Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/11/2010

n°61 - journal d'Iran - 05-11 au 24-11 - : début : Bill Van Auken : Les Etats-Unis intensifient les menaces de guerre contre l'Iran.


n°61 -  journal d'Iran - 05-11 au 24-11 - : début   : Bill Van Auken : Les Etats-Unis intensifient les menaces de guerre contre l'Iran.



journal d'Iran   n°61 du 05-11 au 24-11

                C.De Broeder & M.Lemaire



a) Le "Journal d'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

http://www.palestine-solidarite.org/journaux.CathyetMarc.htm 

cette page est accessible depuis la page d'accueil ( http://www.palestine-solidarite.org/ ) colonne de gauche.

d) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Tiré à Part

Les Etats-Unis, Israël suivis par les Européens harcèlent Téhéran

Dmitri ZAKS : Les relations Russie-Iran à l'épreuve lors d'un sommet à Bakou.

Paroles & action du président Ahmadinejad  ...

Sakineh Mohammadi Ashtiani.

Les Usa au cœur des débats.

El Watan : Les USA : Peine de mort et non-ratification des traités internationaux.

Paroles & action du président Obama

2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos  

1 Politique

1) Iran

Suite

2 Politique Internationale

1 Usa

2 Les voisins

3 Organisations Mondiales & régionales

4 Le Monde

2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 Diabolisation de l'Iran

2-2  "La Face Cachée du Pétrole"  : Le partage du monde.

2-3 Pascal Sacre : Ces prisonniers politiques dont les médias ne parlent pas.

Fin

3 Les brèves

3-1 Ashkenazi évacuera la population dans la prochaine guerre. 

3-2 Sanctions contre l'Iran: BP met fin à l'exploitation d'un gisement conjoint.

 3-3 Shirin Ebadi accuse Ericsson d'aider le régime de Téhéran.

4 Dossier & Point de vue

4-1 Bill Van Auken : Les Etats-Unis intensifient les menaces de guerre contre l'Iran.

4-2 Rick Rozoff : Préparations de guerre contre l'Iran ?

 



Tiré à Part

Les Etats-Unis, Israël suivis par les Européens harcèlent Téhéran.

Agacés par l’attachement de la République islamique à son in indépendance et son soutien aux mouvements de résistance anti israéliens au Liban et en Palestine, les Etats-Unis, Israël suivis par les Européens harcèlent Téhéran, en l’accusant de vouloir se doter de l’arme atomique sous couvert  de son programme nucléaire civil. Sachant que l’Agence internationale de l’énergie atomique qui supervise ce programme n’a jamais trouvé un quelconque indice étayant ces accusations.
Ces dernières années, Israël tente par tous les moyens de persuader Washington de mener une frappe militaire contre l’Iran.

Ayant réitéré récemment une nouvelle fois sa demande de brandir la menace militaire contre Téhéran, Tel Aviv s’est vu afficher une fin de non recevoir de la part de Washington, qui a déclaré par la voix de son secrétaire d’état à la guerre Robert Gates qu’elle se contentera de sanctions et des pressions.

15/11/2010

 http://french.irib.ir

 

Dmitri ZAKS : Les relations Russie-Iran à l'épreuve lors d'un sommet à Bakou.
Les présidents russe et iranien se rencontrent jeudi à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, en marge d'un sommet des pays de la mer Caspienne, pour tenter de surmonter une crise sans précédent dans leurs relations, depuis que Moscou a approuvé des sanctions à l'ONU contre Téhéran.
La rencontre entre Dmitri Medvedev et Mahmoud Ahmadinejad sera la première depuis le refus de la Russie de livrer un système de missiles antiaériens S-300 acheté par l'Iran, provoquant une polémique entre les deux pays.
En septembre, M. Medvedev a annulé cette vente, invoquant les sanctions prévues par la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, qui a condamné le 9 juin, pour la sixième fois en quatre ans, le programme nucléaire iranien controversé.
Ces sanctions interdisent notamment la livraison de certains matériels militaires à Téhéran, mais les dirigeants iraniens ont vivement critiqué Moscou et présenté cette décision comme une soumission de la Russie aux Etats-Unis.
Dès lors, "c'est une rencontre extrêmement importante qui intervient sur fond de détérioration sans précédent des relations bilatérales", estime l'analyste Rajab Safarov, du Centre iranien d'études contemporaines à Moscou.
Les relations bilatérales n'ont "jamais été aussi basses dans l'histoire récente", ajoute-t-il.
"C'est la dernière chance de l'Iran de transiger avec la communauté internationale", renchérit l'expert Dmitri Trenine, du Centre Carnegie de Moscou.
L'Europe, les Etats-Unis et Israël s'étaient élevés contre le contrat sur les S-300, car ce système perfectionné de missiles, équivalent au système Patriot américain, permettrait à Téhéran de défendre efficacement ses installations nucléaires en cas de frappes aériennes.
Cette saga autour de la livraisons de ces missiles n'est que l'un des signes illustrant les distances prises par la Russie vis-à-vis de l'Iran, selon des experts.
Moscou a déjà soutenu une série de résolutions de l'ONU sanctionnant Téhéran et M. Medvedev a admis l'été dernier que l'Iran était "proche d'avoir le potentiel" de construire une bombe nucléaire, rompant ainsi avec la traditionnelle retenue du Kremlin sur ce dossier.
Aux yeux des analystes, la Russie a été particulièrement irritée par la décision de l'Iran l'an passé de rejeter un projet des grandes puissances d'envoyer de l'uranium faiblement enrichi en Russie puis en France, pour le transformer en combustible pour son réacteur de recherche médicale.
"L'Iran a essayé de jouer avec cette proposition et s'est vu infliger une sévère réprimande", estime le directeur adjoint de l'Institut USA-Canada, Viktor Kremeniouk.
Du coup, la Russie a "repris ses S-300 et commencé à soutenir la position américaine au Conseil de sécurité de l'ONU", ajoute-t-il.
La rencontre Medvedev-Ahmandinejad risque de jeter une ombre sur le troisième sommet des pays riverains de la Caspienne, parmi lesquels figurent aussi l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan et le Turkménistan, deux pays d'Asie centrale.
Peu de progrès sont attendus au cours des pourparlers entre les représentants des cinq Etats qui ne parviennent pas à s'entendre sur le partage des riches ressources de cette mer fermée.
L'Iran insiste sur une division de la Caspienne en cinq parts égales, tandis que l'Azerbaïdjan propose un accès proportionnel aux dimensions des côtes maritimes de chaque pays.
De son côté, la Russie est prête à accepter une sorte de compromis, mais selon des sources russes, un accord est peu probable à Bakou.

Dmitri ZAKS
17 nov 2010

(AFP) –

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/11/17/97001-20101117FILWWW00415-les-relations-russie-iran-a-l-epreuve.php



Paroles & action du président Ahmadinejad  ...

Sakineh Mohammadi Ashtiani.

Le président Ahmadinejad a démenti que Sakineh Mohammadi Ashtiani ait été condamnée à mort par lapidation et il a accusé les médias étrangers d'avoir forgé cette histoire de toutes pièces pour discréditer la République islamique.

16 novembre



Les Usa au cœur des débats.

El Watan : Les USA : Peine de mort et non-ratification des traités internationaux.
Les USA épinglés par le Conseil des droits de l’homme
L’Examen périodique universel (EPU) est né en 2006 des cendres de la Commission des droits de l’homme décriée pour son incapacité à faire respecter les valeurs fondamentales de l’ONU.
Washington a été passé au crible par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, hier à Genève. Sous une pluie de critiques portant notamment sur le centre de détention de Guantanamo, la peine de mort ou la non-ratification de traités internationaux, la délégation américaine a reconnu ne pas être satisfaite de la situation. «Nous ne sommes pas satisfaits du statu quo et nous continuerons à améliorer nos lois», a assuré le secrétaire d’Etat adjoint américain pour les droits de l’Homme, Michael Posner. Aux détracteurs invoquant des violations des droits de l’Homme dans les guerres en Irak et en Afghanistan, le conseiller juridique du Département d’Etat américain, Harold Koh, a rétorqué : «Qu’il n’y ait aucun doute là-dessus, les Etats-Unis ne pratiquent pas la torture et ne la pratiqueront pas».
Le débat à l’ONU intervient alors que le Washington Post a révélé jeudi que l’ancien président américain, George W. Bushj, avouait dans ses mémoires avoir personnellement donné son aval aux agents de la CIA pour soumettre le cerveau des attentats du 11 septembre, Khaled Cheikh Mohammed, à la simulation de noyade. La secrétaire d’Etat adjointe américaine auprès des organisations internationales, Esther Brimmer, a déclaré que cet Examen périodique universel (EPU) que passe pour la première fois son pays devant ses pairs «représente une   étape dans notre long engagement pour promouvoir les droits de l’Homme».
L’EPU est une innovation majeure du Conseil, née en 2006 des cendres de la Commission des droits de l’homme décriée pour son incapacité à faire respecter les valeurs fondamentales de l’ONU. Il permet l’examen systématique et régulier de la situation des droits de l’Homme dans chacun des 192 pays membres de l’ONU, pour éviter l’accusation de sélectivité. Premier sur une liste de 87 orateurs, Cuba a demandé aux Etats-Unis de mettre fin à l’embargo américain contre l’île, décrit comme «un génocide» et de  libérer cinq militants cubains aux Etats-Unis considérés par La Havane comme des «prisonniers de guerre».
Autre ennemi juré des Etats-Unis, l’Iran a estimé que «malheureusement, les Etats-Unis ont été et continuent d’être ceux qui violent le plus systématiquement les droits de l’Homme». Plusieurs pays occidentaux dont la Grande-Bretagne et l’Australie ont pour leur part demandé un moratoire ou l’abolition de la peine de mort. La France a «salué l’engagement pris par le président Obama de fermer le centre de détention de Guantanamo». «Il importe que cette promesse soit honorée», a déclaré l’ambassadeur français, Jean-Baptiste Mattei. Près de 300 organisations non gouvernementales américaines ont livré pour l’occasion un rapport de 400 pages détaillant «les insuffisances criantes» en matière de droits de l’Homme aux Etats-Unis, dont les discriminations raciales dans le système judiciaire et le traitement des immigrés.
Les Etats-Unis, qui avaient refusé de faire partie du Conseil en 2006, ont rejoint l’organisme onusien avec l’arrivée aux affaires du président Barack Obama. Washington a rejoint officiellement le Conseil en mai 2009.

Rédaction internationale

El Watan,
 06.11.
http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/us/usa_epingles.htm



Paroles & action du président Obama ...

L’Iran au cœur des débats.

Obama reconduit le gel des avoirs iraniens pour au moins un an

Le président américain Barack Obama a renouvelé, ce mercredi, pour un an le gel des avoirs iraniens aux Etats-Unis, imposé par l'ancien président Jimmy Carter après la victoire de la révolution islamique en 1979, c’est ce qu’a indiqué la Maison Blanche. 
Dans la notification officielle de sa décision publiée par la Maison Blanche, Obama note que les relations entre les deux pays ne sont toujours pas revenues à la normale, et qu'il y a donc lieu de prolonger l'état "d'urgence nationale".  
Ce renouvellement des sanctions intervient alors que les Etats-Unis et leurs partenaires accusent toujours l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique, ce que Téhéran dément catégoriquement.

11/11/2010

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=161863&language=fr



1) Politique Iranienne

Ahmadinejad

Une liaison entre le Golfe persique et l’Asie centrale servira la paix et le progrès des nations de la région.  

 Selon un communiqué du site présidentiel, le président Ahmadinejad lors d'une rencontre réunissant l'Iran, le Turkménistan, Oman et l’Ouzbékistan a déclaré mardi que « dans le domaine de la libre circulation des marchandises, la conclusion d'un accord visant à faciliter les liaisons entre le golfe Persique et l'Asie centrale engendrera de nombreuses opportunités, ce qui ne peut que servir la paix et le progrès des nations de la région ».
Le président Mahmoud Ahmadinejad, lors d'une rencontre avec les ministres des Affaires étrangères respectifs d'Oman, du Turkménistan et de l'Ouzbékistan a déclaré que les prochaines générations ne pourront que se féliciter de la mise en place de ces coopérations régionales.
Il a affirmé que cette entrevue témoigne de l'existence d'un front commun entre ces quatre nations qui partagent de nombreux points communs et ont l'intention de construire un avenir fait de paix, de sécurité et d'amitié.
Le président iranien a noté que cette coopération permettrait également d'ouvrir de nouvelles perspectives dont toutes les nations et même les générations futures se féliciteront.
Au début de la rencontre, le ministre omanais des Affaires étrangères a déclaré que la liaison entre le golfe Persique et les pays d'Asie centrale par l'Iran constitue une nouvelle étape dans l'histoire de la région.
Le ministre des Affaires étrangères du Turkménistan, en se référant aux relations fraternelles entre l'Iran et le Turkménistan, a précisé que "nous espérons dans le cadre de cette réunion quadrilatère, la mise en place d'une coopération durable et profonde entre les pays de la région.
L'Ouzbékistan, par la vois de son ministre des Affaires étrangères, pour sa part, a déclaré que cette réunion est, en fait, la reconstruction de liens anciens tissés entre les quatre nations de la région, qui prennent un nouvel historique.

10/11/2010

httphttp://www2.irna.ir


Les grandes manœuvres  

L’Occident veut s’accaparer le nucléaire pour préserver sa supériorité.  

Le chef du parlement iranien Ali Larijani a soupçonné les États-Unis et l’Occident en général à vouloir s’accaparer les activités nucléaires dont l’enrichissement pour préserver leur supériorité politique et réaliser plusieurs privilèges.
«  L’Occident et les États-Unis ne font que fabriquer de faux prétextes et dresser des obstacles face à notre programme nucléaire pacifique », a-t-il affirmé lors d’une rencontre avec le président de la Commission des relations étrangères au parlement turc, Mourad Mourjane.
Selon Larijani, les puissances nucléaires et surtout les États-Unis ne veulent pas que les pays indépendants puissent maîtriser le cycle de la production et de l’obtention du carburant nucléaire stratégique et l’utiliser dans des activités pacifiques, scientifiques et techniques.  
Concernant la situation en Irak et en Afghanistan, Larijani a estimé que Washington les a envahis en brandissant des slogans sur la promotion de la démocratie et la lutte contre le terrorisme, alors que son intention véritable était de s’emparer des ressources économiques et sécuritaires de ces deux pays.

12/11/2010

http://www.almanar.com.lb


Politique extérieure

Négociations avec les Six : Programme nucléaire exclu.
Téhéran ne discutera pas de son programme atomique lors des négociations avec les Six médiateurs sur le dossier nucléaire iranien (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie), a annoncé le porte-parole de la diplomatie iranienne Ramin Mehmanparast, cité mardi par les médias occidentaux.
"Les négociations entre l'Iran et les Six ne seront pas consacrées au programme nucléaire", a-t-il déclaré.
Plus tôt dans la journée, les médias ont annoncé que le dialogue devait reprendre le 15 novembre prochain à Istanbul.
Les négociations des Six et de l'AIEA avec l'Iran ont été lancées en 2003 afin d'obliger Téhéran à suspendre l'enrichissement d'uranium.
Téhéran s'est retiré des négociations en novembre 2009, après l'adoption par le Conseil des gouverneurs de l'Agence d'une résolution condamnant le lancement d'un deuxième site iranien d'enrichissement d'uranium.
En juin 2010, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté la résolution 1929, imposant un nouveau train de sanctions contre l'Iran.

RIA Novosti

9 novembre

http://fr.rian.ru/world/20101109/187821812.html

 

Téhéran et Alger plaident pour l'essor des coopérations bilatérales. 

" Vu de nombreuses affinités historiques et culturelles irano-algériennes, il s'avère donc nécessaire de promouvoir la coopération des part et d'autre", a déclaré le premier vice-président iranien, lors de sa rencontre avec le premier ministre algérien. Mohammad Reza Rahimi a affirmé qu'en raison de ses luttes historiques contre le colonialisme, l'Algérie était un pays bien célèbre sur l'échiquier international. Il a affirmé que les relations Iran/Algérie n'étaient à la hauteur de leurs potentialités. Le premier vice-président iranien a remercié le gouvernement d'Alger pour ses soutiens au programme nucléaire iranien. Il a précisé que l'Iran ne voyait aucun obstacle à l'élargissement de sa coopération avec l'Algérie. De son côté, le premier ministre algérien a considéré l'Iran comme l'un des grands pays musulmans du monde. " En dépit d'une grande distance géographique entre les deux pays, ils sont en mesure de développer davantage leurs relations dans les domaines politiques et économiques.", a-t-il ajouté.

22/11

 http://french.irib.ir

 


Sur le terrain

L’Iran dément toute violence à l'encontre des employés de l’ambassade de France.  

Le porte-parole de la diplomatie iranienne a démenti les allégations des responsables français en ce qui concerne les actes de violence des forces de sécurité devant l’ambassade de France à Téhéran.  Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Ramin Mehmanparast a rappelé que la police diplomatique avait déjà mis en garde contre la présence de certaines personnes à cette cérémonie.

Le ministère français des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de la RII à Paris en guise de protestation contre ce qui s’est passé devant l’entrée de la résidence de son ambassadeur à Téhéran. Paris prétend que les forces de sécurité iranienne avaient bloqué l’entrée de l’ambassade et empêché les invités d’y entrer.

18/11/2010  

 http://french.irib.ir


Préparation à la guerre

L’Iran affine son système de défense analogue aux S-300 russes.

L’Iran a réussi à mettre au point un système de defense aérienne (DCA) analogue à celui des missiles S-300 russe, a annoncé mercredi à l’agence IRNA le porte-parole de la DCA iranienne Mohammad Hasan Mansurian.

Selon lui, le système de missiles de longue portée, mis au point par les spécialistes du complexe militaro-industriel national en est au stade final de la construction et de la préparation aux tirs d’essai.

"Dans les délais les plus brefs, nous procèderons aux tirs et j’espère pouvoir annoncer des bonnes nouvelles concernant l’équivalent iranien des S-300 russes", a indiqué le porte-parole.

RIA Novosti

10 novembre -

http://www.comite-valmy.org:80/spip.php?breve472

 

Nouvelle manœuvre militaire aérienne iranienne. 

Les forces armées iraniennes vont procéder à une manœuvre militaire lors de laquelle seront testés les systèmes de defense aériens de la République islamique, a indiqué dimanche un haut responsable cité par l'agence Fars.
La manœuvre "se tiendra dans tout le pays afin d'améliorer la capacité defensive", a dit le général Ahmad Mighani, commandant du siège du système antiaérien 
Assurant que l’objectif de ces exercices est de défendre les frontières du pays, Mighani a précisé que la portée des radars anti aériens devra atteindre les 3.000 km.
Il a rappelé que cinq manœuvres ont déjà été exécutées tout au long de l’an, dans les installations nucléaires et signalé que la particularité de la prochaine manœuvre est de mettre en action toutes les unités d’interception des forces aériennes.  Son objectif étant de riposter rapidement aux plans de l’ennemi.
«  Les unités qui participeront à ces exercices œuvreront dans les domaines des missiles, des radars et de l’artillerie ; des milliers de positions de radars seront déployées », a-t-il détaillé. 
Parmi les opérations exercées dans les trois étapes, Mighani a  cité : le lancement des unités des patrouilles, la riposte aux opérations des ennemis en brouillant  ses systèmes dirigés vers les radars iraniens, la collecte des informations via les avions iraniens, et la simulation d’attaque contre l’ennemi  via des drones…
Mercredi, un responsable iranien avait déclaré que son pays est en train de fabriquer le système anti aérien S300, dont la Russie a suspendu la livraison, prévue depuis 2007, sur pressions américaines et israéliennes, arguant se plier aux dernières sanctions onusiennes.   

 15/11/2010

 http://french.irib.ir

 

L'Iran dit avoir testé avec succès une version améliorée du missile S-200.  

L'Iran a "testé avec succès" une version améliorée de son système de missiles antiaériens S-200, développée après le refus de Moscou de livrer des S-300 à Téhéran, a déclaré le général Mohammad Hassan Mansourian, commandant adjoint de la defense antiaérienne.   
Ce nouveau système a "la même capacité que le système russe S-300", selon le site internet de la chaîne de télévision en anglais Press-TV citant le général Mansourian.
 "Nous avons développé ce système en améliorant des systèmes comme le S-200, et nous l'avons testé avec succès", a affirmé le général Mansourian cité par Press-TV.

 Le général Mansourian avait annoncé le 10 novembre que Téhéran allait "tester très bientôt des missiles de longue portée de defense aérienne, dont des S-300".
Les responsables militaires iraniens ont annoncé à plusieurs reprises leur intention de se doter de missiles antiaériens à longue portée de performance comparable au S-300, après le refus de Moscou de livrer ce système à l'Iran en raison des sanctions internationales contre le programme nucléaire iranien.

Selon les sites spécialisés, le S-300 est un système de missiles sol-air de moyenne et haute altitude à longue portée (jusqu'à 150 km) développé par la Russie à partir des années 1980 pour pouvoir intercepter simultanément plusieurs cibles, avions ou missiles, comme le Patriot américain. 
Le S-300 constitue un développement du système S-200, acheté par l'Iran à l'ex-URSS dans les années 1980 et qui date des années 1960.
"Les menaces situées à longue portée représentent 20% des menaces contre la nation, et nous avons élaboré des solutions (pour y faire face) incluant une amélioration du système S-200 qui a été testée", a précisé le général Mansourian cité par l'agence officielle Irna.

18/11/2010

 http://www.almanar.com.lb

 

Les bases utilisées par un pays agresseur seront notre cible. (Pasdarans)  

Un haut responsable de l'armée iranienne a, une nouvelle fois, mis en garde contre toute attaque américaine en relation avec le programme nucléaire de son pays.  
"Les bases utilisées par un pays agresseur sont considérées comme (étant) son pays et (constituent) une cible pour les combattants iraniens. Cela devrait être sérieusement pris en compte par les pays qui hébergent des bases américaines", a notamment averti le chef du département aérospatial des Gardiens de la Révolution (Pasdarans).  
Cité par les agences Fars et Mehr, Amir-Ali Hajizadeh, a en outre affirmé que "Téhéran est l'une des rares capitales au monde qui a été équipée avec un système de défense contre les missiles de croisière perfectionnés".
Il a ajouté que ce système de défense avait été testé lors d'exercices militaires (défenseurs du ciel du Velayat III ) cette semaine. 
Notons que les Etats-Unis et « Israël » n'ont pas exclu d'attaquer l'Iran sous prétexte d'empêcher ce pays d'obtenir la soi-disant « bombe atomique ».
Or, des responsables iraniens mettent régulièrement en garde l'Occident contre toute attaque, menaçant de terribles représailles.
Rappelons que l'Iran a annoncé jeudi avoir testé avec succès une version améliorée de son système de missiles antiaériens S-200, développée après le refus de Moscou de livrer des S-300 à Téhéran.
20/11/2010

http://www.almanar.com.lb


"Les systèmes de missiles iraniens capables de contrer toute menace"!

Le Porte-parole des manœuvres des défenseurs du ciel du Vellayat III a déclaré que les systèmes de missiles sol-air moyenne portée " Mersad" conçus sur le territoire iranien, sont capables de contrer toute menace aérienne.
" Ce système de missile dispose d'une grande capacité pour faire face à la guerre électronique" a souligné le général de Brigade, Hamid Argeangui. Ce dernier a fait des radars sophistiqués fabriqués par l'Iran, capables de couvrir l'ensemble de l'espace aérien du pays.
Interrogé par le correspondant militaire de l’agence d’information iranienne Farsnews, le responsable de ces systèmes de défense anti-missiles,  le colonel Qali Zadeh , a déclaré que ces systèmes  sont capables de capter les ondes magnétiques et électroniques émanant de l'avion ennemi.
Il a ajouté que  "dans les guerres,  l'objectif du pays qui attaque est de saboter  les  systèmes de radar du  pays attaqué en déclenchant des ondes magnétiques, afin de ne pas rencontrer de problèmes électroniques lors de son offensive."
Et de poursuivre : «le pays agressé fait alors de son mieux pour contrecarrer l'effet de cette attaque et garder ses radars qui sont déployés dans la région, opérationnels."
 «Les forces de la République islamique d'Iran s’efforcent à  récolter le plus de  renseignements qu'elles désirent et analyser la situation en fonction des données récoltées (..)  Après avoir étudié  les ondes qui émanent de l'avion ennemi, nous pouvons déterminer le type d'avion et la base militaire de laquelle il a décollé » a-t-il précisé !

20/11/2010

http://www.almanar.com.lb

 

L'Iran annonce qu'il va lancer des satellites, développer un missile S-300.

 L'Iran va lancer de nouveaux satellites "dans un proche avenir" et développer un système de missiles antiaériens de type S-300, a annoncé dimanche le ministre de la Défense Ahmad Vahidi cité par l'agence Mehr.
Item fulltext "Nous sommes en train de construire de nouveaux satellites, et dans un proche avenir nous allons lancer certains d'entre-eux", a déclaré M. Vahidi lors d'une visite à Khorramabad (ouest de l'Iran), sans donner plus de précision.Téhéran avait annoncé le 16 août le report du lancement prévu fin août d'un satellite baptisé "Rasad" (observation), qui devait être le deuxième mis sur orbite par l'Iran.L'Iran avait évoqué un "retard" dans la construction de ce satellite destiné à transmettre des photos météo de la terre, reportant son lancement à "la seconde moitié de l'année" iranienne qui s'achève en mars 2011.
M. Vahidi a par ailleurs affirmé dimanche que l'Iran avait entamé la conception d'un système de missile antiaérien de type S-300, après le refus de la Russie de lui livrer cet équipement en raison des sanctions internationales liées à la politique nucléaire de Téhéran."La production du missile S-300 demeure à l'ordre du jour de nos experts, et elle est en cours", a-t-il affirmé, précisant que le projet "est actuellement dans la phase de conception".L'Iran a affirmé depuis le début de l'année être capable de développer un système équivalent au S-300 russe.

 21/11/2010

http://french.irib.ir


Prisons

Allemands arrêtés en Iran poursuivis pour espionnage.

Les deux ressortissants allemands arrêtés le mois dernier en Iran alors qu'ils interviewaient le fils de Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée à mort par lapidation, sont poursuivis pour espionnage, ont indiqué mardi des sources judiciaires.

L'Iran avait d'abord accusé les deux hommes, entrés dans le pays avec des visas de touristes, de travailler illégalement comme journalistes pour réaliser cette interview du fils de Sakineh Ashtiani, dont la condamnation a été suspendue face aux protestations de la communauté internationale.

Mais le chef de la justice de la province d'Azerbaïdjan de l'Est a déclaré que les deux hommes étaient inculpés pour espionnage, un crime passible en Iran de lourdes peines, jusqu'à la peine capitale.

Dans une interview diffusée lundi par la télévision publique iranienne, l'un des deux journalistes affirme avoir été trompé par une militante iranienne vivant en Allemagne. "Elle m'a envoyé en Iran en espérant pouvoir tirer un bénéfice de mon arrestation à des fins de propagande", a-t-il dit.

16 novembre

http://fr.news.yahoo.com/4/20101116/twl-iran-allemagne-38cfb6d_1.html


Les commentaires sont fermés.