Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/08/2011

n°10 - Journal de Syrie - 11-08 au 28-08 -: Début - La Syrie est la cible d'un complot extérieur visant sa sécurité et sa stabilité.

n°10 - Journal de Syrie -  11-08 au 28-08  -: Début - La Syrie est la cible d'un complot extérieur visant sa sécurité et sa stabilité.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal deSyrie

             n°10                                                11-08 au28-08

        C.De broeder & M.Lemaire



Le "Journal deSyrie" est  visible 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Tiré à part

 Chems Eddine Chitour: « Les pays occidentaux veulent changer la carte du Moyen-Orient et la rendre favorable à Israël ».

Qui au Moyen Orient Profiterait De la Chute D’Assad ? Israël.

Guy Delorme : Israël : Si tu ne veux pas la paix, prépare ouvertement la guerre !

Paroles & action du président Bachar al-Assad 

El Assad met en garde contre toute action militaire contre la Syrie.

Al-Assad : La Syrie est un obstacle pour l’Occident dans la région !   

Résistance

Raghda Bittar : Journal libanais: La Syrie est la cible d'un complot extérieur visant sa sécurité et sa stabilité.  

La Syrie a cessé depuis mardi toute transaction en dollars au profit de l'euro.

Fin

1 Lutte pour la libération du territoire

La Syrie dément le bombardement maritime de Lattaquié.

2  Politique Syrienne 

Sur le terrain

Les grandes manœuvres

3  Politique US

Clinton

LesÉtats-Unis adoptent une approche de « puissance intelligente » sur la Libye et la Syrie.

Des Canons ... pas du beurre

Les USA appellent Moscou à stopper les fournitures d'armes à la Syrie.

Les grandes manœuvres

Louis Denghien : l’ambassadeur américain obligé d’écourter son ingérence

4 Pays Arabes & voisins

Iran

Turquie

5 Les institutions

ONU

Damas invite l'ONU à envoyer une délégation d'inspection en Syrie. .

6 Europe

1  France

7 Les réactions dans le monde

Russie

Des forces étrangères assurent l'arme et l'argent aux soi-disant manifestants pacifiques en Syrie..

Sologobovski: L'opposition extrémiste en Syrie cherche à réaliser sa démocratie présumée par des moyens pas du tout démocratiques.



Tiré à part 

Chems Eddine Chitour: « Les pays occidentaux veulent changer la carte du Moyen-Orient et la rendre favorable à Israël ».

Le professeur Chems Eddine Chitour développe dans cet entretien une analyse sur la situation en Syrie, un pays qui fait l'objet d'un véritable «complot» mené par les Etats-Unis d'Amérique, la France et leurs alliés dans la région du Moyen-Orient, à savoir les rois des pays du Golfe.

Selon le politologue, le peuple syrien doit parvenir à un changement politique pacifique, légal et endogène. Quant aux réactions des pays du Golfe et de la Ligue arabe, le professeur relativise cette «pression» en estimant quelle est orchestrée par les pays occidentaux qui contrôlent les pays du Moyen-Orient.
Le Temps d'Algérie : Comment analysez-vous la situation en Syrie. S'achemine-t-on vers le scénario libyen avec cette campagne de pression sur le président Al Assad ?
Chems Eddine Chitour : La situation en Syrie est différente de celle en Libye. La Syrie se trouve à proximité d'Israël.

Pendant longtemps, les pays de l'Occident ont laissé faire les choses et ne voulaient pas perturber l'équilibre actuel. De plus, il faut savoir qu'en Syrie, il existe un Etat, des institutions et un parti structuré.

Ce qui n'est pas comparable avec la Libye, qui est une République populaire dont le pouvoir est dilué entre les différentes tribus et organisations de masse. En Syrie, il y a un gouvernement qui continue ses activités de manière normale. Il ne faut pas croire à ce que disent les chaînes d'information et les journaux. La vie suit son court.

C'est vrai qu'il y a des manifestations dans certaines villes et que l'armée est intervenue. Mais ce que les médias occidentaux ne disent pas, c'est qu'il y a une rébellion à l'intérieur qui profite du contexte des appels pour le changement de régime pour agir. C'est vrai aussi que le parti politique Baâth a régné sur le pays depuis plus de 50 ans. Le problème ne se situe pas là.

Cependant, il faut reconnaître que l'information qui parvient sur la Syrie est injuste. On ne donne pas toute l'information. On préfère diffuser des vidéos amateurs et on exagère pour dire qu'il y a des milliers de morts en Syrie. Depuis 5 mois du début des tensions, on parle de 2000 morts, dont près de 400 sont des éléments de sécurité.

C'est une guerre entre les forces armées syriennes et c'est que le pouvoir appelle les «contre révolutionnaires» et «hors-la loi». Ceci dit, la position de Bachar Al Assad a changé complètement depuis le début des troubles. Il y a eu beaucoup de choses qui ont été annoncées et l'Occident ne tient pas compte et ne veut plus de Bachar Al Assad.

Le président syrien a annoncé des élections. Pourquoi l'Occident ne l'aide pas à les organiser dans la transparence. Les «révolutionnaires» veulent que le président syrien parte, mais il faut que cela se fasse de manière légale. C'est-à-dire par l'organisation des élections. Sans les élections, le changement sera fait par un coup d'Etat.

Des questions subsistent quant au poids de cette opposition qui a été d'ailleurs invitée par Bachar Al Assad au dialogue. Et comme cette opposition est inféodée à l'Occident et reçoit des instructions, elle ne peut répondre à cet appel. Les Etats-Unis d'Amérique ont tout fait pour phagocyter les tentatives de réconciliation entre les Syriens.

Tout le monde est d'accord qu'il faudrait qu'il y ait de l'alternance au pouvoir et l'ouverture. Mais on se méfait encore de l'Occident surtout avec ce qui se passe actuellement en Libye. C'est tragique et inimaginable. D'où d'ailleurs la décision de la Russie et de la Chine de ne pas cautionner les décisions du Conseil de sécurité sur la Syrie.

La Russie et la Chine ont été échaudées par ce qui s'est passé en Libye. Ils ont décidé de bloquer toute résolution contre la Syrie. Ils savent que la Syrie est confrontée à une contre révolution armée. La Syrie est dans son droit de se défendre contre des groupes qui veulent semer la terreur. Si l'Occident était de bonne foi, il accompagnerait Bachar Al Assad dans son programme de réformes, les élections, le multipartisme...
Que veulent justement les pays de l'Occident ?
Ils veulent changer la carte du Moyen-Orient pour la rendre favorable à Israël. Il faut savoir qu’Israël est en train de construire un mur dans le Golan, comme celui de la bande de Ghaza. Cela veut dire que c'est une annexion définitive des territoires syriens. Et justement, aucune personne ne s'intéresse à cette question. Il y a derrière tout cela une volonté occidentale de réorganiser les peuples faibles, surtout du monde arabe.

C'est ce que font d'ailleurs les rois des pays du Golfe qui ont exécuté les ordres des Etats-Unis d'Amérique en rappelant leurs ambassadeurs de la Syrie. Et dans ce contexte, il faut le dire et le souligner avec force, il n'y a plus de Ligue arabe. Dans ces conditions, ils sont en train de recomposer le plan de l'ex-président américain Bush pour le Grand Moyen-Orient.
Pourquoi il y a eu cette pression des pays du Golfe sur la Syrie, alors qu'on avait assisté à l'intervention des forces armées saoudiennes pour mater les manifestants pacifiques du Bahreïn et enfreindre la souveraineté d'un Etat qui est censé pourtant protéger ses concitoyens ?

Justement, au Bahreïn, le pouvoir est illégitime et les Saoudiens le savent très bien. Plus de 80% de la population est de confession chiite. Les Américains et les Saoudiens ne veulent pas de révolution dans ce pays.

L'Arabie Saoudite a envoyé donc ses chars pour tuer les manifestants pacifiques, parce qu'elle a peur que les chiites saoudiens se soulèvent. Le nord-est de l'Arabie Saoudite est de confession chiite. Et tout cela va renforcer évidemment le peuple iranien qui est chiite.

Il ne faut pas aussi oublier que la plus grande base militaire américaine se trouve au Bahreïn, dont la superficie est presque l'équivalent de la commune d’El Harrach à Alger. Imaginez donc une révolution qui va se produire à trois kilomètres de la base américaine. Il faut absolument écraser le peuple du Bahreïn. Nous avons vu des images effroyables sur les hôpitaux bahreïnis.

On a tué des malades manifestants. Sur ce plan, c'est le black-out total. Les deux pays (Bahreïn et Arabie Saoudite) ont reçu des ordres des Etats-Unis d'Amérique de maintenir le statu quo. Quant à la Syrie, il reste le seul pays de la région à s'opposer à Israël.

L'Occident ne veut pas de ce régime syrien. Il veut un Etat docile. Pour atteindre cet objectif, il a décidé de déstabiliser la Syrie. Mais j'insiste pour dire qu'il ne faudrait jamais écouter et croire à ce que disent les médias occidentaux et les journaux officiels américains ou français. Tout simplement, on ne fait pas la part des choses pour donner à tout le monde le droit de s'exprimer sur les problèmes.

Il existe des sites alternatifs animés par des journalistes occidentaux qui donnent d'autres sons de cloche sur la situation en Syrie. Ces journalistes sont partis à Damas et ils ont évoqué une autre situation. Ils ont dénoncé avec des images et des écrits fondés ce que disent les journaux

et médias du pouvoir américain ou autres. Il faudrait vraiment engager une commission d'enquête impartiale pour démontrer à l'opinion internationale que la vie suit son cours normal en Syrie et que cette machine médiatique a été conçue en faveur des pouvoirs américains et européens.
Vous pensez que la position de la Syrie vis-à-vis de la question palestinienne et sa détermination à récupérer le Golan lui ont coûté cette campagne de déstabilisation ?

C'est le cas de le dire. Le peuple syrien veut récupérer absolument son Golan, à n'importe quel prix. Il y a aussi la coopération étroite existant entre la Syrie et l'Iran qui dérange beaucoup dans la région.
Est-ce que la Syrie peut résister à cette pression des pays occidentaux et ceux du Golfe ?

Pour cette question, on peut citer l'exemple libyen. Malgré l'intervention de l'Otan et les armes larguées par les Français aux rebelles, les Libyens résistent depuis 5 mois aux forces de l'ennemi. Beaucoup croyaient que l'intervention de l'Otan durera quelques jours. Mais finalement la Libye a très bien résisté. La raison est très simple. Quand les peuples sont avec leurs dirigeants, il n'y a plus lieu de craindre du tout. Dans ces conditions, les Syriens et les Libyens ont des dirigeants vraiment nationalistes qui vont aller dans la bonne direction. C'est sûr qu'il est inéluctable que les pouvoirs changeront. Mais le changement doit être endogène, voulu par le peuple. Il ne faut pas qu'il soit imposé de l'extérieur. Il faut que le peuple syrien trouve la solution par lui-même. Al Assad a fait énormément pour son pays. Il faut une alternance, mais de manière pacifique et légale. Il ne faut pas oublier que la Syrie est confrontée à une situation économique difficile. C'est malheureux parce que ce pays veut être maître de son destin, alors que les autres pays arabes du Golfe ne décident de rien.
Comment analysez-vous les démarches de la Turquie vis-à-vis de la Syrie qui de plus en plus apparaît comme un serviteur de l'Occident, particulièrement des Américains ?

La Turquie fait son intrusion dans la situation de la Syrie étant donné le problème des Kurdes qui pourrait avoir un effet sur sa stabilité.

La Turquie avait protégé les populations syriennes qui ont fuit les évènements des derniers mois. Mais il se trouve que beaucoup de familles syriennes réfugiées en Turquie ont retrouvé il y a quelques jours leurs villages et maisons après le retour de la sécurité.

Les médias occidentaux ont donné l'image que des milliers de Syriens ont fui leur pays. Or ce n'est pas vrai. La Turquie veut jouer donc un rôle dans la région. Elle ne veut pas perdre la bénédiction des Etats-Unis d'Amérique et de l'Europe.

Tout le monde attend d'ailleurs de la réunion prévue aujourd'hui (hier) entre le ministre des Affaires étrangères turque et le président Al Assad, pour mettre les choses au clair. Certainement, la position de la Turquie va être revue.

Le gouvernement de Bachar Al Assad a entrepris des réformes importantes et se dit prêt à organiser des élections libres. Dans ces conditions, je ne vois pas ce que va demander la Turquie à la Syrie. Si la Turquie veut être leader dans la région, elle doit prendre l'initiative d'organiser l'alternance. Elle peut couper l'herbe sous les pieds de tous les pays qui veulent le chaos en Syrie.

Propos recueillis par Farouk Belhabib

Professeur Chems Eddine Chitour
Ecole Nationale Polytechnique enp-edu.dz

www.letempsdz.com 2011 ©
Publié le 10 août 2011 avec l'aimable autorisation de l'auteur


Qui au Moyen Orient Profiterait De la Chute D’Assad ? Israël.

Bien qu’Israël ait longtemps gardé le silence sur les évènements en Syrie, désormais à Tel Aviv on se réjouit d’avance d’une possible éviction d’Assad prélude à un affaiblissement du pouvoir central syrien au profit de gouvernements régionaux sectaires s’opposant comme par le passé les uns aux autres. Une Balkanisation de la Syrie c’est ce à quoi participe en coulisses les Sionistes en soutenant les islamistes fanatiques armés par l’étranger avec l’aide de la Turquie.

Lors d’une présentation faite à l’Institut for Contemporary Affairs du Jerusalem Center for Public Affaires le 16 Juin 2011, le professeur Eyal Zisser - un expert israélien de renom sur l’histoire et la politique moderne de la Syrie du Liban et du conflit arabo israélien - préconise le renversement de Bahsar al Assad dont le régime est considéré par lui comme une menace pour Israël.
Dans un article intitulé
The syrian uprising implications for Israël, Zisser - universitaire influent dans le monde politique israélien - détaille sa position dans le dernier chapitre «A new syrian régime might be better for Israël » c'est-à-dire expose les désidératas de Tel Aviv vis-à-vis de Damas.
Ci-dessous la traduction de ce chapitre
« Un nouveau régime syrien serait mieux pour Israël «
« Plus faible est la Syrie plus fort sera le Liban. Tout changement de régime en Syrie pourrait être un coup porté au Hezbollah bien que le Hezbollah représente en fait un grand nombre de Shi’ites. C’est un pouvoir central shi’ite libanais profondément enraciné et authentique. Cependant, c’est l’aide de l’Iran et de la Syrie qui ont transformé le Hezbollah en pouvoir régional. Mettre hors jeu la Syrie pourrait réduire le Hezbollah à une taille plus raisonnable - pour devenir un parti libanais fort mais rien de plus.
« La Syrie a soutenu les Shi’ites au Liban mais en même temps a apporté un certain soutien aux Sunnites car la logique derrière l’intervention syrienne au Liban a toujours été : diviser pour régner (règle d’or du régime sioniste oeuvrant actuellement avec son parrain américain pour monter les Sunnites avec à leur tête l’Arabie Saoudite contre les Shi’ites tournés vers l’Iran .ndlt). Un régime sunnite en Syrie pourrait changer la balance au Liban en faveur des Sunnites.
« Un nouveau régime en Syrie cela pourrait vouloir dire un retour aux années 1950 et 1960 quand il y avait un gouvernement syrien central faible et des régions fortes. Chaque région a ses propres caractéristiques ethniques et communales et il pourrait y avoir un coup d’état de temps en temps et un manque de stabilité. Le pire scénario c’est que la Syrie devienne un nouvel Irak car il y a actuellement non seulement des comptes historiques à rendre mais également des comptes liés aux évènements actuels. Il y a eu 2000 Syriens tués et les familles exigeront une vengeance non pas contre Bashar mais contre leurs voisins Alawites et Chrétiens.
« Je ne pense pas que ce soit dans l’intérêt d’Israël d’avoir Bashar au pouvoir. Certainement comme en Egypte c’est possible que les Frères Musulmans prennent le pouvoir en Syrie mais je ne suis pas sûr que cela soit le cas. Si Bashar tombe la situation a des chances d’être comme au cours des décennies antérieures avec un régime central très faible. Cela pourrait conduire à des incidents frontaliers avec Israël mais pas à une guerre avec des actes terroristes qu’un régime faible ne peut pas empêcher. L’opposition syrienne pourrait éventuellement prendre le pouvoir et comme c’est le cas en Egypte ils savent que leurs intérêts c’est d’entretenir des relations amicales avec les pays occidentaux comme les US et pas avec l’Iran .Donc à long terme un nouveau régime syrien pourrait être mieux pour Israël que le régime actuel. »
Information complémentaire
Un article intitulé :
« DERNIÈRE HEURE : L’OTAN et la Turquie appuient les rebelles armés en Syrie.

Recrutement de moudjahidines. » publié le 16/08/2011par le site canadien version française Mondialisation.ca fait état de préparatifs militaires de l’OTAN/Turquie contre la Syrie avec une implication israélienne à terme.
«… Des développements récents en Syrie indiquent qu’il s’agit d’une insurrection armée à part entière, intégrée par des moudjahidines (« combattants de la liberté islamistes »), appuyés, entraînés et équipés par l’OTAN et le haut commandement de la Turquie….
Lire cet article  SUR CE LIEN http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=26036
Bien qu’affirmant être contre toute intervention étrangère en Syrie, la Turquie n’en a pas moins déployé des officiers réservistes dans des bases le long de la frontière avec la Syrie pour selon la presse turque parer à toute crise humanitaire liée à un afflux massif de réfugiés venant de Syrie en assurant leur protection.
Les militaires turcs en armant et en entraînant ces moudjahidines et en favorisant leur passage en territoire syrien ne sont-ils pas plutôt entrain de soutenir la rébellion armée contre le régime de Bashar al Assad première étape d’une intervention militaire englobant d’autres intervenants dont Israël ?
http://www.planetenonviolence.org/Qui-Au-Moyen-Orient-Profiterait-De-La-Chute-D-Assad-Israel_a2474.html


Guy Delorme : Israël : Si tu ne veux pas la paix, prépare ouvertement la guerre !

Il ne manquait plus que lui, dans la préparation d’un climat de pré-guerre autour de la Syrie : après les Etats-Unis, la France, l’Europe et la Turquie, l’Etat d’Israël s’efforce à son tour d’accréditer l’idée de l’imminence d’un conflit, meilleure façon de rendre celui-ci possible. En effet, l’état-major de Tsahal a fait procéder ces jours-ci à la pose de mines anti-personnel le long des barbelés et de la clôture électrifiée séparant le plateau annexé du Golan du territoire syrien, tandis que, nous assure le quotidien américano-sioniste Le Figaro, des unités subiraient un « entraînement spécial » pour faire face à d’éventuelles attaques syriennes. Et les militaires – et politiques – hébreux d’expliquer bien  fort que ces mesures sont rendues nécessaires par la situation politique de Bachar al-Assad, qui, selon eux, pourrait être tenté de trouver une échappatoire à ses problèmes intérieurs en attaquant Israël.
Tiens donc ! Le régime de Bachar al-Assad, mis au ban par une moitié du monde, et confronté à une crise intérieure, délicate bien qu’en cours de résorbtion, n’aurait pas de meilleure idée que de se lancer dans une aventure vouée à l’échec contre la plus puissante armée du Proche-Orient et l’allié privilégié des Etats-Unis, lesquels sont à l’affût du moindre prétexte pour intervenir – ou faire intervenir – militairement contre Damas, par Européens, Saoudiens ou Turcs interposés ? A ce stade ce n’est plus du machiavélisme, c’est « suicide mode d’emploi » !
Puisque l’opposition n’est pas assez performante…
Mais la vraisemblance du schéma importe peu en l’espèce : l’important n’est-il pas, de Washington à Tel Aviv en passant par Bruxelles et Ankara, de fragiliser au maximum la position internationale de Bachar al-Assad pour l’affaiblir intérieurement ? Faire croire qu’il est « 
aux abois » – comme l’écrit Le Figaro qui prend vraiment ses rêves atlantistes pour des réalités syriennes – et donc prêt à faire n’importe quoi, y compris plonger la région dans la guerre, c’est le seul moyen qui reste – la « révolution »‘ intérieure marquant décidément le pas – à la coalition de fait euro-israélo-américaine de l’asphyxier internationalement, et de le faire lâcher par les Russes, les Chinois ou les Indiens, ces empêcheurs de « s’ingérer en rond ».
Une fois de plus on constate que ce sont les pyromanes qui crient « au feu ! » Car qui, en soutenant les franges radicales et armées de l’opposition, en jouant sur les clivages religieux – comme en Irak -, en tentant d’asphyxier par diverses mesures d’embargo l’économie, en poussant la Turquie ou certaine faction libanaise à mettre leur grain de sel, qui donc, sinon les Américains, les « Européens », quelques Arabes et aujourd’hui les Israéliens, sème le vent de la guerre en Syrie et, ipso facto, chez ses voisins immédiats ?
Reste qu’il y a dans tout cela, jusqu’à plus ample informé, plus de poker menteur que  de résolution farouche.

Guy Delorme

Jeudi 18 Août 2011
http://www.infosyrie.fr



Paroles & action du président Bachar al-Assad 

El Assad met en garde contre toute action militaire contre la Syrie.  

Le président syrien Bachar al-Assad a mis en garde dimanche contre toute action militaire contre la Syrie, estimant sans valeurs les appels occidentaux exigeant son départ, et soulignant que sa bataille avec eux est celle de la souveraineté.
« Toute action militaire contre la Syrie aura des retombées plus grandes qu’ils ne le prévoient pour plusieurs raisons », a-t-il averti, lors d’une interview télévisée diffusée sur la télévision d’état.
Rapportant des évènements pour la première fois, il a révélé avoir reçu des menaces américaines quelques semaines après l’invasion de l’Irak que la Syrie sera occupée, et énumérant un certain nombre d'exigences.
« Notre réponse a été de refuser toutes ses demandes» a-t-il précisé, expliquant que « les réformes pour les états occidentaux colonisateurs sont celles qu’ils dictent seulement, en renonçant à la résistance, et abandonnant nos droits ».
S’adressant toujours aux pays ennemis, il a ajouté : « parfois il faut leur dire que si vous voulez aller plus loin dans vos politiques, nous sommes prêts à aller plus loin ».
Les appels des occidentaux sans valeur
Concernant les appels de dirigeants occidentaux réclamant son départ, le président syrien a dit qu’ils étaient "sans valeur"
"En nous abstenant de réagir, nous leur disons que leurs propos sont sans valeur", a dit M. Assad.
Selon lui, de "tels propos ne doivent pas être tenus à l'égard d'un président qui a été choisi par le peuple syrien et qui n'a pas été installé par l'Occident, un président qui n'est pas fabriqué aux Etats-Unis. Ces paroles se disent à un peuple soumis qui accepte de recevoir des ordres de l'étranger".
ElAssad considère que les relations actuelles de la Syrie avec ces pays occidentaux sont marquées par un conflit de souveraineté.
Jeudi, et dans ce qui a semblé être une vraie confiscation de la volonté du peuple syrien, le président américain Barack Obama suivi de ses alliés occidentaux, a pour la première fois appelé explicitement Bachar al-Assad à partir et a renforcé les sanctions.
Avec la Turquie: Oui aux sentiments de souci, non au rôle de maitre
Interrogé sur les dernières positions turques, le numéro un syrien a répondu : « concernant les déclarations des responsables turques, et vu que nous ne savons les intentions qui les alimentent, serait-ce vraiment par souci, comme nous entendons dire de temps à autre, s’il en est ainsi nous sommes reconnaissants pour tous ceux qui se soucient pour la Syrie… serait-ce aussi par préoccupation de ce qui se passe en Syrie, et de ce qui pourrait en advenir comme conséquences en Turquie, ce qui est aussi normal ».
Mais il a toutefois tenu à signaler que lorsqu’il « s’agit de prendre le rôle de guide, ou de maitre, et de jouer un rôle au détriment de la cause syrienne, ceci est inadmissible, de la part de n'importe quel responsable du monde, y compris de la Turquie ».
M. Assad a par ailleurs annoncé que les élections locales devraient avoir lieu en décembre et que les législatives se tiendront de "quatre à huit mois après la publication, peut-être jeudi, des décrets d'application sur la loi électorale, en tout cas au plus tard en février, afin de permettre aux partis de se constituer et d'avoir le temps de faire campagne".
Les sanctions ont toujours existé
Concernant les sanctions économiques décidées par les pays occidentaux, il a souligné que "le siège de la Syrie existe déjà". "Malgré les bonnes relations économiques que nous avons avec l'Europe, nous avons d'autres alternatives. On s'est orienté vers l'Est et nous continuerons à le faire", a-t-il dit.
Selon des diplomates, les mesures européennes visant le secteur pétrolier, notamment un embargo sur l'importation de pétrole brut syrien, pourraient être annoncées dès mardi. L'Europe achète 95% du pétrole exporté par la Syrie, ce qui représente un tiers des recettes du pays.
Le président Assad a reconnu que la crise avait eu un impact sur la situation économique mais que "celle-ci commence à se rétablir depuis deux mois. Il faut garder le moral".
Selon lui, la Syrie n'aura jamais faim, vu qu'elle est auto-siffisante et grace à sa position gégraphique qui influe sur les autres pays de la région.
Le complot visait à faire tomber la Syrie en quelques semaines
Interrogé sur la situation sécuritaire, le chef de l'Etat a précisé: "Nous avons commencé à enregistrer des succès et nous pouvons dire que la situation est à présent plus rassurante. Le complot (déjoué) visait à faire tomber la Syrie en l'espace de quelques semaines".
"Il n'y a pas de solution purement sécuritaire et toute solution sera forcément politique mais une solution politique ne pourra pas être mise en oeuvre si la sécurité n'est pas préservée", a-t-il souligné.
Non à la justice onusienne!
Alors que le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a indiqué vendredi qu'il y avait désormais des "preuves" de "crimes contre l'humanité" et a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à saisir la justice internationale, M. Assad a indiqué qu'il existait en Syrie "une commission d'enquête indépendante".
"Un nombre limité de personnes ont déjà été jugées sur la base de preuves irréfutables. Le principe est que quiconque, qu'il soit militaire ou civil, ayant commis un crime contre un citoyen sera jugé sur la base de preuves. Nous n'innocenterons pas un coupable et nous ne condamnerons pas un innocent", a-t-il
dit.

22/08/2011

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=27976&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

 

Al-Assad : La Syrie est un obstacle pour l’Occident dans la région !  

Le président syrien Bachar el-Assad a rejeté en bloc toute pression occidentale cherchant à contraindre la Syrie à se vendre, car le peuple syrien a choisi d’être maître lui-même et de jouir  d'une souveraineté autonome, a rapporté l'agence SANA.
S’exprimant au cours d’un iftar organisé Mercredi soir en l’honneur des dignitaires religieux syriens, al-Assad a considéré que les pressions étrangères ne sont pas nées du souci de l’Occident sur le peuple syrien ou sur le processus des réformes déjà entamé !
Et de souligner « que la Syrie est pour l'Occident un obstacle dans la région et il veut de la Syrie qu'elle présente des concessions, mais cela  n'arrivera jamais, car le peuple syrien a choisi d’être en possession de sa volonté ».
Le président al-Assad a indiqué que  « la force de la Syrie réside dans le fait que son peuple  croit en la patrie qui représente sa maison, en la souveraineté  qui représente son honneur et en l'unité nationale qui représente sa forteresse à laquelle nous irons  nous abriter, enfin en la sécurité qui représente la garantie de l'avenir de nos enfants ».
Le président al-Assad a appelé à revoir les événements que la Syrie a connu afin d'en tirer les leçons pour le bien du pays et du peuple syrien.
"Surmonter ces événements nécessite la coopération de tout le monde, le bon sens et la sagesse au lieu des émotions", a affirmé le président syrien, soulignant que le rôle des ulémas est  essentiel pour préserver le pays, sensibiliser les citoyens et éviter la zizanie.
Le président al-Assad a considéré « que ce qui s'est passé, malgré  la grande douleur qui a résulté de cette situation, a mis en évidence la substance solide et authentique du citoyen syrien dont la patrie s'enorgueillit comme d'ailleurs la rue syrienne, affirmant que la relation entre la foi et le patriotisme est tout à fait naturelle et que ce qui unit ces deux concepts est la morale ».
"Une grande partie de la crise a une raison morale que ce soit du côté du responsable ou du citoyen et la solution réside dans la consécration de la morale", a-t-il estimé, ajoutant que l’essence de la religion est l'humanité et l’essence de cette dernière est la morale.
Il a insisté sur le fait  de ne point exploiter le nom d'Allah, qui est le mot le plus sacré à l'humanité.
"Les agissements individuels de la part de certains responsables ou de simples citoyens, surtout les actes qui violent les choses sacrées ne sont que des comportements individuels qu'on ne peut généraliser ", a-t-il poursuivi.
Le président a appelé tous les ulémas et les responsables à assumer leurs responsabilités dans le renforcement de la cohésion entre les Syriens et à participer ensemble au processus de réforme, précisant que la divergence des opinions est une question "saine" tant que le but  est la construction du pays et tant que la réforme n'aboutit pas à la division et à la dissension.
"L'Etat progresse dans le processus de réforme de manière ferme", a affirmé le président, ajoutant que cette réforme jette les jalons de l'avenir du pays et des générations futures. "C'est pourquoi, elle doit être minutieusement étudiée et fondée sur les revendications naturels de la société et non pas sur tout ce qui est conjoncturel", a fait noter le président al-Assad.
Il a mis en garde contre les tentatives étrangères  de semer la discorde dans le pays, notamment en discréditant  le rôle patriotique de l'armée qui protège les citoyens et les biens publics et privés.

25/08/2011

Al Manar



Résistance

Raghda Bittar : Journal libanais: La Syrie est la cible d'un complot extérieur visant sa sécurité et sa stabilité.  

Dans un article publié par le journal libanais al-Bina', l'écrivain Mme Salwa Al-Khalil Al-Amine a affirmé que la Syrie est la cible d'un complot dangereux visant sa sécurité, sa stabilité et la sécurité et la stabilité de la région tout entière au service du projet américano- sioniste.
L'écrivain a indiqué que le fait de couper les routes, de tuer les innocents des civils et de l'armée par la main des groupes terroristes armés en Syrie confirme la réalité de la main extérieure qui joue avec la sécurité et la stabilité de la Syrie.
Elle a ajouté que tous les fronts sont actuellement ouverts contre la Syrie par l'intimidation, la destruction des établissements, la coupure des routes et l'agression contre les fils de notre peuple et de l'armée.
L'écrivain a critiqué les comportements de certains intellectuels et écrivains arabes qui se sont entraînés derrière les plans américains et occidentaux contre la Syrie, tout en se demandant: Où sont les crayons libres cultivés qui soutiennent la Syrie et se tiennent aux côtés de la résistance et du peuple arabe combattant sous ses différentes catégories ?.
L'écrivain a conclu son article en disant que la Syrie mène aujourd'hui la bataille de tous les Arabes et tout le monde doit renoncer aux rancunes et traduire les idées en une action résistante honnête pour la victoire de la cause arabe dont l'étendard est détenu par la Syrie contre l'ennemi israélien.
Raghda Bittar

15/08/2011
http://www.sana.sy/fra/51/2011/08/15/363991.htm


La Syrie a cessé depuis mardi toute transaction en dollars au profit de l'euro.  

La Syrie a cessé depuis mardi toutes ses transactions en dollars en raison des sanctions imposées par les Etats-Unis et s'est tournée complètement vers l'euro, a indiqué jeudi à l'AFP le gouverneur de la Banque centrale Adib Mayaleh. "Depuis deux jours nous ne pouvons plus faire de transactions en dollars et nous nous sommes donc tournés vers l'euro. Depuis 2005, nous avions encouragé tous les secteurs économiques à faire des transactions en euros mais malheureusement ils continuaient dans leur très grande majorité à la faire en dollars", a-t-il dit. "Maintenant c'est complètement arrêté. C'est la première fois dans l'histoire du pays", a-t-il ajouté.
Barack Obama qui a exigé la démission du président syrien Bachar al-Assad a également annoncé tout récemment avoir pris de nouvelles sanctions très dures contre le régime de Damas.
Le président américain a signé un décret interdisant l'importation de pétrole et de produits pétroliers de Syrie aux Etats-Unis et gelant tous les avoirs que l'Etat syrien pourrait avoir sous juridiction américaine.
M. Mayaleh a indiqué que les réserves du pays se montaient actuellement à 17,4 milliards de dollars, soit 800 millions de dollars de moins par rapport à la mi-mars, au début du mouvement de contestation contre le régime de Bachar al-Assad.
"Le taux de change de la livre syrienne est resté plus ou mois stable. C'est notre principal objectif depuis le début de la crise, a-t-il ajouté. Interrogé sur un transfert de 6 milliards de dollars de l'Iran pour soutenir la livre syrienne, il a répondu: "C'est de la rigolade. C'est n'importe quoi. Les milliards sont venus comment? En camions? Par un transfert bancaire alors que les deux pays sont sous embargo? Le centrale des règlement interbancaires en a fait état? C'est ridicule". "Nous avons crée il y a deux ans un fonds pour la fluctuation de la monnaie et la position des changes avec les banques. Il tournait autour de 5 milliards de dollars et depuis la crise nous avons déboursé deux milliards pour protéger notre monnaie", a-t-il ajouté

27-08

 http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/719345/La_Syrie_a_cesse_depuis_mardi_toute_transaction_en_dollars_au_profit_de_leuro.html


Les commentaires sont fermés.