Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/05/2010

n° 527- Témoignages de Palestine et d'ailleurs. - 24-05 - : -Début - : Pots de vin et chantage à l'ONU pour la création « d'Israël ».

° 527- Témoignages de Palestine et d'ailleurs. - 24-05 - : -Début  - : Pots de vin et chantage à l'ONU pour la création « d'Israël ».



       L'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources 

                                                       



Témoignages

de Palestine & d’ailleurs

  n°527                                                                                                                  24-05

C.De Broeder & M.Lemaire

 



Vous retrouverez ce journal 

a) sur mes blog : 

a) sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens...

c) sur le site de Robert Bibeau :   http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

d) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com - http://no-war.over-blog.com

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be

 

Sommaire

Tiré a part

Vanunu de nouveau en prison. !!

Révélation des contrats nucléaires illégaux de Washington avec Tel-Aviv .

 1-1 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

1-1 Des milliers de manifestants commémorent la « Nakba » : Le « droit au retour » des réfugiés palestiniens

1-2 Les « sionistes de gauche » colonisent aussi bien que les autres.

1-3 Pierre Stambul : Comment être juif et raisonnable ?

1-4 Chems Eddine Chitour : L'apartheid : Assourdissant silence des intellectuels.

1-5 La rencontre Mechaal-Medvedev affirme la force du Hamas.

1-6 Stuart Littlewood : Israël urine sur la Grande-Bretagne et nos hommes politiques adorent ça.

1-7 Youssef Boussoumah : Le colonial, le criminel de guerre et la supplétive indigène.

1-8 Gaza: des hommes masqués incendient un camp d'été organisé par l'ONU.

1-9 Sérieuses préoccupations israéliennes quand à leur avantage militaire!

Fin

2 Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion.

2-1 Leila Mazboudi : Pots de vin et chantage à l'ONU pour la création « d'Israël »

2-2 Derrière Le Blocus De Gaza La Logique Sado-Nazie D’Israël.

2-3 Proche-Orient : Israël négocie et bombarde.  

2-4 Ce que les Israéliens refusent de voir.

2-6 Noam Chomsky.

1 Noam Chomsky sur la politique étrangère d’Obama.

2 Je suis déconcerté par les contradictions de Noam Chomsky sur la Palestine.

2 James Petras : Noam Chomsky et le Lobby pro-israélien : Quatorze thèses erronées.



Tiré a part

Vanunu de nouveau en prison. !!

L'ex-technicien atomiste israélien, Mordehaï Vanunu, qui a purgé 18 ans de prison pour des révélations sur le programme nucléaire de son pays, a entamé dimanche une peine de trois mois de prison, a-t-on appris de sources judiciaires.
M. Vanunu avait été condamné en décembre à trois mois de prison ou trois mois de travaux d'intérêt public dans un quartier juif pour avoir violé un ordre lui interdisant tout contact avec des étrangers.
  L'ex-technicien nucléaire avait exigé d'effectuer ses travaux uniquement dans le secteur arabe de Jérusalem-Est, dans la partie orientale de la ville annexée après sa conquête en 1967, ce qui lui avait été refusé.
  "Honte à vous Israël (...) qui me renvoie en prison après 24 années, pour  seul motif que j'ai proclamé la vérité", a déclaré le condamné, dans un communiqué, cité par le site Ynet du quotidien Yediot Aharonot. 
 "Ce que vous n'avez pas pu obtenir de moi en m'enfermant 18 années en prison, vous ne l'obtiendrez pas en m'enfermant trois mois", a-t-il proclamé. 
 M. Vanunu, 55 ans, a passé 18 ans en prison ferme, condamné pour "espionnage" après avoir communiqué des secrets nucléaires de l'Etat hébreu à l'hebdomadaire londonien The Sunday Times qui les avait publiés.
  Ex-technicien de la centrale nucléaire de Dimona (sud d'Israël), il a été libéré en avril 2004 et, depuis lors, a déjà été inculpé à au moins 21 reprises par la justice pour avoir enfreint les restrictions à sa liberté.
   Il lui est interdit de quitter le territoire national ou d'entrer en contact avec des étrangers, notamment des journalistes, sans autorisation préalable.  
Converti au christianisme, M. Vanunu, qui ne se considère plus comme Israélien, a demandé en vain l'asile dans plusieurs pays occidentaux depuis sa remise en liberté. Il se plaint d'être soumis à une surveillance constante.

23/05/2010  

http://www.almanar.com.lb:80/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=138782&language=fr

 

Révélation des contrats nucléaires illégaux de Washington avec Tel-Aviv  

22/05

La Publication d'un rapport a révélé les contrats nucléaires illégaux des Etats-Unis avec le régime sioniste. Selon IRIB citant Russia Today, ce rapport qui est depuis des décennies classifiés,  révèle le rôle  de Washington dans la préparation  des matières nucléaires pour le régime sioniste.

Ce document montre que de 1957 à 1967  Israël recevait des Etats-Unis de  l'uranium utilisable dans les bombes atomiques Ce document montre également que les services de renseignements américains ne coopéraient pas suffisamment et cela a fait reporter la préparation et la publication de ce

 http://french.irib.ir/



1-1 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

Ndlr : PS : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

1-1 Des milliers de manifestants commémorent la « Nakba » : Le « droit au retour » des réfugiés palestiniens
Des milliers de Palestiniens ont manifesté, hier, dans la bande de Ghaza, pour le « droit au retour » des réfugiés de 1948, en commémoration de la « Nakba » (catastrophe, en arabe) que fut pour les Palestiniens la création d’Israël.
Plus de 3000 Palestiniens ont manifesté à la sortie de la prière du vendredi dans le camp de réfugiés de Jabaliyah, à l’appel du mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Ghaza depuis juin 2007. Les manifestants agitaient des drapeaux palestiniens et des étendards du Hamas, tandis que des enfants brandissaient les clés des maisons
perdues. Près de 3000 autres ont manifesté au même moment dans le camp de réfugiés de Nousseirat, à l’appel du mouvement islamiste Jihad
islamique. « Nous ne renoncerons jamais au droit au retour des réfugiés dans leurs villes et villages », a déclaré à Jabaliyah un dirigeant du
Hamas, Mouïn Mderes, qui a appelé « à l’unité nationale dans la résistance » face à Israël. « Nous appelons tous les Palestiniens, tous
les Arabes et musulmans à soutenir le jihad et la résistance, pour être prêts à la prochaine bataille avec l’ennemi sioniste », a proclamé, pour
sa part à Nousseirat, un dirigeant du Jihad islamique, Mohammed al-Hindi.
Aujourd’hui, pour le 62e anniversaire de
la Nakba, une manifestation unitaire regroupant des sympathisants du Hamas et du Fatah, le parti du
président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, est prévue à Ghaza-ville. De son côté, l’Autorité palestinienne a de nouveau appelé
hier Israël à reconnaître un « droit au retour » pour les réfugiés de 1948. « La catastrophe continue. Il faut trouver une solution à la question des réfugiés basée sur la résolutions 194 des Nations unies », a déclaré dans un communiqué le principal négociateur palestinien, Saëb Erakat, en référence au « droit au retour ». Adoptée le 11 décembre 1948, renouvelée chaque année, mais jamais appliquée, cette résolution stipule que « les réfugiés qui désirent rentrer dans leurs foyers et vivre en paix avec leurs voisins devraient y être autorisés le plus vite possible » et que « des dédommagements devraient être versés pour les propriétés de ceux qui ne veulent pas revenir ».
M. Erakat a accusé Israël de « perpétuer
la Nakba par sa politique d’expulsions, de démolition de maisons, de colonisation et de blocus ».
Plus de 760 000 Palestiniens — aujourd’hui quelque 4,7 millions avec leurs descendants — ont été poussés à l’exode lors de la création d’Israël, fuyant l’avancée des forces juives ou en étant chassés de leurs maisons. Tous les gouvernements israéliens depuis 1948 se sont opposés au droit au retour —sauf parfois pour un nombre très limité de familles — considérant qu’un retour en masse menacerait l’existence d’Israël en tant qu’Etat juif, les 5,7 millions de juifs risquant de se retrouver vite en minorité.

15 mai
http://www.elwatan.com/Des-milliers-de-manifestants


1-2 Les « sionistes de gauche » colonisent aussi bien que les autres.

Tandis qu’à Bruxelles, Cohn-Bendit et BHL et autres « Juifs européens " aussi « raisonnables » qu’auto-proclamés, amusent la galerie avec leur pétition JCall, à 4.000 kilomètres de là, leurs amis sionistes « de gauche » participent ouvertement au dépeçage de la Palestine.

Les deux journalistes Akiva Eldar et Chaim Levinson publient ainsi, dans le quotidien Haaretz, les résultats d’une enquête montrant que le Mouvement Kibboutz, cache-sexe « de gauche », voire « socialiste », du sionisme, travaille le plus sérieusement du monde à la colonisation de la Vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée.

“Le Mouvement Kibboutz encourage les soldats dégagés de leurs obligations militaires à rejoindre les colonies de la Vallée du Jourdain. C’est ce qui ressort d’un document distribué par la commission spéciale du mouvement pour la colonisation, mis en circulation le mois dernier », écrivent les deux reporters.

« Il y a quinze jours, cette commission a produit un document intitulé ‘Colonisation de la Vallée du Jourdain, dans les zones sous contrôle israélien’ » ajoutent-ils.

“On y apprend qu’au cours d’une réunion avec le chef du conseil régional de la Vallée du Jourdain, David Lahiani, une date a été arrêtée pour la visite conjointe, par des représentants de l’armée et du Mouvement Kibboutz, d’une base militaire désaffectée, la base Gadi. Cette base devrait être désignée comme lieu d’implantation d’une nouvelle colonie”.

“Le document précise qu’une telle initiative s’inscrit dans la politique générale du gouvernement encourageant la colonisation, et qu’il s’agit dans ce cas de confier au Mouvement Kibboutz un rôle de premier plan quant aux decisions politiques à venir sur le statut de la Vallée du Jourdain”.

Yoel Marshak, responsable de la commission spéciale du Mouvement Kibboutz, indique qu’il y a six ans, c’est déjà lui qui avait lancé un projet pour l’installation de kibboutzniks à Yitav, une base militaire désaffectée située au nord de Jéricho, toujours en Cisjordanie occupée. « Notre préoccupation était et est encore de laisser les terres aux mains des Juifs, et de garantir la sécurité des personnes envoyées là par le gouvernement et notre mouvement », commente Marshak.

Toujours selon le document, un premier groupe de jeunes habitants de Tel-Aviv venant d’effectuer leur service militaire ont été approchés, et auraient réagi avec enthousiasme. Au total, Marshak a des plans pour la création de 8 colonies « kibboutz », rien que dans la Vallée du Jourdain. Le fait que depuis 2005, la Cour des Comptes israélienne elle-même ait reconnu que les terres sur lesquelles avaient été créées les bases de l’armée étaient des terres volées à leurs propriétaires palestiniens légitimes ne gêne évidemment pas Yoel Marshak.

CAPJPO-EuroPalestine

Publié le 5-05-2010

Le texte complet de l’article, en anglais, en cliquant sur ce lien : http://www.haaretz.com/print-edition/news/kibbutz-movement-urging-ex-soldiers-to-settle-in-west-bank-1.288291

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article5005


1-3 Pierre Stambul : Comment être juif et raisonnable ?

Une pétition intitulée Jcall initiée par plusieurs personnalités européennes qui se revendiquent juives a obtenu de nombreuses signatures.

Face à la politique du gouvernement Nétanyahou et au soutien inconditionnel dont il bénéficie de la part d’associations comme le CRIF, l’appel se veut être une alternative pour une paix « raisonnable ».

Quelle est la réalité de cette guerre ?
Celles et ceux qui défendent les droits du peuple palestinien expliquent inlassablement que la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens est criminelle. Il y a le crime fondateur, l’expulsion de la majorité des Palestiniens de leur propre pays en 1948 (puisque, paraît-il c’était une terre sans peuple), la confiscation des terres, les villages rasés, l’interdiction faite aux réfugiés de rentrer chez eux. Il y a les crimes qui ont suivi : les guerres, les assassinats dits ciblés, l’occupation, les discriminations inscrites dans la loi, les colonies, la construction du mur, les check-points, les emprisonnements massifs …
Les signataires veulent défendre l’Etat d’Israël qualifié de démocratique.

Mais les 50% de Palestiniennes qui vivent entre Méditerranée et Jourdain ne connaissent aucune démocratie. Ils ont le « choix » entre le blocus impitoyable de Gaza, l’occupation et la colonisation en Cisjordanie, les destructions de maison et les expulsions à Jérusalem Est ou la sous-citoyenneté dans l’Israël d’avant 1967.
En prônant une paix « raisonnable », les signataires renvoient en apparence sur un pied d’égalité les « extrémistes des deux camps » comme si l’occupant et l’occupé vivaient des situations symétriques. Ils reprennent à leur compte le complexe de Massada. Ils évoquent la menace pour les IsraélienNEs de devenir minoritaires face aux Palestiniennes. Pour eux, le point central, c’est la sécurité d’Israël. Comme si celles et ceux qui vivent l’insécurité quotidienne et qui ont été jetéEs (*) à la mer n’étaient pas les Palestiniens. La pétition parle à peine de
la Palestine, comme si cette guerre était une affaire intérieure juive. Peut-on faire une paix « raisonnable » en ignorant « l’autre » à ce point ?

Un point de départ intéressant mais bien limité.
Ce qui différencie les signataires de la pétition de JCall des supporters de Nétanyahou, c’est que les premiers ont enfin réalisé que la politique israélienne est suicidaire pour celles et ceux qu’Israël prétend défendre. Effectivement, il est tout à fait improbable que le peuple palestinien soit écrasé à terme (comme l’ont été les peuples indigènes d’Amérique du Nord et d’Australie) et donc incapable de réclamer ses droits. Personne ne peut sérieusement penser qu’une politique basée sur la domination, la violence et l’humiliation puisse être éternelle. Ce qui les différencie aussi, c’est qu’ils réalisent que la campagne BDS (Boycott, désinvestissement, Sanctions) initiée par la société civile palestinienne et reprise dans le monde par des associations, des syndicats ou des Etats commence à écorner sérieusement l’image d’Israël et à provoquer son isolement.

Pas de remake d’Oslo
En 1988, l’OLP a fait une concession incroyablement généreuse : accepter de limiter le futur Etat palestinien à 22% de
la Palestine historique.

Les accords d’Oslo qui ont suivi ont été dès le départ un marché de dupes : on a parlé de la sécurité d’Israël mais jamais de la réalité : l’occupation, les colonies, les discriminations, l’inégalité. Entre la signature des accords et l’assassinat de Rabin, 60000 nouveaux colons ont été installés.

L’Autorité Palestinienne n’a jamais été considérée comme l’embryon d’un futur état. Elle avait pour mandat essentiel de « faire la police ». Les signataires de l’appel Jcall doivent comprendre que recommencer un tel processus n’a strictement aucun sens. Être raisonnable, ce sera aborder les questions essentielles, ce sera régler la question fondamentale des 500000 Israéliens installés en Cisjordanie et à Jérusalem Est. Puisque le texte propose une solution sur la base de deux Etats, comment peut-il être silencieux sur la question des frontières ? Pourquoi ne dit-il pas par exemple que les IsraélienNEs installéEs dans les territoires conquis en 1967 devront partir ou accepter la citoyenneté palestinienne ?
Et les signataires de Jcall peuvent-ils expliquer pourquoi Oslo a échoué alors que les PalestinienNEs ont été les seuls à faire des concessions ? Sont-ils capables de comprendre tout ce qui n’est pas abordé dans leur texte : la question du sionisme qui ne donne aucune place aux Palestiniens, la question de la manipulation des histoires et des identités juives, l’incapacité pour la société israélienne d’accepter l’égalité ?

Gauche/droite
L’appel Jcall voudrait incarner dans le monde juif européen un courant de gauche, humaniste. C’est très important, il faut se référer aux droits fondamentaux. Pourtant dans l’histoire d’Israël, celles et ceux qui disent incarner la gauche ont participé à tous les mauvais coups contre
la Palestine : Ben Gourion est au pouvoir en 1948 quand le pays est nettoyé ethniquement et que les biens des réfugiés sont confisqués. La gauche travailliste est au pouvoir lors de la guerre de 1967 et c’est elle qui décide de coloniser. C’est un ministre travailliste (Ben Eliezer) qui décide la construction du Mur qui balafre la Cisjordanie. Les travaillistes Peretz ou Barak ont joué un rôle important dans la guerre contre le Liban ou le massacre de Gaza. Plusieurs signataires de l’appel Jcall ont d’ailleurs approuvé ces deux guerres.
Bien sûr, il est fondamental qu’à l’intérieur d’Israël il y ait une « rupture du front intérieur » et les Juifs du reste du monde ont un rôle important à jouer. Encore faut-il qu’il s’agisse d’une rupture. Il existe en Israël une courageuse minorité qui se bat pour l’égalité des droits et contre l’occupation. Mais la gauche et la droite sionistes sont d’accord sur l’essentiel et partagent les mêmes valeurs. D’ailleurs les gouvernements d’Union Nationale se multiplient. Barak gouverne avec Lieberman et Pérès avec Nétanyahou. Peut-on penser qu’une solution « raisonnable » n’aborde pas cette question ? Ne remette pas en cause la base idéologique de cette guerre ? Les paix en Algérie, au Viêt-Nam, en Afrique du Sud ont été rendues possible par un important virage idéologique. Les signataires de Jcall pensent-ils qu’une paix « raisonnable » est possible sans une remise en cause des fondements même de l’idéologie qui a conduit Israël de guerres en guerres ? Ces signataires se disent attachés à un un Etat juif et démocratique. Ne croient-ils pas, comme l’a écrit Shlomo Sand, qu’il s’agit d’une contradiction totale et qu’un Etat juif est totalement contraire au droit international qui ne différencie pas les citoyens selon leurs origines ?

Boycott et image
L’initiative Jcall intervient alors que le gouvernement israélien se moque ouvertement de ses désaccords avec Obama et continue d’être soutenu avec parfois de vagues critiques par l’Union Européenne. Mais l’image d’Israël est ternie. Les opinions publiques bougent. Le BDS remporte des succès. Les signataires de l’appel Jcall critiquent Nétanyahou, pas par désaccord avec la violence et l’occupation, mais parce que cette politique met en danger Israël et qu’ils veulent sauver ce pays.
Il faut aller plus loin. À l’image de l’universitaire israélien Névé Gordon qui a dit être pour le boycott « parce que c’est la seule façon de sauver mon pays ».
À partir de leurs préoccupations et de leurs peurs, les signataires doivent se poser les questions fondamentales. En tant que Juifs, ils seront obligés de revenir sur le processus qui a transformé des descendants de parias en bourreaux d’un peuple. Ce n’est pas d’une fêlure dont la paix a besoin ou d’une relégétimation d’Israël mais d’une vraie rupture.
La paix passe par le droit international, par les droits fondamentaux, par l’égalité des droits. Il n’y aura pas de paix sans remettre en cause le colonialisme, l’occupation, l’apartheid. Il n’y aura pas de paix en ignorant les Palestiniens.
Encore un effort camarades !

Pierre Stambul

2 mai 2010,

(*) Dans son film « la Mécanique de l’Orange », Eyal Sivan montre comment la population de Jaffa a été jetée à la mer en 1948.

http://www.aloufok.net:80/spip.php?article1812


1-4 Chems Eddine Chitour : L'apartheid : Assourdissant silence des intellectuels.

APPEL DES INTELLECTUELS JUIFS À LA RAISON.

 «Je me suis rendu dans les territoires palestiniens occupés et j’ai vu une ségrégation raciale qui m’a rappelé avec force les conditions que nous avons connues en Afrique du Sud à l’époque du système raciste de l’Apartheid.» Desmond Tutu, (avril 2010)

Ce cri du coeur de Desmond Tutu, prix Nobel de la paix en 1984, n’a pas besoin d’être légitimé car venant de quelqu’un qui sait ce que l’apartheid veut dire en termes d’humiliation. L’apartheid dénoncé par Desmond Tutu est «le développement séparé de la population d’un pays, sur une base raciale ou religieuse». Il en est de même de Rony Brauman pour qui «l’actualité d’Israël et son avenir sont un Apartheid à la sud-africaine. Il souligne le fait que la vallée du Jourdain est actuellement complètement colonisée par Israël. Un "Etat palestinien" ne sera donc qu’une succession d’enclaves et l’idée israélienne est que l’Etat réel des Palestiniens sera la Jordanie. Brauman dit qu’on assiste au suicide lent d’Israël (...) par le choix de l’apartheid».(1)
L’apartheid dans les faits nous est donné par une tribune écrite par Julien Salingue, Nicolas Dot-Pouillard et Catherine Samary. Ecoutons-les: «Eric Marty s’interroge, dans une tribune publiée le 21 avril sur Le Monde.fr: "Le boycott d’Israël est-il de gauche?". (...) L’argumentaire de M.Marty est aussi spécieux qu’original, et mérite un petit exercice de "sociologie littérale". L’hostilité à Israël serait le produit d’une "propagande antisémite systématique" dans les pays musulmans et d’un ´´flot paranoïaque d’imputations criminelles´´. L’antisémitisme existe et nous le combattons, ainsi que l’instrumentalisation de la cause palestinienne par des adeptes de la théorie du ´´complot juif´´. Mais nous combattons avec la même vigueur l’amalgame entre antisémitisme et critique d’Israël. Comment M.Marty interprète-t-il la récente enquête de
la BBC, conduite dans 28 pays, dans laquelle seuls 19% des sondés apprécient positivement l’influence d’Israël? Une opinion mondiale otage de la propagande antisémite ou une critique partagée de la politique d’Israël? M.Marty affaiblit la lutte contre l’antisémitisme en développant lui aussi une logique du ´´complot´´ et en défendant trois des aspects les plus contestés de la politique israélienne: la construction du mur, l’attitude de l’armée à Ghaza lors de l’opération ´´Plomb durci´´, la situation des Palestiniens d’Israël.»(2)
Avec la complicité de l’Egypte

«´´Il n’est pas vrai que la barrière, ou le mur, de séparation relève d’une politique de discrimination´´. M.Marty balaie allègrement les avis d’Amnesty International, de la Croix-Rouge ou de l’ONG israélienne B’tselem. Il fait en outre, peu de cas de l’avis de la Cour internationale de justice (juillet 2004), qui qualifiait le mur de ´´violation du droit international´´ et demandait à Israël de le ´´démanteler immédiatement´´. Selon le dernier rapport de l’ONU, le mur serpentera sur 709 km, alors que la ligne verte n’en mesure que 320. Par endroit, il pénètre de 22 km en Cisjordanie (large de 50 km). 10% du territoire palestinien est annexé de facto à Israël, dont 17.000 ha de terres auxquelles les paysans ne peuvent quasiment plus accéder. Pour la seule partie Nord de la Cisjordanie, 220.000 villageois sont affectés. M.Marty envisage qu’il y ait eu des crimes de guerre à Gaza, mais c’est, ajoute-t-il, parce que ´´la guerre est criminelle´´.

Le droit international est plus exigeant, affirmant un principe que M.Marty écarte avec légèreté: tout n’est pas permis lorsque l’on fait la guerre.» «Or, les témoignages et rapports d’ONG le confirment: Israël a enfreint le droit de la guerre en déversant des bombes au phosphore blanc (considérées, y compris par les Etats-Unis, comme des armes chimiques) sur des zones densément peuplées, en empêchant le personnel médical de secourir de nombreux blessés ou en utilisant des boucliers humains. Les témoignages de soldats recueillis par l’ONG israélienne Breaking the Silence sont, à ce titre, éloquents.

De surcroît, Israël, avec la complicité de l’Egypte, a bouclé la minuscule bande de Ghaza (360 km²), empêchant les civils de fuir un déluge de fer et de feu. En violation totale du droit de la guerre, le blocus se poursuit, empêchant la reconstruction et aggravant les conditions sanitaires.»(2) «Il est dès lors indécent de vanter l’humanité de l’armée israélienne pour mieux décrier le Hamas qui aurait ´´sciemment exposé les populations civiles en s’abritant derrière elles´´. (..)

Argument commode qui rend le Hamas responsable des morts israéliens et palestiniens, et occulte les chiffres gênants de l’opération ´´Plomb durci´´: plus de 1400 morts côté palestinien et 13 morts côté israélien (dont quatre tués par des ´´tirs amis´´). Enfin, M.Marty affirme que les Palestiniens d’Israël (1/5e de la population) ne sont pas victimes de discriminations institutionnelles, mais sujets à des ´´inégalités conjoncturelles´´, contredisant un rapport du d états-unien, daté de 2009, qui affirme que ´´les citoyens arabes d’Israël continuent de souffrir de formes variées de discriminations´´. (...) Et que penser du fait que 13% des ´´Terres d’Etat´´, gérées par le Fonds national juif, ne puissent être cédées qu’à des juifs? Alors non, on ne peut pas dire n’importe quoi pour défendre Israël. (...) La menace de ´´l’anéantissement physique´´, premier et ultime argument de M.Marty, est l’expression la plus aboutie de cette paranoïa. Rappelons qu’Israël est la 1re puissance militaire du Moyen-Orient, la seule à détenir l’arme nucléaire et donc à avoir la capacité réelle d’anéantir un autre Etat. Dans le cas palestinien, l’argument frôle le ridicule: les Palestiniens ne possèdent ni armée, ni avions, ni tanks. La probabilité que le Hamas ´´anéantisse physiquement´´ l’Etat d’Israël est aussi élevée que celle de voir l’armée luxembourgeoise prendre le contrôle de Paris. L’instrumentalisation de la mauvaise conscience occidentale envers un anéantissement réel passé (la Shoah) sert en fait à blanchir Israël. (..)»(2)
Devant cette apparente fuite en avant accélérée par le gouvernement de droite de Netanyahu, et peut-être le sentiment que le vent commence à tourner, pour l’impunité d’Israël, on entend «des appels», celui de J.Street en septembre aux Etats-Unis, mouvement qui se dresse officiellement contre l’Aipac lobby sioniste, et qui prône une politique israélienne à deux Etats. Pour ne pas être en reste, en Europe à Bruxelles le 3 mai, un appel en écho à celui américain qui regroupe toute l’intelligentsia juive européenne principalement française qui demande à Israël d’être raisonnable. Jean Daniel dans une Tribune explicative de l’Appel écrit: «En fait, c’est un cri d’alarme accompagné d’une déclaration d’amour et de fidélité. Et cela donne évidemment plus de force encore au contenu de cet appel. (...) Il n’est question ici que de l’avenir d’Israël et de sa sécurité, de son isolement possible et, à la rigueur, de sa délégitimation. (...) D’abord, parce qu’il était temps de regrouper sous une forme quelconque tous les Français juifs qui sont décidés à ne pas laisser leur représentation confisquée par une seule institution, en l’occurrence le Crif. (...) Or il y a comme une alliance objective entre les ennemis extérieurs (arabes ou iraniens) et les ennemis intérieurs (juifs israéliens ou américains) contre la sécurité raisonnablement conçue d’Israël. (...) Certains chefs militaires, qui ont la confiance de
la Maison-Blanche, n’ont pas hésité à déclarer publiquement que l’absence de paix entre Juifs et Palestiniens compromettait l’efficacité du combat des troupes en Irak et en Afghanistan. Jamais, on n’était allé aussi loin. Le moment est donc bien choisi pour que les auteurs de l’appel à la raison puissent se faire entendre lorsqu’ils adjurent l’Europe et les Etats-Unis de conjuguer leurs pressions pour que, devant le danger, les Israéliens se prononcent démocratiquement en faveur de la politique des deux Etats, palestinien et israélien.»(3)

Dans l’Appel on lit, notamment: «Le lien à l’Etat d’Israël fait partie de notre identité. L’avenir et la sécurité de cet Etat auquel nous sommes indéfectiblement attachés nous préoccupent. Or, nous voyons que l’existence d’Israël est à nouveau en danger (...) Si la décision ultime appartient au peuple souverain d’Israël, la solidarité des juifs de la diaspora leur impose d’oeuvrer pour que cette décision soit la bonne. (...) Nous voulons créer un mouvement européen capable de faire entendre la voix de la raison à tous Il a pour ambition d’oeuvrer à la survie d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique, laquelle est conditionnée par la création d’un Etat palestinien souverain et viable.» La lecture de cet appel et le soutien de Leïla Shahid déléguée de l’Autorité palestinienne auprès de l’Union européenne, à cet appel m’a incité à apporter aussi ma voix sans avoir compris le piège du mot «Etat juif démocratique». L’explication m’a été donnée par la suite. Alain Gresh analyse cet appel. Ecoutons-le: «Le 3 mai a été présenté à Bruxelles un «Appel à la raison», (....)

Ce texte a suscité des réactions opposées. Nous en donnerons deux, représentatives. La première vient de Richard Prasquier, le président du Crif et a été publiée par Le Figaro (30 avril 2010), sous le titre «Contre l’appel des Juifs européens» et reproduit sur le site du Crif: «Voici longtemps que le Crif s’était prononcé en faveur du principe ´´deux peuples, deux Etats. La grande majorité des Israéliens y souscrivent, le chef du gouvernement Benjamin Netanyahu l’a publiquement annoncé. La majorité des Palestiniens, malheureusement n’y souscrivent pas.» Il reprend ainsi le point de vue d’Elie Wiesel «(...)Dans la nécessaire et difficile négociation que nous appelons de nos voeux, il ne suffira pas pour que la paix puisse s’espérer et perdurer qu’on mette un terme à des constructions qui ne gênent objectivement personne...» Vous avez bien lu, des «constructions qui ne gênent objectivement personne»...Ni les Palestiniens expropriés de leurs terres, ni ceux qui doivent contourner les colonies pour pouvoir circuler en Cisjordanie...Ils ne sont sans doute gênés que subjectivement parce que, en réalité, ils haïssent les juifs...(..) La liste des signataires de l’appel de JCall pose problème. Elle mêle un Bernard-Henri Lévy qui, sur un char israélien, entrait dans Ghaza à l’hiver 2008-2009 et un historien comme Zeev Sternhell, dont les positions ont toujours été plus déterminées et critiques de la politique israélienne. Pour sa part, Leïla Shahid, a déclaré, «A travers JCall il y a un interlocuteur pour les Palestiniens»(4)
Dans une réponse contre l’Appel, l’Union juive française pour la paix écrit: «Dans cet état d’esprit, il a été lancé au niveau européen un appel "Jcall". (...) Cet appel dénonçant la colonisation ininterrompue de
la Cisjordanie, il ébranle le monolithisme arrogant du Crif (...)

Toutefois, l’Union juive française pour la paix ne peut apporter sa signature à ce texte ni le soutenir de quelque façon que ce soit. En effet, il se présente clairement comme une façon de faire accepter au monde un "Etat juif et démocratique" dont les Juifs du monde entier seraient par définition solidaires, un Etat démocratique pour les Juifs mais juif au regard des Palestiniens. Les Palestiniens sont les grands absents de ce texte, Ghaza n’y existe pas, le droit des réfugiés n’y existe pas, le droit de tous les habitants d’Israël à une citoyenneté complète n’y existe pas. Pire, le texte estime que la décision finale n’appartient qu’aux Israéliens, ne donnant aucune voix au chapitre aux Palestiniens. Car ses rédacteurs l’écrivent clairement, ce qui les guide c’est sauver l’existence et la sécurité de l’Etat d’Israël, c’est la crainte d’un processus de délégitimation de cet Etat. Pour l’UJFP, le peuple israélien ne peut espérer une paix durable qu’en acceptant une solution faisant droit aux revendications légitimes du peuple palestinien. Le rôle des Juifs dans le monde n’est pas d’entretenir le peuple israélien dans l’idée suicidaire que sa mission serait d’établir entre Méditerranée et Jourdain un Etat juif refuge exempté de toute obligation de respect des règles du droit international et de simple humanité à l’égard d’un peuple qu’il continue d’ignorer.»(5)

Pour sa part, Daniel Salvatore Schiffer sur son blog dénonce l’hypocrisie des intellectuels juifs: «L’«Appel à la Raison»: tel est le nom que les initiateurs, (...)pour la paix au Proche-Orient ont donné, au grand dam, notamment du Crif à une pétition osant critiquer publiquement la politique étrangère actuellement menée, au vu de ses colonisations en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, par Israël. Soit. Jusque-là, rien à redire, pour ma part, même si une tout aussi légitime contre-pétition, intitulée «Raison Garder» (..) a aussitôt vu le jour, attribuant, quant à elle, la responsabilité de l’échec du processus de paix aux seuls Palestiniens. Mais ce qui frappe, en revan che, dans la première pétition, lancée donc par le Jcall c’est que, parmi ses signataires, se retrouvent également, toutes tendances politiques confondues et par-delà tout clivage idéologique, des noms (outre ceux d’Elie Barnavi, de Daniel Cohn-Bendit ou d’Ivan Levaï) tels qu’Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy, ardents et même inconditionnels défenseurs, jusque-là, d’Israël.
«Ne touchez pas à mon Israël»

Car, en ce qui concerne ces deux derniers, on ne les entendit guère, sauf pour justifier envers et contre tout Israël, lorsque Tsahal bombarda de façon disproportionnée, durant l’été 2006, le Sud Liban pour se protéger des roquettes lancées sur son territoire par les fanatiques du Hezbollah. C’est d’ailleurs là ce qui me poussa à écrire, le 20 juillet 2006, un article intitulé, précisément, L’assourdissant silence des intellectuels, papier où je faisais alors allusion notamment, quoique sans jamais les y mentionner nommément, à un Finkielkraut et à un Lévy! (...) Mais, surtout, comment concilier, logiquement et sans contradiction aucune, cette tardive prise de position de la part de Bernard-Henri Lévy, artisan là d’un énième virage de cuti, avec ce qu’il clame, par exemple, en ses récentes Pièces d’identité et, plus exactement encore, dans sa partie ayant pour très emblématique titre Le génie du judaïsme, dès lors qu’il y prône un Etat d’Israël essentiellement «intouchable», comme un absolu ontologiquement exempt de toute possible critique, fût-elle des plus rationnelles, et y défend même, à l’instar de ce qu’il soutenait déjà dans son plus ancien Testament de Dieu, la très audacieuse thèse d’un judaïsme doté d’une primauté métaphysico-théologique par rapport à ces deux autres monothéismes que sont, historiquement, le christianisme et l’islam? (6) Où en sommes-nous après les remous calculés et les pétitions et contre-pétitions programmées pour donner l’illusion d’un débat qui n’est plus monolithique mais qui au fond, ne change rien à l’affaire. On dit que les pays de la Ligue arabe ont approuvé le 1er mai la tenue de «discussions de proximité». Abou Mazen négociera jusqu’à la prochaine provocation d’Israël qui sera en définitive adoubée par l’Occident. Jusqu’à quand?
1.http://www.dailymotion.com/video/xd75x1_rony-brauman-critique-severement?start=1
2.J.Salingue, N.Dot-Pouillard, Peut-on tout dire pour défendre Israël? Le Monde 27.04.10
3.Jean Daniel: Pour sauver Israël. Le NouvelObs. 2010-04-30
4.Alain Gresh JCall, analyses d’un appel http://blog.mondediplo.net/05-05.-2010
5.Union juive française pour la paix: JCall appelle à la raison: quelle raison? 29.04.2010.
6.Daniel Salvatore Schiffer: Israël, les intellectuels et la raison Agoravox 3 mai 2010

Pr Chems Eddine Chitour, Ecole nationale polytechnique,

Chems Eddine Chitour

10 mai

L'EXPRESSIONDZ.COM

http://www.palestine-solidarite.org:80/analyses.Chems-Eddine_Chitour.100510.htm


1-5 La rencontre Mechaal-Medvedev affirme la force du Hamas.

Khaled Mechaal, président du bureau politique du Hamas, a rencontré le président russe Medvedev dans la capitale syrienne Damas. Cette rencontre est pour beaucoup d’analystes politiques comme une reconnaissance russe et occidentale de la force du Hamas et de son rôle dans la région.

Ils croient que la Russie veut montrer aux Américains qu’ils gardent un rôle efficace dans les affaires du Moyen-Orient, comme le dossier syrien, le dossier iranien et la réconciliation iranienne.

Une force politique

L’analyste politique Mohsin Abou Ramadan remarque que la rencontre de Mechaal avec président russe veut dire que le Hamas est désormais une force politique palestinienne dont la position s’est enracinée sur la carte politique internationale. Une reconnaissance concrète d’une force concrète.

Les positions actuelles de la Russie donnent l’impression que la Russie va vers le démantèlement des conditions du Quartette dont celle qui refuse de traiter avec le Hamas.

Ces positions de la Russie servent l’intérêt du peuple palestinien et les intérêts des Arabes, croit fortement Abou Ramadan.

Equilibre difficile

De son côté, l’écrivain Tayssir Mohaissine pense que la rencontre est porteuse de plusieurs sens importants. En effet, la Russie veut retrouver sa place comme grande puissance. Par conséquent, elle veut trouver sa position qu’elle possédait à l’époque de l’Union Soviétique. Cependant, elle se rend compte que cela n’est possible sans une solution à la question palestinienne et sans prendre en compte le Hamas comme joueur majeur à ne pas mettre négliger, dit Mohaissine.

Il ajoute que la Russie ne veut en aucun cas laisser le champ libre aux Etats-Unis, pour qu’ils ne puissent modeler le Monde à leur image et selon leurs intérêts. La Russie voudrait reprendre sa position historique qui lui revient, non comme l’Union Soviétique, mais comme l’Etat qu’elle est.

En rencontrant Mechaal, la Russie a voulu adresser un message consistant à dire qu’elle reste un élément efficace dans les affaires du Moyen-Orient, dont les dossiers syrien et iranien, ainsi que la réconciliation.

L’entrée de la Russie sur la ligne de la réconciliation, dit-il, influencera très certainement toutes les parties, tous les joueurs de la question palestinienne. Si ces derniers ne changent pas leur position envers le Hamas, le dossier palestinien sortira de leurs mains.

La position du Hamas

Par ailleurs, l’analyste politique Hani Al-Bassous croit avec certitude que cette rencontre représente une reconnaissance explicite aussi bien russe qu’occidentale du Hamas et de son rôle, en sachant bien que le Hamas est un parti politique palestinien qui pèse lourd sur la scène palestinienne et qui exprime le point de vue de la majorité du peuple palestinien.

Lorsqu’une personnalité aussi importante que le président russe rencontre le chef du bureau politique du mouvement du Hamas, cela ne vient que confirmer la position politique acquise sur la scène internationale, que la Russie garde une bonne relation avec le Hamas, malgré tous les agissements des Etats-Unis visant à isoler le Hamas.

Cette rencontre servira le mouvement du Hamas, ajoute-t-il.

Elle confirme que le mouvement est un parti pesant lourd sur la scène politique, plus encore que l’autorité. Le Hamas représente une grande partie du peuple palestinien. La rencontre du Hamas avec le président russe sera certainement un nouveau point de départ.

13 mai

Source : CPI
http://www.palestine-info.cc/...


1-6 Stuart Littlewood : Israël urine sur la Grande-Bretagne et nos hommes politiques adorent ça.

Le dernier acte de piraterie d’Israël en haute mer - la saisie d’un bateau d’aide à destination de Gaza et le kidnapping de son équipage - met en évidence la complicité du gouvernement britannique, qui toujours mène un combat d’arrière-garde pour le compte d’Israël, écrit Stuart Littlewood. 

Le mardi 30 Juin [2009], la marine israélienne, dans un acte flagrant de piraterie en haute mer, a agressé le navire Spirit of Humanity et enlevé six ressortissants britanniques qui avaient pris part à un voyage d’assistance.

Le petit navire désarmé amenait une cargaison de médicaments, de jouets pour les enfants et de matériaux de reconstruction, le tout destiné à la population sinistrée de Gaza.
L’offensive israélienne meurtrière de 22 jours en décembre 2008 et janvier 2009 a laissé plus de 50 000 habitations, 800 propriétés industrielles, 200 écoles, 39 mosquées et deux églises endommagées ou détruites. Le Comité International de la Croix-Rouge affirme que les 1,5 million de Palestiniens qui vivent à Gaza sont « pris au piège du désespoir », incapables de reconstruire leur vie parce qu’Israël, après avoir détruit avec jubilation la société civile et les infrastructures, bloque tout effort pour acheminer les matériaux nécessaires à la reconstruction.
Ceux qui étaient à bord du Spirit of Humanity agissaient en conformité avec les engagements des bailleurs de fonds de fournir 4,5 milliards de dollars pour la reconstruction et la réhabilitation de Gaza, et avec la demande à Israël par le président américain Obama de laisser passer ces fournitures.
Le navire humanitaire a appareillé à Larnaca, à Chypre, avec un équipage de 21 militants des droits de l’homme, des travailleurs humanitaires et des journalistes, venus de 11 pays différents, avec parmi eux le prix Nobel Mairead Maguire et l’ancienne membre du Congrès américain, Cynthia McKinney.

Dans les premières heures du mardi qui a suivi le départ, des navires de guerre israéliens ont encerclé le bateau et menacé d’ouvrir le feu si l’équipage ne rebroussait pas chemin. Quand ils ont refusé de se laisser intimider, les Israéliens ont brouillé leurs instruments de bord et leur récepteur GPS, le radar et les systèmes de navigation, mettant ainsi en danger la vie de l’équipage.
Le navire avait été vérifié et avait obtenu l’habilitation des autorités portuaires de Chypre avant son départ, et il ne représentait aucune menace.
Richard Falk, rapporteur spécial sur les droits de l’homme pour l’Organisation des Nations Unies, a déclaré que la saisie du Spirit of Humanity était illégale et que le blocus permanent de Gaza était un crime contre l’humanité.

Oui, oui, M. Falk. Mais la question est toujours la même : que fait votre organisation paralytique et sans utilité à ce sujet ?

Ou se tordre les mains est-il tout ce qu’elle sait faire ?
Beaucoup de personnes ici, dont moi-même, ont immédiatement écrit à David Miliband, le secrétaire britannique aux affaires étrangères, au sujet de l’agression.
Deux jours plus tard, j’ai appelé le bureau de
la Palestine au Foreign Office à Londres.

La personne a qui j’ai parlé semblait mal à l’aise en ressortant toujours le même vieux charabia sur « nous travaillons dur pour résoudre le problème » et « nous faisons tout notre possible ». Il déclara que les six britanniques étaient détenus en Israël, et que personne ne savait où exactement l’incident a eu lieu. Toutefois, le navire était équipé d’un traceur GPS, de sorte que le système devrait avoir une idée précise de leur position lorsqu’ils ont été attaqués.
Le vrai problème, comme je l’ai suggéré, c’est qu’Israël ose kidnapper des Britanniques en haute mer et n’en craint pas les conséquences - sans doute confiants qu’il n’y en aura aucune. Je me suis rappelé qu’Israël avait lancé des avertissements (ce qu’avait fait aussi le Foreign Office) de ne pas voyager dans cette zone. Quelle zone ? Il ne faut donc plus voyager dans les eaux internationales.

Le porte-parole m’a assuré que des progrès avaient été réalisés. Il y avait « une initiative » pour l’envoi des fournitures humanitaires dans la bande de Gaza ; mais j’ai fait remarquer qu’l n’y avait aucune preuve qu’Israël se soit conformé au droit international et aux conventions de Genève. Il a aussi affirmé qu’il y avait « des initiatives » sur l’arrêt de colonies de peuplement dans les territoires occupés, même si j’ai fait remarquer que les Israéliens venait juste d’approuver encore plus de constructions illégales.
Je lui ai également rappelé le pilonnage du bateau The Dignity lors d’une mission similaire, par une vedette israélienne le 30 Décembre, à 53 miles de la côte, et comment les gens ici étaient encore fous de rage que rien n’ait été fait à ce sujet.

Le navire, avec 16 personnes à bord, avait été gravement endommagé et s’était traîné jusqu’à un port libanais où il s’est mis en sécurité. Pour autant que je sache, il n’y a jamais eu d’offre d’indemnisation ni aucune demande de Londres. Comme d’habitude, quelqu’un d’autre a dû payer la note des destructions effrénées d’Israël.
Le Dignity avait une cargaison de 3,5 tonnes de fournitures médicales, l’essentiel étant fourni par le gouvernement de Chypre, avec un capitaine britannique et un second grec. Il transportait 14 passagers, dont l’un était Cynthia McKinney. Il y avait aussi deux chirurgiens et un médecin palestinien. Un de mes amis était parmi eux et m’a envoyé ce récit de l’attaque à donner froid dans le dos ...
« A 4 heures 55 heures le 30 Décembre, des projecteurs sont apparus à l’arrière du bateau. Il y avait deux navires de guerre israéliens. Ils sont arrivés à toute vitesse, et sont restés à côté de nous.

Ces bateaux peuvent faire plus de 45 noeuds, transporter dix tonnes de carburant et des systèmes d’armements sophistiqués dont des missiles Hellfire [missiles téléguidés de fabrication américaine]. Des balles traçantes ont été tirées vers le ciel, formant des ellipses, puis des fusées éclairantes. A 5 heures 30 environ, une canonnière orientait son projecteur sur le côté gauche du Dignity. Soudain il y eut un fracas terrible à l’avant, puis un autre presque simultanément, et encore un autre sur le côté gauche ... Il y a eu une forte inclinaison et il a semblé que le bateau était en pleine décomposition. Il faisait noir, la force du vent était de 4 à 5 et il y avait une mer de 10 pieds.

Le capitaine criait : ’nous avons été enfoncés’. » « On craignait que le bateau ne coule. Il a envoyé un signal de détresse Mayday, mais il n’y avait pas de réponse. Cynthia McKinney et Caoimhe Butterly ne savaient pas nager ; les gilets de sauvetage ont été rapidement distribués à tous. La coque prenait d’eau, mais les pompes étaient au travail. Les premiers mots d’un commandant de l’une des canonnières nous sont parvenus par la radio. Ce fut d’abord une accusation selon laquelle l’équipage du navire était impliqué avec des terroristes et qu’il était subversif.

Puis vint la menace de tirer. Le capitaine interdisait de se rendre dans la bande de Gaza ou plus au sud, à El-Arish en Egypte. Il a ordonné de retourner à Larnaca - environ 160 miles, même si le bateau avait été gravement endommagé, et les Israéliens ne savaient pas si il y avait suffisamment de carburant, ce qui n’était pas le cas. Il a pris un cap au nord et le bateau est resté flottant dans une mer plus calme. »
« Un membre de l’équipage a négocié avec les autorités libanaises l’accès à un port sécurisé à Sour (Tyr), où se pressait une foule en liesse sur les quais. Un navire de la FINUL est sorti pour nous escorter et les canonnières israéliennes, qui nous suivaient, sont reparties. »
« Y avait-il eu intention meurtrière ? Une canonnière est sortie de la nuit noire, sans feux de position et juste avec un projecteur, indiquant notre coque bâbord comme cible aux autres bateaux. Elle s’est approchée à environ 30 degrés sur la gauche du Dignity et à toute vitesse. L’intention de couler le Dignity et donc de noyer son équipage était claire. Si la coque avait été en GRP (plastique renforcé de verre), elle aurait éclaté et le bateau aurait coulé comme une pierre à 53 miles nautiques au large de Haïfa. Heureusement, la coque était construite en contreplaqué pour la mer avec des renforcements en bois et elle a tenu ... »
L’équipage du Spirit of Humanity a été relâché, sauf une écossaise très résolue, Theresa McDermott. Elle a été plus tard emprisonnée dans la prison de Ramleh. Lorsque le consulat britannique en Israël a été contacté pour aider à localiser Teresa, le personnel a refusé de d’aider à la trouver en disant qu’il ne pouvait pas fournir d’aide à une citoyenne du Royaume-Uni à moins que, personnellement, elle ne l’ait demandé. Teresa a été libérée après six jours, son « crime » étant probablement d’être membre de la Campagne internationale de solidarité comme l’était Rachel Corrie avant elle.

Ma question écrite à M. Miliband était tout simplement celle-ci :
Pourquoi le gouvernement de Sa Majesté n’a-t-il pas fourni une escorte pour le navire Spirit of Humanity, afin de le protéger des actes tout à fait illégaux de piraterie et de menaces à la vie [de l’équipage] venant de la marine israélienne ? Il y a eu des incidents répétés de harcèlement, de dommages infligés, de vol et d’agression armée en haute mer ou dans les eaux palestiniennes contre des navires désarmés par la marine israélienne.

Le gouvernement britannique a promis haut et fort que la Royal Navy allait aider à faire cesser « la contrebande » d’armes pour la résistance de Gaza, mais elle ne protègera pas les pêcheurs de Gaza d’être attaqués par des maraudeurs israéliens alors que ces gens tentent de gagner leur vie. Et évidemment, le gouvernement ne prendra pas la peine de protéger son propre peuple alors que celui-ci s’active à des ations légitimes.
Mais, bien sûr, ils ont rapidement fait beaucoup de bruit lorsque l’Iran a capturé 15 marins britanniques il y a deux ans s’étant prétendument égarés dans les eaux iraniennes.

Pour prix de nos péchés nous sommes maintenant aux prises avec un secrétaire au Foreign Office qui appelle à la libération du membre d’un équipage de tank, Gilad Shalit, mais pas à la libération de 11 000 civils palestiniens - dont des femmes et des enfants - qui croupissent dans les geôles israéliennes. Il permet même à l’ambassadeur britannique de se transformer en larbin de la communauté juive dans cette campagne à sens unique.

Le 25 Juin Miliband, a déclaré :
« Aujourd’hui, c’est le troisième anniversaire de l’enlèvement de Gilad Shalit. Les deux ministres britanniques et l’ambassadeur britannique en Israël ont eu des contacts répétés avec la famille de Gilad et ont souligné notre soutien à la libération immédiate de Gilad. En Septembre dernier, l’ambassadeur a aidé à livrer au CICR [Comité international de
la Croix-Rouge] plus de 2000 cartes du Nouvel An juif pour Gilad dans le cadre d’une campagne organisée par la communauté juive du Royaume-Uni. Je renouvelle l’appel du Royaume-Uni au Hamas pour sa libération immédiate, inconditionnelle et en bonne santé. Nous partageons la consternation de la famille Shalit suite au refus du Hamas de permettre au CICR l’accès à Gilad. »
Il est honteux que son désarroi ne s’étende pas aux 11 000 familles palestiniennes.
Les Britanniques découvrent la vérité sur l’absence de tout respect de la loi par Israël. En l’absence d’une action ferme du gouvernement britannique, ils adoptent des mesures de représailles sous la forme d’un boycott, qui a poussé M. Miliband à pleurnicher que « le gouvernement était consterné que des motions appelant au boycott d’Israël soient en cours de discussion dans les congrès syndicaux et conférences syndicales cet été ». Il insiste sur le fait que les boycotts « entravent les possibilités de coopération et de dialogue et ne servent qu’à polariser le débat encore plus. Le boycott ne ferait que rendre plus difficile la conclusion d’une paix que les Palestiniens et les Israéliens méritent et souhaitent ».

M. Miliband n’a appris aucune des leçons des 61 dernières années. Et notre premier ministre en gestation, David Cameron (un sioniste et, comme Brown et Blair, un patron du Fonds National Juif), n’est pas différent. Il a déclaré : « Je pense qu’il y a autre chose que nous devons faire, c’est dire à nos universitaires dans ce pays que les boycotts d’Israël sont tout à fait inacceptables, et je pense que nous avons aussi besoin de le dire aux syndicats. »

Aujourd’hui, vous devez soigneusement faire votre chemin à travers une véritable course d’obstacles pro-sionistes - les élus et leurs comparses israéliens qui hantent tous les coins et recoins dans les coulisses du pouvoir et dominent les organes clés de la défense britannique. Ces porteurs de drapeaux israéliens semblent trop heureux que les Israéliens nous urinent dessus - comme sur le reste du monde - et ils les récompensent par encore plus de commerce et de coopération scientifique.

Stuart Littlewood   

29 Avril

Source: Info Palestine


1-7 Youssef Boussoumah : Le colonial, le criminel de guerre et la supplétive indigène.

Jeudi 15 avril 2010, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, digne représentant du très colonialiste parti socialiste, le président israélien Shimon Pérès, responsable en tant que 1er ministre, de l’invasion du Liban de 1996 et du massacre de 100 civils réfugiés dans un abri du village de Cana et Rachida Dati, maire du 7è arrondissement de la capitale, préposée indigène aux basses œuvres judiciaires de la république sarkozienne, ont inauguré en grandes pompes, l’esplanade Ben Gourion, du nom du fameux criminel de guerre israélien.

Ce dernier, grand organisateur de l’expulsion de 800 000 Palestiniens en 47/48 mais aussi grand pourvoyeur de charniers à Tantura, Lyda et autres villes, comme à Acre, Jaffa ou Haïfa est aussi celui qui très cyniquement pronostiquait et misait sur la disparition des Palestiniens en tant que peuple, amené selon lui, à se perdre progressivement dans les limbes de l’Histoire.
Mais loin s’en faut, il n’y a pas que de l’opportunisme dans la décision de Delanoë. Plus qu’une fraternité d’armes, celle établie entre l’Israël de Ben Gourion et
la France du socialiste Guy Mollet en 1956, aux fins d’agresser l’Egypte de Nasser, il y a aussi une véritable fascination. Celle que peut éprouver le dirigeant d’un parti, le P.S., pour un maître du genre colonial, qu’il reconnaît comme son inspirateur.
Ainsi, l’un des plus beaux sites de la capitale sera désormais dédié à celui qui a fait le malheur du peuple palestinien. Il s’agit d’une allée en bord de Seine, faisant face au musée du quai Branly, consacré aux arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Océanie. On ne saurait trouver mieux que la proximité de cette nouvelle mouture du musée des colonies dont d’ailleurs il a hérité d’une grande partie des collections, pour honorer le souvenir abject du fondateur d’une des pires entreprises coloniales européennes. Que Delanoë s’en réjouisse, libre à lui, mais qu’il sache que, politiquement parlant, il devra en assumer toutes les conséquences. Et surtout, pour prétendre faire bonne mesure, pas question que d’ici quinze jours, il nous propose en consolation, une de ses bougnouleries dont il a le secret. Une quelconque impasse des Mille et une nuit ou une possible ruelle de la danse du ventre, un susucre en somme. La question est politique et la promenade Ben Gourion est une infamie irrattrapable qui arrive après tant d’autres. Comme le quasi jumelage de Paris avec Tel Aviv, la place Théodor Herzl ou les festivals culturels franco israéliens. Cependant, par honnêteté, il nous faut évoquer également l’attitude hypocrite des élus d’autres partis de gauche qui, présents en juillet 2008 au Conseil de Paris, lors du vote de la décision de cette inauguration, n’avaient pas jugé bon s’y opposer. Aujourd’hui, afin de racheter leur turpitude, ils poussent des cris d’orfraies et revendiquent, pour contrebalancer, disent ils, la promenade Ben Gourion, une rue Arafat. Qu’ils sachent qu’on ne compense jamais une infamie. Pourrait on compenser l’inauguration d’un boulevard Adolf Hitler par une avenue Jean Moulin, une avenue général Massu par un boulevard Maurice Audin ?
En tout cas, cela indique bien, si besoin était, les limites de la confiance anti coloniale pouvant être accordée à ces partis. Et si nous, nous faisons confiance à la grande crue décennale qui s’annonce pour engloutir sous les eaux, la promenade Ben Gourion, c’est bien sur notre parti anti colonial, le PIR, aux côtés d’autres anticolonialistes conséquents, que nous comptons pour contribuer à refermer définitivement sur le P.S, le couvercle de la poubelle de l’histoire qui déborde de ses déjections.

Youssef Boussoumah 

21 AvrilYoussef Boussoumah, membre du Parti des Indigènes de la République

Source: Les Indigènes de la République

tiré d'investig'Action


1-8 Gaza: des hommes masqués incendient un camp d'été organisé par l'ONU.

Des dizaines d'hommes masqués ont incendié dimanche les installations d'un camp d'été organisé par l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) et menacé le directeur de cette agence de "mesures sévères", a indiqué son porte-parole.

"Des hommes armés ont mis le feu aux installations du camp, notamment des équipements récréatifs et des bassins en plastique, et les ont totalement détruits", a déclaré à l'AFP le porte-parole Adnane Abou Hasna.

Il a précise que des hommes masqués avaient attaqué et attaché un vigile du camp, qui devait s'ouvrir le mois prochain, laissant sur les lieux une enveloppe contenant quatre balles adressée à John Ging, le directeur pour Gaza de l'UNRWA.

De même source, les hommes armés ont bloqué la route côtière qui longe le littoral méditerranéen de la bande de Gaza avant de détruire ce camp d'été.

Il s'agissait de l'un des plus importants camps d'été réservés à quelque 250.000 enfants de réfugiés palestiniens dans l'enclave palestinienne.

Le directeur de l'UNRWA a stigmatisé cette agression la qualifiant "d'acte de vandalisme lié à l'extrémisme, s'attaquant au bonheur des enfants".

"L'UNRWA ne se laissera pas intimider par de tels actes et reconstruira rapidement le camp", a-t-il assuré dans un communiqué.

La police du Hamas a ouvert une enquête et le porte-parole du ministère de l'Intérieur Ihab al-Ghussein, a dit "condamner sévèrement cette attaque" assurant que ses commanditaires seront poursuivis.

L'UNWRA fournit une aide alimentaire ainsi que des services éducatifs et de santé à plus d'un million de Palestiniens de la bande de Gaza, considérés comme des réfugiés.

Ce territoire est soumis au blocus d'Israël depuis que le Hamas en a pris le contrôle à la faveur d'un coup de force en juin 2007 contre le parti laïc Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas.

L'Egypte a en outre resserré le contrôle de ses frontières avec la bande de Gaza.

(AFP / 23 mai 2010 1)


1-9 Sérieuses préoccupations israéliennes quand à leur avantage militaire!

Le chef de la section technologique de l’armée israélienne, le général Kadhai Shahar, a déclaré que l'écart technique et technologique entre "Israël" et ses ennemis diminue d’une manière rapide et très dangereuse.
Il a noté qu'une série de rapports des services de sécurité et des services de renseignements ont montré que nous ne possédons pas un énorme avantage, comme  c’était le cas auparavant, dans le domaine des  coopérations technologiques et techniques, notamment au sujet des combats nocturnes et de la force aérienne" !
Kadhai a ajouté : "Nos ennemis ont développés leurs technologies, d’une manière progressive, ce qui pose un dilemme pour nous », en soulignant que « la révolution technologique a dévoilé l'ensemble de nos réalisations technologiques militaires à l'ennemi qui contre-attaque en innovant de nouveaux systèmes de défense et de nouveaux armements».
Par ailleurs, le quotidien  Al Hayat avait rapporté que le ministre de la guerre israélien , Ehud Barak avait déclaré lors d'une rencontre organisée par le parti travailliste, qu’ils avaient besoin d'un changement fondamental et urgent dans les relations israélo-américaines, car la poursuite de la supériorité militaire qualitative dépend de la volonté des États-Unis à maintenir cette prédominance.

20/05/2010

 http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx...

Les commentaires sont fermés.