Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/06/2011

n°21 - Journal de Libye - 21-05 au 01-06 : Début : La Résolution 1973 et l’intervention en Libye sont-elles légales ?


n°21 - Journal de Libye - 21-05 au 01-06  : Début  : La Résolution 1973 et l’intervention en Libye sont-elles légales ?


Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Libye

                          n°21                                       21-05 au 01-06        

C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal de Libye" est  visible 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm


Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Tiré à part

 

Rogozine : L'Otan ne cherche qu'à renverser Kadhafi.

Les attaques de l'Otan en Libye ne sont pas des victoires.  

Hans Köchler : La Résolution 1973 et l’intervention en Libye sont-elles légales ?

Ikram GHIOUA : L’art de recycler le colonialisme .  

Suite

Jean-Paul Pougala : Un Africain dénonce les mensonges de la guerre contre la Libye

Régis Soubrouillard : Après la guerre, gagner la paix.

Plainte contre Sarkozy pour crimes contre l'humanité en Libye?

1 Libye

Politique Libyenne 

Fin

 Pays Arabes & voisins

Union Africaine

3 Les alliés (contre la Libye)

4 Les observateurs  

 

 



Tiré à part :

Rogozine : L'Otan ne cherche qu'à renverser Kadhafi.

24 mai -

L'opération de l'Otan en Libye se résume à la seule tentative de renverser le régime de Mouammar Kadhafi, a déclaré mardi à la chaîne Rossia 24 le représentant permanent de la Russie auprès de l'Alliance, Dmitri Rogozine.

"Ces actions [celles de l'Otan] n'ont pas pour but d'appliquer les résolutions de l'Onu, mais de renverser le régime de Kadhafi, ce qui va à l'encontre des décisions du Conseil de sécurité des Nations unies", a-t-il affirmé, soulignant qu'un "entretien très difficile aurait visiblement lieu" mercredi, lors de la réunion du Conseil Russie-Otan au niveau des ambassadeurs.

24 mai - RIA Novosti

 

Les attaques de l'Otan en Libye ne sont pas des victoires.  

La suprématie en matière d'équipements militaires chez des puissances, y compris celles détenant les hautes technologies de défense, ne garantit pas systématiquement la victoire dans une guerre. L'usage des avions intelligents et des drones permet juste d'affaiblir l'adversaire, a tenu à souligner hier à Alger Omar Belbèche, spécialiste en électronique de défense, lors d'une conférence animée au quotidien Echaâb.
L'invité du quotidien Echâab, d'origine algérienne et employé dans l'un des plus grands producteurs européens de systèmes militaires de défense dont il n'a pas voulu divulguer le nom pour des raisons de confidentialité, a présenté les nouvelles technologie de guerre, notamment les systèmes électroniques dont sont équipés les avions et autres moyens de combat.
Selon cet expert, les armées de terre sont toujours indispensables pour faire face à l'ennemi, même en étant confrontées à une puissance disposant d’avions de dernière génération. Les guerres de libération algérienne et vietnamienne sont des exemples qui collent à cette réalité.
Malgré la suprématie des forces de l'Otan, les militaires algériens et vietnamiens n'ont pas été vaincus, démontrant que la seule arme redoutable demeurera à jamais celle de l'homme.
Cette expérience est vécue aujourd'hui en Libye, où les forces libyennes font face à une armée internationale équipée des dernières technologies.
«L'armée de terre est irremplaçable. Les attaques ciblées menées actuellement par l'Otan sont considérées comme des actions dites chirurgicales visant à détruire des pistes, des avions et des moyens de communications. Dans le domaine militaire, le recours à ce type d'attaque permet juste d'affaiblir l'adversaire. Mais la vraie guerre est celle menée sur le terrain par des troupes au sol», a-t-il expliqué.
Sur ce plan, les forces de l'Otan ne peuvent pas crier victoire en Libye, selon le conférencier, qui ajoute «qu'on ignore à présent les conséquences humaines et matérielles de la guerre en Libye».
L'autre cas qui illustre la limite des équipements militaires sophistiqués, la guerre en Afghanistan, où les troupes de l'ex-Union Soviétique n'ont pas pu faire face aux afghans au même titre que les soldats de 42 pays regroupés sous la bannière de l'OTAN déployés depuis 2001 dans cette région.
«Personne n'est capable aujourd'hui d'estimer les pertes enregistrées par les forces dites internationales en Afghanistan. Les conséquences peuvent être parfois plus graves que les résultats obtenus», a relevé cet expert européen. Installé depuis 43 ans en France,
Omar Belbèche a présenté lors de sa conférence les derniers équipements militaires fabriqués par certains pays de l'Occident, les avions dotés de technologies pouvant détecter des cibles à une distance de 18 000 kilomètres et 10 000 mètres d'altitude grâce à des caméras et appareils qui résistent à des températures inférieures à 30°. Des chars et véhicules blindés sont aussi capables de reconnaître une cible à une distance de 60 kilomètres avec des systèmes de laser et thermiques.
A 20 000 mètres d'altitude, des avions peuvent reconnaître une cible même à l'intérieur d'une maison ou d'une voiture. Ce type d'équipement dit de reconnaissance et d'attaque peut être appliqué aux chasseurs français, américains ou russes.
Grâce à cette technologie, les avions peuvent reconnaître une cible à l'intérieur d'un bunker même s'il est construit avec des murs de 2 mètres d'épaisseur en béton, a tenu à signaler ce chercheur en armement.
Farouk B

25/05 

 http://www.letempsdz.com//content/view/57939/145/


Hans Köchler : La Résolution 1973 et l’intervention en Libye sont-elles légales ?

Il est d’usage de considérer les résolutions du Conseil de sécurité comme sources de droit. Encore faut-il qu’elles se conforment aux principes de la Charte des Nations-Unies. Ce n’est manifestement pas le cas de la résolution 1973 autorisant l’intervention des volontaires de l’OTAN en Libye. 
Le 17 mars 2011, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une Résolution dans le but de protéger la population civile dans le conflit interne à la Jamahiriya arabe libyenne. Bien que l’article 27-3 de la Charte des Nations Unies exige l’accord de tous les ­membres permanents pour toutes les décisions qui ne relèvent pas des questions de procédure, la décision adoptée sans le consentement de la Chine et de la Russie est considérée comme légalement valide puisqu’il est devenu coutumier parmi les membres des Nations Unies de considérer l’abstention comme un consentement.

 

Pour répondre aux exigences de l’ar­ticle 39 de la Charte en ce qui concerne l’imposition de mesures coercitives, dont l’usage de la force, le Conseil a établi que la « situation » de conflit interne à la Libye constituait une menace pour la paix et la sécurité internationales. En violation des dispositions des articles 42 et suivants de la Charte relatifs à la mise en application collective de résolutions par le Conseil lui-même, les para­graphes opérationnels 4 et 8 de la Résolution autorisent tous les Etats membres à prendre au besoin, individuellement ou dans le cadre d’organismes ou d’arrangements régionaux, toutes mesures nécessaires pour protéger la population et faire respecter l’interdiction de tous vols dans l’espace aérien de la Jamahiriya arabe libyenne.

 

Il est évident que la délégation de pouvoirs quasi illimités aux parties et groupes régionaux intéressés, qui est devenue habituelle depuis les Résolutions de 1990/1991 sur la Guerre du Golfe, est incompatible non seulement avec la Charte des Nations Unies mais aussi avec le droit international. Bien que les dispositions des articles 43 et suivants de la Charte concernant la mise à la disposition du Conseil de sécurité de forces armées et de contingents de forces aériennes nationales soient restées lettre morte et que le Comité d’état-major ne soit jamais devenu opéra­tionnel, le Conseil de sécurité ne peut en aucun cas autoriser l’usage de la force dont l’ampleur et la forme sont uniquement à la discrétion des parties qui s’offrent pour intervenir au nom de l’ONU. Les procédures évoquées dans les paragraphes opérationnels de la Résolution 1973 et leur application par les parties intéressées, dont l’OTAN, sont contraires à la doctrine de sécurité collective qui constitue la base des dispositions du chapitre VII de la Charte des Nations Unies sur plusieurs points importants :

 

1. La notion de « toutes mesures nécessaires » que les Etats ­membres intéressés sont invités à prendre pour « protéger les populations civiles » (§ 4) et « faire respecter l’interdiction de vol » (§ 8) est vague ; elle n’a pas été définie. Dans un contexte de politique internationale hégémonique, les termes imprécis sont inévitablement interprétés en fonction des intérêts particuliers des parties intervenantes et ils ne peuvent par conséquent jamais constituer la base d’actions légalement justifiées. Ces termes ont souvent été utilisés comme prétexte à un usage pratiquement illimité de la force.

 

2. L’absence de définition précise de l’expression « toutes mesures nécessaires » empêche d’entrée de jeu d’affirmer la compatibilité des mesures adoptées avec les buts affirmés dans la Résolution. En réalité, cela autorise les Etats et les groupes d’Etats intéressés ainsi que leurs dirigeants politiques et militaires à agir en dehors de tout contrôle et dans une totale impunité.

 

3. « Autoriser » les Etats à prendre « toutes mesures nécessaires » pour appliquer une Résolution légalement contraignante est une invitation à exercer un pouvoir arbitraire et arrogant et prive de tout sens les obligations de l’ONU envers le droit international. Le fait que le Conseil de sécurité, en utilisant l’expression « toutes mesures nécessaires », ait adopté auparavant la même approche, c’est-à-dire dans la Résolution 678 (de 1990), qui portait sur la situation entre l’Irak et le Koweït, ne justifie pas l’action actuelle dans le conflit interne à la Libye.

 

4. L’interprétation de l’expression « toutes mesures nécessaires » par deux membres importants du gouvernement britannique peu après l’adoption de la Résolution est une preuve des problèmes suscités par l’emploi de termes non définis et en particulier des abus de pouvoir qu’il invite à commettre. Les ministres de la Défense et des Affaires étrangères ont tous les deux explicitement exclu le fait de tuer le dirigeant libyen des mesures « ­possibles » autorisées par la Résolution. Bien qu’ils n’aient pas repris cette idée dans des déclarations ultérieures et que le Premier ministre britannique n’ait pas adhéré à cette interprétation de « ­toutes me­sures nécessaires », la boîte de Pandore est maintenant ouverte.

 

5. Le Premier ministre de la Fédération de Russie a très justement qualifié la Résolution de « défectueuse » et d’« imparfaite » dans la mesure où elle permet « n’importe quoi » et ressemble à un « appel médiéval à la croisade ». Bien que ce jugement puisse paraître choquant aux gardiens attitrés de l’humanité et représentants de la « communauté internationale », la procédure par laquelle les dirigeants d’un pays sont déclarés hors-la-loi internationaux et chaque Etat ou groupe régional est invité à se joindre au combat comme il l’entend ressemble effectivement à l’esprit des croisades. Or les déclarations de guerre médiévales n’ont rien à faire en droit international moderne. La justice expéditive et la mêlée générale humanitaire sont des éléments anarchiques qui appartiennent au système prémoderne des puissances impériales qui existait avant l’abrogation du jus ad bellum.

 

6. Dans le cadre des mesures d’application du chapitre VII de la Charte des Nations Unies, qui comprennent l’usage de la force, l’expression « toutes mesures nécessaires » invite effectivement les membres autoproclamés d’une « coalition de volontaires » à agir de manière unilatérale. C’est quelque chose qui non seulement subvertit mais pervertit la logique de sécurité collective des Nations Unies au service d’une politique impérialiste masquée derrière des motifs humanitaires comme ceux proclamés à l’aide du slogan « responsabilité de protéger » (qui désigne un ensemble de principes adoptés en 2005 par l’Assemblée générale des Nations Unies) qui semble avoir remplacé celui, antérieur, d’« intervention humanitaire ».

 

7. L’interdiction stipulée à l’article 4-2 de la Charte aura perdu tout son sens si, au moyen d’une Résolution en rapport avec le chapitre VII, tout Etat membre peut réellement recourir à la force pour poursuivre un but abstrait de manière unilatérale et sans aucun contrôle.

 

8. L’objectif déclaré de « protection des populations civiles » a été appliqué par les Etats membres intéressés, avant tout par les anciennes puissances coloniales d’Afrique du Nord, en collaboration avec les Etats-Unis, de telle manière qu’il a fait encore davantage de victimes parmi les civils innocents.

 

9. Contrairement à l’objet du chapitre VII de la Charte, l’application de la Résolution 1973 par les parties intéressées a augmenté la menace à l’endroit de la sécurité internationale au lieu de la réduire. Ce qui était essentiellement un conflit interne résultant d’un soulèvement armé est devenu un conflit international. En intervenant dans un conflit interne aux côtés d’une seule partie, les Etats qui se sont chargés d’appliquer la Résolution, individuellement et au travers de l’OTAN, ont attisé le conflit et provoqué une situation qui pourrait conduire à une désintégration de la Libye, avec la perspective d’une instabilité à long terme dans toute la région nord-africaine et méditerranéenne.

 

10. La participation de l’OTAN en tant que coordinatrice de l’application de l’interdiction de vol et, finalement, de ­toutes les opérations militaires en Libye, a encore compliqué la dimension internationale du conflit. L’OTAN est un pacte de défense mutuelle d’Etats européens ainsi que de la Turquie et des Etats-Unis. Même sous couvert de « gestion des crises » et de nobles motifs humanitaires, les opérations d’agression en Afrique du Nord – en dehors de la zone du Traité – continuent d’être une menace pour la paix et la sécurité. La participation de l’OTAN en tant qu’organisation régionale, bien qu’elle ne représente pas la région nord-africaine, témoigne également des dangers que constitue la formule d’autorisation générale de la Résolution 1973. Il est certain que l’OTAN représente un éventail d’intérêts totalement différents de ceux de la région concernée. Au vu de sa composition et de ses objectifs politiques, l’OTAN n’a absolument pas à agir en tant qu’exécutant exclusif des Résolutions du Conseil de sécurité en rapport avec le chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

 

11. En décidant de « protéger les populations civiles » en Libye alors qu’il ne l’a pas fait dans des situations comparables au Bahreïn et au Yémen, le Conseil de sécurité a manifestement choisi une politique de deux poids deux mesures qui semble déterminée par les intérêts stratégiques et économiques des pays participants.

 

12. Avec une extrême hypocrisie, les pays participants dissimulent leurs intérêts évidents derrière l’objectif humanitaire affirmé dans la Résolution 1973. Sous couvert de « responsabilité de protéger » invoquée par le Secrétaire général des Nations Unies comme justification de la Résolution, un usage vraiment unilatéral de la force a été décidé qui équivaut à des mesures militaires qui, en tant qu’acte de guerre aux côtés d’une seule des parties à un conflit interne, dépassent considérablement l’objectif affirmé et sont appliquées dans une totale impunité et sans contrôle suffisant. Avec son expression « ­toutes mesures nécessaires » figurant dans la Résolution 678 (de 1990), le Conseil de sécurité s’est mué en simple spectateur. A cause de la disposition de l’article 27-3 de la Charte des Nations Unies concernant les votes, l’autorisation ne peut pas être annulée sans l’approbation des membres permanents qui ont réussi à l’introduire dans la Résolution.

 

13. Il faut rappeler que le paragraphe opérationnel no 6 de la Résolution 1970 (de 2011) par laquelle le Conseil de sécurité a soumis la situation en Libye à la Cour pénale internationale (CPI) fournit une sorte d’« immunité préventive » à tous les responsables et exécutants qui interviennent militairement en Libye – pays qui n’est pas partie aux Statuts de Rome – dans la mesure où leurs ressortissants, en dépit de la décision de l’article 13-b des Statuts, ne seront pas assujettis à la juridiction de la CPI. Cette approche qui revient à amender des Statuts en ce qui concerne sa juridiction territoriale, procédure à laquelle le Conseil de sécurité n’est pas habilité, révèle à nouveau la prédominance des considérations politiques sur celles de justice et de droits humains.

 

14. En lien avec la tendance du Conseil de sécurité, depuis la fin de la guerre froide, à s’arroger des pouvoirs que la Charte ne lui donne pas et à élargir son mandat en tant qu’« administrateur de la justice », la Résolution 1973 semble avoir encore étendu la portée de l’action sur la base du ­chapitre VII de la Charte au point d’inclure la protection des populations civiles dans des situations de conflit interne. Cependant, si le Conseil de sécurité aspire à appliquer le droit et à arbitrer les conflits internes, il devra respecter les prin­cipes fondamentaux du droit, et avant tout l’interdiction de l’arbitraire dans l’application de la loi. Tant qu’il encouragera des Etats membres à agir selon leur bon vouloir, les autorisant à servir leurs intérêts nationaux au prétexte d’agir au nom des Nations Unies, les pratiques du Conseil de sécurité représenteront une menace pour la paix et la sécurité internationales.

 

15. Etant donné les contradictions résultant de l’autorisation d’appliquer « toutes mesures nécessaires » contenue dans les Résolutions du Conseil de sécurité en rapport avec le chapitre VII de la Charte des Nations Unies, contradictions qui mettent en cause la légitimité de l’ONU en tant qu’agent de sécurité collective, les Etats membres de l’Assemblée générale des Nations Unies devraient envisager de solliciter un avis consultatif de la Cour internationale de justice conformément à l’article 96-1 de la Charte.

Hans Köchler
Professeur de philosophie, président de l’International Progress Organization.
Source : Horizons et débats (Suisse)
http://www.voltairenet.org/article170113.html


Ikram GHIOUA : L’art de recycler le colonialisme .  

 Des chefs d’Etat qui souriaient sur le perron de l’Elysée deviennent de sombres dictateurs, et des terroristes mutent en héroïques insurgés: tout se fabrique par l’image.
Avec la grande complicité de certaines monarchies du Golfe, les Occidentaux semblent bien déterminés à «liquider» El Gueddafi. Cela évidemment, pour le remplacer par un dirigeant plus docile qui placerait la Libye et ses richesses pétrolières au service exclusif des Occidentaux. Dans une contribution récente consacrée à ce sujet brûlant, Mokhtar Sakhri, spécialiste des questions arabes et journaliste auteur de nombreux ouvrages, tente de percer les secrets de la stratégie occidentale vis-à-vis du cas libyen. «La guerre de Libye n’est pas la guerre d’Espagne. Et les insurgés, barbus et armés de mitrailleurs, de lance-roquettes et de mortiers montés sur pick-up, ne sont pas des idéalistes rêvant de Liberté et de Démocratie.»
Ces concepts, qu’ils invoquent devant les caméras de télévision, ne les intéressent que dans la mesure où ils peuvent porter à l’instauration d’un Etat théocratique fondé sur la charia. Quant à la résolution 1973, elle n’est qu’une hypocrisie occidentale de plus. Prétendument votée pour protéger les civils, elle sert en fait les intérêts des ex-puissances coloniales qui utilisent l’Otan pour dicter leur volonté au peuple libyen par la terreur des «frappes aériennes». N’ayant pas, apparemment, tiré les conclusions des génocides afghan et irakien, ces puissances s’efforcent de se présenter sous les apparences de sauveurs de la démocratie. Cette même démocratie mise à mal et presque à genoux dans leur propre pays. Cela sous le poids des frasques débridées d’une classe politique sans idéaux, à l’image de la France dont la diplomatie se laisse manipuler par le gourou en chef du sionisme revu et corrigé, Bernard Henri Levy. Ce philosophe autoproclamé se rend à Benghazi on ne sait au nom de qui. En revanche, M.Levy n’a pas réagi lorsqu’il a appris qu’à la tête des insurgés libyens il y avait un certain Abdelkrim El Hassadi, ancien d’Afghanistan et actuellement émir de Derna, cette localité d’où partent quotidiennement des quantités d’armes et de munitions en direction du Ténéré.
«Ces drôles de révolutionnaires, apparemment surgis du néant, sont en fait pour la plupart, d’anciens opposants qui attendaient leur heure et le moment propice pour relancer la révolte islamique déclenchée dans les années 1990. En fait, il s’agit de salafistes, qui se sont affiliés entre-temps à Al Qaîda au Maghreb, et qui appartenaient à différents groupes tels que les Partisans d’Allah ou le Mouvement islamique des martyrs auxquels s’étaient joints des militaires insoumis», note avec une grande pertinence le journaliste Mokhtar Sakhri. Qui sont-ils, ces dirigeants du CNT auxquels la France accorde curieusement un crédit qui dépasse toutes les règles traditionnellement admises par les protocoles diplomatiques en vigueur? Par quel subterfuge l’Occident et à sa tête la France leur ont permis de s’emparer d’armes lourdes et de décréter l’état de guerre dans un pays qui n’était confronté ni à une crise sociale latente, ni à la famine? A quels desseins, Al Jazeera a-t-elle diffusé un reportage montrant des insurgés en train de rassembler des pièces hétéroclites en vue de les utiliser comme des armes artisanales? L’opinion publique arabe est-elle dupe à ce point pour croire que des rebelles sont réellement en manque d’armement face aux soldats d’El Gueddafi? A ce niveau de manipulation, il faut dire qu’Al Jazeera rejoint la position défendue par Sarkozy, Bernard Henri Levy et le Premier ministre britannique, David Cameron. Il importe peu si une dictature va s’emparer du pouvoir à Tripoli, l’essentiel est que les ressources du sous-sol libyen soient sous tutelle occidentale. «Ce n’est point ce que redoutent les têtes pensantes de la coalition occidentale qui ne songe quant à elle, qu’à renforcer un CNT et des insurgés qu’elle a pris sous son aile sans prendre en considération le fait que 2000 chefs de tribu libyens ont exprimé leur soutien à El Gueddafi.»
Ignorant et méprisant cette autre réalité, les gouvernants occidentaux, relayés par certains médias auxquels Al Jazeera donne le «la», désirent visiblement la punir en la jetant en pâture «à quelque 3000 rebelles armés et qui refusent obstinément de prendre en compte la solution pacifique proposée par l’Union africaine», souligne l’auteur cité dans cet article. Une donne qui semble échapper pour le moment à certains stratèges: et si les partisans d’El Gueddafi, et ils se comptent par centaines de milliers, prennent les armes et décident d’en finir avec les émirs de Derna et de Benghazi? C’est un véritable génocide qui s’annonce en perspective. Les Occidentaux se chargeront de trouver le responsable qu’ils pourchasseront jusqu’à ce qu’il soit capturé et exposé et l’image de sa dépouille défilera en boucle sur la Al Jazeera qui aura bien sûr, l’exclusivité du scoop.
Ikram GHIOUA

30/05/2011

http://www.lexpressiondz.com/article/2/2011-05-30/89882.html

Les commentaires sont fermés.