Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/10/2010

n°500 - Journal d'Irak - 08/09 au 08/10 - : Fin - : - Les Forces américaines «non-combattantes» attaquent.


n°500 - Journal d'Irak -  08/09  au 08/10 - : Fin - : -  Les Forces américaines «non-combattantes» attaquent.


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions des armées occupantes et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!



Journal d'Irak

n°500                 du 08/09                  au 08/10/10

C.De Broeder & M.Lemaire



Le " Journal d’Irak  " est visible  sur ...

a) sur mes  blog :  http://www.dhblogs.be/categories/International.html

                              http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

b) sur le site http://turkmenfriendship.blogspot.com/2007/10/journal-dir...

c) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com

d) Et Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 La Cour suprême américaine se penche sur la liberté d'expression

5-2 Plus de journalistes tués en Irak en 2010 qu'en 2009.

5-3 Irak: la résilience, nouveau credo contre le stress du soldat.

a) Gagner la guerre ne sert à rien si vous perdez votre famille".

b) la résilience, nouveau credo US contre le stress du soldat.

6 Les brèves

6-1 « La fin des missions de combat en Irak ? »,

6-2 Les Forces américaines «non-combattantes» attaquent.

6-3 Nouveau crime de guerre à Fallujah.

6-4 Les brèves de Gilles Munier & Xavière Jardez



4 Lutte pour la libération du territoire

Pertes déclarée du peuple Irakien

15-09

Un regain d'attaques a été enregistré en juillet et août, qui, selon des chiffres officiels irakiens, ont été les mois les plus meurtriers pour la population irakienne depuis 2008.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

Pertes déclarée du contingent en fin de mission de combat

Les armées répugnent à donner des chiffres officiels

16-09

Un pilote américain a été tué pendant qu'un soldat des Etats-Unis a été blessé dans une explosion sur une base militaire en Irak, a annoncé jeudi l'armée américaine.

L'explosion s'est produite mercredi matin à la Base mixte de Balad, à quelque 80 km au nord de Bagdad, selon une déclaration de l'armée.

http://french.cri.cn/621/2010/09/16/402s228043.htm

 

Pertes des forces collaboratrice locales   - Province non précisée

 04-10

Dix personnes ont été tuées, dont un caméraman d'une chaîne à capitaux américains tué à l'ouest de Bagdad, a-t-on appris auprès de responsables hospitaliers et de source médicale.

Tahrir Kazim Jawad, qui travaillait pour la chaîne al-Hourra, a péri dans l'explosion d'une bombe magnétique accrochée à son véhicule à Garma, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale,

http://www.europe1.fr/International/Irak-Dix-personnes-tuees-dont-un-journaliste-282406/



Les combats par provinces

1-1 Bagdad

08-09-
Une voiture a explosé près d'un terminal d'autobus, dans le quartier de Bayaa dans le sud de Baghdad, faisant deux morts et plus d'une vingtaine de blessés, dont dix membres des forces de sécurité irakiennes.

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/2423

19/09

Dix huit personnes ont été tuées et 100 blessées dans deux attentats quasi simultanés qui ont frappé Bagdad et constituent les attaques les plus meurtrières depuis le début du mois de septembre. Les explosions ont secoué les quartiers d'Aden (nord) et Mansour (ouest) de la capitale.

Auparavant, cette source avait indiqué que neuf personnes avaient été tuées à Aden, alors que l'attentat qui a visé la zone résidentielle de Mansour avait fait trois morts. Le bilan provisoire pourrait s'alourdir, selon cette source.
Un journaliste de l'AFP dans le quartier de Mansour a indiqué que l'explosion, s'est produite devant un bureau de la compagnie de téléphonie mobile Asiacell.

http://www.lefigaro.fr/

 

23/09

Une attaque a visé le véhicule d'Anouar Taher Ridha, un employé des services du Premier ministre Nouri al-Maliki dans le quartier de Zayouna.

Deux fils de M. Ridha et deux de ses neveux ont été tués dans cet attentat. M. Ridha, son épouse et deux autres personnes ont été blessées.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

23/09

Dans la banlieue nord de la capitale, des hommes armés ont tué un lieutenant colonel de l'armée et blessé son épouse, a-t-on indiqué de même source. Trois roquettes ont par ailleurs été tirées contre le quartier de Jadriya, dans le sud de Bagdad, sans faire de victime, a-t-on indiqué de source policière.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

02-10

A Sadr City, (nord-est de la ville), un tireur isolé a abattu un militaire irakien à un point de contrôle.

http://fr.news.yahoo.com/

02-01

Deux voitures ont explosé samedi dans le quartier de Bayaa, dans le sud-ouest de Bagdad, faisant un mort et 21 blessés, dont deux soldats gouvernementaux, annonce la police irakienne.

http://fr.news.yahoo.com/


1-2 Province d'Anbar (vaste territoire à l'ouest de Bagdad comprenant les villes de Amiriya, Baghdadi, Diyarah, Falloujah, Habbaniyah, Haditha, Haqlaniyah, Hawija Hit, Houssabayh, Karabilah,  Khaldiyah, Koussaïba, Mahawil, Oubaïdi, Ramadi (capitale de la province d'Al-Anbar,) Kaïm (à la frontière avec la Syrie), Sindjar & Zaidan

Falloudja, à 50 km à l'ouest de Bagdad,

02-01

Un policier a été tué et deux autres ont été blessés vendredi par l'explosion d'une voiture.

http://fr.news.yahoo.com/


1-3 Province de Diyala

Baqouba

13.09.

Un policier et un résistant ont été tués et 5 membres de sécurité ont été blessés samedi dans des affrontements et attentats à la bombe près de Baqouba, capitale de la province de Diyala en Irak, selon une source de la police provinciale.
Les affrontements ont éclaté samedi après-midi lorsque les résistants ont ouvert le feu sur un convoi de sécurité irakien dans la zone d'Al-Hadid, à
52 km au nord-est de Bagdad, a confié à l'Agence Xinhua la source sous couvert d'anonymat.

Source: xinhua

13-09

Une bombe installée en bordure de la route a explosée à proximité des véhicules d'une patrouille de l'armé irakien, blessant deux soldats.
La province de Diyala, qui s'étend des côtes est de Bagdad à la frontière iranienne à l'est du pays, a été depuis un bastion des résistants depuis l'invasion américaine de l'Irak en 2003 en dépit des multiples opérations américano-irakiennes contre eux.

Source: xinhua


1-4 Province de Ninive (Mossoul (capitale de la région nord du pays - à 375 km au nord de Bagdad,) Hawijah, Kassak"(70 km au nord-est de Mossoul) & Tall Afar )

Mossoul

14-09

Mercredi, neuf soldats irakiens qui partaient en permission ont été tués et six autres ont été blessés par une bombe qui a explosé au passage d'un minibus de l'armée qui reliait Mossoul, la deuxième ville d'Irak à 350 km au nord de Bagdad, à la localité de Tal Afar, selon un responsable de la police.

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/violences-en-irak-18-morts-dont-7-civils-tues-dans-une-operation-militaire-15-09-2010-1069286.php15

http://www.humanite.fr/16_09_2010-irak-les-gis-font-toujo...



L’Irak en chiffres (depuis le début de la guerre de conquête en mars 2003)


Peuple

 

Civils tués (depuis l'occupation)   

1 367 319( chiffre  minimum)

Civils blessés (depuis l'occupation) 

 1.148.403 ( chiffre très très minimum)

Civils violés (par les troupes d'occupations)

2.507     (voir Ibrahim Allousch

Civils/Résistants arrêtes : (une dizaine par jour...)

8.945   (chiffre minimum)

Résistants (décrit tel quel ) tués

4.127( chiffre minimum)

Résistants (décrit tel quel ) blessés

3.893   (chiffre minimum)

En prison

1.900 (chiffre minimum)

Embargo

750.000 enfants (chiffre minimal)

Embargo

750.000 adultes (chiffre moyen)

 

 

Militaires irakiens tués pendant l'invasion

45.596 (chiffre minimal)

Civils tués pendant l'invasion

120.200 (chiffre minimal)

 

 

Coalition

 

Nombre de Soldats tués (ou morts...) 

34.711

Soldats rapatriés (blessés ou malades)

744..113

(*) dont 10% meurent en cours de route ou à l'hopital)

 

Disparus (dans la nature)

1.014

Désertions

5.501

Mutinerie

2 corps + 25

Aide psychologique

66.108***

Suicides

Mercenaires tues                                                                                 

5.683 (chiffre très minimal)

986

Mercenaires blessés

7 106

Policiers/soldats/miliciens irakiens  tués

13.656

Policiers /soldats/miliciens irakiens blessés

27.500 (chiffre minimal)

Policiers /soldats irakiens disparus (dans la nature)

13.916

 

 

Autres tués (collaborateur)

5755

Autres blessés (collaborateur)

9.777

 

 

Nombre d'attaques de la résistance de 2003 à 2008:

Oléoducs, les infrastructures pétrolières & d'électricité

164.001,

464 attaques (grand minimum)

Infrastructures du rail

195 attaques (idem)

Hélicoptères

104  ++              (idem)

Avions (& drone)

29 ++



Ces   totaux sont obtenus par le recoupement (si possible) des chiffres des pertes communiqué par la résistance & les médias occidentaux + XINHUANET



Number Of Iraqis Slaughtered In US War And Occupation Of Iraq "1,331,578"


Cost of U.S. War and Occupation of Iraq

                                                           $737,070,548,111

 

08.43

http://www.costofwar.com/

http://www.nationalpriorities.org/costofwar_home
For more details, click here.



5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

5-1 La Cour suprême américaine se penche sur la liberté d'expression

La Cour suprême américaine va se pencher mercredi sur les limites de la liberté d'expression en examinant le cas d'un groupe religieux radical qui perturbe régulièrement les funérailles de soldats, assurant que leur mort est liée au fait que le pays accepte l'homosexualité.

En 2006, l'enterrement de Lance Matthew Snyder, 20 ans, tué cinq semaines après son arrivée en Irak, avait ainsi été bruyamment perturbée par sept manifestants appartenant à l'église baptiste Westboro du Kansas.

"Merci mon Dieu pour les soldats morts !", "Soldats pédés !", pouvait-on lire sur les pancartes brandies lors des funérailles du jeune soldat par cette poignée de manifestants, qui perturbent aussi des concerts et des matches de football ou protestent devant des tribunaux et même devant le musée de l'Holocauste à Washington.

Fort d'environ 75 membres et dirigé par un patriarche -- le pasteur Fred Phelps, père de 13 enfants et aïeul de 54 petits enfants--, le groupe religieux avait même assuré sur un site internet que les parents de Lance Snyder avaient élevé leur fils "pour le diable".

Albert Snyder, le père du jeune soldat, a poursuivi en justice le pasteur Phelps pour diffamation et violation de la vie privée. Dans un premier jugement, il a obtenu près de 11 millions de dollars de dommages et intérêts pour s'être vu infliger une "détresse morale".

Mais la décision a ensuite été cassée par une cour d'appel fédérale qui a estimé que même si le discours du groupe religieux était "répugnant", il était protégé par le Premier amendement de la Constitution qui garantit la liberté d'expression.

A printemps dernier, dans un cas très proche de défense du Premier amendement de la Constitution, la plus haute cour de justice américaine avait estimé que même des vidéos ou des photos de cruautés infligées à des animaux ne pouvaient être interdites par la loi.

La Cour suprême, qui ne devrait pas rendre sa décision avant le printemps prochain, n'a posé de limites au Premier amendement que dans un petit nombre d'exceptions, parmi lesquelles les propos obscènes et l'incitation au crime.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h1AaIPgrozo2ppO4AP5zId5kLUzg?docId=CNG.462b2248219920f87c4f5f29ab543936.541


5-2 Plus de journalistes tués en Irak en 2010 qu'en 2009.

Plus de journalistes ont été tués en Irak cette année qu'en 2009 avec l'assassinat lundi de Tahrir Kazim Jawad qui travaillait de la chaîne al-Hourra, a annoncé mardi l'Institut international de la Presse (IPI) dans un communiqué.

"Jawad est le cinquième journaliste à être tué en Irak cette année, et le troisième à être tué en moins d'un mois", s'alarme l'IPI, dont le siège est à Vienne.

Tahrir Kazim Jawad a péri lundi dans l'explosion d'une bombe magnétique accrochée à son véhicule à Garma, à une cinquantaine de kilomètres de Bagdad, et neuf autres personnes ont été tuées le même jour dans des actes de violence à travers le pays.

En 2009, quatre journalistes avaient été tués en Irak, contre 14 en 2008 et 42 en 2007, rappelle l'IPI.

"Si, heureusement, ce bilan est loin des sommets atteints pendant la guerre, l'Irak ne doit pas revenir en arrière. Au contraire, les autorités doivent s'assurer que les meurtriers des journalistes soient traduits en justice", a déclaré le porte-parole de l'IPI Anthony Mills, cité dans le communiqué.

"Si une culture de l'impunité peut se développer, elle peut mener à d'autres meurtres de journalistes", a-t-il ajouté.

L'Irak se situe actuellement à la 4e place des pays les plus meurtriers pour les journalistes, derrière le Mexique, le Honduras et le Pakistan, a encore précisé l'IPI.

Lors de l'invasion américaine en Irak, entre 2003 et 2008, 167 journalistes ont été tués en Irak selon un bilan de l'institut.

AFP.

06-10 —

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gsNbvlObREMrOpjHrYJy7nTK3MzQ?docId=CNG.52425bcbfb7f565005256bcc58cc4e8e.4a1


5-3 Irak: la résilience, nouveau credo contre le stress du soldat.

a) Gagner la guerre ne sert à rien si vous perdez votre famille".

nb : Ndlr : la publication de l'article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

Il raconte son corps mutilé par la guerre au Vietnam, sa tentative de suicide et l'amour de sa famille.

Venu porter l'espoir sur cette base américaine du sud irakien, Dave Roever, vétéran à l'humour grinçant, a récolté un tonnerre d'applaudissements.

L'intervention de M. Roever s'inscrit dans l'effort de l'armée américaine pour promouvoir la résilience des soldats.

La base de Bassora, à 450 km au sud de Bagdad, abrite l'un des deux "campus de la résilience" ouverts en Irak par l'armée en septembre pour renforcer la capacité des soldats à faire face au stress.

En 40 minutes d'une tirade sans fiche, ce vétéran de 63 ans présenté par un officier comme un "témoignage vivant du concept de résilience" mêle les anecdotes tragiques, les bons mots et surtout les leçons de vie pour motiver les troupes.

"Gagner la guerre ne sert à rien si vous perdez votre famille". "Je vous implore: téléphonez chez vous, restez en contact". Ou encore, en citant Winston Churchill: "Il ne faut jamais, jamais, jamais abandonner."

Son public, plusieurs centaines de militaires américains, est conquis par l'enthousiasme de cet aîné, stupéfait par un récit où l'apitoiement n'a pas sa place.

Dave Roever était au Vietnam depuis sept mois, le 26 juillet 1969, quand il s'est trouvé "face à face avec l'ange de la mort", sur un fleuve proche de la frontière cambodgienne.

La faute à l'explosion accidentelle dans sa main d'une grenade au phosphore blanc qu'il s'apprêtait à lancer.

"La moitié de ma peau était brûlée ou déchiquetée. J'ai baissé la tête et j'ai vu mon coeur battre", raconte ce Texan, qui a perdu son nez, un oeil, une oreille et des doigts, mais a depuis subi de multiples opérations et greffes.

"Ces cheveux sont les miens: je les ai achetés", sourit ce pro de la scène, qui en est à sa sixième tournée de témoignages auprès des troupes en Irak.

Convaincu que sa jeune épouse rejetterait son visage monstrueux, incapable d'affronter le regard des autres, il tente de mettre fin à ses jours sur son lit d'hôpital. Mais sa femme est restée près de lui ("Tu n'avais de toute façon jamais été beau", lui aurait-elle dit) et, aujourd'hui, il craque quand sa petite-fille lui chante le "You are so beautiful" popularisé par Joe Cocker.

L'homme impose un incontestable respect aux soldats, dont plusieurs ont tenu à le remercier individuellement, comme Christine, 20 ans.

"Son histoire est édifiante. S'il a survécu à autant d'épreuves, alors je suis capable d'encaisser un mauvais jour, un ongle cassé, une égratignure", explique cette militaire déployée en Irak pour la première fois.

Il n'y a selon M. Roever "aucune comparaison" possible entre l'aide psychologique proposée aux soldats aujourd'hui et ce qui se faisait à l'époque de la guerre du Vietnam, qui avait généré une cohorte de vétérans abandonnés à eux-mêmes et amers face au manque de reconnaissance.

"Des programmes de promotion de la résilience auraient pu permettre d'atténuer l'énorme détresse des vétérans à l'époque", confie-t-il à l'AFP. "La résilience est une formidable idée à mettre dans le crâne d'un soldat qui lâche l'affaire."

Dave Roever jubile en constatant les émotions qu'il suscite sur scène.

"Je vois de robustes sergents verser une larme, puis l'essuyer aussitôt. Je les vois rire, ce qui est est un remède formidable contre la douleur", poursuit-il, en insistant sur l'aspect central de son histoire: "Je suis parvenu à conserver ma famille."

AFP /

 05 octobre 2010

http://www.romandie.com/infos/news2/101005082020.lzrm91ig.asp

b) la résilience, nouveau credo US contre le stress du soldat.

Dans ses salles bleu ciel, un aumônier, un diététicien, des sièges de massage attendent le soldat... Monde à part sur cette base américaine en Irak, le "Campus de la résilience" se veut le symbole de la nouvelle stratégie contre le stress des troupes.

Dans un rapport de 350 pages émis en juillet, l'armée américaine s'est inquiétée de la santé psychologique des militaires, notant qu'en 2008, 13% des soldats souffraient du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), que le taux de suicide dans ses rangs dépassait depuis 2008 la moyenne nationale et que les prescriptions d'antidépresseurs avaient quintuplé entre 2005 et 2008.

Sept ans et demi après l'invasion, l'armée a ouvert début septembre en Irak deux de ces "Campus", dont l'un dans la grisaille et la poussière de la base de Bassora, qui abrite 2.000 soldats.

"Nous sommes tous dotés de résilience, cette capacité à rebondir après un stress", note le psychiatre de la base, le colonel de réserve Bollepalli Subbarao.

"Mais il arrive qu'il faille renforcer cette capacité en temps de crise", poursuit l'officier de 59 ans, qui en est à son cinquième déploiement d'un an dans la région depuis 2002.

Ouvert 24 heures sur 24, le centre promeut la "remise en forme globale du soldat" autour de cinq piliers: le physique, l'émotionnel, le social, le spirituel et la famille.

"Ce bâtiment n'est pas dédié au traitement" mais à la prévention, indique le sergent-major Bryan Barren, coordinateur du projet. "Nous aidons les soldats à renforcer chacun de leurs piliers qui sont affaiblis."

Ils peuvent s'y faire prescrire un régime alimentaire ou un programme de sevrage tabagique, apprendre à détecter les symptômes du stress, s'isoler dans un box pour converser sur Skype avec leurs proches, ou encore suivre un programme physique sur mesure dans une salle de gym, sans miroir car "on ne vient pas ici pour montrer ses jolis muscles", avertit le sergent-major.

Une annexe de l'aumônerie propose une salle de méditation aux vitres colorées comme des vitraux, et des livres religieux.

"Beaucoup de soldats viennent pour la résilience spirituelle, parce qu'ils ne trouvent pas dans l'armée la même aide spirituelle que celle qu'ils ont chez eux", indique Jered Cooper, 23 ans, adjoint de l'aumônier.

"Je suis ici pour leur parler, leur tendre la main", explique ce fils de pasteur luthérien, "parfois simplement entendre leur cri."

Un mois après la fin de la mission de combat de l'armée américaine, qui se concentre désormais sur la formation des forces irakiennes, le soldat Cooper juge actuellement le niveau de stress "assez bas".

Le docteur Subbarao estime également que le changement de mission a favorisé un travail plus profond avec les militaires, qu'il se refuse à appeler "patients" pour ne pas les extraire du contexte, de la guerre. "Il y a une gamme tellement complexe de problèmes."

Outre le SSPT, chronique et lié à un choc identifié, il y a toutes les angoisses liées au déploiement, à l'éloignement, à l'évolution de la mission, au sens de l'engagement et même au climat ou à la présence d'employés irakiens sur la base, dit-il, sans compter les problèmes personnels importés des Etats-Unis.

Difficile de jauger le succès de ce Campus auprès des soldats, les interviews ayant toutes été réalisées en présence d'officiers du service de presse de l'armée.

Quant au caractère tardif de cette initiative, la réponse du général Vincent Brooks, commandant de la Division sud basée à Bassora, est lapidaire:

"L'armée a 235 ans et n'aurait jamais évolué si elle avait considéré qu'il était trop tard pour le faire. Nous sommes constamment en train d'apprendre et de nous adapter."

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gy6n6y...



6 Les brèves

Ndlr : la publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyses ou le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information.

6-1 « La fin des missions de combat en Irak ? »,

Comme prévu, mais dissimulé à l’opinion publique pour ne pas contredire la campagne de Barack Obama sur « la fin des missions de combat en Irak », plus de 4 000 soldats de forces spéciales – Bérets verts et Navy Seals – répriment toujours la résistance du peuple irakien, et tuent des civils suspectés de « terrorisme », ou qui ont la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

G. Munier/X.Jardez
22 septembre

Source : France Irak
http://www.france-irak-actualite.com/...


6-2 Les Forces américaines «non-combattantes» attaquent.
Le New York Times (1) constatait dernièrement que la « fin des combats » en Irak, décrétée par Barack Obama, n’a en rien modifié le nombre et l’ampleur des interventions militaires étasuniennes sur le terrain.

Deux jours de combat dans une palmeraie

Le 11 septembre, une opération dans une palmeraie près d’Al-Hadid (65km au nord de Bagdad), dans la province de Diyala, a été comparée par le colonel Mark Mitchell – décoré de la Distinguished Service Crosss, en 2001, en Afghanistan - qui dirigeait les troupes « non-combattantes » américaines… au débarquement en Normandie. La bataille a mobilisé plus de 600 soldats gouvernementaux, une centaine de GI’s, et a duré deux jours. Les hélicoptères Apache et Kiowa, les mortiers et les mitrailleuses ne venant pas à bout des combattants de l’AII (Armée Islamique en Irak) ou d’Al-Qaïda, des F-16 ont largué - pour la première fois depuis 2009 - deux bombes de 500 pounds (2).

Notes :

(1) Spécial Ops and the « End of combat » in Iraq, par Steven Lee Myers (NYT – 17/9/10).

(2) 1 pound = 453, 59 g.

G. Munier/X.Jardez
22 septembre

Source : France Irak
http://www.france-irak-actualite.com/...


6-3 Nouveau crime de guerre à Fallujah.

Le 15 septembre, neuf civils ont été tués – dont deux femmes et trois enfants - par les Forces « non-combattantes » américaines à Fallujah, au cours d’un raid nocturne contre des habitations censées abriter un dirigeant d’Al-Qaïda.

La municipalité a décrété trois jours de deuil et exigé l’ouverture d’une enquête sur ce nouveau crime de guerre. Arith al-Dhari, Président de l’Association des Oulémas Musulmans (AMSI), principale organisation religieuse sunnite ayant opté pour la résistance, a déclaré à un quotidien d’Abou Dhabi que le calme enregistré dans la région d’Al-Anbar était « une illusion » et que les chefs des Sahwamercenaires tribaux abandonnés par le Pentagone – devaient rectifier leur position.

Depuis début septembre, les Forces « non combattantes » sont intervenues à Bassora, Mossoul, Bagdad et Kirkouk…

Comme prévu, mais dissimulé à l’opinion publique pour ne pas contredire la campagne de Barack Obama sur « la fin des missions de combat en Irak », plus de 4 000 soldats de forces spéciales – Bérets verts et Navy Seals – répriment toujours la résistance du peuple irakien, et tuent des civils suspectés de « terrorisme », ou qui ont la malchance de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

G. Munier/X.Jardez
22 septembre

Source : France Irak
http://www.france-irak-actualite.com/...


6-4 Les brèves de Gilles Munier & Xavière Jardez.

Analphabétisme –

Selon le ministère irakien de l’Education, 1/5 de la population est illettré, 19% des enfants des deux sexes, entre 10 et 14 ans, ne sont pas scolarisés. L’illettrisme touche plus les femmes (24%) que les hommes (11%). Les provinces les plus touchées sont le Kurdistan et celles du sud. Dans les années 80, l’UNESCO avait inscrit l’Irak sur la liste des rares pays qui avaient vaincu totalement l’analphabétisme.

http://www.reliefweb.int/rw/rwb.nsf/db900SID/EGUA-89BSWF?...

http://arabnews.com/middleeast/article140251.ece

 

Renouveau Alévite-Bektachi en Irak –

Des Turcomans irakiens de confession alévite-bektachi - originaires de Tell Afar, Mossoul, Kirkouk et Erbil - ont participé au pèlerinage annuel au tombeau de Hadji Bektash Veli, fondateur de l’ordre des derviches bektashis. Les enseignements de ce cheikh musulman, mort entre 1271 et 1273, sont encore vivaces non seulement parmi les Turcomans chiites, mais également chez les Shabaks, au nord de Mossoul, et parmi les Kakaïs, qui vivent dans la région de Diyala, près de la frontière iranienne.

(Today's Zaman -  17/9/10)

Sur les Bektachiyya : http://hakyolu.free.fr/bektasilik.htm#bab

 

Mandéens –

Le nombre des Mandéens - ancienne religion qui se réclame de Saint Jean Baptiste – qui vivaient depuis l’antiquité en Irak se situerait aujourd’hui entre 3 500 et 5 000 adeptes. Ils seraient 60 000 à 70 000 réfugiés principalement en Australie et en Suède.

http://www.aina.org/news/20100915222707.htm

 

Massoud Barzani sur la défensive –

Le service secret kurde, accusé d’avoir kidnappé et assassiné, le 4 mai 2010, le jeune journaliste Sardasht Osman, coupable d’avoir dénoncé le népotisme et la corruption de la famille Barzani, se défend comme il peut. Une commission d’enquête à la botte du régime d’Erbil affirme que Sardash était membre du « groupe extrémiste Ansar al-islam » et qu’il a été éliminé parce qu’il voulait interrompre sa collaboration avec cette organisation. Cela ne convainc personne, à commencer par sa famille qui réclame une enquête indépendante.

http://news.yahoo.com/s/afp/20100916/wl_mideast_afp/iraqkurdsmediarights

Lire : Un crime au Kurdistan Irakien, par Gilles Munier et « Je suis amoureux se la fille de Massoud Barzani », par Sardasht Osman (AFI-Flash n°104) ; ou : http://www.france-irak-actualite.com/article-un-crime-au-kurdistan-irakien-50652738.html

 

Raghad –

Jalal Talabani a confirmé au site en langue d’Asharq al-Awsat (en langue arabe) avoir proposé à Raghad, fille du Président Saddam Hussein, de s’installer au Kurdistan irakien. Cette dernière l’a remercié, mais a refusé. On la comprend.

 

 

« les autorités américaines, dont la réputation concernant les droits des détenus est elle-même très médiocre, ont remis plusieurs centaines de personnes détenues par les forces américaines, les exposant à un catalogue d'illégalités, de violences et d'abus  et abdiquant toute responsabilité quant à leurs droits »

New order, same abuses

Rapport d’Amnesty International sur les détentions arbitraires et la torture en Irak (2010)

 

 

Rédaction et traduction : Gilles Munier, Xavière Jardez 


Les commentaires sont fermés.