Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/05/2010

N°526- Dossier de Palestine - 24-05 - : Début :- : “Si vous aviez un cœur, vous pleureriez pour les Palestiniens”.

N°526- Dossier de Palestine - 24-05 - : Début :- : “Si vous aviez un cœur, vous pleureriez pour les Palestiniens”.



       L'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources 



Dossier de Palestine

      N°526                                                     24-05

                                                               C.De Broeder & M.Lemaire   



Vous retrouverez ce journal 

a) sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


 

Sommaire

Tiré a part

Silvia Cattori : 15 mai 1948, un anniversaire à ne pas oublier

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Vidéo : Five minutes from the movie (Life On Wheels) By Haitham al Katib

1-2 Vidéo : Palestinians treated like rats.

1-3 17 chaînes de télévision du Moyen-Orient interdites aux Etats-Unis.

1-4 Un film israélien apprend aux adolescents comment détruire AlAqsa.

1-5 Gilad Atzmon : Le temps qu’il reste… pas des masses, pour Israël.

1-6  Manola Romalo : Entretien avec Pascual Serrano « La censure est le propre du pouvoir ».

2 Les brèves

2-1 Hamas et Fatah célèbrent la "Nakba" côte à côte à Gaza.

2-2 Appel de juifs européens à se démarquer du gouvernement israélien.

2-3 Barack déplore le recul de la place d’Israël dans le monde. 

2-4 Le Hamas a accusé les forces de sécurité égyptiennes d'avoir asphyxié quatre Palestiniens qui travaillaient dans un tunnel.

2-5 Les travailleurs d’au moins 40 tunnels avait été intoxiqués par des gaz toxiques depuis qu’à commencé le siège de Gaza,

2-6 Le Hamas accuse l'Egypte de torturer des détenus palestiniens.  

2-7 Saed Bannoura: La colonie d’Ariel déverse ses égouts sur une ville palestinienne.

2-8 Shimon Pères objet d’une "humiliation cruelle" …à Moscou.  

2-9 Les Juifs américains ont réservé un accueil chaleureux à Ahmadinejad. 

2-10 Medvedev et Assad rencontrent le chef du Hamas.

2-11 Sayed Nasrallah:"Les verdicts contre les combattants sont une source de fierté". 

2-12 Sérieuses préoccupations israéliennes quand à leur avantage. 2-13 Révélation des contrats nucléaires illégaux de Washington avec Tel-Aviv.   militaire!

Suite

3 Dossier

3-1 Le monde arabe de la Palestine à l’Irak.

3-2 Un nouveau plan de paix à l'automne.

3-3 Mohamed El Bachir : Amalek et l’Etat d’Israël.

3-4 Leila Mazboudi : Pots de vin et chantage à l'ONU pour la création « d'Israël ».

3-5 Nouveau décret de boycott contre Israël

Fin

3-7 Jean-Paul Le Marec : A quoi servent les déclarations et les résolutions?

3-8 Ce que les Israéliens refusent de voir ...

3-9 Danielle Bleitrach : “Si vous aviez un cœur, vous pleureriez pour les Palestiniens”.

3-10 Une hausse sans précédent du cancer dans la bande de Gaza.

3-11 L’ambigüité nucléaire israélienne sur la sellette.

3-12 Pendant ce temps là ....

3-13 Quand on voit "Israël" allant contre la paix, nous redoutons la guerre!  

3-14 Carlo Strenger : Juifs de gauche du monde entier, unissez-vous.

3-15 Vers un mouvement juif européen pour la paix.



Tiré a part

Silvia Cattori : 15 mai 1948, un anniversaire à ne pas oublier
Palestine 62 ans après la NAKBA

Le 15 mai 1948, au lendemain de la proclamation de l’État d’Israël par David Ben Gourion, commençait une guerre de terreur et de dépossession traumatisante qui allait chasser 850’000 Palestiniens de leurs terres.

Pour comprendre ce que ce douloureux anniversaire - appelé catastrophe (Nakba) -représente pour les Palestiniens, ce bref commentaire de Gilad Atzmon, ainsi que deux émouvantes vidéos.

15 mai 2010

L’exode des Palestiniens en 1948

À la question « Les Israéliens ou les juifs n’ont-ils pas droit à disposer d’un foyer national, d’un foyer en sécurité ? »,

 Gilad Atzmon répond :

« Si l’on parle dans l’absolu, la réponse est NON. Si les juifs avaient jamais eu un droit à disposer d’un foyer national, ce droit ils l’ont perdu il y a fort longtemps. Comme nous le savons, le sionisme a célébré la renaissance nationale juive sur le dos du peuple palestinien.

Permettriez-vous qu’une bande de fanatiques italiens envahisse votre maison, à Athènes, simplement parce qu’ils sont convaincus que votre habitation faisait autrefois partie de l’Empire romain ? Ils pourraient toujours affirmer que votre maison appartenait à leurs ancêtres romains. A coup sûr, ces Italiens ne s’en tireraient pas à si bon compte. C’est pourtant ce que les sionistes ont réussi à faire, tout du moins pendant un certain temps.

Il n’y a pas de place pour un État raciste célébrant ses symptômes tribaux au détriment d’autrui. ». [1]

 Vidéo illustrant la Palestine touchante et paisible d’avant la Nakba de 1948 :
http://avoicefrompalestine.wordpress.com/2010/05/14/palestine-before-the-nakba-1948/

 Vidéo illustrant les horreurs endurées par les Palestiniens depuis 62 ans :
http://avoicefrompalestine.wordpress.com/2010/01/14/this-is-zionism-1/

Silvia Cattori

http://www.silviacattori.net:80/article1216.html



1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Vidéo : Five minutes from the movie (Life On Wheels) By Haitham al Katib

http://www.youtube.com/watch?v=F50QFeaNwPs&feature=player_embedded#!


1-2 Vidéo : Palestinians treated like rats

http://www.youtube.com/watch?v=-Hy9XprMoqw&playnext_from=TL&videos=DnkhszGR9CI&feature=sub


1-3 17 chaînes de télévision du Moyen-Orient interdites aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis envisagent une forme de censure médiatique anti-arabe, en interdisant plus de 17 chaînes de télévision moyen-orientales de « broadcaster » sur leur territoire.
Selon l'hebdomadaire American Free Press,  « alors que les Etats-Unis soutiennent financièrement partout dans le monde les médias qui sont actifs dans le sens du tapage propagandiste du régime sioniste et de l'Amérique, les congressistes US essaient de faire passer un projet de loi permettant de censurer les informations qui seraient aux antipodes des politiques américaines.
 "Les décideurs américains sont d'avis que le public ne devrait pas connaître tous les aspects d'une information pour ne jamais mettre en question l'Amérique et Israël.", toujours d'après Americain Free Press.
Le nouveau projet de loi en cours d'adoption au Congrès, concerne plus de 17 chaînes de télévision aux Etats-Unis.

13/05 almanar


1-4 Un film israélien apprend aux adolescents comment détruire AlAqsa.

Les Israéliens s'attellent à user de tous les moyens pour réaliser leur rêve: la destruction de la Mosquée d'al-Aqsa.

Cette fois-ci, un groupe d'extrémistes juifs a eu recours à la production d'un film qui apprend aux jeunes juifs comment parvenir à la réalisation de ce rêve.
Le film parle du bombardement et de la destruction de la Mosquée d'AlAqsa qui sera remplacée par le soi-disant temple de Salomon.
Ce film qui a notamment été distribué aux adolescents juifs, montre un avion israélien larguant une bombe sur la Mosquée d'Al-Aqsa qui tombe en ruines.
Le scénariste évoque alors, le soi-disant Salut d'"Israël" après la construction du temple à sa place.
Cela sera-t-il proche, demande le scénariste?   
Un des extrémistes lui répond: nous prions Dieu pour que cela se passe, et qui sait?

Peut être mon fils sera un jour pilote et accomplira cette mission. 
Un autre s'est félicité que son fils participait à une cérémonie religieuse dans laquelle le film a été diffusé. Il a ajouté que plusieurs copies de ce film ont été distribuées à grande échelle dans les colonies de la Cisjordanie et de Jérusalem.  
Pour la télévision israélienne, ce film n'est pas un phénomène passager. Elle a notamment rappelé une prière organisée, dans la colonie de Tabouh. Les Colons avaient invoqué Dieu pour qu'il détruise la Mosquée d'AlAqsa.  
Toujours selon la télévision israélienne, la visite continue des rabbins juifs pour prier sur l'esplanade des mosquées fait partie de leur tentative de mettre la main sur la Mosquée d'AlAqsa. 
Notons que la diffusion de ce film intervient au moment où les Juifs célèbrent le 43ème anniversaire de la soi-disant "réunification de Jérusalem" occupée.

15/05

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=137634&language=fr


1-5 Gilad Atzmon : Le temps qu’il reste… pas des masses, pour Israël.

Cette année, le Festival du Film Palestinien à Londres a ouvert avec la dernière œuvre d’Elia Suleiman, Le Temps qu’il reste (105min), une monumentale réflexion poétique sur la Palestine depuis 1948.

Le dernier film de Suleiman me fait penser au livre de Ramzy Baroud, Mon père était un combattant de la liberté[1].

Chacune des deux œuvres retrace une exploration personnelle et dévastatrice de la désespérance. Toutes deux sont saturées d’échecs et de trahisons à répétition.

Baroud et Suleiman sont assez courageux pour critiquer leur ‘récit collectif’, mais ils pimentent leur histoire avec un esprit, un espoir et un humour stupéfiants. Ils vous font rire juste au moment où vous alliez fondre en larmes.

Comme Baroud, Suleiman juxtapose le voyage palestinien du paradis vers l’enfer à l’imaginaire sioniste du retour de ‘l’enfer’ vers ‘l’Eden’. Les images terribles de dépossessions et tortures en Palestine s’intercalent avec des scènes où l’arrogance, le pillage et le sadisme israéliens s’en donnent à cœur joie. Ce mouvement croisé des deux peuples est essentiel pour comprendre le conflit. Autant l’expulsion de Palestine est concrètement et profondément ancrée dans la conscience de chaque Palestinien, autant le ‘retour chez soi’ de l’imaginaire juif, le voyage de ‘l’enfer hostile de la diaspora’ vers ‘l’Eden sioniste’, s’est révélé hasardeux, voire impitoyable, pour les juifs.

Il est manifeste que les Israéliens n’ont jamais réussi à faire de la terre sainte leur ‘patrie’. Ils sont étrangers à sa nature, ils ont empoisonné le sol et pollué les rivières, ils ont ravagé le paysage avec des murs de béton gigantesques et de monstrueuses colonies, mais pire encore, ils ont éradiqué la civilisation palestinienne, ou du moins ont tenté de le faire. En fait, cette façon unique qu’ont les Israéliens d’être ‘séparés’ est le point de départ du film de Suleiman.

Avec Suleiman lui-même, assis, silencieux, à l’arrière d’un taxi flambant neuf, nous voyons un chauffeur israélien qui se prépare pour un périple. Par son système de communication radio, il prévient sa station, « n’essayez pas de me contacter, je pars pour une longue course.. ». Dès les premières secondes du voyage, un orage éclate, avec des éclairs, du tonnerre et une pluie battante. Notre chauffeur israélien est totalement désorienté, il n’y voit plus, il ne sait plus où il est, il n’a plus d’essence. Il ne tarde pas à arrêter la voiture et se rend compte alors que la radio est morte. Il perd son sang froid, « Mais qu’est-ce que je fous là, moi ? Où je suis, là ? Mais pourquoi je suis venu là, d’abord ? ». Le chauffeur israélien est bloqué au milieu de la nuit et de nulle part. Il est isolé, sans radio ni essence, sur une terre inconnue qui était supposée être sa terre promise. Il est isolé mais il n’est pas seul. Il a un passager palestinien silencieux, assis confortablement à l’arrière et qui le regarde.

L’allégorie est assez évidente. Les sionistes voulaient tellement croire que leur projet de ‘retour chez soi’ était un voyage de ‘l’enfer de la diaspora’ vers un ‘abri garanti’, qu’ils sont devenus prisonniers de leur aspiration immorale et fatale. Gorgés de pouvoir, surchargés d’armement étazunien, ils conduisent un Hummer tout neuf, traversant dans l’obscurité un terrain étranger et hostile, ils ne savent pas où ils vont, ils n’ont presque plus d’essence et ils ne savent pas pourquoi ils font ça. Toutefois, une chose est certaine, ils ont un passager palestinien silencieux, assis confortablement à l’arrière. Ce dernier, comme nous tous, les observe dans leur déchéance.

Suleiman offre une lecture critique de la société palestinienne. Il touche certains des sujets les plus douloureux, il examine les collabo, il affronte la lâcheté, il aborde les pulsions maniaco- dépressives qui font partie de la culture arabe, et pourtant, malgré tout cela, il y a de l’espoir en lui. Aussi miraculeux que cela puisse paraître, la Palestine semble triompher.

Dans la chronique filmée de Suleiman, nous suivons le reportage d’une armée criminelle, organisée, qui combat la résistance éparse des civils. Nous voyons les soldats des FID[2] piller, terroriser et torturer la population civile, nous voyons les fiers habitants devenir une minorité vaincue sur leur propre terre, des enfants palestiniens chanter des chants sionistes à l’école devant un ministre israélien ravi. Puis, on nous montre les soldats des FID tirant sur ces enfants quand, devenus adolescents indomptables, ils lancent des pierres. Ensuite Suleiman nous emmène au cœur de l’actuelle Ramallah, où nous voyons des Palestiniens vivre plus ou moins dignement, en célébrant d’une manière ou d’une autre leur culture arabe.

Toujours à Ramallah, nous assistons à une scène qui donne à réfléchir parce qu’elle éclaire sous un jour différent le rapport de force entre Israéliens et Palestiniens. Alors qu’un tank Merkava envahit la totalité de l’écran, nous remarquons un jeune Palestinien qui sort de chez lui pour aller vider la poubelle. Le tank israélien s’arrête. Son canon suit la tête du jeune homme tandis que celui-ci marche vers le container à ordures. C’est une image pénible à regarder. Mais, alors qu’il retourne chez lui, le jeune Palestinien reçoit l’appel d’un ami sur son téléphone portable. Le jeune reste alors dans la rue, bavardant joyeusement avec son pote. Pendant tout ce temps, le canon du Merkava suit le moindre de ses déplacements, ressemblant de plus en plus à la parodie du pouvoir israélien. A aucun moment le jeune Palestinien ne prête la moindre attention au canon de gros calibre qui reste pointé sur sa tête, où qu’elle soit. Le pouvoir de dissuasion israélien ne semble plus intéresser que les historiens.

Le message de Suleiman est clair. Pour perpétuer le projet national juif, Israël pourrait bien devoir assigner un tank à chaque Palestinien. Mais il va plus loin. Tandis que le jeune Palestinien est debout et dehors, profitant librement du soleil méditerranéen, quatre soldats israéliens, probablement du même âge, sont enfermés dans un tank Merkava. Les Israéliens sont coincés par une impitoyable et néanmoins futile idéologie qui ne mène nulle part. Ils sont assujettis à un jeune homme qui ne prend pas la peine de leur jeter ne serait-ce qu’un coup d’œil. Les soldats israéliens sont privés de la lumière du jour. Ils voient la vie à travers leur périscope militaire. Le tank Merkava peut-être interprété comme une métaphore de la mentalité israélienne de ghetto. Cependant, en ce qui concerne Israël, le Merkava n’est pas qu’une métaphore, ce n’est pas seulement du symbolisme, c’est la réalité vraie de l’état juif et de l’être juif politique. Les Israéliens s’enferment eux-mêmes derrière des murs de séparation ou dans des tanks et des bunkers.

Alors que dans son film précédent, la victoire nécessitait une Intervention divine, dans celui-ci, le brouillard se dissipe. Les Palestiniens semblent gagner simplement parce que les Israéliens sont condamnés à perdre. Les Israéliens sont victimes de leur propre brutalité implacable. Plus ils sont sinistres, plus ils sont tourmentés par la peur qu’ils s’infligent eux-mêmes. La paranoia israélienne est une affaire de projection. Ils pensent, « si d’autres sont aussi brutaux que nous, nous allons vraiment au devant de graves ennuis ».

Symboliquement, Suleiman est de Nazareth, ce qui peut rappeler à certains d’entre nous qu’un autre, de cette même ville, a fait, il y a juste 2000 ans, une critique très semblable du tribalisme juif. Israël est effectivement enfermé dans le même cercle vicieux que ses ancêtres imaginaires. Plus il devient barbare, plus il est terrorisé par sa propre sauvagerie. Jésus avait vu ça. Aime ton prochain était sa solution. Tends l’autre joue, affirmait-il. L’impossibilité pour Israël de comprendre que la compassion est la solution, voilà le sens de la tragédie juive. Nous avons affaire à la chronique en temps réel d’un désastre imminent. Par ailleurs, dans sa description de l’histoire récente de la Palestine, c’est la clémence des Palestiniens que Suleiman met au grand jour.

Suleiman pourrait bien être le dernier maître du symbolisme poétique au cinéma. Il réussit à propager le message le plus subversif par la musique et le silence. Il transmet les idées philosophiques les plus profondes à travers la moindre chorégraphie. Bien que le cinéma soit un art principalement visuel, dans le travail de Suleiman l’oreille a une importance prépondérante. La musique, les bruits et les rythmes montrent ce qui « est invisible pour les yeux ». Le son est le lien avec le passé. C’est l’oreille qui transcende pour nous le royaume de l’universel. C’est l’ouïe plus que la vue, qui nous met en relation avec notre passé, notre présent et notre futur.

[1] My Father Was a Freedom Fighter.

[2] Forces de Defense Israéliennes (sic !)

Gilad Atzmon

16 mai 2010

Texte original :
http://www.gilad.co.uk/writings/not...

traduit par Chris.

Pour voir la bande annonce du film :http://www.youtube.com/watch?v=ZmUP...

URL de cet article : http://www.legrandsoir.info/Le-temps-qu-il-reste-pas-des-...


1-6  Manola Romalo : Entretien avec Pascual Serrano « La censure est le propre du pouvoir ».

En tant qu`information alternative aux grands médias, le journaliste espagnol Pascual Serrano (Valence, 1964)  fonda en 1996 le journal électronique indépendant « Rebelión ». 

En 2006-2007 il a été assesseur éditorial au canal de télévision alternatif de Caracas, Telesur.. Pascual Serrano écrit pour une dizaine de journaux, tels : « Público », « Diagonal », « Mundo obrero », « El otro país” et “Le Monde Diplomatique”.

Vous démontrez dans vos essais que la fonction principale des grands médias de la presse, de la radio, de la télévision et de l`Internet est de « convaincre l`ensemble des populations de leur adhésion aux idées des classes dominantes ». 

Comment parviennent-ils à obtenir ce consensus de la part du grand public ? 

À cet effet les médias utilisent de nombreuses techniques qui dépendent en particulier de chaque cas et du profil social des récepteurs. Mais où ils ont le plus de succès, c`est dans le fait de nous convaincre que le contenu de leurs informations est neutre, objectif et impartial…Le public croit qu`il a devant soit quelque chose d`aseptique. Le secret consiste à réaliser une  « intentionnalité informative » de telle sorte que le citoyen ne s`en aperçoive pas. L`époque ou on nous faisait ingurgiter d`interminables discours ou des articles d`opinion séducteurs est passé. 

Dans d`autres circonstances, les médias présentent en tant qu`opinion de la majorité des citoyens uniquement l`opinion éditoriale du média respectif. De la même façon, le langage est manipulé pour servir les intérêts des classes dominantes. Des mots et des concepts qui ne doivent plus exister dans l`imaginaire collectif, par exemple celui de « classes sociales »,  disparaissent.

Généralement nous croyons que seules les dictatures censurent les médias. Mais la nouvelle forme de censure emploi des méthodes bien plus subtiles. Quels sont ses principaux mécanismes ?

La censure traditionnelle consistait à interdire que se transmettent les informations ou les opinions qui ne plaisaient pas au pouvoir. Aujourd`hui, au nom de la liberté d`expression,  on diffuse des mensonges et des falsifications avec une totale impunité. De cette façon la vérité termine occultée entre mensonges et trivialités, le résultat est le même qu`avec la censure.  D`autres fois on omet des éléments de contexte o bien des antécédents indispensables pour comprendre un événement controversé, fait qui censure l`événement dans toute sa complexité

Le 26 mars, Wikileaks a dénoncé le plan de la CIA de lancer une campagne en Europe, principalement en France et en Allemagne, ayant comme but d`influencer l`opinion publique en faveur de la guerre d`Afghanistan. (1) Cette information a  été passée sous silence par tous les grand média de ces deux pays. Qui filtre l`information ?

Les grands médias de communication sont uniquement les supports des puissants groupes économiques- Les intérêts, les valeurs et les principes de ces groupes vont servir comme filtres pour choisir ce qui sera publié ou pas.  De la même façon  vont influencer  d`autres lobbys nécessaires, qui ne sont pas forcément des actionnaires. Par exemple : les annonceurs, les entreprises avec lesquelles les médias travaillent, les gouvernements amis, etc. …

Occultant le fait que le gouvernement du Venezuela a pris des mesures pour protéger sa population de la spéculation des entrepreneurs,  l`agence d`État Germany Trade & Invest écrivait dans un rapport, fin janvier 2010: « Le désavantage pour les entrepreneurs est le fait qu`il leur est enlevé le moyen de supra-facturation.»  Ces « désavantages » seraient-ils la cause de la guerre médiatique déchainée par les pays néolibéraux contre le président Hugo Chávez ?

Les gouvernements progressistes d`Amérique Latine sont un défi pour le modèle néolibéral des pays riches. Ils ont démontré qu`ils ont l`appui des masses populaires, qu`ils gagnent à tour de bras les élections, que le peuple défend au-delà des urnes ces gouvernements avec une passion impressionnante, qu`ils ont obtenu des améliorations sociales inimaginables sous les régimes néolibéraux des années `90, que l`état peur (et doit) jouer un rôle important dans l`économie et dans les secteurs stratégiques, que les ressources naturelles doivent être publiques et nationales. Tout cela suppose une perte de terrain pour la progression du néolibéralisme et ne pouvait provoquer qu`une réaction agressive de la part des pouvoirs économique mondiaux.

C`est à travers les médias de communications - aujourd`hui les champs de bataille prioritaires -  que s`obtient l`adhésion de l`opinion publique, condition sine qua non pour imposer les agressions suivantes.

Quels moyens ont les citoyens pour reconnaitre les vraies informations des  mensonges. Quelles références intellectuelles ont-ils comme choix ?

Le journalisme se passe de même qu`en médecine : vous devez avoir confiance dans un média de communication ou bien dans un journaliste de la même manière que vous vous confier à un chirurgien pour qu`il opère votre cœur.

Puisque normalement nous ne pouvons pas aller en  Afghanistan pour vérifier ce qui s`y passe, nous devons avoir confiance en celui qui nous rapporte les faits de ce pays. Le premier pas est de savoir qui est le patron du média de communication, quelle entreprise ou quels intérêts se trouvent derrière. Il pourra  mériter notre confiance uniquement si nous savons qu`il s`agit d`un projet indépendant des groupes d`entrepreneurs. De même, nous devons détecter les analystes et les journalistes honnêtes et rigoureux, spécialisés dans différents thèmes.

Dans mon livre « Désinformation » je fais des propositions en ce sens. D'autre part, nous devons connaitre l`éventail des mouvements sociaux pour pouvoir leur demander conseil. Ils connaissent les sources et manient de précieuses informations que les grands médias ne nous offrent pas.  

Publications récentes de Pascual Serrano :

« Perles, gros mensonges, sottises et tricheries des médias de communication » (2006, 2007, Vol.1 et Vol. 2).

« Médias violents. Mots et images pour la haine et la guerre » (2007).

« Désinformation. Comment les médias occultent le monde » (2009). « Le journalisme est la nouvelle » (avril, 2010).  

1. http://rawstory.com/rs/2010/0326/cia-paper-reveals-strategies-manipulate-european-opinion-afghanistan/

Source: hintergrund

Manola Romalo   

05 Mai

http://michelcollon.info/index.php?option=com_content&view=article&id=2731:entretien-avec-pascual-serrano-l-la-censure-est-le-propre-du-pouvoir-r&catid=6:articles&Itemid=11



2 Les brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

2-1 Hamas et Fatah célèbrent la "Nakba" côte à côte à Gaza.

Les dirigeants palestiniens du Hamas et du Fatah ont fait preuve d'une rare cohésion samedi à Gaza à l'occasion de la commémoration de la "Nakba", terme signifiant catastrophe utilisé pour désigner la création de l'Etat d'Israël en mai 1948.

Commémoration à Gaza de la "Nakba", terme signifiant catastrophe utilisé pour désigner la création de l'Etat d'Israël en mai 1948. Les dirigeants palestiniens du Hamas et du Fatah ont fait preuve d'une rare cohésion en se montrant côte à côte. (Reuters/Mohammed Salem)

Les représentants locaux des deux organisations ne s'étaient pas montrés côte à côte depuis que le mouvement islamiste s'est emparé de la bande de Gaza par les armes en juin 2007.

Le rassemblement de samedi, organisé par le Djihad islamique, coïncide avec l'annonce de négociations sérieuses entre le Mouvement de la résistance islamique et le Fatah de Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne.

L'homme d'affaires palestinien Mounib al Masri, très impliqué dans les efforts de médiation déployés récemment, a fait preuve d'un optimisme prudent.

"Une issue positive pourrait avoir lieu dans les jours qui viennent, mais il ne faut pas en attendre trop", a-t-il confié à Reuters. Les négociations entamées il y a deux ans sous l'égide du Caire n'ont jusqu'ici donné que peu de résultats.

La médiation de Masri a en revanche donné lieu récemment à un entretien téléphonique entre Mahmoud al Zahar, membre de la direction du Hamas, et Azzam al Ahmed, représentant du Fatah, qui a rencontré un échos important auprès des Palestiniens.

Si ces discussions portent leurs fruits, les deux parties feront une offre aux médiateurs égyptiens, a déclaré Zahar, interrogé par Reuters. "La réconciliation est devenue une nécessité urgente", a-t-il souligné.

Le rassemblement de samedi, s'est quant à lui félicité Zakaria al Agha, au nom du Fatah, marque "le début d'un processus d'achèvement de la réconciliation".

15/05

http://www.lexpress.fr/actualites/2/hamas-et-fatah-celebrent-la-nakba-cote-a-cote-a-gaza_892339.html


2-2 Appel de juifs européens à se démarquer du gouvernement israélien. 

 Des personnalités juives européennes engagées pour une paix entre Israéliens et Palestiniens lancent un "appel à la raison",
jugeant notamment "dangereux" un "alignement systématique des juifs de la diaspora sur la politique du gouvernement israélien".
Le mouvement, intitulé J Call, pour "European jewish call for reason" devrait être officialisé le 3 mai à Bruxelles lors d'une réunion au Parlement européen. Le site de l'appel (www.jcall.eu) comptait mercredi midi plus de 2.250 signataires, dont de très nombreux Français, Belges mais aussi des Suisses, des Italiens, etc. 
"Notre objectif est de rendre publiques les positions de juifs européens, trop longtemps silencieux, et de faire entendre une voix juive solidaire de l'Etat d'Israël et critique quant aux choix actuels de son gouvernement", expliquent les auteurs de ce texte.
"Nous voyons que l'existence d'Israël est à nouveau en danger. Loin de sous-estimer la menace de ses ennemis extérieurs, nous savons que ce danger se trouve aussi dans l'occupation et la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est, qui sont une erreur politique et une faute morale", ajoutent-ils.
Les fondateurs du J Call estiment que "l'alignement systématique sur la politique du gouvernement israélien est dangereux car il va à l'encontre des intérêts véritables de l'Etat d'Israël", dont la "survie" en tant "qu'Etat juif et démocratique" est "conditionnée par la création d'un Etat palestinien souverain et viable".
Parmi les signataires de l'appel figurent notamment le cinéaste Elie Chouraqui, l'eurodéputé Daniel Cohn-Bendit, l'écrivain Bernard-Henri Levy ou la psychanalyste Elisabeth Roudinesco.

28/04 

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=135393&language=fr


2-3 Barack déplore le recul de la place d’Israël dans le monde. 

Barack, ministre de la Défense israélien, a déclaré lundi qu’il n’existe pas de danger autour de la politique du "flou" imposé par Israël sur son arsenal nucléaire, évoquant "le recul de la place d’Israël sur la scène internationale".
Les médias israéliens ont rapporté, par la voix d’Ehud Barack, lors de la réunion lundi de la commission des Affaires extérieures et de sûreté relevant de
la Knesset, "qu’Israël est devant un danger du recul de sa place internationale à long terme, malgré cela, je ne crois pas qu’il existe un danger ou une menace réelle sur la position traditionnelle israélienne du flou nucléaire".
Il a encore indiqué que "l’état de nos relations avec les Etats-Unis semblent stables, même à l’issue des déclarations du Président américain Obama, s’agissant de dénucléariser la région du Moyen-Orient et des allusions en vue de soumettre le projet nucléaire israélien à un contrôle international".
Aux yeux de Barack, "les Américains sont tout à fait conscients que plus le cercle de ceux qui soutiennent les sanctions contre l’Iran s’élargit, plus il devient efficace, et nous constatons un changement dans la position et le ton de l’administration américaine dans sa détermination d’empêcher l’Iran de se transformer en Etat nucléaire".
Il a évoqué les tensions sur les frontières israéliennes avec le Liban et
la Syrie, indiquant "qu’il n’existe aucune nécessité pour que l’on se retrouve dans une situation de dégradation militaire en été, malgré les mises en garde du roi de Jordanie Abdallah II". Et d'indiquer : "Personne ne souhaite une telle dégradation militaire, nous sommes en état d’alerte, nous suivons le cours des événements. Israël est fort et dissuasif, et si on nous obligeait, l’armée israélienne riposterait à tout danger.
Au sujet des négociations indirectes entre les Palestiniens et  Israël, dont la reprise a été annoncée dimanche, Ehud Barack a exprimé son espoir que "la position palestinienne au sujet du démarrage de telles négociations illustre une entente et un rapprochement entre les deux parties", exprimant la nécessité d’aboutir à des négociations directes. Il a encore laissé entendre "qu’Israël doit proposer une initiative politique sur le long terme en vue de réaliser une avancée avec les Palestiniens". 

10/05

alquds alarabi - 

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/barack-deplore-le-recul-de-la-place-disrael-dans-le-monde/id-menu-957.html


2-4 Le Hamas a accusé les forces de sécurité égyptiennes d'avoir asphyxié quatre Palestiniens qui travaillaient dans un tunnel.
Le Hamas a accusé jeudi les forces de sécurité égyptiennes d'avoir asphyxié à l'aide de gaz toxique quatre Palestiniens qui travaillaient mercredi dans un tunnel reliant la bande de Gaza à l'Egypte.
 Un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a affirmé que "le Hamas tient la partie égyptienne pour responsable du meurtre de quatre travailleurs innocents décédés après que les forces de sécurité égyptiennes ont injecté des gaz toxiques dans un tunnel".
"Nous exigeons une enquête et que ceux qui sont responsables soient traduits en justice", a réclamé le porte-parole.
 "La solution ce n'est pas de tuer des civils innocents, mais d'ouvrir les points de passage", a plaidé M. Abou Zouhri en accusant les forces de sécurité égyptiennes d'avoir tué 40 Palestiniens en injectant des gaz toxiques ou en inondant des tunnels avec des eaux d'égout.
Des médecins palestiniens, employés par le ministère de
la Santé du Hamas, ont pour leur part précisé que les quatre Palestiniens étaient morts de suffocation.
 Mercredi, quatre Palestiniens sont tués et dix autres blessés par une explosion qui s'est produite du côté égyptien du tunnel.
 Au Caire, des responsables de la sécurité égyptienne ont confirmé avoir détruit quatre tunnels au nord de Rafah, sans faire état de victime du côté égyptien. (…)
Le territoire palestinien est soumis par "Israël" à un blocus renforcé depuis juin 2007.  L'Egypte a pour sa part à commencé à installer une barrière métallique souterraine à sa frontière avec la bande de Gaza pour lutter contre les tunnels.

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=135474&language=fr


2-5 Les travailleurs d’au moins 40 tunnels avait été intoxiqués par des gaz toxiques depuis qu’à commencé le siège de Gaza,

Le gouvernement de Gaza a exigé justice à l’Egypte après la mort de quatre travailleurs palestiniens dans un tunnel, lesquels ont été empoisonnés par un gaz toxique mercredi soir.

Un des 4 Palestiniens tués, Osama Ali Abu Jamous âgé de 20, lors de ses funérailles dans le camp de réfugiés.

Il demande que les responsables soient traduits en justice.

Le porte-parole du parti du Hamas, Sami Abou Zouhri, a déclaré jeudi que les travailleurs d’au moins 40 tunnels avait été intoxiqués par des gaz toxiques depuis qu’à commencé le siège de Gaza, ce qui représente près de 30% des décès liés aux activités dans les tunnels.

Ces décès s’élèvent aujourd’hui à 145, a ajouté le porte-parole.

Abou Zouhri a également déclaré qu’il considérait comme complètement illégal et immoral le fait que les forces égyptiennes prennent pour cible des travailleurs dans les tunnels, dans un contexte d’aggravation des souffrances des Palestiniens dans Gaza.

Les médecins ont fait savoir mercredi soir que des employés s’étaient rendus dans le tunnel qui avait en fait été « rempli de gaz toxiques il y a une semaine, pour vérifier si la toxine s’était dissipée », comme l’a déclaré à Ma’an Adham Abou Salmiya, porte-parole des services médicaux de Gaza.

« Ils ont été choqués de constater qu’il en restait effectivement dans le tunnel, provoquant les morts et les blessés. »

[Les quatre jeunes gens ainsi assasinés sont : Nedal Al-Jedi, âgé de 20, Osama Ali Abu Jamous, âgé de 20, Mohammed Abu Jamous et Khalid Al-Ramlawi, âgés de 25 ans.]

 29 avril

Ma’an News Agency

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=8625


2-6 Le Hamas accuse l'Egypte de torturer des détenus palestiniens.  

 Le Hamas a accusé mercredi l'Egypte de torturer des Palestiniens détenus depuis un à six ans sur son territoire.
"Les services de sécurité égyptiens détiennent actuellement 30 membres des factions palestiniennes, dont 11 du Hamas", a déclaré à l'AFP Sami Abou Zouhri, un porte-parole Hamas, en demandant à l'Egypte de les relâcher.
Ils sont détenus depuis un à six ans, a précisé le porte-parole.
"La situation des détenus dans les prisons égyptiennes est catastrophique. Ils font l'objet de méthodes de torture horribles, électrocutés, pendus par les membres pendant de longues périodes, battus", a-t-il affirmé.
M. Abou Zouhri a rappelé le décès de son frère en Egypte en octobre 2009.

Le Hamas avait affirmé que Youssef Abou Zouhri avait succombé à des séances de torture "sauvage".
"Jusqu'ici les autorités égyptiennes n'ont pas pris cette question au sérieux. Les arrestations et la torture sont en augmentation", a accusé le porte-parole du Hamas.
L'Egypte et le Hamas, qui est issu des Frères musulmans, le principal groupe d'opposition égyptien, ont des relations tendues.
Le Caire tente de favoriser une réconciliation entre le Hamas et le Fatah du président Mahmoud Abbas, qu'il a délogé par la force en juin 2007 de Gaza. Mais le Hamas a dit avoir des "réserves" sur le document de réconciliation préparé par l'Egypte et accepté par le Fatah.
Le mouvement islamiste a en outre accusé les autorités égyptiennes d'avoir "délibérément" tué un pêcheur palestinien mercredi au large de la bande de Gaza.
Ces derniers mois, plusieurs pêcheurs gazaouis ont été détenus puis relâchés par l'Egypte qui les accuse d'être entrés illégalement dans ses eaux territoriales.
Le Caire a récemment renforcé, sous pression israélienne et américaine, son dispositif de lutte contre la contrebande terrestre et maritime avec Gaza afin d'empêcher le trafic d'armes à destination de cette enclave.
La bande de Gaza est soumise à un blocus israélien, y compris maritime, depuis l'été 2006.

12/05

http://www.romandie.com/ats/news/100512140110.u5q3ry5c.asp


2-7 Saed Bannoura: La colonie d’Ariel déverse ses égouts sur une ville palestinienne.

 La Palestinian Water Authority a indiqué que la colonie d’Ariel déverse directement ses eaux usées sur le territoire du village palestinien voisin, Bruqin, ce qui crée une situation dangereuse pour la santé pour les habitants de ce village.

Selon le maire de Bruqin, la situation est devenue extrêmement préoccupante, les eaux d’égout contaminant la nappe phréatique et les cultures dans l’ensemble de la région.

Ariel est la plus importante colonie en Cisjordanie ; environ 40 000 Israéliens y habitent.

Les responsables sionistes ont indiqué qu’ils feraient tout pour garder Ariel lors d’éventuelles négociations avec les Palestiniens, bien qu’il soit reconnu internationalement qu’Ariel, comme d’ailleurs toutes les colonies en Cisjordanie, a été construite en violation flagrante du droit international, notamment de la Quatrième Convention de Genève.

Le déversement de leurs eaux d’égout par les sionistes sur le territoire palestinien est chose courante ; Israël a la mainmise sur 80 % de la ressource hydrique de la Cisjordanie, bien qu’il s’agisse d’un territoire palestinien [ainsi, d’ailleurs, que la « Judée » et la « Samarie », ndt, mais, passons...].

Le maire de Bruquin, Ikrimah Samara a indiqué à des journalistes que le déversement des tinettes sionistes « rend la vie intenable ; cela pollue la nappe phréatique et donc les sources du village ».

L’Autorité palestinienne [sic et re-sic], supposée régir le village comme la totalité de la Cisjordanie, n’a pas été en mesure d’y instaurer son administration effective en raison de l’occupation israélienne qui n’a jamais cessé.

Le responsable de la Palestinian Water Authority Shaddad al-A’tili a récemment dit au maire de ce village, M. Samara, que l’Autorité palestinienne dispose de la technologie nécessaire pour installer des canalisations et des pompes capables de détourner le déversement des égouts [de la colonie sioniste illégale d’Ariel, ndt], mais que « les autorités de l’occupation font obstruction à la construction des installations nécessaires susceptibles de résoudre le problème ».

Les autorités israéliennes ont refusé d’accorder les autorisations requises par Israël pour que le village soit autorisé à installer les canalisations indispensables afin de détourner le déversement des égouts sionistes à distance suffisante de son territoire communal.

Saed Bannoura

27 avril 2010 

IMEMC News -Vous pouvez consulter cet article à : http://www.imemc.org/article/58538
Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=8620


2-8 Shimon Pères objet d’une "humiliation cruelle" …à Moscou.  

Les autorités russes ont obligé Shimon Pères, Président israélien, d’attendre une heure avant d’examiner son passeport, ont refusé de le traiter comme une personnalité VIP, et l’ont  obligé de tenir la queue, comme tout passager ordinaire, l’empêchant d’accéder à la piste de l’aéroport avec sa voiture blindée, comme il est d’usage avec le reste des dirigeants.
Les milieux politiques israéliens ont qualifié ce qui s’est passé de  "scandale et d’humiliation".

Le journal israélien "Maariv" a accusé les autorités des frontières russes d’infliger "une humiliation cruelle" à Shimon Pères, ajoutant que "contrairement aux usages communément admis, les autorités moscovites ont, de tous les passagers, particulièrement passé au crible  les passeports du Président israélien et de ses compagnons".
Le journal a rapporté que "les Russes ont refusé de prime abord, de composer avec Pères comme étant une personnalité importante, et ont astreint ses accompagnateurs d’avoir recours à des services VIP d’une société privée, ce qui a obligé le Président de l’Etat hébreu de se tenir dans la file d’attente, à l’instar de n’importe quel passager".
Les autorités aéroportuaires n’ont pas autorisé Shimon Pères d’accéder au tarmac avec sa  voiture blindée, et l’ont contraint de marcher à pieds comme tout passager ordinaire, mais l’intervention de l’ambassade israélienne a empêché cette humiliation, selon les médias hébreux.
Les milieux politiques israéliens ont déploré cette humiliation. Une source israélienne à Moscou à fait savoir que "les autorités russes essayent d’inventer des excuses et des prétextes pour justifier l’humiliation dont a fait l’objet Pères".
Une autre source a prétendu que "les Russes ont humilié délibérément le Président israélien, notamment dans la foulée de la visite du Président russe Dimitri Medvedev en Syrie avant deux jours".
Pour sa part, le ministère des Affaires étrangères israélien a affirmé que "Pères n’a attendu à l’aéroport que pendant une demi-heure seulement, mais il a fait l’objet d’un traitement humiliant et vexant".
Pères s’est dirigée à Moscou au début de la semaine dernière dans le cadre de la célébration du 65ème  anniversaire de la victoire sur le nazisme, à l’invitation de son homologue russe Dimitri Medvedev, qui a importuné les Israéliens par ses dernières déclarations, lors de sa récente visite en Syrie, sur la nécessité de négocier avec Hamas. 

almasry-alyoum

15/05/2010

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/shimon-peres-objet-dune-humiliation-cruelle-a-moscou/id-menu-957.html


2-9 Les Juifs américains ont réservé un accueil chaleureux à Ahmadinejad. 

 04/05

Sous la direction du rabbin David Weiss, nombre de Juifs américains s’étaient rassemblés devant le siège des Nations unies pour accueillir chaleureusement le Président iranien et exprimer leur protestation contre l’entité sioniste.

Les participants au rassemblement qui a duré quelques heures, brandissaient des centaines de pancartes sur lesquelles étaient libellés entre autres « Bienvenu le Président de la RII ».

 http://french.irib.ir/


2-10 Medvedev et Assad rencontrent le chef du Hamas.
Les présidents russe et syrien Dmitri Medvedev et Bachar Assad ont rencontré mardi le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal, en exil à Damas.
Lors de l'entretien, le leader russe a souligné la nécessité de rétablir au plus vite l'unité du peuple palestinien et d'amener ses principaux mouvements, le Fatah et le Hamas, à conjuguer leurs efforts sur la base de la plate-forme formulée par l'Organisation de libération de
la Palestine (OLP), organisation faîtière de la résistance palestinienne.

RIA Novosti

11 mai

http://fr.rian.ru/world/20100511/186666964.html

 


2-11 Sayed Nasrallah:"Les verdicts contre les combattants sont une source de fierté" 

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a qualifié d'injustes et de politiques les jugements prononcés en Egypte à l'encontre des combattants qui aidaient les moudjahidines de la bande de Gaza.
 Dans un entretien à la chaine télévisée koweitienne AlRay, Sayed Nasrallah a déclaré: "Dès le premier jour de l'arrestation de nos nobles frères combattants, nous avons confirmé qu'il s'agit de moudjahidines et non pas de criminels, de terroristes et de hors-la-loi comme l'a prétendu le juge de la cour. Leur unique faute est d'avoir aidé leurs frères dans la bande de Gaza et la résistance palestinienne légitime que tout le monde doit soutenir.
Ces derniers faisaient donc leur devoir, et tout ce qui a été dit n'est que fabrications pour justifier les mesures prises à leur encontre.
 S'adressant aux combattants et à leurs familles, Sayed Nasrallah a déclaré: "Quand vous avez choisi le chemin du soutien au peuple palestinien, vous saviez que vous seriez sujets à la détention, voire à la mort et au martyre. Donc, ces verdicts sont une médaille d'honneur accrochés à vos poitrines".  
  "C'est une source de fierté, pour nous, pour tous les peuples arabes et islamiques de savoir que nous sommes détenus et emprisonnés parce que nous croyons à Dieu et nous obéissons à Lui lorsqu'Il nous ordonne d'aider nos frères en Palestine et dans la bande de Gaza. Je n'y trouve aucune perte de soutien arabe à la résistance, au contraire, ces verdicts renforcent la crédibilité de notre position et de notre engagement face au peuple palestinien. Certes, nous aspirons à lui présenter plus de soutien. Nous payons le prix de notre choix et nous présentons tous nos sacrifices à Dieu et pour le chemin de Dieu".     
Et de terminer, "Evidemment les portes ne sont pas fermées avec l'Egypte, nous n'allons pas laisser nos frères dans les prisons, ça c'est sûr. Nous allons poursuivre cette affaire même après l'entrée en vigueur des jugements. Et comme par le passé, nous avons veillé à résoudre cette question par les voies juridiques et légales. Aujourd'hui, le sujet ne concerne plus la justice, seules les issues politiques sont disponibles".  
"Nous allons œuvrer par les voies politiques et diplomatiques pour traiter cette affaire, rendre justice à nos frères et ne pas les laisser dans les prisons", a conclu le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah.

29/04

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=135485&language=fr


2-12 Sérieuses préoccupations israéliennes quand à leur avantage militaire!  
Le chef de la section technologique de l’armée israélienne, le général Kadhai Shahar, a déclaré que l'écart technique et technologique entre "Israël" et ses ennemis diminue d’une manière rapide et très dangereuse.  
Il a noté qu'une série de rapports des services de sécurité et des services de renseignements ont montré que nous ne possédons pas un énorme avantage, comme  c’était le cas auparavant, dans le domaine des  coopérations technologiques et techniques, notamment au sujet des combats nocturnes et de la force aérienne" !
Kadhai a ajouté : "Nos ennemis ont développés leurs technologies, d’une manière progressive, ce qui pose un dilemme pour nous », en soulignant que « la révolution technologique a dévoilé l'ensemble de nos réalisations technologiques militaires à l'ennemi qui contre-attaque en innovant de nouveaux systèmes de défense et de nouveaux armements».
Par ailleurs, le quotidien  Al Hayat avait rapporté que le ministre de la guerre israélien , Ehud Barak avait déclaré lors d'une rencontre organisée par le parti travailliste, qu’ils avaient besoin d'un changement fondamental et urgent dans les relations israélo-américaines, car la poursuite de la supériorité militaire qualitative dépend de la volonté des États-Unis à maintenir cette prédominance. 

 20/05 

 http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=138375&language=fr


2-13 Révélation des contrats nucléaires illégaux de Washington avec Tel-Aviv.  

La Publication d'un rapport a révélé les contrats nucléaires illégaux des Etats-Unis avec le régime sioniste. Selon IRIB citant Russia Today, ce rapport qui est depuis des décennies classifiés,  révèle le rôle  de Washington dans la préparation  des matières nucléaires pour le régime sioniste.

Ce document montre que de 1957 à 1967  Israël recevait des Etats-Unis de  l'uranium utilisable dans les bombes atomiques Ce document montre également que les services de renseignements américains ne coopéraient pas suffisamment et cela a fait reporter la préparation et la publication de ce …

22/05

 http://french.irib.ir/

Les commentaires sont fermés.