Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/09/2010

n°53 - journal d'Iran – n°53 - : Suite : - 10-08 au 28-09 : Ahmadinejad évoque à New York le spectre d'une guerre avec les Etats-Unis.

n°53 - journal d'Iran – n°53 - :   Suite : - 10-08 au 28-09   : Ahmadinejad évoque à New York le spectre d'une guerre avec les Etats-Unis.



journal d'Iran   n°53 du 10-08 au 28-09

C.De Broeder & M.Lemaire



a) Le "Journal d'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

Paroles & action du président Ahmadinejad.

Grande ligne de l'intervention du président iranien Ahmadinejad à l'assemblée générale de l'ONU.

Résumé "officiel" de l'intervention du président iranien Ahmadinejad à l'assemblée générale de l'ONU.

Paroles & action du président Obama

Partie d’échecs nucléaire : l'Iran au trait - quel coup va-t-il jouer ?

1 Politique

1) Iran

2 Politique Internationale

Fin

2 Les voisins

3 Organisations Mondiales & régionales

4 Le Monde

 

 




Paroles & action du président Ahmadinejad.

Grande ligne de l'intervention du président iranien Ahmadinejad à l'assemblée générale de l'ONU.

Assemblée générale Soixante-cinquième session Plénière - 11e et 12e séances plénières – matin et après-midi (Site de l'ONU)

M. MAHMOUD AHMADINEJAD, Président de la République islamique d’Iran, a affirmé que le système capitaliste et l’ordre mondial actuel s’étaient avérés incapables de fournir des solutions appropriées aux problèmes des sociétés.  Opposant les « divins prophètes » du monothéisme à l’égoïsme et à l’avarice, il a affirmé que l’appât du gain et de la domination avait remplacé le monothéisme, « portail vers l’amour et l’unité ».  Évoquant les affres du colonialisme, il a constaté qu’au début du siècle dernier, de belles paroles sur la liberté, les droits de l’homme et la démocratie avaient suscité l’espoir de guérir les profondes blessures du passé, mais que ces rêves avaient failli. 

Le Président iranien s’est ensuite longuement attardé sur les attentats du 11 Septembre, estimant qu’à l’issue des attaques, une « machine à propagande » avait laissé entendre que le monde entier était exposé au « danger énorme » du terrorisme et que le seul moyen d’y faire face était de déployer des forces en Afghanistan.  Finalement, l’Afghanistan, puis peu de temps après l’Iraq ont été occupés.  M. Ahmadinejad a recensé « trois points de vue » sur les auteurs des attaques.  Il a d’abord fait état d’un groupe terroriste très puissant et complexe, capable de défier les services secrets et la sécurité des États-Unis.  Ensuite, il a souligné que « certains segments au sein du Gouvernement américain » avaient « orchestré » les attentats pour inverser la tendance du déclin de l’économie des États-Unis et « sauver le régime sioniste ».  Enfin, selon lui, ces opérations ont pu être menées par un groupe terroriste, mais bénéficiant de l’appui du Gouvernement américain, lequel aurait « profité de la situation ».   

Lors de l’énoncé de ces points de vue, la délégation des États-Unis, suivie de plusieurs autres, notamment européennes, ont quitté la salle de l’Assemblée générale.

Dans son discours, le Président iranien a ensuite estimé qu’une « enquête approfondie » aurait dû être menée par un groupe indépendant afin d’identifier les responsables et d’établir un « plan rationnel » de réaction.  Est–il rationnel de lancer une guerre classique qui a provoquée la mort de centaines de milliers de personnes pour combattre un groupe terroriste, a–t-il notamment demandé.  Il a, de même, réclamé la création par les États-Unis d’un groupe d’enquête indépendant afin qu’à l’avenir, les points de vue divergents sur les événements du 11 septembre ne soient plus interdits.  Il a également annoncé que l’an prochain, l’Iran accueillerait une conférence consacrée à la lutte contre le terrorisme.

S’agissant de la situation en Palestine, M. Ahmadinejad a affirmé que « les sionistes » avaient commis des « crimes horribles » contre des « peuples sans défense » au Liban et à Gaza.  « Ce régime, qui jouit du plein appui de certains pays occidentaux, menace régulièrement les pays de la région, tandis que ceux qui s’opposent à ce régime se voient imposés le label de terroriste et d’antisémite », a lancé le Président iranien.  « En Europe et aux États-Unis, toutes les valeurs, même celle de la liberté d’expression, ont été sacrifiées sur l’autel du sionisme », a—t-il poursuivi.  Il a ensuite plaidé en faveur du retour des réfugiés palestiniens dans leur terre natale et leur droit à la souveraineté.

Le Chef de l’État iranien en est ensuite venu au dossier nucléaire, et a affirmé que l’énergie nucléaire était un « cadeau des cieux » et un des meilleurs moyens de réduire la pollution liée à la consommation de pétrole.  Il a également dit que la bombe nucléaire était « l’arme la plus inhumaine » et qu’elle devait être entièrement éliminée.  Il a ensuite dénoncé le fait que « certains membres permanents » du Conseil de sécurité aient créé, selon lui, un amalgame entre l’énergie nucléaire et la bombe atomique, et mis l’énergie nucléaire hors de la portée de la plupart des États en créant des monopoles et en exerçant des pressions sur l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).  Il s’est également insurgé contre l’arsenal nucléaire du « régime sioniste ».  M. Ahmadinejad a ensuite proposé de proclamer l’année 2011 l’année du désarmement nucléaire avec pour slogan: « l’énergie nucléaire pour tous, les armes nucléaires pour personne ».

Le Président iranien a par ailleurs affirmé que l’inefficacité de l’ONU avait pour cause sa « structure injuste ».  Il a préconisé une réforme structurelle de l’Organisation, l’annulation du droit de veto, et a souhaité voir l’Assemblée générale devenir son plus important organe et que celle-ci finalise la réforme de l’ONU d’ici à un an.

À nouveau sur la question de la non-prolifération, M. Ahmadinejad a affirmé que la Déclaration de Téhéran, rendue possible, a-t-il précisé, grâce à la bonne volonté du Brésil et de la Turquie, avait constitué une mesure extrêmement constructive de rétablissement de la confiance.  L’Iran, a-t-il ajouté, s’est toujours tenu prêt à dialoguer sur la base du respect et de la justice.  Il a dénoncé les mesures d’intimidation et les sanctions qui ont été brandies contre « la logique évidente » de l’État iranien, lesquelles détruiraient, selon lui, la crédibilité du Conseil de sécurité.  « Nous nous tenons prêts à débattre sérieusement et librement avec le Chef d’État américain afin d’exprimer notre point de vue transparent », a assuré le Président iranien.

 

Résumé "officiel" de l'intervention du président iranien Ahmadinejad à l'assemblée générale de l'ONU.

Ce qui précéde n'est pas la version intégrale de l'intervention du président iranien à l'assemblée générale de l'ONU le 23 septembre 2010, mais un résumé "officiel".

Il en ressort quand même clairement que, une fois de plus, nos medias ont dit quelques contre-vérités et commis un grand nombre d'omissions.

C'est provoquant d'affirmer que le système capitaliste et l'ordre mondial actuel n'apportent aucune solution aux problèmes des sociétés?

C'est offensant, de faire une analyse du "11 septembre 2001" différente de la version officielle, pourtant profondément contestée? 

C'est intolérable, de montrer que le motif invoqué de la lutte contre le terrorisme après les attentats du 11/9 ne justifiaient en rien l'invasion de l'Afghanistan, etl'occupation de l'Irak? ni les centaines de milliers de morts provoqués par ces guerres?

Les medias ont également "oublié" les propositions du président Ahmadinejad  de faire une contre-enquête de l'ONU sur les attentats du 11/9.

Ils ont ignoré l'appel du président iranien à "l'énergie nucléaire pour tous, les armes nucléaires pour personne", sa demande de condamnation d'Israël comme seul détenteur d'armes nucléaires au Moyen Orient, et pour ses crimes commis contre le peuple palestinien à Gaza  et son agression de la flotille humanitaire,

et sa revendication d'une réforme de l'ONU par la suppression du droit de veto.

Autant de propositions saluées par de nombreux pays membres de l'ONU... mais pas par la "communauté internationale" (c'est à dire les USA et l'UE!) qui s'est retirée

de la session ONU  aux premières paroles de Ahmadinedjad  (sans doute suivis par leurs medias qui n'ont pas rapporté son discours...)   

(CP



Paroles & action du président Obama

Partie d’échecs nucléaire : l'Iran au trait - quel coup va-t-il jouer ?

L’un des objectifs principaux du président Obama dans le domaine nucléaire en 2010 est de rassembler la communauté internationale pour répondre fermement, d’une même voix, aux violations du Traité sur la non-prolifération commises par l’Iran

 Mais il ne sera pas aisé d’arrêter ce programme iranien.

 "Il sera difficile d'empêcher l’Iran de poursuivre sa quête de l'arme nucléaire. Nous avons déjà vu ce que se sont efforcés de faire cinq présidents –les deux Bush, Reagan, Clinton et Obama."

"À court terme, vont-ils pouvoir, en recourant à des tactiques astucieuses, poursuivre impunément leurs activités d’enrichissement de l’uranium ? Oui."

"Vous planifiez une stratégie à long terme, mais à court terme les choses vont assez vite, et dans une fâcheuse direction."

Son approche [d'Obama] est la suivante : s’il tend la main à l’Iran et que Téhéran refuse, il sera en meilleure position pour amener la communauté internationale à soutenir les efforts des États-Unis en vue d’exercer des pressions sérieuses sur l’Iran.

Les sanctions ne sont pas un moyen direct d’arrêter un programme de fabrication de la bombe. Elles ne sont pas un bon moyen de convaincre Ahmadinejad de changer d’avis.

Les États rationnels, même ceux que nous n’aimons vraiment pas, hésiteraient beaucoup à utiliser les armes nucléaires ...

[sous-entendu, bien sûr, l'Iran n'est pas rationnel ...]

16/05/2010

http://www.nato.int/docu/review/2010/Nuclear_Proliferation/Iran_nuclear_chess/FR/index.htm



1) Politique Iranienne

Ahmadinejad

Ahmadinejad à New York

19 Septembre

" Le message du peuple iranien qui sera abordé à l'Assemblée générale de l'ONU, est celui de la paix et de l'amitié entre toutes les nations" a souligné le Président de la République islamique d'Iran, Mahmoud Ahmadinejad, dans une déclaration aux journalistes, dès son arrivée à l'aéroport de Jean F. Kennedy. " Ce que nous nous attendons à l'ONU, c'est de jouer son rôle réel qui consiste à fournir une occasion juste et égale à toutes les nations. L'Onu, a-t-il ajouté, doit, également, jouer son rôle en matière de gestion internationale" " l'ONU est le centre de la gestion des affaires mondiales, et la paix et la sécurité ne peut se réaliser qu'avec une participation mondiale" a indiqué, encore Le Président de la République islamique d'Iran.

S'agissant de son voyage en Syrie, le Président Ahmadinéjad a déclaré que les relations entre l'Iran et la Syrie sont très profondes et amicales. " Notre coopération au sujet des questions régionales est stratégique et nous menons ensemble des consultations en matière d'importantes prises de décisions" a affirmé, M. Ahmadinejad avant de juger nécessaires les consultations au sujet des évolutions régionales, notamment, en ce qui concerne le Liban, la Palestine, et la formation du nouveau gouvernement irakien. Interrogé au sujet de sa visite, à Alger, le Président Ahmadinejad a qualifié d'amicales les relations entre l'Iran et l'Algérie, tout en indiquant que les deux pays continuent de mener, régulièrement, des consultations.

http://french.irib.ir

 

Ahmadinejad dénonce le silence sur la condamnée à mort Teresa Lewis

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a dénoncé le "silence des médias" sur le cas de Teresa Lewis, une Américaine qui doit être exécutée pour participation au meurtre de son mari, comparant sa situation à celle de l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani.
"Selon une enquête, 3 millions sept cent mille pages ont été publiées sur internet à propos de l'Iranienne (Sakineh Ashtiani) dont le dossier est toujours en cours d'examen, et il y a une vaste campagne de presse contre l'Iran. Mais personne ne proteste contre l'exécution de Mme Lewis", a souligné M. Ahmadinejad, lors d'une rencontre lundi avec des personnalités et des dignitaires islamiques aux Etats-Unis, selon l'agence officielle Irna.
Il a précisé qu'"aux Etats-Unis 53 femmes attendent d'être exécutées".
Le cas de Teresa Lewis a été évoqué à plusieurs reprises ces derniers jours par des parlementaires iraniens, qui ont comparé sa situation à celle de Sakineh Ashtiani pour dénoncer "deux poids et deux mesures" dans le traitement de l'Iran par les dirigeants et les médias occidentaux.
Notons que Teresa Lewis doit être exécutée jeudi en Virginie (sud-est des Etats-Unis) pour avoir aidé son amant à tuer son mari et le fils de celui-ci.

21/09

 http://www.almanar.com.lb


Politique extérieure

"Obama est un hors-la-loi international"

Le président du Parlement iranien Ali Larijani a qualifié samedi le président américain de "hors-la-loi international" après que Barack Obama eut déclaré que les Etats-Unis soutenaient les aspirations du peuple iranien.
"Comment Obama ose-t-il annoncer qu'il veut aider la nation iranienne ? Il devrait savoir qu'il est un hors-la-loi international", a déclaré M. Larijani, cité par l'agence de presse Isna.
"M. Obama devrait savoir que nous n'avons pas besoin de son message", a-t-il ajouté.
Dans une interview diffusée vendredi par la chaîne de télévision en farsi de la BBC, M. Obama a annoncé que Washington soutenait les aspirations démocratiques du peuple iranien.
A la question du journaliste qui lui demandait s'il était avec ou contre le peuple iranien dans leur combat pour davantage de libertés, le président américain a répondu: "pour ceux qui aspirent à être entendus, à participer à une démocratie qui reconnaisse leur dignité humaine, nous nous tiendrons toujours auprès d'eux." 
M. Obama a d'autre part affirmé dans cette interview qu'une solution diplomatique était toujours possible dans le dossier du programme nucléaire controversé de l'Iran.
"Nous préférons nettement résoudre ces dossiers de façon diplomatique. Je pense que c'est dans l'intérêt de l'Iran. Je pense que c'est dans l'intérêt de la communauté internationale", a dit M. Obama. (belga)

25/09/10 22h50

http://www.7sur7.be/7s7/fr/2864/Dossier-Obama/article/detail/1161997/2010/09/25/Obama-est-un-hors-la-loi-international.dhtml

 

L'Iran a réussi à attirer les investissements étrangers.

"L'Iran compte désormais parmi les 6 pays qui ont réussi à attirer les investissements étrangers. " C'est ce qu'a fait entendre samedi le directeur de l'Organisation des investissements et des aides économiques et techniques, Behrouz Alishiri, dans un point de presse. " Le taux des investissements étrangers en Iran en 2009 a atteint plus de 3 milliards de dollars et l'Iran compte désormais au nombre des 6 premier pays dans ce domaine. Dans ce contexte, la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement vient de publier un rapport selon lequel la RII a obtenu le 6e rang parmi les pays qui sont parvenus à attirer les capitaux étrangers. La situation des investissements étrangers représente en vérité l'indice du taux de la croissance économique dans les pays du monde. " La croissance de 86% des investissements étrangers en Iran a fait de ce pays, un pôle économique réussi parmi 141 pays", a également rapporté la CNUCED. Pour Alishiri, l'indice des investissements étrangers a maintenant occupé la place plus haute de celle des indices du commerce, du développement industriel, des dépôts, de la bourse, de la privation, du PNB, des exportations non pétrolières en Iran. Les investissements directs étrangers ont des effets palpables sur la diminution du taux d'intérêts, du taux de devises, la croissance économique, la hausse de revenus fiscaux du gouvernement, la diminution de dettes publiques du gouvernement et l'amélioration de distribution des revenus dans les pays. La RII a obtenu un tel succès en temps des sanctions et cela montre que le durcissement des sanctions envers est voué à l'échec. Le Directeur de l'Organisation iranienne des investissements et des aides économiques et techniques a déclaré que les mesures punitives ne pourraient avoir aucun impact négatif sur les investissements étrangers et les activités du secteur privé à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Le président Ahmadinejad a récemment déclaré dans une interview, accordée à Al-Alam que les sanctions allaient en effet au détriment de ses auteurs. En fait, depuis le durcissement des sanctions, l'Iran a obtenu des succès remarquables sur divers plans, notamment nucléaire.

05 Septembre

http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/101176-liran-a-reussi-a-attirer-les-investissements-etrangers 


Sur le terrain

L’Iran est désormais auto suffisant en matière de production de carburants.

L'Iran est désormais auto suffisant en matière de production de carburants et malgré les sanctions, la production quotidienne d'essence en Iran a dépassé les 66 millions de litres, a annoncé le ministre du Pétrole.

"Nous avons atteint une production de 66,5 millions de litres par jour dans les raffineries du pays", a déclaré Massoud Mir Kazemi.

Auparavant, "Nous avions une production nationale de 44 millions de litres et nous importions 20 millions de litres pour répondre aux besoins du marché, a-t-il ajouté.
Quatrième exportateur mondial de pétrole, l'Iran devait jusqu'à présent importer jusqu'à 40% de ses besoins en carburants en raison de ses capacités limitées de raffinage. Le ministre du Pétrole a expliqué que les autorités iraniennes avaient décidé d'accélérer l'accroissement des capacités de raffinage pour répondre précisément à ces menaces.
En dépit des sanctions et des tergiversations de certains fournisseurs, qui ont augmenté le prix de l'essence, l'Iran a réussi à augmenter sa production a-t-il ajouté.
Massoud Mir Kazemi a souligné que l'augmentation de la production d'essence par l'Iran est une réponse catégorique contre les ennemis de l'Iran et prouve que les sanctions n'ont fait que renforcer l'Iran.

08 Septembre

http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-89/1009081731090922.htm

 

La trace de l'Occident dans l'attentat de Mahabad  

Plusieurs personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans l'explosion d'une bombe lors d'un défilé militaire à l'occasion du 30ème anniversaire de la Défense sacrée à Mahabad, dans le nord-ouest de l'Iran. L'explosion s'est produite en plein milieu de la tribune des femmes qui assistaient au défilé. Les faisceaux d'indices montrent que cet attentat aveugle porte la marque du groupuscule terroriste de PEJAK, même si ce dernier ne l'a toujours pas revendiqué. Après l'invasion de l'Irak par les troupes anglo-américaines, le PEJAK a vu le jour avec la contribution du groupuscule terroriste du PKK et la bénédiction des forces d'occupation. Le PEJAK a été envoyée aux frontières ouest de la RII, avec pour principale mission, la préparation d'attentats sur le sol iranien. De l'aveu même de leur chef, Morad Karaylan, ce dernier a rencontré des hauts responsables américains à Kirkouk en 2006, où il était question de mettre en place les coordinations nécessaires en vue d'organiser des actes terroristes aux frontières ouest de l'Iran. Des affirmations corroborées par le très sérieux hebdomadaire "Atlantic" qui a confirmé ces informations, faisant par ailleurs, état de nombreux contacts et d'une autre rencontre entre des autorités américaines et des responsables du PEJAK dans les hauteurs de Qandil au nord irakien. Les troupes américaines et le régime sioniste ont pour politique d'appuyer, militairement et politiquement, les réseaux terroristes locaux afin déstabiliser la région et d'y justifier leur présence à long terme. D'ailleurs, ce n'est même pas un secret de polichinelle, car les services de contre-espionnage israéliens et américains basés dans le nord de l'Irak prônent ouvertement cette politique. De l'avis des analystes, il ne faut pas non plus négliger le rôle que pourrait jouer, bon gré, malgré, dans ces tractations ignominieuses, les groupes kurdes irakiens. Ces actes terroristes renforcent la détermination de la RII dans sa lutte contre le terrorisme exporté par l'Occident, un terrorisme aveugle qui visent uniquement des innocents et dont l'objectif est de diviser les populations de la région.

23/09/2010

http://french.irib.ir

http://www.alterinfo.net/notes/?start=20


Préparation à la guerre

L'Iran dément l'arrestation de soldats américains.

Des sources iraniennes ont annoncé dimanche l'arrestation de sept soldats américains qui tentaient de pénétrer en Iran par la frontière pakistanaise, une information aussitôt démentie par les autorités iraniennes, américaines et pakistanaises.

Le site internet Javanonline.ir, proche des Gardiens de la révolution, a annoncé que les forces iraniennes avaient arrêté "récemment" sept soldats américains à la frontière irano-pakistanaise.

Le site n'avait donné aucune source ni aucun détail sur cette information, reprise ensuite par l'agence Fars.

Mais l'Iran a aussitôt démenti cette information par différentes sources.

"Aucun soldat américain n'a été arrêté. Nous le démentons", a déclaré Ali Mohamad Azad, gouverneur de la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est) cité par la chaîne de télévision en arabe Al-Alam.

Le démenti a été également relayé par un responsable local des gardes-frontières interrogé par Al-Alam, et par la direction des Gardiens de révolution, en charge de la sécurité dans cette région frontalière du Pakistan, sur la chaîne de télévision anglophone Press-TV.

Javanonline.ir a rapidement publié lui aussi un démenti officiel, présentant des "excuses" à ses lecteurs.

Les Etats-Unis ont eux aussi démenti l'arrestation.

"Nous n'avons pas de soldat manquant à l'appel", a indiqué dans un courriel le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell.

Le Pakistan a renchéri en niant la présence de soldats américains dans cette zone.

"Il n'y a pas de soldats américains là-bas, la question d'une arrestation ne se pose pas", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères, Abdoul Basit.

Les forces iraniennes ont arrêté à deux reprises au cours des dernières années des membres des forces britanniques en Irak qui s'étaient égarés en Iran: 15 marins de la Royal Navy égarés dans le Golfe en 2007, et 8 marins qui avaient franchi la frontière sur le fleuve Chatt al-Arab en 2004. Ces militaires ont rapidement été libérés dans les deux cas.

Elles ont également arrêté en juillet 2009 trois randonneurs américains qui ont affirmé avoir pénétré en Iran par erreur lors d'une randonnée dans les montagnes du Kurdistan irakien. Ces trois randonneurs, dont deux sont toujours détenus, ont été accusés d'espionnage et doivent être jugés prochainement.

Mais jamais ce genre d'incident n'a impliqué de soldat américain, ni n'avait été rapporté à la frontière pakistanaise.

Les autorités iraniennes, notamment les Gardiens de la révolution, ont toutefois accusé à plusieurs reprises dans le passé les forces pakistanaises et américaines de soutenir des groupes armés sunnites opérant dans la province du Sistan-Baloutchistan, notamment les militants du mouvement Joundallah.

19/9

http://www.google.com/hostednews/

 

Téhéran reproche à la Russie d'avoir cédé face aux Etats-Unis et Israël. 

L'Iran a jugé jeudi "irrationnel" le refus de la Russie de lui livrer des missiles S-300 et reproche Moscou d'avoir cédé face à la pression des Etats-Unis et d'Israël, a rapporté la télévision d'Etat.   
"Nous ne sommes pas contents de voir les Russes humiliés par l'Amérique et le régime sioniste (d'une façon à ce) que l'on puisse dire qu'ils font ce qu'on leur dicte", a déclaré le ministre de la Défense, Ahmad Vahidi, au site internet de la télévision.  
Le président russe, Dmitri Medvedev, a interdit mercredi la livraison de missiles antiaériens S-300 à l'Iran, arguant l’application d'une résolution de l'ONU en juin sur de nouvelles sanctions contre Téhéran. 
La dernière résolution du Conseil de sécurité de l'ONU "n'est pas claire à propos des missiles sol-air et il ne me semble pas rationnel d'y faire référence après des mois", a jugé Ahmad Vahidi.   
"Notre défense n'a pas été et ne sera pas dépendante de ces missiles S-300", a-t-il ajouté, tout en souhaitant que les Russes "adoptent une ligne de conduite indépendante".
Mercredi, la Maison Blanche avait salué la décision du M. Medvedev, estimant qu'elle illustrait la coopération entre les Etats-Unis et la Russie "au profit de la sécurité mondiale".

24/09/2010

 

S-300: l'Iran qualifie d'illogique le refus des livraisons russes.

Le président russe Dmitri Medvedev a publié mercredi 22 septembre un décret interdisant la livraison de missiles sol-air S-300 à l'Iran.

Le ministre iranien de la Défense Ahmad Vahidi a qualifié d'illogique le refus de Moscou de livrer à Téhéran son système de missiles sol-air S-300, en déclarant que l'Iran travaillait à mettre au point un système équivalent, rapporte jeudi l'agence Fars.
"La mise au point d'un matériel similaire est à l'ordre du jour, et nous créerons des systèmes analogues", a-t-il dit, en déplorant que la Russie subisse la pression des Etats-Unis et d'Israël et agisse sous leur houlette.
"Cette résolution ne prévoit pas de restrictions pour des systèmes de DCA, et le comportement des autorités russes qui se réfèrent à ce document six mois après son adoption est dénué de logique.

La Russie aurait dû remplir le contrat signé plusieurs années avant que le Conseil de sécurité de l'Onu n'adopte sa résolution 1929", a souligné le ministre.
Téhéran et Moscou ont signé un contrat d'un montant d'environ 800 millions de dollars portant sur les livraisons à l'Iran de cinq divisions de missiles S-300 PMU-1 en 2007.

22-09

http://fr.rian.ru/world/20100923/187497022.html



Les organisations mondiales

Assemblée générale de l'ONU

L'Assemblée générale de l'ONU s'ouvre avec Obama et Ahmadinejad

Au cœur des débats : la prolifération nucléaire, le réchauffement climatique et la guerre en Afghanistan.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ouvrira les débats par un discours dans lequel il rappellera l'importance des Nations unies dans le règlement des grandes questions internationales.

 

Dimanche, matin, le Président iranien rencontrera, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon.

Le Président iranien prononcera, un discours à la réunion de l'Assemblée générale de l'ONU. Il interviendra, également, lors de la réunion sur le désarmement.

Il s'entretiendra, aussi avec les personnalités islamiques. En marge de la réunion de l'Assemblée générale, il aura des entretiens bilatéraux avec ses homologues.

Il accordera, également, plusieurs entretiens radiotélévisés. Il répondra, lors d'une conférence vidéoconférence aux questions des étudiants. Il doit rencontrer aussi les représentants des groupes anti-guerres aux Etats-Unis.

A noter que le Président de la République islamique d'Iran, Mahmoud Ahmadinéjad est arrivé, aujourd'hui, à la tête d'une haute délégation, à New York pour assister à la 65ème réunion de l'Assemblée générale de l'ONU

http://french.irib.ir  - AFP

Barack Obama et Mahmoud Ahmadinejad ont prononcé des discours attendus,au premier jour de l'Assemblée générale des Nations unies, qui se penchera sur les grandes crises mondiales telles que la prolifération nucléaire ou l'Afghanistan.

Plusieurs sujets principaux devraient dominer les débats de l'ONU, dont les négociations de paix au Proche-Orient, le changement climatique, l'Iran et son programme nucléaire, le Soudan et l'approche d'un référendum qui pourrait voir la scission du Sud-Soudan, la Corée du Nord, la gouvernance mondiale, a indiqué un diplomate occidental.

"Tous les grands sujets du moment peuvent être abordés pendant les débats", a-t-il ajouté.

Discours attendus

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ouvrira les débats par un discours dans lequel traditionnellement il rappellera l'importance des Nations unies dans le règlement des grandes questions internationales.

Mais c'est le discours du président américain qui va dominer la journée, tandis que celui de son homologue iranien devrait également être très remarqué.

Quelque 130 chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus à l'ONU au cours des prochains jours. Pour la journée de jeudi, quinze chefs d'Etat et de gouvernement prendront la parole le matin et vingt l'après-midi.

La journée sera également marquée par la réunion du Conseil de sécurité avec la participation des ministres des quinze pays membres qui se pencheront sur les questions liées au maintien de la paix.

Il y aura également en marge des débats une réunion du G8 - un groupe de discussion rassemblant les huit pays les plus riches de la planète - rendez-vous traditionnel pour l'ouverture de l'Assemblée.

(Nouvelobs.com avec AFP)

 

Ahmadinejad à New York

19 Septembre

" Le message du peuple iranien qui sera abordé à l'Assemblée générale de l'ONU, est celui de la paix et de l'amitié entre toutes les nations" a souligné le Président de la République islamique d'Iran, Mahmoud Ahmadinejad, dans une déclaration aux journalistes, dès son arrivée à l'aéroport de Jean F. Kennedy. " Ce que nous nous attendons à l'ONU, c'est de jouer son rôle réel qui consiste à fournir une occasion juste et égale à toutes les nations. L'Onu, a-t-il ajouté, doit, également, jouer son rôle en matière de gestion internationale" " l'ONU est le centre de la gestion des affaires mondiales, et la paix et la sécurité ne peut se réaliser qu'avec une participation mondiale" a indiqué, encore Le Président de la République islamique d'Iran.

http://french.irib.ir

 

Ahmadinjead : L’amour et la pureté, voilà la bombe atomique d’Iran.

 « Les Occidentaux sont plus que quiconque conscients que nous ne voulons nullement la bombe atomique et que nous en disposons même pas. Nous n’avons pas besoin de la bombe H, puisque là où elle est véhiculée, notre culture, elle imprègne tout ; la bombe atomique de l’Iran est l’amour et la pureté, auxquels rien ne peut résister. », a affirmé le Président Ahmadinejad, en allusion à la campagne de désinformation des Occidentaux à propos du programme nucléaire civil iranien.
C’était dimanche soir 19 septembre, à New York, que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad l’a déclaré devant les Iraniens résidant aux Etats-Unis.

« Presque tout le monde est conscient aujourd’hui que deux courants, deux cultures, deux puissances et deux pays pèsent tout leur poids sur l’échiquier international : l’Iran et les Etats-Unis d’Amérique ; le genre d’interaction de ces deux puissances déterminera le sort du monde. Un de ces pays qu’est l’Amérique a son propre courant idéologique, culturel ainsi que son propre rhétorique politique ; il fait maintenant quelques décennies qu’elle s’impose sur la scène mondiale et qu’elle est sans rivale dans l’univers capitaliste, elle cristallise à elle seule toute la pensée occidentale. Aux antipodes de cette culture, se trouve l’Iran, qui est une culture, une conduite, une histoire et une civilisation, occupant une place élevée dans l’esprit des nations et des penseurs. », a expliqué le président Ahmadinejad. Dans l’optique du Président, la culture et la pensée américaines sont par essence hégémoniques, voulant coûte que coûte faire main basse sur les capitaux et les ressources des autres. « Vous avez constaté vous-même ce qui s’est passé, au nom de la démocratie et la paix dans ce pays, combien de gens innocents y ont été décimés. Dès qu’ils [les Américains, ndtr] ont débarqué en Afghanistan, ils ont transféré les documents du pays notamment les études que les soviétiques avaient effectué sur les mines afghanes et ils les ont identifiées. », a rappelé le Président Ahmadinejad pour qui le discours de force est profondément ancré dans la culture américaine ; cette vision accorde le droit au plus fort. Il y a trente ans que les Américains font cavalier seul dans l’arène internationale ; et vous pouvez constater le résultat de leur domination ; ce qui se passe en Afghanistan ou en Irak en est un exemple manifeste. Ils ont dit qu’ils voulaient offrir liberté et démocratie au peuple irakien, mais leur bilan à lui seul est bien éloquent : un nombre incommensurable de tués et de blessés, des infrastructures totalement détruits.
« Aux antipodes se trouve la culture, la pensée et la méthode de l’Iran, qui a la compétence de gérer le monde. Nombreux sont maintenant les hommes politiques qui s’interrogent sur l’histoire d’Iran et ses antécédents, qui sont curieux de mieux connaître la culture et la civilisation iraniennes. », a fait remarquer le Président. En référence aux figures de proue de la culture et de la civilisation iraniennes dont Abu Reyhan, Avicenne, Hafez, Saadi, Ferdowsi… le président a souligné : la nation iranienne a depuis les temps immémoriaux, été connue pour sa riche culture. Les Iraniens ont toujours été en quête de la paix, de l’amitié et de l’équité. Ils n’ont voulu que le bien d’autrui et ils n’ont jamais cherché à se poser en les maîtres du monde ou à piller les richesses des autres.
Le programme nucléaire iranien à vocation pacifique cible de la campagne de désinformation des Occidentaux était un autre axe du discours présidentiel. « Ils savent mieux que quiconque que nous ne cherchons pas la bombe atomique et que nous ne disposons pas de telles armes. Nous n’avons pas besoin de la bombe atomique ; notre bombe H, ce sont les Iraniens qui là où ils vont, ils influent au travers leur culture, sur le monde. Pureté et amour, voilà la bombe atomique de l’Iran, qui là où elle se rend, rien ne lui résiste, elle désamorce toute bombe atomique. », a réitéré le Président Ahmadinejad avant d’insister (dixit) « La tâche de la nation iranienne est lourde ».
« Le monde dans son actuelle situation, devra changer. Quant à l’Iran, il joue un rôle de premier plan dans ce changement-clé. », a assuré le président.

 20 Septembre

www.alterinfo.net/L-amour-et-la-purete-voila-la-bombe-atomique-d-Iran-Ahmadinjead_a50036.html -

 http://french.irib.ir



2 Otan-Isaf

L'Iran, prétexte pour une prolifération d'armes déclenchées par l'Otan.

18/09

" L'Iran est un réel danger ce qui nous a amené à élaborer de multiples plans balistique au sein de l'Otan pour y faire face, a affirmé, il y'a 3 jours, le Secrétaire général de l'Alliance atlantique, le danois Anders Fogh Rasmussen. " La décision politique en ce sens devra être prise au prochain sommet de l'Otan à Lisbonne et elle prendra force exécutoire dès 2011, a-t-il affirmé. "Nous réfléchissons surtout à la mise sur pied des bases de lancement et des radars mobiles, susceptibles d'être utilisé à bord des navires ou même sur le sol, a-t-il poursuivi. A la question de savoir si un bouclier anti-missile n'avait pas déjà été utilisé, Rasmussen a affirmé: " Le bouclier tel que nous l'employons aujourd'hui ne suffit qu'à garantir la protection de nos forces déployées dans nos bases, ce qui nous impose la nécessité de l'étendre à tous nos pays et toutes nos peuples". " Si cette décision venait à être prise, nous demanderons aux Russes de contribuer à nos efforts car eux aussi sont menacés".

Ces déclarations interviennent alors que les dirigeants russes et américains ont signé à Washington plusieurs accords de coopération défensifs.

http://french.irib.ir

 

Russie-Otan: contrer ensemble la menace iranienne...

Menacées par une possible frappe de missiles iraniens, la Russie et l'Otan doivent créer un bouclier antimissile commun, a annoncé vendredi à Bruxelles le secrétaire général de l'Alliance atlantique Anders Fogh Rasmussen.

"Plus d'une trentaine de pays, dont l'Iran, possèdent ou développent leur potentiel nucléaire. Ils ont des missiles capables d'atteindre aussi bien le territoire otanien que russe. De cette façon, nous pouvons soit mettre au point un système ABM qui nous séparera et retracera de nouvelles lignes de démarcation en Europe, soit créer un système qui nous rapprochera les uns des autres", a-t-il indiqué dans une allocution vidéo.

"Nous devons proposer une coopération à Moscou et conjuguer notre ABM avec ses capacités. Si nous réussissons à le faire, nous pourrons assurer un meilleur climat pour progresser dans les autres sphères cruciales pour la sécurité européenne", a ajouté M.Fogh Rasmussen.

Il est temps de mettre fin à la logique de guerre froide et de se concentrer ensemble sur les menaces communes, dont le terrorisme, l'extrémisme, le trafic de drogue, la prolifération de la technologie des missiles les cybernautiques, la piraterie et les armes de destruction massive, a conclu le responsable.


Les commentaires sont fermés.