Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/02/2010

n°509 - Journal de Palestine - 21-01 au 14-02 - :Fin :- Le Hamas tire la sonnette d'alarme: Israël s'apprête à attaquer Gaza.

n°509 - Journal de Palestine - 21-01  au  14-02 - :Fin  :- Le Hamas tire la sonnette d'alarme: Israël s'apprête à attaquer Gaza.



          Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

     Sa diffusion est un acte de résistance.

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine 

n°509                  21-01  au  14-02

C.De Broeder      &  M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be

 

Sommaire

4 Politique internationale des territoires occupés 



3 Politique Internationale des territoires occupés

a) Pays Arabes & voisins

Dubai

Assassinat de Mabhouh : Dubaï lancera un mandat d’arrêt contre Netanyahu si le Mossad est impliqué.
Le chef de la police de Dubaï, le général Dhahi Khalfan, a affirmé hier qu'il lancerait un mandat d'arrêt contre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, si le Mossad était responsable du récent assassinat à Dubaï d'un cadre du Hamas, dans une déclaration au quotidien The National, organe du gouvernement de l'émirat d'Abou Dhabi. « Benjamin Netanyahu sera le premier à être recherché par la justice car ce serait lui qui aurait signé la décision de tuer (Mahmoud) al-Mabhouh à Dubaï », a-t-il précisé. Il n'a cependant pas rendu formellement le Mossad responsable du meurtre, survenu le 20 janvier dans un hôtel de Dubaï, même s'il avait déclaré le 31 janvier qu'il n'écartait aucune piste dans l'enquête, y compris celle d'une responsabilité du Mossad.
Le mouvement islamiste palestinien Hamas a accusé Israël d'avoir assassiné Mahmoud al-Mabhouh, l'un des fondateurs de sa branche armée.
Le gouvernement de Dubaï a indiqué avoir demandé l'aide d'Interpol dans la recherche des suspects, au nombre « d'au moins sept hommes, détenteurs de passeports de plusieurs pays européens », selon le général Khalfan. Il s'agit du premier assassinat d'un responsable palestinien aux Émirats arabes unis, qui n'entretiennent pas de relations avec Israël.
Mahmoud al-Mabhouh, 50 ans, avait été le responsable de l'enlèvement au début de la première intifada palestinienne (1987-1993) de deux soldats sraéliens qui ont ensuite été tués, ainsi que de la planification de plusieurs attentats anti-israéliens, selon le Hamas. Le Mossad avait tenté d'assassiner en septembre 1997 le chef du Hamas, Khaled Mechaal, à Amman. Il a mené de nombreuses opérations spectaculaires d'assassinat de dirigeants palestiniens à l'étranger, dont le bras droit du dirigeant historique Yasser Arafat, Abou Jihad, en avril 1988 lors d'un débarquement à Tunis, et le chef de l'organisation radicale du Jihad islamique, Fathi Chakaki, en octobre 1995 à Malte.

 6/2

http://www.lorientlejour.com/category/M.O+et+Monde/article/646182/Dubai_lancera_un_mandat_d%27arret_contre_Netanyahu_si_le_Mossad_est_implique.html


Égypte

Talaat Mouslim : Les assassinats de l'occupation montrent son échec face à la résistance nationale.

L'expert militaire égyptien et spécialiste en stratégie, le colonel Talaat Mouslim, a affirmé que les opérations d'assassinats perpétrées par l'occupation israélienne à l'extérieur des territoires palestiniens occupés reflètent explicitement la méthode de la stratégie sécuritaire sioniste qui montre que le combat direct avec les palestiniens est devenu très compliqué, notamment après la défaite de l'occupation sioniste durant la guerre du Liban et la dernière guerre contre la Bande de Gaza.

L'expert a déclaré, le jeudi 4/2, que les assassinats perpétrés par l'occupation israélienne à l'extérieur des territoires palestiniens occupés portent beaucoup de signes, dont la menace des dirigeants des factions palestiniennes, et surtout du Hamas et Djihad islamique, en commettant des crimes très flagrants dans les pays arabes, et violant les lois et règles internationales et humaines.

"L'occupation israélienne bénéficie du feu vert américain, qui l'encourage de commettre tout genre de crime et dans n'importe quel pays au monde", a confirmé l'expert égyptien en contestant contre la politique de deux poids, deux mesures, de la direction américaine face aux crimes très flagrants qui menacent la sécurité et la paix internationales.

L'expert militaire a souligné que les opérations d'assassinats de l'occupation contre les dirigeants palestiniens à l'extérieur, montre la défaite et la perturbation de l'ennemi sioniste qui a ressentit son échec flagrant face à la résistance nationale, et c'est pourquoi il tente toujours d'apparaître comme le plus puissant à travers un tel crime d'assassinat contre l'un des dirigeants du Hamas, et dans un pays arabe.

CPI

06-02

Moubarak à l'ambassadeur israélien: "On vous aime en Egypte"

 "On vous aime en Egypte". C'est par cette expression que le Président égyptien Hosni Moubarak a voulu faire les adieux à l'ambassadeur israélien au Caire Shalom Cohen dont le mandat prend fin ce février.
 Des sources politiques à Tel Aviv et au Caire ont indiqué que ce geste était sans précédent, parce que le président égyptien ne fait pas d'habitude les adieux aux ambassadeurs accrédités en Egypte.
 Selon le quotidien israélien Maariv, Moubarak a dit au responsable israélien:" Nous vous remercions pleinement pour votre contribution au développement des relations israélo-égyptiennes au cours de votre présence au Caire", soulignant que les responsables égyptiens portent un grand respect à l'ambassadeur Cohen.
 Dans le même cadre, l'ambassadeur israélien a révélé qu'il avait tenu ces derniers temps plusieurs rencontres avec des dirigeants égyptiens haut placés, se disant surpris de toutes les réponses positives qu'il avait reçues sur ses demandes de les rencontrer.

Parmi ces rencontres, il a tenu une réunion avec le ministre des renseignements égyptien le général Omar Souleimane et une autre avec le Premier ministre Ahmad Nazif.               
 Quant au nouvel ambassadeur israélien au Caire, il n'est autre que le diplomate Yitzhak Livanon qui s'était efforcé pour empêcher le ministre de la culture égyptien d'accéder à la présidence de l'organisation de l'UNESCO.

Il est également l'un des opposants les plus farouches au rapport du Sud Africain Richard Goldstone qui a accusé "Israël" d'avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité dans son agression barbare contre la bande de Gaza il y a un an.
L'ambassadeur israélien sortant a lui, salué le niveau exceptionnel de la coopération sécuritaire entre Tel Aviv et le Caire, mais a fustigé les relations culturelles bilatérales, les qualifiant de "catastrophiques".
 "Les relations politiques entre mon pays et l'Egypte sont à leur plus haut niveau", a déclaré Shalom Cohen, citant les multiples visites des hauts responsables israéliens à l'Egypte ces cinq dernières années, "qui dépassent le nombre de visites effectuées à certains pays européens, et à d'autres pays amis".   

01/02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=122239&language=fr


Iran

Assassinat du chef du Hamas Al-Mabhouh: l'Iran dénonce le silence international

L'Iran a accusé, ce mardi, "Israël" d'être derrière l'assassinat de Al-Mabhouh un des responsables du Hamas le mois dernier à Dubaï, dénonçant le "silence" de la communauté internationale sur le sujet.
Ce meurtre est "une nouvelle preuve de l'existence du terrorisme d'Etat du régime sioniste et montre la violation de la souveraineté des autres pays par ce régime", a affirmé à la presse à Téhéran le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast.
"Le silence de la communauté internationale sur le sujet est surprenant", a-t-il ajouté, appelant les pays islamiques à "prendre les mesures nécessaires" pour être davantage vigilant face "au danger que représente" le régime sioniste.

02-02
http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=122414&language=fr



b) Le Monde

1 Usa (Le parrain)

1 Obama 

2 Les grandes manœuvres

L'ambassadeur d'Israël aux USA hué à l'université de Californie.

L'ambassadeur israélien à Washington, Michael Oren a été hué lundi à l'Université de Californie par des étudiants qui  protestaient contre les crimes de guerre commis par son entité contre les Palestiniens. Alors qu'il prononçait un discours devant quelques 700 étudiants, des dizaines de cris de protestation et des slogans dénonçant Israël se sont élevés, l'obligeant à se retirer.
Après l'intervention de la police qui a procédé à des arrestations dans les rangs des étudiants, l'ambassadeur israélien est revenu à la tribune, mais les cris de protestation ont repris de nouveau. Certains lui demandaient " combien de Palestiniens avez-vous tué"; d'autres l'ont traité de " criminels de guerre".
D'autres étudiants ont même organisé une manifestation à l'extérieur de la salle, scandant des slogans contre l'entité sioniste et contre l'ambassadeur israélien.  
Selon le journal palestinien en ligne des Palestiniens des territoires palestiniens de 1948, Arabs 48, la ville d'Arvin, qui comprend l'Université de Californie, est la deuxième ville américaine en termes de nombre d'Arabes vivant après la ville de Dearborn, située à proximité de Detroit.
Son université est considérée par les médias israéliens comme l'une des plus difficiles des États-Unis pour Israël.
Elle organise périodiquement diverses activités traitant de la question palestinienne, dont entre autre le jour de
la Nakba et autres activités. Il y a encore quelques mois, elle a convié George Galloway le député britannique, connu pour son soutien à la cause palestinienne. 

09/02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=123599&language=fr


3 Politique colonialiste israélienne.(vue des USA)

Heba Zaghloul : Un fiasco américain.

Palestine.  ; L’échec de la tournée de l’émissaire américain George Mitchell au Proche-Orient coïncide avec le début des travaux de la commission de l’Onu sur « les droits inaliénables du peuple palestinien ».

La tournée que George Mitchell a entamée jeudi dernier au Proche-Orient a été un fiasco.

L’émissaire américain a multiplié les navettes entre Tel-Aviv, Ramallah et Jérusalem, en plus d’une visite à Amman et au Caire sans parvenir à débloquer le processus de paix.

Rien de surprenant. Après tout, qu’est-ce qui aurait pu faire réussir cette nouvelle tentative américaine ? En l’absence de toute pression à l’encontre de l’Etat hébreu, le premier ministre israélien est resté intransigeant, refusant de faire une quelconque concession. Toujours fidèle aux déclarations vagues et ambiguës, il a déclaré dimanche dernier avoir trouvé certaines idées américaines « intéressantes ». En même temps, il multiplie les provocations. Quelques heures à peine, après un entretien avec Mitchell, Benyamin Netanyahu s’est rendu à Gush Etzion et Maale Adoumim, deux blocs de colonies en Cisjordanie qui encerclent Jérusalem-Est, pour planter un arbre. « Notre message est clair : en plantant un arbre ici, nous signifions que nous resterons ici, que nous construirons ici et que ce lieu sera pour toujours une partie inséparable de l’Etat d’Israël », a-t-il lancé. Un message aux colons, certes, mais il s’agit surtout d’un message dirigé aux Palestiniens et à la communauté internationale : Israël n’a pas l’intention de reprendre le chemin de paix. Plus encore, le gouvernement israélien ne respecte même pas le gel partiel des constructions de colonies dans les territoires occupés, à l’exception de Jérusalem.

Ainsi en dépit du gel décrété et malgré un arrêt de la Haute Cour de justice israélienne, prononcé il y a un an, les constructions se poursuivent à Kyriat Netafim, une colonie de Cisjordanie.

Les Palestiniens, de leur côté, continuent de refuser le retour à la table de négociations avant l’arrêt total des activités de colonisation et ce dans tous les territoires palestiniens, Jérusalem inclus. Pour eux, il ne s’agit pas d’une condition qu’ils émettent mais de la simple application de la feuille de route qui engage Israël à mettre fin à sa politique de colonisation.

« Ce qui entrave en réalité les efforts du sénateur Mitchell et du président Obama, c’est Israël avec ses colonies, ses incursions et ses assassinats.

Quand nous disons qu’Israël doit cesser de construire des colonies, cela n’est pas une condition palestinienne. Il s’agit d’un engagement israélien qui doit être respecté », a déclaré Saëb Ereqat, chef négociateur palestinien. L’Autorité palestinienne est d’autant plus consciente que si elle abandonne cette revendication, sa popularité, voire même sa légitimité vis-à-vis de la population palestinienne, sera définitivement compromise au profit du Hamas.

Or face à cette impasse, certains craignent que le gouvernement américain ne finisse par délaisser le volet israélo-palestinien. L’entretien du président américain publié jeudi dernier dans l’hebdomadaire Time semble confirmer ces craintes. « Je pense que nous avons surestimé nos possibilités de les convaincre (Israéliens et Palestiniens) d’engager des négociations de paix », a déclaré Obama. « Les divisions au sein des deux sociétés (palestinienne et israélienne) rendent très difficile aux uns et aux autres le retour à des négociations », a-t-il ajouté. Washington menace-t-elle de jeter l’éponge ? Possible, mais en tout cas, les propos d’Obama sont loin de rassurer le côté palestinien qui espérait qu’avec l’élection du président Barack Obama, une nouvelle politique américaine sera plus équilibrée et moins partielle.

Mais la réalité est tout autre : les administrations américaines changent mais le soutien de Washington envers Israël reste indemne.

Les droits du peuple palestinien

Etrange coïncidence : le début de la tournée de Mitchell au Proche-Orient intervient le même jour de l’ouverture jeudi dernier à New York des travaux de la Commission de l’Onu sur les « droits inaliénables du peuple palestinien ». Et le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, semble avoir une opinion sans équivoque sur la politique israélienne.

« La communauté internationale est opposée à la présence israélienne et à la poursuite des constructions à Jérusalem-Est. L’activité de colonisation est un obstacle à la réalisation d’une paix fondée sur l’existence de deux Etats. Tout ceci n’est dans l’intérêt de personne — et surtout pas d’Israël. La colonisation sape la confiance entre les deux parties et semble préjuger du résultat des négociations sur le statut permanent », a-t-il déclaré.

Face à ces critiques, le gouvernement israélien n’a pas hésité à accuser Ban Ki-moon de tenir des propos « déséquilibrés et unilatéraux ». Il s’agit là de la même rhétorique utilisée par l’Etat hébreu il y a quelques mois contre le juge juif sud-africain Richard Goldstone, qui avait osé accuser le gouvernement israélien d’avoir commis des crimes de guerre, voire des crimes contre l’humanité à l’encontre des Palestiniens lors de la guerre contre Gaza, l’hiver dernier.

Ceci dit, les critiques du secrétaire général, qui viennent réconforter la position palestinienne tant qu’elles ne sont pas assorties de pressions, ne risquent pas de convaincre les Israéliens d’abandonner leur politique expansionniste dans les territoires palestiniens. L’impuissance de la communauté internationale et les récentes déclarations du président américain laissent peu de place à l’optimisme. Il semble que comme toujours et en dépit du constat international du « droit inaliénable du peuple palestinien » à la souveraineté et à la liberté, le peuple palestinien reste livré à son sort.

Heba Zaghloul
Publié le 27 janvier 2010 avec l'aimable autorisation de AL-AHRAM Hebdo

Source : Al-Ahram Hebdo
http://hebdo.ahram.org.eg/...

 http://www.palestine-solidarite.org:80/analyses.Heba_Zaghloul.270110.htm


4 Politique internationale

Ben Laden(...)  menace Obama de nouveaux attentats…

 «Nos attaques contre vous continueront tant que votre soutien aux Israéliens se poursuivra et que la sécurité ne sera pas établie en Palestine», promet le chef d'al-Qaida, qui revendique l'attentat manqué contre le vol Amsterdam-Détroit.

Oussama Ben Laden se rappelle au souvenir des autorités américaines. Dans un message audio, diffusé dimanche matin par la chaîne al-Jazira (écoutez la bande), le chef d'al-Qaida a revendiqué l'attentat manqué contre le vol Amsterdam-Détroit. Cette déclaration confirme le rôle joué par son organisation dans cette tentative. Fin décembre, la branche du groupe terroriste dans la péninsule arabique avait déjà clamé la responsabilité de l'attaque.

«De la part d'Oussama à Obama: le message délivré par le héros Umar Farouk Abdulmutallab confirme les messages précédents délivrés par les héros du 11 septembre et ceux qui les ont suivis», lance Oussama Ben Laden. Et l'islamiste promet de ne pas s'arrêter là. «Nos attaques contre vous se poursuivront tant que votre soutien aux Israéliens se poursuivra», met-il en garde. «Les Etats-Unis ne connaîtront pas la sécurité avant qu'elle ne soit établie en Palestine». «Il est injuste que vous ayez une vie tranquille alors que nos frères à Gaza vivent dans les pires conditions».

Ben Laden veut montrer qu'il tient toujours les rênes

La bande n'a pas encore été authentifiée mais la voix ressemblait à celle des précédents enregistrements attribués au chef d'al-Qaida. Ce message suggère qu'Oussama ben Laden veut montrer qu'il tient toujours les rênes des multiples branches d'al-Qaida à travers le monde. Des analystes avaient auparavant avancé que les filiales du réseau terroriste au Maghreb, dans la péninsule arabique et ailleurs, étaient gérées indépendamment.

Pour Jean-Pierre Filiu, l'un des meilleurs experts français en matière de terrorisme, le fondateur d'al-Qaida veut un engagement américain plus direct. «La manœuvre a sans doute fait long feu au Yémen, il espère donc les attirer au Pakistan, son théâtre stratégique d'opération».

http://www.lefigaro.fr/international/2010/01/24/01003-20100124ARTFIG00060-ben-laden-menace-les-etats-unis-de-nouveaux-attentats-.php



4 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

FPLP - Otan - 3 Onu - 4 Nations Unies - Banque Mondiale- Mouvement des non-aligné (MNA)

Cour pénale internationale (CPI)  

Le Hamas réclame le jugement des "criminels" israéliens devant la Cour pénale internationale

Le Hamas veut que l'ONU transfère le dossier de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza à l'hiver 2008-2009 à la Cour pénale internationale (CPI), a déclaré samedi un responsable du Hamas.
"Nous demandons aux Nations unies de transférer l'affaire à
la CPI pour traduire en justice les criminels de guerre sionistes" pour l'offensive israélienne dans la bande de Gaza contrôlée par le mouvement palestinien, a indiqué le ministre de la Justice du gouvernement Hamas, Mohammed Faraj al-Ghoul.
Il a cependant dit s'attendre à un blocage de l'administration américaine dans ce processus.
 Il a en outre affirmé que les "allégations" selon lesquelles les groupes armés palestiniens avaient tué ou blessé des civils israéliens dans ce conflit avaient "besoin d'être soutenues par des preuves".
Dans un rapport officiel remis fin janvier à l'ONU, Israël s'est efforcé de réfuter les accusations de la commission Goldstone, et a refusé jusqu'à présent la création d'une commission d'enquête réclamée par l'ONU.

06/02.

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=123266&language=fr

 

Centre arabo-international de continuation et de solidarité.

La déclaration arabo-internationale de Beyrouth soutenant la résistance.

Le dimanche 17 janvier 2010, dans le village libanais de Maroune Al-Ras, surplombant les territoires palestiniens, a été publiée la déclaration arabo-internationale de Beyrouth pour soutenir la résistance.

Elle a été lue par Mohammed Hasab Al-Rassoul (du Soudan), membre du comité fondateur du Centre arabo-international de continuation et de solidarité. En voilà un aperçu :

Dans la Rencontre arabo-internationale pour soutenir la résistance, tenue dans la capitale libanaise; Beyrouth, sous le slogan « Avec la résistance », dans la période du 15 au 17 janvier 2010, y ont participé des milliers de personnalités, de différents bords, partis, religions, organisations, unions populaires, syndicats.

Des universitaires, des penseurs, des hommes de lettre, des artistes, des sportifs y ont aussi participé. Nous, les participants, tous, en prenant en compte la montée en puissance des pressions de toutes sortes, politiques, économiques, culturelles et sécuritaires, pressions visant à faire tomber la résistance comme étant un choix stratégiques pour faire face à l’occupation, nous déclarons les points suivants :

Premièrement : La résistance contre l’occupation et l’agression reste un droit intouchable des peuples, un droit soutenu par la loi internationale et reconnu par toutes les religions divines. La charte des Nations Unies le reconnaît également. Tout comme les traditions et les luttes des peuples qui avaient vécu l’occupation ou étaient l’objet d’agression de la part des Américains, des Français ou d’autres, tout au long de l’Histoire.

Deuxièmement : Le droit des peuples à résister, par tous les moyens dont en premier lieu la résistance armée, fait partie du droit à l’autodéfense, à la liberté, à la dignité, à la souveraineté, à l’égalité avec les autres peuples du monde. La résistance est une condition nécessaire pour un système international juste, interdisant les guerres agressives, interdisant l’occupation des territoires des autres, interdisant la colonisation et le racisme, et instaurant les principes de coopération, de fraternité et de paix. C’est une nécessité stratégique pour la lutte des peuples. C’est le meilleur chemin conduisant les peuples à leurs buts : les expériences ont montré l’échec cuisant du choix des négociations.

Troisièmement : Une coordination est nécessaire entre les organisations de résistance, tout comme l’échange de leurs expériences, le renforcement des liens entres les résistants et leurs peuples, et un soutien leur permettant de réaliser leurs objectifs en puissance.

Quatrièmement : Au Liban, en Palestine et en Iraq, la résistance est un exemple à suivre, un exemple lié à la morale, qui vient à l’encontre du terrorisme pratiqué par l’Entité sioniste et l’administration américaine dont les crimes sont explicites dans les pays occupés.

Cinquièmement : Nous appelons les pays arabes à adopter le chemin de la résistance comme un choix stratégique face aux forces d’agression sionistes et impérialistes, à soutenir la résistance par tous les moyens, à satisfaire leurs peuples qui souhaitent rompre tous les accords et toutes les relations avec l’Entité sioniste.

Sixièmement : Les gouvernements et les peuples arabo-islamiques sont appelés à boycotter les produits de l’Entité sioniste, ainsi que les entreprises la soutenant. Ils sont appelés aussi à utiliser leurs ressources économiques dans la confrontation.

Septièmement : Il faut un travail sérieux de la part des peuples et des pays pour chasser l’Entité sioniste de l’ONU, et de toutes les organisations internationales et régionales : c’est l’entité illégitime, discriminatoire, terroriste par excellence.

Huitièmement : Il faut travailler sur tous les niveaux pour poursuivre et juger ceux qui ont commis des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité en Palestine, en Iraq et au Liban, parmi les dirigeants de l’Entité sioniste et l’administration américaine. Il faut continuellement travailler pour tirer des résultats juridiques du rapport de Goldstone et des autres rapports régionaux et internationaux.

Neuvièmement : Il est nécessaire d’ancrer la culture de la résistance chez les jeunes et toutes les tranches de la société, par les programmes de l’éducation, par l’art et la littérature. Il est aussi nécessaire de faire face aux divisions religieuses et ethniques pour faire face à toute sorte d’invasion dont surtout l’invasion culturelle.

Dixièmement : La liberté des médias reste un droit intouchable. Les législations ne doivent pas leur mettre des bâtons dans les roues. Ils doivent continuer leur travail en exposant les réalités et en mettant sous lumière les pratiques de l’occupation.

Onzièmement : Le travail des médias reste très important pour faire face aux défis actuels et futurs. Il faut profiter de toute nouvelle technologie moderne afin d’affronter la guerre psychologique et culturelle. Il faut mettre en place un projet médiatique face à la normalisation médiatique.

Douzièmement : Il faut travailler continuellement et sérieusement pour faire face à la judaïsation de la ville d’Al-Quds, pour ouvrir le point de passage de Rafah, pour briser le blocus imposé sur la bande de Gaza, pour résister à tous les murs dont le « mur d’acier ».

Treizièmement : Nous saluons les victoires historiques et stratégiques que la résistance a réalisé au Liban en 2000 et 2006, et à Gaza en 2008 et 2009, et en Iraq depuis l’occupation (américaine).

Quatorzièmement : Nous appelons les peuples et les gouvernements arabo-islamiques et les pays amis à considérer les jours du 18 janvier et du 14 août de chaque année comme des journées de résistance et de victoire.

31/1

COMITE ACTION PALESTINE

CPI

actionpalestine@hotmail.com

http://nasr-moqawama.blogspot.com/


Croissant Rouge Palestinien

Le croissant rouge palestinien: 455 fois agressé par les sionistes en 2009

L'organisation du croissant rouge palestinien a affirmé que ses équipes médicales ont 455 fois été agressé par l'occupation israélienne en 2009.
Elle a entre autres cité, les tirs de feu d'une manière directe, les tortures, l'interdiction d'accomplir leurs missions de secours aux victimes.
L'organisation a affirmé que ses ambulances ont été 15 fois attaquées par l'occupation tuant une personne à Gaza, et blessant 10 autres. 22 ambulances ont également été endommagées.
"Les équipes de secours ont été interdits 440 fois d'accomplir leur mission, dont 289 fois dans la ville sainte d'Al Qods occupée, et 132 fois lors de la guerre sioniste contre la bande de Gaza", a souligné le rapport de l'organisation.
Elle a en outre souligné que ces agressions et violations très flagrantes aux lois et règles internationales nécessitent une poursuite judiciaire à l'encontre des forces sionistes.

04/02

.http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=122861&language=fr


Comité International de la Croix-Rouge

Explosion d'une bombe près d'un convoi de la Croix-Rouge dans la Bande de Gaza, pas de victimes

Une bombe a explosé jeudi près d'un convoi de la Croix-Rouge dans le nord de la Bande de Gaza, selon des représentants des services de sécurité du Hamas.

Anne Sophie Bonefeld du Comité international de la Croix-Rouge a déclaré qu'aucune personne n'avait été blessée dans la déflagration mais qu'un véhicule avait été endommagé.

La responsabilité de l'explosion n'a pas été revendiquée dans l'immédiat.

Des responsables des services de sécurité du Hamas ont précisé que l'engin explosif avait sauté au moment où quatre véhicules de la Croix-Rouge circulaient sur une route à environ un kilomètre au sud du point de passage frontalier d'Erez séparant la Bande de Gaza d'Israël.

Ils ont déclaré sous couvert de l'anonymat que la police recherchait une voiture qui a été vue en train de quitter les lieux.

4/2

http://fr.news.yahoo.com/3/20100204/twl-israel-palestiniens-explosion-951b410_2.html


FPLP

Talal Nadji : demande aux Arabes de prendre l'Iran pour modèle.

Le sous-secrétaire général du Front populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) a demandé aux Arabes de prendre l'Iran comme modèle, pour sa résistance devant les pressions occidentales.
Talal Nadji qui s'exprimait, lors d'une conférence ayant pour thème " Gaza, résistance et victoire", a en outre condamné le mutisme des dirigeants arabes envers les crimes des sionistes. 
De son côté, Oussama Adi, membre de la direction du parti Baassiste syrien a fait part, lors de cette conférence, du soutien de son pays à la résistance palestinienne.  

Il a également appelé la communauté internationale à passer à l'acte pour mettre fin aux crimes des sionistes à Gaza.

23/01/2010

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=121051&language=fr


International Solidarity Movement

Israël" arrête deux militantes pro-palestiniennes étrangères en Cisjordanie Deux militantes pro-palestiniennes étrangères ont été arrêtées dans la nuit de samedi à dimanche en Cisjordanie occupée, a annoncé l'organisation International Solidarity Movement (ISM) qui accuse les autorités d'occupation de vouloir ainsi intimider les militants anti-colonisation.
"C'est parce qu'elles sont militantes qu'elles ont été visées. Mais comme elles n'ont enfreint aucune loi, l'excuse pour s'en débarrasser est que leur visa a expiré", a accusé Neta Golan, un Israélien cofondateur de cette organisation pro-palestinienne.
Ariadna Jove Marti, de nationalité espagnole, et Bridgette Chappell, de nationalité australienne, ont été arrêtées à 3 heures du matin lors d'un raid de Tsahal dans la ville de Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, selon ISM.
Les militaires ont également saisi des appareils photo, un ordinateur, des banderoles pro-palestiniennes et des formulaires d'ISM, selon Ryan Olander, un militant de nationalité américaine présent lors de leur arrestation.  
Celle-ci intervient un mois après celle d'Eva Novakova, une militante de nationalité tchèque, qui a par la suite été expulsée d'"Israël".
Ramallah se situe en zone dite A de Cisjordanie occupée, placée sous contrôle de l'Autorité palestinienne, mais où l'armée d'occupation israélienne continue d'opérer.

07/02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=123368&language=fr


Organismes de défense des droits de l'Homme

Treize ONG israéliennes dénoncent une "campagne systématique" contre elles.

Treize des plus importantes organisations non gouvernementales israéliennes ont dénoncé mardi une "campagne systématique" contre elles, alors qu'Israël se retrouve en position d'accusé sur la scène internationale pour son offensive dévastatrice à Gaza il y a un an.

Dans un appel au président de l'Etat Shimon Peres et au Premier ministre Benjamin Netanyahu, ces organismes de défense des droits de l'Homme leur demandent d'intervenir immédiatement "pour stopper une campagne systématique et allant crescendo" contre eux en Israël.

Cette campagne vise à "faire taire les voix de la contestation" alors qu'une "démocratie n'a pas le droit d'étouffer la critique", écrivent dans une lettre ouverte les ONG, dont B'tselem et l'Association israélienne des droits civils.

Elles se plaignent de ce que le Shin Beth, le service de sécurité intérieure, convoque certains de leurs membres pour les avertir de ne pas se livrer à des "activités politiques" sous couvert d'action humanitaire, et s'élèvent contre les déclarations incendiaires de certains ministres.

Elles rappellent que le ministre de l'Intérieur Elie Yishaï a accusé les ONG actives dans la défense de travailleurs immigrés "d'oeuvrer en vue de la destruction d'Israël".

De son côté l'ex-chef d'état-major et actuel ministre chargé des Affaires stratégiques, Moshé Yaalon, a accusé des ONG actives dans la défense des Palestiniens de "détruire Israël" de l'intérieur.

"Nous sommes confrontés depuis plusieurs mois à une campagne orchestrée de délégitimation à travers les médias, provenant de l'extrême droite et relayée par des responsables gouvernementaux et militaires", a déclaré à l'AFP Sarit Michaeli, la porte-parole de B'tselem.

Elle lie cette campagne à "un sentiment d'isolement accru en Israël, face au réquisitoire de la commission Goldstone" qui a accusé Israël, mais aussi le groupes armés palestiniens, de crimes de guerre durant l'offensive israélienne à Gaza (27 décembre 2008-18 janvier 2009), qui a fait plus de 1.450 morts palestiniens et 13 israéliens.

"Quand des ministres accusent le rapport Goldstone de mettre en cause l'existence d'Israël et d'alimenter l'antisémistime, des ONG comme B'tselem, qui lui ont fourni des éléments, se retrouvent traitées de traîtres" souligne-elle.

Elle a fait notamment référence à un article au vitriol la semaine dernière sur un site d'extrême droite, accusant ces ONG d'être une cinquième colonne et prenant à partie l'ex-députée de gauche Noémie Hazan, à la tête du "Nouveau fonds pour Israël" coupable de les financer.

Pour leur part, des ONG étrangères ont dénoncé en janvier de nouvelles restrictions imposées selon elles par le ministère israélien de l'Intérieur concernant la délivrance de permis de travail dans les territoires palestiniens.

2/1

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-41571660@7-60,0.html


TNP

A. Chatta &T. Slimani : Suivi de l'activité nucléaire israélienne.

La commission de suivi de l'activité nucléaire israélienne qui est en infraction du traité de non prolifération des armes nucléaires (TNP) tiendra demain au Caire sa 27ème réunion, et ce, avec la participation des experts juridiques, sécuritaires et politiciens arabes.

L'ordre du jour de la commission comprend nombre de points liés à l'activité nucléaire israélienne, à l'évaluation de la 53ème session de l'AIEA et aux préparatifs de la 54ème de la session de cette agence.

Pendant trois jours, la commission va examiner la poursuite de la coordination arabe sur les travaux de la conférence des pays signataires du /TNP/ pour passer en revue le traité pour l'an /2010/ en vue de discuter des périls de l'arme nucléaire israélienne et des autres ADM sur la paix internationale et la sécurité nationale arabe.

La commission va également étudier un point portant sur le volume et les dangers de l'activité israélienne spatiale et des missiles sur la sécurité nationale arabe.

A noter que la commission va présenter à la réunion du conseil des ministres arabes des AE et au sommet arabe, prévu mars prochain en Libye un rapport sur ces résultats de ces travaux pour cristalliser une position arabe unifiée vis-à-vis des questions soumises à la prochaine conférence /2010/ sur la révision de la charte de la non prolifération des armes nucléaires, prévue à New York. 
A. Chatta &T. Slimani

23 Jan

La Caire

http://www.sana.sy/fra/55/2010/01/23/268568.htm


5 institutions et leurs satellites

Commission Européenne

Colonies: le Luxembourgeois Jean Asselborn juge "inacceptables" les déclarations de Netanyahu.

Les déclarations de Netanyahu sont "inacceptables", a estimé Jean Asselborn lors de la réunion avec ses homologues européens à Bruxelles.

L'affirmation du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu selon laquelle des colonies en Cisjordanie feront toujours partie d'Israël sont "inacceptables" et risquent de provoquer "un nouveau conflit", a estimé lundi le chef de la diplomatie luxembourgeoise.

De telles déclarations sont "politiquement inacceptables" et "mènent tout droit à un nouveau conflit, qui ne peut pas être dans l'intérêt de la région, ni des Palestiniens, ni des Arabes, ni des Israéliens", a estimé Jean Asselborn à son arrivée à une réunion avec ses homologues européens à Bruxelles. "La Cisjordanie n'appartient pas à Israël", a-t-il souligné. "Comment légitimer qu'on puisse construire des maisons, des villes et des villages sur un terrain dont on n'est pas propriétaire... C'est une violation du droit international, c'est une provocation!" M. Netanyahu a proclamé dimanche que le bloc de colonies du Goush Etzion, établi près de Bethléem (Cisjordanie) dès 1967, ferait "pour toujours" partie d'Israël.
"Notre message est clair: en plantant un arbre ici, nous signifions que nous resterons ici, que nous construirons ici et que ce lieu sera pour toujours une partie inséparable de l'Etat d'Israël", a déclaré M. Netanyahu lors d'une cérémonie publique de plantation d'arbres dans ce bloc de colonies. Les gouvernements successifs israéliens ont annoncé à plusieurs reprises dans le passé qu'ils entendaient annexer cinq à six blocs de colonies établis en Cisjordanie, avec ou sans accord de paix avec les Palestiniens. Le Goush Etzion regroupe une quinzaine d'implantations comptant environ 12.000 habitants, dans la région de Bethléem, au sud de Jérusalem. Il a été établi dès 1967, dans la foulée de la conquête par Israël de
la Cisjordanie, sur la base d'implantations agricoles sionistes occupées et détruites par des forces arabes durant la guerre de 1948.

25/01
AFP



2 Europe

1 Belgique

Une ONG belge a distribué au public du Salon des tickets promotionnels avec des heures de vol gratuites “en remerciement à l’Etat belge pour le soutien aux livraisons d’armes à Israël”

Les "activistes" s'étaient déguisés en hôtesses de l'air et stewards de la compagnie aérienne El Al.
 "Un petit groupe a été appréhendé dimanche dernier au “Salon des Vacances”, à Bruxelles.

Les manifestants, qui ont déclaré vouloir "mener une action ludique contre la livraison d’armes par la Belgique à Israël, “ont dû comparaître pour faux en écriture devant le procureur”, a indiqué lundi l’ONG Vredesactie.
L’organisateur du Salon des Vacances a confirmé qu’un incident s’était produit et que la société en charge de la sécurité avait mis les manifestants à la porte du Salon.

Les activistes s’étaient déguisés en hôtesses de l’air et stewards de la compagnie aérienne El Al. Ces “hôtesses” ont distribué au public du Salon des tickets promotionnels avec des heures de vol gratuites “en remerciement à l’Etat belge pour le soutien aux livraisons d’armes à Israël”. Les tickets promotionnels expliquaient pourquoi El Al “a des raisons de faire la fête”.
“El Al Israel Airlines est depuis déjà 60 ans le partenaire le plus fier du gouvernement israélien et s’occupe des livraisons d’armes à l’armée israélienne. Depuis peu, nous bénéficions du soutien belge. L’aéroport de Liège a en effet été généreusement mis à disposition pour la livraison d’armes américaines à Israël”, peut-on lire sur les tickets.
L’action, qui s’est déroulée dans le calme selon l’ONG, a tout de même suscité quelques émotions. Les visiteurs qui avaient reçu un “ticket gratuit” se sont en effet rendus au stand du service du tourisme d’Israël pour demander comment ils pouvaient utiliser leur ticket. Des personnes sont également venues poser des questions au stand de l’aéroport de Liège".
Source: http://www.rtlinfo.be


Bielorussie

Andrétchenko : la destruction de Quneitra par Israël, du terrorisme organisé

Le président du conseil des représentants à l'assemblée nationale biélorusse, Vladimir Andrétchenko, a qualifié de terrorisme et d'acte inhumain organisé la destruction de la ville de Quneitra par Israël.

Dans une déclaration aux journalistes lors de sa visite de la ville de Quneitra, M. Andrétchenko a indiqué qu'au moment où le monde se considère comme civilisé, la scène du chaos total laissé par Israël à Quneitra nous interpelle pour davantage d'efforts internationaux dans le but de faire face au terrorisme israélien, d'appliquer les résolutions de la légalité internationale et de concrétiser la paix juste et globale dans la région.

Avant de planter un arbuste dans le jardin des amis de Quneitra, Andrétchenko a écouté un exposé de la part du gouverneur sur l'état actuel du gouvernorat de Quneitra et sur les pratiques quotidiennes entreprises par l'occupant à l'encontre de "nos" concitoyens Golanais.

T. Slimani

 29 Jan

Ps : Quneitra (aussi orthographie Al Qunaytirah', Qunaitira, ou Kuneitra) (arabe : القنيطرة) est une ville fantôme située sur le plateau du Golan en Syrie à environ mille mètres d'altitude.

Elle fut fondée sous le règne des Ottomans afin de servir de ville étape sur la route caravanière de Damas.

Le 10 juin 1967, le dernier jour de la guerre des Six Jours l'armée israélienne prit le contrôle de Quneitra.

Elle fut brièvement reconquise par la Syrie pendant la guerre de Kippour, mais Israël en reprit le contrôle lors de sa contre-offensive

La ville fut presque entièrement détruite avant le retrait israélien de 1974.

Elle est de nos jours située dans la zone démilitarisée séparant la Syrie d'Israël, à courte distance de la frontière qui sépare de facto les deux pays.

Le gouvernement syrien a décidé de laisser Quneitra en l'état en témoignage de sa destruction[2].( http://fr.wikipedia.org/wiki/Quneitra)

http://www.sana.sy/fra/145/2010/01/29/269719.htm


France

Fillon : La France "était prête à organiser une conférence paix »

Par ailleurs, François Fillon a rappelé que la France "était prête à organiser une conférence paix" sur le conflit israélo-palestinien souhaitant des "compromis des deux côtés".

A propos de l'actualité hexagonale, le Premier ministre a dénoncé en plein débat sur le port de la burqa ceux "qui cachent derrière le paravent d'une soi disant liberté un militantisme extrémiste".

Quelques jours après la profanation du carré juif d'un cimetière près de Strasbourg, il a également dénoncé avec vigueur "la violence à caractère antisémite profondément révoltante, insupportable".

Répondant à une inquiétude du président du Crif Richard Prasquier, le chef du gouvernement a affirmé qu'il "accorderait une attention très sévère au développement du racisme sur internet". Il a également dénoncé le "scandaleux mouvement de boycott de produits cachers ou israéliens".

M. Fillon a répondu à une attente de la communauté juive en indiquant qu'une nouvelle mesure législative va rendre possible l'ouverture au public du procès en appel des assassins d'Ilan Halimi, parmi lesquels des mineurs.

Le Premier ministre a également fait allusion aux difficultés "blessantes, inadmissibles" de certains Français pour obtenir la délivrance ou le renouvellement d'une carte d'identité, autre problème soulevé par le Crif.

"L'administration n'est pas là pour créer des contraintes de ce genre", a-t-il jugé rappelant que son ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait "mis en oeuvre les moyens nécessaires pour prévenir ces difficultés".

Parmi les personnalités qui se pressaient au pavillon d'Armenonville, on comptait de nombreux ministres et élus de tous bords.

La première secrétaire du PS Martine Aubry s'est éclipsée avant le discours du Premier ministre.

A noter la présence de l'imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, objet de critiques chez les musulmans après s'être prononcé en faveur d'une loi contre le voile intégral

l3/2

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/fillon-demande-des-sanctions-fortes-contre-l-iran_846536.html

 Jean-Claude Lefort : Comité national de soutien à Salah Hamouri.

Lettre à la Halde

Paris, le 25 janvier 2010 

M. Louis Schweitzer Président de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité
11 rue Saint Georges
75009 Paris 

Monsieur le Président,

En tant que Président d’une association habilitée à porter des cas de discriminations devant la Haute Autorité, je m’adresse à vous aujourd’hui pour saisir la HALDE relativement à une double discrimination établie selon la loi, touchant en même temps et « à l’origine » et aux « opinions politiques » d’une personne. La double discrimination résultant des attitudes établies et vérifiables du Président de la république, Monsieur Nicolas Sarkozy.

Cette double discrimination touche M. Salah Hamouri, un Français actuellement en prison en Israël depuis presque 5 ans.

La discrimination touchant à l’origine tient au fait suivant : M. Salah Hamouri est franco-palestinien. La discrimination relative aux opinions politiques tient au fait qu’il est en prison pour délit d’opinion, selon les autorités israéliennes, en ce qu’il refuse pacifiquement l’occupation de son pays – la Palestine – et de son lieu de résidence – Jérusalem Est – par la force occupante qu’est l’Etat israélien.

En quoi se manifeste cette double discrimination dont se rend responsable le Président de la République ?

Comme vous le savez, M. Nicolas Sarkozy a déclaré vouloir aller au secours des Français en difficulté à l’étranger et ceci « quoi qu’ils aient fait ». Et de fait il a agi pour tous les cas que nous connaissons tous. En particulier, ceci pour bien souligner la discrimination dont est victime Salah Hamouri, il s’est prononcé publiquement pour la libération du caporal franco-israélien, M. Gilad Shalit, et il a reçu personnellement à cet effet, et en forme de soutien, les membres de sa famille, ceci à plusieurs reprises.

A l’inverse, et alors que Salah Hamouri a été « jugé » par un tribunal militaire israélien siégeant en Cisjordanie, le Président de la République considère que cette sentence n’est pas contestable en ce qu’elle émanerait d’un « Etat de droit ». Dès lors il ne demande pas la libération pure et simple de Salah Hamouri. De plus, alors que la mère du jeune Salah Hamouri l’a demandé formellement et avec elle des dizaines de parlementaires situés sur tous les bancs et membres du « Comité national de soutien à Salah Hamouri», le Président de la République non seulement n’a pas reçu mais il refuse purement et simplement de recevoir la famille de notre compatriote. 

Madame Hamouri Denise est originaire de Bourg-en-Bresse et Salah Hamouri dispose comme seules pièces indiquant sa nationalité : une carte d’identité et un passeport français. Il ne dispose d’aucune autre pièce indiquant une autre nationalité du fait de l’occupation de Jérusalem-Est par les forces israéliennes qui ne reconnaissent aucune « nationalité » aux Palestiniens qui y vivent. Salah Hamouri est franco-palestinien de naissance mais uniquement Français de jure. 

Ces refus présidentiels vis-à-vis de ce compatriote constituent les deux discriminations signalées : l’origine franco-palestinienne de Salah Hamouri et le refus politique de ce dernier d’accepter l’occupation israélienne des Territoires palestiniens.

La Haute Autorité que vous présidez est habilitée à investiguer sur les actes du Président de la République puisque son immunité ne peut jouer devant la HALDE qui n’est pas un organe judiciaire.

Elle est aussi habilitée à donner un avis public et formuler son opinion sur ce double manquement grave à l’égalité de traitement dont se rend responsable le Président de la République cela au moment précis où un débat sur l’identité nationale française est engagé dans notre pays.

Je vous demande donc d’établir les faits et de vous prononcer sur les conséquences qui en résultent, inclus en matière de responsabilité du Président de la République.

Je me tiens à votre disposition pour vous apporter tous les éléments dont vous pourrie avoir besoin aux fins de l’enquête que vous ne manquerez pas de diligenter.

Dans l’attente,

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma haute considération.

M. Jean-Claude Lefort
Député honoraire

Président de l’AFPS

Source : Jean-Claude Lefort

http://www.palestine-solidarite.org:80/dossier.Salah_Hamouri.Jean-Claude_Lefort.250110.htm


Italie

Berlusconi fait l'éloge à "Israël qui incarne la démocratie et la liberté"

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a apporté ce mercredi un soutien sans faille à "Israël" et appelé à des "sanctions efficaces" contre l'Iran, dans un discours prononcé devant le Parlement israélien.
"Israël incarne la possibilité de vivre en démocratie et dans la liberté, ce qui le rend intolérable aux yeux des fanatiques du monde entier", a lancé Berlusconi devant les députés de
la Knesset.
  "La sécurité d'Israël est pour nous Italiens un impératif éthique et moral", a-t-il poursuivi. "L'Italie est fière de ses nombreux gestes de solidarité envers votre pays comme notre vote contre le rapport Goldstone qui cherche à criminaliser Israël pour avoir répondu au roquettes du Hamas tirées depuis Gaza", a-t-il souligné.

 Berlusconi a par ailleurs appelé à des "sanctions efficaces" contre le régime iranien.
 "La communauté internationale doit décider qu'un Etat dont les dirigeants annoncent leur intention de détruire Israël et nient
la Shoah ne doit pas disposer d'un armement nucléaire", a-t-il martelé.
03/02.

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=122620&language=fr

 La politique de colonisation d'Israël est "une erreur"

La politique israélienne de colonisation est "une erreur", a estimé le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi dans une interview publiée dimanche dans un quotidien israélien à la veille de sa visite officielle en Israël.

"La politique de colonisation d'Israël (ndlr: dans les territoires arabes occupés depuis juin 1967) peut constituer un obstacle à la paix. En tant qu'ami, la main sur le coeur, je veux dire au peuple et au gouvernement d'Israël que persister dans cette politique est une erreur", a-t-il déclaré au quotidien Haaretz.

"Le temps est venu pour Israël et la Syrie d'agir de concert pour le bien de la paix, et dans ce contexte le plateau du Golan (occupé) devra être restitué (à la Syrie) afin que les deux pays établissent des relations diplomatiques et que Damas renonce à soutenir des organisations qui ne reconnaissent pas Israël", a encore dit M. Berlusconi.

Il s'est par ailleurs catégoriquement prononcé contre l'éventualité que "des armes nucléaires puissent être détenues par un pays (l'Iran), dont les dirigeants affirment publiquement qu'ils veulent détruire Israël et nient l'existence du génocide nazi".

M. Berlusconi est attendu lundi en Israël avec huit de ses ministres pour une visite de trois jours durant laquelle il doit notamment s'exprimer à la tribune de la Knesset (Parlement).

Dans l'interview, M. Berlusconi se félicite par ailleurs d'avoir fait de l'Italie "l'ami européen le plus proche d'Israël".

Preuve de ces liens privilégiés, une réunion conjointe des gouvernements israélien et italien doit se tenir à Jérusalem à l'occasion de cette visite.

(AFP /

31 janvier 2010

http://www.romandie.com/ats/news/100131071256.y087gjis.asp

 

Berlusconi rêve de voir Israël rejoindre l'UE.

Le Premier ministre Berlusconi a déclaré lundi que son "plus grand rêve" serait de pouvoir "compter Israël parmi les pays de l'Union européenne".

A Jérusalem, il a planté un olivier dans la Forêt des Nations puis il a visité Yad Vashem, le musée de l'Holocauste.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou s'est réjoui de la "visite historique" de son homologue italien. "Ce n'est pas tous les jours que nous avons le privilège d'accueillir l'un des plus grands amis d'Israël, un dirigeant courageux qui est un grand combattant de la liberté et un partisan enthousiaste de la paix", a-t-il déclaré.

Berlusconi se rendra aussi dans les Territoires palestiniens pour s'entretenir avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

2/2

http://fr.news.yahoo.com/3/20100201/twl-israel-italie-berlusconi-ue-951b410_1.html

 

Berlusconi prône l'adhésion d'Israël à l'UE.
Le premier ministre italien Silvio Berlusconi, en visite en Israël,  a offert à l'Etat hébreu son soutien dans l'arène internationale et a souhaité voir Israël intégrer l'UE, a annoncé mardi le service de presse du gouvernement israélien.
M.Berlusconi, qui a fait d'Israël un des alliés les plus proches de l'Italie, participeactuellement à Jérusalem, en compagnie de ses ministres clés, à une réunion gouvernementale des deux pays.
"L'Italie n'entretient ce format de coopération qu'avec cinq Etats parmi les plus importants d'Europe, dont Israël que nous qualifions de pays européen…
Tant que je suis dans la politique internationale, mon rêve le plus cher sera toujours de voir Israël adhérer à l'Union européenne", a déclaré M.Berlusconi cité par l'agence de presse du gouvernement israélien.
Jusqu'à présent, Israël n'a pas demandé à adhérer à l'UE.
Mardi, le quotidien Haaretz a cité une autre déclaration du premier ministre italien dans laquelle il affirme qu'il "soutiendra Tel Aviv dans l'arène internationale, quelle que soit sa demande".
Selon la radio Kol Israël, une des demandes de soutien déjà adressées consistait à porter le Corps des gardiens de la révolution islamique (Iran) sur la liste européenne des organisations terroristes. M.Berlusconi n'a pas donné de réponse définitive, mais a promis d'y réfléchir.
Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié d'"historique" la visite de son homologue italien, qui, selon lui, est "un des plus grands amis d'Israël, un leader audacieux, un grand défenseur de la liberté et un partisan de la paix". M.Netanyahu a annoncé qu'un ensemble de documents portant sur la coopération dans le domaine de l'économie, de l'énergie, de l'environnement et de la santé sera signé au cours de la visite du président du Conseil  italien.

2/2
http://fr.rian.ru/world/20100202/185977607.html

 

Al Bardawil : les déclarations de Berlusconi devant la Knesset sont très extrémistes. !!!

"Les déclarations du premier ministre italien, Silvio Berlusconi représente une position très dangereuse qui contredit au minimum des droits du peuple palestinien, en encourageant l'extermination des enfants palestiniens et soutenant le terrorisme et les crimes  très flagrants de l'occupation israélienne, notamment la dernière guerre contre les habitants de la Bande de Gaza", a contesté le porte-parole du bloc parlementaire du Hamas, Dr. Salah al Bardawil.

Al Bardawil a dénoncé les déclarations de Berlusconi, en les qualifiant d'extrémisme très grave et plus dangereuse que celui des dirigeants sionistes extrémistes,

Au cours de son discours devant la Knesset, Berlusconi a qualifié de juste les opérations militaires criminelles durant la dernière guerre contre la population de la Bande de Gaza qui avait fait plus de 1450 martyrs et plus de 5000 blessés dont une majorité d'enfants et de femmes.

En dépit des violations et crimes israéliens quotidiens dans les territoires palestiniens occupés, notamment en Cisjordanie et la Bande de Gaza, le diplomate italien a prétendu que l'occupation israélienne est un exemple de la liberté et de la démocratie vivante dans tout le Moyen-orient,

tout en appelant Berlusconi à visiter Gaza pour voir la réalité sur le terrain et cesser d'adopter les manipulations criminelles et les mensonges de l'entité sioniste.

04-02


Norvege

Jonas Gahr Store : Israël a fermé la porte devant le processus de paix avec les palestiniens.  

M. Jonas Gahr Store, ministre norvégien des Affaires Etrangères, a affirmé qu'Israël ne veut pas reprendre les négociations de paix avec les palestiniens, et que le gouvernement israélien de Netanyahou ferme la porte devant le processus de paix.

M. Gahr Store, a ajouté, dans un entretien accordé au quotidien émirati /al-Bayan/ publié aujourd'hui, qu'il a constaté, lors de sa rencontre la semaine dernière avec le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou et son ministre des Affaires Etrangères, que les israéliens refusent totalement de tenir des négociations sérieuse destinée à établir un Etat palestinien indépendant.

"La politique actuelle d'Israël ne respecte pas la loi internationale vu qu'il commet quotidiennement les massacres contre le peuple palestiniens innocent et parle en même temps de la paix" a-t-il précisé.

Il a, à cet effet, appelé l'union européenne, les Nations-Unis et les pays arabes à déployer leurs efforts pour reprendre les négociations de paix.

De même, M Gahr Store a exprimé le refus de son pays de la poursuite par Israël de la construction des colonies à al-Qods occupée.

24-01

http://www.sana.sy/fra/55/2010/01/24/268614.htm


Turquie

01-02

Le premier ministre turc, Rajev Tayeb Erdogan, a poursuivi ses fortes critiques contre l'occupation, en affirmant que la Turquie va poursuivre de dévoiler les réalités sur les pratiques sionistes.

Erdogan a déclaré, le dimanche 31/1, à la chaîne turque "EURONEWS", qu'Israël doit revoir ses relations avec les pays voisins, notamment la Turquie qui possède un passé lumineux depuis des centaines d'années, si elle veut faire partie de ce monde".

"La Turquie n'accepte pas de rester insensible devant les crimes horribles de l'occupation contre les palestiniens innocents, notamment l'utilisation du phosphore blanc, la destruction des infrastructures de la Bande de Gaza qui a été transformée à une grande prison, chose qui se contredit avec les droits de l'homme et les conventions internationales", a souligné Erdogan.

Erdogan a attiré l'attention aux pratiques refusées de l'état de l'entité sioniste contre les diplomates turcs, notamment l'ambassadeur de la Turquie, en soulignant que relations et les accords entre les deux états vont être affectés si le gouvernement sioniste continuera sa politique discriminatoire et inacceptable.

CPI


5 Russie

Le chef du Hamas Khaled Mechaal a rencontré Sergueï Lavrov.
Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a rencontré aujourd'hui à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pour s'entretenir de la réconciliation de son organisation avec le Fatah, fidèle au président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.
"Nous nous sommes rencontrés pour poursuivre notre dialogue et notre principal but est de contribuer aux efforts de l'Egypte pour assurer l'unité palestinienne", a déclaré le chef de la diplomatie russe au début de ses pourparlers avec Mechaal.

L'Egypte joue depuis plusieurs mois le médiateur entre le Fatah de M. Abbas et le Hamas.

Elle a préparé un accord de réconciliation que seul le Fatah a signé pour l'instant, en octobre 2009.
Mechaal, qui vit en exil en Syrie, s'est une nouvelle fois opposé à la signature de l'accord de réconciliation dans une interview au quotidien russe Vremia Novosteï publiée aujourd'hui. "On cherche à obtenir que nous signions cet accord tel quel et on nous dit que la rencontre (avec Abbas) aura lieu après. Cette approche est à vrai dire inadmissible", a déclaré le leader du Hamas.
Mechaal a également accusé Washington "d'une ingérence qui s'est avérée négative et qui a freiné ce processus de réconciliation".

9 février 2010

http://fr.rian.ru/world/20100208/186016463.html,_._

 

Rencontre Medvedev-Abbas: l'aide à la Palestine au menu

 La reprise des négociations arabo-israéliennes et l'aide aux Palestiniens dans la formation des institutions d'Etat sont au menu de la prochaine rencontre du président russe Dmitri Medvedev avec le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, en visite du 25 au 28 janvier en Russie, a indiqué une source au Kremlin.

"Au cours de la rencontre de haut niveau, MM. Medvedev et Abbas évoqueront la coopération bilatérale, notamment sur l'aide à la Palestine dans la formation d'institutions d'Etat efficaces et dans l'élimination des problèmes d'ordre social, économique et humanitaire", selon la source.

La source a en outre ajouté que la situation politique au Proche-Orient et la reprise des négociations arabo-israéliennes, censées déboucher sur la formation de l'Etat palestinien, seront également débattues lors de la rencontre entre les deux hommes politiques prévue pour le 26 janvier à Sotchi.

La dernière rencontre Medvedev-Abbas date d'avril 2009. A l'époque, dans la capitale russe, les deux hommes ont évoqué le règlement au Proche-Orient et ont abordé la question de la conférence de Moscou sur le Proche-Orient, dont l'idée avait été proposée par la Russie et soutenue, notamment, par la partie palestinienne.

La Russie fait partie du Quartette de médiateurs internationaux (Russie, USA, UE et ONU) pour le règlement au Proche-Orient et recherche (…) activement des variantes de rapprochement des positions arabe et israélienne.

26/1

http://fr.rian.ru/world/20100125/185930314.html


Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.