Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/07/2010

n° 8 - Journal du Yémen - 18-06 au 30-07 : -Suite - : Le Yémen risque de devenir un nouvel Irak ou Afghanistan pour les Américains.

n° 8 -  Journal du Yémen - 18-06 au 30-07 : -Suite -  : Le Yémen risque de devenir un nouvel Irak ou Afghanistan pour les Américains.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée US et ferment les oreilles aux autres sources.


Journal du Yémen

 n° 8                                                18-06 au 30-07

        C.De broeder & M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Robert Bibeau :  : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

c) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire.

 

2 Politique

a) Yémen du Nord

b) Yémen du Sud

c Usa

3 Politique internationale

a) Pays Arabes & voisins

4 Institutions internationales

5 Autres Pays

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Rapportde 'Reporters sans frontières' : Une cascade d'affaires vise les médias yéménites.

5-2 Les insoumis du Yémen"

6 Les brèves

6-1 L'ONU manque de fonds pour assister les déplacés.

6-2 Les séparatistes libèrent 200 soldats faits prisonniers lundi.

6-3 Total : acquiert une participation au Yémen.

 



2  Politique

a) Yemen du nord

Ali Abdallah Saleh

11-02

Le président Ali Abdallah Saleh a annoncé  le cessez-le-feu et le chef de la résistance Abdel Malek al-Houthi a ordonné à ses hommes de le respecter.

http://www.romandie.com/ats/news/100212124130.s8m770bk.asp

12-07

Le président Ali Abdallah Saleh, a annoncé hier un cessez-le-feu dans les combats contre les séparatistes  dans le nord du pays.
Cette annonce est intervenue après des informations sur un accord imminent sur une trêve dans les combats qui durent depuis le 11 août entre les rebelles, des zaïdites de confession chiite, et l'armée dans la province de Saada (nord).

Agence France-Presse  

http://www.ledevoir.com/international/proche-orient/282891/en-bref-cessez-le-feu-au-yemen


2a-2 Des Canons ... pas du beurre

16-07

Le ministère de l'Intérieur a accusé dans le communiqué les séparatistes d'avoir "violé le cessez-le-feu 635 fois depuis l'entrée en vigueur le 11 février 2010 de l'accord de trêve, en tuant des militaires et des agents de sécurité et en rétablissant des postes de contrôle dans la région".

Les rebelles n'ont pas encore réagi aux accusations du gouvernement.

Cette violation de la trêve intervient deux jours après que le président yéménite et son homologue qatariote aient consenti de réactiver l'accord de paix de Doha entre le gouvernement yéménite et les séparatistes du nord du pays.



a) Yemen du Sud

Les Houthis

14-07

La situation est tendue dans le sud du Yémen où s'est accentuée la contestation, animée par le Mouvement sudiste, une coalition dont certaines composantes appellent au fédéralisme et d'autres à la sécession du sud qui était un Etat indépendant avant 1990.

(AFP)



c) Usa  (le parrain)

Les grandes manœuvres

13-05,

James Cartwright, adjoint du chef des armées des Etats-Unis, déclarait dans une conférence présentée au Centre des études stratégiques : « Durant les dix prochaines années, les forces étasuniennes auront à mener des combats semblables à ceux qui furent menés en Irak et en Afghanistan ».

Cette déclaration laisse prévoir que l’Administration des Etats-Unis tentera, une nouvelle fois, de sortir de la crise dans laquelle elle patauge à travers des guerres et des conflits destructeurs dans différentes régions de la Planète dont, en particulier, les régions du Sud, de l’Afrique jusqu’au Moyen Orient

Au Yémen, la tension se poursuit et s’étend au Sud cette fois où le gouvernement yéménite tente de porter un coup de grâce à l’opposition, de la gauche surtout.



3 Politique internationale

b) Le monde

Russie

01-07

La Russie et le Yémen pourraient conclure un contrat de livraison d'armements pour plus de 1 milliard de dollars, a confié jeudi à RIA Novosti le directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes Igor Korotchenko.

01/07/

RIA Novosti

http://fr.rian.ru/defense/20100701/



d) Les institutions

1 Conseil de coopération du Golfe (CCG),

Le 27 janvier se tenait à Londres une réunion pour réaffirmer le soutien de la communauté internationale au Yémen du Nord.

Une réunion de pays donateurs sur le Yémen se tiendra les 27 et 28 février à Ryad, rapporte le communiqué final de la réunion.

Cette réunion à Ryad rassemblera des pays occidentaux et arabes sous l'égide du Conseil de coopération du Golfe (CCG), a précisé le minsitre britaniique des Affaires étrangères, David Miliband lors d'une conférence de presse. "La réunion ne servira pas seulement à partager des analyses sur une meilleure distribution de l'aide au Yémen mais également à établir un dialogue conjoint avec le gouvernement du Yémen sur ses priorités en matière de réforme", a ajouté le ministre.

http://www.robert-schuman.eu/breve.php?num=13340&typ=art



2 Commission Européenne

10 millions € allouée aux plus vulnérables.

nb : Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

La Commission européenne a annoncé aujourd’hui qu’elle débloquait une enveloppe de 10 millions € afin de répondre aux besoins humanitaires urgents exacerbés par l'aide insuffisante émanant de la communauté internationale.

Les fonds serviront à fournir des abris, de l’eau et des équipements sanitaires, à répondre aux besoins alimentaires, à garantir les moyens de subsistance et à assurer les besoins sanitaires de base ainsi que la protection. L’argent est destiné aux plus vulnérables des 350 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays, à leurs communautés d’accueil et aux 170 000 réfugiés étrangers présents au Yémen.

Mme Kristalina Georgieva, la commissaire chargée de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, a fait la déclaration suivante: «Le Yémen est confronté à deux défis humanitaires majeurs qui épuisent les ressources du pays. Le conflit récurrent a poussé quelque 350 000 personnes à se déplacer vers le nord du pays.

Par ailleurs, plus de 170 000 réfugiés, originaires principalement de Somalie, tentent d’échapper à l’instabilité qui sévit dans la Corne de l’Afrique et sont disséminés dans tout le Yémen. Les membres les plus vulnérables de ces deux groupes de population sont largement tributaires de l’aide humanitaire internationale étant donné que les moyens de subsistance sont rares et que les ressources des communautés d’accueil ont été appauvries et surexploitées au cours des derniers mois.»

Et la commissaire de poursuivre: «En l’état actuel des choses, les organisations humanitaires sont confrontées à un manque de moyens financiers qui pourrait les amener à réduire ou à interrompre leurs activités. Un soutien financier urgent et immédiat est nécessaire pour garantir la poursuite des opérations de secours. Je suis donc extrêmement heureuse d’annoncer que la Commission européenne pourra apporter une contribution considérable au sauvetage de dizaines de milliers de personnes vivant dans des conditions déplorables au Yémen.»

Contexte

Les actions d’aide humanitaire aux personnes déplacées en raison du conflit sont entravées par l’insécurité permanente qui sévit même en dehors de la zone de conflits au Nord Yémen. Une partie des fonds de la Commission servira donc à surveiller les conditions de sécurité en rapide mutation et à améliorer la coordination entre les acteurs du secteur humanitaire et les donateurs.

La prise de conscience des principes de neutralité, d’impartialité et d’indépendance de l’aide humanitaire est également nécessaire pour étendre l’espace humanitaire.

L’aide sera principalement distribuée par l’intermédiaire du HCNUR, de Médecins du Monde, de Care, d’Oxfam, du CICR et du PAM. Le Bureau pour la coordination de l’aide humanitaire des Nations unies bénéficiera également d’une aide afin d’assurer la surveillance, la coordination et la sensibilisation.

Pour de plus amples informations: http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm

Bruxelles, le 26 juillet 2010

Pour de plus amples informations: http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm

http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/10/1005&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=en



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Rapportde 'Reporters sans frontières' : Une cascade d'affaires vise les médias yéménites.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

Reporters sans frontières dénonce avec force la dégradation de la situation de la liberté de la presse au Yémen depuis le début du deuxième semestre 2009. "Ce qui se passe au Yémen aujourd'hui est très grave. La situation des médias empire de jour en jour. Les affaires se multiplient. Il est urgent que la communauté internationale intervienne", a déclaré l'organisation.
Al-Maqalih face à la justice
Le 18 avril 2010, le procès du journaliste Mohamed Al-Maqalih a été reporté. Ce rédacteur en chef du site d'informations du Parti socialiste d'opposition, Al-Eshteraki, est connu pour ses prises de position critiques à l'égard du gouvernement d'Ali Abdullah Saleh.
Mohamed Al-Maqalih a été enlevé par cinq hommes armés et masqués, dans la nuit au 17 au 18 septembre 2009, alors qu'il rentrait à son domicile à Sanaa. La semaine précédente, Mohamed Al-Maqalih avait posté sur le site du Parti un article dénonçant les tirs de l'aviation yéménite sur des civils, contraints de fuir la région de Saada où se déroulent d'intenses combats entre l'armée et la rébellion séparatiste zaïdiste.
Pendant près de quatre mois, les autorités ont nié avoir une quelconque responsabilité dans l'enlèvement du journaliste. Détenu au secret pendant plus de 100 jours, il a été présenté devant le procureur de
la Cour pénale spéciale de Sanaa le 3 février 2010. Au cours de cette audience, il a déclaré avoir été torturé et privé de nourriture pendant plusieurs jours. Le journaliste a été admis le 24 mars dans un hôpital de Sanaa pour y recevoir des soins, avant d'être libéré le lendemain pour des "raisons humanitaires et de santé".
Son procès s'est ouvert le 17 avril 2010 à Sanaa, devant le tribunal de la sécurité de l'Etat, pour soutien aux Houthis et contact avec leur chef, Abdul-Malik Al-Houthi. Le 18 avril, il était jugé devant le tribunal spécialisé dans les délits de presse, créé en 2009, pour insulte au président de
la République, suite à la publication d'un article d'opinion en 2005 dans le journal Al-Thaouri, sur la promesse du président Ali Abdallah Saleh de ne pas se présenter à l'élection présidentielle de 2006. Le même tribunal attend de juger l'ancien directeur de publication du journal Al-Thaouri, Khaled Suleiman, qui a demandé l'asile politique au Royaume-Uni il y a trois ans. Le 17 avril, devant le tribunal de première instance, Al-Maqalih a demandé au juge de se prononcer sur son enlèvement par des ravisseurs appartenant aux services de sécurité. Mais le juge a refusé d'enregistrer la plainte du journaliste, lui disant qu'il pouvait toujours porter plainte auprès de la Cour pénale des Nations unies. Le 18 avril, le juge a reporté le procès à une date indéterminée.
Des procès en cascades
Le 18 avril 2010, s'est ouvert à Lahij (nord d'Aden) le jugement en appel du journaliste Anis Ahmed Mansour Hamida, correspondant à Aden du journal Al-Ayyam. Il avait été condamné, le 15 juillet 2009, en première instance, à quatorze mois de prison ferme pour "atteinte à l'unité nationale" et "séparatisme", à l'issue d'un procès purement politique.
Le 18 avril, le journaliste Ahmad Al-Asdi, directeur de publication du journal Itijahat, et son adjoint Mahfouz Al-Ba'ithimi' ont été condamnés à des peines de prison avec sursis. Le ministère de l'Information avait porté plainte suite à la publication d'un article sur l'opposition saoudienne, dans le numéro 49/50 du journal.
Le 17 avril, le tribunal en charge de juger les affaires de presse et de publications a condamné Khaled Abdel Hadi, journaliste pour le site d'informations du Parti socialiste d'opposition, Al-Eshteraki, à une amende de 30 000 rials (10 000 rials à la trésorerie nationale et 20 000 pour le plaignant, soit 108 euros). Le journaliste avait publié un article, le 9 février 2009, sur un sit-in des habitants de la province de Lahij qui demandaient la démission du juge Abdelmalek Al-'Arshi.
Le 2 mai 2010 s'ouvrira le procès contre l'hebdomadaire Al-Nida. Shafi' Al-Abd, journaliste pour Al-Nida, arrêté le 24 décembre 2009 par
la Sûreté nationale d'Aden, a été libéré le 27 janvier 2010 de la prison de Khor Maksar dans la province d'Aden. Le journaliste était accusé d'avoir formé un parti politique hostile à la "sécurité et à l'unité nationale". Ce procès fait suite à la plainte déposée en décembre 2009 par le ministre de l'Information, suite à la publication d'informations qualifiées de fausses et considérées comme incitant à la violence. Le rédacteur en chef Sami Ghaleb ainsi que trois autres journalistes (Abdel Aziz Al-Majidi, Mayfa' Abdel Rahman et Fouad Mas'ad) avaient été interrogés sur le mouvement Al-Herak et sur d'autres articles considérés, par le ministre, comme dangereux pour l'unité nationale et la démocratie.
Le 24 mai prochain s'ouvrira le procès de Fouad Rashid, directeur de publication du site Al-Mukalla Press, arrêté le 4 mai 2009, incarcéré à la prison centrale de Sanaa. Seront également jugés ce jour-là au cours de ce même procès le journaliste Salah Al-Saqladi et le militant Ahmed Al-Rabizi. Salah Al-Saqladi, directeur du site Adengulf-website, a été arrêté le 18 juin 2009 à son domicile à Aden. Interrogé par les services de renseignements à Aden, il a été transféré, le 22 juin, à la prison de sécurité à Sanaa où il avait été privé de la visite des militants des droits de l'homme et des représentants du Syndicat des journalistes, avant d'être transféré, le 17 février 2010, à la prison centrale de Sanaa, où il est actuellement en attente de son procès. Le militant Ahmed Al-Rabizi a été arrêté par les forces de sécurité à Aden le 12 mai 2009.
(RSF/IFEX) –

21 avril 2010

Lire le rapport intégral : http://fr.rsf.org/yemen-une-cascade-d-affaires-vise-les-20-04-2010,37084.html

http://www.ifex.org/yemen/2010/04/21/foe_report/fr/


5-2 Les insoumis du Yémen"

"Les jeux de pouvoirs". C’est le fil conducteur du numéro 9 de la revue XXI.

Parmi les articles, on trouve celui de François-Xavier Trégan sur "Les insoumis du Yémen".

François-Xavier Trégan raconte la vie des habitants d’un petit village du Yémen qui se révoltent contre leur seigneur. Simples paysans yéménites, ils ont défaits avec une rare intelligence leur seigneur et maître, le Cheikh Mansour. Ils s’échappent de leur village et partent vers la capitale afin d’attirer l’attention des autorités politiques sur la vie qu’ils subissent.

L’interview de François-Xavier Trégan par Célyne Bayt-Darcourt  (3'24")

http://www.france-info.com/chroniques-france-info-revue-xxi-2010-01-17-les-insoumis-du-yemen-393296-81-387.html



6 Les brèves

6-1 L'ONU manque de fonds pour assister les déplacés.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a tiré jeudi la sonnette d'alarme sur le manque de ressources dont dispose l'ONU au Yémen, alors que l'appel humanitaire n'est financé qu'à hauteur de 36%.

« Depuis le début du cessez-le-feu, les travailleurs humanitaires ont multiplié leurs efforts pour atteindre les zones de conflits. En particulier, les acteurs humanitaires ont récemment augmenté leur présence dans la ville de Sa'ada et à Malaheet, où les déplacés sont dans une situation de besoin d'assistance humanitaire », a fait savoir OCHA par communiqué de presse.

Le nombre de déplacés est estimé à 340.000 personnes, dispersées dans les cinq gouvernorats affectés par les conflits au nord du pays, indique l'agence. « Dans le gouvernorat de Hajjah, la malnutrition aigue, les diarrhées et l'anémie augmentent », s'inquiète OCHA.

Dans la ville de Sa'ada le nombre exact de déplacés reste inconnu. Une enquête sera menée par l'ONU d'ici la mi-août afin de disposer de plus amples informations sur la situation. Les travailleurs humanitaires sont préoccupés par le manque de fonds qui risquent d'obliger l'ONU à interrompre les distributions de nourriture à la population.

Ce manque de fonds affectera aussi les enfants âgés de moins de cinq ans qui sont soignés de la malnutrition dans les centres de réhabilitation nutritionnelle, à l'aide de nourriture thérapeutique fournie par les agences de l'ONU.

A Malaheet à l'ouest du gouvernorat de Sa'ada, la situation humanitaire s'est également dégradée, indique OCHA. Les populations ont besoin de nourriture, d'eau, d'assainissement et de prise en charge médicale.

News Tracker: autres dépêches sur la question

Le manque d'argent compromet les efforts de l'ONU au Yémen

22 juillet 2010 – 

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=22496&Cr=Yémen&Cr1=


6-2 Les séparatistes libèrent 200 soldats faits prisonniers lundi.

Les séparatistes au Yémen ont libéré mercredi les 200 soldats capturés lundi et promis de relâcher d'autres prisonniers "civils et militaires", a annoncé à l'AFP un médiateur.

"Les (séparatistes) houthis ont libéré les soldats capturés" au terme de violents combats dans la région d'Al-Amichiya dans la province d'Amrane (nord), a déclaré ce médiateur entre la rébellion et les autorités, qui a requis l'anoymat.

Mardi, une source militaire avait annoncé que "200 militaires avaient été faits prisonniers par les houthis", ajoutant qu'ils faisaient partie du "régiment 72 de la Garde républicaine" de l'armée.

Leur capture était intervenue après la prise du contrôle par les rebelles d'Al-Zaala, une position militaire stratégique à Al-Amichiya, après de violents combats avec une tribu soutenue par l'armée ayant fait des dizaines de morts.

Toujours selon le médiateur, "le chef séparatiste Abdel Malek al-Houthi, entend libérer dans les prochains jours l'ensemble des civils et militaires détenus" par ses hommes depuis les combats ayant opposé les rebelles à l'armée d'août 2009 à février 2010.

Il a décidé de cette mesure, à l'occasion du ramadan, le mois de jeûne musulman prévu à partir du 11 août, "en signe de bonne de volonté et pour rétablir la paix" dans le nord du Yémen, a-t-il ajouté.

AFP –

28 juillet 2010,


6-3 Total : acquiert une participation au Yémen.

Total annonce l'acquisition d'une participation de 36% dans le permis d'exploration Bloc 72. Opéré par DNO Yemen AS (DNO), ce permis est situé dans la partie méridionale du Bassin de Masila et couvre une superficie de 1.821 kilomètres carrés. Cette acquisition est sujette à l'approbation du Ministère yéménite du pétrole.
Total participera avec les partenaires actuels sur le permis (DNO, TG Holdings Yemen Inc, Ansan Wikfs (Hadramaut) Limited et The Yemen Company (TYC)) à un forage d'exploration prévu pour le quatrième trimestre 2010.
Avec cette prise de participation, Total poursuit le développement de ses activités Exploration & Production au Yémen dans des bassins géologiques prometteurs où se situent déjà certains de ses projets.

30 juin 2010

http://bourse.trader-finance.fr/Total+acquiert+une+participation+au+Yemen+389958


Les commentaires sont fermés.