutien plus ferme au pays du Cèdre.

Et comme pour confirmer dans la pratique ces propos présidentiels, on a appris de source bien informée que la France entend dès à présent passer à l'acte grâce à la proposition d'une société française (Aérotech) de remettre en état les 13 hélicoptères Gazelle dont dispose le Liban, dans le cadre d'un contrat d'une valeur de 20 millions d'euros. Le gouvernement libanais devrait donner suite à cette proposition dans les prochaines semaines.
Également au plan militaire, la France s'est engagée à équiper et à armer ces hélicoptères conformément aux requêtes des Libanais, tout comme elle dotera les 13 hélicoptères Puma livrés par les Émirats arabes unis de tout le matériel et l'armement nécessaires en assurant en même temps la formation des pilotes libanais. Le tout s'accompagnant d'un renouvellement et d'un renforcement des accords libano-français en vigueur sur l'entretien du matériel militaire libanais et la formation du personnel de l'armée et des FSI.
M. Saad Hariri a confirmé cet engagement français tant dans ses déclarations après son déjeuner de travail à l'Élysée que lors de la conférence de presse donnée dans l'après-midi devant les journalistes arabes et libanais.

Élie Masbougi

23/01

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/644727/Paris_dotera_le_Liban_de_tout_materiel_militaire_qu%27il_demandera%2C_sans_conditions_ni_restrictions.html

 

La France refuse de livrer des missiles anti aériens au Liban.

Face aux survols répétés de son espace aérien par les appareils de reconnaissance israéliens, l’armée libanaise est en quête de missiles anti aériens. « Beyrouth en a réclamé aux Américains, aux Français et aux Russes, mais personne n’accepte de lui en fournir », affirme un expert militaire français, familier du Liban.  
Selon la source, les Israéliens s’y opposent farouchement.

Ces missiles permettraient, en effet, d’atteindre à haute altitude (trois à cinq mille mètres) les avions de Tsahal, qui font du repérage d’objectifs au-dessus du sud-Liban, en violation des résolutions de l’ONU. Beyrouth, depuis des années, dénonce ces violations.   
 L’an dernier, l'entité sioniste s’est plainte auprès des Français que des appareils d’écoute téléphonique livrés aux Forces de sécurité intérieure libanaise se soient finalement retrouvés entre de « mauvaises mains », faisant allusion au Hezbollah. 
 Ces matériels avaient servi à démasquer des réseaux d’espions libanais pro-israéliens au pays du Cèdre, et ce juste avant les élections législatives de juin dernier.

28/1
Source: Le Figaro

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=121528&language=fr

 

Élie Masbougi : six accords franco-libanais.

Au plan économique et social, et après les six accords franco-libanais signés jeudi le soutien français s'est encore une fois exprimé lors d'une rencontre entre M. Hariri et plus de deux cents chefs d'entreprise français.
Le chef du gouvernement a brossé un tableau de la situation au Liban, soulignant qu'avec un taux de croissance de 7 pour cent, le pays offre de bonnes opportunités d'investissements et un climat propice aux entreprises françaises et aux investisseurs ainsi qu'un climat favorable pour investir dans des secteurs vitaux tels que les télécommunications, l'énergie, les transports ferroviaires et maritimes ainsi que dans d'autres domaines où l'expérience et le savoir-faire français sont connus et reconnus.
Un soutien sans faille et sans conditions
M. Hariri a dressé une sorte de bilan de sa visite, la qualifiant d'extrêmement importante et affirmant qu'il rentre au Liban avec l'assurance d'un soutien français sans faille et sans conditions. Il a ajouté que même à l'échelon des relations libano-syriennes et des relations du Liban avec le monde arabe, la France sera toujours aux côtés du Liban pour qu'il reprenne son essor et son rôle dans la région.

Et la France essaiera d'entraîner d'autres pays européens dans son sillage pour parvenir à une position européenne commune de soutien et d'aide au Liban
Du côté français, le même son de cloche a été perçu et les milieux politiques français, toutes tendances confondues, ont approuvé la position officielle française considérant que le Liban, grand ami de la France, doit être aidé dans tous les domaines.

Élie Masbougi

23/01

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/644727/Paris_dotera_le_Liban_de_tout_materiel_militaire_qu%27il_demandera%2C_sans_conditions_ni_restrictions.html

 

Élie Masbougi : Une conférence de paix sur le Moyen-Orient à Paris ?

Sur le plan politique et toujours dans le cadre des entretiens Sarkozy-Hariri, on apprenait que le chef de l'État français a proposé qu'une conférence de paix sur le Moyen-Orient se tienne à Paris pour sortir de l'impasse actuelle et relancer les efforts de paix dans la région. Un porte-parole de l'Élysée a indiqué à cet égard que la forme et l'ordre du jour de cette conférence n'ont pas encore été fixés et que, comme pour répondre aux inquiétudes formulées par M. Hariri face aux menaces israéliennes contre le Liban et aux violations par Israël de la résolution 1701 du Conseil de sécurité, le chef de l'État français a déclaré au cours de la réunion que tous les pays de la région doivent respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale du Liban. Le porte-parole a ajouté que M. Sarkozy a souligné que Paris veillera à ce qu'il en soit ainsi.

Élie Masbougi

23/01

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/644727/Paris_dotera_le_Liban_de_tout_materiel_militaire_qu%27il_demandera%2C_sans_conditions_ni_restrictions.html


Les commentaires sont fermés.