Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/09/2010

n° 452 -journal de l'Afghanistan - 01-09 au 23 -09 : -Suite - : Mohammad Omar : « Toutes leurs stratégies ont été des échecs ».

n° 452 -journal de l'Afghanistan - 01-09 au 23 -09 : -Suite  - : Mohammad Omar : « Toutes leurs stratégies ont été des échecs ».



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan

n° 452- du 01-09 au 23 -09

C.De Broeder & M.Lemaire



 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site : 

 www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

c) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site de eva R-sistons: - http://no-war.over-blog.com/

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

3 Politique

1) collaborateurs afghans



3) Politique

a) Les collaborateurs afghans

Karzai

Des civils tués : Karzaï condamne l'OTAN
Le président afghan Hamid Karzaï a "fermement condamné" l'OTAN dont l'aviation a frappé ‘par erreur’ les participants à un meeting électoral dans la province de Takhar (nord du pays).
"Les bombardements aériens de l'Alliance contre des villages afghans n'apportent rien d'autre que le meurtre de civils afghans et sont inefficaces dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré M.Karzaï cité par son service de presse.
Selon le président, l'attaque lancée par des hélicoptères de l'OTAN a fait 10 morts parmi les membres de l'équipe électorale d'un candidat aux élections parlementaires, et une dizaine blessés parmi les civils, dont Khorassani et ses deux représentants.
Il faut "distinguer les partisans de la démocratie de ceux qui la combattent", a-t-il indiqué de chef de l'Etat afghan.

Le commandement de l'OTAN s'est abstenu de commentaires.
Selon le communiqué, le commandement de la coalition est au courant des accusations portées à son encontre et procédera à une "enquête minutieuse" sur l'incident.

02/9/2010

http://fr.rian.ru/

http://fr.rian.ru/world/20100902/187350997.html

06/09

Hamid Karzaï, a annoncé samedi la mise en place d'un Haut Conseil pour des discussions de paix avec les résistants. Une annonce qui avait été accueillie « chaleureusement » par Londres - près de 10.000 soldats britanniques sont stationnés dans le pays.

http://www.lesechos.fr/

 

Karzaï souhaite une révision de la stratégie américaine.
Face à cette situation, le président afghan Hamid Karzaï a déclaré dimanche que la stratégie américaine dans la guerre contre les talibans en Afghanistan devait être révisée, devant l’intensification de l’insurrection et la forte augmentation des pertes enregistrées par la coalition. Le président afghan, cité dans un communiqué de la présidence, s’exprimait à l’occasion de la visite en Afghanistan du président du Parlement allemand, Norbert Lammert. « Concernant l’Afghanistan et la sécurité régionale, (M. Karzaï) a déclaré que la stratégie de la guerre contre le terrorisme devait être réévaluée », selon ce communiqué. « L’expérience au cours des huit dernières années montre que combattre (les résistants) dans les villages afghans a été inefficace et n’amène à rien si ce n’est à tuer des civils », poursuit le texte.
Repenser la stratégie pour contrer les résistants « est devenu un besoin urgent dans la situation actuelle », a ajouté M. Karzaï, cité par la même source. Le président afghan avait déclaré jeudi en recevant le commandant de l’armée américaine pour l’Iraq et l’Afghanistan, James Mattis, que la lutte antiterroriste devait être menée en dehors de son pays,
en référence aux bastions des résistants au Pakistan.

07-09

Abir Taleb

18-09

Il y aura des "irrégularités" ! Cette déclaration hier d’Hamid Karzaï, président afghan, augure mal des élections législatives qui se tiennent aujourd’hui, dans son pays.

"Des irrégularités, des problèmes, des accusations..." Hamid Karzaï se veut réaliste. Il y a de quoi.

Ce scrutin intervient un an après une présidentielle entachée de fraudes, qui avaient d’ailleurs terni son image de président.
En outre, plusieurs milliers de fausses cartes d’électeurs auraient été saisies, ces derniers jours, à Kaboul et dans les provinces de Ghazni et de Ghor.

"Mais nous devons essayer de faire de notre mieux, compte tenu des circonstances et faire de ces élections un succès", affirme aussi, plus optimiste, le chef de l’Etat afghan. Il a appelé hier les Afghans, y compris les talibans "qui sont les fils du pays", à se rendre aux urnes pour élire leurs députés.

France Info


Les grandes manœuvres

17-09

Le vice-président afghan Mohammad Karim Khalili a appelé à s'unifier et à mettre un terme à la guerre et à assurer la paix durable.
"C'est notre obligation de renforcer l'unité de la nation, de travailler pour la paix et d'assurer la paix durable et la stabilité dans notre pays", a déclaré le vice-président.

Source: xinhua

17-09
Le gouvernement afghan, dans un effort désespéré pour instaurer une paix durable dans le pays, a créé le week-end dernier un Conseil supérieur pour la paix pour encourager les résistants à abandonner le militantisme.

Source: xinhua

11-09

Hamid Karzaï a annoncé la mise en place d’un conseil pour des discussions de paix avec les talibans.

Ces derniers ont prévenu qu’ils ne participeraient pas à des négociations de paix avant que toutes les forces étrangères aient quitté le pays, et ils s’appuient sur les déclarations d’Obama sur un retrait des troupes américaines à partir de l’année prochaine pour nourrir leur propagande anti-occidentale.

http://www.lequotidien.re/actualites/france-monde/136915-...


Confection d'un gouvernement fantoche

Législatives:

Plus de 10,5 millions d'Afghans sont appelés samedi aux urnes pour élire les deux cent quarante-neuf députés de l'Assemblée nationale. Ce scrutin législatif — le second depuis la chute des talibans — intervient un an après une présidentielle entachée de fraudes massives, qui avait terni l'image du président réélu, Hamid Karzaï.

Les résultats définitifs du scrutin sont attendus le 31 octobre.

La future composition de cette Assemblée nationale ne changera pas fondamentalement la donne dans un pays où le président concentre l'essentiel des pouvoirs et ne peut se maintenir sans la présence des quelque cent cinquante mille soldats des forces internationales.

17.09.
http://www.lemonde.fr/

Fermeture des bureaux de vote.
Plus d'un bureau de vote sur sept ne pourra être ouvert pour les élections législatives afghanes du 18 septembre prochain en raison de l'insécurité croissante, notamment dans l'est du pays, a indiqué aujourd'hui
la Commission électorale indépendante.
La Commission électorale a annoncé aujourd'hui la fermeture de 81 bureaux de vote dans la province de Nangarhar, près de la frontière pakistanaise, portant ainsi à un millier, sur près de 6.900, le nombre de centres électoraux qui ne fonctionneront pas le 18 septembre
Le scrutin est, pourtant, considéré comme crucial pour l'évolution de la stabilité du pays et constituera un test de la crédibilité du président Hamid Karzaï, réélu l'an dernier dans des conditions jugées frauduleuses par les observateurs.
Les responsables de
la Commission ont dit s'attendre à de nouvelles fermetures. "Nous voulons que nos employés travaillent en toute sécurité. Si nous constatons des risques le jour du scrutin, il est évident que nous fermerons d'autres centres", a déclaré à Reuters le président de la Commission, Fazel Ahmad Mawnawi.
Comme l'an dernier, la résistance a appelé au boycott des élections.

07/09

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/09/07/97001-20100907FILWWW00549-l-afghanistan-ferme-des-bureaux-de-vote.php


Prisons, exactions & torture

Un officier afghan se vantait de pouvoir «torturer» les prisonniers.

À la suite de cette déclaration, le commandant à l'époque des troupes canadiennes en Afghanistan avait ordonné un arrêt immédiat des transferts de prisonniers afghans.

Un membre des services de renseignement afghans s'est vanté l'an dernier auprès de militaires canadiens que son organisation pouvait «torturer» ou «battre» des prisonniers pendant l'enquête dont ils faisaient l'objet.

Cet aveu figure dans des documents fédéraux. Il s'agirait de la première fois qu'un représentant de la Direction nationale de la Sécurité (DNS) afghane admet aussi candidement de telles choses, qui mettent évidemment les responsables canadiens dans l'embarras.(…) .

Des notes de synthèse obtenues par La Presse Canadienne montrent que les diplomates canadiens et les gardiens de prison de Kandahar tentaient en mai 2009 de vérifier la véracité de ces allégations.(...)

Ces déclarations ont été faites le 9 mai lors d'une rencontre qui s'est déroulée à Kandahar et à laquelle assistaient les commandants terrestres.

Le chef de la DNS de l'époque, Amarullah Saleh, a aussi accepté d'enquêter de son côté.

Les interrogatoires menés auprès des prisonniers dans la foulée de la déclaration incendiaire ont par ailleurs contribué à calmer le jeu.

«Si aucune allégation spécifique d'abus ou de mauvais traitements n'a été soulevée, un détenu a tout de même rapporté que durant son interrogatoire, il s'était senti menacé d'avoir dû rester debout pendant une longue période de temps car il souffrait d'une blessure au genou», indique le document remis au ministre MacKay.

L'absence de preuves avait amené les responsables canadiens à remettre en question les prétentions à l'origine de ce branle-bas de combat.(...)

Les audiences publiques de la Commission d'examen des plaintes concernant la police militaire reprendront jeudi après une pause d'environ trois mois.

Son rôle est de déterminer ce que les policiers militaires savaient - et ce qu'ils ignoraient - au sujet de la torture dans les prisons afghanes.

08 septembre

http://www.cyberpresse.ca/dossiers/le-canada-en-afghanistan/201009/08/01-4313739-un-officier-afghan-se-vantait-de-pouvoir-torturer-les-prisonniers.php

javascript:toggleImage('/images/bizphotos/569x379/201009/08/198295-suite-cette-declaration-commandant-epoque.jpg',' Un officier afghan se vantait de pouvoir



b) Les occupants 

1) Usa

Obama

Occupation de l'Afghanistan

L’armée US en désaccord avec la politique de « guerre » des Britanniques.
Le Washington Post parle carrément de « guerre » qui oppose dans la province du Helmand, en Afghanistan, les Marines américains aux militaires, et conseillers civils, britanniques.

 « Les désaccords entre ces supposés alliés sont presque aussi fréquents que les échanges de feu avec les résistants » rapporte le Post, qui consacre ce week-end un long reportage à ce « conflit ».

Les soldats américains, qui ont pris le relai des forces britanniques au printemps dernier dans cette province, estiment que leurs prédécesseurs se sont longtemps montrés trop « complaisants » avec les résistants, écrit Rajiv Chandrasekaran, l’envoyé spécial du Post. « Ils (les Britanniques, ndlr) n’ont pas poursuivi les talibans, explique un lieutenant-colonel des Marines, Michael Manning. Nous allons le faire ». A l’inverse, les Britanniques jugent les Américains « trop agressifs », s’aventurant en des lieux qu’il vaudrait mieux laisser inexplorés et risquant ainsi de remettre en question une sécurité «durement gagnée ». 20 000 soldats américains et 10 000 Britanniques sont actuellement déployés au Helmand.
Américains et Britanniques divergent aussi sur le travail de reconstruction de la province, dont les Britanniques ont toujours la responsabilité. La grande mosquée de Musa Qala, détruite lors de combats en 2007, était censée être reconstruite depuis deux ans déjà, a rappelé le lieutenant-colonel Manning au Washington Post. Et les Britanniques avaient aussi promis un pont… qui se fait toujours attendre. Le mot d’ordre des Britanniques est de « Promettre tout. Délivrer rien» accuse ce Marine, qui dit avoir trouvé un écriteau avec cette maxime dans un campement d’ingénieurs britanniques.

A cela, le WaPo fait répondre un « responsable occidental de la reconstruction », anonyme : « L’approche américaine est concentrée sur le résultat. La priorité britannique est d’amener le gouvernement à faire les choses ». «Le processus compte plus pour les Britanniques que pour les Américains » résume cet expert occidental, pour expliquer cette petite guerre dans la grande.

04/09/2010

http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2010/09/en-afghanistan-larm%C3%A9e-us-doit-affronter-aussi-lesbritanniques.html


Dans les coulisses et au sénat

Les Etats-Unis marquaient de leur côté le 9e anniversaire du 11-Septembre dans une atmosphère tendue, après les menaces d'un pasteur intégriste de brûler le Coran, un projet qui a provoqué des manifestations d'indignation jusqu'aux montagnes du nord-est afghan.

Le pasteur s'est finalement ravisé.

http://info.france2.fr/monde/pour-les-talibans-les-americains-sont-en-danger-64802256.html


Sur le terrain

En Afghanistan, l'armée US doit affronter aussi les Britanniques.
Le Washington Post parle carrément de « guerre » qui oppose dans la province du Helmand, en Afghanistan, les Marines américains aux militaires, et conseillers civils, britanniques. « Les désaccords entre ces supposés alliés sont presque aussi fréquents que les échanges de feu avec les résistants » rapporte le Post, qui consacre ce week-end un long reportage à ce « conflit ». Les soldats américains, qui ont pris le relai des forces britanniques au printemps dernier dans cette province, estiment que leurs prédécesseurs se sont longtemps montrés trop « complaisants » avec les talibans, écrit Rajiv Chandrasekaran, l’envoyé spécial du Post. « Ils (les Britanniques, ndlr) n’ont pas poursuivi les talibans, explique un lieutenant-colonel des Marines, Michael Manning. Nous allons le faire ». A l’inverse, les Britanniques jugent les Américains « trop agressifs », s’aventurant en des lieux qu’il vaudrait mieux laisser inexplorés et risquant ainsi de remettre en question une sécurité «durement gagnée ». 20 000 soldats américains et 10 000 Britanniques sont actuellement déployés au Helmand.
Américains et Britanniques divergent aussi sur le travail de reconstruction de la province, dont les Britanniques ont toujours la responsabilité. La grande mosquée de Musa Qala, détruite lors de combats en 2007, était censée être reconstruite depuis deux ans déjà, a rappelé le lieutenant-colonel Manning au Washington Post. Et les Britanniques avaient aussi promis un pont… qui se fait toujours attendre. Le mot d’ordre des Britanniques est de « Promettre tout. Délivrer rien» accuse ce Marine, qui dit avoir trouvé un écriteau avec cette maxime dans un campement d’ingénieurs britanniques. A cela, le WaPo fait répondre un « responsable occidental de la reconstruction », anonyme : « L’approche américaine est concentrée sur le résultat. La priorité britannique est d’amener le gouvernement à faire les choses ». «Le processus compte plus pour les Britanniques que pour les Américains » résume cet expert occidental, pour expliquer cette petite guerre dans la grande.

04/09/2010

http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2010/...

Le Soir, 26.8.2010 



2) Otan-Isaf

Rasmussen

Anders Fogh Rasmussen s'attend à une intensification des combats.

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, s'attend à une intensification des combats des forces d’occupation en Afghanistan dans les semaines et mois à venir, dans un entretien diffusé lundi soir sur la chaîne danoise TV2 News.
"Je partage les points de vue des responsables militaires américains sur l'intensification des combats dans les semaines et mois prochains" dans ce pays, a-t-il déclaré.
"Nous sommes dans une phase très décisive maintenant. Nous avons envoyé encore plus de soldats en Afghanistan, où nous attaquons les bastions de la résistance, ce qui a pour conséquence plus de combats, et malheureusement plus de pertes", a-t-il ajouté.
Cette escalade des combats "fait partie de la stratégie" des forces internationales pour déloger les talibans des bastions qu'ils tenaient jusque-là dans les provinces de Helmand et Kandahar", dans le sud, selon lui.
Pour Rasmussen, cette escalade est "malheureusement nécessaire pour qu'on puisse transférer la responsabilité de la sécurité aux Afghans", a-t-il prétendu.
Tout en saluant le fait que la communauté internationale se soit fixé l'objectif de voir les Afghans prendre le relais des forces étrangères dans tout le pays d'ici fin 2014, il a mis en garde, à l’instar des responsables américains, contre "un retrait total des troupes d’occupation dès le transfert des responsabilités aux Afghans".
"Cela signifierait le retour des talibans. Et tous nos efforts auraient été vains", a-t-il prétendu.
Rasmussen, ancien Premier ministre danois, effectue mardi une visite officielle au Danemark, le pays qui a proportionnellement subi le plus de pertes en Afghanistan.

31/08/2010

http://www.almanar.com.lb 

 

Occupation de l'Afghanistan

M. Rasmussen a indiqué que "des progrès" étaient enregistrés en Afghanistan même si le général américain David Petraeus, qui commande les troupes américaines et de l'Otan en Afghanistan, a admis mardi à Kaboul que les résistants gagnaient du terrain.
M. Rasmussen a répété qu'il espérait que les Afghans puissent "prendre leurs responsabilités" dès l'an prochain. Mais, a-t-il insisté, "nous devons rester engagés jusqu'à ce que le travail soit terminé".

01/09

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/09/01/97001-20100901FILWWW00563-afghanistan-varsovie-critique-le-cout.php


Sur le terrain

L’Otan demande plus d'instructeurs militaires à l'Italie…

L'Otan a demandé au gouvernement italien de déployer davantage d'instructeurs militaires en Afghanistan afin de respecter les délais prévus pour transmettre le contrôle du pays aux forces locales.

"Le rôle des instructeurs est essentiel également du point de vue de l'objectif consistant à commencer d'ici la fin de 2011 à passer le commandement aux autorités de l'Afghanistan pour poursuivre (ce processus) jusqu'à la fin 2013 ou début 2014", a ajouté le ministre italien en référence au calendrier prévu pour le désengagement militaire occidental de ce pays.

L'Italie dispose actuellement de quelque 500 carabiniers qui participent à la Nato Training Mission (mission d'entraînement de l'OTAN) en Afghanistan.

M. La Russa s'est également dit favorable au maintien des forces italiennes, environ 3.200 hommes, dans le secteur occidental du pays, notoirement plus calme que le reste de l'Afghanistan.

17 septembre

http://www.romandie.com/infos/news2/100917151721.6dieagd2...


Les commentaires sont fermés.