Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/08/2011

n° 586 - Dossier 'La Flottille de la Liberté 2 ' - 30-07 - : Le blocus de Gaza continue.

n° 586 - Dossier 'La Flottille de la Liberté 2 ' - 30-07 - : Le blocus de Gaza continue.


       L'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources 

                                                      



Dossier ‘La Flottille de la Liberté 2

n° 586 - 01-07 au 30-07

C.De Broeder & M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) Sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

 

c) Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) Sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


 

Sommaire

Tiré a part

 Refus d’entrée en Palestine par Israël.

Eric Wahlberg : Israël et les flottilles : un mélange de folie et d’intelligence.

1 Politique

2 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

Monde

Suite

3 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

3-1 Freedom Flotilla 2: Message in a Bottle.mp4

3-2 Check point israélien à l'aéroport de Bruxelles

3-3 Le Canada Sous Influence

4 Les brèves
4-1 Des militants de la Flottille de Liberté 2 : Abbas nous a poignardés dans le dos.

5 Dossier

5-1 L'ONU condamne Israël pour le sang versé le jour de la «Nakba».

6 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage.

6-1 « Un bateau pour Gaza » : Association France-Palestine : lettre à Juppé

6-2 Témoignage de Myriam de Ly.

7 Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion.

7-1 Où s’arrêtera Israël ? Seulement là où nous l’arrêterons.

7-2 Chems Eddine Chitour:: Le blocus de Gaza continue.

Fin

8 Annexe

8-1Silvia Cattori s'entretien avec Samuel F. Hart, ambassadeur des États-Unis à la retraite.



Tiré a part

 Refus d’entrée en Palestine par Israël.

Les autorités israéliennes ont envoyé des centaines de noms aux compagnies aériennes en leur disant de refuser le voyage aux personnes figurant sur la liste. Des centaines de personnes figurant sur la liste, et qui avaient réservé des vols, ont reçu des lettres des compagnies aériennes annulant leurs réservations sur la base de la demande des autorités israéliennes.

8 juillet 2011

Message Original
Objet : Votre vol easyJet pour TLV le 08/07/2011
Date : Jeu, 7 juil. 2011 19:33:11 +0000 (GMT)
De : Services à la clientèle easyJet

Réponse-À : Services à la clientèle easyJet

Réf Réservation : (...)
Cher M.

Nous avons le regret de vous informer que les Autorités israéliennes d’immigration nous ont informés que vous vous verrez refuser l’entrée en Israël et que, en tant que tel, votre réservation de vol sur easyJet 1525 à Tel Aviv, le 07/08/2011 a été annulée. Nous vous prions de ne pas vous rendre à l’aéroport comme les autorités israéliennes d’immigration nous ont donné instruction de refuser votre transport.

Comme nous agissons sur instruction des Autorités israéliennes nous n’offrirons pas de remboursement pour ce vol. Cela est spécifié dans nos conditions de transport à l’Article 8.1(b) qui stipule :

« Droit de refuser le transport (b) une telle action est nécessaire afin de se conformer aux lois, règlements ou ordonnances de tout État ou pays de départ, de destination ou de survol, y compris les lois ou règlements relatifs aux exigences d’Informations Préliminaires au Passager ».

Nous reconnaissons les inconvénients que cela a pu vous causer et, comme un geste de bonne volonté, nous aimerions vous offrir un bon de voyage correspondant à la valeur du billet que vous avez payé pour le vol. Ce bon sera valable pour 6 mois et peut être utilisée pour un futur voyage avec easyJet. Pour obtenir le bon de voyage nous vous prions de répondre à ce courriel en confirmant que vous agissez pour le compte de l’ensemble des passagers figurant sur la réservation.

Si vous désirez des informations supplémentaires relatives au refus du voyage nous vous suggérons de prendre contact avec l’ambassade d’Israël à Berne.

Ses coordonnées sont indiquées ci-dessous pour votre information.
Ambassade d’Israël
Chancellerie
Alpenstrasse 32
P.O.Box
3006 Bern
Heures de bureau pour les services consulaires
Ouvert du lundi au jeudi 09:00-12:00 / 9-12h AM

Nous nous excusons pour les inconvénients que cela pourrait vous causer et vous assurons que nous travaillons selon les instructions des Autorités israéliennes d’immigration et ne serons pas en mesure de vous accepter pour le voyage jusqu’à ce que nous en soyons avisés par les autorités.

Cordialement
Services à la clientèle easyJet

http://www.silviacattori.net/article1727.html


Eric Wahlberg : Israël et les flottilles : un mélange de folie et d’intelligence.

publié le mardi 26 juillet 2011.

Il y a beaucoup d’angoisse parmi les gens de conscience sur le sort de la flotille Liberté II, mais en la sabordant Israël, en réalité, enfonce plus de clous dans son propre cercueil, écrit Eric Walberg.

Les efforts d’Israël d’empêcher la flottille Liberté II de quitter la Grèce ont été couronnés de succès. Des 10 bateaux d’origine, seuls le bateau français Al-Karama (dignité) avec 10 activistes incluant des politiciens français, qui a quitté la Corse il y a deux semaines, et le Juliano, réparé, ont réussi à échapper aux gardes-côtes grecs.

[Le bateau français a depuis été piraté en mer par l’armée israélienne d’occupation - N.d.T].

Al Karama fut appréhendé pendant qu’il se ravitaillait en carburant en mer près de la Crète. Le sort du Juliano (baptisé d’après Juliano Meir Khamis, le directeur assassiné du Théâtre libre de Jenin) n’est pas connu. Le dernier à résister au port était le canadien Tahrir mais les organisateurs ont renoncé quand les autorités grecques ont soudainement demandé de nouveaux papiers sachant que les organisateurs ne pourraient les fournir dans un bref délai.

Les agents spéciaux israéliens ont été autorisés à plonger dans les eaux grecques pour saboter des bateaux y compris le Juliano, propriété conjointe d’organisations Bateau pour Gaza suédoise, norvégienne et grecque. Les autorités grecques ont utilisés des plaintes « anonymes » (israéliennes) d’incapacité d’aller en mer pour retarder d’autres bateaux.

Les Grecs, agissant clairement sur des ordres israélo-américains, ont arrêté le capitaine du navire américain et ensuite les membres de son équipage qui, le 4 juillet, anniversaire de l’indépendance américaine, ont fait une grève de la faim devant l’Ambassade des EU à Athènes.

Le navire canadien Tahrir est parti avant que les officiels puissent arrêter son capitaine mais fut stoppé 5 km plus loin en mer. Son capitaine avait décidé qu’il mettait son équipage en danger en restant dans le port avec des hommes grenouilles israéliens susceptibles d’effectuer d’autres actes de sabotage. Le porte-parole Dylan Kenner a expliqué que les garde-côtes grecs ont illégalement arraisonné le bateau et l’ont remorqué jusqu’au port. Quand les 50 passagers ont refusé d’identifier le capitaine du navire ils ont tous été arrêtés.

Les autorités grecques ont joué leurs atouts bureaucratiques sans réserve insistant parfois pour que les générateurs électriques soient éteints « pour des raisons de sécurités » (lire : pour empêcher les médias de contacter le monde extérieur). Le canadien Dylan Kenner soutient que le gouvernement israélien à fait pression sur le gouvernement d’Athènes, étendant effectivement son blocage illégal de Gaza aux ports grecs.

La Grèce a proposé de transporter, en collaboration avec l’ONU, l’aide par ferry jusqu’à Gaza, offre refusée par les activistes comme insuffisante car leur mission concernait également les droits du peuple palestinien et non pas juste l’aide.

Les actions grecques ont enchanté Israël. A Jérusalem, le président israélien Shimon Peres a dit au président grec Karolos Papoulias « Je tiens à vous remercier d’avoir suivi les instructions du Secrétaire général des Nations Unies et d’avoir stoppé la flottille de Gaza. Israël a toujours la main tendue en faveur de la paix ».

La réponse du congrès EU fut un vote 407-6 pour suspendre les fonds à l’Autorité palestinienne si elle persiste dans sa déclaration unilatérale d’état aux NU en septembre. Le leader de la majorité au congrès Eric Cantor a dit « nous soutenons Israël comme notre allié le plus précieux ».

Information liée, un autre navire l’Esprit de Rachel Corrie de Malaisie, après avoir essayé de briser le siège durant sept semaines, fut finalement autorisé à décharger ses 32 tonnes de tuyaux de PVC dans le port égyptien d’Arish grâce à l’intervention directe du Premier Ministre égyptien qui a assuré les activistes que les tuyaux arriveraient à Gaza. Leur succès coïncide avec la visite en Egypte du précédent Premier Ministre malaisien Mahathir Mohamed, un ami dévoué de la Palestine. La Malaisie ne reconnait pas Israël et est l’un des rares pays ayant une position de principe vis-à-vis des atrocités israéliennes.

Tandis que les flottilleurs léchaient leurs plaies, le 8 juillet, des centaines d’activistes occidentaux essayaient d’entrer Israël en masse par avion pour montrer leur solidarité avec les Palestiniens de la Cisjordanie. Les « services secrets » israéliens étaient cependant préparés, fournissant aux aéroports européens des listes de déni de vol pour des pacifistes connus empêchant plus de 200 d’entre eux d’embarquer en violation (est-ce une nouveauté ?) de la loi internationale. Plus de 500 sont quand même arrivés à l’aéroport international Ben Gourion à Tel Aviv. 250 d’entre eux ont été arrêtés, 40 font la grève de la faim après qu’on leur ait refusé l’accès à des avocats et à des traitements médicaux et 69 ont déjà été déportés.

Comme toujours Israël réalise ses victoires tactiques restreintes aux dépens d’une stratégie à long terme pour gagner le respect en tant que nation légitime, et s’isole encore plus comme une nation criminelle sans souci des droits de l’homme ou du bien être des autres, et est méprisée par la plupart. Un sondage européen, effectué en 2010, montre que 60 % considère Israël comme la plus grande menace pour la paix (74 % aux Pays-Bas).

Il étend son occupation de Gaza et de la Cisjordanie aux ports grecs et aux aéroports européens. Il agit pour encourager un sentiment anti-juif là où il n’existe pas et prétend parler au nom des juifs du monde, sa véritable raison d’être étant d’agir comme un « refuge sûr » pour eux.

Selon Gilad Atzmon, la réaction exagérée d’Israël à ces protestations pacifiques prouve une fois de plus qu’Israël signifie que « l’état juif est une société fermée conduite par un ‘trouble, stress pré traumatique’ alimenté par des fantaisies imaginaires et vives de destruction ».

La flottille, composée de pacifistes bien intentionnés, peut-être naïfs, n’envisageait jamais de l’emporter sur la société super militarisée la plus dangereuse du monde. Face à tous les gouvernements du monde virtuellement esclaves d’Israël, elle avait pour seul but d’abord de montrer aux Palestiniens qu’ils ont l’appui des peuples du monde et de les encourager à continuer leur résistance héroïque et, ensuite, de souligner à quel point Israël est répréhensible comme état et sans principes et indigne de confiance comme partenaire.

Par ses actions le gouvernement israélien et ses meneurs ont involontairement participé à cette campagne de relations publiques pro-palestinienne. Quel que soit le sort de la flottille elle a encore alimenté la campagne de boycott, de dépossession, de sanctions et la lutte pour la perte de légitimité d’Israël ou plutôt pour l’assister dans le processus de perte de discrédit comme état apartheid qu’il s’inflige à lui-même.

Opportunément, cette semaine, septième anniversaire de la décision de la Cour internationale de Justice contre le mur de séparation, le mouvement de libération de Gaza (Free Gaza Movement FGM) et le Comité national de boycott palestinien ont appelé à un embargo militaire immédiat et complet contre Israël.

Israël a un long palmarès de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et « la communauté internationale a une obligation légale et morale de mettre fin à sa complicité avec les actions illégales d’Israël » a déclaré le FGM. C’est l’unique moyen de faire pression sur Israël pour respecter la loi internationale, de cesser d’attaquer des navires civils dans les eaux internationales et de lancer des bombes au phosphore blanc sur des civils.

Les politiciens israéliens affichent un petit sourire supérieur à propos de leur habilité à coincer la flotille Liberté II. Mais, comme l’écrit le bloggeur Saker, c’est une victoire à la Pyrrhus pour l’état israélien. Il est semblable aux fêtards sur le pont du Titanic qui ignoraient le fait que, à cause de leur orgueil démesuré, leur navire allait bientôt reposer au fond de l’océan.

Eric Wahlberg - Al Ahram

* Eric Walberg est un journaliste qui a travaillé en Ouzbékistan et qui écrit actuellement pour l’hebdomadaire Al-Ahram au Caire.

Source : http://www.counterpunch.org/walberg... / http://www.info-palestine.net/artic...

http://www.protection-palestine.org:80/spip.php?article10914



1 Politique

Israël

09/07

Israël a réussi à bloquer depuis jeudi la venue de centaines de militants qui voulaient débarquer à l'aéroport de Tel-Aviv pour se rendre dans les Territoires palestiniens, soit à leur arrivée, soit en amont en dissuadant des compagnies aériennes de les embarquer au départ.

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=22486

 

124 militants pro-palestiniens détenus en attente d’expulsion.  

Israël a réussi à bloquer depuis jeudi la venue de centaines de militants qui voulaient débarquer à l'aéroport de Tel-Aviv pour se rendre dans les Territoires palestiniens, soit à leur arrivée, soit en amont en dissuadant des compagnies aériennes de les embarquer au départ.

Un total de 124 militants de la cause palestinienne arrivés d'Europe et interdits d'entrée en Israël étaient détenus samedi dans l'attente de leur expulsion, ont indiqué les services de l'immigration israéliens.
"L'accès du territoire israélien a été interdit à 124 militants pro-palestiniens venus d'Europe. Ils sont actuellement détenus dans des prisons israéliennes", a déclaré à l'AFP la porte-parole des services d'immigration, Sabine Hadad.
Ils "seront expulsés dès qu'il y aura des places et des vols disponibles à cet effet. Aujourd'hui, jour de shabbat (le repos hebdomadaire: ndlr), il n'y a pas beaucoup de vols et le processus d'expulsion risque de se prolonger quelque peu", a-t-elle ajouté.
Elle a précisé que la majorité des militants étaient des Français, mais qu'il y avait aussi des Américains, des Belges, des Bulgares, des Espagnols et des Néerlandais, notamment.
Selon Mme Hadad, Israël considère qu’ils ne se trouvent pas légalement sur son territoire, bien qu'ils aient été transférés dans des prisons israéliennes "faute de place au centre de rétention de l'aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv qui ne peut accueillir que 60 personnes".
Egalement interrogée par l'AFP, la porte-parole de l'Autorité pénitentiaire israélienne, Sivan Weizman, a précisé que 85 militants pro-palestiniens étaient détenus au centre de détention de Guivon à Ramlé, près de Tel-Aviv, et 39 à la prison Ela de Beersheva, dans le désert du Néguev (sud).
"En attendant leur expulsion, ils bénéficient du traitement correct réservé à tous les autres détenus et n'ont pas provoqué d'esclandre", a-t-elle souligné.

09/07/2011  

afp

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=22486


Le point sur les Français et Internationaux détenus par Israël.  

Une centaine, peut-être plus, de participants à la mission internationale « BienvenuePalestine – Welcome to Palestine » étaient détenus samedi dans des prisons israéliennes, a-t-on appris par un recoupement d’informations de sources militantes et officielles (israéliennes et étrangères).
Il s’agit de camarades qui avaient voyagé vendredi à bord d’avions au départ de plusieurs villes européennes : Paris, Genève, Rome, Francfort, Londres, Zürich, Budapest, notamment.
Tous ces volontaires ont délivré avec courage, à leur arrivée à l’aéroport de Tel-Aviv où les attendaient des meutes de soldats et policiers, le message de notre initiative. Aux fonctionnaires de la police des frontières qui leur demandaient « Où allez-vous en Israël ? », ils ont ainsi répondu : « Nous honorons l’invitation de nos amis de Palestine. Nous sommes attendus par eux à Bethléem ».
Ce qui leur a valu refus automatique d’aller plus loin, mise à l’écart dans une cellule de l’aéroport, puis transfert dans d’autres lieux de détention. Comme quoi, la Cisjordanie est bien, elle aussi, soumise à l’implacable blocus de l’Etat israélien, à l’instar de la bande de Gaza. Tout comme cela confirme ce qui était déjà une évidence, à savoir que ce sont bien les opinions politiques, en l’espèce la sympathie pour la cause du peuple palestinien, qui sont le motif du refus.
Tant que leurs téléphones portables n’avaient pas été confisqués, des détenus français, britanniques ou encore belges ont pu nous raconter les débuts de leur séjour dans « la seule démocratie du Moyen-Orient » : 20 soldats commis à l’escorte d’un seul international, hurlements permanents, un cas au moins de tabassage, beaucoup plus de cas de bousculades, etc.
S’agissant des Français (les coordinateurs de la partie française de la mission ne pouvant pour leur part accéder qu’aux autorités consulaires françaises, pas belges ou britanniques par exemple), Israël a fourni à la France samedi matin une liste nominative de 44 ressortissants français officiellement détenus. Cette liste a ensuite été transmise à BienvenuePalestine.
Elle corrèle, mais seulement en partie, le recensement des personnes arrivées à Tel-Aviv effectué au cours des dernières vingt-quatre heures. Une partie des gens dont nous avons toutes raisons de penser qu’ils sont arrivés à Tel Aviv ne figuraient pas, ou pas encore, sur ce listing israélien de 44 Français.
Samedi en fin de matinée, la consule générale de France à Tel-Aviv n’avait pas encore été en mesure de rendre visite aux détenus français. Ceux-ci sont répartis dans au moins deux centres, à Ramlé (près de Tel-Aviv) et Bersheva (Naqab/Neguev). Les avocats israéliens de nos frères et sœurs non plus.
S’agissant des autres internationaux, nous n’avons pas de chiffres recoupés ; nous savons seulement que Nadia et d’autres Belges sont dans les personnes arrêtés, de même que Mick et d’autres britanniques.
Les médias israéliens de samedi font état d’un total de 69 arrêtés samedi (dont 4 immédiatement et effectivement expulsés), plus 25 autres arrêtés , à la descente du dernier avion de la soirée, un vol Lufthansa en provenance de Tel-Aviv.
En France, en Belgique et ailleurs, les militants effectifs de la solidarité avec le peuple palestinien se mobilisent pour exiger la libération immédiate de nos camarades, comme ils se mobilisent pour mettre les compagnies aériennes collabos du terrorisme d’Etat israélien, ainsi que leurs gouvernements respectifs –dont bien entendu la France de Sarkozy, Juppé, Guéant et compagnie- devant leurs responsabilités minimales. Ils attendent de ce point de vue que les partis politiques, associations, élus, etc. qui soutiennent officiellement la solidarité avec le peuple palestinien, se bougent un peu plus les fesses qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent, tant en ce qui concerne la Flottille que la mission BienvenuePalestine.

09/07/2011

CAPJPO-EuroPalestine



2 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

L’ONU condamne Israël, et ....  

Un rapport onusien accuse l’occupation israélienne de tuer des jeunes qui ont tenté de franchir les frontières libanaises lors de la commémoration de la Nebka, après avoir tiré à balles réelles sur eux, bien que la vie des soldats israéliens n’ait pas été en menacée.
Le rapport du Secrétaire Général des Nations-Unies élaboré par l’émissaire onusien au Liban Michael Williams, indique que les soldats de l’armée israélienne ont fait usage d’armes, bien que les Palestiniens n’en aient pas utilisé et n’aient pas mis leur vie en danger.
Ban Ki-Moon a exprimé son inquiétude quant à l’utilisation par Israël d’armes contre des manifestants pacifistes, selon le journal israélien Haaretz.
Le rapport affirme qu’Israël a violé la résolution de l’ONU 1701, étant donné que ses soldats ont tiré à balles réelles en direction des manifestants en dehors de la ligne bleue.

06/07/2011  
felesteen.ps -

 http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/lonu-condamne-israel-et-celui-ci-riposte-par-le-boycott-de-son-emissaire/id-menu-957.html

...celui-ci riposte par le boycott de son émissaire.  

06/07/2011  

Le rapport a suscité le courroux du ministère des Affaires étrangères israélien qui a accusé Michael Williams de manque d’objectivité. Le ministère israélien a décidé de boycotter Williams et de ne pas le recevoir en visite.
felesteen.ps -

 http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/lonu-condamne-israel-et-celui-ci-riposte-par-le-boycott-de-son-emissaire/id-menu-957.html


Ue

Leïla Shahid : «L’Europe est-elle assiégée comme la Palestine ?»  
Déclaration de Leila Shahid, Déléguée générale de la Palestine auprès de l'UE
Les autorités officielles de différents Etats membres de l’UE, ainsi que des compagnies aériennes européennes, ont répondu aux injonctions du gouvernement israélien en acceptant d’interdire aux passagers européens, inscrits sur des listes de persona non grata établis par Israël, d’embarquer à bord des vols à destination de Tel-Aviv à partir de différentes villes européennes.
Des citoyennes et des citoyens européens ont répondu à l’appel de la société civile palestinienne, représentées par ses ONG, syndicats et associations, qui les ont invités, aujourd’hui 8 juillet, à se rendre en Palestine pour commémorer l’avis historique de la Cour Internationale de Justice de La Haye du 9 juillet 2004 condamnant le mur. Cet avis, de la plus haute instance onusienne, n’a pas empêché, depuis 7 ans, les autorités israéliennes de poursuivre la construction de ce mur en territoire occupé, violant ainsi le droit international. Ces citoyennes et citoyens venaient manifester leur solidarité avec les victimes d’une des occupations militaires les plus longues de l’histoire contemporaine. Cette action, solidaire, pacifique et non violente, devait leur permettre de rejoindre les citoyennes et les citoyens palestiniens dans le territoire occupé, comme d’autres Européens ont tenté de le faire avec la flottille à destination de Gaza.
Les autorités officielles de différents Etats membres de l’UE, ainsi que des compagnies aériennes européennes, ont répondu aux injonctions du gouvernement israélien en acceptant d’interdire aux passagers européens, inscrits sur des listes de persona non grata établis par Israël, d’embarquer à bord des vols à destination de Tel-Aviv à partir de différentes villes européennes [1]. D’autres, qui ont réussi à arriver à Tel-Aviv, ont été refoulés à l’aéroport Ben Gourion. Nul ne connait sur quelles bases de telles listes ont été dressées et de quel crime on accuse ces citoyens, ne serait-ce le crime de solidarité internationale. Il est évident que ces citoyens européens auraient préféré se rendre à l’aéroport de Gaza directement, sans passer par Tel-Aviv, si l’armée israélienne n’avait pas complètement détruit le terminal et les pistes de l’aéroport il y a dix ans, forçant ainsi toute personne souhaitant se rendre en Palestine à passer par l’aéroport de Tel-Aviv.
Il est scandaleux qu’un Etat du Sud de la Méditerranée, qui se prétend un partenaire privilégié de l’UE, se permette de violer ainsi les droits des citoyens européens de plusieurs Etats membres : droit à la circulation, droit à l’expression politique pacifique de leurs opinions, droit à la solidarité et la défense du droit international. Et ceci avec la complicité de certains Etats membres de l’UE !

10/07/2011

http://www.france-palestine.org/article17839.html



Monde

1 France

Check point israélien à Paris.
Le jeudi 7 juillet 2011, des dizaines de militants ont été refoulés à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle alors qu'ils voulaient se rendre en Palestine occupée. Sur ordre du ministère israélien de l'intérieur, la compagnie hongroise MALEV a refusé d’embarquer trente passagers, alors qu'ils étaient invités par les associations palestiniennes. La compagnie hongroise confirme qu’elle obéit à Israël. La police française déclare à nos camarades qu’elle a reçu des ordres de ne pas enregistrer nos plaintes pour ces agissements illégaux.
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=PPEfi2kFNp8#at=15


Grèce

Flottille d'aide : la Grèce empêche les bateaux de mettre les voiles vers Gaza

Un bateau américain a été arrêté vendredi par les gardes-côtes helléniques peu après avoir quitté la Grèce à destination de Gaza, défiant l'interdiction d'Athènes, selon des militants à bord.

L'embarcation baptisée The Audacity of Hope (L'audace de l'espoir), qui fait partie de la « flottille de la liberté », avait pris le large depuis le port de Pirée, non loin de la capitale. Les militants à bord affirment qu'ils transportent 3000 lettres de soutien à la population de l'enclave palestinienne.

Peu de temps avant, le ministère grec de la Protection du citoyen avait diffusé un communiqué « interdisant à tout bateau battant pavillon grec ou étranger d'appareiller des ports grecs à destination de Gaza » pour empêcher une violation du blocus maritime israélien.

Un bateau canadien bloqué

Le Tahrir, un bateau canadien de la flottille, est quant à lui resté à quai vendredi après que des fonctionnaires grecs soient montés à bord, exigeant son permis. Les occupants leur ont remis le document, assurant que le navire remplit toutes les conditions nécessaires pour mettre les voiles.

Sandra Ruch, la propriétaire du Tahrir, tente actuellement de récupérer le permis du bateau auprès des autorités portuaires.

Ces navires américain et canadien sont deux des neuf bateaux qui prévoient se rendre à Gaza pour acheminer de l'aide humanitaire aux habitants, malgré les menaces israéliennes de les empêcher d'atteindre leur destination. Israël justifie son blocus par la volonté d'empêcher que des armes soient livrées aux islamistes du Hamas, qui contrôle Gaza depuis quatre ans.

L'État hébreu a déjà annoncé qu'il n'autoriserait aucun navire à accoster à Gaza et a menacé les journalistes qui participeront à l'expédition de leur interdire d'entrer en Israël pendant dix ans. Il a par la suite retiré sa menace. La journaliste de Radio-Canada Alexandra Szacka se trouve à bord du bateau canadien qui mouille en Grèce.

Vendredi matin, les militants disaient espérer que le départ de la flottille se fasse au courant du week-end en dépit de retards répétés qu'ils imputent au « sabotage » israélien.

La flottille compte se diriger vers l'enclave palestinienne un peu plus d'un an après que la marine israélienne eût attaqué une autre flottille pro-palestinienne qui avait approché la bande de Gaza. Neuf militants turcs avaient été tués dans les affrontements à bord, provoquant un tollé international.

1 juillet
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/07/01/012-flottille-aide-gaza.shtml

 

Israël accusé de faire chanter la Grèce économiquement !  

Le militant de la flottille pour Gaza a accusé l’entité sioniste de profiter de la situation économique de la Grèce pour tenter d'empêcher les bateaux de partir vers la bande de Gaza, a rapporté le Jerusalem Post, citant la radio israélienne.
Selon le canadien juif Dilan Kenner, passager du navire Tahrir,  la Grèce agit en faveur d'Israël en raison de la pression économique que Jérusalem a placée sur Athènes avec la crise financière dans le pays.
 Lundi dernier, ce navire canadien a été intercepté, à cinq kilomètres de son point d'ancrage en Grèce, selon le Jerusalem Post.
Keener a expliqué que les garde-côtes l'ont intercepté quinze minutes après son départ. Les autorités ont embarqué et l'ont remorqué jusqu'à Chypre. Kenner affirme qu'il s'agissait d'un acte de violation que les Grecs n'avaient aucunement le droit d'effectuer.
« Le gouvernement israélien, en utilisant l'extorsion économique, met la pression sur le gouvernement grec pour élargir le blocus illégal de Gaza jusqu'aux ports grecs », explique Kenner.
Kenner indique que l'élargissement du blocus de Gaza a commencé à affecter ceux qui vivent en dehors de Gaza. « C'est quelque chose qui devrait inquiéter les Israéliens, les Canadiens et les peuples du monde entier, a-t-il déclaré à la radio de l'armée.
 Kenner soutient que l'interception du navire était injustifiée. Les activistes ont montré leurs intentions non-violentes depuis le début, a expliqué Kenner.

Il a dit qu'un certain nombre d'activistes ont essayé de bloquer les Grecs mais sans user de la violence. L'interception était une violation claire des droits des activistes même si personne n'a été blessé, selon lui.
 Il s'agit de la deuxième fois en trois jours que les autorités grecques interceptent des navires en partance pour Gaza.

08/07/2011

Al Manar


Turquie

Erdogan: Pas de normalisation avec Israël avant son excuse  

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a rejeté toute normalisation de liens avec « Israël » avant qu’il présente une excuse officielle pour le massacre de « la flottille de la liberté » et la levée du blocus sur la bande de Gaza. Dans un discours prononcé devant le Parlement turc lors de la présentation de son programme gouvernemental, Erdogan a  dit : « On ne peut penser à normaliser nos liens avec Israël s’il ne s’excuse pas pour cet acte illégal, contraire à toutes les lois et les valeurs internationales, s’il ne paie pas d’indemnisation aux proches de ceux qui ont perdu leur vie dans cet incident horrible et s’il ne lève son blocus imposé sur la bande de Gaza ».
Erdogan s’est engagé à poursuivre de près les enquêtes menées par les Nations Unies au sujet de l’agression israélienne contre la flottille de la liberté.
« Lever le blocus imposé depuis cinq ans sur la bande de Gaza est une condition essentielle pour la reprise normale des relations avec Israël », a-t-il dit, appelant par ailleurs à changer la constitution turque, imposée forcément par le coup d’Etat en  1980.

09/07/2011

Al Manar

 


 

Les commentaires sont fermés.