Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/06/2011

n°26 - Journal de Libye - 08-06 au 25-06 -: Suite - Le Waterloo de l'OTAN ?

n°26 -  Journal de Libye  -  08-06 au 25-06 -: Suite - Le Waterloo de l'OTAN ?



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



       Journal de Libye

                          n°26                                      08-06 au 25-06

        C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal de Libye" est  visible  sur les blogs : 

a) sur nos blogs : 

a) Sur nos  blog :  http://www.dhblogs.be/categories/International.html

                              http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

b) Sur le site http://turkmenfriendship.blogspot.com/2007/10/journal-dirak-de-m-lemaire.html

c) Sur le site de Eva Resis  : no-war.over-blog.com

d) Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

e) Sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm


Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

1 Lutte pour la libération du territoire

Les rebelles piégés

2  Politique Libyenne  

3  Politique des Usa


1 Lutte pour la libération du territoire

Les rebelles piégés

Parallèlement aux péripéties diplomatiques, les combats entre forces loyalistes et rebelles se sont durcis à travers la Libye, notamment sur la ligne de front entre Ajdabiya et Brega, dans l'Est, où 21 rebelles ont été tués lundi selon un commandant des rebelles.

À 40 km à l'ouest de Brega, les rebelles tentent de gagner ce site pétrolier stratégique défendu par 5 000 à 6 000 soldats loyalistes, selon la rébellion. Selon un commandant de la rébellion, Moussa el-Mograbi, 21 rebelles ont été tués lundi par les pro-Kaddafi dans ces combats sur la ligne de front à mi-chemin entre Ajdabiya et Brega. « Nos hommes ont été piégés. Les soldats de Kaddafi ont fait semblent de se rendre, ils sont arrivés avec un drapeau blanc, puis ils leur ont tiré dessus », a affirmé El-Mograbi.

À Zawiyah, ville côtière à 40 km à l'ouest de la capitale, des combats font également rage depuis samedi, date à laquelle les insurgés affirment avoir repris une partie de la cité, contrôlée depuis mars par les forces gouvernementales. Enfin, dans les montagnes berbères de l'ouest, la région du Jebel Garbi, au moins neuf rebelles sont morts et une cinquantaine ont été blessés dimanche. (avec AFP)
Lire l'article sur Jeuneafrique.com :
Libye : Clinton appelle l'Afrique à s'unir contre Kaddafi, l'Allemagne reconnaît le CNT | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

14/06

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110614101848/diplomatie-ua-libye-rebellionlibye-clinton-appelle-l-afrique-a-s-unir-contre-kaddafi-l-allemagne-reconnait-le-cnt.html


L’OTAN attaquée (Robert Gates)

L’OTAN dément l’information qu’un de ses hélicoptères ait été abattu, en garantissant que tout va bien. Nos avions, a dit le 10 juin le porte-parole du Commandement conjoint allié à Naples, ont effectué 10.500 missions sur la Libye dont la moitié environ de bombardement, et intensifient les attaques sur des objectifs à Tripoli. En conclusion, « notre tactique fonctionne ». Tout cependant ne fonctionne pas comme on voudrait à Washington. Dans son intervention le même jour à Bruxelles, devant un think tank européen, le secrétaire étasunien à la Défense Robert Gates a déclaré  qu’un avenir « sombre » se dessine  pour l’OTAN. Les Etats-Unis, « leader traditionnel » de l’alliance, sont épuisés à cause d’une décennie de guerre et de déficits croissants de leur budget, mais ne voient pas d’engagement correspondant chez leurs alliés.

L’OTAN, critique Gates, fonctionne à deux vitesses : d’un côté il y a les alliés qui ont la volonté et la capacité  de payer le prix et de tenir des engagements (parmi lesquels, même s’il ne la nomme pas, se trouve l’Italie), de l’autre ceux qui profitent des bénéfices de leur appartenance à l’OTAN mais ne veulent pas partager les risques et les coûts. Certains, même,  veulent que ce soit les contribuables étasuniens qui endossent la charge croissante provoquée pour la sécurité de l’Alliance par la réduction des budgets européens de la défense.  Faible aussi l’engagement des alliés en Afghanistan, où, en plus, ceux-ci imposent des restrictions à l’utilisation de leurs propres forces. Et, malgré la décision de l’OTAN d’assumer le commandement de la guerre aérienne en Libye, l’alliance est à cours de bombes après 11 semaines seulement de bombardements. Toute l’opération échouerait s’il n’y avait un gros soutien continu des Etats-Unis, qui fournissent aux alliés les armes pour les attaques aériennes (bombes et missiles), ceux-ci n’ayant pas fait les investissements requis pour avoir les armes nécessaires dans des opérations guerrières prolongées. La guerre en cours en Libye, souligne Gates,  prouve que l’alliance est désespérément à court d’avions de reconnaissance et pour l’approvisionnement en vol des chasseurs-bombardiers. Le problème principal est le manque d’investissements militaires adéquats dans trop de pays de l’OTAN. Ces pays doivent donc potentialiser leur capacité de combat, en termes de ressources financières, d’entraînement et de logistique. Au Congrès et dans le monde politique étasuniens on assiste de fait à une diminution de l’envie et de la patience de dépenser toujours plus de fonds précieux pour le compte de nations qui ne semblent pas disposées à consacrer les ressources nécessaires ou à faire les changements qui s’imposent pour être des partenaires sérieux et compétents dans la défense.

Sur le ton du caporal hurlant sur ses recrues, le chef du Pentagone engueule les alliés, en les rappelant à la discipline. Il leur ordonne d’avoir plus d’engagement dans les guerres et de plus dépenser dans le domaine militaire, sans dire que toutes les guerres de l’après-guerre froide (les deux contre l’Irak, celles contre la Yougoslavie, l’Afghanistan et la Libye) ont été voulues et dirigées par Washington pour ses propres intérêts, et sans dire que la dépense militaire de l’OTAN atteint les deux tiers de la dépense mondiale.
Nous sommes avertis : les 25 milliards d’euros annuels que l’Italie dépense dans le militaire ne suffisent pas[1]. Il en faut davantage pour que l’Italie puisse rester parmi ceux dont le Pentagone fait la promotion.

1] La France, d’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_la_D%C3%A9fense , était en 2010 au 4ème rang mondial des dépenses annuelles de défense (59,3 milliards de dollars).__,_._,___

Edition de samedi 11 juin de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110611/manip2pg/08/manip2pz/304756/
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=25224


2  Politique Libyenne  

Les grandes manœuvres

Le gouvernement libyen refuse d'envisager le départ de Kadhafi.
Le gouvernement libyen ne participera pas aux négociations sur le règlement du conflit libyen si le départ de Mouammar Kadhafi est posé comme condition des pourparlers, annonce lundi le porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim.
"Je ne saluerai aucune personne qui proposera à Mouammar Kadhafi de renoncer à ses fonctions. Seul le peuple libyen a le droit de décider du sort de Kadhafi", a indiqué M. Ibrahim cité par l'agence Chine Nouvelle
.

RIA Novosti

13 juin -
http://fr.rian.ru/world/20110613/189826722.html


Sur le terrain

Tripoli accuse l’Otan de « barbaries »

19 juin

Au moins cinq membres d’une même famille, dont deux enfants, ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche dans un raid de l’Otan à Tripoli, a affirmé le régime libyen.

Un immeuble de deux étages, dans lequel résidaient cinq familles, selon les autorités, a été détruit par le bombardement dans le quartier populaire d’Al-Arada, à l’est de Tripoli. Au moins deux autres maisons voisines ont été endommagées.

Deux corps ont été retirés des décombres devant les correspondants de la presse internationale, emmenés par les autorités sur place, où des dizaines d’habitants et de curieux étaient rassemblés.

À l’hôpital de Tripoli, les journalistes ont par ailleurs pu voir les corps de deux enfants de moins de deux ans et celui d’une femme, tous membres de la même famille, selon les autorités.

Le porte-parole du régime libyen Moussa Ibrahim a affirmé s’attendre à un bilan plus lourd, car selon lui pas moins de 15 membres de la famille Al-Gharari, dont des enfants, habitaient l’immeuble détruit.

Il a accusé l’Alliance atlantique de commettre des « barbaries » en visant « délibérément des civils ». « C’est une autre nuit de tuerie, de terreur et d’horreur, causée par l’Otan », a-t-il déploré, en affirmant qu’il n’y avait pas d’installations ou de véhicules militaires à proximité du quartier.

Les dirigeants américains, français, britanniques et italiens, qui conduisent les opérations militaires, sont « responsables moralement et légalement de ces meurtres », a-t-il dit, assurant : « Ce n’est pas de la propagande. Ce n’est pas une chose qui peut être mise en scène ».

M. Ibrahim a appelé à nouveau la communauté internationale à arrêter « l’agression » contre la Libye et à encourager un dialogue entre toutes les parties pour mettre fin au conflit qui déchire le pays depuis le déclenchement de la rébellion mi-février.

« L’Otan est très bonne lorsqu’il s’agit d’attaquer et de tuer les gens mais très mauvaise lorsqu’il s’agit de commencer toute sorte de dialogue », a-t-il dit.

À 9 heures, ’Otan, qui a pris le 31 mars les rênes de l’intervention internationale en Libye, sous mandat de l’ONU, pour protéger la population civile, n’avait pas réagi à ces accusations.

Jeudi, elle avait démenti les affirmations du régime selon lesquelles 12 personnes avaient péri mercredi dans un raid de ses forces à Kikla au sud de Tripoli, affirmant n’avoir mené aucune frappe dans cette localité.

Des « crimes de guerre »

Dans la nuit de vendredi à samedi, le Premier ministre libyen, Baghdadi Mahmoudi, avait déjà accusé l’Otan de commettre des « crimes de guerre et des crimes contre l’humanité » en Libye et appelé à « une réunion urgente » de l’ONU pour examiner ces crimes.

L’Otan avait alors jugé ces déclarations « scandaleuses » : « C’est Kadhafi et son régime qui ont systématiquement et brutalement attaqué le peuple libyen », avait affirmé une porte-parole.

Pour autant, samedi soir, l’Otan a reconnu qu’un de ses avions avait accidentellement frappé une colonne des forces rebelles dans la région de Brega (est) le 16 juin, disant regretter « toute perte en vies humaines ou toute blessure due à cet incident ».

Une réunion de hauts responsables de l’ONU, de l’Union européenne, de la Ligue arabe, de l’Organisation de la conférence islamique et de l’Union africaine a insisté samedi au Caire sur la nécessité « d’accélérer le lancement d’un processus politique qui réponde aux aspirations légitimes du peuple libyen ».

La réunion a également « souligné l’importance du rôle de l’ONU » et « l’importance d’appliquer entièrement les résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité ».

La résolution 1973 autorise « toutes les mesures nécessaires » pour protéger les civils de la répression de Mouammar Kadhafi et prévoit une zone d’exclusion aérienne pour empêcher l’aviation du régime de pilonner ses opposants.

Les « prémices d’un processus de négociation » pour mettre fin au conflit commencent à se dessiner, a déclaré de son côté le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, en soulignant la nécessité pour la communauté internationale d’adresser un « message cohérent » sur une solution politique.

Depuis mi-février, le conflit a fait entre « 10.000 et 15.000 » morts et obligé près de 952.000 personnes à prendre la fuite, selon des organisations internationales.

(D’après AFP)


Des Canons ... pas du beurre

Des dizaines de civils tués  dans l’attaque des navires de l’OTAN, à Zlitan 

Des dizaines de personnes ont été tuées, dans les attaques, d’hier soir, des navires des forces nord-atlantiques, contre la ville de Zlitan, en Libye.
Selon la télévision d’Etat libyenne, les forces kadhafistes continuent d’encercler la ville de Zlitan à 157 kilomètres à l’Est de Tripoli. Des sources indépendantes n’ont pas encore confirmé la véracité de cette information. L’entrée des journalistes étrangers à Zlitan reste toujours interdite. Toujours à propos de la Libye, sachez que les forces pro-Kadhafi ont posé des mines dans les régions montagneuses de l’Ouest libyen. Cité par Press TV, le Directeur de la division "Armes", à "Human Rights Watch", Steve Goose, a affirmé que les mines déposées dans la région montagnarde de Nafusa à l’Ouest du pays, présentaient un danger sérieux pour les civils. "Plus de 150 pays ont interdit l’utilisation des mines anti-personnelles mais la Libye continue de bafouer ce processus international en les utilisant", a-t-il précisé.

IRIB

22/06/2011



3  Politique des Usa

Obama - Clinton

Obama désavoué par la Chambre des représentants

La Chambre des représentants a rejeté vendredi, par 295 voix contre 123, une mesure donnant au président américain Barack Obama l'autorité pour continuer l'opération militaire contre la Libye.

 Ce vote n'a pas d'effet immédiat sur l'implication américaine, mais il représente un désaveu pour le commandant en chef.

 C'est la première fois depuis 1999 que les deux chambres du Congrès américain votent contre une opération militaire. La dernière fois, c'est l'autorité de Bill Clinton dans la guerre en Bosnie qui avait été désavouée par les parlementaires.

 Les leaders républicains à la Chambre des représentants avaient fait pression pour qu'un tel vote ait lieu, les membres de base affirmant que Barack Obama n'avait pas respecté la loi en ne demandant pas le feu vert du Congrès pour cette guerre qui a débuté il y a trois mois. Certains démocrates accusent les républicains de jouer avec la sécurité nationale à des fins politiques.

AP

 

Clinton :  Le CNT, est le"représentant légitime" du peuple.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a déclaré jeudi que le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion libyenne, était "le représentant légitime" du peuple de la Libye, rapportent les médias internationaux en référence à un haut responsable US.
Mme Clinton a fait cette déclaration, en s'adressant aux membres du groupe de contact sur la Libye, réunis à Abou Dhabi (Emirats arabes unis) pour préparer l'après-Kadhafi.
Les Etats-Unis sont devenus le 11e pays à reconnaître le CNT comme unique interlocuteur légitime en Libye, après la France, le Qatar, le Royaume-Uni, l'Italie, la Gambie, Malte, la Jordanie, le Sénégal, l'Espagne et l'Australie.
La Russie a reconnu le CNT à titre de partenaire légitime au dialogue sur l'avenir de la Libye.
Depuis février, le régime du colonel Kadhafi fait face à une révolte populaire dont la répression sanglante a provoqué une
intervention militaire internationale, suite à l'adoption de la résolution 1973 par le Conseil de sécurité de l'Onu.
Le Conseil national de transition a été formé à Benghazi, ville de l'est de la Libye contrôlée par les insurgés, et s'est tout de suite proclamé l'unique autorité légitime dans le pays.

Alexei Kudenko :

09/06/2011

RIA Novosti

http://fr.rian.ru/world/20110609/189795730.html

 

Clinton appelle l'Afrique à s'unir contre Kaddafi,

En visite à Addis Abeba, Hillary Clinton a appelé l'Union africaine à marquer son rejet du régime de Tripoli. Lequel est chaque jour plus isolé, comme en témoigne la reconnaissance  par l'Allemagne du CNT comme seul représentant légitime du peuple libyen.

Même s'il elle a dû écourter la dernière étape de sa mini tournée africaine, Hillary Clinton a pu s'exprimer lundi sur la Libye au siège de l'Union africaine, à Addis Abeba. « Je demande à tous les États africains de faire pression pour la mise en œuvre d'un véritable cessez-le-feu et d'appeler Kaddafi à quitter le pouvoir », a dit la secrétaire d'État américaine avant d'appeler les pays du continent « à suspendre les activités des ambassades » fidèles au régime de Tripoli et « à expulser les diplomates pro-Kaddafi ».

14/06

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110614101848/diplomatie-ua-libye-rebellionlibye-clinton-appelle-l-afrique-a-s-unir-contre-kaddafi-l-allemagne-reconnait-le-cnt.html



Les grandes manœuvres

Gates : Les "lacunes" de l'OTAN pourraient "compromettre" la mission ()  

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a mis en garde vendredi les alliés occidentaux de l'Otan contre leur manque d'investissements militaires et de volonté politique, soulignant que ces "lacunes" pourraient "compromettre" l'efficacité de la mission en Libye.
"Concernant l'opération de l'Otan en Libye, il est devenu douloureusement évident que des lacunes -en capacité et en volonté- ont le potentiel de compromettre la capacité de l'alliance à mener une campagne intégrée, efficace et durable dans les airs et sur mer", a affirmé M. Gates devant un centre de réflexion bruxellois, au lendemain d'une réunion avec ses homologues des 28 pays membres de l'Otan.
Il a mis en garde contre "une alliance à deux vitesses" avec quelques nations se contentant d'opérations humanitaires tandis que d'autres devraient supporter les opérations de combat.
"Ce n'est plus un souci hypothétique et c'est inacceptable", a relevé M. Gates.
Huit des 28 pays de l'Otan --Belgique, Canada, Danemark, Etats-Unis, France, Italie, Norvège et Royaume-Uni-- participent aux frappes aériennes en Libye.
La moitié des Etats membres de l'Alliance atlantique n'apportent aucune contribution. D'autres participent de manière limitée, comme l'Espagne ou les Pays-Bas, qui font seulement respecter la zone d'exclusion aérienne.
"Franchement, bon nombre de ces alliés restent à l'écart, non pas parce qu'ils ne veulent pas participer, mais simplement parce qu'ils ne peuvent pas. Les moyens militaires ne sont tout simplement pas là", a déploré M. Gates.
L'Otan pourrait avoir "un avenir sombre" si les alliés renoncent à des investissements militaires suffisants alors que l'Alliance atlantique est engagée sur deux fronts en Libye et en Afghanistan, a-t-il également souligné.
"Un tel avenir est possible, mais pas inévitable", a-t-il toutefois ajouté en exhortant les alliés à "arrêter et inverser ces tendances".
Actuellement, les Etats-Unis supportent à eux seuls 75% des dépenses militaires de l'alliance, a-t-il rappelé. Et il sera "de plus en plus difficile" pour Washington de maintenir ce niveau d'engagement.
Les Etats-Unis pourraient se montrer réticents "à dépenser des fonds de plus en plus précieux pour le compte de nations qui ne sont apparemment pas disposées à consacrer les ressources nécessaires ou à faire les changements nécessaires pour être des partenaires sérieux et compétents dans le domaine de leur propre défense", a dit M. Gates.
Il a déploré que l'Otan, "l'alliance militaire la plus puissante de l'histoire", qui peut revendiquer deux millions de personnes en uniforme ait dû "lutter, parfois désespérément, (avec ses Etats membres) pour maintenir un déploiement de 25.000 à 45.000 soldats", en Afghanistan. Et dans ce pays l'alliance demeure confrontée à des pénuries de matériel, notamment d'hélicoptères, d'avions de transport ou de surveillance, a-t-il ajouté.
De la même façon, en Libye, onze semaines seulement après le début de l'opération, certains alliés commencent à manquer de munitions et "exigent, une fois de plus, que les Etats-Unis compensent la différence", a-t-il également fait remarquer.
M. Gates qui doit quitter ses fonctions d'ici la fin du mois, après quatre ans et demi passés au Pentagone sous George W. Bush puis Barack Obama, s'exprimait sur l'avenir des relations transatlantiques.

10/06

http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/707656/Libye%3A_les_%22lacunes%22_de_lOTAN_pourraient_%22compromettre%22_la_mission_%28Gates%29.html


Des Canons ... pas du beurre

Les Etats-Unis demandent à leurs alliés de plus s'investir dans l'OTAN

Le secrétaire à la défense américain, Robert Gates, a déploré, vendredi 10 juin, le manque d'investissements militaires et de volonté politique des alliés des Etats-Unis au sein de l'OTAN. Ces "lacunes" pourraient "compromettre" l'efficacité de la mission en Libye.

"Concernant l'opération de l'OTAN en Libye, il est devenu douloureusement évident que des lacunes – en moyens et en volonté – compromettent potentiellement la capacité de l'alliance à mener une campagne intégrée, efficace et durable dans les airs et sur mer", a affirmé le sécrétaire d'État devant un centre de réflexion bruxellois, au lendemain d'une réunion avec ses homologues des vingt-huit pays membres de l'OTAN.

Huit de ces vingt-huit pays – Belgique, Canada, Danemark, Etats-Unis, France, Italie, Norvège et Royaume-Uni – participent aux frappes aériennes en Libye. De sources proches des discussions, citées par l'agence Reuters, Robert Gates aurait notamment pressé l'Espagne, la Turquie et les Pays-Bas de participer à des missions aériennes de combat. Il aurait également demandé à l'Allemagne et à la Pologne, qui ne participent pas aux opérations, de trouver les moyens d'apporter leur soutien.

"UNE ALLIANCE À DEUX VITESSES"

Robert Gates a mis en garde contre "une alliance à deux vitesses", avec quelques nations se contentant d'opérations humanitaires tandis que d'autres devraient assumer les opérations de combat. "Ce n'est plus un souci hypothétique et c'est inacceptable", a-t-il relevé. L'OTAN pourrait avoir "un avenir sombre" si les alliés renoncent à des investissements militaires suffisants alors que l'Alliance atlantique est engagée sur deux fronts, en Libye et en Afghanistan, a-t-il également souligné.

Actuellement, les Etats-Unis supportent à eux seuls 75 % des dépenses militaires de l'alliance, a-t-il rappelé. Et il sera "de plus en plus difficile" pour Washington de maintenir ce niveau d'engagement. Les Etats-Unis pourraient se montrer réticents "à dépenser des fonds de plus en plus précieux pour le compte de nations qui ne sont apparemment pas disposées à consacrer les ressources nécessaires ou à faire les changements nécessaires pour être des partenaires sérieux et compétents dans le domaine de leur propre défense", a dit M. Gates. Les contribuables américains, a-t-il souligné, n'ont pas pour vocation d'"assumer le fardeau croissant créé par les réductions des budgets européens de la défense".

Il a déploré que l'OTAN, "l'alliance militaire la plus puissante de l'histoire", qui peut revendiquer deux millions de personnes en uniforme ait dû "lutter, parfois désespérément, [avec ses Etats membres] pour maintenir un déploiement de 25 000 à 45  000 soldats", en Afghanistan. De la même façon, en Libye, onze semaines seulement après le début de l'opération, certains alliés commencent à manquer de munitions et "exigent, une fois de plus, que les Etats-Unis compensent la différence", a-t-il enfin déploré.

Robert Gates, secrétaire d'Etat à la défense depuis plus de quatre ans, sous George W. Bush puis Barack Obama, doit prendre sa retraite d'ici la fin du mois. Cette sortie, remarquée, intervient dans un discours qui se veut son testament politique.

http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2011/06/10/libye-les-etats-unis-demandent-a-leurs-allies-de-plus-s-investir-dans-l-otan_1534410_3208.html


Les commentaires sont fermés.