Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/06/2011

n° 88- - Journal des Guerres de l'Otan. - 03-06 – Début - Les USA fournissent aux alliés les bombes pour la guerre en Libye


 n° 88- - Journal des Guerres de l'Otan.   - 03-06 – Début -   Les USA fournissent aux alliés les bombes pour la guerre en Libye



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



 Journal des Guerres de l'Otan.  

n° 88- 03-06

            C.De Broeder & M.Lemaire     



Le " Journal des Guerres de l'Otan " est  visible :

a)   sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Robert Bibeau :  http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

c) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

Le " Journal des Guerres de l'Otan " est  visible :

a)   sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Robert Bibeau :  http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

c) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

 

e) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire.

Tiré à part 

Dommages Collatéraux...

Les rebelles libyens accusent l'OTAN d'avoir frappé leurs troupes…

… au cœur des débats.

Francesca Pilla : Libye: De nombreux civils sont tués par les «raids humanitaires»

L'Otan rejette les critiques des insurgés.

Guerres de l'Otan

1 Politique 

Dans les coulisses 

Un Canadien commandera la mission de l'OTAN -- à la très grande honte du Canada…

Manlio Dinucci : Les USA fournissent aux alliés les bombes pour la guerre en Libye.

Fin

c) L’Otan dans le monde...

M. K. Bhadrakumar : La Russie et la Chine défient l’OTAN.

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos.

2-1 Baltec 1950-1990 : Stay Behind.

2-2 Emmanuel Amara : "1950-1990 : le scandale des armées secrètes de l’OTAN".

3 Brèves

3-1 Pluie d'obus humanitaires sur la Côte d'Ivoire et la Libye.

3-2 Mathilde Perrin : Union Européenne - OTAN: même combat....

3-3 Richard Werly : L’OTAN se tourne vers la Méditerranée.

4  Dossiers

4-1 Le collapsus de la diplomatie.

4-2 Robin Philpot : Libye: les bombes humanitaires et d'autres balivernes.

 



Tiré à part :

Dommages Collatéraux...

Les rebelles libyens accusent l'OTAN d'avoir frappé leurs troupes…

Les rebelles libyens ont affirmé jeudi avoir été victimes de frappes aériennes de l'OTAN, qui a, selon eux, bombardé leurs forces près de la ligne de front, dans la région de Brega (nord-est). Au moins deux insurgés ont été tués et 16 autres blessés, selon une source médicale.

 L'attaque, survenue jeudi à 30 km du port pétrolier stratégique de Brega, serait la deuxième frappe accidentelle de l'OTAN contre les rebelles en moins d'une semaine. Le commandant rebelle Ayman Abdul-Karim a précisé que les avions de l'OTAN ont frappé des chars et un convoi comprenant un bus qui transportait des combattants.

Selon un médecin de l'hôpital d'Ajdabiya, au moins deux rebelles ont été tués et 16 autres blessés dans l'attaque, dont certains souffrent de graves brûlures. Des rebelles ont de leur côté fait état de plusieurs dizaines de tués ou blessés.

Le toit des véhicules rebelles arborait des marques jaunes, sur les conseils de l'OTAN, pour permettre l'identification des forces de l'opposition, a précisé le commandant Abdul-Karim. Mais les insurgés utilisent des véhicules de l'armée libyenne, et, vu du ciel, leurs convois peuvent ainsi potentiellement ressembler à ceux des forces kadhafistes.

A Bruxelles, un responsable de l'OTAN a déclaré sous le couvert de l'anonymat que les affirmations des rebelles seraient examinées. Samedi, une frappe de l'OTAN avait dejà tué 13 rebelles dans l'est du pays. Un porte-parole de l'opposition libyenne avait évoqué un "accident malheureux".

L'action de l'OTAN suscite une frustration croissante chez les insurgés. Leurs commandants se sont plaints ces derniers jours que les frappes aériennes n'intervenaient pas assez rapidement et n'étaient pas assez précises pour leur donner un réel avantage sur les troupes de Kadhafi. L'OTAN explique que les pro-Kadhafi se mêlent aux civils pour contrarier les raids alliés. 

Alors que les rebelles comptent sur les gisements pétroliers sous leur contrôle pour financer l'achat d'armes et d'autres marchandises, un pétrolier d'une capacité d'un million de barils a quitté mercredi le port de Tobrouk (est), aux mains de l'opposition, pour Singapour.

Reste que des attaques contre les principaux champs pétroliers contrôlés par les rebelles ont paralysé la production. La Libye affirme que des avions britanniques ont bombardé les installations, mais l'OTAN a démenti, attribuant ces attaques aux forces de Kadhafi.

 AP, 7 avril

"On ne veut pas d'un règlement pacifique, on veut la guerre pour protéger les civils !" Mais c'est Chavez qui est fou... 

"Le toit des véhicules rebelles arborait des marques jaunes, sur les conseils de l'OTAN, pour permettre l'identification des forces de l'opposition..." Et tout le monde trouve cela normal.

Ces infos mettent bien en évidence l'hypocrisie extrême de la situation. La résolution des Nations-Unies c'est prétendument "pour protéger les civils", pas du tout a priori pour soutenir des rebelles armés (pas si mal armés que ça, ils ont - ou ils avaient du moins des chars) contre un gouvernement pas plus illégitime qu'eux en tout cas. La résolution n'exige pas du tout de permettre l'avancée des troupes rebelles en leur ouvrant la voie en pillonant les forces gouvernementales. La prise des villes où la population est majoritairement pro-Kadhafi se solderait probablement par un massacre sur lequel on ne voudra pas trop s'appesantir. Comme en Côte d'Ivoire.

La nature de cette "intervention" ne diffère pas beaucoup de l'agression contre l'Irak  ("contre Saddam" disait Bush, comme aujourd'hui c'est "contre Kadhafi"). La différence fondamentale, c'est le bel emballage humanitaire. Cela est suffisant pour faire fondre complètement l'immense mobilisation contre la guerre de 2003. Mettez en avant ''intervention contre les atrocités', "protection des civils" et les guerres coloniales des siècles passées seront à nouveau parfaitement au goût du jour 

 

… au cœur des débats.

Francesca Pilla : Libye: De nombreux civils sont tués par les «raids humanitaires»

Dans la nuit de mercredi à jeudi les raids aériens sur Tripoli ont causé la mort d'au moins 40 civils : le général canadien Charles Bouchard en est parfaitement au courant tandis qu'il se prépare à la conférence de presse de la base Jfc (Joint Force Allied , NdT) (1) à Bagnoli (Naples). C'est aussi aujourd'hui (jeudi 31 mars 2011, NdT) qu'arrive dans ses mains la direction unique de l'opération « Protecteur Unifié » qui passe sous commandement OTAN ; mais le militaire, qui a une longue arrière derrière lui, sait que le monde lui demandera des comptes sur les victimes, femmes et enfants (et hommes, NdT) ensevelis sous les décombres d'un immeuble écroulé. Et même si les bombardements étaient sous contrôle de la coalition des volontaires, conduite par USA, France et Grande-Bretagne, l'OTAN ne peut pas faire mine de rien. Mais cette fois, celui qui hausse le ton sur les dommages collatéraux des attaques aériennes qui devraient avoir un objectif « humanitaire », n'est pas un membre du régime Kadhafi, mais bien l'évêque de Tripoli, monseigneur Giovanni Martinelli : « Les raids dits humanitaires -a-t-il déclaré très tôt dans la matinée- ont fait des dizaines de victimes parmi les civils dans certains quartiers de Tripoli. J'ai recueilli divers témoignages de personnes dignes de foi à ce sujet. En particulier, dans le quartier de Buslim, à cause des bombardements, une habitation civile s'est écroulée en provoquant la mort d'au moins 40 personnes ».

Le général canadien Charles Bouchard

Bouchard arrive avec 15 minutes de retard dans une petite salle de conférence installée, d'après le commandement OTAN, à la hâte ces derniers jours. De Bruxelles aussi les media internationaux, en vidéoconférence, piaffent d'impatience et font pression pour savoir la vérité, mais les hauts gradés freinent des quatre fers : « Le général a très peu de temps et ne peut répondre qu'à 5 questions de Bruxelles, et 3 ici à Naples ». Tactique qui cache mal l'intention de concéder aussi peu d'informations que possible.

Bouchard parle d'abord de l'opération, explique que le passage de pouvoir s'est réalisé sans problèmes, qu'en quelques heures ont déjà été accomplies « plus de 90 actions » de bombardement, parce que l'Alliance peut compter sur « plus de cent avions de combat et de soutien et sur une douzaine entre bâtiments navals et sous-marins ». Le général souligne que l'objectif est celui de faire respecter l'embargo d'armes et la zone d'exclusion aérienne, et rappelle ainsi à plusieurs reprises, comme il l'avait fait mardi (29 mars 2011, NdT)) de cette même base militaire, que la mission de son commandement était de protéger la population civile. Les questions de la salle cependant lui rappellent les 40 morts, un journaliste américain (étasunien) lit les déclarations de Martinelli : « S'il est vrai que les bombardements semblent ciblés -a déclaré l'évêque de Tripoli- il est tout aussi vrai qu'en frappant des objectifs militaires, qui se trouvent au milieu de quartiers civils, on touche aussi la population ». « Nous mènerons une enquête dans la chaîne de commandement pour voir s'il y a des preuves, nous sommes en train d'enquêter sur ce qui s'est passé », est la réponse expéditive du général qui dit être au courant de l'épisode ; et que l'OTAN « est en train d'enquêter » pour vérifier si ses forces sur le terrain sont impliquées ou non. Puis Bouchard dont le visage ne trahit aucune émotion se disculpe à la Ponce Pilate : « Nous avons pris le commandement complet des opérations seulement à 6 heures du matin, heure Greenwich. Nous sommes en train de prendre tous les aspects au sérieux, mais l'opérativité totale de l'OTAN n'était pas encore activée au moment des faits ; nous vous informerons quand l'enquête sera terminée ».

En réalité, cette fois, qu'il y ait eu un massacre de civils est une chose assez claire pour tout le monde, il ne s'agit pas des cent personnes décédées, de la propagande, au début de l'attaque, du régime Kadhafi (à propos desquels l'auteur ne donne cependant aucune source certifiant la propagande, NdT), et arrivent après les 11 victimes de Tajoura et les 17 blessés de ces jours derniers à Dita, sur la route de Misurata, quand un autre hôpital a été touché (selon un reportage de Euronews)(sources à chercher, NdT) Mais à ce propos, même l'amiral Giampaolo Di Paola, président du comité militaire de l'OTAN, n'a pas voulu faire de commentaires, pratiquant la même attitude que Bouchard, de renvoi de la responsabilité sur d'autres : « L'OTAN n'a pris le total commandement des opérations qu'à 8 heures (locales ; remarquable marque d'indépendance par rapport au commandement étasunien -de protection- unifié(e)... NdT). Mais c'est un fait que jusqu'à présent les attaques contre les civils viennent du régime de Kadhafi ». De Naples enfin arrive aussi l'avertissement à Kadhafi et à ses soutiens : « Je conseille vivement aux assaillants de se désister et de se retirer immédiatement, sinon ils paieront les conséquences de leurs actions », dit le commandant de l'opération Protecteur Unifié, en partant à toute allure.

Francesca Pilla,

Il Manifesto, 1er avril 2011 

(Traduit de l'italien par Marie-Ange Patrizio)

 

L'Otan rejette les critiques des insurgés
Les insurgés libyens ont tort de critiquer l'opération militaire de la coalition occidentale en Libye, a déclaré mercredi le commandant-adjoint de l'Otan dans l'opération libyenne, l'amiral Russell Harding, selon les médias.

Les insurgés libyens ont mis en cause mardi l'efficacité des forces de l'Otan en Libye et menacé de porter plainte auprès du Conseil de sécurité de l'Onu contre l'insuffisance de l'aide militaire accordée par l'Alliance, qui provoquerait des pertes humaines.

"Je vous assure que nous veillons jour et nuit à ce qui se passe en Libye et adoptons des mesures pour protéger les populations civiles", a indiqué l'amiral britannique devant les journalistes, en affirmant que l'Alliance contrôlait la situation.

Les avions de l'Otan effectuent chaque jour des dizaines de vols, prenant pour cibles des sites militaires et des regroupements de blindés libyens, a-t-il rappelé, mais les troupes pro-Kadhafi restent opérationnelles envers et contre tout.

Le chef d'état-major des insurgés libyen Abdel Fattah Younes a indiqué auparavant que les forces de l'Otan agissaient très lentement, ce qui permettait aux troupes de Mouammar Kadhafi de prendre des villes.
Selon lui, les rebelles donnent à l'Otan toutes les coordonnées disponibles sur les mouvements des troupes loyalistes et les techniques qu'elles utilisent. Cependant, les décisions ne sont pas prises à temps.

6 avril –

RIA Novosti



Guerres de l'Otan

1 Politique 

Fogh Rasmussen

Rasmussen, guest star, du prochain Conseil des ministres de la Défense 

C’est devenu un fait habituel. Mais c’est désormais un fait institutionnel. Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l’OTAN, assistera à toute la réunion des ministres de la Défense de l’UE qui a lieu lundi (23 mai).

C’est une nouveauté. Jusqu’à présent, le secrétaire général de l’OTAN assistait à la réunion pour la partie « partenariats de l’UE » de la réunion. Or aucun point sur le partenariat OTAN-UE n’est à l’ordre du jour. Et pour cause. L’amélioration de la coopération entre les deux organisations, sur lequel A.F. Rasmussen a été mandaté, coté Otan – comme Lady Ashton l’a été coté UE – bute toujours sur la question, hautement politique, chypriote-turque. Et l’espoir d’un accord entre les deux pays est réduit. Et même de plus en plus réduit. « On note plutôt un raidissement sur cette question depuis (le sommet de) Lisbonne » remarque un haut diplomate européen.

La participation du secrétaire général de l’OTAN aux réunions des ministres de défense l’UE s’établit  désormais comme un fait quasi-acquis, lui permettant d’avoir une prise directe sur des sujets qui sont parfois uniquement du domaine de l’UE (la formation des soldats somaliens, par exemple) et donnant ainsi une prééminence à une organisation (militaire) sur l’autre (civile), une organisation dont ne sont pas membres tous les pays de l’UE et qui regroupe d’autres pays non-membres (Etats-Unis, Canada, Turquie, Norvège).

http://www.bruxelles2.eu/defense-ue/defense-ue-droit-doctrine-politique/rasmussen-guest-star-du-prochain-conseil-des-ministres-de-la-defense.html


Dans les coulisses 

Un Canadien commandera la mission de l'OTAN -- à la très grande honte du Canada…

Le ministre de la Défense Peter MacKay a annoncé le 25 mars que le lieutenant-général canadien Charles Bouchard, actuellement en poste au Commandement des forces interarmées à Naples, en Italie, dirigera l'agression militaire de l'OTAN contre la Libye.

Les États-Unis ont indiqué qu'ils ont souhaité transférer le plus rapidement possible le commandement de la mission en Libye. Les médias citent le major-général Lewis MacKenzie qui dit que Bouchard est « le choix évident » car il y a des questions politiques advenant que la France ou la Grande-Bretagne assume la direction.

« Voici ce Canadien qui est déjà au quartier général, le commandement des forces alliées interarmées à Naples », a dit MacKenzie à l'émission Power Play à la chaîne CTV. « Je ne pense pas qu'il ait fallu aux 28 membres du Conseil de l'Atlantique Nord à Bruxelles [beaucoup de temps] pour dire :« Eh, ce gars est un bon choix ». »

Bouchard a déjà servi en tant que commandant adjoint de NORAD. Il s'est enrôlé dans les Forces canadiennes en 1974 et a servi autrefois avec l'armée américaine à Fort Hood, au Texas.

Un représentant de l'OTAN a confirmé que Bouchard sera responsable de la campagne aérienne internationale et de l'embargo sur les armes mises en application par les navires de la flotte militaire. Il servira sous les ordres de l'amiral américain Samuel Locklear, qui est le commandant du quartier général des opérations de l'OTAN pour la Méditerranée, en Italie. La Presse canadienne rapporte qu'Ottawa est susceptible d'envoyer un petit nombre d'employés pour travailler avec Bouchard dans le cadre de son nouvel emploi.

MacKenzie a déclaré que les fonctions de Bouchard inclueront « d'aplanir les dissensions parmi les commandants militaires » qui ont des opinions divergentes sur ce que la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU leur permet de faire en Libye.

MacKay a déclaré que l'OTAN demeure « en discussion » sur la composition et la forme que prend la mission militaire.

« L'OTAN continue de planifier et nous espérons que le Conseil de l'Atlantique Nord sera d'accord pour un plan opérationnel et une directive d'exécution dans les prochains jours », a dit MacKay.

Jusqu'à ce que ce plan soit établi, MacKay a dit que les patrouilles de l'OTAN dans la zone d'exclusion aérienne « se dérouleront en parallèle avec les activités de la coalition » qui sont dirigées pour le moment par les États-Unis. Lors de la conférence de presse à Ottawa, MacKay a également annoncé que le major-général Tom Lawson -- qui a récemment fait un exposé aux médias sur les opérations en Libye -- est sur le point d'être promu au grade de lieutenant-général et aura un poste supérieur à NORAD.

LML déplore la décision de participer à cette agression. La suggestion que de confier le commandement de l'OTAN à un lieutenant-général canadien est un signe de maturité du Canada est idiote. Cela signifie simplement que le Canada est chargé de maintenir la domination des États-Unis sur ses partenaires européens au sein de l'OTAN. Une telle servilité abjecte est déplorable. Pour le Canada c'est une honte, pas un objet de fierté.

Une étude révèle que les dépenses militaires du Canada sont à leur plus haut niveau depuis la Deuxième Guerre mondiale

Selon une étude publiée le 9 mars par le Centre canadien de politiques alternatives, le Canada dépense plus pour son armée qu'à tout autre moment depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Les dépenses affectées à la défense vont atteindre au moins 22,3 milliards $ pour l'année budgétaire en cours, indique un rapport sur l'étude. Les chercheurs estiment qu'au cours de la dernière décennie cela représente une augmentation de 54 %.

L'étude a été réalisée pour le compte du centre par Bill Robinson, conseiller principal à l'Institut Rideau, rapporte la Presse canadienne. Robinson a établi qu'une partie importante de l'augmentation du budget est affectée aux opérations menées dans le cadre de la guerre en Afghanistan, qui, selon lui, « dépouillent le Canada de la possibilité d'effectuer des missions traditionnelles de maintien de la paix ». Le Canada se classe désormais 60e sur la liste des 102 pays apportant une contribution au maintien de la paix des Nations unies.

« Le Canada peut apporter une contribution beaucoup plus importante à la sécurité mondiale et l'action humanitaire en transférant des ressources aux efforts de sécurité non militaire et aux opérations de maintien de la paix », a déclaré Robinson dans un communiqué du centre.

« Un tel changement ferait du Canada une véritable grande puissance dans le monde de l'aide au développement et de l'aide humanitaire. C'est un domaine dans lequel le Canada pourrait avoir  une influence nettement plus considérable ’ sur une question cruciale pour le bien-être de l'humanité et la sécurité mondiale. »

Windsor, le 26 mars 2011



b) Les USA

Dans les coulisses 

Manlio Dinucci : Les USA fournissent aux alliés les bombes pour la guerre en Libye.

En 60 jours de « protection unifiée » les avions de l’OTAN ont, selon les données officielles, effectué plus de 9.000 missions en Libye, dont 3.500 d’attaque avec bombes et missiles. Le gros est effectué par les forces aériennes des Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Italie et Canada.  Les avions italiens (Tornado, Eurofighter 2000, F-16 et quelques autres) ont effectué, selon une estimation, environ 900 missions. Participent aussi, avec eux, Suède, Espagne, Hollande, Belgique, Norvège, Danemark, Emirats arabes unis, Jordanie, Qatar et Turquie. Au total plus de 300 avions sont engagés, parce que la guerre permet, aussi, de tester dans des conditions réelles de nouveaux systèmes d’armes, comme le chasseur français Rafale. L’aéronautique italienne est en train d’essayer dans la guerre l’avion Boeing KC767-A, qu’elle vient de recevoir et qui effectue soit des opérations d’approvisionnement en vol de chasseurs bombardiers soit du transport aérien stratégique. Dans son baptême à l’aéroport de Pratica di Mare, il a été présenté comme « le pilier pour une unique et exceptionnelle capacité de projection de la composante aérienne non seulement nationale mais de tout l’OTAN ». En clair, un nouveau système d’arme qui est testé dans la guerre de Libye pour potentialiser la capacité de l’OTAN à projeter des forces aériennes et terrestres dans d’autres guerres.

   L’opération « Protecteur unifié » révèle cependant aussi quelques déficiences. A force de bombarder, les alliés des Usa sont en train d’épuiser leurs bombes. Aucun problème, pourtant : le Pentagone leur en fournit. « Depuis que l’OTAN a pris la direction de la campagne aérienne, nous avons fourni un appui matériel, munitions comprises, aux alliés et aux partenaires engagés dans les opérations en Libye », nous informe le colonel Dave Lapan, porte-parole du Département d’Etat de la défense (si on peut dire, NdT). Lapan précise que ces fournitures, dont la valeur se monte jusqu’à présent à 24,3 millions de dollars, comprennent des « bombes intelligentes à conduite de précision ». En Italie, ces bombes sont stockées en quantités énormes à Camp Darby, la base logistique (étasunienne, NdT) qui approvisionne les forces aériennes étasuniennes dans la zone méditerranéenne et africaine.

  De Camp Darby les bombes et autres matériels de guerre peuvent être envoyés en zone d’opération via l’aéroport de Pise. Notre situation, dit un des commandants de la base étasunienne, nous offre « des capacités logistiques uniques car notre dépôt est à 30 minutes de l’aéroport (italien, NdT) de Pise ». Cet aéroport même d’où va surgir le Hub aérien national (italien, NdT) le nœud aéroportuaire de toutes les missions militaires à l’étranger, qui sera « mis à la disposition de l’OTAN », c’est-à-dire avant tout de Camp Darby. Depuis qu’a commencé la guerre en Libye, C-130J et autres avions, à coup sûr chargés de bombes et missiles fournis par Camp Darby, survolent Pise à basse altitude. Bien qu’il y a un an et demi un C-130 se soit écrasé juste après le décollage, dont c’est pur hasard qu’il n’ait pas provoqué de tragédie. Les autorités ont quand même établi une « zone de sécurité » quand, pendant des travaux dans l’aéroport, on a trouvé une bombe non explosée datant de la seconde guerre mondiale. Après avoir désamorcé l’engin, on est revenu à la normale : les avions militaires ont repris le survol de la ville, chargés de bombes made in Usa que les alliés vont larguer sur la Libye.

Manlio Dinucci

Edition de mercredi 1er juin 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110601/manip2pg/06/manip2pz/304149/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


Les commentaires sont fermés.