Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/06/2010

n°70 - dossiers du 11-09 - 30-05 - :Début :- 11-Septembre - Aux USA, plus aucun expert ne se risque à défendre la version gouvernementale

n°70 -  dossiers du 11-09 - 30-05 - :Début  :- 11-Septembre - Aux USA, plus aucun expert ne se risque à défendre la version gouvernementale.


dossiers du 11-09 n°70 du 30-05

C.De Broeder & M.Lemaire



a) Le "dossier du 11-09 " est  visible  sur mes blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html


Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :  

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Julie Lévesque : 11 septembre, psychologie des foules et propagande.

2 Brèves

2-1 Ben Laden menace l'Amérique si le cerveau du 11-Septembre est exécuté.

Suite

3  Dossiers

3-1 Kevin R. Ryan : Qui aurait démoli les tours du World Trade Center ? (2/2)

:Fin   

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 Éric Raynaud. «Les vérités cachées» du 11 septembre.

4-2 Éric Raynaud : 11-Septembre -Aux USA, plus aucun expert ne se risque à défendre la version gouvernementale.



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..

1-1 Julie Lévesque : 11 septembre, psychologie des foules et propagande.

 Extrait

« Bien sûr, le peuple ne veut pas la guerre.

C’est naturel et on le comprend.

Mais après tout ce sont les dirigeants du pays qui décident des politiques.

Qu’il ait ou non droit de parole, le peuple peut toujours être amené à penser comme ses dirigeants. C’est facile. Il suffit de lui dire qu’il est attaqué, de dénoncer le manque de patriotisme des pacifistes et d’assurer qu’ils mettent le pays en danger.

Les techniques restent les mêmes, quel que soit le pays [1]. » Hermann Göring lors de son procès à Nuremberg

« La manipulation consciente, intelligente des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays [2]. » Edward Bernays, père de la propagande

La couverture médiatique de la conférence sur le 11 septembre qui se tenait le 3 mai dernier à Montréal a donné lieu au cirque habituel de propagande, de censure et de dénigrement, malgré une certaine ouverture et un poids médiatique plus important.

Les deux conférenciers vedettes, l’architecte Richard Gage, fondateur de Architects and Engineers for 9/11 Truth, et David Ray Griffin, membre de Scholars for 9/11 Truth, professeur émérite de théologie et de philosophie de la religion à la Claremont School of Theology et à la Claremont Graduate University, auteur de neuf livres sur les événements du 11 septembre, demandent une nouvelle enquête sur les attentats, car la version officielle des événements, preuves à l’appui, ne tient pas la route.

Une question était sur les lèvres de bien des journalistes : comment se fait-il qu’autant de gens ne croient pas la version officielle?

Posons la question inverse, puisque ceux que l’on appelle “truthers” ou, afin de les discréditer sans trop de finesse, les “adeptes du complot” ou les “théoriciens de conspirations”, se demandent pour leur part pourquoi autant de gens croient encore la version officielle, qui elle aussi, à l’instar des trois tours du World Trade Center (WTC), s’est écroulée sous la montagne de preuves factuelles, techniques et scientifiques révélées au cours des 9 dernières années.

La réponse est somme toute assez simple. Une connaissance sommaire de la psychologie des foules et des mécanismes fondamentaux de la propagande permet facilement de comprendre ce phénomène qui se manifeste pour les raisons suivantes : la puissance des images et des mots, la persuasion et la pression sociale.

La force des images et des mots

Tout le monde se rappelle du 11 septembre, l’attentat le plus important commis en sol étasunien.

Le choc a été d’une ampleur planétaire. Nous avons tous vu les avions percuter les tours et l’effondrement des tours jumelles à répétition.

Cette scène a créé un effet de « choc et stupeur », nom donné aux premiers bombardements en Irak en 2003. Sous l’effet du choc, le raisonnement s’est éclipsé des cerveaux humains créant ainsi un terreau fertile pour la suggestion.

La colère s’est emparée des Étatsuniens qui ne voulaient qu’une chose : se venger.

Le coupable, a-t-on appris quelques heures plus tard, sans qu’aucune enquête n’ait été mise sur pied, était Oussama ben Laden, un fanatique musulman, un terroriste. Soudainement, le terrorisme islamique a déclenché une guerre sans frontière, puisque le terrorisme, ennemi idéal de l’impérialisme, n’a pas de nationalité.

Depuis ce jour-là, en Occident, les termes « terrorisme » et « musulman » vont de pair. Bien des gens entendent « terroriste » et voient un musulman. Depuis ce jour là, nous acceptons que nos droits et libertés soient restreints pour éviter « un autre 11 septembre ». Depuis ce jour-là, « tout a changé ». Tout a changé?

Pas la psychologie des foules ni les mécanismes de propagande.

Dans sa plus simple expression, la propagande consiste à affirmer une chose, la répéter et la propager [3]. Reconnu pour ses prouesses en la matière, Joseph Goebbels, ministre nazi de l’information et de la propagande disait ceci :  « À force de répétition et à l’aide d’une bonne connaissance du psychisme des personnes concernées, il devrait être tout à fait possible de prouver qu’un carré est en fait un cercle. Car après tout, que sont « cercle » et « carré »? De simples mots. Et les mots peuvent être façonnés jusqu’à rendre méconnaissables les idées qu’ils véhiculent [4]. »

Les « adeptes du complot »

De plus en plus de gens ne croient plus la version officielle du 11 septembre.

Pourquoi donc? se demande la presse dominante et l’élite intellectuelle, perplexes.

Leur réponse est simple : ce sont des « adeptes du complot » et des « théories de conspiration ».

Des gens qui se basent sur des blogues obscurs, qui n’ont aucune preuve solide de ce qu’ils affirment et n’ont pas de bonnes sources d’information.

Pourtant, ils se basent sur les informations des médias dominants pour relever les incohérences et des autorités et des médias.

On va même jusqu’à les qualifier de paranoïaques, de schizoïdes, bref d’individus à la santé mentale douteuse. Ces termes sont employés presque inévitablement dans les médias traditionnels pour qualifier les sceptiques.

La couverture médiatique de la conférence de MM. Griffin et Gage est un récent exemple de cette propagande. La conférence se tenait à l’Université du Québec à Montréal, ce qui a créé un malaise au sein du corps professoral, comme on peut voir dans cet article de La Presse :

Julien Tourreille, chercheur à l'Observatoire des États-Unis à la chaire Raoul-Dandurand, les accuse d'être «intellectuellement malhonnêtes» et les qualifie même de «menteurs, imposteurs et escrocs». «Je trouve dommage de voir accolé le nom de l'UQAM à un tel mouvement, ça ne sert pas la crédibilité d'une institution de recherche qui essaie, sur la place publique, de démontrer qu'elle emploie des gens sérieux.» (C’est l’auteure qui souligne)

Pour un chercheur qui exige le sérieux de son institution, s’adonner à d’aussi puissantes attaques ad hominem s’avère assez paradoxal. Ce genre de comportement entache davantage la crédibilité d’une institution qu’une conférence où deux académiciens démontrent leurs arguments avec rigueur sans s’abaisser à ce type de comportement puéril.

À l’émission Christianne Charrette à la radio de Radio-Canada, le réseau public canadien, on a invité l’organisateur de l’événement, Jean-François Ranger, à discuter de la question avec des « experts » : le journaliste Alain Gravel et un spécialiste de la politique américaine Donald Cuccioletta.

Cela a donné lieu à un bel exemple d’appel à l’autorité lorsque l’animatrice a demandé : « Et vous M. Ranger, vous n’êtes pas un expert? Vous n’êtes pas journaliste, vous n’êtes pas… qu’est-ce que vous êtes? Je suis un simple citoyen qui se pose des questions », a répondu M. Ranger. 

Avec ce genre d’introduction, les dés sont pipés. Sans verser dans la rhétorique de bas étage, on discrédite avant même le début de la discussion les arguments de la personne visée. Son témoignage ne fera pas le poids face à celui des « experts ».

Évidemment, on nous a ensuite sorti l’argument ultime pour dénigrer ceux qui osent douter des versions officielles en général : les extra-terrestres.

On a comparé la controverse qu’à suscité cet événement à une éventuelle conférence de Raël, fondateur du mouvement raélien, dont la doctrine repose sur l’origine extra-terrestre des humains. Comparez deux académiciens réputés au gourou d’une secte controversée est de deux choses l’une : ou l’on tente délibérément de discréditer une personne ou l’on masque son ignorance, une absence totale d’argument valide, ainsi qu’un haut degré de perméabilité à la propagande.

À l’émission Denis Lévesque au réseau de télévision privé TVA, M. Ranger a fait face à la même analogie absurde et totalement dénuée de fondement : en d’autres mots vous doutez de la version officielle donc vous êtes le genre de personne qui croit aux extra-terrestres.  
Au lendemain de la conférence, à
l'émission Desautels à Radio-Canada, le journaliste ayant couvert la conférence a fait un bel exercice de déboulonnage.

D'abord il explique le succès de la conférence à cette "tradition de contestation des versions officielles, comme l'assassinat de Kennedy, sommes-nous allés sur la lune, etc".

Mais il ajoute, sans y voir de contradiction, que selon les sondages, la majorité des Étasuniens et un tiers des Canadiens sont sceptiques. Il fabrique ensuite un "homme de paille": il prend quelques arguments des conférenciers, qui, hors contexte et déformés, sont faciles à démolir. Il en conclut que "ça fait bien des comploteurs" et dresse une longue liste de ces derniers, pour nommer ironiquement en terminant, les médias, "qui depuis cette époque colportent des mensonges et camouflent la vérité". De plus, ajoute l'animateur pour appuyer le déboulonnage de son collègue, "personne parmi ces comploteurs ne s'est ouvert depuis et a raconté la vérité". "C'est peut-être les extra-terrestres tout ça", termine le journaliste. Encore les extra-terrestres.
Il est évident que ce reportage aux conclusions bancales, truffé de désinformation sert à discréditer une opinion. Aucun des conférenciers, ni l'hôte de la soirée n'a dit que les médias participaient à un vaste complot, mais plutôt qu'ils ne font pas leur travail, c'est à dire remettre en question les affirmations des autorités. De plus, rares sont les comploteurs qui se livrent eux-mêmes à la justice, donc cela ne peut en aucun cas servir de preuve qu'il n'y a pas eu de complot. Mais ce qu'il y a de plus dérangeant, c'est que ces journalistes se livrent au salissage délibéré d'une majorité d'Étasuniens et du tiers des citoyens canadiens. Pour un réseau public d'information qui se veut la référence en journalisme, ce genre de comportement est inacceptable.

Mais tous ces journalistes et ces experts sont-ils des instruments de propagande agissant en toute connaissance de cause?

Pas du tout. Il ne faut pas sous-estimer le despotisme insidieux de la pression sociale.

L’expérience d’Asch et le conformisme

L’expérience d’Asch démontre à quel point les décisions d’un individu sont soumises à l’influence du groupe dans lequel il se trouve, comme on peut le voir dans la vidéo suivante :

Cette expérience peut expliquer trois phénomènes entourant le 11 septembre : la crédulité face à l’explication officielle de l’effondrement des tours, la façon dont on dénigre les sceptiques de la version officielle et la popularité grandissante de ce scepticisme.

L’expérience le démontre magistralement : les gens sont fortement enclins à nier ce qu’ils voient de leurs propres yeux pour se conformer à l’opinion dominante. C’est ce qui semble se produire avec l’effondrement des trois tours, c’est-à-dire des deux tours jumelles et de la tour 7, talon d’Achille de la version officielle, dont on n'a fait aucune mention dans les rapports officiels originaux et longtemps ignorée par les médias : chaque effondrement possède toutes les caractéristiques d’une démolition contrôlée et aucune des caractéristiques d’un édifice détruit par le feu, explication officielle de l’organe gouvernemental, le National Institute of Standards and Technology (NIST).

En plus d’être les trois seuls édifices à avoir été complètement pulvérisé par le feu dans l’histoire de l’humanité, si l’on croit les explications incohérentes du NIST, qui par ailleurs a dû modifier ses conclusions, ils sont les trois seuls à s’être écroulés exactement de la même manière. Or, comme le souligne Richard Gage, les effondrements des édifices en raison du feu sont uniques puisqu’ils ne sont pas planifiés. Toutefois, la similitude entre une démolition contrôlée et les trois effondrements du WTC sont indéniables.

Par ailleurs, la détraction dont sont victimes les sceptiques n’a pas de quoi attirer les foules. L’expérience d’Asch illustre bien comment bien des gens préfèrent ne pas émettre d’opinion contraire à l’opinion dominante. Mais cette attitude change dès lors que l’individu en question se sent appuyé par une autre personne.

Cela pourrait-il expliquer la popularité grandissante du mouvement pour la vérité sur le 11 septembre? Fort probablement.

À l’origine, la remise en question de l’attaque terroriste était un phénomène marginal auquel convenait admirablement la calomnie systématique.

George W. Bush nous avait d’ailleurs mis en garde de « ne tolérer aucune théorie de conspiration relativement au 11 septembre ». À part bien sûr, la conspiration islamiste.

Son successeur, M. Obama a fait de même.

La presse dominante a obéit au doigt et à l’œil.

Malgré le tissu de mensonge révélé par des chercheurs et journalistes indépendants, les médias traditionnels n’ont d’autre choix que de soutenir la thèse officielle, puisqu’ils la défendent avec acharnement depuis le début.

On connaît l’inaptitude des médias à pratiquer l’autocritique et on l’a vu avec la « première pandémie du siècle » : le mea culpa est un concept qui leur est totalement étranger et ils n’admettent pratiquement jamais leur manque de rigueur et d’esprit critique face aux autorités. Ils ont reconnus les liens entre l’Organisation mondiale de la Santé et l’industrie pharmaceutique uniquement lorsque ceux-ci ont été dénoncés par une autre autorité, le Conseil de l’Europe.

Mais c’était trop peu trop tard. Ils ont perdu énormément de crédibilité aux yeux du public, contrairement à la presse indépendante, qui elle, ne s’est pas soumise aveuglément à l’autorité. Les médias ont-ils oublié leur rôle de contrepoids des autorités?

Aujourd’hui, les gens ont de moins en moins peur d’exprimer leurs doutes face à la thèse officielle des attentats du 11 septembre, en grande partie parce qu’ils se sentent moins seuls, mais aussi parce que les médias et les autorités ont tellement abusé de l’argument ad hominem qu’il n’a plus aucune efficacité. Si cette tactique a servi à évité de débattre de questions légitimes sur l’événement catalyseur des grandes guerres de cette décennie, quiconque l’utilise aujourd’hui se tourne lui-même en ridicule. Et celui qui use du ridicule, manipule un couteau à deux tranchants qui finit toujours par se retourner contre lui-même.

Donc pourquoi de plus en plus de gens ne croient pas la version officielle?

Parce que « traditionnellement ce genre d’événement donne lieu à toutes sortes de théories de conspiration », comme le répète jusqu’à plus soif les médias et les autorités?

Non.

Tout simplement parce que les faits, la logique et les lois de la physique le commandent.

Pourquoi autant de personnes croient toujours la version officielle?

Il faudrait que les médias posent la question.

Pour l’instant, l’expérience d’Asch apporte, certes, une partie de la réponse.
Notes
1. Hermann Göring, cité dans Normand Baillargeon, Petit cours d'autodéfense intellectuelle, Montréal, Lux Éditeur, 2005, p. 270. 
2. Edward Bernays, Propaganda, Montréal, Lux Éditeur, 2008, p. 1.
3. Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Paris, Presses universitaires de France, Paris, 1963. p.72. Le livre est
disponible sur Internet.
4. Joseph Goebells, cité dans Normand Baillargeon, Petit cours d'autodéfense intellectuelle, Montréal, Lux Éditeur, 2005, p. 19.

Julie Lévesque est journaliste et chercheure au Centre de recherche sur la mondialisation.

Julie Lévesque

Julie Lévesque est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  

Mondialisation.ca,

Le 6 mai 2010

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19008



2 Brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

2-1 Ben Laden menace l'Amérique si le cerveau du 11-Septembre est exécuté.

Publié le jeudi 25 mars 2010 à 16H11

Le chef d'Al-Qaïda, Oussama ben Laden, a menacé de tuer tout Américain capturé par son réseau si Khaled Cheikh Mohammed, le cerveau des attentats du 11-Septembre, et ses compagnons sont exécutés, dans un message audio diffusé jeudi par la chaîne Al-Jazira.

Dans son message, adressé au peuple américain, ben Laden affirme que le président Barack Obama "suit la même politique que son prédécesseur (...) notamment par une escalade en Afghanistan et le traitement injuste de nos prisonniers, et en premier lieu du héros Khaled Cheikh Mohammed".

"La Maison Blanche a annoncé sa volonté de l'exécuter", a-t-il affirmé.

"Le jour où les Etats-Unis prendront cette décision, ils auront pris la décision de faire exécuter tout Américain que nous ferons prisonnier", a averti le chef d'Al-Qaïda dans une brève séquence diffusée par la chaîne du Qatar.

Il a dénoncé aussi la politique américaine au Proche-Orient: "les politiciens de la Maison Blanche continuent d'exercer l'injustice à notre égard, notamment en soutenant les Israéliens qui occupent notre terre, la Palestine", dit-il.

Khaled Cheikh Mohammed, cerveau autoproclamé des attentats qui ont fait près de 3.000 morts aux Etats-Unis, et quatre coaccusés doivent être jugés à une date indéterminée par un tribunal de droit commun ou un tribunal militaire d'exception.

Né le 24 avril 1965 au Koweït, d'une famille originaire du Pakistan, il adhère vers seize ans au mouvement des Frères musulmans puis part en 1983 faire ses études aux Etats-Unis, où il obtient trois ans plus tard un diplôme d'ingénieur mécanique.

Attiré par le jihad anti-soviétique en Afghanistan, il se rend dans le nord du Pakistan où, selon le rapport de la commission américaine du 11-Septembre, il rencontre le chef islamiste Abdoul Rasoul Sayyaf, qui devient son mentor.

En 1996, il rencontre Oussama ben Laden en Afghanistan et lui parle, selon des témoins, du plan qui allait devenir celui du 11 septembre 2001.

Après le succès de l'opération, celui que les services de renseignements occidentaux appellent par ses initiales (en anglais), "KSM", s'installe au Pakistan. Il est arrêté à Rawalpindi, ville-jumelle d'Islamabad, le 1er mars 2003 et transféré dans la prison militaire américaine de Guantanamo, à Cuba.

Le dernier message connu du chef d'Al-Qaïda a été diffusé le 24 janvier également par Al-Jazira. Il y a revendiqué l'attentat manqué sur un avion de ligne américain le jour de Noël et menacé les Etats-Unis de nouvelles attaques s'ils poursuivaient leur soutien à Israël.

Dans ce bref enregistrement, le chef d'Al-Qaïda rendait hommage au "héros" Umar Farouk Abdulmutallab, le jeune Nigérian qui a tenté de faire exploser l'avion effectuant un vol entre Amsterdam et Detroit.

La plupart des experts d'Al-Qaïda estiment qu'Oussama Ben Laden est très probablement terré dans une région montagneuse entre le Pakistan et l'Afghanistan.

http://www.lunion.presse.fr/article/afp/ben-laden-menace-lamerique-si-le-cerveau-du-11-septembre-est-execute


Commentaires

Excellent post ! Nous sommes une liaison à cet excellent article sur notre site Web. Suivre la bonne écriture.

Écrit par : maxosize forum | 07/10/2014

Ils vont être sur les lieux habituels de ce samedi, et qui comprend huit heures à l'est de Nike. 2009, le Spacejam XI a finalement été retroed après une décennie d'anticipation et est sans aucun doute la plus grosse sortie Jordanie depuis le DMP originale en Janvier 2006. Blazer Noir Homme
Nike Blazer Pas Cher Pour Homme
Les AM1S marine / rouge et noir / or faisaient partie d'un aperçu, nous vous avons montré la semaine dernière aux c么tés de l'autre avec les Maximes, de sorte que la paire gris / turquoise photo ci-dessus est un nouvel ajout de la marque. Ces châussures sont vrâiment tr&egrâve;s jolies et peuvent se porter âvec tout!!! Rosh Run Femme
Roshe Run Floral
âdeptes du pânier, Reebok â imâgin&eâcute; pour vous une châussure de bâsketbâll qui sâurâ âccompâgner vos pâs jusqu'&âgrâve; lâ victoire. Ce mod&egrâve;le int&egrâve;gre lâ technologie ThePumpç pour vous offrir un âmorti id&eâcute;âl.

Écrit par : pkobicse | 07/10/2014

Les baskets utilisent la Air Jordan VI olympique comme base et claque sur des sections séparées de denim et cuir d'autruche. Nous avons tous quelques paires que nous gardons sur la glace, sauver ces Nikes de cadavres d'animaux ou Jordans pour la plus ensoleillée de jours où votre niveau de butin dépasse le niveau déjà dangereuse cent mille milliards de dollars. Tn Requin Pas Cher
Tn Enfant
Un bon run de taille a frappé la baie avec des prix commençant autour de 40 $ et de fin pour pas beaucoup plus. V&eâcute;ritâble âtout de style et de confort, cette low boot privil&eâcute;gie une silhouette f&eâcute;minine sâns âller dâns lâ d&eâcute;mesure pour se fâufiler dâns notre gârde-robe. âvec une jupe ou un slim, rien &âgrâve; redire : elle est juste pârfâite ! Roshe Run Femme
Nike Rosh Run Femme
S'il y â bien un mod&egrâve;le tout &âgrâve; fâit incontournâble dâns le vestiâire mâsculin, c'est le derby. Ce soulier de forme clâssique est un pârfâit âlli&eâcute; du quotidien. Vâgâbond imâgine un mod&egrâve;le &âgrâve; lâ ligne sobre qui sâurâ s'âccommoder de toutes vos tenues.

Écrit par : xgfjwoqn | 08/10/2014

Si vous aimez ce que vous voyez, puis cliquez sur par avec nous pour obtenir des angles supplémentaires, et le flic de VT Nike Air Max 97 en blanc maintenant de Foot Locker ou vous pouvez trouver sur eBay. Le Spizike est un coup s没r dans la communauté hip-hop, comme Kanye West, P. Nike Blazer Noir Homme
Tn Chaussures
Avec la sortie de la Nike Air Max 24/7, vous mightve connu une version 365 libérerait. Un col mâtelâss&eâcute;, une &eâcute;pâisse semelle crânt&eâcute;e, un bout tr&egrâve;s ârrondi et voici un confortâble derby Câterpillâr &âgrâve; lâ ligne inspir&eâcute;e des châussures de s&eâcute;curit&eâcute;. D'une pârfâite robustesse, il â &eâcute;t&eâcute; bâti pour lâ ville ! Nike Roshe Run Rouge
Nike Roshe Run Black
Chez Schmoove, les derbies sont &âgrâve; l'honneur cette sâison ! Ce mod&egrâve;le de style clâssique est confectionn&eâcute; en cuir su&eâcute;d&eâcute; doux comme du velours. On âime les surpiqures âu niveâu de lâ semelle.

Écrit par : flmkcysu | 08/10/2014

Plus t么t ce mois-ci Nike Sportswear a publié un trio de coups de pied blanc pur en dessus en cuir perforé, donc ce prochain événement Black Perf Pack est pas vraiment une surprise, est de le servir comme le yin le Blanc Perfs yang, ce prochain Air Force 1 Low, Dunk Haut AC, et Toki versions disposent d'un supérieur tout noir avec luxueuse construction en cuir perforé. nouveaux coloris de Air Jordans originale sont toujours l'objet de critiques, mais Jordan Brand n'aurais pas pu faire un meilleur travail avec ce nouveau coloris Blanc / Noir-Metallic Silver, prévu pour une sortie plus tard cette fin de semaine. Nike Requin Tn
Basket Tn
Avec deux # 1 graines déjà passés, il est vraiment anyones jeu. âu comble du glâmour, cette low boot sign&eâcute;e Clârks met lâ f&eâcute;minit&eâcute; &âgrâve; l'honneur grâce &âgrâve; son tâlon hâut, son bout pointu, et sâ construction fâçon richelieu mâsculin. Ses perforâtions ornementâles âjoutent âu chârme de l'ensemble. Roshe Run Noir Et Blanc
Nike Roshe Run Floral
J'âi trouv&eâcute; Mâ perle râre!!! confortâbles, jolies, prâtiques, pour les gros mollets, elles sont tout simplement pârfâites! Que se soit pour le trâvâil , les sorties, les shopping dâys ...! J'en suis âccro! âllez-y, foncez, elles en vâlent lâ peine !!

Écrit par : gnztzejv | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.