Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/08/2011

n°32 - -Libye : Analyse, Géopolitique et stratégie de L'Otan, France, & Grande-Bretagne - 03-08 - Fin –


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Libye :Analyse, Géopolitique et stratégie de L'Otan, France,

& Grande-Bretagne 

n°32 du 03-08

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Le " dossiersdu libye" est  visible  sur mes blogs : 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) Sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) Sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm 

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

2 Les brèves

2-1 France

2-1-2 Alexandre Duyck: La Libye coute1,2 million d'euros par jour a la France…

2-2 Grande-Bretagne

3  Dossier

3-1 L'inquiétante fragilité de l'opposition libyenne.

3-1 France

3-1-1 Alexandre Duyck : Pres-de-cinq-mois-apres-le-debut-de-l-offensive-en-Libye-Kadhafi-est-toujours-la…

3-1-2 Le nouveau maillage de la Françafrique.

3-1-3 Eva R-sistons : France : Guerre humanitaire ou "sale" pour la domination du monde.

3-1-4 Gilles Munier : Guerre de Libye: du sang sur les mains des députés français.

3-1-5

Gilles Munier :  Libye : les déboires de Sarkozy ne font que commencer

3-2 Grande-Bretagne

3-2-1 La GB expulse tous les diplomates libyens en poste à Londres . 

3-3 Otan

3-3-1 L'Otan perd des forces en Libye

3-3-2 Allain Julles : Le nouveau plan diabolique de l'Otan.

 


2 Les brèves

2-1 France

2-1-2 Alexandre Duyck: La Libye coute1,2 million d'euros par jour a la France…
L’intervention militaire en Libye coûte environ un million d’euros par jour au budget de l’État.

Elle est en train de faire exploser l’enveloppe initialement dévolue aux opérations extérieures de l’armée (les "opex" dans le jargon des hauts fonctionnaires).  

Bercy avait accordé cette année à la Défense une ligne de 630 millions d’euros pour couvrir les dépenses sur tous les théâtres, notamment en Afghanistan. Le ministère du Budget s’attend à ce stade à un dépassement de 300 à 350 millions d’euros, qui intègre toutes les missions imprévues (Côte d’Ivoire comprise). Les guerres menées par la France aux côtés de ses alliés devraient donc peser, au total, environ un milliard d’euros cette année. Le montant final dépendra de l’issue en Libye. Déjà, l’an dernier, les crédits avaient dû être augmentés de 247 millions d’euros, par rapport à une autorisation initiale de 570 millions. 

Qui va payer? Dans l’entourage de Valérie Pécresse, ministre du Budget, on rappelle que la réduction du déficit est un objectif intangible. Les surcoûts militaires seront donc compensés par des suppressions de crédits sur d’autres lignes. Ces coupes ne sont pas encore décidées.

La Défense redoute d’en faire elle-même les frais en devant rogner sur ses programmes d’équipements. À ce jour, les sommes en jeu sont faibles par rapport au budget global de l’État (286 milliards d’euros). À Bercy, on se veut rassurant : "Il ne faut ni surestimer ni surinterpréter ces coûts".

"Le risque..." : 5 mois après, sans autre perspective que de bombarder des stock de nourritures et des antennes de télé, cela ressemble plutôt plutôt un enlisement confirmé 
JDD, 30 juillet 2011
http://www.lejdd.fr/International/Afrique/Actualite/L-intervention-militaire-en-Libye-voit-sa-facture-exploser-365565/?sitemapnews


2-2 Grande-Bretagne

2-2-1Londres débloque les avoirs libyens pour aider les rebelles.  

Le Royaume-Uni est prêt à remettre les avoirs d'une compagnie pétrolière libyenne au Conseil national de transition (CNT), a annoncé mercredi à Londres le chef de la diplomatie britannique, William Hague.
"Nous sommes toujours à la recherche de moyens pour soutenir le peuple libyen dans le cadre des restrictions imposées par l'Onu (…). A la demande de la société pétrolière libyenne Arabian gulf oil company, le Royaume-Uni est prêt à débloquer ses avoirs qui se chiffrent à 91 millions de livres", a indiqué M.Hague.
"Cette société opère sous le contrôle du CNT et nous sommes sûrs que ses activités ne vont pas bénéficier à une entité soumise aux sanctions", a expliqué M.Hague.
Mercredi 27 juillet, Londres a reconnu le CNT en tant que gouvernement libyen légitime avant d'expulser tout les diplomates libyens résidant dans le pays.

29 juillet 2011

http://fr.rian.ru/world/20110727/190278547.html


2-2-2Londres reconnaît le Conseil national de transition libyen…

La Grande-Bretagne a officiellement reconnu le Conseil national de transition (CNT) de l’opposition libyenne comme le gouvernement légitime et ordonné le départ des diplomates libyens nommés par Kadhafi à Londres.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a informé que les huit derniers membres du personnel diplomatique désigné par le gouvernement de Moammar Kadhafi devaient quitter le pays.

Le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères a qualifié mercredi d’ » irresponsable » et d’ » illégal » la reconnaissance par la Grande-Bretagne du Conseil National de Transition (CNT) comme seul « gouvernement légitime » de la Libye. « Nous considérons que c’est irresponsable, illégal et viole les lois britanniques et internationales », a déclaré Khaled Kaaim.

William Hague a également annoncé que Londres dégelait 91 millions de livres sterling (103 millions d’euros ; 150 millions de dollars) en avoirs pétroliers libyens pour aider le CNT, désormais reconnu comme « l’unique autorité gouvernementale en Libye ». Il a ajouté que l’opposition avait été invitée à envoyer un ambassadeur à Londres. « Nous traiterons avec le CNT sur la même base qu’avec les autres gouvernements du monde », a-t-il dit.

Les Etats-Unis et la trentaine d’autres pays du Groupe de contact sur la Libye avaient décidé le 15 juillet de reconnaître officiellement le CNT comme le gouvernement légitime libyen, comme la France l’avait déjà fait.

La Grande-Bretagne est, avec la France, l’un des principaux participants à la campagne de bombardements aériens menée par l’OTAN en Libye.

L’opposition libyenne basée à Benghazi a pris le contrôle de l’est du pays peu après le début du soulèvement armé contre le colonel Kadhafi en février mais aucun des deux camps ne parvient à prendre un avantage décisif depuis des mois. Les rebelles appuyés par les bombardements de l’OTAN se sont aussi emparés de quelques poches dans l’ouest mais Kadhafi, au pouvoir depuis 1969, contrôle toujours le reste du pays depuis la capitale, Tripoli.

« Le temps ne travaille pas pour le régime Kadhafi », a assuré William Hague, « nous sortirons de cette situation sur un succès, quel que soit le temps que cela prendra ». Depuis quelques jours, les Occidentaux suggèrent que le colonel Kadhafi pourrait être autorisé à rester en Libye s’il renonçait au pouvoir. M. Hague et son homologue français Alain Juppé ont souligné que le sort du dirigeant libyen devait être décidé par son peuple.

AFP –

mercredi 27 juillet 2011



3  Dossier

3-1 L'inquiétante fragilité de l'opposition libyenne.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

Editorial du "Monde" - 29.07.11 [...]

Les divisions ne sont pas rares au sein d'un rassemblement comme le CNT. Tous les mouvements armés en lutte contre une dictature sont passés par là: querelles idéologiques, jalousies de personnes et autres affrontements de clans.

Coalition hétéroclite et peu structurée, le conseil regroupe pêle-mêle des islamistes, opposants de toujours à Kadhafi, des laïcs, une partie de la bourgeoisie commerçante, des ralliés de fraîche date, les uns et les autres également divisés selon de complexes et vieilles lignes de fracture tribales. L'ensemble est fragile et fait douter des capacités du CNT à exercer le pouvoir.

Assassiné avec deux colonels, également ralliés à la rébellion, le général Younès, ex-ministre de l'intérieur et vieux compagnon de Mouammar Kadhafi, était membre de la tribu des Obeidi, l'une des plus puissantes du pays.

Dès l'annonce de sa mort, des membres armés de cette tribu se sont livrés dans Benghazi à une démonstration de force et d'intimidation à l'encontre d'autres éléments du CNT.

Celui-ci ne peut que sortir affaibli de cette affaire, et cela risque de renforcer la main de Tripoli pour imposer un règlement politique à la rébellion. Car le CNT, s'il n'a cessé de gagner en légitimité internationale, donne toujours l'image d'un mouvement désorganisé: absence de direction politique ferme et capacités militaires limitées, en dépit du soutien de l'OTAN.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/07/29/l-inquietante-fragilite-de-l-opposition-libyenne_1553987_3232.html


3-1 France

3-1-1 Alexandre Duyck :Pres-de-cinq-mois-apres-le-debut-de-l-offensive-en-Libye-Kadhafi-est-toujours-la…
Quatre mois et demi après le début de l’offensive, la chute de Kadhafi se fait attendre.

La France exhorte ses alliés européens à s’engager davantage. [mal parti)]

C’était le 19 mars dernier, il y aura bientôt quatre mois et demi : les premiers bombardements sur la Libye, Benghazi sauvé du massacre [les "pro-kadafistes" et pseudo-mercenaires lynchés ne comptent bien sûr pas], les chars et l’aviation de Kadhafi détruits par l’aviation française[Quelle fierté!]. Cent trente deux jours plus tard, aux yeux de nombreux observateurs, la guerre en Libye s’enlise. Certes, Benghazi et Misrata ont été délivrés et sont aux mains des rebelles ["sont aux mains des rebelles", ce qui ne représente pas une délivrance pour beaucoup]. Certes, la résistance se rapproche chaque semaine davantage de Tripoli [combien de mm aujourd'hui?], où Kadhafi apparaît de plus en plus isolé. Le Conseil national de transition (CNT), déjà reconnu par la France, l’Allemagne et les États-Unis, l’est aussi, depuis cette semaine, par la Grande-Bretagne et le Portugal. [cela fera bientôt la Communauté Internationale au grand complet : 15% peut-être de l''ensemble des nations?]

Son tout nouvel ambassadeur en France devrait être reçu demain par le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. À travers le monde, le dégel des avoirs de Kadhafi [sic : les fonds souverains du peuple libyen] se poursuit également, promettant aux rebelles de bénéficier d’un financement considérable. Selon nos informations, Paris devrait ainsi annoncer avant la fin de la semaine la mise à disposition par la France d’environ 250 millions d’euros. L’Otan poursuit de son côté ses frappes : dans la nuit de vendredi à samedi, ses avions ont bombardé le siège de la télévision à Tripoli, afin de "réduire le colonel Kadhafi au silence". Trois personnes ont été tuées et quinze autres blessées lors de l’attaque.[ces "trois personnes", pas des collègues de cet Alexandre Duyck?]

D’où vient pourtant cette impression que la victoire sur Kadhafi n’est pas pour demain? Des divisions internes à la résistance libyenne? De ces cités prises puis perdues quelques heures plus tard? Des violences qui perdurent même à l’est du pays? Jeudi, le général Younès, ancien pilier du régime libyen devenu chef d’état-major des rebelles, était assassiné à Benghazi, capitale de la révolution. Trois jours après, les circonstances de sa mort demeurent floues, le CNT évoquant une bande armée dont le chef aurait été arrêté ou encore le colonel Kadhafi. Lequel préfère montrer du doigt Al-Qaida…
"Les efforts consentis vont payer"

De plus en plus en plus circonspects, les États-Unis ont aussitôt demandé aux rebelles de rester unis et concentrés sur leur objectif de renverser Kadhafi. Mardi, le plus haut gradé américain, l’amiral Michael Mullen, avait aussi estimé que l’Otan était actuellement dans une "impasse" en Libye, tout en se montrant optimiste sur le "long terme". Privée d’un appui plus conséquent des États-Unis, qui ont tout de même engagé dans la bataille onze navires et sous-marins, trois bombardiers furtifs B-2 ainsi que des chasseurs F-15 et F-16, la coalition essentiellement franco-britannique s’épuise.

Du côté des militaires, on se veut également rassurant. "Cette guerre est la plus complexe que nous ayons eu à mener depuis longtemps", explique le général Palomeros, chef d’état-major de l’armée de l’air, qui dément toute rupture proche des stocks de munitions, comme cela a pu être écrit. "Nous nous sommes inscrits dans la durée dès le premier jour", assure-t-il. Le général Palomeros en est persuadé : "Les efforts consentis vont payer." Un autre général français ajoute : "On se rapproche du point de rupture de l’ennemi. Chaque jour qui passe nous rapproche de la victoire sur Kadhafi." [et vive la méthode Coué]

http://www.lejdd.fr/International/Afrique/Actualite/Pres-de-cinq-mois-apres-le-debut-de-l-offensive-en-Libye-Kadhafi-est-toujours-la-365743/?sitemapnews

Alexandre Duyck - Le Journal du Dimanche

dimanche 31 juillet 2011


3-1-2 Le nouveau maillage de la Françafrique.

Côte d'Ivoire-Niger-Libye :  

Mercredi 6 juillet, les rebelles libyens ont lancé une offensive vers Tripoli depuis les montagnes du Djebel Nafoussa après avoir reçu de la France un parachutage de fusils-mitrailleurs et de lance-roquettes - une nouvelle violation de la résolution 1973 de l'ONU, et un mauvais exemple que même la Grande-Bretagne a décidé de ne pas suivre, alors que l'opération militaire en Libye est depuis le début conçue par M. Sarkozy comme la première application de l'accord franco-britannique de novembre 2010.

Quelques jours auparavant, en marge du sommet de l’Union africaine en Guinée Equatoriale les 1er et 2 juillet 2011, le nouveau président de la Côte d'Ivoire, Alassane Dramane Ouattara, installé au pouvoir au terme de la liquidation du parti de Laurent Gbagbo par l'armée française, avait rencontrédeux délégations libyennes (la délégation des fidèles du colonel Kadhafi avec à sa tête le nouveau chef de la diplomatie du guide libyenne et une délégation de trois membres du CNT conduite par l'ancien ministre des Affaires étrangères, Abdel Rahman Shalgam). Selon le site CameroonVoice, Ouattara aurait promis l'aide de la Côte d'Ivoire aux insurgés libyens, ce qui pourrait contribuer à insérer la Libye post-Kadhafi dans le maillage de la Françafrique rénovée.

En Côte d'Ivoire, Paris a nommé en mai dernier comme nouveau tuteur ("conseiller spécial") d'Alassane Ouattara,  le colonel Marc Paitier ex-assistant du commandant de la force Licorne en 2004 et 2005. Le ministre de la défense de M. Sarkozy Gérard Longuet était à Abidjan le 27 juin pour préparer un accord militaire qui ne devrait laisser dans le pays que 250 soldats français (pour la protection des ressortissants français) conter 900 aujourd'hui, un objectif qui ne pourra être atteint toutefois que si Alassane Ouattara parvient à surmonter l'anarchie qui s'est instaurée après la disparition des forces de polices au cours de  la guerre civile du premier semestre. Pour l'heure celui-ci s'emploie surtout à renverser les derniers vestiges du pouvoir de Laurent Gbagbo et notamment d'obtenir l'arrestation de l’ex-chef des "Jeunes Patriotes" gbagbistes, Charles Blé Goudé, actuellement en fuite, lequel devient aujourd'hui pour beaucoup un symbole de la résistance à l'ingérence française en Côte d'Ivoire.

Il est probable que la France en Côte d'Ivoire se déchargera d'une partie du fardeau sur l'ONU. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire, Young Jin Choi, a annoncé le 30 juin à Abidjan la création de huit nouveaux camps militaires dans l’ouest du pays, la région la plus ravagée par les violences post-électorales et où persiste un déficit de sécurité. L'ONU devrait investir 2 milliards de F CFA dans la construction de ces camps et la reconstitution de la police et de la gendarmerie, un choix qui indigne ceux qui estiment que la Côte d'Ivoire a d'abord besoin d'aide humanitaire.

Alléger les effectifs militaires à Abidjan permettrait à la France de se reposer davantage sur le nouveau pilier de sa stratégie en Afrique,entre la Côte d'Ivoire et la Libye : le Niger, riche en uranium. Paris s'efforce d'imposer à ce pays un projet d’accord l’autorisant à installer une base militaire permanente notamment pour protégers a mine d'uranium d'Amouraren. Depuis l’enlèvement de sept employés du groupe nucléaire français Areva en septembre 2010, la France dispose au Niger d’un corps expéditionnaire de près de 80 soldats d’élite appuyés par des moyens aériens dont des avions de surveillance et de reconnaissance. Le président nigérien Mahamadou Issoufou du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (proche du parti socialiste français) ne cesse de répéter qu'il n'y aura pas de base permanente sur son territoire.

Elu avec une large majorité président de la République en mars 2011, cet ancien opposant à la dictature présente un profil atypique dans l'Ouest africain. A peine élu, il a précisé à propos de la guerre en Libye que son pays respecterait le principe de non ingérence dans les affaires des pays voisins. Puis au dernier sommet des chefs d'Etat africains il a souligné qu'en ce moment, son pays pâtit surtout du conflit entretenu par les Occidentaux qui coûte à l'économie nigérienne des milliards de francs CFA entre les revenus perdus sur les transactions commerciales et les mandats envoyés jadis par les plus de 200.000 Nigériens travaillant en Libye qui ont du retourner dans leur pays. Sa capacité à résister aux pressions françaises sera un test pour le nouveau dispositif françafricain fondé sur la militarisation du continent noir en vue du contrôle de ses ressources. - Partager         


3-1-3Eva R-sistons : France : Guerre humanitaire ou "sale" pour la domination du monde.

"Avec moi, c’est le changement !" a promis Hollande.
Et il l’a prouvé aussitôt en votant pour la continuité des guerres sales (Libye, Afghanistan..).

Installer la démocratie en bombardant :
"Démocratie irréprochable" ?
Ou démonNcratie ?

"On va sortir du bourbier lybien par la diplomatie" nous chantent les Médias.
Laquelle ? Celle des diplomates musclés comme l’homme de Sarkozy en Tunisie ?

"La guerre ne répond jamais aux enjeux du vivre ensemble"
("Ca vous regarde", LCP, J.P. Lecoq, PC)

Au début de la guerre contre la Libye, j’ai écrit : Attention ! Kadhafi dérange car il est un non-aligné ! En triant mes archives pour mon futur déménagement, je venais en effet de trouver un "Dossier et Documents" du Monde, ancien, comprenant des articles sur tout ce que le dirigeant libyen a entrepris pour moderniser son pays, en faire un Etat prospère (Education, Soins, accueil de migrants - presque la moitié de la population -, subvention des produits de première nécessité, promotion des femmes, etc) et même aider les pays africains. En réalité, Kadhafi, révolutionnaire romantique, influencé par Nasser, rêvait d’abord de pan-arabisme, puis de favoriser le "pan-africanisme". Au lieu d’offrir les ressources pétrolières du pays aux Compagnies occidentales, moyennant leur reconnaissance sonnante et trébuchante, le dirigeant libyen a préféré nationaliser - et élever le niveau de vie de son peuple. Bref, il dérangeait ! C’est la vraie raison de cette guerre sale et banalement coloniale contre Kadhafi, contre un homme qui, de surcroît, avait osé fermer les bases américaines.

Il ne s’agit en aucun cas de protéger les populations, mais de faire main-basse sur le pays, d’y installer un pantin soumis et aussi des bases militaires - à l’heure, justement, où les "Révolutions arabes" inquiètent les Occidentaux. Derrière cette sale guerre comme derrière l’Irakienne (et toutes les autres, d’ailleurs) il y a évidemment la main d’Israël, le principal déstabilisateur de la planète avec Anglais et Américains et - désormais - les Français. N’oublions pas, à ce sujet, le rôle de BHL, d’ailleurs une rumeur circule : Il souhaiterait se porter candidat à la Présidence d’Israël. Vrai, ou faux ? Significatif, en tous cas...

Quels sont donc les enjeux de cette sale guerre impérialiste ? Outre le pillage des ressources et le contrôle des révolutions arabes voisines, la future conquête du continent africain et de ses richesses, au détriment des Etats souverains et des populations locales. C’est un CRIME de plus de l’Occident, maquillé en guerre humanitaire, avec l’aide des Médias collabos.

Ce qu’il faut retenir, surtout, c’est que Sarkozy, placé à la tête de la France par Israéliens et Anglo-Saxons (en faisant croire aux Français qu’ils avaient le choix entre deux candidats alors que tout a été fait pour déconsidérer Ségolène Royal), conduit la France dans une politique étrangère diamétralement opposée à la sienne, d’essence gaullienne, pour l’aligner sur celle de l’Empire, au détriment de notre indépendance et de nos traditions. L’Histoire jugera cette haute trahison... comme celle d’un PS qui promet le changement, et qui, en réalité, cautionne la politique néo-conservatrice de Sarkozy, clone de Bush. Nous n’avons rien à attendre d’un tel PS ! Et avez-vous vu l’image de N. Dupont-Aignan bâillonné, au Parlement, empêché d’exprimer l’autre voix de la France ? Tout cela est minable. La liquidation de la France, avec l’UMP comme avec le PS, est en marche !

Et la deuxième chose que je voudrais souligner, c’est la direction que l’UMPS a donnée à la France, en matière de politique étrangère. Non seulement aux antipodes de celle du Gl de Gaulle, mais dans la droite ligne de la honteuse politique d’ingérence de notre Dr Jekyll and M. Hyde, le très néoconservateur Bernard Kouchner. Ce faux humaniste, ce faux humanitaire, est un authentique va-t-en guerre animé d’une idéologie messianique qui rappelle étonnamment celle des pires Républicains américains. Avec les conséquences que l’on sait pour les peuples, sacrifiés aux intérêts financiers et industriels assassins de l’Occident criminel. Il faut démasquer les impostures, qu’il s’agisse de faux prétextes de guerres ou de faux humanitaires !

Cette guerre est une guerre Otanesque de plus, pour la domination du monde et de ses ressources vitales. Ses promoteurs devraient se retrouver devant la CPI - comme peut-être un jour le sieur Bush, si la plainte d’une Association de Défense des Droits de l’Homme se concrétise...

L’Occident persiste et signe. Dans le mensonge et les crimes ! Le véritable Axe du Mal est Anglo-Américain-Israélien et Français. Ce sont les vrais Etats terroristes de la planète ! Ils dévastent la planète et ils hypothèquent l’avenir de l’humanité...

Eva R-sistons


3-1-4 Gilles Munier : Guerre de Libye: du sang sur les mains des députés français.
François Fillon a déclaré le 15 juillet dernier, à Abidjan, que la « Françafrique » est un « logiciel dépassé ». Pour les faucons anti-Kadhafi, ceux qui s’opposent à l’intervention française en Libye sont des adeptes d’un tiers-mondisme suranné. Après le vote massif des députés – et des sénateurs - pour la poursuite de l’opération Harmattan, on est en droit de se demander si leur soutien sans nuance doit être interprété comme un blanc-seing donné à de futures guerres « humanitaires » en Méditerranée ou en Afrique. Radiographie d’un scrutin digne du temps des colonies.

  Comme il fallait malheureusement s’y attendre, les députés ont « autorisé », le 12 juillet dernier, à une écrasante majorité, la prolongation de l’intervention militaire française en Libye (1). Aucun n’a posé de questions sur les préparatifs précédant la guerre ni ses buts réels. Ils auraient sans doute été moins nombreux si certains avaient pris la peine de visiter les hôpitaux de Tripoli et s’étaient entretenus avec les familles des victimes civiles, car le bilan des bombardements de l’OTAN est épouvantable.

Le 13 juillet, le procureur général libyen, Mohammed Zikri al-Mahjoubi, a en effet annoncé que plus de 1 100 civiles ont été tués et 4500 autres blessés depuis le 19 mars. Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'OTAN (2), a réfuté l’évaluation au prétexte que la parole d’un dirigeant libyen est sujette à caution. Tout comme les médias-mensonges contredits par les enquêtes d’ONG des droits de l’homme – les 6 000 victimes civiles de la répression du régime, les mercenaires étrangers, le viagra distribué aux soldats pour violer les femmes des rebelles… etc – les évaluations libyennes ne seront déclarées fondées, ou non, que si une délégation indépendante les vérifie.

Un engrenage dramatique et coûteux

   Jean Bardet a été le seul député UMP à oser voter contre la poursuite de l’intervention militaire. Président du Groupe parlementaire d’Etude France-Palestine, il est connu, notamment, pour s’être opposé à l’embargo de l’ONU contre l’Irak. A droite, René Couanau, maire de Saint-Malo, qui a quitté l’UMP en avril dernier, a fait de même. Le gaulliste Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a également voté contre la guerre, après s’être bâillonné avec son écharpe tricolore, pendant le discours du Premier ministre François Fillon, pour protester contre le refus du gouvernement de donner la parole aux députés indépendants des grands partis. Lui qui s’était déclaré favorable au but affiché de l’intervention militaire – protéger les populations civiles de Cyrénaïque – s’est rendu compte que « les rebelles ne sont pas les forces démocratiques comme on l'a prétendu au départ ». « En Libye », dit-il maintenant, «on est parti dans un engrenage dramatique pour la France (3). Il a dénoncé, sur RTL, « un fiasco qui va coûter une fortune au contribuable français ».

   Bien que Marine Le Pen se soit prononcée clairement contre cette guerre « absurde, meurtrière et coûteuse », « qui n’estpas dans l’intérêt de la France », la quarantaine de députés de la Droite populaire - courant UMP créé pour contrecarrer la montée électorale du Front national - n’ont pas, cette fois, récupéré son analyse (4). L’Elysée l’aurait mal pris. Il est vrai que la présidente du FN, veut qu’on mette un terme à l’intervention « tout de suite », et affirme carrément que Sarkozy l’a lancée dans « un but bassement électoraliste ».

   Dans le camp gaulliste, la signification des embardées tacticiennes de Dominique de Villepin est difficile à décrypter. En mars, il avait salué, au nom de son mouvement République Solidaire,« l’engagement de la communauté internationale à travers la résolution 1973 ». Il préconisait alors « une détermination sans faille pour obtenir le retrait du colonel Kadhafi et des siens » (5). Quatre mois plus tard, voilà qu’il prône « la poursuite de l’action en Libye sous conditions», et demande que l’on revienne « à l'esprit originel de cette intervention qui était militaire, avec un objectif humanitaire (...) et en aucun cas de s'engager dans une guerre avec un objectif politique de renversement du régime du colonel Kadhafi » (6). Parmi ses proches, François Goulard, député non-inscrit, a donc voté… pour la prolongation de l’intervention, mais avec des réserves. Inaudible !

Les communistes exigent un cessez-le-feu

   A gauche, Jean-Michel Boucheron (PS), sans la moindre gêne, a salué « la grande technicité de nos opérations aériennes, ce qui permet de n'avoir que très peu de dommages collatéraux » et, dans la foulée, 154 députés de son groupe ont approuvé la poursuite des opérations... « en toute responsabilité ». Sept se sont tout de même abstenus. Henri Emmanuelli, ancien ministre de François Mitterrand, a voté contre la guerre. C’est son côté « gaulliste », a-t-il- dit, sur le site Marianne 2 (7). Julien Dray, autre député PS, a justifié son refus de prendre part au scrutin, en écrivant sur son blog que la poursuite du conflit « ne fera que générer un peu plus de chaos dans la région. Cela porte un nom : l’enlisement, le bourbier, concepts bien connus des Américains » (8).

   Les députés communistes, opposés depuis le début à la guerre de Libye, ont évidement tous voté contre, exigeant  - par la voix de Jean-Jacques Candelier« l’établissement immédiat d’un cessez-le-feu multilatétal ».

Pour toute réponse Alain Juppé a qualifié son intervention de « magnifique exercice de langue de bois ». Après avoir applaudi les bombardements, Jean-Luc Mélanchon, député européen désigné par le PCF candidat du Front de Gauche(9) à la présidentielle de 2012, a finalement convenu que la Libye subit une agression impérialiste et que l’OTAN n’a rien à y faire (10). Mieux vaut tard que jamais, mais son tête-à-queue politique ne fait pas oublier qu’il s’est tu, en 2002, quand Jacques Chirac et Lionel Jospin - dont il était ministre - ont envoyé des troupes françaises en Afghanistan (11).

   Comprenne qui pourra : chez les écologistes, Noël Mamère et François de Rugy ont voté pour, « sans que ce soit un chèque en blanc » donné à Sarkozy. Leurs collègues, Yves Cochet et Anny Poursinoff, contre. L’ex-juge Eva Joly, leur candidate à la présidentielle de 2012, qui joue maintenant les antimilitaristes en préconisant la suppression du défilé du 14 juillet, tenait en juin des propos va-t-en-guerre forcenés. Elle se disait « à 100% » pour l’intervention en Libye et même pour l’envoi de troupes au sol (12)…

   Comme l’a remarqué Henri Emmanuelli, le « droit de protéger » introduit dans la résolution 1973, c’est à dire de s’ingérer dans les affaires des autres pays, « ne s’applique qu’aux adversaires de l’OTAN ». L’empressement mis par Sarkozy pour renverser le Guide libyen, ont plus à voir avec son irrépressible envie de doubler ses partenaires occidentaux désireux d’étouffer les révolutions arabes, qu’avec l’essor de la démocratie en Méditerranée. Le devenir du colonel Kadhafi, la rédaction d’une nouvelle constitution, l’organisation d’élections, la formation d’un gouvernement, les exportations de pétrole et le choix d’alliances internationales, sont des domaines de souveraineté. Ils ne concernent que les Libyens.

(1) Scrutin public sur la déclaration du Gouvernement sur l'intervention des forces armées en Libye pour la mise en oeuvre de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU.
A l’Assemblée nationale : Nombre de votants : 516 - Nombre de suffrages exprimés : 509 - Majorité absolue : 255 - Pour l'adoption : 482 - Contre : 27.
http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo0786.asp

(2) Libye/Otan : Rasmussen rejette des accusations de crimes de guerre
http://www.romandie.com/news/n/_LibyeOtan__Rasmussen_rejette_des_accusations_de_crimes_de_guerre140720111707.aspRappel : Ancien Premier ministre danois, Rasmussen est connu pour avoir défendu le droit à la publication des caricatures du prophète Muhammad, parues dans le quotidien Jyllands-Posten en septembre 2005.

(3) Nicolas Dupont-Aignan : « En Libye, on est parti dans un engrenage dramatique pour la France »http://www.rtl.fr/actualites/international/article/nicolas-dupont-aignan-en-libye-on-est-parti-dans-un-engrenage-dramatique-pour-la-france-7702086302

(4) Analyse de Marine Le Pen – 27/5/11)
http://www.youtube.com/watch?v=ZUCs4Y8Ci7M

(5) Communiqué de Dominique de Villepin
http://www.republiquesolidaire.fr/7490-libye-resolution-1973-communique-de-dominique-de-villepin/

(6) Déclaration de Dominique de Villepin
http://2villepin.free.fr/index.php/2011/07/10/1961-dominique-de-villepin-sur-europe-1

(7) Emmanuelli: « En Libye, nous faisons la guerre. Je suis contre! » (Marianne 2 – 8/7/11)http://www.marianne2.fr/Emmanuelli-En-Libye-nous-faisons-la-guerre-Je-suis-contre_a208213.html

(8) http://juliendray.blogspot.com/2011/07/pourquoi-je-nai-pas-pris-part-au-vote.html

(9) Le Front de gauche comprend le Parti communiste, le Parti de gauche et diverses organisations communistes.

(10) Déclaration de Jean-Luc Mélanchon (L’Humanité - 23/3/11)

(11) Comme Nicolas Sarkozy avec l’intervention en Libye, Jacques Chirac et Lionel Jospin avaient invoqué un prétexte humanitaire en 2002 pour envoyer des troupes dans la région de Mazar-e-Charif, au nord de l'Afghanistan. Le débat parlementaire organisé à la demande de Jospin, n’avait pas été suivi d’un vote, Chirac l’ayant refusé. L’armée française est toujours en Afghanistan, alors que le candidat Nicolas Sarkozy avait laissé entendre, en 2007, qu’il fallait se désengager.

(12) Tchat avec Eva Joly (Rue 89 – 8/6/11)

Source : France Irak

Gilles Munier

http://www.france-irak-actualite.com/...

 

 

 

3-1-5

Gilles Munier :  Libye : les déboires de Sarkozy ne font que commencer
Gilles Munier

Interview de Gilles Munier -  Le Jeune Indépendant (Alger) - 7 juillet 2011

Gilles Munier, écrivain et journaliste connu pour son soutien à la résistance irakienne et à feu la politique arabe du général de Gaulle, revient de Libye pour témoigner des malheurs provoqués, selon ses termes, par « la guerre de Sarkozy ».

Ce qui se passe dans ce pays, dit-il, n’a rien d’un « Printemps arabe », c’est une « agression néo-coloniale ».

Depuis la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, ajoute-t-il, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne « rivalisent d’influence pour allumer ici et là des contre-feux réactionnaires, partout dans le monde arabe ».

Q - En Tunisie et en Egypte – pour ne parler que de ces pays - on n’a pas vu un seul drapeau américain brûler dans les manifestations, alors que les dictateurs conspués étaient des alliés des Etats-Unis et de l'Europe. Comment l'expliquez vous ?

On n’a pas vu brûler de drapeaux américains - ou israéliens - parce que les caméras des chaînes de télévisions ne les ont pas filmés. Au Caire, des portraits de Gamal Abdel Nasser ont même été brandis. Les agents et touristes israéliens qui se trouvaient en Egypte et en Tunisie ont été rapatriés d’urgence sur des vols spéciaux affrétés par le Mossad.

Je ne suis pas seul à penser que ce qui caractérise les premiers soulèvements populaires arabes – à Tunis, Le Caire, Rabat, Manama – est la remise en cause de la tutelle qu’exerce  les Etats-Unis sur ces pays. Pour préserver leurs intérêts, les Occidentaux tentent d’accompagner les mouvements de révolte en rétro-pédalant. Parallèlement, ils attaquant les régimes ont toujours contesté leur suprématie, comme la Libye et la Syrie. Demain, ils s’en prendront peur-être à l’Algérie. Les livraisons d’armes aux rebelles berbères du Djebel Nefoussa, en Libye, n’ont pas seulement pour objectif secondaire de couper la route Tripoli-Djerba au niveau du port de Zaoura - peuplé en grande partie de Berbères - elles sont aussi un message envoyé à Alger.

Q : Lequel ?

L’Algérie n’est pas à l’abri des menées déstabilisatrices occidentales, coordonnées ou non avec Israël. Du temps du Président Boumediene, Giscard d’Estaing a livré des armes à des activistes en Kabylie. Cela pourrait bien se reproduire.

Q- Vous venez de rentrer de Libye, quel état des lieux faites-vous ?

Ce qui se passe en Libye n’a rien à voir avec les « printemps arabes », c’est une opération de type néo-coloniale. Nicolas Sarkozy l’a initiée en pensant renverser Kadhafi en une quinzaine jours. Il voulait faire d’une pierre deux coups : montrer aux électeurs du Front National que la France était toujours capable de « casser de l’Arabe », et se tailler une part du gâteau pétrolier et gazier libyen.

Plus d’un millier de civils sont morts sous les bombardements de l’OTAN, mais la Libye résiste vaillamment. Je ne suis pas allé sur le front, mais j’ai vu les destructions et visité un hôpital. C’est terrible… La destruction de l’usine de fabrication d’oxygène de Maya, le 11 juin, va mettre la Libye en situation de rupture de stock de gaz anesthésiants. Que vont devenir les blessés, les bébés dans les incubateurs des 91 hôpitaux qu’elle approvisionnait ? On nous cache l’embargo alimentaire et médicale imposé à la Libye, contraire aux résolutions injustes votées par la soi-disant communauté internationale, c'est-à-dire par des gouvernements représentant 10% de la population mondiale.

Pour sortir du conflit, je ne vois que la négociation. Tous les opposants armés ne sont pas à mettre dans le même sac. Un terrain d’entente est possible avec ceux qui ne sont pas manipulés par les services secrets occidentaux. Mais, Sarkozy ne veut pas entendre parler de referendum en Libye.

Q - La poursuite de Sarkozy devant les instances judicaires internationales pour crime de guerre a-t-elle des chances d’aboutir ?

Un certain nombre de problèmes juridiques sont à résoudre car il n’y a pas de jurisprudence en la matière. Mais, Jacques Vergès et Roland Dumas iront jusqu’au bout. En France, Nicolas Sarkozy est protégé par la loi, mais pas au niveau international. Le dépôt d’une plainte pour crime contre l’humanité va gêner sa campagne pour la réélection. Aujourd’hui, 51% des Français sont contre la guerre. Dernièrement, un employé municipal a agressé Sarkozy pour protester contre l’intervention française en Libye. Ses déboires ne font que commencer.

Q - Que pouvez vous dire sur la situation en Syrie ?

Le président Bachar al-Assad n’a pas pu mettre en oeuvre les réformes promises lors de son arrivée au pouvoir en raison des pesanteurs que génère inévitablement un système à parti unique. Son opposition, Israël et les Occidentaux en ont profité. Comme en Libye, des agitateurs s’emploient à transformer l’expression de revendications légitimes en lutte armée, en guerre civile. Le retour au calme est la condition sine qua none à l’ouverture de discussions pour faire évoluer la société syrienne. Sinon, le pire est à craindre. A noter qu’Israël souhaite, depuis toujours, partitionner le monde arabe en un puzzle de mini-Etats à caractère ethnique ou religieux.

Q- Qu’est-ce que ces événements nous apprennent sur Al-Jazeera ?

Al-Jazeera n’est pas plus indépendante ou objective que TF1 en France et Fox News aux Etats-Unis. Ces chaînes de télévision sont des machines à bourrer les crânes. Les journalistes qui refusent de se transformer en propagandistes sont licenciés. En Libye ou en Syrie, Al-Jazeera diffuse des fausses nouvelles. L’Emirat de Qatar, occupé par des bases militaires américaine et française, est mal placé pour donner des leçons de démocratie ou de déontologie médiatique. D’ailleurs, Al-Jazeera se garde bien couvrir l’actualité au Qatar où une opposition existe et est réprimée. Au Bahreïn, elle fait passer les chiites pour des pestiférés, agents de l’Iran, alors que les revendications populaires sont aussi portées par des mouvements politiques sunnites, nationalistes, républicains. Regardez Al-Jazeera en anglais, vous vous apercevrez également qu’un même sujet est traité autrement que sur la chaîne arabe.

 Q : Dernière question, mais sur un autre sujet : pensez-vous que le lobby sioniste a joué un rôle dans la libération de DSK aux Etats-Unis ?

Certainement, sinon qu’allait faire son avocat, Benjamin Brafman, en mai, en Israël ? L’AIPAC, le lobby pro-israélien américain ne pouvait pas laisser tomber un de ses membres les plus éminents au niveau international. Avant d’être accusé de viol, DSK qui se voyait déjà président de la République, a dit à des journalistes de Libération qu’une de ses erreurs avait été de déclarer que tous les matins, en se levant, il se demandait ce qu’il allait faire pour Israël ! Il craignait qu’on le lui rappelle pendant la campagne présidentielle. En tout cas, violeur ou pas, la libération de DSK est du pain béni pour la campagne de Marine Le Pen.

Q : Après Rafarin, Chevènement, Juppé, le président de l’Union de la majorité présidentielle française (UMP), Jean-François Copé, débarquera à Alger dans deux jours. Comment expliquez-vous ce ballet diplomatique, alors que beaucoup de problèmes subsistent entre les deux capitales ?

Face aux visées américaines, la France considère l’Algérie comme faisant toujours partie de son pré-carré.

Ces hommes politiques ont, chacun, une mission différente. Mais, tous sont inquiets des répercussions de la guerre contre la Libye sur le Maghreb. Ceux qui sont membres de l’UMP voudraient bien que l’Algérie laisse tomber Kadhafi. Chevènement, lui, est un homme honnête et de bon conseil.

Mais aucun d’entre eux ne sait ce que le «cabinet noir» de Sarkozy mijote. L’intervention militaire en Libye ne l’a pas fait progresser dans les sondages.

Une petite crise avec l’Algérie, pensent certains, lui permettrait peut-être d’engranger les voix des nostalgiques de «l’Algérie-française» qui votent Front national. A l’Elysée, on en est là.

Gilles Munier

Entretien réalisé par Samir Méhalla

Source : France Irak
http://www.france-irak-actualite.com/...



3-2 Grande-Bretagne

3-2-1 La GB expulse tous les diplomates libyens en poste à Londres . 

La Grande-Bretagne a officiellement reconnu le Conseil national de transition (CNT) de l'opposition libyenne comme le gouvernement légitime et annoncé l'expulsion du personnel restant de l'ambassade de Libye à Londres.
Le ministère des Affaires étrangères a précisé que le chargé d'affaires libyen avait été convoqué mercredi matin et informé de ce que les huit derniers membres du personnel diplomatique devaient quitter le pays. Le CNT prendra possession de l'ambassade de Libye à Londres.
Un parti politique voit le jour à Benghazi
Pour la première fois depuis des décennies, un parti politique a vu le jour en Libye: né cette semaine à Benghazi dans l'Est contrôlé par les rebelles grâce à l'initiative d'expatriés libyens, il se veut un précurseur dans la voie vers la démocratie.
"Nous nous appelons le Parti de la Nouvelle Libye parce que tout a été détruit", déclare Ramadan Ben Amer, l'un des co-fondateurs du parti dans un entretien à l'AFP. Le colonel Mouammar "Kadhafi dit qu'il a construit la Libye pierre après pierre, mais, notamment à Benghazi, il l'a détruite pierre après pierre".
D'après cet homme de 53 ans, installé aux Emirats arabes unis, 2.000 personnes ont déjà rejoint la nouvelle formation. La plupart habitent Benghazi, sa ville natale, et Derna, celle de Rajad Mabrouk, 65 ans, l'autre fondateur du mouvement, qui vit à Dallas, au Texas.
La Nouvelle Libye, précise-t-il, est soutenue par quelque 20.000 expatriés vivant aux Etats-Unis, au Canada ou en Allemagne.
Ingénieur en pétrochimie formé en Californie, Amer souligne que son parti souhaite une démocratie fédérale, avec une séparation claire entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, sur le modèle américain.
Selon lui, il s'agit du meilleur système pour assurer le développement du tourisme et la gestion des ressources pétrolières.
"Réformer et développer le secteur pétrolier, de même que les énergies alternatives", notamment solaires dans ce pays ensoleillé 365 jours par an, fait partie des priorités du nouveau mouvement, suivies du système de santé et de la sécurité sociale.
Le Parti de la Nouvelle Libye souhaite l'abrogation de tous les impôts, au premier rang desquels l'impôt sur les revenus.
Sa plate-forme, comme souligné dans un dépliant en papier glacé, promeut également l'égalité des droits, la participation des femmes et des jeunes dans la société, la protection des minorités et la limitation du rôle des tribus, des "entités sociales" qui "ne devraient pas être considérées comme des corps politiques".
La Libye, secouée depuis cinq mois par une révolte populaire contre Mouammar Kadhafi qui s'est transformée en conflit armé, devrait devenir un Etat musulman séculier, où la relation à Dieu serait considérée comme une affaire personnelle, ajoute Amer.
Son groupe est, selon lui, le premier à se présenter comme un parti politique (hezb en arabe) en Libye. Ces derniers sont interdits depuis 1977 dans le pays, dirigé d'une main de fer par le colonel Kadhafi depuis plus de 40 ans.
"Il existe des associations, notamment caritatives, des clubs qui portent en eux des germes de partis politiques, mais aucun ne s'est présenté en utilisant le mot +parti+", explique-t-il.
"Il s'agit du premier parti politique à se déclarer", confirme à l'AFP Abeir Imneina, experte politique à Benghazi.
Plusieurs groupes de travail ayant émergé autour du Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion basé à Benghazi, pourraient, selon elle, le faire également dans un futur proche. Un certain nombre tiennent déjà des réunions pour délimiter leurs objectifs et recruter des membres.
"Les déclarations sont un premier pas qui aide à vous faire connaître", dit-elle.
Pour autant, souligne Abeir Imneina, "il n'y a pas encore de loi régissant les partis politiques et aucun parti ne peut donc exister de manière officielle pour le moment".

27/07/2011

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/la-gb-expulse-tous-les-diplomates-libyens-en-poste-a-londres/id-menu-957.html



3-3 Otan

3-3-1 L'Otan perd des forces en Libye

La Norvège met officiellement fin lundi à sa participation aérienne tandis que l'Italie rapatrie son porte-avions Garibaldi. Oslo a expliqué qu'elle n'était pas en mesure de continuer plus longtemps une mission aussi lourde.  

Les pays de l'Otan essaient d'achever le plus vite possible et victorieusement leur mission aérienne en Libye, mais ils doivent le faire avec des moyens réduits après le retrait des chasseurs engagés par la Norvège et d'un porte-avions italien. La Norvège, l'un des huit pays de l'Otan à avoir pris part depuis quatre mois à l'opération "Protecteur unifié", met fin officiellement à sa participation à la mission aérienne lundi. Dans les faits, ses quatre derniers chasseurs F-16 engagés devaient effectuer ce week-end leurs dernières sorties, Oslo ayant expliqué qu'elle n'était pas en mesure de continuer plus longtemps une mission aussi lourde. Certains pensaient que l'intervention en Libye, lancée en février pour protéger les populations civiles des attaques des troupes du colonel Kadhafi, ne durerait que quelques semaines.

Mais le vieux leader libyen, au pouvoir depuis 1969, s'est accroché plus longtemps que prévu, malgré les milliers de sorties aériennes qui ont fortement dégradé ses moyens d'action. Les alliés ont donc entrepris d'ajuster leur tactique militaire et leurs messages diplomatiques : ces derniers jours, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont laissé entendre que Muammar Kadhafi pourrait rester dans son pays, à condition qu'il cède tous ses pouvoirs. Selon l'Otan, le départ des chasseurs norvégiens n'affectera pas le rythme de l'opération aérienne, actuellement d'une centaine de sorties par jour, dont la moitié pour frapper. Un raid a visé samedi trois antennes de la télévision libyenne pour tenter de réduire Kadhafi au silence.

"Confusion totale"

"Nous avons toujours dit qu'une solution politique était nécessaire pour mettre fin à la crise, mais nous avons également dit que nous continuerions notre opération militaire aussi longtemps que nécessaire", a expliqué une porte-parole de l'Otan, Carmen Romero. "Kadhafi ne peut pas jouer la montre contre nous", a-t-elle ajouté.

Londres a renforcé sa contribution en ajoutant quatre chasseurs Tornado, compensant dans les faits le retrait des avions norvégiens. Ils voleront au côté des avions déployés par la France, le Canada, la Belgique, le Danemark, l'Italie et les États-Unis.

Mais des officiers britanniques ont averti que leurs forces armées, présentes en Libye et en Afghanistan, risquaient elles aussi d'atteindre leurs limites. D'autant que l'Italie a rappelé son porte-avions Garibaldi et décidé cette semaine de réduire drastiquement ses missions militaires à l'étranger. L'impatience monte donc chez les alliés, alors que le plus haut gradé américain a estimé que l'Otan était actuellement dans une "impasse" en Libye. "À long terme, je pense que c'est une stratégie qui fonctionnera (et permettra) de chasser Kadhafi du pouvoir", a toutefois affirmé l'amiral Michael Mullen.

L'idée que Muammar Kadhafi puisse rester en Libye, dans un "oasis dans le désert", est rejetée par les rebelles. "Ça tourne à la confusion totale", a confié Alexis Crow, du centre d'études londonien Chatham House. Les alliés, explique-t-elle, n'ont jamais été clairs à propos du sort final du colonel Kadhafi, certains pays étant réticents à l'idée de réclamer son départ.

La cohésion de l'Otan sera à nouveau mise à l'épreuve en septembre, lorsque s'achèvera le second mandat de 90 jours dont elle dispose. Les États-Unis ont fait circuler l'idée d'un nouveau mandat à l'Otan, qui ne serait cette fois pas limité dans le temps, selon des sources proches des discussions. "Cela mettrait nos procédures en phase avec notre message, à savoir que nous resterons aussi longtemps que nécessaire", explique un responsable de l'Otan. Un tel mandat à durée indéterminée est cependant loin d'être acquis, certains pays devant le faire approuver par leurs parlements.

Le Point.fr - 31/07/2011

http://www.lepoint.fr/monde/l-otan-perd-des-forces-en-libye-31-07-2011-1358184_24.php


3-3-2 Allain Julles : Le nouveau plan diabolique de l'Otan.

Alors que tout va mal sur le terrain, les membres de l’Otan envisagent le pire pour la Libye. En accentuant les bombardements sur la résidence de Mouammar Kadhafi, seule alternative selon les experts en massacre pour s’en tirer à bon compte, ne sachant finalement pas si le colonel vit encore sur place ou chez l’habitant, l’Otan veut procéder de la manière la plus brutale qui soit, en se vengeant sur le peuple libyen, le vrai, celui resté fidèle à Mouammar Kadhafi.

Alors que les Nations unies, instigatrices de ce complot morbide contre la Libye ne savent plus comment s’en sortir, elles ont envoyé sur place, une mission conjointe d’organisations humanitaires (Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Fonds des Nations Unies pour les populations (FNUAP), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds des Nations Unies pour l’ enfance (UNICEF) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Organisation internationale des migrations (OIM) ), qui s’est rendue à Tripoli, la capitale de la Libye et d’autres zones du pays. Constat amer. Les populations civiles n’ont pas accès aux soins de santé où souffre de pénurie de nourriture à cause des bombardements…

Alain Juppé et son homologue britannique M. Hague, ont annoncé conjointement, hier, que les bombardements allaient se poursuivre car, selon eux, la méthode est entrain de payer. Kadhafi serait donc dos au mur et par conséquent, il faut appuyer encore plus, même pendant la période de Ramadan. Mais, il y a pire. C’est la mise en place progressive d’un blockhaus assassin. De véritables méthodes scélérates et criminelles. Pis, ces derniers ont même annoncé qu’ils bombarderont désormais des centres civils, si des pro-Kadhafi s’y trouvent. Une façon de justifier in fine, en mentant toujours comme des arracheurs de dents, la destruction des hôpitaux, des Mosquées et des universités. Guerre humanitaire ?

Or, aujourd’hui, dans les besoins urgents, figurent la nécessité de soigner les personnes blessées par l’Otan et les renégats de Benghazi dans les conflits, le retour en principe des réfugiés (plus d’un million de personnes). Les services de santé sont débordés et la situation sanitaire s’est considérablement aggravée par le fait que de nombreux membres du personnel médical étranger ont quitté le pays depuis le début de la crise et que des fournitures sanitaires et les médicaments commencent à manquer. Les grandes victimes : les femmes et les enfants souffrant de graves problèmes psychosociaux. 

Malgré tout ça donc, l’Otan a décidé d’aider les galopins de Benghazi, pour que ceux-ci bloquent les livraisons de toutes les denrées alimentaires pouvant entrer à Tripoli pendant la période de Ramadan. Qu’ont-elles fait pour mériter ça ? Ainsi, les régions de Al-Khoums, de Zletan à l’est de la capitale, de Tajoura et de Zaouia seront fortement attaquées, même les convois des denrées alimentaires. Asphyxier, tuer des populations civiles pour qu’elles se soulèvent contre Mouammar Kadhafi desservira forcément les vendus de Benghazi à termes car, le peuple aime Kadhafi à…70%. Si même Jésus n’a pas fait l’unanimité, quel homme peut prétendre le contraire ? Tout ceci, pour avoir du pétrole et du gaz gratuitement. Dans cette guerre prétendument humanitaire, le temps pour Kadhafi, dans la mesure où le monde entier sait désormais, à moins de porter des œillères et d’être autiste, que c’est bel et bien une guerre de prédation injustifiée. Quant aux crimes de plus en plus nombreux de l’Otan, que fait donc Luis Ocampo-Moreno, procureur raciste et instrumentalisé de la Cour pénale internationale (CPI) ? 

J’étais invité le 24 juin dernier sur la chaine francophone Télésud pour parler de la guerre en Libye. Sans apporter un quelconque soutien à Mouammar Kadhafi, la vision était simplement de dénoncer une fausse guerre.

Plus dure sera la chute de l’Otan ! Chiche

Allain .Julles

Les commentaires sont fermés.