Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/10/2010

n° 455 - journal de l'Afghanistan - 23-09 au 11 -10 - : Début : - : Black-out sur les crimes de guerre ordinaires en Afghanistan: exécution d’enfants menottés.

n° 455  - journal de l'Afghanistan - 23-09 au 11 -10 - : Début  : - : Black-out sur les crimes de guerre ordinaires en Afghanistan: exécution d’enfants menottés.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan

n° 455 - du 23-09 au11 -10

C.De Broeder & M.Lemaire



Avant propos

La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable.

Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être’.

(MICHEL BOUNAN)

 

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

Ps : Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: 'Al Qaïda'  & Al-Zarqaoui, Ben Laden Mollah Omar  = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance. Idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

 


 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site : 

 www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

c) sur le site de Robert Bibeau :  : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site de eva R-sistons:    - http://no-war.over-blog.com/

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

Tiré à part :

Dave Lindorff : Black-out sur les crimes de guerre ordinaires en Afghanistan: exécution d’enfants menottés.

Al Qaïda Maghreb : La menace pour qui ?

Aliaa Al-Korachi : Les croisades pétrolières.

Des milices villageoise formées par l'armée canadienne.

Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge

Raid  dans la province d'Oruzgan qui a causé la mort de cinq enfants

Suite

Paroles & action du président...

Barack Obama accusé d’exagérer la menace terroriste pour des objectifs politiques

L’Afghanistan au cœur des débats.

Quand l’argent profite aux résistants…

L'armée afghane infiltrée par les résistants…

1 Analyse & déclaration :

Résistance

Occupants:

2 Occupation de l'Afghanistan 

Les forces en présence

3 Politique

1) collaborateurs afghans

2) occupants 

Fin

4 Lutte pour la libération du territoire

Détails.

L'Afghanistan en chiffre. 

 



L'Afghanistan en chiffre du 23-09 au 11/10/10

 

 

 

tués

blessés

 

 

 

Usboys / Autres boys

 49

16 + x

 

 

 

Policiers, armée et collaborateurs

 27

 20 + x

 

 

 

Peuple Afghan

 47

 38 + x

 



Tiré à part :

Dave Lindorff : Black-out sur les crimes de guerre ordinaires en Afghanistan: exécution d’enfants menottés.
Il n’y a pas que la presse des Etats-Unis. La presse française, qui manifeste tant de vertueuse indignation quand il s’agit de Cuba ou de tout autre pays qui se rebelle devant l’ordre étasunien, non seulement se tait sur les milliers de morts en Colombie, mais se tait également sur ce qui est opéré au nom de l’OTAN, donc de la France en Afghanistan. Des enfants menottés exécutés en notre nom par de la soldatesque étasunienne, peut-être des mercenaires...
On nous avait dit que si les britanniques se révoltaient contre la guerre en irak c’est qu’ils y participaient, mais nous n’avons plus aucune excuse pour nous taire sur cette guerre à laquelle les troupes françaises participent. (Danielle Bleitrach)
Un enfant afghan regarde les soldats américains quitter son village
Quand le lieutenant de la Compagnie Charlie, William Calley, avait ordonné et encouragé ses troupes pour qu’elles violent, mutilent et massacrent plus de 400 hommes, femmes et enfants à My Lai au Vietnam en 1968, il y a eu au moins quatre étasuniens qui ont essayé de l’arrêter ou de le faire traduire en justice avec les autres officiers supérieurs.
- L’un a été le pilote d’hélicoptère Hugh Thompson Jr., celui qui a évacué certains des victimes blessées, et qui a placé son appareil entre un groupe de Vietnamiens et les hommes de Calley, et qui a ordonné à son artillerie qu’elle ouvrît le feu contre les soldats américains s’ils prétendaient tuer plus de gens.

- L’autre a été Ron Ridenhour, qui a eu connaissance du massacre et à commencé une enquête privée et a fini par informer de ce crime le Pentagone et le Congrès.
- Enfin il y a eu Michael Bernhardt, un soldat de la Compagnie Charlie qui a été témoin de ce qu’elle avait fait et tout a racontéà Ridenhour. Et le dernier a été le journaliste Seymour Hersh, qui a publié l’histoire dans les médias des Etats-Unis.
La guerre actuelle en Afghanistan a aussi ses massacres de My Lai. Il y en a presque toutes les semaines, accomplis par des avions des Etats-Unis. Ils bombardent des fêtes de mariage, ou des maisons « suspectes » de servir d’abri à des terroristes mais dont on découvre qu’elles abritaient seulement des civils. Mais ces My Lai sont tous classés pudiquement comme accidents. I
Ils sont classés et oubliés comme « dommage collatéral inévitable » de la guerre. Il y a eu, cependant, un massacre récent qui n’a pas été une erreur - un massacre qui, bien que n’ayant concerné que moins d’une douzaine de personnes, dégage la même puanteur que celui de My Lai. C’était le meurtre en forme d’exécution de huit écoliers menottés, ils avaient entre 11 et 18 ans, et celui d’un enfant de 12 ans, le berger voisin en visite, dans la province Kunar, le 26 décembre.
Malheureusement, aucun soldat ayant des principes, avec une conscience morale comme le pilote Hugh Thompson n’a essayé de sauver ces enfants. Aucun observateur n’a eu le courage de Michael Bernhardt pour raconter ce qu’il avait vu. Aucun Ron Ridenhour parmi les autres soldats d’Etats-Unis en Afghanistan n’a enquêté sur cette atrocité ou a informé le Congrès. Et aucun journaliste américain n’a enquêté sur ce crime de la guerre comme Seymour Hersh l’avait fait sur My Lai.
Il y a eu un Seymour Hersh pour le massacre de Kunar, mais il est britannique. Pendant ce temps les journalistes américains comme des drones anonymes journalistiques qui ont écrit le rapport du 29 décembre de CNN au sujet de l’incidentTime de Londres et du Scotsman, a parlé avec d’autres sources - le directeur de l’école des enfants morts, d’autres habitants du lieu, et les fonctionnaires du gouvernement afghan - et il a découvert la vérité réelle sur un crime atroce de guerre - l’exécution d’enfants menottés.
Et alors qu’un petit nombre de médias reconnus aux Etats-Unis, comme le New York Time, mentionnaient qu’il existait quelques allégations disant que les morts étaient des enfants, qui ne fabriquaient pas de bombes, aucun de ceux, y compris CNN, qui avaient accepté et publié les mensonges du Pentagone sans les contredire, ne se sont donné la peine de publier l’actualisation de la nouvelle quand, le 24 février, les militaires d’Etats-Unis ont admis qu’il s’agissait effectivement d’écoliers innocents.
Il n’y eut pas plus la moindre organisation corporative des Etats-Unis plus pour mentionner que les morts étaient menottés quand ils avaient été tués. ont gobé comme si elle était vraie l’histoire inventé dès le début par le Pentagone - à savoir que les morts faisaient partie d’un groupe secret de terroristes -, Jerome Starkey, un journaliste en Afghanistan du Starkey a publié la reconnaissance du gouvernement des Etats-Unis.
Malgré cela les médias des Etats-Unis sont restés silencieux comme des tombes.
Si l’on considère la Convention de Genève, c’est une crime de guerre que d’exécuter un prisonnier. Mais dans Kunar, le 26 décembre, des forces dirigées par des Etats-Unis, ou peut-être des soldats américains ou des mercenaires payés par les Etats-Unis, ont exécuté de sang-froid huit prisonniers menottés.

C’est un crime de guerre de tuer des enfants âgés de moins de 15 ans, mais dans cet incident on a mis les menottes à un enfant de 11 ans et à un autre de 12 ans comme combattants, ils ont été capturés et exécutés.
Deux autres sont morts ils avaient 12 ans, et le troisième en avait 15.
J’ai alerté le bureau du secrétaire à la Défense pour lui demander si on faisait une enquête sur ce crime ou si on prévoyait d’en faire une et on m’a dit qu’il fallait envoyer un question écrite ce que j’ai fait. Jusqu’à ce jour, je n’ai pas eu de réponse. La machinerie des relations publiques du Pentagone a prétendu par téléphone que le pentagone ne savait même pas de quel incident il s’agissait, mais sans leur « aide » je suis arrivé à savoir ce que les militaires des Etats-Unis ont - ce qui ne constitue pas une surprise - transféré le problème de l’enquête à l’ISAF (la Force Internationale de l’Aide de Sureté )- un nom décoratif pour la force de l’OTAN dirigée par les Etats-Unis, qui combat les Résistants en Afghanistan.
C’est un habile artifice. L’ISAF n’est pas plus une entité authentique de la coalition que ne l’était la Coalition des obligés de George Bush dans la guerre en Iraq, mais ce subterfuge empêche la recherche légale sur l’évènement, puisque le Congrès ne possède pas l’autorité pour requérir le témoignage de l’OTAN ou de l’ISAF comme il pourrait le faire avec le Pentagone.
Une source du Comité de Services armés du Sénat confirme que l’ISAF fait des recherches, et que le comité a sollicité « une information » - ce qui veut dire que rien ne sera sous serment - donc ne retenez pas votre respiration ou n’espérez quelque révélation dramatique une fois que la recherche sera effectuée.
J’ai aussi pris contact avec le bureau de presse du Comité de Services armés de la Chambre pour voir si une audience avait été planifiée sur ce crime. La réponse est non, bien que la préposée de presse m’ait demandé de lui envoyer les détails de l’incident (ce qui n’est pas un bon signe sur la manière dont les membres et le personnel de la Chambre lui prêtent beaucoup d’attention - les meurtres ont déclenché des manifestations estudiantines dans tout l’Afghanistan, une protestation formelle du bureau du président Hamid Karzai, et à une recherche du gouvernement afghan, qui a conclu que des étudiants innocents avaient été menottés et exécutés, et sans doute cela a contribué à un appel du gouvernement afghan pour que soient inculpés et exécutés les soldats américains qui tuent à civils afghans.)
Le temps presse pour que des gens ayant une conscience se lèvent face à cette aventure impériale qui maintenant peut sans problème s’appeler la guerre d’Obama à l’Afghanistan. Beaucoup d’hommes et femmes en uniforme en Afghanistan savent que neuf enfants afghans ont été capturés et assassinés par les Etats-Unis. En décembre passé, à Kunar. Probablement, il existe des gens qui ont été impliqués dans la planification et la réalisation de cette opération criminelle qui sont écoeurés par ce qui s’est passé. Mais ces gens se taisent jusqu’à présent soit par peur, soit simplement parce qu’ils ne savent pas à qui s’adresser : si vous avez une information vous pouvez vous mettre en rapport avec moi. Il y a aussi des nombreux journalistes en Afghanistan et à Washington qui pourraient enquêter sur cette histoire. Ils ne le font pas. Ne me demandez pas pourquoi. Demandez peut-être à leurs patrons de presse
.
Dave Lindorff –

Counterpunch
* Dave Lindorff est un journaliste de la région de Philadelphie, on peut consulter sont travail dans http://www.thiscantbehappening.net.

Pour le contacter : dlindorff@yahoo.com.
4 mars 2010 - Counterpunch - note et traduction de Danielle Bleitrach pour Changement de société

Internationalnews
www.info-palestine.net
Titre original: Execution d’enfants afghans menottés, il ne Communauté : Actualités Internationales - Publié dans : Crimes de Guerre/Torture/War Crimes se passe rien ! La presse des Etats-Unis le cache
http://www.info-palestine.net

8 mars 2010
Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article-black-out-sur-les...


Al Qaïda Maghreb : La ménace pour qui ?

La menace islamiste nous vient maintenant du Maghreb, et plus précisément de l’akmi qui est un peu le franchisé d’al qaïda dans la région !
Eh oui un peu comme une marque déposée !
Il faut dire que ce bon vieux ben Laden ne faisait plus trop recette dernièrement, ainsi que son comparse le mollah Omar, recherchés tous des deux depuis 9 ans par les américains et sans succès !
Ce dernier aurait fui en mobylette, ce qui explique que les américains n’aient pas réussi à l’intercepter … bien sur !
Les américains sont devenus les rois de la bande dessinée et le pire c’est que les médias occidentaux diffusent largement ce genre de débilités mais que les populations y croient !
Enfin, il fallait trouver une menace plus en rapport avec la France et là c’est un succès !
Compte tenu de l’histoire compliquée entre la France et l’Algérie, le fait que les terroristes soient algériens facilitent encore plus la diffusion de la peur et engendre une islamophobie à visage humain cette fois puisque des algériens, nous en avons en France et que l’identification est naturelle !
Après l’échec du hijab, il y a quelques années, puis le ridicule débat lancée par marine le Pen sur le quick halal en passant par la burka, les minarets, que sais-je encore, ils ont fini par trouver un thème qui va vraiment faire peur à la population française et qui va servir de programme à toutes les organisations politiques de gauche comme de droite !
Le terrorisme et les responsables désignés, les maghrébins musulmans !!!

Al qaïda Irak, al qaïda Arabie saoudite, al qaïda Afghanistan ou Pakistan, ce sont des marques qui ne s’adaptent pas bien à l’esprit français et puis c’est un peu trop loin.
Mais al qaïda Maghreb, ça se rapproche, c’est mieux, il ne manque plus qu’al qaïda Marseille et là on est tous concernés !
La marque est à vendre, renseignez vous directement auprès de la CIA…
Le clip vidéo de promotion est toujours le même, une bande de barbus enturbannés, armés et souvent à dos de chameaux, riant devant la caméra.
Et voilà ce qui menace le monde occidental !
Les services secrets, l’armée, la police, personne ne peut rien faire contre 500 chameliers, c’est comique quand même !
Mais le pire est à venir car nous sommes tous menacés. La police va pouvoir arrêter, interroger, espionner au nom de la menace terroriste. Et puis s’il n’y a pas assez d’attaques pour avoir l’assentiment de la population française pour leurs exactions, et bien ils les créeront !
Faites leur confiance !
L’akmi a pris ce nom en 2007, comme par hasard ! Cherchez l’erreur !
Le tout est de savoir combien de temps, les maghrébins musulmans français vont continuer à dormir avant de comprendre qu’ils sont l’objet d’une énorme manipulation
DIEU SEUL LE SAIT !
Abbas

Jeudi 23 Septembre 2010

http://abbas--b.blogspot.com/

http://www.alterinfo.net/AL-QAIDA-MAGHREB-LA-MENACE-POUR-...


Aliaa Al-Korachi : Les croisades pétrolières..

Un ouvrage de l’écrivain américain d’origine palestinienne Abdel-Hay Zalloum explique comment le pétrole dicte à l’Amérique sa politique à l’égard du monde arabo-musulman.

Quelle stratégie ont adopté les Etats-Unis pour contrôler le pétrole de la région arabe ‘

Nombreux sont ceux qui voient dans la politique américaine un acte d’impérialisme économique.

C’est ce qui figure dans ce livre qui a de vastes échos Les Croisades pétrolières.

L’Amérique vue par les Arabes, rédigé en anglais par Abdel-Hay Zalloum, un Américain d’origine palestinienne qui a fait ses études économiques à Harvard, ce livre a été traduit aussi en arabe en 2007, c’est-à-dire deux ans après sa parution.

L’auteur a commencé son introduction en expliquant l’arrière-plan de ces croisades américaines pour le pétrole et qui ont pour but « d’enraciner l’idée que la stratégie de la sécurité nationale américaine est basée sur la domination du monde par les Etats-Unis.

Ce qui légitime les guerres préventives pour protéger les intérêts américains ».

Le pétrole est le pilier fondamental de l’empire américain. Si les Etats-Unis s’inquiètent en voyant leur production pétrolière en déclin, il y a le substitut : la guerre pour le contrôle de cette ressource.

Et cette guerre est masquée par des concepts comme celui de la lutte contre le terrorisme.

« Le début de la fin », c’est le titre du premier chapitre du livre.

Dans cette partie, l’auteur prévoit que le pétrole va contrôler la politique internationale d’une manière sans précédent. Cela est dû à la croissance de nombreux pays, notamment des pays en développement, comme la Chine, le Brésil et l’Inde où la demande sur l’énergie augmente.

D’autre part, le Moyen-Orient possède les plus grandes réserves de pétrole et les moins coûteuses à extraire, d’où la nécessité de le contrôler.

De plus, les compagnies pétrolières les plus importantes et les plus grandes - Exxon Mobil, Shell, BP, Steivron Texas et Total Fina Elf - se trouvent et opèrent essentiellement dans les pays arabes et musulmans, comme l’Iraq, l’Iran, le Koweït, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Alors, « il n’était pas surprenant que l’ex-président Bush, dont la famille a travaillé dans le domaine du pétrole au Texas, ainsi que son vice-président Dick Cheney, qui a travaillé dans la compagnie pétrolière Enron, aient choisi l’invasion de l’Iraq ».

L’auteur débute son deuxième chapitre par présenter brièvement « L’histoire géologique du pétrole » avant d’aborder « L’histoire du pétrole arabe et comment l’Amérique s’en empare progressivement ». « Bien que l’Occident qualifie les Arabes de cheikhs riches, le revenu total des pays de l’Opep en 2003 était d’environ 240 milliards de dollars, ce qui est moins que les recettes du Walmart d’Amérique pour la même année », rétorque l’auteur.

Un jeu d’échecs

L’auteur énumère des actions politiques qui ressemblent aux déplacements des pièces sur un échiquier pour parvenir à contrôler le pétrole. Selon lui, George Bush père a incité les Iraqiens en 1991 à se révolter contre Saddam Hussein, mais Washington a craint par la suite la révolution populaire.

Certains analystes estiment que c’est Washington qui avait encouragé Saddam Hussein à envahir le Koweït. La principale motivation derrière l’invasion était de contrôler le pétrole.

La guerre de Saddam Hussein contre l’Iran, qui a duré huit ans, était aussi une incitation américaine.

« L’Iraq pourquoi ‘ Et pourquoi maintenant ‘ », dans cette partie du livre, l’auteur explique cette orientation brusque vers l’Iraq. Ce pays dispose de 112 milliards de barils, ce qui équivaut à 11 % du total des réserves mondiales de pétrole. Selon l’auteur, « l’Iraq avait provoqué les Etats-Unis et ses ambitions pétrolières, quelques années avant l’occupation, en signant des contrats pétroliers avec la Russie, la Chine, la France et en utilisant l’euro au lieu du dollar ».

Dans le cinquième chapitre, « Le groupe secret », l’auteur présente l’évolution de l’Opep. Les politiques pétrolières sont établies principalement par les grandes compagnies occidentales qui les déterminent selon leurs propres intérêts et ceux de l’Occident. Et l’Opep est ainsi manipulée.

Le livre se termine par une tentative de retracer une image de l’avenir, sur laquelle il n’est pas optimiste. L’auteur établit les prévisions les plus importantes qui vont façonner cet avenir, y compris l’épuisement. La production d’un substitut du pétrole est un processus coûteux en termes de temps et d’argent. « L’Amérique fera faillite en raison de l’augmentation des dépenses sur les guerres au lieu de dépenser sur l’éducation, la santé et la sécurité des citoyens ».

Aliaa Al-Korachi - Al Ahram

23 septembre

http://www.info-palestine.net/article.php3’id_article=942...


Des milices villageoise formées par l'armée canadienne

Nb : Ndlr : la publication de l'article ne signifie nullement que la rédaction partage toute l'analyse des auteurs mais doit être vu comme information.

Les autorités militaires canadiennes envisagent de participer à un programme controversé qui vise à aider les villageois à se défendre eux-mêmes contre les résistants.

Dans les dernières semaines, les soldats canadiens en mission dans le district de Panjwaii, la zone où se trouve le plus gros de la force militaire canadienne en Afghanistan, ont constaté plusieurs confrontations entre des civils et des résistants.

Ce phénomène est considéré comme un signe positif, non seulement pour les troupes canadiennes, mais aussi pour l'ensemble des militaires de l'OTAN postés dans le pays.

L'organisation internationale tente d'organiser des réseaux de résistance aux résistants dans les régions les plus éloignées du pays.

Plus tôt cette année, des responsables de l'OTAN avaient conclu une entente avec Kaboul afin de mettre sur pied un programme d'entraînement de milices locales. Les formations ont déjà commencé dans le nord du district de Kandahar, afin d'appuyer la stabilisation de zones où la coalition a déployé un nombre moindre de soldats.

Jusqu'à récemment, les hauts gradés canadiens avaient exprimé beaucoup de réticence à participer à ce genre de programme, souvent considéré comme favorisant le développement de groupes armés insoumis. Mais comme les soldats doivent commencer à quitter l'Afghanistan dès l'an prochain, les inquiétudes semblent se tempérer.

Dans le programme déjà existant, les forces spéciales américaines fournissent l'entraînement, l'équipement et, dans certains cas, des armes aux villageois. L'objectif est, à terme, d'incorporer ces villageois dans les forces policières locales.

Pour que le programme soit un succès, certaines conditions sociales doivent être en place, selon le colonel américain Dave Bellon, en charge des opérations de l'OTAN pour le sud du pays.

Par exemple, les villageois doivent d'abord avoir atteint un seuil d'exaspération élevé vis-à-vis des résistants avant de participer au projet de milices locales, de l'avis du militaire. Ndlr : d’où la campagne d’explosions sauvage non reconnue par la résistance

08 octobre

AP



Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge

Raid  dans la province d'Oruzgan qui a causé la mort de cinq enfants

Les faits s'étaient déroulés en février 2009 dans la province d'Oruzgan, dans le sud du pays, , relate lundi le Sydney Morning Herald . .

Selon les soldats, des coups de feu avaient été échangés avec un Afghan. (…) Les soldats appartenant aux forces spéciales, ont, par la suite, lancé des grenades, tuant l'homme ainsi que cinq enfants, dont deux bébés. Les trois hommes sont poursuivis "pour homicide involontaire, conduite dangereuse et défaut d'obéissance à un ordre", a indiqué le brigadier Lyn McDade dans un communiqué, cité par le quotidien. Deux des accusés ont annoncé leur intention de se défendre "vigoureusement" face à ces accusations.

http://www.lejdd.fr/International/Asie/Depeches/Afghanistan-3-soldats-australiens-poursuivis-222970/

25/9

Un kamikaze a pris pour cible un convoi de l'OTAN dans le nord de l'Afghanistan, touchant un bus( ?).

Un enfant a été tué et 28 personnes blessées.

Personne n'a été tué dans le convoi de l'OTAN, qui se trouvait non loin du lieu de l'explosion, à Mazari Sharif. L'auteur de l'attaque a été tué.

AP

http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/AL...

26-09

Des militaires de le Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan ont tué par erreur deux civils, en les prenant pour des ‘terroristes’.(…) , a annoncé dimanche à Kaboul le service de presse de l'Isaf.
Selon le service de presse, l'incident s'est produit dans le district de Musa Qaleh de la province du Helmand, dans le sud du pays où deux civils circulant à moto approchaient à grande vitesse d'une patrouille militaire.

http://fr.rian.ru/trend/afghanistan_02122009/

http://fr.rian.ru/world/20100926/187510696.html

01-10

4 afghans ont été tués dans une opération menée dans l'est du pays par les forces internationales. Cet "tuerie" a eu lieu dans le district d'Andar, dans la province de Ghazni, a indiqué l'Isaf dans un communiqué.
Des soldats afghans et de la coalition "ont été visés par des tirs d'armes, a expliqué l'Isaf.

Des tirs aériens en riposte "ont accidentellement touché un groupe de civils désarmés, tuant quatre personnes et en blessant trois autres", a ajouté l'Isaf qui a ouvert une enquête.

http://www.lefigaro.fr

07-10

Deux civils ont été tués et trois autres blessés dans une explosion survenue mercredi dans la province de Zabul (sud), a confié à l'agence Xinhua le chef de la police provinciale, Ghulam Jilani Khan.

Source: xinhua


Les commentaires sont fermés.