Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/03/2010

n° 126 - Journal du Liban. - du 11-02 au 05-03 : -Début - : Si vous envahissez notre pays, plusieurs dizaines de milliers de résistants vous accueilleront dans la moindre vallée.

n° 126 - Journal du Liban. - du 11-02 au 05-03 :  -Début - :   Si vous envahissez notre pays, plusieurs dizaines de milliers de résistants vous accueilleront dans la moindre vallée.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.


Journal du Liban

      n° 126                                          11-02 au 05-03

 

        C.De broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

Tiré à part

Si vous envahissez notre pays, plusieurs dizaines de milliers de résistants vous accueilleront dans la moindre vallée.

Échanges les plus acerbes depuis des années entre Israël et ses voisins.

Menace d’attaque Israélienne contre le Liban ?

Résistance

Analyse

Sondage d’opinion : 73% des Libanais estiment estiment que la résistance saurait faire face  aux agressions israéliennes.

1 Lutte pour la libération du territoire

 2 Politique

a)   Politique Libanaise

b)  Israélienne

Fin  

c)  Politique internationale

d) Pays Arabes & voisins

4 Institutions internationales

5 Autres Pays

6 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

6-1 L’ambassade US à Beyrouth : un « Etat dans l’Etat »

6-2 Liban/Télécoms: Les Etats-Unis accusé d'espionnage.

6-3 Scandale des écoutes US : le Comité sur d'information ouvre une enquête.

7 Les brèves

7-1 Milli Gazete: Israël cherche à tuer Seyyed Hassan Nasrallah.  

7-2 Nasrallah:" les déclarations belliqueuses israéliennes ont diminué, voire changé"

7-4 Nawaf Moussaoui : « l’ambassade des Etats Unis agit comme un Etat dans l’Etat »

7-5 L’armée libanaise arrête deux réseaux d’espionnage israélien.

7-6 Espionnage: de plus en plus d'agents écroulés.    

7-7 « Tout étranger doit être considéré comme un « espion potentiel ».

 



Tiré à part :

Si vous envahissez notre pays, plusieurs dizaines de milliers de résistants vous accueilleront dans la moindre vallée.

Si vous envahissez notre pays, plusieurs dizaines de milliers de résistants vous accueilleront dans la moindre vallée, sur les sommets de nos collines et montagnes, dans nos champs, dans les moindres rues et ruelles, sur les moindres places…
Si vous bombardez la banlieue sud de Beyrouth, nous bombarderons Tel Aviv…
Si vous bombardez notre aéroport, nos sites portuaires, nos usines, nos zones d'activités économiques, nos équipements de production d'énergie électrique,..., nous bombarderons les vôtres…

16-02
http://libanresistance.blogspot.com:80/2010/02/16-fevrier-2010-sayyed-parle-si-vous.html

 

Echanges les plus acerbes depuis des années entre Israël et ses voisins.

Echanges les plus acerbes depuis des années entre Israël et ses voisins.

La tension est remontée d'un cran dans la région, avec les échanges les plus acerbes depuis des années entre Israël et ses voisins arabes.

La semaine dernière, Damas a accusé l'Etat hébreu de "répandre une atmosphère de guerre" dans la région, après les mises en garde du ministre de la guerre Barak: ce dernier avait déclaré que l'impasse du processus de paix avec la Syrie pourrait déboucher sur une guerre régionale globale.

15/2

http://fr.news.yahoo.com/3/20100214/twl-liban-israel-avions-951b410_2.html

 

Menace d’attaque Israélienne contre le Liban ?

"...Si une guerre Israël Syrie n’est sur l’agenda de personne, pourquoi les tambours de guerre ont -ils retenti la semaine dernière ?..."

La semaine dernière, le Moyen Orient semblait s’orienter vers une crise, avec des menaces de guerre échangées entre Israël et la Syrie.

Le ministre des affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, a déclenché les hostilités jeudi en disant que, si une guerre éclatait, les syriens perdraient, provoquant une réaction prompte du ministre des affaires étrangères syrien, Walid al-Mouallem, disant que la Syrie n’épargnerait pas les villes israéliennes.
Il a décrit les Israéliens comme des « voyous » et dit qu’une nouvelle guerre régionale tuerait toute chance de retour à un processus de paix. Le premier ministre syrien, Mohammad Naji Otari, a fait des déclarations identiques, disant qu’Israël regretterait une guerre contre la Syrie, tandis que
le ministre de la défense israélien, Ehud Barak, disait à ses troupes de se préparer pour la guerre si les efforts de paix échouaient.
Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou a essayé de dissiper la crise en disant lundi que la guerre n’était pas imminente. Parlant au cours de la réunion hebdomadaire de son cabinet, Netanyahou a dit qu’Israël désirait la paix « avec tous ses voisins » ajoutant : « nous l’avons faite avec l’Egypte et la Jordanie, nous voulons obtenir des accords identiques avec les Palestiniens et les Syriens. J’espère que nous sommes sur le point de renouer les négociations avec les Palestiniens, et nous sommes ouverts à une réouverture du processus avec les Syriens aussi. »

Une lecture rapide de l’histoire du Moyen Orient prouve que quand de tels échanges sont répercutés dans les médias de masse les chances d’une véritable guerre sont en fait très minces.

Des pays en état permanent de guerre n’informent pas leurs adversaires avant d’attaquer, préférant surprendre leurs ennemis en les attaquant plutôt que de les prévenir, comme cela a été le cas lors de la guerre d’Octobre 1973 ( Les pays arabes, Egypte, Syrie, ont attaqué Israël par surprise, provoquant une vague de panique et de sérieux revers israéliens les premiers jours obligeant les Américains à venir d’urgence en aide à Israël avec un pont aérien pour l’approvisionner en armes et munitions ndlt).
Si une guerre Israël - Syrie n’est sur l’agenda de personne, pourquoi les tambours de guerre ont -ils retenti la semaine dernière ?
L’une des raisons c’est que les partisans de la ligne dure au sein du cabinet Netanyahou comme Lieberman, qui ne croit absolument pas au processus de paix, aimeraient voir Israël se lancer dans une guerre avec un ennemi traditionnel comme la Syrie.

Ils accusent la Syrie d’un bon nombre d’échecs des Israéliens et de sa défaite lors de la guerre du Liban de 2006 et de la guerre de Gaza en 2008-2009.
Lieberman qui a peu d’influence en matière de paix et de guerre, se sent de plus en plus écarté par Netanyahou et Barak, car ce sont effectivement ces deux hommes qui dirigent la politique étrangère d’Israël, bien que Lieberman reste officiellement ministre des affaires étrangères. Mais la position dure de Lieberman place Israël dans une dangereuse situation de collision avec tout le voisinage arabe. Des hommes d’état plus sages et plus expérimentés comme le président Shimon Peres et le premier ministre ne veulent certainement pas d’une guerre avec la Syrie sachant combien pénible ce serait d’avoir des missiles syriens s’abattant sur des villes israéliennes.
Ils comprennent qu’une telle guerre mettrait en colère des poids lourds tels que l’Arabie Saoudite, l’Iran et la Turquie, isolant Israël au sein de la communauté internationale.

L’état d’Israël n’a pas encore récupéré de la très mauvaise publicité faite par le rapport Goldstone établi à la demande de l’ONU qui accuse les forces armées d’Israël - de même que le Hamas - de crimes de guerre dans Gaza en 2008.

C’est une chose de justifier une guerre contre des entités non étatiques comme le Hezbollah et le Hamas, avançant un argument qui est facilement vendable auprès du public israélien, mais c’est complètement différent de le faire en ce qui concerne un poids lourd régional puissant telle que la Syrie.
Autre raison pour laquelle cette rhétorique de guerre est liée directement au Liban.

Pendant des mois, le monde a observé les menaces échangées entre Israël et le Hezbollah. Beaucoup pensent que la guerre de 2006 n’est pas terminée, compte tenu du fait qu’aucun des objectifs déclarés d’Israël n’a été atteint. Israël avait promis de libérer deux soldats capturés par le Hezbollah et d’exterminer le groupe libanais, qui depuis 1982 est une épine dans le pied d’Israël.
Non seulement Israël a échoué dans ses objectifs cités ci-dessus, mais le Hezbollah, loin d’avoir été affaibli, est sorti renforcé de la guerre de 2006, plus fort qu’avant, à la fois en terme de popularité dans la rue arabe et musulmane, et en terme de puissance militaire. Il a remporté tous ses sièges contestés lors des élections parlementaires de 2009 et a obtenu tout ce qu’il voulait dans le cabinet du premier ministre Saad Hariri, formant une représentation forte avec son allié, le Free Patriotic Movement du Général Michel Aoun.
Netanyahou, qui préconise une guerre avec l’Iran, ne supporte pas l’existence du Hezbollah.

Un tel puissant groupe au Moyen Orient, si indépendant du contrôle des US et si dangereux pour l’état d’Israël, c’est un cauchemar pour le public israélien.

En ne gagnant pas en 2006, beaucoup d’Israéliens pensent qu’Israël a perdu la guerre avec le Hezbollah.
En 1973, le premier ministre Golda Meir avait été obligée de démissionner, non pas pour avoir perdu une guerre contre la Syrie et l’Egypte, mais pour ne pas l’avoir gagnée. C’est ce qui s’est passé avec l’ex premier ministre Ehud Olmert qui n’a pas gagné la guerre du Liban en 2006 ni celle de Gaza en 2008-2009.
Netanyahou a besoin d’une autre salve avec le Liban pour corriger les erreurs commises par l’armée sous son prédécesseur. Non seulement cela lui donnerait du pouvoir au niveau domestique et au niveau international mais cela le renforcerait dans toute négociation de paix que lui imposeront les US.
Des hauts responsables israéliens sont donc tentés par une nouvelle guerre contre le Liban. Ils ont lancé un ballon d’essai pour voir la réaction du Hezbollah face à des menaces et ont reçu une réponse très agressive du dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui répondant du tac au tac de manière tonitruante a répété les menaces faites précédemment qu’il était prêt à frapper « Haifa et au delà de Haifa » se référant à la ville portuaire israélienne située au Nord.
En Israël même il y a une opinion largement répandue comme quoi il y aura bientôt une guerre avec le Hezbollah. Cependant, il y a des craintes que le moment ne soit pas propice, ne sachant pas comment l’Iran réagira si un tel conflit éclate, sachant aussi que les US ne sont pas très enthousiastes pour une telle aventure, avec leurs troupes encore en Irak et en Afghanistan. Par conséquent pour détourner l’attention de la situation potentiellement explosive, aux frontières Israël Liban, des hauts responsables israéliens ont décidé de lancer des menaces en l’air contre les Syriens - pas vraiment convaincus cependant qu’ils voulaient ou étaient capables d’une nouvelle guerre contre Damas.
Ceci dit, personne ne peut écarter la possibilité d’une autre guerre contre le Liban, que de nombreux analystes prévoient pour l’été prochain. Une guerre contre la Syrie serait cependant trop dangereuse pour Israël et trop coûteuse pour le Moyen Orient.
Sami Moubayed
Sami Moubayed editeur en chef du Forward Magazine –

Damas 09/02/2010

www.atimes.com
http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/LB09Ak02.html

Mireille Delamarre traduction

9 Février 2010

http://www.planetenonviolence.org/Menace-d-Attaque-Israelienne-Contre-La-Syrie-Ou-Contre-Le-Liban_a2116.html



Résistance

Analyse

Sondage d’opinion : 73% des Libanais estiment estiment que la résistance saurait faire face  aux agressions israéliennes.

Selon le résultat d’un dernier sondage d’opinion effectué au Liban, 73% des citoyens libanais croient qu’une prochaine défaite  du régime sioniste signifie son déclin.

" Le résultat du sondage d'opinion montre que la majorité des citoyens libanais exclut une attaque imminente d'Israël contre leur  pays", a rapporté  par la chaîne satellitaire Al-Manar.
C’est le centre de recherches et des informations de Beyrouth qui a effectué ce sondage sur le  dernier discours du secrétaire général du Hezbollah Nasrallah.
 Le dit
sondage d'opinion a été réalisé après le discours du secrétaire général du Hezbollah prononcé à l'occasion de la commémoration annuelle des commandants martyrs, afin d’étudier ses répercussions dans les milieux médiatiques et diplomatiques.
Le sondage a été effectué sur 800 hommes et femmes d’âges differents, en tenant compte de la division ethnique et communautaire du Liban.
La majorité de ceux qui ont été interrogés ont affirmé avoir confiance dans les capacités et la puissance de la résistance à faire face aux agresseurs sionistes, alors que seuls 14% des interrogés pensent le contraire.
Plus de 73% des Libanais estiment que la résistance saurait faire face  aux agressions israéliennes, alors que  22% disent le contraire et 4% n'ont donné aucune réponse à ce propos.

25/02

http://www.almanar.com.lb/newsSite/NewsDetails.aspx?id=126336&language=fr



1 Lutte pour la libération du territoire

Les relents de la guerre

a) Liban

12-02

L'armée libanaise a annoncé dans un communiqué, que les chasseurs bombardiers israéliens ont violé, vendredi 12 février 2010, l'espace aérien de Hasbaya, d'Arqoub, de Nabatiyé et d'Iqlim al-Toufah, dans le sud du Liban, où ils ont brisé le mur du son.
Les violations quasi-quotidiennes de l'espace aérien du Liban, plus de 6000 depuis août 2006, bafouent encore et pour la six millième fois la souveraineté libanaise ainsi que les décisions du Conseil de sécurité de l'ONU, notamment la résolution 1701.

AFP

La DCA ouvre le feu sur des avions israéliens.

L'armée libanaise a annoncé avoir ouvert le feu dimanche sur quatre avions de chasse israéliens qui étaient entrés dans l'espace aérien libanais, au Sud-Liban et dans la vallée de la Bekaa (centre).

Les survols du territoire libanais par l'aviation israélienne sont fréquents, et source constante de tension entre les deux pays. L'armée israélienne affirme qu'il s'agit de missions de reconnaissance.

Dans un communiqué, l'armée libanaise précise que ses forces ont eu recours aux tirs de défense anti-aérienne pour forcer les avions à quitter l'espace aérien libanais.

Un porte-parole de l'armée israélienne s'est refusé à tout commentaire.

15/2

http://fr.news.yahoo.com/3/20100214/twl-liban-israel-avions-951b410_2.html

 


b) Israël

Nouvel exercice de l'armée israélienne à la frontière avec le Liban

L'état-major israélien a procédé cette semaine à un vaste exercice visant à tester, selon "Israël", les capacités opérationnelles du commandement parmi les unités régulières et les réservistes en cas de guerre à la frontière avec le Liban.
Selon communiqué militaire, publié jeudi, les enseignements de la guerre contre le Liban (12 juillet-14 août 2006) et de l'offensive "Plomb durci" contre la bande de Gaza (27 décembre 2008-18 janvier 2009) ont été pris en compte  durant cet exercice qui a commencé dimanche et s'est achevé jeudi soir, a rapporté une porte-parole de l'armée d'occupation.
Divers scénarios de conflit armé ont été envisagés, ainsi que le déploiement et la coordination des forces aériennes, terrestres et navales.

Ces opérations se sont déroulées avec le soutien des départements de la logistique, des renseignements, des télécommunications, le tout en liaison avec le gouvernement israélien.
Le chef d'état-major israélien, le général Gaby Ashkenazi, a supervisé l'exercice, le sixième du genre depuis la Seconde guerre contre le Liban en 2006.
"Israël n'a aucun intérêt à ce que la situation se dégrade dans la région, mais nous suivons de près ce qui se passe, et voulons être sûrs des capacités dissuasives de l'armée", a estimé Ashkenazi, cité dans le communiqué.
 Le Premier ministre Netanyahu et le ministre de la guerre, Ehud Barak, ont pris part à cet exercice qui intervient quelques jours après le discours du secrétaire général du Hezbollah.

26/02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126379&language=fr



2  Politique

a) Libanaise  

Michel Sleimane & Nasralah

Nasralah

16-02

Si vous envahissez notre pays, plusieurs dizaines de milliers de résistants vous accueilleront dans la moindre vallée, sur les sommets de nos collines et montagnes, dans nos champs, dans les moindres rues et ruelles, sur les moindres places…
Si vous bombardez la banlieue sud de Beyrouth, nous bombarderons Tel Aviv…
Si vous bombardez notre aéroport, nos sites portuaires, nos usines, nos zones d'activités économiques, nos équipements de production d'énergie électrique,..., nous bombarderons les vôtres…

16-02
http://libanresistance.blogspot.com:80/2010/02/16-fevrier-2010-sayyed-parle-si-vous.html

19-02

Sayed Nasrallah a rappelé que le Liban et la résistance se trouvent dans une situation très convenable. "Pas de peur face aux menaces israéliennes, et certes les plans et complots israéliens n'aboutiront à rien", a-t-il ajouté.
 Sayed Hassan Nasrallah a ajouté que "du point de vu stratégique, l'entité sioniste n’est pas en mesure, de lancer une nouvelle guerre, mais elle cherche par ses menaces et sa guerre psychologique à semer la panique, mais, quelques soit les circonstances, elle n'aboutira à rien."

19-02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=125203&language=fr

26-02

Sayed Nasrallah a répondu aux menaces israéliennes en assurant que contre chaque bâtiment que les Israéliens vont détruire dans la Banlieue, le Hezbollah en détruira plusieurs à Tel Aviv.

26/02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126379&language=fr


2a-1  Sur le terrain

Rassemblement à Beyrouth pour le cinquième anniversaire de l'assassinat de Rafic Hariri.

Drapeaux du Pays du Cèdre en main, plusieurs dizaines de milliers de Libanais se sont rassemblés dimanche sur la principale place de Beyrouth pour le cinquième anniversaire de la mort de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri dans un attentat. Bien qu'importante, la mobilisation était semble-t-il moins forte que celle des années précédentes, selon des estimations. Possible reflet du fossé existant dans les rangs de la coalition pro-occidentale au pouvoir, désormais emmenée par Saad Hariri, fils du défunt ex-Premier ministre.

 

Un tribunal international a été établi aux Pays-Bas l'an dernier pour juger les assassins présumés de Rafic Hariri mais aucune personne n'a été inculpée à ce jour, suscitant l'inquiétude que le dossier traîne en longueur.

14/2

http://fr.news.yahoo.com/3/20100214/twl-liban-hariri-manifestation-2844f0d_7.html

 

Hariri : Le discours de Sayed Nasrallah a instauré un certain rééquilibre.

Le Premier ministre Saad al-Hariri a évoqué les menaces israéliennes, soulignant que le discours de Sayyed Hassan Nasrallah, a quelque part instauré un certain rééquilibre.
Au cours de sa visite à Qatar, Saad al-Hariri a affirmé aux journalistes que « le gouvernement de l’ennemi lance des menaces à droite et à gauche, sauf que le Liban suit  les mouvements de l'ennemi pour étudier s’il envisage de faire la guerre contre le Liban ».
 Reconnaissant l'existence d'une menace en provenance d'"Israël", Hariri a demandé de ne pas lui offrir un prétexte pour mener à terme ce qu'il veut.

Il a estimé que pour « face à ces menaces il faut promouvoir l'unité nationale » estimant que « nous sommes en mesure d'éviter cette guerre, et que l’israélien veut une guerre sur le Liban pour détourner l'attention de ce qui se passe dans le processus de paix avec les Palestiniens », notant que «  pas un seul m'a dit lors de mes visites qu'il y a une guerre contre le Liban ».
Interrogé sur le discours du Secrétaire général du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah, Hariri a déclaré: «Ce discours a quelque part réinstauré  un certain équilibre, mais Israël cherche un argument, or en ce qui concerne le conflit arabo-israélien nous sommes en plein dedans et nous ne sommes pas concernés par tout autre axe ».

G.Houbballah :

01/03  

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126958&language=fr

G.Houbballah :


2a-4 Des Canons ... pas du beurre

Russie-Liban: élaboration d'un accord de coopération militaire bilatéral

La Russie et le Liban discutent de l'élaboration d'un accord de coopération militaire et technique, a annoncé jeudi le président libanais Michel Sleiman lors d'une conférence de presse au terme d'une rencontre avec son homologue russe Dmitri Medvedev.

"Au cours de notre rencontre, nous avons évoqué la préparation d'un accord de coopération militaire et technique bilatéral", a-t-il indiqué.

Le président libanais a ajouté que les deux parties tâchaient à ce que le partenariat dans ce domaine se poursuive le plus longtemps possible.
Michel Sleiman a en outre déclaré s'attendre à ce que Moscou continue de contribuer au déminage du Liban ainsi qu'au nettoyage de son territoire d'armes à sous-munitions  qui s'y trouvent encore.

25/02

http://fr.rian.ru/world/20100225/186129325.html

26-02

Sayed Nasrallah a répondu aux menaces israéliennes en assurant que contre chaque bâtiment que les Israéliens vont détruire dans la Banlieue, le Hezbollah en détruira plusieurs à Tel Aviv.

26/02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126379&language=fr

 

L’armée libanaise arrête deux réseaux d’espionnage israélien.

La série des réseaux d’espionnage israélien se poursuit toujours.
En effet, après l’arrestation de plus de 80 agents libanais travaillant pour le compte de l’ennemi israélien, les services de renseignements militaires libanais ont réussi à démanteler deux nouveaux réseaux d’espionnage, l’un au sud et l’autre au nord, composé chacun de deux espions libanais !
Pour ce qui est du réseau du Sud, et selon un haut-responsable de la sécurité, les services de  renseignement de l'armée libanaise ont réussi à arrêter deux  retraités des Forces de sécurité intérieure (Hamad S.) de la région d’al-Mari et Mahmoud W. de Mays al Jabal.
Après des semaines de surveillance, les services de renseignements militaires ont saisi  à leur domicile des équipements de communications sophistiqués avec  l'ennemi sioniste.
Quand au réseau du Nord, il implique une personnalité  importante un certain (Jawdat Kh.), en plus d'une autre personne est Semaan S.
Les quatre espions sont soumis à des interrogations pour connaître les détails de leur relation avec le Mossad et la nature des informations qu'ils ont fournies.
A noter que les services de renseignement militaires libanais sont  en train de traquer d'autres éléments impliqués avec l'ennemi sioniste, par conséquent le démantèlement  de ces deux nouveaux réseaux s’inscrit dans le cadre des opérations de démantèlement des réseaux d’espionnage commencées l'an dernier et qui se poursuivent toujours.
Par ailleurs,  l'armée libanaise, a arrêté un suspect travaillant pour le compte de l’ennemi israélien H. O, originaire de  la ville frontalière de Mari dans le caza de Hasbaiya, et l'ont emmené au siège de la Direction du renseignement au ministère de la Défense à Yarze pour l’interroger.
L’homme est  un gendarme à la retraite, qui a  travaillé pour une certaine période, pour l'un des partis de la région avant de démissionner il y a quelques mois.
L’armée lui a confisqué  son ordinateur, et a saisi des documents et du matériel de communication.

27/02/2010  

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126594&language=fr

 

 

Espionnage: de plus en plus d'agents écroulés.    
L’effondrement des réseaux d’espionnage pour la solde d’Israël se poursuit.

Selon le quotidien libanais AsSafir, un nouvel agent a été arrêté à Tripoli.

Citant des sources sécuritaires, le journal précise que l’arrestation de Jawdatt K. qui possédait un magasin de pièces de voitures détachées  a été possible grâce aux aveux des autres agents arrêtés lors des coups de filets précédents.  
"Il était muni de plusieurs faux passeports pour se rendre à Chypre ainsi que des appareils très sophistiqués qui permettent une communication avec les avions", indique le quotidien.
Homme d’une quarantaine d’années, Jawdatt avait des cousins haut placés dans la hiérarchie militaire libanaise.

Il s’est surtout fait remarquer par le train de vie luxueux qu’il entretenait ainsi que sa famille et de par les voitures dernières modèles qu’il conduisait.
Evoquant ce qu’il a considéré être « les échecs sécuritaires essuyés par Israël », le magazine britannique ‘The Economist’ a pour sa part recensé plus de 25 cellules d’agents travaillant pour la solde d’Israël arrêtées au Liban depuis le mois d’octobre 2008.

Selon des sources libanaises, ce sont plus de 100 personnes qui ont été arrêtées.
Par ailleurs, des sources sécuritaires ont affirmé à la chaine de télévision AlManar que l'agent (Michel M. Abdo) a reconnu lors de son interrogatoire être impliqué dans l'assassinat du responsable militaire au Hezbollah Ghaleb Awali.
 "Un groupe du Mossad avait rencontré Abdo dans son domicile pour planifier et exécuter l'attaque", ont-elles révélé.

01/03/2010

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126861&language=fr

 

« Tout étranger doit être considéré comme un « espion potentiel »

Le Liban doit renforcer son contrôle sur tout étranger en visite dans le pays et le considérer comme un « espion potentiel », en raison de l'utilisation de passeports européens dans l'assassinat, à Dubaï, d'un cadre du Hamas palestinien, Mahmoud Mabhouh, a estimé hier un député du Hezbollah, Nawwaf Moussaoui.
« Les services de sécurité à l'aéroport et ailleurs doivent renforcer leur contrôle sur tout détenteur de passeport étranger », a affirmé à l'AFP M. Moussaoui. « Tout citoyen libanais et arabe doit traiter les
détenteurs de passeports étrangers comme des espions potentiels »,a-t-il ajouté.
« Des journalistes israéliens sont déjà entrés au Liban, munis de passeports européens, lors de la guerre de 2006. Ce risque est donc plus que probable », a poursuivi le député.
M. Moussaoui a en outre critiqué les pays européens qui, selon lui, « n'ont pas assumé leurs responsabilités face à la violation de leur souveraineté », en référence à l'utilisation de vrais-faux passeports européens, mais également australiens, par un commando dans l'assassinat de Mahmoud Mabhouh dans un hôtel à Dubaï en janvier, pour lequel le Mossad israélien est accusé.
« Si les pays européens ne respectent pas les passeports de leurs propres citoyens (...), ils doivent s'attendre à ce que ces derniers soient considérés avec suspicion », a expliqué M. Moussaoui.
« Ces pays doivent agir avec détermination pour défendre leur souveraineté (...) face la légèreté avec laquelle Israël a traité cette affaire », a-t-il déclaré.
Il a précisé que les agents travaillant pour le compte d'Israël « croient souvent au départ qu'ils le font pour des services de renseignements européens ».
Lundi, le chef de la police de Dubaï, le général Dhahi Khalfan, a affirmé que, suite à cette histoire de vrais-faux passeports, les contrôles des passeports seraient plus stricts pour les Européens qui
peuvent entrer, sans visa, aux Émirats arabes unis.
Depuis 2009, une série d'arrestations au Liban vise des agents présumés,libanais, travaillant pour le compte d'Israël.
L’Orient-Le Jour  -
Mercredi 03 mars 2010

 


2a-5 Les grandes manœuvres

Geagea a réitéré que le Hezbollah est un danger pour le Liban,
Geagea a réitéré que le Hezbollah est un danger pour le Liban, compte tenu de son arsenal militaire et aussi vu son attachement à "Wilayat al-Fakih" et à la République Islamique Iranienne.

Et encore, il avait estimé que sayyed Hassan Nasrallah avait enterré la table de dialogue libanaise sur la stratégie de défense nationale en dévoilant ce qu’il a appelé « un plan d’affrontement » au cas où l’ennemi israélien attaquait la banlieue sud !

24/02/2010  

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126082&language=fr


2a-6 Politique régionale

Ce cinquième anniversaire est également intervenu après la réconciliation entre Saad Hariri et la Syrie, que l'actuel chef du gouvernement libanais a accusée d'être à l'origine de l'assassinat de son père le 14 février 2005 dans un attentat au camion piégé à Beyrouth.

A la différence des discours des années précédentes -ponctués d'attaques contre la Syrie-, Saad Hariri a évoqué dimanche place des Martyrs une nouvelle étape dans les relations entre Beyrouth et Damas.

"En toute vérité, honnêteté et responsabilité, je suis disposé à maintenir cette fenêtre (avec la Syrie) ouverte, et à bâtir une nouvelle ère dans les relations libano-syriennes", a lancé le Premier ministre, à la tête d'un gouvernement d'union qui comprend des personnalités soutenues par Damas, autrefois membres de l'opposition.

Un tribunal international a été établi aux Pays-Bas l'an dernier pour juger les assassins présumés de Rafic Hariri mais aucune personne n'a été inculpée à ce jour, suscitant l'inquiétude que le dossier traîne en longueur.

14/2

http://fr.news.yahoo.com/3/20100214/twl-liban-hariri-manifestation-2844f0d_7.html



3 Politique

b) Israélienne

Benjamin Netanyahou

09-03
Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou a essayé de dissiper la crise en disant lundi que la guerre n’était pas imminente. Parlant au cours de la réunion hebdomadaire de son cabinet, Netanyahou a dit qu’Israël désirait la paix « avec tous ses voisins » ajoutant : « nous l’avons faite avec l’Egypte et la Jordanie, nous voulons obtenir des accords identiques avec les Palestiniens et les Syriens. J’espère que nous sommes sur le point de renouer les négociations avec les Palestiniens, et nous sommes ouverts à une réouverture du processus avec les Syriens aussi. »

Le ministre de la guerre, Ehud Barak, disait à ses troupes de se préparer pour la guerre si les efforts de paix échouaient.

09/02/2010

www.atimes.com
http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/LB09Ak02.html


2b-2 Des Canons ... pas du beurre.

 Barak, menace de frapper « les infrastructures de l'État » libanais en cas d'attaque.
Notons que le ministre Barak, a une nouvelle fois menacé de frapper « les infrastructures de l'État » libanais en cas d'attaque contre Israël.
Dans une déclaration à la presse au terme d'un entretien avec la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, à Washington, M. Barak a notamment déclaré : « Il faut mettre une limite à cette situation qui sort du commun. Le Liban est un pays membre de l'ONU qui compte dans son gouvernement les représentants d'une milice disposant d'un droit de veto et qui est soutenue par deux pays aussi membres de l'ONU, la Syrie et l'Iran. Cette milice dispose de 45 000 missiles capables de toucher toutes les régions d'Israël et qui risquent d'être tirés vers des régions peuplées, et cela nous est totalement inacceptable. »
M. Barak a souligné en conclusion qu'Israël est assez fort pour faire face à toute escalade à sa frontière nord, affirmant toutefois qu'il ne la provoquera pas.
http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/648711/Ahmadinejad_recevant_Nasrallah_et_des_ulemas_musulmans_a_Damas+%3A_%3C%3C+L%27eradication_d%27Israel_est_proche+%3E%3E.html

 

24-02

"Le chef des Forces Libanaises Samir Geagea possède-t-il des informations que nous n'avons pas ?", c’est la question que se pose le quotidien israélien "Haaretz" suite aux mises en garde de Geagea concernant "l'intention du Hezbollah d'impliquer le Liban dans une éventuelle guerre", selon ses propres termes.
 Le quotidien mentionne également que le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré la semaine dernière qu' « Israël » s'apprête à frapper la Syrie et le Liban, tout en s'engageant à soutenir les deux pays au cas où elle le fait.  
Le Premier ministre Netanyahu a rapidement renié toute intention de guerre

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126082&language=fr

 

Nouvel exercice de l'armée israélienne à la frontière avec le Liban

L'état-major israélien a procédé cette semaine à un vaste exercice visant à tester, selon "Israël", les capacités opérationnelles du commandement parmi les unités régulières et les réservistes en cas de guerre à la frontière avec le Liban.
Selon communiqué militaire, publié jeudi, les enseignements de la guerre contre le Liban (12 juillet-14 août 2006) et de l'offensive "Plomb durci" contre la bande de Gaza (27 décembre 2008-18 janvier 2009) ont été pris en compte  durant cet exercice qui a commencé dimanche et s'est achevé jeudi soir, a rapporté une porte-parole de l'armée d'occupation.
Divers scénarios de conflit armé ont été envisagés, ainsi que le déploiement et la coordination des forces aériennes, terrestres et navales.

Ces opérations se sont déroulées avec le soutien des départements de la logistique, des renseignements, des télécommunications, le tout en liaison avec le gouvernement israélien.
Le chef d'état-major israélien, le général Gaby Ashkenazi, a supervisé l'exercice, le sixième du genre depuis la Seconde guerre contre le Liban en 2006.
"Israël n'a aucun intérêt à ce que la situation se dégrade dans la région, mais nous suivons de près ce qui se passe, et voulons être sûrs des capacités dissuasives de l'armée", a estimé Ashkenazi, cité dans le communiqué.
 Le Premier ministre Netanyahu et le ministre de la guerre, Ehud Barak, ont pris part à cet exercice qui intervient quelques jours après le discours du secrétaire général du Hezbollah.

26/02

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=126379&language=fr


Les commentaires sont fermés.