Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/03/2011

n°1 - Journal de Libye - 01-03 au 05-03 - Début - La Libye dans le grand jeu du nouveau partage de l'Afrique.


n°1 - Journal de Libye - 01-03 au 05-03 - Début - La Libye dans le grand jeu du nouveau partage de l'Afrique.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Libye

                              n°1                                       01-03 au 05-03

        C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal de Libye" est  visible  sur les blogs : 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

1 Editorial

Manlio Dinucci : La Libye dans le grand jeu du nouveau partage de l’Afrique.

Les USA réservent à Kadhafi le sort de Saddam Hussein.

2 Tiré à part :

UN NON SANS EQUIVOQUE A TOUTE INTERVENTION DE L’OTAN EN LIBYE !

3 Point de vue des pays Arabes & voisins

4 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

4-1 "Toute guerre est basée sur le mensonge".

4-2 Mensonges massifs pour justifier une intervention militaire occidentale.

5 Dossier

5-1 Serge Charbonneau : Libye : Une autre guerre juste ?

Suite

5-2 Mahdi Darius Nazemroaya : Une guerre civile provoquée en Libye afin de justifier une intervention militaire des États-Unis et de l'OTAN ?

Fin-

5-3 Mohamed BELAALI : L’impérialisme est l’ennemi des peuples : le cas de la Libye.

6 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

6-1 Stefanie Schüler : Hugo Chavez propose une médiation internationale pour la Libye.

7  Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

7-1 Annie : la légitimation d’une intervention étrangère en Libye.  

7-2 Pathé M Bodje : Saddam Hussein ? Must Disarm.

7-3 Sara Flounders : La Libye et l’impérialisme

  



Dernière minute

L'Otan sera partie prenante d'une intervention militaire contre la Libye

Dans une interview à France 24, ce 6 mars 2011, le ministre français Alain Juppé  précise ce qu'il entendait par  une "non intervention militaire en Libye". Il rejette l'idée d'une intervention terrestre avec débarquement de troupes Otan sur la côte libyenne. (Vu les expériences d'Irak et d'Afghanistan, le gouvernement français n'est pas rassuré...). Mais il affirme aussi que  l'Otan étudie la mise en oeuvre  d'une zone d'interdiction de vol dans le ciel libyen, ajoutant que la France y collabore. C'est bien l'Otan qui est à la manoeuvre, et agit en fonction des objectifs fixés au dernier Sommet de Lisbonne. Des opérations militaires de ce type sont étudiées très attentivement et discrètement, comme on peut s'en rendre compte dans le communiqué ci-dessus. Un des partenariats de l'Otan - Le Dialogue de la Méditerranée- est chargé notamment d'assurer "la protection du secteur énergétique".  Rien à voir avec la défense de la démocratie et le soutien à une "révolution contre Khadaffi". Beaucoup à voir avec la main mise sur les ressources pétrolières de la Libye .

C.P.

26 janv. 2011 – 27 janv. 2011

Réunion du Comité militaire de l’OTAN après le sommet de Lisbonne

Deux jours de réunions des chefs d’état-major de la défense (CEMD) et des représentants militaires (RM) de soixante-six pays membres et partenaires de l’OTAN viennent de s’achever au siège de l’OTAN. Sous la présidence de l’amiral Giampaolo Di Paola, Président du Comité militaire, ces réunions de haut niveau, qui constituent la 164e conférence du Comité militaire en session des CEMD (CM/CEM), sont également le premier grand rassemblement officiel des autorités militaires de l’OTAN depuis le sommet de l’OTAN tenu à Lisbonne en novembre 2010.

Y ont également participé les deux commandants stratégiques de l’OTAN, l’amiral James Stavridis (commandant suprême des forces alliées en Europe – SACEUR) et le général Stéphane Abrial (commandant suprême allié Transformation – SACT), ainsi que le président du Comité militaire de l’Union européenne, le général Hakan Syren.

Au cours de la réunion consacrée à l’Afghanistan, le haut représentant civil, l’ambassadeur Mark Sedwill, et le commandant de la FIAS, le général David Petraeus, ont dressé le bilan de l’année 2010, notamment au sujet du processus de transition. Ils ont convenu que le moment était venu de prendre appui sur les acquis et de les consolider pour que les progrès réalisés deviennent irréversibles. En ce sens, ils ont décidé qu’il était nécessaire en priorité de prendre d’urgence des mesures supplémentaires afin de disposer des formateurs indispensables pour appuyer la montée en puissance des forces de sécurité nationales afghanes. L’évaluation du Comité militaire constituera un avis essentiel pour le Conseil de l’Atlantique Nord, en vue des prochaines réunions des ministres de la défense de l’OTAN en mars 2011.

En ce qui concerne le Kosovo, les CEMD ont suivi les exposés présentés par le SACEUR, par le commandant de la KFOR, le général Erhard Buehler, et par le chef de la mission EULEX, M. Xavier Bout de Marnhac, qui estiment que la situation de sécurité globale est positive, compte tenu de l’évolution de la KFOR vers une présence dissuasive, de l’allègement du dispositif de protection de sites et de la capacité croissante des forces de sécurité du Kosovo (KSF). Les pays contributeurs ont réaffirmé leur engagement à remplir effectivement le mandat de la KFOR, en reconnaissant que la paix et la stabilité à long terme dans la région dépendront essentiellement de la bonne gouvernance et des progrès de la lutte contre la criminalité organisée.

Les opérations maritimes en cours de l’OTAN, Ocean Shield et Active Endeavour, ont également été examinées. Les CEMD ont analysé les options qui permettraient d’améliorer les résultats obtenus dans le cadre de ces missions, en les adaptant aux menaces actuelles et futures liées à la sécurité maritime et en tenant compte des ressources disponibles.

Deux réunions du CM/CEM étaient consacrées aux partenariats de l’OTAN. Les représentants militaires du Dialogue méditerranéen et ceux du Conseil de partenariat euro-atlantique ont convenu de poursuivre l’accomplissement de la tâche fondamentale relative à la sécurité coopérative, mentionnée dans le nouveau concept stratégique. Ils se sont montrés vivement intéressés par l’examen des options permettant d’approfondir la coopération militaire afin de mieux répondre aux défis de sécurité naissants tels que le terrorisme, la prolifération des armements, le trafic de drogue, les cyberattaques, la protection du secteur de l’énergie et la piraterie.

Au cours de la réunion consacrée à la coopération militaire entre l’OTAN et l’Ukraine, les CEMD ont examiné les développements actuels des réformes de défense et de la transformation en Ukraine, et présenté des recommandations fondées sur l’expérience acquise par leurs pays dans ces deux domaines. La grande valeur de la participation continue de l’Ukraine aux opérations de l’OTAN a de nouveau été saluée.

Plusieurs aspects clés de la transformation de l’OTAN ont été abordés : la réforme de l’OTAN, le processus de planification de défense et le développement des capacités, et, en particulier, la mise en œuvre du nouveau concept stratégique. Sur ce dernier point, les CEMD ont examiné les contributions militaires relatives aux trois tâches fondamentales : la défense collective, la gestion de crise et la sécurité coopérative, qui seront cruciales pour l’élaboration de la directive politique qui régit la mise en œuvre du concept stratégique sur le plan militaire.

Au cours de la réunion du Conseil OTAN-Russie au niveau des représentants militaires (COR-RM), les 29 CEMD ont approuvé le plan de travail militaire élargi du COR pour 2011. Ce plan de travail, d’une portée considérable, est le plus ambitieux qui ait jamais été présenté, et le premier résultat concret de la poursuite de la coopération militaire entre l’OTAN et la Russie depuis le sommet de Lisbonne. Les échanges entre instituts de formation militaire sont particulièrement fructueux et permettront aux militaires de l’OTAN et de la Russie de partager leurs points de vue sur les questions de sécurité stratégique d’intérêt commun afin d’élargir leur coopération.

Par ailleurs, le COR a approuvé le «Glossaire général de la coopération OTAN-Russie ». Ce document contient plus de 6000 termes et couvre des domaines clés de la coopération politique et militaire entre l’OTAN et la Russie. Le général d’Armée Nikolaï Makarov et l’amiral Giampaolo Di Paola assumeront conjointement la responsabilité générale de l’édition du glossaire du COR.

La coopération militaire est un aspect important de la poursuite du développement des relations entre l’OTAN et la Russie. Le plan de travail 2011 s’inscrit dans le cadre de coopération entre militaires OTAN-Russie du COR-RM, qui prévoit quatre domaines de coopération déjà agréés : la logistique, la lutte contre le terrorisme, la recherche et le sauvetage en mer et la lutte contre la piraterie.

Les résultats des débats qui ont eu lieu au cours des différentes réunions du Comité militaire ouvriront la voie à la mise en place de la « nouvelle OTAN », qui a été définie comme une priorité importante au sommet de Lisbonne.


1 Editorial

Manlio Dinucci : La Libye dans le grand jeu du nouveau partage de l’Afrique.

 Ceux qui fuient la Libye ne sont pas seulement des familles qui ont peur pour leur vie et de pauvres immigrés d’autres pays nord-africains. Il y a des dizaines de milliers d’autres « réfugiés » qui sont rapatriés par leurs gouvernements par bateaux et avions : ce sont surtout des techniciens et opérateurs des grandes compagnies pétrolières. Pas seulement l’Eni (Ente nazionali idrocarburi, société nationale des hydrocarbures, NdT), qui réalise en Libye environ 15% de son chiffre d’affaires, mais aussi d’autres multinationales surtout européennes : BP, Royal Dutch Shell, Total, Basf, Statoil, Rapsol. Sont obligés aussi de quitter la Libye des centaines de Russes de Gazprom et plus de 30 mille Chinois de compagnies pétrolières et du bâtiment. Image emblématique de la façon dont l’économie libyenne est interconnectée à l’économie globalisée, dominée par les multinationales.

Grâce aux réserves de pétrole et de gaz naturel, la Libye a une balance commerciale en actif de 27 milliards de dollars annuels et un revenu moyen-haut par habitant de 12 mille dollars, six fois plus élevé que l’égyptien. Malgré les fortes disparités, le niveau de vie moyen de la population libyenne (à peine 6,5 millions d’habitants par rapport aux 85 millions en Egypte) est ainsi plus haut que celui de l’Egypte et des autres pays nord-africains. En témoigne le fait que travaillent en Libye environ un million et demi d’immigrés en majorité nord-africains. 85% des exportations énergétiques libyennes sont destinés à l’Europe : en premier lieu à l’Italie qui en absorbe 37%, suivie par l’Allemagne, la France et la Chine. L’Italie est au premier rang aussi des importations libyennes, suivie par la Chine, la Turquie et l’Allemagne.  

Ce cadre saute à présent sous l’effet de ce qui se caractérise non pas comme une révolte de masses appauvries, comme celles en Egypte et Tunisie, mais comme une vraie guerre civile, due à une fracture dans le groupe dirigeant. Ceux qui ont fait le premier pas ont exploité le mécontentement contre le clan Kadhafi, mécontentement répandu surtout dans les populations de la Cyrénaïque et les jeunes des villes, à un moment où toute l’Afrique du Nord est parcourue de mouvements de rébellion. A la différence de l’Egypte et de la Tunisie, cependant, l’insurrection libyenne apparaît pré-commandée et organisée.

Emblématiques aussi les réactions dans le champ international. Pékin s’est dit extrêmement préoccupé par les développements en Libye et a « souhaité un rapide retour à la stabilité et à la normalité ». La raison en est claire : le commerce cino-libyen est en forte croissance (d’environ 30% rien qu’en 2010), mais à présent la Chine voit mise en jeu toute l’assise de ses rapports économiques avec la Libye, de qui elle importe des quantités croissantes de pétrole. Position analogue à Moscou.  

Et de signe diamétralement opposé, par contre, celle de Washington : le président Obama, qui face à la crise égyptienne avait minimisé la répression déchaînée par Moubarak et fait pression pour une « transition ordonnée et pacifique », condamne sans moyens termes le gouvernement libyen et annonce avoir à sa disposition « la gamme complète d’options que nous avons pour répondre à cette crise », y compris « les actions que nous pouvons entreprendre et celles que nous coordonnerons avec nos alliés à travers des institutions multilatérales ». Le message est clair : la possibilité existe d’une intervention militaire Usa/OTAN en Libye, formellement pour arrêter le bain de sang. Tout aussi claires les raisons réelles : Kadhafi renversé, les Etats-Unis pourraient renverser tout le cadre des rapports économiques de la Libye, en ouvrant la voie à leurs multinationales, jusqu’ici exclues de l’exploitation des réserves énergétiques libyennes. Les Etats-Unis pourraient ainsi contrôler le robinet énergétique, dont dépend une grande partie de l’Europe et où s’approvisionne aussi la Chine.

Ceci advient dans le grand jeu de la répartition des ressources africaines, qui voit s’amplifier le bras de fer surtout entre Chine et Etats-Unis. La puissance militaire asiatique, en ascension - présente avec environ 5 millions d’entrepreneurs, techniciens et ouvriers en Afrique- construit des industries et des infrastructures, en échange de pétrole et autres matières premières. Les Etats-Unis, qui ne sont pas compétitifs sur ce plan, s’appuient sur les forces armées des principaux pays africains, qu’ils entraînent à travers le Commandement Africa (AfriCom), leur principal instrument de pénétration dans le continent. Maintenant, entre en jeu aussi l’OTAN qui est sur le point de conclure un traité de partenariat militaire avec l’Union africaine, dont sont membres 53 pays. Le quartier général du partenariat OTAN-Union africaine est déjà en construction à Addis Abéba : une structure très moderne, financée avec 27 millions d’euros par l’Allemagne, et baptisée « Edifice de la paix et de la sécurité ».

Manlio Dinucci  

Edition de vendredi 25 février de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Mondialisation.ca

 http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/25-Febbraio-2011/art21.php3


Les USA réservent à Kadhafi le sort de Saddam Hussein.

Les Etats-Unis tenteront sans doute d'éliminer Mouammar Kadhafi ou de le capturer, a supposé mardi le colonel Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue Défense Nationale.
"Les Etats-Unis réservent de toute évidence à Mouammar Kadhafi le sort de Saddam Hussein. Le guide de la révolution libyenne serait soit liquidé par une frappe aérienne soit capturé pour être condamné à mort par les nouvelles autorités libyennes avec l'accord tacite de Washington", a déclaré l'expert dans une interview à RIA Novosti.
Selon M.Korotchenko, les Américains peuvent aussi imposer un blocus total de la côte libyenne et utiliser des missiles de croisière Tomahawk pour frapper la résidence de Kadhafi, les postes de commandement et l'état-major des forces armées de Libye, paralysant la direction militaire et l'administration de l'Etat.
"C'est justement pour cela que les Etats-Unis regroupent à présent leurs forces et moyens dans la région et que deux porte-avions américains ont mis le cap sur les côtes libyennes", a-t-il fait remarquer.
Dans le même temps, l'expert a exclu une opération terrestre du Pentagone contre la Libye.
"Au stade actuel, cela est très peu probable", conclut M.Korotchenko.

 01/03/2011

 

http://fr.rian.ru/world/20110301/188747262.html



2 Tiré à part :

UN NON SANS EQUIVOQUE A TOUTE INTERVENTION DE L’OTAN EN LIBYE !

COMMUNIQUE DU COMITE  SURVEILLANCE  OTAN

Les révoltes des populations  embrasent tout le sud de la Méditerranée sur des milliers et des milliers de kilomètres, pour exiger la justice sociale, des droits démocratiques.  Mais il s’y mêle aussi les révolutions de palais, les coups de force entre différents clans locaux, encouragés ou même fomentés  par les Etats-Unis et certaines puissances européennes. 

Mais les populations veulent aussi le partage des richesses de leurs pays et  la souveraineté et l’indépendance politique contre leurs anciens et nouveaux colonisateurs. C’est cela qui fait le plus peur au sein de l’Alliance Atlantique et surtout parmi ses plus puissants membres, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Allemagne. Cette peur commune est encore plus grande que les disputes et les concurrences économiques entre eux. 

L’Otan offre ses services militaires et n’attend plus qu’un mandat de l’ONU. Les navires de guerre américains dans la Méditerranée se rapprochent de la Libye et Hilary Clinton ordonne à Kadhaffi de dégager. On ne peut que s’inquiéter  de cette exigence, qui n’avait pas du tout la même énergie en Egypte ou en Tunisie. Les dirigeants occidentaux clament leur indignation devant la répression en Libye, mais ils n’ont pas fini de mener ou de soutenir une guerre de conquête atroce en Irak qui se solde sans doute par un million de mort et 4 millions de réfugiés. Les discours main sur le coeur sur les valeurs et les droits de l'homme sont aujourd'hui comme hier le masque de la défense cynique des intérêts économiques concrets.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU vient de voter une série de sanctions contre la Libye et le « clan » Khadaffi, mais la résolution  laisse aussi la porte ouverte à une intervention militaire. Ban Ki Moon a prévenu : « les mesures prises aujourd’hui sont sévères et, dans les jours à venir, si les choses ne changent pas, des mesures encore plus audacieuses pourront être prises ».

D’autre part, l'insistance avec laquelle le mot de "génocide" est relayé hors propos, quelle que soit la réalité ou l'ampleur de la répression et des combats inter-factions, en dit long sur la volonté de manipulation de l'opinion publique.

L'Otan serait "tout naturellement" en première ligne d'une telle intervention : La situation en Libye n’est-elle pas présentée comme un exemple  de menaces auxquelles l’Otan est amenée à réagir : « grave crise humanitaire », « danger pour la sécurité d’approvisionnement énergétique », soit le contenu-type des menaces décrites dans le nouveau Concept Stratégique de l'Otan que la Belgique vient de cosigner au dernier Sommet de Lisbonne.

Ces interventions armées ne sont pas de nature à régler le moindre problème humanitaire, et ce n'est en aucune façon leur but réel. Le mouvement pour la Paix en Belgique doit en être  conscient. La guerre de l’Otan contre la Yougoslavie n’a réglé aucun problème, a causé des milliers de morts supplémentaires, et a conduit à inventer un nouvel Etat, le Kosovo, immense base militaire américaine. La guerre en Afghanistan dans laquelle s'est graduellement enfoncée l'Otan a ajouté aux désastres, à la misère, aux morts et à des coûts incommensurables. La guerre et l’occupation de l’Irak continue avec la participation de l’Otan et il y a chaque mois plus de morts là-bas que dans tous les récents affrontements en Libye !

Il faut dire NON clairement et catégoriquement à toute intervention militaire de l’Otan, et dire NON à toute participation belge, qu’elle soit directement militaire ou sous la couverture humanitaire !

Le Comité Surveillance Otan   



3 Point de vue des pays Arabes & voisins

Iran

Mise en garde. 

L'Iran a mis en garde mercredi contre une intervention militaire occidentale en Libye et toute tentative de transformer ce pays en base militaire. "Les violences inhumaines" du pouvoir du colonel Kadhafi contre "le mouvement populaire" en Libye "ne doivent pas servir d'excuses pour une interférence militaire d'autres pays", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast. "Ils (les Occidentaux) ne doivent pas tenter de transformer les autres pays en bases militaires"

04/03/2011

 http://polymedia.skynetblogs.be/



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

4-1 "Toute guerre est basée sur le mensonge".

"En temps de guerre, la première victime est la vérité". Sun Tzu, l’Art de la Guerre

Les informations sur l’aviation libyenne bombardant son propre peuple ont rapidement fait le tour du monde. Cependant, les chefs militaires Russes disent qu’ils ont exercé une surveillance depuis l’espace et les images contredisent ces dires.

Selon Al Jazeera et la BBC, le 22 février le gouverment libyen a ordonné des frappes aériennes sur la ville de Benghazi - la plus grande ville du pays - et sur la capitale Tripoli. Cependant, l’armée Russe, qui surveille par satellite les troubles depuis leur commencement, déclare qu’il n’y a eu rien de tel.

A ce stade, l’armée Russe dit que, en ce qui les concerne, les attaques signalées par certains médias n’ont jamais eu lieu. Les mêmes sources indiquent que les militaires russes surveillent la situation autour des puits de pétrole libyens.

traduction le grand soir pour votre plus grand plaisir

http://tv.globalresearch.ca/2011/03...


4-2 Mensonges massifs pour justifier une intervention militaire occidentale.

L’on aurait, paraît-il, tout récemment découvert une prison souterraine à Benghazi. Prison où les gens étaient soit-disant torturés.

Problème : Benghazi a été "libérée" par les insurgés il y a plus d’une semaine grâce au retournement de la police et de l’armée. Donc cette prison, si elle existait vraiment, aurait été "découverte" immédiatement après la "libération" de la ville. En effet, les policiers et militaires passés dans le camp de la rébellion auraient immédiatement dénoncé cette prison. Le simple fait que ce ne fut pas le cas est une preuve absolue qu’il s’agit d’un mensonge.

En plus l’on ose nous dire que de telles prisons existent un peu partout en Libye et que des milliers de gens sont en train de mourir sous terre.

C’est le mensonge de destruction massive inventé par l’impérialisme américano-sioniste pour justifier l’invasion de la Libye.

D’ailleurs, pourquoi les Américains, qui rêvent d’intervenir militairement en Libye, n’ont-ils pas même envisagé d’intervenir en Tunisie ni en Égypte ? Parce qu’en réalité, Ben Ali et Moubarak étaient au service de l’impérialisme américano-sioniste, contrairement à Kadhafi.

 (vidéo-preuve 1’19’’mardi 1er mars 2011,)

Visionner la vidéo sur le lien de l’article : http://mai68.org:80/spip/spip.php?article2352

Enregistré sur BFM le 1° mars 2011 à 3h46.


5 Dossier

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

5-1 Serge Charbonneau : Libye : Une autre guerre juste ?

Réflexions sur une «catastrophe annoncée»

Après avoir été magnifiquement conditionné: Une autre guerre juste

Applaudissons le massacre à venir !

Dans mon article précédent, je disais:   

« Nous avons eu le coup des Armes de destruction massive. Les gens ont déjà oublié qu’on leur a menti pour attiser leur peur et leur haine permettant le cautionnement de l’invasion illégale et assassine de l’Irak. Aujourd’hui le mensonge des Armes de destruction massive ayant été servi pour diaboliser et renverser Saddam Hussein se trouve à prendre la deuxième position. Un scénario mené de main de maître par la « communauté médiatique » assisté, bien sûr, par la communauté politique et diplomatique de la droite internationale nous est servi. »  

Un lavage de cerveau phénoménal. L'arme médiatique dans toute son efficacité. Aujourd'hui, nous avons le coup des attaques sanguinaires contre des populations manifestant pacifiquement.  Tout est mis en place pour attiser notre haine permettant le cautionnement de l’invasion illégale et assassine de la Libye. Jamais nous n'avons assisté à une telle orchestration de tous les moyens «convaincants».  Tout est mis à profit pour faire approuver la guerre d'invasion qui se fera sous les applaudissements de nos cerveaux lessivés. L'arme médiatique;  avec cette armée de journalistes ayant oublié leur métier. L'arme politico-diplomatique;  déclaration de présidents de l'axe du bien et de «la démocratie-par-les-armes» avec l'aide de l'ONU instrumentalisé. L'arme militaire; jusqu'au brave Canada de Harper, cet être épris de justice et de démocratie qui met toujours tout en branle pour sauver les Êtres Humains. L'arme judiciaire;   la CPI parle d'enquête avant de nous livrer sa condamnation déjà connue de tous. ( La CPI a-t-elle été aussi prompte avec les massacres du Liban ou de Gaza?)  

La Libye subit présentement une guerre afin de parvenir à renverser son gouvernement qui représente un grand danger pour le monde néolibéral dans lequel nous vivons. Le fantastique éveil des populations fait trembler l'empire.  Un régime socialiste dans la région s'avère être une menace considérable.  Si les populations du Maghreb prennent pour exemple le nationalisme libyen, les prédateurs économiques mondiaux ainsi que ceux qui aiment voir le monde fonctionner à leur façon verront leur pouvoir ébranlé. C'est pourquoi une guerre s'impose dans cette région.  

De plus, le pétrole libyen n'est pas négligeable.  Depuis trop longtemps déjà, les pétrolières le voient couler sans en tirer profit.  On cherche depuis des années à corriger cette anomalie mondiale.Après avoir été conditionnés à accepter l'inévitable (sic), par un spectaculaire lavage de cerveau, nous sommes maintenant prêts à accepter (sic) cette nouvelle guerre d'invasion.  Une guerre pour le bien ayant pour fabuleux prétexte de déloger un des plus grands sanguinaires de tous les temps.  

Mais cette caricature de Kadhafi qui meuble nos cervelles est-elle l'image de Kadhafi dans la tête des Libyens et des Arabes et même des Africains ? C'est là que nous risquons de frapper un « méchant mur ». Un mur sanglant. Une autre guerre, mes amis, comme si le Moyen-Orient ne suffisait pas.  Comme si la Côte d'Ivoire ne suffisait pas.  

La guerre toujours la guerre!  Ceux qui parlent de Paix paraissent être des personnes fourbes et mal intentionnées face à ce prix politique Nobel de la Paix (sic) qui dirige les manœuvres assassines.  

Voilà le scénario plus que possible: En premier, l'armée d'invasion US va probablement bombarder la télé et radio libyenne.  Les communications en temps de guerre sont toujours les premiers objectifs à contrôler. En second ce sera les centres de décisions. L'édifice où a été reçu Raymond St-Pierre va probablement être bombardé ainsi que tout autre édifice servant au gouvernement. On tentera de localiser Mouammar Kadhafi ainsi que les membres de sa famille pour les éliminer avec des missiles chirurgicaux. Ensuite pour venir à bout de la population on effectuera un carnage à Tripoli. Combien de morts dans ce petit pays ?Cent, deux cent, cinq cent mille ? Qui sait ? En tout cas, il y en aura des centaines de milliers, c'est assuré. Vous persistez à demander le massacre où vous emboîtez le pas à ceux qui cherchent une solution pacifique et le respect du désir des Libyens et des Libyennes ?

Que font les navires de guerre US et canadien, français en Libye ? De l'humanitaire ? On a besoin de canons et de missiles pour de «l'humanitaire» ?On va tuer de façon «humanitaire» ?

Regardons la situation en face. Dommage qu'ici nous n'ayons pas l'odeur du cadavre déchiqueté. Il faut, s'il vous plaît, analyser à fond l'information. Il faut, s'il vous plait, analyser un peu au lieu de conclure comme nous l'impose la propagande médiatique. Il y a du sang qui coule et ce n'est pas uniquement celui que l'on désigne comme étant le "sanguinaire" qui en est responsable.

Tout pays qui est attaqué se défend.

Pensez à ce qui serait arrivé ici si le FLQ avait distribué des armes à la population et aurait incité celle-ci à la violence. Qu'aurait fait le gouvernement canadien ? Qu'a-t-il fait avec sa loi des mesures de guerre (toujours valide si on en a besoin)? Qu'a-t-il fait à la population qui contestait à Toronto? Les gouvernements, même le nôtre, se défendent, même contre des gens désarmés qui semblent le menacer comme ici à Toronto.  

En Libye, ce ne sont pas des manifestants qui prennent les villes.  Ce sont des groupes bien armés et bien organisés.  C'est la guerre et on favorise la guerre, peu importe le nombre de morts à venir.  On veut renverser le gouvernement Kadhafi.  

La rumeur a dit que l'armée libyenne avait tiré sur la foule avec des avions de chasse.  Il est inconcevable qu'on gouvernement, qu'un régime fasse une telle chose.  Aucun imbécile n'ordonnerait une telle chose sans être conscient que c'est signer sa chute.  Qui donc a tiré sur la foule, au tout début pour bien aiguiller dès le départ notre jugement ? Qui on ne le saura jamais. 

La rumeur dit que c'est le fou sanguinaire de Kadhafi. Kadhafi en 42 ans, bien d'extrêmement extravagant et avec un penchant notable à la mégalomanie, n'a jamais démontré un manque d'intelligence.  Kadhafi n'est pas un fou.  Kadhafi en 42 ans n'a jamais commis d'acte "sanguinaire".  On lui attribue certains attentats terroristes, mais l'attribution des attentats est une stratégie connue depuis des années.  On oublie de chercher à qui paie le crime. Ce crime a-t-il été payant pour Kadhafi ?   J'en doute. Kadhafi n'est pas un fou et ça me surprendrait qu'un sanguinaire cache ainsi son jeu pendant 42 ans. 

Il faut mettre de côté les jugements clef en main qui sont imposés par la propagande médiatique haineuse qui nous ferme les yeux.  Il faut s'efforcer de voir le massacre en cours.  Voir les assassinats ciblés, voir les enjeux, voir l'hypocrisie. Il faut faire une distinction entre la rumeur et l'information véritable.  

On parle de mercenaires à la solde de Kadhafi. Kadhafi n'aurait aucun partisan dans son propre pays. L'armée libyenne ne serait composée que de mercenaires étrangers. Voyons, il faut analyser un peu plus la réalité en mettant de côté notre extrême sensibilité maintenue à son paroxysme par cette propagande médiatique d'envergure.  

J'ai lu sur des commentaires quelqu'un disant: « C'est quand même incroyable que l'armée de Kadhafi soient pour la plupart des mercenaires étrangers. Kadhafi est coupable de trahison envers son propre peuple! » C'est incroyable les absurdités qui peuvent devenir comme des vérités. Kadhafi aurait une armée composée d'étrangers et non de Libyens !!! Vous rendez-vous compte ? Heureusement, la réalité est plus forte que la virtualité.

Ce qui me rassure c'est que la réalité est comme de la mauvaise herbe.  On croit l'avoir éliminé qu'elle repousse aussitôt. Malheureusement, on réussit toujours à éliminer la réalité le temps requis pour commettre les méfaits.  Nous assisterons, encore une fois, impuissant à un nouveau massacre, cette fois-ci en Afrique, là où la population s'éveillait un peu trop. 
Je crois qu'il y aura beaucoup de sang qui va couler au Maghreb et probablement dans toute l'Afrique.  La «communauté internationale»  craint énormément que l'Afrique devienne une autre Amérique latine. Un carnage immonde en perspective.  Une autre guerre sanglante servant à contrôler l'énergie et les territoires.  Voilà où vont nos impôts.

Serge Charbonneau

Mondialisation.ca,

Le 3 mars 2011


Les commentaires sont fermés.