Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/02/2010

n°125 - Dossier du Liban - 11-02 : -Fin - : Hariri : "Nous nous battrons aux côtés du Hezbollah !"

n°125 - Dossier du Liban - 11-02 : -Fin  - : Hariri : "Nous nous battrons aux côtés du Hezbollah !"


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



dossiers du liban n°125 du 11-02

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

3 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

3-1 Recrudescence des guerres impérialistes contre la plupart des habitants de la Planète.

3-2 Sayed Nasrallah met en garde contre les tentatives de discorde entre les peuples de la région et les Libanais.

3-3 Charles Saint-Prot : La secte évangéliste et le jeu des Etats-Unis dans le monde arabe. 

4 Annexe

4-1 L’image de cette résistance légendaire d’un peuple abandonné.

 



3 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information

3-1 Recrudescence des guerres impérialistes contre la plupart des habitants de la Planète.

Extrait

Le début de l’année 2010 enregistre des régressions socio économiques très graves ainsi que la recrudescence des guerres impérialistes contre la plupart des habitants de la Planète :

•La crise capitaliste, qui a explosé après plus de dix ans de problèmes, va augmentant. La menace de nouvelles catastrophes, plus virulentes que les précédentes, pèse sur le monde tout entier.

•Les nouvelles guerres colonialistes s’étendent à tout le Sud de la Planète, rappelant la période allant de la fin du XIX° siècle jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale (au milieu du XX° siècle), c’est-à-dire la période de la distribution des parts du « marché mondial » entre les grandes puissances et, surtout, la mainmise de ces puissances sur les sources d’énergie et de richesses que recèle le terre.

•Cette crise et ces guerres sont très visibles dans la région arabe, dans ses deux parties orientale et occidentale, tant par la situation en Palestine qu’au Liban ou, encore, en Irak et, nouvellement, au Yémen et au Soudan.

 

I.La crise capitaliste

 

A.Les Etats-Unis

La plupart des rapports et des analyses parus au début de 2010 s’accordent pour dire que les résultats de la première année de l’administration du nouveau président étasunien Barak Obama fut, pour tous ceux qui l’avaient appuyé et s’étaient enthousiasmé de sa venue au pouvoir, une déception générale et sur tous les plans. En effet, il est très vite apparu la grande différence entre les promesses tenues par le candidat à la présidence et les politiques entreprises par Obama en tant que président des Etats-Unis, et qui ne manquent pas de rappeler son prédécesseur George W. Bush ; faits attendus, vu que ce n’est, généralement, pas le président qui peut, à lui seul, prendre les grandes décisions, surtout en matière de politique économique.

- Ces rapports économiques, tant officiels que privés, mettent en avant des changements dangereux dans deux indices importants :

     Le premier est l’indice des saisies immobilières qui se sont élevées à 3 millions ; les Etats de la Floride, de l’Arizona, de la Californie et du Nevada venant au premier rang.

De plus, il est noté que plus d’un million de jeunes, qui avaient acheté un appartement durant la seconde moitié de l’an 2009 ou qui ont besoin d’un appartement, vont, soit céder leur logement, soit s’abstenir d’en avoir un, à cause de l’exacerbation de la crise et de ses répercussions sociales prévues.

     Le second, le plus important, a rapport avec la crise de l’emploi.

Le chômage croît à vue d’œil. Le rapport du « Bureau de statistique sur l’emploi » a noté une réelle augmentation du chômage déclaré et camouflé dont le taux est devenu 16,9% de l’ensemble de la population active ; il se répartit comme suit : 14,7 millions de chômeurs qui n’ont aucune possibilité de trouver du travail (9,8% de la population active) ; 9 millions qui ont un travail partiel ; 2,3 millions ont un travail intermittent dont le revenu est très loin d’être

 Suffisant.

-En plus de ces indices, qui avaient constitué les détonateurs de la crise économique, il est nécessaire d’attirer l’attention sur deux autres points :

      •Le premier, et malgré des déclarations très « rigoureuses », l’administration de Barak Obama continue à accorder une aide financière importante aux banques, dont, dernièrement, un prêt de 90 milliards de dollars.

      •Le second réside dans la poursuite de l’escalade des dépenses militaires, à commencer par les nouvelles bases en Amérique latine, en passant par les nouvelles intervention militaires, tant au Yémen qu’à Haïti (sous prétexte d’apporter aide et assistance au peuple haïtien sinistré) ou au Soudan, pour aboutir à l’escalade en Afghanistan où de nouvelles troupes sont envoyées (30 mille), renforcées par un budget illimité aux opérations de la CIA, parmi lesquelles des assassinats menés à partir de drones très performants nouvellement créés.

Tous ces aspects réunis montrent que la nouvelle administration aux Etats-Unis poursuit les politiques néolibérales sauvages. Elle va dans le sens d’imposer des tendances économiques et militaires nouvelles aux alliés de Washington, dont : des aides imposées aux pays arabes pétroliers, la baisse du prix du dollar et des intérêts sur le dollar, les nouvelles guerres qui feraient travailler les usines d’armes et permettraient aux sociétés transnationales d’asseoir leur mainmise sur le monde.

 

II.La situation arabe

Le monde arabe et la région moyen-orientale sont considérés comme zones principales pour l’exécution des directives étasuniennes dans les domaines économiques et militaires.

Pour asseoir leur mainmise sur la région arabe, les Etats-Unis ont recours à la politique dite « de la carotte et du bâton », fixant leurs priorités à court terme et selon leurs intérêts tactiques. Voilà pourquoi Washington, tout en poussant vers l’escalade militaire sur le front du Yémen, de « La corne africaine » et du Soudan, a eu recours à calmer la situation  sur le front syrien et libanais, d’abord, en aidant à la réconciliation entre l’Arabie saoudite et la Syrie, en acceptant le rapprochement syrien avec la Turquie et, ensuite, en déclarant, par la voix de leur envoyé spécial au Moyen Orient, Georges Mitchell,  que la « Syrie a un important rôle à jouer » dans le projet étasunien visant à normaliser les relations entre Israël et les pays arabes.

 

III.La situation au Liban

Nous avions déjà précisé que le Liban se trouve, momentanément, dans une zone de non-conflit par rapport à la stratégie des Etats-Unis ; cependant, cette situation est très fragile et peut changer à tout instant si Washington ou Tel Aviv trouvent le besoin de faire pression sur l’Iran ou sur la Syrie pour les emmener à accepter certains aspects de la solution préconisée pour la Palestine. C’est dans ce sens que nous devrions comprendre les menaces lancées par Netanyahu et les nouvelles manœuvres qu’Israël prépare sur nos frontières.

Le gouvernement libanais, quant à lui, profite de cette accalmie pour renforcer, généralement, sa mainmise sur l’économie et la situation sociale.. Pendant ce temps, chacune des différentes parties de l’alliance bourgeoise au pouvoir tente d’agrandir sa part au  sein du régime, tant à travers le retour aux projets de privatisations préconisés durant la troisième conférence de Paris que par le biais de nouveaux projets économiques liant plus encore le Liban à la politique du Fonds monétaire international. Nous nous contenterons de citer, en plus de la diminution des retraites toujours pris comme exemple, le projet dit de « la couverture sociale » qui constitue, en fait, une tentative nouvelle pour liquider la Caisse nationale de sécurité sociale. Sans oublier, non plus, le projet qui se prépare sur le plan des anciens loyers.

En dehors de ces projets, le nouveau gouvernement n’a présenté que des solutions partielles pour résoudre le problème des coupures du courant électrique comme pour le déficit du budget… par contre, les coupures du courant augmentent et les impôts indirects sur les carburants ont augmenté vingt fois en un an, entre 2008 et 2009, puisque les rentrées sont passées de 44,8 milliards de livres libanaises (2008) à 925,4 milliards (2009). Ajoutons à tout cela que la dette publique continue à augmenter ainsi que les intérêts exorbitants que l’Etat paie aux banques et qui vont dans quelques poches bien choisies.

D’un autre côté, le chômage poursuit sa montée, surtout parmi les jeunes et les nouveaux venus sur le marché du travail qui ne trouvent pas où se placer, y compris dans les pays arabes pétroliers très touchés par la crise du capitalisme. Et les régions libanaises, en dehors de la capitale et d’une ceinture environnante de 200 km carrés, vivent de plus en plus pauvrement.

Sur le plan de l’administration, on note la présence de 20 000 postes vacants ; cependant, les parties au pouvoir se déchirent pour augmenter leurs parts dans ce gâteau : ce qui remet aux calendes grecques l’étude de la fonction publique. Pendant ce temps, certains postes sont remplis en ayant recours à des moyens détournés.

Enfin, sur le plan politique, des tentatives visent à supprimer la décision prise par l’ancien parlement sur le vote à 18 ans aux élections législatives prévues pour le mois de juin ( ?). D’ailleurs, le nouveau projet, présenté par le ministère de l’intérieur, ne prévoit ni la suppression de la mainmise de ce ministère sur les municipalités ni la suppression de la dépendance de ces municipalités vis-à-vis du ministère des finances. En même temps, des batailles rangées se font autour de la formation de la haute commission pour supprimer le confessionnalisme en politique.

 

IV.Les positions du PCL et son programme de lutte

Le Parti Communiste libanais trouve qu’il est indispensable de faire face aux tentatives du gouvernement de mettre à profit la réconciliation entre l’Arabie saoudite et la Syrie, le calme précaire qui règne dans les régions frontalières Sud, mais, surtout, la faiblesse du mouvement syndical (divisé par les dissensions confessionnelles) pour faire passer des projets déjà refusés par le mouvement populaire.

A partir de cet état de fait, les Communistes, syndicalistes ouvriers ou enseignants, ou, aussi, étudiants, ont mis au point un programme qui sera présenté dans les différents secteurs dans lesquels ils sont actifs. Ils visent, à partir de ce programme, à regrouper les comités syndicaux, les secteurs des métiers libéraux et ce qui reste des comités de locataires, à organiser des débats dans les corps des métiers et dans les régions, ainsi qu’une manifestation d’ouvriers et de salariés (début mars) pour défendre les droits des masses populaires qui sont en prise avec une situation très critique, pouvant détruire ce qui leur reste de dignité.

Les mots d’ordre essentiels seront ceux de son votés lors du X° Congrès, en plus de ceux décidés en commun avec les partis communistes et ouvriers durant la tenue du Congrès extraordinaire de Damas et du XI° Congrès à New Delhi.

Les priorités seront :

A) Sur le plan politique libanais régional et international:

1. La lutte pour une nouvelle loi municipale et le vote à 18 ans.

2. L’opposition, par la résistance, à toute tentative d’agression nouvelle de la part d’Israël.

3. La mise au point d’un plan d’action contre la poursuite de l’agression israélienne à Gaza et dans les autres régions palestiniennes ainsi que contre la construction,par l’Egypte, du « Mur de la honte3.

4. L’organisation d’une campagne nationale contre l’agressivité des Etats-Unis et de l’OTAN dans la région arabe et contre la présence des bases militaires dans la Méditerranée et le monde.

B) Sur le plan socio-économique :

1. Organiser une campagne contre la nouvelle loi sur les loyers qui aura pour effet de mettre plus de 100 mille familles dans la rue.

2. La majoration des salaires minimum et des allocations familiales.

3. Poursuivre la campagne déjà commencée en novembre contre les impôts indirects et les tentatives de liquider la sécurité sociale et médicale au profit des sociétés d’assurance.

Le Comité des relations internationales

Parti Communiste libanais

25 janvier 2006


3-2 Sayed Nasrallah met en garde contre les tentatives de discorde entre les peuples de la région et les Libanais.

Le Secrétaire général du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah a mis en garde les peuples de la région et les Libanais en particulier contre les tentatives de certaines parties de vouloir semer la discorde et la zizanie entre eux, pour les amener à s’entretuer.

Car l’essentiel pour ces parties, est de « ne s’en prendre ni à Israël ni aux Américains ».

Sayyed Hassan Nasrallah a affirmé que le Liban vient d’échapper à l’une de ces tentatives, suite à l’enlèvement orchestré d’un cheikh sunnite au nord du Liban et qui avait pour but de faire éclater un conflit sectaire au pays.

Sayed Nasrallah a également dénoncé les parties takfiries qui abjurent les Musulmans et s’attaquent entre autre aux convois des pèlerins du mausolée de l’Imam Hussein en Irak, demandant aux ulémas musulmans de les dénoncer et de se démarquer d’eux.

Estimant qu’ils offrent le grand service à l’ennemi de la nation.

Voici le texte de la partie politique du discours prononcé par le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah:

Vous savez que nous sommes confrontés à des malheurs de toutes sortes, dont le plus grave est la présence de ce cancer dans le corps de la nation qui est « Israël », ainsi que la mainmise du Grand Satan (en allusion aux États-Unis) sur nos pays, nos peuples, nos ressources, sur bon nombre de nos gouvernements et nos systèmes, sur nos médias, nos écoles et nos institutions.

Ce sont ces deux plus grandes calamités qui sont derrière tous nos malheurs, dont le fléau des guerres et des sièges qui nous sont infligés, sans compter tous ceux qui sont tués, emprisonnés, blessés, et ceux dont les maisons ont été détruites, sans oublier les séquelles sur la santé psychologique et physique de la plupart des peuples de cette région. Parfois nous sommes confrontés à des désastres sociaux, économiques ou naturels ou autres. Raison pour laquelle nous devons nous fortifier par la culture de nos prophètes, nos messagers et nos imams, par la patience de notre dame Zaynab (s), afin que nous en puisions l’exemple à suivre pour affronter les défis et les malheurs. Il y va de notre devoir; Dieu merci que nos gens sont ainsi.

Après la guerre de Juillet, de nombreux instituts de sondage et de centres de recherche traitant des aspects psychologique, éducatif et social sont venus de leur propre gré, ou incités par leurs gouvernements, peut-être par les services de renseignements de leurs pays pour étudier les effets psychologiques de cette guerre sur les gens, et en particulier sur cette catégorie qui a été particulièrement la cible de cette offensive, ceux dont les proches ont été tués, dont les maisons ont été détruites, dont les moyens de subsistance ont été saccagés, ceux qui ont été déplacés hors de leurs domiciles pendant 34 jours.

La guerre est quelque chose de très cruel et très douloureux. En fin de compte, nos gens sont des êtres humains, il est naturel qu’ils subissent ses séquelles à l’instar de tous les peuples du monde.

J’ai consulté les résultats de certaines de ces études; certaines d’entre elles déclarent avoir été surprises par les résultats. Généralement, il est normal que la guerre garde des séquelles psychologique, affective, et humaine (sur les survivants). Nombreux sont ceux qui, après une guerre, font des dépressions, sombrent dans le désespoir et la frustration ou souffrent de détérioration mentale et physique. …

Or, les auteurs des études ont dit être surpris et étonnés par les résultats des études, car ils ont constaté que la grande majeure partie de ceux qui étaient la cible de la guerre n’en ont pas gardé les séquelles psychologiques probables en temps de guerre.

Ils ont effectué une analyse, à partir des réactions recueillies par les parents des martyrs, de leurs pères, mères épouses ou enfants, à partir des blessés et de ceux dont les maisons ont été détruites. Ils ont effectué des sondages et ont trouvé chez la plupart d’entre eux des réponses communes. Dont entre autre celle que nous puisons notre bon exemple du Messager de Dieu et de sa famille, de l’Imam Hussein (s), de notre Dame Zaynab, fille d’Ali, des martyrs de Karbala, des femmes et des orphelins de Karbala. C’est la culture de Karbala, la culture d’Hussein et de Zaynab, qui reste très forte, qui nous donne la force de rester debout, de supporter, d’affronter et d’amortir les conséquences de la guerre et des catastrophes.

c’est pour cela qu’ils ont estimé que les résultats ( de leurs études) sont stupéfiants et merveilleux …

Selon la coutume, pour le quarantième de l’Imam Hussein, les gens ont pris l’habitude d’aller à son mausolée à pied, pour le visiter, comme ces millions de pèlerins que nous voyons à travers les chaînes satellitaires qui viennent à Karbala à pied de tous les coins de l’Irak; cette année, les chiffres — une hausse des visiteurs venus de l’extérieur de l’Irak, par avion, par train ou en voiture (…) Chaque année, les convois de pèlerins à Karbala sont exposés à des attaques et à des attentats suicides pénale qui tuent un grand nombre d’entre eux et en blesse d’autres Cette année aussi, malgré les mesures de sécurité très strictes et la présence de dizaines de milliers de membres des forces de sécurité insérés parmi les gens pour maintenir la sécurité des visiteurs, les visiteurs en processions sur les routes ont été la cible d’attentats-suicides; et il y a eu également un grand nombre de martyrs et de blessés.

Ceci indique qu’il existe des parties takfiries (expiatoires), car quand on parle d’un attentat-suicide, l’auteur n’est ni américain ni israélien.

Ceux qui commettent les attentats-suicides sont des takfiris déterminés à procéder de cette façon et cette méthode. Ce qui constitue l’un des plus grands malheurs contemporains auxquels est confrontée notre nation, et qui incombent des responsabilités et des devoirs. Bien entendu, on ne peut pas exempter les Américains et les Israéliens d’être derrière les opérations de ce genre, car de telles organisations sont, en fait, fortement infiltrées par les services de sécurité et de renseignement américains et israéliens. Elles sont utilisées, qu’elles le sachent ou pas, dans les projets des ennemis de cette nation. D’ailleurs, qu’elles soient exploitées par des services de renseignement ou pas, les actions de ces takfiris rendent le plus grand service possible aux ennemis de cette nation et mettent la nation en danger.

Il y a des parties qui n’ont pas encore désespéré dans leur projet de sédition, depuis un an, deux ans ou cinq ans, en attentant contre les mosquées chiites, contre les convois des pèlerins, contre les mausolées des deux Imam, Askari et Hadi à Samarra.

Celles-ci veulent semer la discorde parmi les Musulmans par le biais des attentats-suicides, des engins explosifs et des voitures piégées, elles ont aussi recours aux incitations à la violence qui ne peuvent être tolérées à l’encontre des ulémas et de certains symboles religieux, comme cela s’est produit il y a quelques semaines.

Ceux-ci ne veulent pas seulement semer la zizanie entre Sunnites et Chiites, ils veulent qu’un conflit éclate et perdure entre les Musulmans en général, entre Chiites et Sunnites, entre les Sunnites eux-mêmes et les Chiites eux-mêmes. Concernant les parties takfiries, aux visées connues, elles ne prennent pas seulement pour cible les Chiites, mais aussi des Sunnites: la plupart des assassinats et des attentats-suicides perpétrés en Afghanistan et au Pakistan et auparavant en Algérie et au Maroc et même en Irak, dans la province d’Anbar, dans le Kurdistan, à Mossoul et Diyala, bon nombre de ces opérations étaient commises contre des mosquées sunnites, contre des religieux sunnites et les personnalités sunnites, en raison de différences dans la façon de penser ou dans certains des concepts intellectuels et idéologiques ou en raison de différences dans l’approche politique.

Ces parties n’expient pas seulement les Chiites, mais aussi une grande partie des Sunnites. Elles ne se contentent pas d’une abjuration idéologique, intellectuelle ou descriptive, mais elles ont recours aux tueries et aux massacres, Ce qui s’est passé au cours des deux derniers jours sur la route de Karbala, le nombre de martyrs qui sont tombés, le nombre d’opérations perpétrées, en dépit de toutes les mesures de sécurité, montrent que ces acteurs takfiris n’ont pas d’objection à tuer des milliers sur la route de Karbala, pour exécuter leur plan . Ce qui est certes un fait pénible et affligeant.

Que devrions-nous faire face à cette réalité? Le Jour de la Résurrection, tous les érudits musulmans seront soumis à l’interrogatoire, même ceux qui gardent le silence. Il ne faut pas qu’ils pensent qu’ils ne sont pas concernés.

Malheureusement, Israël, après soixante années, est devenu quelque chose de routinier, de normal et de naturel aussi!?

Il est certes normal qu’Israël assiège tout un peuple, et l’affame, qu’il emprisonne des milliers de Palestiniens, qu’il poursuit des travaux de creusement dans les souterrains de la mosquée d’AlAqsa. Tout ceci est devenu normal et ne rencontre aucune réaction de la part du monde arabe et musulman. Il en est de même pour les parties takfiries.

Les ulémas, les élites, les intellectuels, les médias, les mouvements islamiques, les gens aussi, grands et petits, devraient dire haut et fort la vérité, et ne craindre personne en Dieu.

Les auteurs de ces actes devraient savoir que leurs actes sont déplorables et inacceptables; la nation est responsable de dénoncer ces organisations, elle devrait crier au scandale contre elles et doit les isoler et les exclure pour quelles n’aient pas d’impact sur la vie de cette nation. ceci est très important. Vous devez empêcher ces acteurs d’atteindre leurs objectifs, leur principal but étant la zizanie. Lorsque nous refusons de traîner dans la sédition dans n’importe quel pays, nous avortons les objectifs des crimes et des massacres de ces parties takfiries.

C’est une grande responsabilité. Jusqu’à présent, elles ont échoué, Grâce à ce que nous sollicitons, c’est à dire la conscience des autorités religieuses, des dirigeants politiques, des élites, et des gens. Les gens comprennent très bien que l’adversaire est le tueur et celui qui est derrière le meurtrier, que lorsque les Chiites ou les Sunnites sont exposés aux tueries, il ne faut généraliser la responsabilité contre tous les Chiites, ni contre tous les Sunnites. C’est là que réside la prise de conscience et la sagesse, et les gens agissent en fonction d’elles.

Nous devons être attentifs au fait que certaines parties sont toujours attachées à ce projet de dissension. De là je passe à l’exemple libanais, même si l’incident était partiel, mais il est extrêmement grave.

Les Libanais en général et les Musulmans en particulier devraient savoir que Dieu nous a épargné un malheur horrible qui se tramait contre nous,- serait-ce grâce à la prière Kumaïl dans laquelle nous citons: »  » Que de dangereuses épreuves nous as-Tu épargnées »-. Il s’agit de l’affaire qui a eu lieu à Majdal Anjar (au cours de laquelle un cheikh musulman sunnite a orchestré son propre enlèvement). Je ne veux pas entrer dans les détails parce que tous les gens savent très bien ce qui s’est passé: le cheikh qui aurait été enlevé, le tollé qui a éclaté dans les premières heures, les discours sectaires et provocateurs très dangereux qui tentaient d’enflammer les instincts de façon incontrôlée, et en appelaient à riposter en procédant à des enlèvements et des tueries. Dès les premiers moments, certaines parties ont été accusées d’être derrière le soi-disant enlèvement, et des voix se sont élevées, ressuscitant le passé et le présent. Les choses auraient dû prendre une tournure dramatique dès les premiers jours: des sit-in étaient prévus dans les mosquées et des manifestations dans les rues, sans oublier que certains médias devaient se charger d’enflammer la situation. Quant au cheikh, c’était prévu qu’il se rase la barbe, se fasse quelques traces de blessures, puis refasse surface, jeté soi-disant sur un coin de rue, pour donner une conférence de presse et accuser certaines parties d’être derrière son enlèvement.

Après, le pays aurait dû brûler … Pourquoi ce malheur était-il préparé?

Pour quelle raison? Au service de qui?

Et pour quel but?

Après les élections législatives, le pays est entré dans une période d’accalmie et de coexistence… Les gens se sont assis ensemble et ont discuté ensemble … Par la suite nous sommes arrivés à former un gouvernement d’union nationale et nous nous sommes intéressés aux questions qui inquiètent les gens.

Alors que d’un autre côté « Israël » menaçait tous les jours le Liban, en passant par la Syrie, la bande de Gaza et l’Iran. Pourquoi et dans l’intérêt de qui, fallait-il prendre le Liban vers des conflits sectaires en ce moment précis??

Bref, l’important est que cet incident s’est produit. À cet égard, je voudrais en fonction de ma responsabilité morale et juridique rendre hommage au courant du Futur, car même si nous sommes en désaccord politique avec lui ceci ne devrait pas nous empêcher d’être juste et équitable à son égard. Ce soir, il est de mon devoir de saluer et de remercier le mouvement du Futur, tant au niveau de leadership central, que de celui de la Békaa qui a agi de façon responsable et ne s’est pas laissé entraîner dans ce bruitage alors que malheureusement, certaines personnes, élites et leaders religieux qui sont censés être pieux et craindre Dieu, qui devraient agir consciemment et avec sagesse, et faire preuve de patience pour s’assurer que les allégations sont vraies, n’ont pas agi de la sorte. Les frères dans le mouvement du Futur ont agi de façon responsable et avec sagesse; nous les en remercions. Que Dieu les bénisse pour cette position. Il en est de même pour les forces de sécurité intérieure, qui ont suivi très sérieusement ce dossier dès les premiers instants et ont vite découvert la vérité puis arrêté le Sheikh et déclaré la vérité aux gens. Nous remercions aussi les dirigeants des forces de sécurité intérieure et tous les officiers qui sont derrière ce succès et il de notre devoir de les remercier tous.

Nous saluons également les positions responsables émises de la part d’un bon nombre de dirigeants politiques et religieux de la communauté sunnite. Car, après avoir remercié Dieu, nous devrions remercier les sujets de Dieu pour leurs efforts en vue d’écarter les épreuves. Nous devrions également appeler les gens à rester aux aguets. Personne de nous au Hezbollah n’a évoqué ce sujet, je suis le premier à l’avoir abordé parce que je voulais que les gens sachent le malheur auquel nous avons échappé.

Deuxièmement pour remercier ceux qui ont empêché la zizanie.

Troisièmement, pour vous dire ceci:  À nos frères au Liban, à notre peuple au Liban, aux Musulmans et aux Chrétiens, aux Sunnites et aux Chiites, je voudrais leur dire que nous devons être prudents comme ce devrait être le cas aussi ailleurs dans le monde arabe et musulman. Certains s’acharnent pour semer la sédition entre les Libanais, ils travaillent jour et nuit et sans répit pour que le conflit sectaire éclate au Liban.

Ils usent pour cela de tous les moyens les plus perfides, de mensonges, de ruses et de manipulations. Chacun d’entre nous doit être prudent, attentif et prendre des précautions. Il se pourrait demain, à Dieu ne plaise, que soit tué un cheikh chiite, ou druze, ou un prêtre chrétien; que ses partisans irrités sortent dans les rues et lancent des accusations à tort, sans attendre les résultats de l’enquête créant de la sorte un climat de guerre dans le pays. Quiconque fait ceci est un Israélien, qu’il sache ce qu’il fait ou non. La première chose que nous devons faire est de garder notre sérénité, et d’enquêter pour déterminer qui a effectué cet acte avant de lancer des accusations à tort et à travers. Il existe des institutions de sécurité dans ce pays, qui font jour après jour preuve de leurs capacités humaines et technologiques. Avant tout, il ne faut pas se précipiter parce que dans ce pays, il n’y a de secret pour personne. Il faut agir avec sagesse en ce qui concerne les réactions. Si par exemple un incident éclate entre deux rivaux de confessions différentes, ceci ne devrait pas entraîner un conflit sectaire qui brûle notre pays et le détruit de nos propres mains, au bon grès de Satan et des nos ennemis. Il faut prendre le temps de comprendre, pour réagir. Le gouvernement et l’État devraient se hâter de prendre les différentes mesures pour résorber les effets de l’incident, révéler se aspects et traiter ses séquelles. C’est l’une des plus grandes responsabilités qui incombent à tous les gens au Liban. Nous devons tous nous armer de prudence et ne pas perdre de vue à tout moment, non seulement au Liban, en Irak , en Afghanistan, au Pakistan, en Syrie, en Égypte ou en Palestine, que certaines parties veulent que les peuples de ces pays s’entretuent (…) et qu’il ne faut pas se laisser entraîner à suivre les appels de Satan?

Ce que certains médias américains ont annoncé ces derniers temps, montre bien cette incitation constante et quotidienne pour provoquer la sédition entre les Arabes et l’Iran. L’essentiel pour eux est de ne pas s’en prendre à Israël, ni aux États-Unis, toutes les autres guerres sont non seulement autorisées mais nécessaires et planifiées. (…)

Source : Al-Manar

Samedi, 6 février

http://www.geostrategie.com/2420/sayed-nasrallah-met-en-garde-contre-les-tentatives-de-discorde-entre-les-peuples


3-3 Charles Saint-Prot : La secte évangéliste et le jeu des Etats-Unis dans le monde arabe. 

 Depuis quelques années, l’extrémisme religieux, c’est-à-dire l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques, est devenue l’un des éléments essentiels de la géopolitique au Proche-Orient. Alors que certains milieux et médias ne cessent d’accuser l’Islam de tous les maux, les commentateurs restent discrets sur la responsabilité des sectes protestantes qui contribuent à radicaliser le conflit.

On sait l’importance prise par la secte des évangélistes, dite « revivaliste », aux Etats-Unis où elle influence considérablement la politique de l’administration Bush. Il est également connu que les membres de cette secte sont les plus fervents soutiens d’Israël et refusent toute concession territoriale aux Palestiniens.

 L’article est ancien mais il montre la rivalité que se joue le Vatican catholique et le mouvement protestant américain dans le découpage et le pillage des richesses et des cerveaux musulmans et arabes. L’article semble être écrit par une personnalité proche du saint Siège

 La secte évangéliste et le jeu des Etats-Unis dans le monde arabe

Charles Saint-Prot

Le 22 novembre

Observatoire d’études géopolitiques

Depuis quelques années, l’extrémisme religieux, c’est-à-dire l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques, est devenu l’un des éléments essentiels de la géopolitique au Proche-Orient. Alors que certains milieux et médias ne cessent d’accuser l’Islam de tous les maux, les commentateurs restent discrets sur la responsabilité des sectes protestantes qui contribuent à radicaliser le conflit.

 On sait l’importance prise par la secte des évangélistes, dite « revivaliste », aux Etats-Unis où elle influence considérablement la politique de l’administration Bush. Il est également connu que les membres de cette secte sont les plus fervents soutiens d’Israël et refusent toute concession territoriale aux Palestiniens. Les évangélistes, qui s’inscrivent dans la mouvement des Chrétiens sionistes –un groupe fondamentaliste protestant né à la fin du XIXe siècle, qui prétend que l’institution d’un Etat israélien est l’accomplissement de la prophétie biblique -, ne font pas que soutenir Israël moralement, leur argent sert à aider des Juifs de Russie ou d’Ukraine à immigrer en Israël. Selon le rabbin Yechiel Eckstein qui dirige une des principales agences de collecte de fonds pour Israël auprès des évangélistes américains, son association a recueilli, en l’espace de sept ans, plus de 100 millions de dollars américains. En octobre 2003, une réunion a eu lieu à l’hôtel du roi David de Jérusalem entre extrémistes sionistes et Evangélistes, en présence de Richard Perle –alors président du Conseil pour la politique de défense du Pentagone et conseiller influent de George Bush II- et de ministres du gouvernement Sharon pour célébrer « l’avènement de la Jérusalem Céleste qui suivra l’anéantissement de l’Islam ». Il est également connu que le courant évangélique, qui regrouperait plus de 70 millions de citoyens des Etats-Unis et s’appuierait sur plusieurs centaines de milliers de « pasteurs-propagandistes » appointés, s’exporte largement de l’Amérique latine (Evangelical Union of South America, notamment au Brésil où la secte aurait plus de 30 millions d’adeptes ), au Japon, en Afrique (par exemple, le rôle des évangélistes, proches du président Gbagbo, dans les événements en Cote d’Ivoire), en Europe et même en Inde (Indian Missions Association -IMA) ou en Chine… Ce qui est moins connu c’est le rôle des évangélistes dans la politique états-uniennes dans le monde arabe. Il est notoire que la Maison-Blanche, le Congrès et la CIA suivent et gèrent avec un grand intérêt l’expansion des Eglises évangéliques. La haine professée par cette secte contre l’Islam, mais aussi leur mépris à l’égard des Arabes chrétiens, en fait un instrument privilégié de la politique états-unienne visant à briser le monde arabe pour mieux organiser un grand Moyen Orient tout entier soumis à l‘influence de Washington et de ses alliés israéliens.

 

Dans le monde arabe, l’action de la secte évangéliste se présente sous un triple aspect: 

- La propagande anti-musulmane qui dispose de moyens considérables et vise à accuser les musulmans de tous les maux de la terre. C’est ainsi que les évangélistes sont les premiers à organiser, en liaison avec les néoconservateurs américains dont on connaît les engagements pro-israéliens, des campagnes visant à assimiler l’Islam au terrorisme, donc à « l’axe du mal ». L’un de leurs objectifs favoris est l’Arabie saoudite contre laquelle ils poursuivent une propagande inlassable tout en encourageant certaines confréries de façon à semer la division religieuse au sein du royaume.

 

- L’instrumentalisation des communautés chrétiennes arabes est en action au Liban, en Palestine, en Syrie, en Irak. Au Liban, chaque été des missionnaires évangélistes parcourent le pays, selon un itinéraire préparé en liaison avec l’ambassade des Etats-Unis. Des groupes de jeunes organisent des concerts, des festivals, des rencontres sur les plages avant d’en venir à des réunions plus précises visant à convaincre les jeunes chrétiens, notamment les maronites, d’adhérer à la secte évangéliste en leur faisant miroiter la prise en charge de leurs études, des visas pour les Etats-Unis et toutes sortes d’autres avantages. Ces activités s’accompagnent d’un fort prosélytisme anti-musulman qui n’est pas pour rien dans la montée en puissance du confessionnalisme que l’on peut déplorer au pays du Cèdre. Les évangélistes déploient les mêmes méthodes en Syrie, mais d’une manière beaucoup plus discrète en raison de la vigilance des pouvoirs publics. En Irak les missionnaires des sectes évangélistes sont arrivés dans les fourgons de l’armée américaine et ont désormais pignon sur rue. A coup de dollars, ils s’emploient à rallier les chrétiens d’Irak et les détourner de leur christianisme traditionnel, oriental et arabe, pour les conduire à créer des communautés séparatistes. Les arguments sont toujours les mêmes, il s’agit d’inviter les chrétiens arabes à quitter leur religion traditionnelle en échange d’un emploi, d’allocations pour leurs enfants, d’une promesse de visa. Outre le Vatican, les Eglises traditionnelles irakiennes ne cessent de dénoncer le danger des évangélistes états-uniens dont certains ont déjà été exécutés par la Résistance. Selon le curé du village chrétien de Ain-kawa, près de Mossoul, : «Lors de cérémonies religieuses, nous expliquons aux fidèles que ces missionnaires sont en réalité des agents américains qui cherchent à soudoyer les Irakiens avec leur argent. Des étrangers qui veulent anéantir notre histoire et créer des conflits confessionnels en Irak Nous répétons aux fidèles qu’il faut interdire à ces gens l’accès à leurs résidences et aux lieux de rassemblement de leurs enfants». Les Irakiens chrétiens affirment que ces évangélistes « ne risquent pas seulement de causer la dispersion des fidèles, mais de créer un climat de conflit confessionnel qui n’existait pas auparavant en Irak. Ces étrangers visent à perturber nos bonnes relations avec les musulmans et un climat d’entente millénaire ». C’est exactement le même processus que l’on constate en Palestine occupée où des efforts considérables sont déployés par les évangélistes pour rallier des fidèles et les inciter ensuite à quitter le pays.

 

Enfin, l’effort de conversion des musulmans constitue l’aspect le plus spectaculaire de l’acticité des évangélistes. La stratégie américaine d’évangélisation ciblant les peuples musulmans s’appuie sur des acteurs organisés en réseau, mais aussi sur l’élaboration d’un message évangélique adapté au message coranique. Cette évangélisation vise en particulier certaines communautés musulmanes dont les origines ethniques pourraient être utilisées pour des projets sécessionnistes et anti-arabes : c’est le cas avec les minorités kurdes d’Irak et de Syrie, mais aussi avec les Kabyles et les Berbères au Maghreb.

Selon le quotidien algérien al Watan , l’évangélisation en Kabylie est « le résultat d’un prosélytisme organisé et financé par une stratégie d’évangélisation des peuples musulmans. En Algérie, les évangélistes investissent le terrain de l’humanitaire et choisissent leurs cibles parmi les personnes les plus démunies ; des personnes se convertissant aux christianisme contre une somme d’argent (2000 dinars, l’équivalent de 20 euros), des promesses de soins médicaux ou de visas pour l’étranger : les chancelleries européennes accordent plus facilement des visas d’entrée à l’espace Schengen à tout demandeur algérien qui se proclame comme chrétien « persécuté ». Plus de 74% des personnes allant à la messe le font essentiellement pour profiter des aides financières des missionnaires» . L’une des actions récentes de l’église protestante à Constantine a visé des lycéens, « elle leur a proposé un soutien scolaire gratuit. En plus des cours proposés, les élèves ont reçu des CD, des livres et d’autres documents de propagande évangéliste ; ce même scénario rôdé s’est répété à Tiaret et dans d’autres villes ». Selon nos informations, les « diplomates » de l’ambassade des Etats-Unis en Algérie multiplient les visites dans les territoires kabyles et favorisent le prosélytisme évangéliste.

 Au Maroc, une multitude d’organisations évangélistes, surtout américaines, opère plus ou moins secrètement dans les régions déshéritées ainsi que dans les grandes villes. Une organisation comme Arab World Ministries, société missionnaire évangéliste internationale, a pour objet officiel « l’annonce de la bonne Nouvelle d’un Sauveur aux musulmans du monde arabe ». Les agents clandestins de cette secte dont le nombre a plus que triplé depuis 2002, seraient plus de 800. Ils se présentent sous diverses couvertures : médecins, infirmiers, militants humanitaires, enseignants, ingénieurs ou encore entrepreneurs . En janvier 2005, à l’occasion de la visite au Maroc du télé-évangéliste Josh McDowell, représentant le mouvement Crusade for Christ International (7000 volontaires dans le monde), Le Journal-hebdo écrivait « Le Maroc assailli par les néo-protestants US ».

 L’action des évangélistes états-uniens est relayée par de nombreuses radios et télévisions bénéficiant du soutien des Etats-Unis, notamment du congrès et de la Cia : Radio El Mahabba émettant en continu sur le canal son du satellite Eutelsat Hotbird 3, la chaîne CNA-Channel North Africa, Arabvision, Life-TV, Miracle Channel etc, sans compter la chaîne de propagande américaine en arabe Al Hurra. La propagande évangéliste est également insérée dans des projets de programmes de développement d’Internet, tel le programme de développement de l`usage d`Internet (GIPI, Global Internet Policy Initiative) engagé par le Département d’Etat américain, dans le cadre de l`Initiative de Partenariat du Moyen-Orient (MEPI), qui touche déjà l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l’Irak, l’Arabie saoudite, Barheïn, le Koweït, Oman, le Qatar, les Emirats arabes unis, le Yémen et la Palestine.

 

Bien entendu, cette action de prétendue évangélisation encouragée, financée et protégée par le gouvernement de Washington, n’est animée d’aucun sentiment religieux sincère. Son but est de créer des foyers de discorde au sein des pays arabes afin de les déstabiliser et de les affaiblir. Elle a pour effet d’attiser artificiellement le choc des civilisations et s’inscrit dans le projet développé depuis le 11 septembre de diaboliser l’Islam. Elle s’inscrit tout simplement dans le cadre de la politique des Etats Unis visant à remodeler le Grand Moyen Orient et d’y étendre l’hégémonie américaine.

La secte évangéliste et le jeu des Etats-Unis dans le monde arabe

Charles Saint-Prot

22 novembre

Observatoire d’études géopolitiques – 7/1

http://tunisitri.wordpress.com/2010/01/07/la-secte-evangeliste-et-le-jeu-des-etats-unis-dans-le-monde-arabe/#more-922



4 Annexe

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

4-1 L’image de cette résistance légendaire d’un peuple abandonné.  

Intervention de Hajj Abu Imad Rifa’î, représentant du Jihad islamique au Liban -
(intervention au cours du congrès de la coalition des associations civiles pour la défense d’al-Quds et des lieux saints, où a été prise la décision de faire d’al-Quds la capitale permanente de la culture arabe)

Extrait
Notre congrès se déroule aujourd’hui, un an après la terrible agression sioniste subie par notre peuple à Gaza, vécue dans leur sang et leurs âmes. Nous nous rappelons tous les deux images de cette guerre : l’image de la tuerie et de la destruction, l’utilisation des armes meurtrières, dont des armes prohibées sur le plan international, guerre soutenue par le monde américano-occidental, détruisant les maisons, les écoles, les mosquées et les universités,  et accompagnée du silence de certains régimes arabes, pour ne pas parler de connivence évidente.

Et l’image de cette résistance légendaire d’un peuple abandonné, assiégé depuis plus de trois ans, sur une terre qui est la plus étroite dans le monde sur ses habitants et qui vit dans une pauvreté des plus marquées.

Qui pouvait croire, selon une lecture matérialiste des rapports de force, que les avions s’écrasent devant les minarets, que les chars se brisent devant la volonté d’un groupe, peu nombreux, en hommes et en matériels. Les rapports de force seulement matériels ne peuvent expliquer cette ténacité légendaire de notre peuple, qui a fait face aux bombes phosphoriques avec sa chair, qui a fait face aux fusées, chargées d’uranium enrichi, avec ses paupières, et finalement, la volonté de résistance et de la vie a vaincu, obligeant l’ennemi à reculer, à arrêter son agression, sans réaliser ses objectifs, qui est la libération de son prisonnier. Il n’a pu changer les forces sur le terrain, comme Livni l’a promis au Caire, quelques jours avant l’agression, ni n’a pu imposer son équation sur la résistance.. Des dizaines de fusées ont continué, jusqu’à la dernière minute, à viser les colonies et les bases militaires de l’occupant. Le soldat est resté prisonnier, imposant à l’ennemi de procéder à un échange, humiliant (pour lui), dont il craint les conséquences sur le moral de son peuple.
L’endurance à Gaza, et sa victoire, n’ont pas été une humiliation seulement pour l’entité sioniste, ni un défi seulement aux positions soutenant cet Etat, mais elles ont fait découvrir la connnivence arabe, dont l’histoire se rappellera. Gaza, par sa victoire, est en train d’être puni parce qu’il a dévoilé ce qui est caché chez certains arabes, et parce qu’il a osé à défier les régimes qui ont pris la nation entière en otage dans leur politique, leur économie et leur armement au profit de quelques individus accrochés à un trône creux que les enfants de Gaza ont piétiné.
...

Chers frères, chères sœurs
Nous nous sommes habitués, à la veille de toute nouvelle guerre américaine contre notre nation, de voir des ballets diplomatiques, menés par des représentants arabes et étrangers, dans les capitales arabes… A chaque fois, ils jouent le même jeu : agiter les négociations de règlement, et après la fin de l’agression, ils reviennent, ferment les portes à nouveau, et libèrent l’agressivité de l’ennemi sioniste qui répand sa corruption. Avant la seconde guerre du golfe contre l’Irak, ils nous ont vendu la conférence de Madrid, et avant l’invasion de l’Afghanistan, G. Bush fils a parlé de sa vision des deux Etats, et avant l’occupation de l’Irak, Cheney est venu pour annoncer l’Etat palestinien… Aujourd’hui, nous avons le droit de nous demander : quelle nouvelle agression se prépare dans la région, alors que nous assistons à tous ces mouvements, dans tous les sens, dans les capitales arabes ? Est-ce que l’Iran sera la cible ? Ou une nouvelle agression contre Gaza ? Ou une troisième guerre contre le Liban ?

Les Arabes parlent de paix, et l’ennemi sioniste accumule ses armes et mène des manœuvres, il prépare ses avions et son système de missiles. Qui veulent-ils tromper, ceux-là ? Ils ne font que se duper eux-mêmes.
Ils parlent du retour aux négociations, et sur la présence de nouvelles initiatives pour un règlement. La question qu’il faut se poser est : est-ce qu’il leur est possible, après vingt ans de négociations, de nous dire à quoi sont-ils parvenus ?

....


Il est nécessaire d’aborder dans ce congrès qui se tient à Beirut la situation des réfugiés palestiniens au Liban. Au cours des derniers mois, une évolution importante a eu lieu, représentée par la décision du gouvernement libanais de reconnaître les droits humains et sociaux des réfugiés. Il s’agit d’un pas positif qui va dans le sens de l’intérêt des deux peuples, palestinien et libanais, et qui peut pousser vers l’approfondissement du dialogue libano-palestinien, en tenant compte des craintes des deux parties. Nous faisons un effort, avec l’Etat libanais, et les différentes parties qui soutiennent ces droits, pour les traduire en lois et règlements par le conseil législatif, et devenir applicables, ce qui réduira la souffrance de notre peuple dans les camps.
Mais il y a certains qui essaient de troubler le climat dans les camps, dans une tentative claire pour maintenir la tension entre les camps et leur environnement, pour faciliter leur description comme « des ilôts sécuritaires » et empêcher toute tentative d’apaiser les relations libano-palestiniennes. Certaines de ces parties internes ont des tendances racistes ou des calculs étroits, certains même étrangers avect un agenda visant à l’installation définitive des Palestiniens, qu’ils veulent imposer au Liban et aux réfugiés à la fois.
Nous disons que nous ne permettrons pas d’installer la tension sécuritaire à l’intérieur ou aux environs des camps, et nous ferons face à toutes ces tentatives. Nous sommes concernés, en tant qu’organisations et groupes palestiniens, de poursuivre la liaison avec l’Etat libanais, toutes ses institutions, pour protéger le Liban et protéger notre peuple dans les camps, et prendre toutes les mesures pour que le communiqué ministériel du gouvernement devienne une réalité.
...
Hommage à nos prisonniers, à nos combattants et notre peuple résistant à Gaza, en Cisjordanie et dans toute la Palestine !!
Hommage à notre peuple résistant dans l’exil !!

20 janvier 2010



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.