Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/09/2011

n°73 - journal d'Iran - Spécial Ahmadinejad - 22-06 au 15-09 - i - L'Iran se bat contre la prolifération nucléaire.


n°73 - journal d'Iran - Spécial Ahmadinejad - 22-06 au 15-09 - i   - L'Iran se bat contre la prolifération nucléaire.



journald'Iran   

n°73 du 22-06 au 15-09

C.De Broeder& M.Lemaire



a) Le "Journald'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

d) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Tiré à Part

RamineMehmane-Parastm : «Téhéran somme Londres de respecter les revendications des manifestants. »  

Kaveh L. Afrasiabi : L’Iran se bat contre la prolifération nucléaire.

Paroles & action du président Ahmadinejad  ...

1) PolitiqueIranienne

2 Politiquedes Usa

3 Politiquedes organisations mondiales.

4 Dans le monde

France

Sarkozy menace l'Iran !

Sarkozy évoque une "attaque préventive" contre des sites nucléaires.

 


Tiré à Part

RamineMehmane-Parastm : «Téhéran somme Londres de respecter les revendications des manifestants. »  

L’Iran a demandé au gouvernement britannique de ne pas réprimer violemment le mouvement de contestation populaire qui a éclaté en Grande Bretagne pour protester contre les récentes  réformes décidées par le gouvernement David Cameron.
« Les mesures de répression exercées par la police britannique contre les manifestations qui ont éclaté le 30 juin dernier constituent une nouvelle illustration de la violation des droits de l’homme, qui s’illustre par l’hostilité aux revendications du peuple et à son droit à la liberté d’expression », a signifié le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères,
Ramine Mehmane-Parastm selon l'agence de presse iranienne Fars News.
Et de conclure: « Nous demandons au gouvernement britannique de respecter les droits des personnes arrêtées en raison des contestations et d’éviter les mesures de répression qui prive les citoyens de leurs droits ».
Vendredi dernier, des centaines de milliers de fonctionnaires et de professeurs du secteur public ont manifesté un peu partout en Grande Bretagne dans l’un des plus grands mouvements de protestation contre la réforme des retraites du secteur public. Les manifestations ont été escortées par une grève qui a été respectée par 90% des employés du secteur public.
La réforme prévoit d’augmenter l‘âge de départ à la retraite des fonctionnaires à 66 ans d’ici à 2020, au lieu de 60 ans actuellement pour les femmes, et de 65 ans pour les hommes.
Les employés du secteur public, déjà touchés par des mesures d’austérité (gel des salaires, plus de 300.000 suppressions d’emplois) s’opposent vivement à de nouvelles coupes budgétaires.
Les syndicats déplorent que le gouvernement utilise les retraites du service public comme nouvelle forme d’impôts, pour réduire le déficit.
Ecoles, crèches, collèges, universités, des milliers d‘établissements ont fermé leur portes jeudi.

Cette grève, avertissent les syndicats, pourrait être la première d’une longue série.

05/07/2011

Al Manar


Kaveh L. Afrasiabi : L’Iran se bat contre la prolifération nucléaire.

"L’Iran considère que l’utilisation des armes nucléaires est interdite par l’Islamet il incombe à tous de préserver l’humanité de telles armes.”
- Le Dirigeant Suprême d’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei.

La deuxième conférence internationale sur le désarmement nucléaire, accueillie par Téhéran, n’a pratiquement pas été mentionnée dans les médias occidentaux, malgré [la participation] de délégués représentant 40 pays, ainsi que de représentants des Nations-Unies et de son chien de garde nucléaire, l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA).

« Le message que nous voulons faire passer au monde entier est que l’Iran essaye de faire de son mieux dans ce débat sur la non-prolifération », a déclaré le ministre iranien des affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, dans son discours d’ouverture, dimanche dernier. Quarante ans de conventions sur la non-prolifération n’ont produit aucun progrès dans le désarmement nucléaire et les puissances nucléaires n’ont pas mis en application leur obligation en vertu du Traité de Non-Prolifération (TNP), a-t-il dit, ajoutant que l’Iran était convaincu que l’utilisation des armes atomiques devrait être légalement interdite, alors que les armes chimiques et biologiques sont frappées de conventions obligatoires, a-t-il dit.
Tandis que l’Iran se prépare à assumer la direction du Mouvement des Non-Alignés (MNA), l’année prochaine, une telle initiative représente un pas dans la bonne direction, à la lumière des fortes craintes des pays du MNA quant au double langage des pays occidentaux et les restrictions croissantes sur le transfert de technologie nucléaire pour des objectifs pacifiques, conformément aux articles du TNP.
Comme prévu, certains experts occidentaux, comme David Frum, l’homme derrière le discours tristement célèbre de George W. Bush sur « l’axe du mal », lance un regard cynique sur la conférence de désarmement de Téhéran, la décrivant comme un « théâtre de l’absurde ».
Ce qui semble plus absurde à beaucoup est le simple fait qu’avec les dizaines de milliers de têtes nucléaires toujours existantes qui présentent un potentiel funeste pour l’existence humaine et la survie de la planète, aussi peu d’attention ait été portée à l’Ouest sur les mécanismes pratiques en vue d’atteindre l’objectif noble d’un « monde sans armes nucléaires ».
Des discussions préalables à cette conférence pour adopter une nouvelle convention sur le désarmement ne se sont pas matérialisées. Pourtant, cette réunion a aidé à servir un but dans ce que Salehi a dépeint comme entretenir une « culture populaire de désarmement ». Cette conférence représente un plus grand pas que les conférences traditionnelles sur le désarmement à l’Ouest, qui n’ont été que des parlottes creuses ; par exemple, sur un traité de réduction des matière fissiles qui n’est pas plus près d’être adopté aujourd’hui que lorsqu’il a été mis à l’ordre du jour il y a plus de vingt ans.
Un problème majeur pour se tourner vers le désarmement, ainsi que cela a été formulé dans les « 13 étapes pratiques » de la conférence de révision du TNP, est que de telles mesures pratiques sont tuées dans l’œuf par les mesures parallèles sur le contrôle des armements, qui sont souvent mal comprises comme un désarmement progressif.
Elles ne le sont pas, comme cela est reflété dans le dernier accord « new start » entre la Russie et les Etats-Unis. Tandis que cet accord réduit les stocks actifs des deux pays, il stabilise en même temps la parité approximative en termes de capacité d’armes nucléaires et, qui plus est, laisse les armes nucléaires tactiques – dont des centaines sont stationnées sur le sol européen – hors du champ.
Cet accord n’appelle pas non plus spécifiquement à la destruction d’une seule tête nucléaire. A la place, de tels accords sur le contrôle des armements ont simplement élargi le « deuxième niveau » de stock des têtes désarmées qui posent toujours une menace à l’humanité.
Se focalisant sur la doctrine nucléaire erronée des Etats-Unis et des autres puissances nucléaires, comme la France et le Royaume-Uni, qui comptent sur leurs arsenaux nucléaires pour exercer une puissance forte en rapport à leurs objectifs de politique étrangère, la conférence de Téhéran a donné aux hôtes iraniens l’occasion de jeter la lumière sur l’arsenal nucléaire clandestin d’Israël, son refus de rejoindre le TNP et son absence de soutien à une zone dépourvue d’armes nucléaires au Proche-Orient – une idée soutenue intégralement par l’Iran.
La communauté internationale devrait pousser Israël à rejoindre le TNP et à accepter les inspections de l’AIEA sur ses installations nucléaires, a dit Salehi. Il a aussi décrit les Etats-Unis comme le principal violateur du TNP, disant que son rôle actif dans la propagation d’armes nucléaires était surprenant avec sa défense de la non-prolifération.
Ces remarques ont été suivies, mercredi dernier, avec l’information que le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait une fois encore exprimé sa volonté d’engager le débat sur le programme nucléaire de Téhéran.
« Le président de la République Islamique d’Iran a une fois encore annoncé que l’Iran était prêt à [résoudre] la question nucléaire du pays au travers de négociations avec le « Groupe des six » [les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité plus l’Allemagne] », a-t-il déclaré à des journalistes à Téhéran. Il a aussi réitéré : « L’Iran a toujours eu une très bonne coopération avec l’Agence [internationale à l’énergie atomique] » et que cela prouvait la nature « pacifique » de son programme nucléaire.
Coïncidant avec des rapports fraîchement sortis aux Etats-Unis concernant l’absence de toute preuve que l’Iran est en train de construire des armes nucléaires, la conférence de Téhéran était importante pour intégrer un peu plus l’Iran dans le mouvement mondial sur le désarmement, en tandem avec l’intuition presciente du philosophe français, aujourd’hui décédé, Michel Foucault, qui décrivait autrefois la révolution islamique de 1979 comme destinée à « soulever le poids de l’ordre du monde entier ».
[1]
L’intuition exceptionnelle de Foucault, qui reste encore à être comprise par la majorité des « experts sur l’Iran » à l’Ouest, lesquels écrivent habituellement sur « l’Iran après qu’il possèdera la bombe », fournit un bon prisme à travers lequel analyser la responsabilité que l’Iran s’est auto-imposé sur le désarmement. La révolution historique a donné à l’Etat post-révolutionnaire un caractère transnational et de « quasi-Etat » qui est profondément cosmopolite le long des lignes d’un « monde » husserlien [2] « révélant la subjectivité ».
Suivant ces lignes de pensée, on peut comprendre les contours de la politique nucléaire « borderline » de l’Iran, qui permet à Téhéran de s’insérer dans le « jeu nucléaire » mondial et, ainsi, exercer une pression sur les nations nucléarisées pour qu’elles se tournent vers le désarmement et qu’elles évitent les activités de prolifération. Cette politique provient essentiellement d’une vision mondialiste qui combine les considérations strictement nationales de sécurité à l’intérieur d’un réseau plus large de sécurité régionale et mondiale, qui, à son tour, autorise l’Iran à adopter un rôle nucléaire activiste.
Sans sa capacité potentielle d’être une puissance proto-nucléaire, l’Iran ne pourrait visiblement pas jouer ce rôle sur la scène mondiale et serait autrement ignoré, comme étant totalement hors sujet. Autrement dit, la valeur changeante, pour les objectifs de désarmement, du potentiel et/ou menace nucléaire latente de l’Iran a complètement dépassé les experts occidentaux qui se spécialisent sur l’Iran et qui réduisent souvent les ambitions nucléaires de l’Iran à une simple question de sécurité nationale. Leurs interprétations erronées proviennent d’une incompréhension basique des motivations mondialistes du « quasi-Etat » iranien qui ne sont pas réductibles au prisme étroit des intérêts nationaux.
Du point de vue du MNA et de sa priorité en matière de désarmement, l’approche « borderline » de l’Iran est parfaitement sensée, étant donné sa conscience des fils complexes qui relient la contre-prolifération au désarmement et l’échec plutôt flagrant du TNP à atteindre un progrès significatif sur le désarmement, comme il est stipulé dans son Article VI.
La conférence de Téhéran sur le désarmement reflète une mesure heureuse dans le jeu d’échec nucléaire iranien en cours, qui est naturellement lié à la mission mondialisée de l’Iran consistant à jouer de plus en plus un rôle proactif dans le mouvement mondial sur le désarmement, sans tenir compte des pressions extérieures s’affrontant à son programme nucléaire.
Dans le temps, [une telle conférence] ne peut que représenter une entrave effective, bien que secondaire, aux activités de prolifération des pays qui possèdent des armes nucléaires, reflétant ainsi une disposition vertueuse en tant que puissance régionale cosmopolite qui excède les limites que les puissances majeures lui ont assignées. Ces puissances ont peut-être lancé un piège de sanctions contre l’Iran, à propos des intentions sinistres supposées de son programme nucléaire, mais l’ironie est que l’Iran est à présent capable de jouer un rôle de plus en plus bruyant pour empêcher ces puissances de fuir leurs responsabilités vis-à-vis de leur obligations de désarmer en vertu du TNP.

Notes :
[1] On lira avec intérêt : ”Foucault et la révolution iranienne".
[2]
Edmund Husserl (8 avril 1859 - 26 avril 1938), philosophe, logicien et mathématicien allemand, fondateur de la phénoménologie, qui eut une influence majeure sur l'ensemble de la philosophie du XXe siècle.

Kaveh L. Afrasiabi
Asia Times Online, le 20 juin 2011

Article original :"Iran takes up the nuclear cudgel"

Copyright 2011 Asia Times Online Ltd / Traduction [JFG-QuestionsCritiques]

http://questionscritiques.free.fr/edito/AsiaTimesOnline/Kaveh_Afrasiabi/Iran_conference_sur_le_desarmement_Traite_de_Non-Proliferation_nucleaire_180611.htm



Paroles & action du président Ahmadinejad  ...

La liberté ne s’obtient pas par les canons de l’Otan et des USA.
Des millions d'Iraniens ont défilé vendredi matin de par le pays à l’occasion de la Journée mondiale d’AlQuds organisée chaque année en soutien aux Palestiniens et contre l’occupant sioniste.
La télévision iranienne a montré des foules importantes dans plusieurs grandes villes du pays, portant des banderoles proclamant "mort à Israël" et "mort à l'Amérique".
De nombreux participants brandissaient aussi des portraits du Guide de la République islamique l'ayatollah Ali Khamenei et de l'imam Khomeiny, fondateur de la République islamique.
Le président Mahmoud Ahmadinejad, qui a participé au défilé de Téhéran, a ensuite prononcé un discours lors de la prière du vendredi à l'université de Téhéran.
La reconnaissance du gouvernement indépendant palestinien par l'ONU n'est pas l'objectif final
"Tous les croyants doivent se concentrer sur la disparition du régime sioniste. La reconnaissance du gouvernement indépendant palestinien (par les Nations unies) n'est pas l'objectif final, c'est le premier pas vers la libération de toute la Palestine", a affirmé M.Ahmadinejad.
"Le régime sioniste est un foyer de microbes et de cellules cancéreuses, s'il perdure ne serait-ce que sur une petite parcelle de la terre de Palestine, il se développera et portera des coups à tout le monde", a une nouvelle fois réaffirmé le président iranien.
Révolutions arabes: La liberté et la justice ne s'obtiennent pas par les canons des forces de l'Otan et des Etats-Unis
M. Ahmadinejad est également revenu sur la situation dans les pays arabes de la région, secoués par des mouvements de protestation depuis plusieurs mois, pour mettre en garde contre les ingérences des Occidentaux.
"Aujourd'hui, les ennemis qui étaient à l'origine de toutes les dictatures, des injustices et des malheurs des peuples, tentent de continuer leur domination en prétendant offrir la démocratie et la liberté", a déclaré M. Ahmadinejad.
"La liberté, la justice, des élections libres sont les droits légitimes de tous les peuples mais ils ne s'obtiennent pas par les canons des forces de l'Otan et des Etats-Unis", a-t-il lancé.
"Un gouvernement qui n'a pas de bonnes relations avec son peuple et le prive de liberté et de justice n'a aucune chance de rester au pouvoir, mais la solution n'est pas l'intervention des forces de l'Otan et des oppresseurs", a-t-il ajouté.
L'Iran dénonce régulièrement la présence et l'intervention des forces américaines et occidentales dans la région, que ce soit en Irak, en Afghanistan, en Libye ou dans le Golfe, même lorsqu'elles ont permis de renverser des régimes dénoncés par Téhéran.
Il est à noter que la journée mondiale d’AlQuds, décrété par l’Imam Khomeiny, est organisée tous les ans le dernier vendredi du mois de Ramadan, en soutien à la restitution de la Palestine occupée.
LEMONDE.FR |

Mis à jour le 03.05.06


Les Américains ont emprisonné Oussama ben Laden avant de l'assassiner.

Le président Mahmoud Ahmadinejad a accusé les Américains d'avoir emprisonné le leader de la nébuleuse tAl-Qaïda Oussama ben Laden avant de l'assassiner dans l'intérêt de leur politique intérieure.
Rappel : Selon Washington, l'inspirateur des attentats du 11 septembre 2001 a été éliminé par un commando US dans la nuit du 1er au 2 mai dans le nord-est du Pakistan. Sa dépouille a été jetée dans l'océan Indien.

8 Juin

Ria Novosti


Ahmadinejad critique l’Occident pour avoir "mis le Soudan en pièces".

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a critiqué lundi les pays occidentaux pour avoir "mis le Soudan en pièces" alors qu’ils ignorent les revendications de leurs propres populations séparatistes, selon le site de la présidence et les médias locaux. "Les ennemis veulent mettre le Soudan en pièce", a-t-il accusé lors de l’inauguration d’un barrage à Chabahar (sud-est de l’Iran). "Comment se fait-il que ceux qui s’intéressent aux droits d’un groupe de Soudanais et veulent rendre le sud indépendant ne partagent pas ce soucis pour les Basques espagnols, les Irlandais du nord, les Corses en France ou les habitants du sud des Etats-Unis?" a demandé le président iranien. "Pourquoi n’y a-t-il pas de référendum pour ces peuples-là?", a-t-il insisté dans une allusion au référendum organisé en janvier dernier au Sud-Soudan par la communauté internationale et qui a vu la population voter à près de 99% pour l’indépendance. "Permettez aux Irlandais, qui se battent depuis 300 ans (pour l’indépendance) de tenir un référendum de même qu’au Pays Basque et en Corse où la population se bat depuis des décennies et vous rejette et permettez aussi aux habitants de Californie, du Texas, de l’Arizona de voter pour voir s’ils veulent encore de vous", a-t-il lancé aux dirigeants européens et américains.

04/07/2011


Le monde est au seuil d’une grande évolution".

 Le président de la RII a déclaré que le monde est au seuil d’une grande évolution et que le temps des démarches diaboliques des puissances arrogantes est arrivé à expiration.

Selon l’IRNA, Mahmoud Ahmadinejad, mercredi, lors des cérémonies organisées pour célébrer et marquer l’avènement de l’autosuffisance, dans l’industrie de la construction des barrages et l’inauguration du barrage Karoun 4, dans la province de Tchaharmahal-Bakhtiari, dans l’Ouest de l’Iran, a souligné que toutes les nations, notamment, les gouvernements de la région devaient rester vigilants face aux complots des puissances hégémoniques.
Le président iranien a précisé que les puissances despotiques et hégémoniques cherchent à tout prix à maintenir et à préserver, sous le couvert de la défense des droits de l’Homme leurs pouvoirs et leurs intérêts ainsi que ceux du régime sioniste. Ahmadinejad a déclaré que les pays de la région doivent savoir que si les puissances arrogantes les soutiennent aujourd’hui, elles les renverseront demain après avoir atteint leurs objectifs. Le président iranien a également affirmé que l’histoire des puissances hégémonistes est pleine de massacres, de pillages et de cas de violations des droits de l’Homme.

 06/07/2011

http://french.irib.ir/info/politique/item/124673-le-monde-est-au-seuil-d%E2%80%99une-grande-%C3%A9volution-ahmadinejad


"L’ordre injuste régissant les relations internationales est au bout de son chemin" .  

 « L’ordre injuste régissant les relations internationales est au bout de son chemin et le monde à besoin d’un ordre juste basé sur le respect et la justice » a souligné le Président de la République islamique d’Iran, Mahmoud Ahmadinejad au cours d’une rencontre aujourd’hui avec le nouvel ambassadeur de France en poste à Téhéran, Bruno Foucher.
« le temps est venu pour instaurer un nouvel ordre mondial basé sur la justice, le respect mutuel, et la coopération. J’espère que les hommes politiques dans le monde comprennent bien une telle évolution » a-t-il souligné. « Si certains croient pouvoir établir, tout seuls un nouvel ordre mondiale, il se trompent » a-t-il indiqué. Pour sa part, le nouvel ambassadeur français en poste à Téhéran, Bruno Foucher tout en remettant ses lettres de créances au Président Ahmadinejad a déclaré que Paris avait un respect particulier pour le rôle de la République islamique d’Iran dans la région et dans le monde et estime que l’Iran doit jouer un rôle plus efficace sur la scène internationale.

23/07/2011

 http://french.irib.ir/info/politique/item/129879-lordre-injuste-regissant-les-relations-internationales-est-au-bout-de-son-chemin


Le président iranien appelle les Européens à s’affranchir de la tutelle américaine. 

 «Les relations entre l’Iran et l’Europe ne devront pas être influencées par les Etats-Unis », c’est ce qu’a souligné le président de la République Islamique d’Iran, Mahmoud Ahmadinejad, dans un entretien exclusif avec Euro News.
«Téhéran accueille, favorablement, le renforcement des relations amicales avec l’Europe », a-t-il précisé, avant de rappeler que les gouvernements européens ne devront pas se laisser influencer par les Etats-Unis, dans leur coopération avec l’Iran ».
« Le peuple iranien n’a jamais eu de problème avec le peuple européen, et ne lui a porté aucun préjudice. Mais, certains gouvernements européens ont infligé d’énormes dommages au peuple iranien. Cependant, le peuple iranien est résolument tourné vers l’avenir », a-t-il estimé.
S’agissant des allégations mises en avant, au sujet du programme nucléaire iranien, le président iranien a souligné: « Tout le monde sait que ce ne sont pas les scientifiques occidentaux, mais quelques hommes politiques qui parlent d’une soi-disant dérive de l’Iran vers des objectifs militaires ».
Et le président Ahmadinejad d’affirmer: « L’enrichissement d’uranium, par l’Iran, est destiné à un usage pacifique et à alimenter un réacteur de recherche médicale qui produit des radio-isotopes, et ce, alors que l’Iran compte parmi les trop rares pays, dont les activités nucléaires se trouvent sous la stricte supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique ». Dans son entretien exclusif avec Euro News, le président iranien a fait, également, allusion à la situation, en Afghanistan, tout en soulignant que ce qui se passe, actuellement, dans ce pays, ne profite à personne.
On peut résoudre, a-t-il déclaré, le problème de l’Afghanistan, en respectant les droits du peuple afghan, et l’Iran et l’Union européenne peuvent y travailler ensemble.
Interrogé au sujet de la situation, en Syrie, et des protestations,dans ce pays, le président de la République islamique d’Iran a réitéré que les nations ont le droit d’avoir accès à la liberté et de vivre en toute justice. Cependant, il ne fait pas l’ombre d’un doute que si d'autres pays ne s’ingèrent pas dans les affaires intérieures des pays, les peuples du Moyen-Orient seront à même de résoudre, eux-mêmes, leurs problèmes.

04/08/2011

 IRNA


Ahmadinejad appelle à un nouveau système financier mondial.

Le président Mahmoud Ahmadinejad a appelé la communauté internationale à mettre en place un nouveau système financier mondial.

Lors de la cérémonie de l’entrée en fonction du nouveau ministre du pétrole iranien Roustom Qassemi, Ahmadinejad a insisté sur l’importance d’établir des marchés financiers parallèles pour frapper la domination des Etats-Unis sur le système financier mondial. 
« Tant que nous ne prenons pas de mesures adéquates dans ce domaine, les revenus du pétrole iront directement aux poches des Américains, comme c’est le cas au niveau de la domination du dollar américain sur les marchés internationaux », a-t-il annoncé.
Et d’ajouter que seuls les facteurs politiques fixent les prix du pétrole et non pas l’offre et la demande, appelant à la création d’une bourse concurrente pour le pétrole afin de mettre fin à la domination du dollar.
Qui a dit qu’il faut prendre la presse occidentale comme modèle ?
A l’occasion de la journée la presse, le Président iranien a mis l’accent sur l’importance du rôle de la presse dans le pays et la nécessité de développer l’action médiatique et prendre les mesures nécessaires et correctes dans ce cadre ».
Selon lui, « les médias de la République islamique sont les plus honnêtes du monde, mais il faut juste régler quelques problèmes ».
Il s’est interrogé : « Qui a dit que les pays islamiques doivent suivre le modèle occidental ?

Le dirigeant iranien a enfin indiqué que « la liberté de l’expression doit atteindre ses plus hauts niveaux à la base de la justice, de l’amitié et de la dignité » ajoutant que toute personne doit exprimer son point de vue ».

10/08/2011

Al Manar


Les occidentaux ne font pas des actes gratuits.

Le président Mahmoud Ahmadinejad, a favorablement accueilli la reconnaissance d’un Etat palestinien, a condition que cela « constitue un pas vers la libération de toute la Palestine ».

Dans une interview exclusive à la chaine d’AlManar, M.Ahmadinejad a souligné le fait de ne pas permettre aux occidentaux d’asseoir encore une fois leur hégémonie dans la région.

Il a appelé les peuples de la région à se méfier des ingérences étrangères dans leurs affaires.

« Les occidentaux ne font pas des actes gratuits pour l’amour de Dieu et le bien de l’humanité mais en échange d’argent, du pétrole et de l’hégémonie politique ».

Le gouvernement et le peuple syrien doivent dialoguer ensemble loin de l’ingérence étrangère

S’agissant de la position iranienne envers les évènements en Syrie, le président iranien a affirmé que les occidentaux aspirent à intervenir militairement en Syrie à l’instar de la Libye.

Pour Ahmadinejad, le gouvernement et le peuple syrien doivent dialoguer ensemble pour parvenir à une entente sur les réformes.

Il a ajouté que « le peuple a le droit aux élections, à la liberté et à la justice. Ils doivent s’asseoir ensemble et ne pas permettre à l’occident de s’ingérer ».

« Quand il y a un problème entre les peuples et les responsables, ils doivent s'asseoir ensemble pour parvenir à une solution, loin de la violence. L'un ne doit pas tuer l'autre car le fait de tuer, qu'il soit commis par les uns ou les autres, sert les intérêts des sionistes ».

Mais, a-t-il précisé, "les peuples qui recherchent la liberté et la justice (...) doivent renforcer la résistance contre l'entité sioniste".

Les occidentaux ne veulent pas de réformes

« Les occidentaux ne veulent pas de réformes mais veulent diriger une guerre populaire. Ils ne soutiennent pas nos peuples, d’ailleurs les malheurs de nos peuples sont dus à leur intervention qui est pour le bien de l’entité sioniste ».

M.Ahmadinejad a en outre mis en garde contre « l’affaiblissement de la voie de résistance car cela constitue un danger pour tous et se répercutera négativement sur l’Arabie saoudite, la Turquie, et l’Egypte ».

« Nous n’avons pas été surpris de la position turque envers la Syrie et nous discutons avec nos amis turcs », a-t-il ajouté.

 - Bahrein: appel aux autorités à cohabiter avec le peuple et à refuser les ingérences US
Concernant le Bahreïn, le président iranien a condamné l’ingérence saoudienne, s’interrogeant sur la nécessité de cette intervention tout en appelant Ryad à considérer comme frère le peuple bahreïni.

Il a répété que « le gouvernement bahreïni et le peuple doivent s’asseoir ensemble et dialoguer », ajoutant que « l’autodétermination, la liberté et la justice sont des nécessités primaires chez tous les pays du monde…Qu’elles (les autorités) cohabitent avec le peuple et ne laissent pas aux Etats-Unis de s’ingérer ».

- Relation avec l’Egypte : Si nous nous unissons ensemble il n’y aura pas de place à l’entité sioniste

Interrogé sur la relation avec l’Egypte de l’après révolution, le président iranien a réaffirmé que « quand l’Egypte et l’Iran s’assoient ensemble il n’y aura pas de place à l’entité sioniste et aux forces hégémoniques dans la région. Si nous nous unissons tous ensemble dans le monde arabo-islamique, il n’y aura pas d’intrus dans notre région ».

- Nucléaire : Si les Occidentaux veulent coopérer, nous sommes prêts

S’agissant de la proposition russe pour une reprise des négociations sur le dossier nucléaire, M. Ahmadinejad a salué les efforts de Moscou espérant qu'ils aboutiront, « tout en respectant les droits fondamentaux et l'indépendance de l'Iran, une ligne rouge à ne pas franchir », a-t-il prévenu. « Si les Occidentaux veulent coopérer, nous sommes prêts ».

Jeudi 25 août 2011

http://www.almanar.com.lb/...


Posséder l'arme nucléaire n'a pas de sens .

L'Iran ne cherche pas à créer une arme nucléaire, car sa possession ne signifie rien dans le monde moderne, a déclaré le leader iranien Mahmoud Ahmadinejad dans une interview accordée à la chaîne Euronews.
"Quand nous disons que nous n'avons aucune intention de construire une bombe (nucléaire - ndlr), nous sommes sincères. Nous sommes certains que seul un fou essaierait aujourd'hui de créer une bombe… Les bombes atomiques ont été utilisées il y a 60 ans en tant que garant de la suprématie politique, mais actuellement elles n'ont plus aucune valeur", a déclaré le responsable.
"Nous croyons que dans l'avenir, personne ne pourra utiliser d'armes nucléaires", a ajouté M.Ahmadinejad.
A la question de savoir pourquoi Téhéran produisait de l'uranium enrichi à 20%, le chef de l'État a répondu que cet enrichissement était effectué exclusivement à des fins pacifiques, car ce type d'uranium ne peut pas être utilisé à d'autres fins.
M.Ahmadinejad a également fait remarquer que l'Iran appartient à "un petit groupe d'États", dont l'activité nucléaire est sous la surveillance constante de l'Agence internationale d'énergie atomique (AIEA).
Les Etats-Unis et certains autres pays reprochent à l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous couvert du programme nucléaire qu'il prétend réaliser à des fins pacifiques. Téhéran rejette ces accusations, affirmant que ses recherches nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité.
Les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien (Russie, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Allemagne) invitent Téhéran à suspendre l'enrichissement d'uranium qu'ils considèrent comme une menace pour le régime de non-prolifération nucléaire.

Ria Novosti

"Les peuples sont les vraies puissances du monde d'aujourd'hui"auprès desquels, l'arme nucléaire n'a plus de place.

"Les activités nucléaires de l'Iran se font, sous la supervision totale de l'AIEA, et aucun document, ni preuve, n'a été, jusqu'à présent, présenté, établissant une quelconque dérive, de la part de l'Iran, dans son programme nucléaire".

Le président iranien l'a réitéré, ajoutant que les Etats-Unis avancent des allégations, mais qu'aucun document à l'appui pour étayer leurs allégations n’existe. "L'arme nucléaire appartient au siècle passé, ce siècle est le siècle de la pensée, de la raison, de la culture et de l'Humanité.

La vraie puissance appartient aux peuples, auprès desquels, l'arme nucléaire n'a plus de place", a ponctué Mahmoud Ahmadinejad, avant d'exprimer ses inquiétudes, quant aux interventions des étrangers, dans les affaires des pays arabo-islamiques du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, pour rappeler : "Les nations de la région peuvent gérer, elles-mêmes, les affaires de leurs pays et réaliser leurs souhaits et revendications".

Reçu de l'IRIB le 14 août 2011



1) PolitiqueIranienne

Ahmadinejad

« Des projets de sabotagesur les sites nucléaires pakistanais »

Le président Mahmoud Ahmadinejad a accusé mardi Washington de projeter des actes de sabotage sur les sites nucléaires pakistanais, rapporte la chaîne de télévision DawnNews.
"Nous sommes en possession d'une information précise sur des plans américains d'actes de sabotage sur les sites nucléaires pakistanais pour placer le Pakistan sous le contrôle de Washington et affaiblir ainsi le gouvernement et le peuple de ce pays", a déclaré le président de la République islamique lors d'une conférence de presse à Téhéran.
Selon M.Ahmadinejad, en cas de réussite, les Etats-Unis envisagent de faire appel au Conseil de sécurité de l'Onu et à d'autres organisations internationales afin de pouvoir s'implanter militairement au Pakistan et affaiblir sa souveraineté nationale.       
Quoi qu'il en soit, le président iranien ne donne aucun détail pour conforter ses dires, constatent les médias.

Pour le moment, les officiels pakistanais n'ont aucunement réagi aux propos de M.Ahmadinejad.

8 Juin

Ria Novosti


Les grandes manœuvres  

L'Iran a entamé l'installation de nouvelles centrifugeuses.
La diplomatie iranienne, Ramin Mehmanparast, a indiqué que l'Iran avait entamé l'installation de nouvelles centrifugeuses plus rapides dans ses usines d'enrichissement.

Selon M.Mehmanparast, Téhéran a averti l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de ces modifications.
En juin dernier, les autorités iraniennes ont annoncé leur intention d'augmenter sa production d'uranium enrichi à 20% après la mise en service de l'usine de Fordou située à quelques kilomètres de la ville de Qom (150 km au sud-ouest de Téhéran).
20/07/2011

Ria Novosti

Ali Akbar Salehi : L’Iran prêt à un dialogue d’égal à égal avec les Etats-Unis 

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a déclaré vendredi que l'Iran pourrait envisager un dialogue "d'égal à égal" avec les Etats-Unis si Washington respectait ses "droits", dans une interview avec l'agence officielle Irna.
"Nous n'avons aucun interdit pour établir des relations avec les autres pays à l'exception du régime sioniste, mais il est possible que nos relations soient dans une situation particulière avec certains pays comme les Etats-Unis", a déclaré M. Salehi.
"Si un jour les Etats-Unis acceptent d'engager un dialogue d'égal à égal et sans conditions préalables tout en respectant les droits de notre peuple, la situation sera différente", a déclaré M. Salehi.
L'Iran et les Etats-Unis n'ont pas de relations diplomatiques depuis plus de 30 ans et leurs relations bilatérales se sont envenimées ces dernières années en raison du programme nucléaire iranien, mais aussi du soutien iranien aux forces de résistance dans la région.
Les Etats-Unis accusent en effet l'Iran de soutenir les mouvements palestiniens, mais aussi le Hezbollah. Ils lui reprochent également de soutenir les mouvements antiaméricains en Irak et en Afghanistan en leur fournissant des armes. Ce que Téhéran dément.
Nous cherchons une solution gagnant-gagnant concernant le nucléaire
Evoquant la question nucléaire qui oppose l'Iran aux grandes puissances, M. Salehi assure qu'"aucun différend n'est éternel".
"Nous cherchons une solution gagnant-gagnant, si les Occidentaux y croient, qu'ils viennent à la table des négociations. Nous y sommes prêts. S'ils n'y croient pas, ils peuvent continuer, car les pressions n'ont fait que nous renforcer", a-t-il expliqué.
"S'ils veulent continuer pendant 30 ans encore leur politique (de pressions et de sanctions), nous ne céderons pas (...) car nous avons décidé de payer le prix de notre indépendance", a ajouté le ministre.
Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une série de résolutions, assorties de sévères sanctions économiques, pour faire plier en vain l'Iran sur son programme nucléaire.
L'Iran a annoncé mardi l'installation de nouvelles centrifugeuses et cette mesure lui permet d'accélérer son programme d'enrichissement d'uranium. Une décision dénoncée par les Etats-Unis et la France.
Le "malentendu" avec l'Arabie saoudite pouvait être dissipé
Le ministre iranien des Affaires étrangères, a en outre déclaré vendredi que le "malentendu" avec l'Arabie saoudite à propos des événements dans la région pouvait être dissipé.
"Nous n'avons pas de problèmes particuliers avec l'Arabie Saoudite et nous reconnaissons l'Arabie Saoudite comme (étant) un pays important de la région et influent sur la scène internationale", a déclaré M. Salehi à l'agence officielle de presse.
 "Nous avons depuis longtemps des relations amicales avec l'Arabie Saoudite. Après les événements dans la région, il y a eu des différences d'interprétations et d'analyses. Je crois que ces malentendus peuvent être dissipés", a-t-il ajouté.
 "J'espère qu'une méthode acceptable sera trouvée pour poursuivre les consultations entre les deux pays", a affirmé le ministre.
 M. Salehi a déclaré par ailleurs que l'Iran "respectait la souveraineté nationale et l'indépendance de Bahreïn et voulait la paix, la stabilité et la sécurité de Bahreïn".
 Les relations de l'Iran avec Bahreïn et les autres membres du Conseil de coopération du Golfe, (Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Oman, Qatar et Koweït) se sont dégradées depuis le déploiement en mars dans le petit royaume de troupes essentiellement saoudiennes, venues réprimer les manifestants bahreinis.

22/07/2011

Al Manar

 

Nucléaire iranien: Ahmadinejad favorable à la proposition russe

Mahmoud Ahmadinejad s'est dit favorable à la proposition russe concernant le dossier nucléaire iranien, ont rapporté mardi les médias internationaux.

"L'Iran salue la proposition russe de l'approche "pas à pas" et se déclare prêt à faire des propositions de coopération dans ce domaine", a indiqué le président cité par les médias.

Le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie Nikolaï Patrouchev effectue une visite officielle à Téhéran depuis lundi dernier. Il s'est entretenu avec son homologue iranien Saïd Jalili. Sa rencontre avec le président Ahmadinejad était prévue pour mardi soir.

La Russie cherche à relancer les négociations entre l'Iran et les grandes puissances sur le programme nucléaire controversé de Téhéran interrompues depuis sept mois.

Les Etats-Unis et certains autres pays reprochent à l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous couvert du programme nucléaire qu'il prétend réaliser à des fins pacifiques.

Téhéran rejette ces accusations, affirmant que ses recherches nucléaires ont pour seul but de

satisfaire les besoins du pays en électricité.

16-08

http://fr.rian.ru/world/20110816/190514251.html

 

Téhéran réagit aux propos du président français et souligne le caractère pacifique de ses activités nucléaires.

Le directeur général du département chargé des questions de l’Europe de l’Ouest du ministère iranien des affaires étrangères qui réagissait aux propos du président français Nicolas Sarkozy sur le programme nucléaire iranien, a souligné que comme "la République Islamique d’Iran l’a réitéré à maintes reprises, ses activités nucléaires sont complètement pacifiques".

Selon le service d’Information et de la presse du ministère iranien des Affaires étrangères, Hassan Tadjik, interrogé jeudi après-midi par des journalistes sur les déclarations du président français a répondu que les rapports de l’AIEA à propos des activités nucléaires pacifiques de l’Iran le confirment tout en soulignant le caractère dissuasif des activités de la Défense de l’Iran.

Il a ajouté qu’il est évident que tout propos basé sur des données irrationnelles ne peut qu’être source d’instabilité dans la région tout en avertissant que compte tenu de la conjoncture actuelle il est important de s’abstenir de ce genre de propos.

Téhéran.Irna.

02 Septembre 2011.

http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-41/1109027299112139.htm

 

Hassan Tajik  "Sarkozy doit se garder de tout propos menaçant la stabilité de la région". 02/09/2011

L'Iran a affirmé  que le président français devait s'abstenir de tous propos fondés sur de «fausses informations» et qui pourraient menacer la stabilité de la région, après des déclarations de Nicolas Sarkozy sur une «attaque préventive» contre des sites nucléaires iraniens.
«Les activités de défense iraniennes sont toutes (des activités) de dissuasion, toute remarque basée sur des informations erronées peut provoquer l'instabilité, dans la région, et il est recommandé de s'abstenir de faire de telles remarques», a dit le Directeur général des Affaires européennes aux Affaires étrangères iraniennes, Hassan Tajik, cité par la télévision d'Etat.

Irib

 

L’Iran est prêt à fermer le détroit d’Ormuz s’il est menacé
Golfe L’Iran demeure prêt à fermer le détroit d’Ormuz, par lequel transite 40 % du trafic maritime pétrolier mondial, au cas où il serait menacé, a déclaré hier le commandant des gardiens de la révolution, le général Mohammad Ali Jafari, dans une interview à l’agence Mehr. « Du fait de la position stratégique du détroit d’Ormuz, cette option n’a jamais été abandonnée », a expliqué le chef des pasdaran interrogé sur l’éventualité d’une fermeture par l’Iran de cette voie maritime essentielle pour l’économie mondiale. « De plus, nous ne nous en tenons pas là, nous cherchons maintenant à déployer nos capacités défensives dans les eaux ouvertes » de l’océan Indien, au-delà d’Ormuz, a-t-il ajouté. « Cela veut dire que si un ennemi nous menace de l’extérieur du détroit d’Ormuz, nous serons en mesure de répondre de la même manière », a poursuivi le général Jafari.
Les gardiens de la révolution, forces idéologiques d’élite du régime iranien, sont notamment responsables de la défense des eaux territoriales et des côtes iraniennes dans le Golfe. L’Iran, régulièrement menacé par Israël et les États-Unis d’une frappe militaire contre ses installations nucléaires jugées suspectes par les Occidentaux, menace non moins régulièrement de fermer le détroit d’Ormuz en cas d’attaque. Ce détroit est la principale porte de sortie du pétrole produit par l’Iran mais aussi par les pays arabes du Golfe.
Les pasdaran mènent depuis une semaine des exercices militaires mettant notamment en œuvre des missiles balistiques à courte et moyenne portée explicitement destinés à frapper Israël ou les nombreuses bases américaines de la région en cas d’attaque contre l’Iran.

http://www.lorientlejour.com/category/Moyen+Orient+et+Monde/article/710949/_L'Iran_est_pret_a_fermer_le_detroit_d'Ormuz__s'il_est_menace.html

 

L’Iran veut le départ des navires de guerre étrangers du Golfe persique.  

Le commandant des gardiens de la révolution chargé de l’aérospatiale le général AmirAli Hajizadeh a demandé aux navires de guerre étrangers de quitter le Golfe persique au plus vite, estimant que le compte à rebours de la fin de leur mission a déjà commencé.
«  les états de la région n’ont nullement besoin de la présence de ces forces despotiques et maléfiques qui courent derrière leur intérêts alors que les états de la région ont la capacité de réaliser la collaboration entre eux sans nul besoin de la présence des forces étrangères dans cette région », a-t-il déclaré à l’issue de exercices militaires effectuées pour expérimenter des missiles intelligents et ultra-son dans le cadre des manœuvres du Grand prophète  .   
Selon le bureau des relations publiques des pasdarans, ces missiles intelligents sont parvenus à intercepter avec succès des missiles mer-sol et sol-sol.
Le général des Pasdarans a également ajouté que « plus de 70 pour cent de bases des ennemis sont à portée des missiles iraniens ».
Selon l’agence de presse Irna, Hajizadeh a précisé que les missiles de courte et de moyenne portée dont dispose l'Iran sont capables de prendre pour cibles les bases militaires de pays ennemis.
La plupart de ces bases sont entre 300 à 400 km de la République Islamique d’Iran, a-t-il expliqué.
La République Islamique d’Iran a lancé des manœuvres qui se sont poursuivies pendant une dizaine de jours, au cours desquels l'Iran a dévoilé son silo de missiles souterrains et  tiré des missiles Fateh-110.
Des tirs de 14 missiles de moyenne et longue portée ont été réalisés avec succès.
Le mois de janvier dernier, le général Haji Zadé avait révélé que les cadres de son institut ont expérimenté un missile de longue portée qui est tombé près du pacifique.

09/07

Al Manar



Politique intérieure & extérieure

Politique extérieure

Général Hassan Firouzabadi : "Obama doit traduire en justice Bush"  

- Le commandant militaire iranien a affirmé que le Président américain, Barack Obama, devrait être à l’initiative de la comparution de son prédécesseur, George W.Bush, devant la justice.

"L'actuel président des Etats-Unis devrait être à l'avant-garde, pour faire traduire en justice Bush et ses collègues criminels devant la justice. Sinon, il sera considéré comme un criminel à la manière de Bush et de l'ancien Premier ministre britannique, Tony Blair "

, a déclaré, aujourd'hui mercredi, le chef de l'état-major interarmées des forces armées d'Iran, le général Hassan Firouzabadi. "Le temps est venu pour les peuples américain et britannique ainsi que pour les pays musulmans de déposer séparément des plaintes contre Bush et Blair auprès des tribunaux internationaux", a t-il ajouté.

Il a déclaré que le réveil islamique dans la région a prouvé que les politiques bellicistes de Washington ont échoué et que les Etats-Unis devraient retirer leurs forces de la région, ajoutant qu'il n'y a pas de place pour les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Israël dans la région. "Les Etats-Unis ont plus de 4 trillions de dollars de dépenses de guerre outre leurs dettes de 10 trillions de dollars que les contribuables américains doivent payer", a martelé Firouzabadi.

06/07/2011

 http://french.irib.ir/info/politique/item/124692-obama-doit-faire-juger-bush-firouzabadi


Sur le terrain 

L'Irantestedeux missiles sol-mer
Dans le cadre des manœuvres "Grand prophète 6", Téhéran a testé avec succès deux missiles sol-mer d'une portée de 300 km, rapportent mercredi les médias locaux.
D'après la télévision iranienne en langue arabe al-Alam, deux missiles balistiques antinavires "Khalij Fars" (Golfe Persique) ont été tirés depuis une base militaire située dans la région du détroit d'Ormuz.
Jeudi dernier, le Corps des gardiens de la Révolution iranienne (GRI) avait également tiré 9 missiles de type Zelzal, deux missiles à courte portée de type Chahab-1, deux Chahab-2 et un Chahab-3. L'issue des tirs d'essai ainsi que le lieu de leur tenue n'ont pas été communiqués.
Les manœuvres annuelles du GRI, considérée comme une division d'élite, ont débuté le 27 juin dans les régions adjacentes au Golfe persique. Les exercices militaires ont pour but d'entraîner l'interaction entre les forces terrestres, navales et aériennes.

06-07

http://fr.rian.ru/world/20110706/190067743.html


Amir Ali Hajizadeh. »L'Iran lance un système radar pour détecter les missiles de croisière et balistiques. ».

Un haut commandant iranien a déclaré mercredi que le pays a lancé un système radar qui peut détecter les missiles balistiques et de croisière, a rapporté la chaîne de télévision Press TV.
"Le radar Ghadir a été conçu et fabriqué pour découvrir des cibles aériennes, des avions échappant aux radars, des missiles de croisière et des satellites à basse orbite", a déclaré le commandant des Gardiens de la révolution islamique chargé de l'aérospatial, Amir Ali Hajizadeh.
Le système radar Ghadir d'une portée de 1100 kilomètres est entré en fonction dans le pays, selon M. Hajizadeh.
La République islamique a lancé lundi des exercices de missiles qui s'étaleront sur dix jours.

Le premier jour des exercices, l'Iran a dévoilé son silo de missiles souterrains et a tiré des missiles Fateh-110.
L'Iran a annoncé mardi avoir tiré "avec succès" 14 missiles moyenne et longue portée le deuxième jour des exercices.

Source: xinhua


L'armée iranienne abat un drone américain.  

Les forces armées iraniennes ont abattu un drone de reconnaissance américain à proximité d'une usine d'enrichissement d'uranium, rapporte mercredi le site de la chaîné iranienne Press TV.
Selon le député iranien Ali Aqazadeh Dafsari, cité par la chaîne, il s'agit d'un drone des services de renseignement américains (CIA) qui effectuait des vols dans la région de l'usine de Fordou afin de préciser sa localisation.

20/07/2011

Ria Novosti



Préparation à la guerre

Der Spiegel’: le Mossad derrière l’assassinat du scientifique nucléaire iranien Darioush Rezaei-Nejad.
L'assassinat du scientifique iranien Darioush Rezaei-Nejad a été piloté par le Mossad, selon une source des services d'espionnage israéliens citée dans l'édition en ligne de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.
"Il s'agit de la première action retentissante du nouveau chef du Mossad (services secrets israéliens) Tamir Pardo",
a rapporté cette source au magazine dans un article mis en ligne lundi.
D'après elle, les meurtres de scientifiques iraniens s'inscrivent dans le cadre d'une campagne d'assassinats destinée à entraver le développement du programme nucléaire iranien.
"Tant que le Mossad est responsable de la campagne contre le programme nucléaire iranien, il continue à recevoir de gros budgets", ajoute cette source, avant de poursuivre que "de nombreux officiers de la force aérienne israélienne font pression sur le gouvernement pour qu’il leur donne le feu vert d’attaquer les sites nucléaires iraniens. Une proposition refusée par le Mossad".
Citant cette information, le Yediot Ahranot, prétend que la victime était impliquée dans le développement des commutateurs pour une bombe nucléaire, et avait travaillé dans un centre de recherche nucléaire au nord de Téhéran.
Cependant, les médias iraniens ont identifié la victime comme étant un étudiant en génie électrique et non pas un physicien nucléaire.
Selon l’agence Fars, certains médias ont confondu entre le nom de la victime Darioush Rezaei-Nejad et celui du physicien nucléaire Darwich Rezaie.
Darioush Razaei-Nejad, 35 ans, a été tué par balles le 23 juillet par des inconnus à moto alors qu'il se trouvait dans la rue en compagnie de sa femme qui a été blessée dans l'attentat.
Rappelons qu’en 2010, deux autres attentats avaient coûté la vie à deux physiciens de haut niveau travaillant sur le programme nucléaire iranien, Majid Shahriari et Masoud Ali Mohammadi.
L’Iran proteste auprès du Conseil des droits de l’homme
L’Iran a envoyé une lettre au conseil des droits de l’homme de l’ONU exigeant une enquête sur l’assassinat de la semaine dernière.
Dans cette lettre, l’Iran proteste sur le fait que les noms de ses scientifiques sont divulgués par le conseil de sécurité, ce qui facilite aux mercenaires agissant pour le compte d' « Israël » et des Etats-Unis de les cibler.

Der Spiegel

 02/08/2011

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=25616&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=22&s1=1



2 Politiquedes Usa

Dans les coulisses et au sénat

Les politiques américaines vis-à-vis de l'Iran sont critiquées par Ron Paul, candidat à la présidentielle américaine

Press TV- L'un des candidats à la présidentielle américaine a critiqué les politiques de Washington vis-à-vis de l'Iran, notamment, les sanctions imposées, au sujet du nucléaire iranien.

Au cours d'un débat avec ses rivaux républicains, pour la future Présidentielle, Ron Paul, représentant du Texas, a mis en cause l'efficacité des sanctions américaines contre l'Iran. Ron Paul a opté pour un dialogue diplomatique et des relations commerciales avec l'Iran, au lieu d'insister sur des rhétoriques de menaces et d'intimidation. "Lorsque vous sanctionnez un pays, a-t-il dit, cela signifie une guerre contre sa population". Pour Ron Paul, "une politique pacifique est synonyme de libre échange". "Il ne faut pas s'ingérer, dans les affaires des autres pays, et entrer dans de tels combats, et il faut faire rentrer à la maison nos forces", selon ce représentant du Texas, candidat à la future présidentielle, aux Etats-Unis, qui s'est, aussi, exprimé sur le nucléaire iranien, pour rappeler que les rapports de la CIA affirment qu'aucun document à l'appui n’existe, établissant une dérive, dans les programmes nucléaires de l'Iran, en faveur de la prolifération des armements atomiques.

14 août 2011

http://french.irib.ir/... (Radio francophone)



3 Politiquedes organisations mondiales.

1 AIEA (Onu)

Soltaniyeh : "Le rapport d’Amano, preuve de la transparence des activités nucléaires iraniennes".

L’ambassadeur et représentant iranien, auprès de l’AIEA, s’est félicité du nouveau rapport de l’organisation sur le programme nucléaire de la RII, un rapport qui prouve, une nouvelle fois, la nature pacifique et la transparence des activités iraniennes. "C’est un texte qui souligne, une nouvelle fois, l’absence de toute dérive militariste, dans notre programme, et qui reconnaît les pas positifs franchis par l’Iran, dans le sens d’une coopération exempte de toute ambigüité", a affirmé Ali-Asghar Soltaniyeh. Soltaniyeh a, toutefois, critiqué la présence, dans le rapport, d'allégations répétitives, celles qui dénoncent le prétendu non respect de l’Iran envers des résolutions onusiennes ou encore son refus de suspendre l’enrichissement de son uranium. "La RII a démontré, en se référant au droit international, que de telles allégations n’avaient aucun fondement juridique", a-t-il  souligné.

IRIB-


2 UE

L'UE adopte des sanctions contre le CGRI iranien pour le soutien du régime syrien.
L'UE a adopté des sanctions contre le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien pour son soutien porté au régime syrien de Bachar al-Assad, a annoncé mercredi le Journal officiel de l'Union européenne.
"Les forces Qods sont des forces spéciales du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran. Elles participent à la fourniture de matériel et de soutien au régime syrien pour aider celui-ci à réprimer la contestation en Syrie. Les forces Qods ont fourni aux services de sécurité syriens une assistance technique, du matériel et un soutien pour les aider à réprimer les mouvements de contestation civils", lit-on dans un bulletin de l'UE consacré aux mesures restrictives contre la Syrie.
Les sanctions prévoient le gel des actifs du CGRI en Europe et l'interdiction d'entrer sur le territoire européen.
Début juin, les Etats-Unis ont aussi introduit des sanctions contre le Corps des Gardiens de la révolution islamique les accusant d'avoir violé les droits de l'homme lors de la présidentielle iranienne de 2009.
Depuis le 15 mars dernier, la Syrie est secouée par un mouvement de contestation du régime en place. L'opposition réclame la démission du président Bachar al-Assad et le lancement des réformes politiques.

Selon l'ONU, la répression de la révolte populaire en Syrie par les forces de sécurité aurait fait plus de 2.200 morts.

Selon Damas, près de 500 militaires et représentants des forces de sécurité ont été tués par des "éléments terroristes armés, ".

RIA Novosti

24 août –

http://fr.rian.ru/world/20110824/190676977.html



4 Dans le monde

France

Sarkozy menace l'Iran !

Qu’est-il arrivé à la France pour qu’elle aborde le XXIe siècle, arme à la main, dans des loques des guerriers des temps révolus, elle, qui entra dans le XXe toute contrit de son passé de puissance coloniale défaite ?
Comment cette nation de raison qui enseigna longtemps à l’humanité les B-ABA de la démocratie s’est-elle réduite au rang d’un pantin manipulable, manipulé aux services des intérêts de Washington et de Tel-Aviv ?

Hargneuse, irrationnelle, agressive, homicide, cette France que Sarkozy représente, cumule les confrontations armées et de conflit en conflit, se ruine, croyant naïvement que le pétrole et le gaz volés aux pays conquis sous prétexte $o combien ridicule de l’humanitaire sauraient raboter sa dette abyssale, requinquer son économie, faire en sorte qu’un Français sur sept ne vivent plus sous le seuil de pauvreté.
Cette France aveuglée par son tropisme pro-américain menace aujourd’hui l’Iran d’« attaque préventive ». Imbue sans doute de ses trophées de guerre en Libye, elle dit vouloir « frapper les sites nucléaires civils » d’un pays souverain, situé à des centaines de kilomètres de son territoire national pour le stopper net dans ses soi-disant « ambitions nucléaires » à ce jour non-prouvées. A entendre son Président, cette France-là veut singer l’Amérique de l’ère Bush avec le même aveuglement, la même démence, le même obscurantisme avant de connaitre les mêmes déboires.

Ces menaces, qu’elles soient réelles ou fictives, marquent un tournant dans la diplomatie française, une désormais diplomatie de la canonnière que Sarkozy pratique au nom du « politiquement correct» et « économiquement juteux».

Mais est-ce réellement correct et juteux ?

L’Irak, l’Afghanistan prouvent le contraire.

Quant à la Libye, Nemo legem ignorare censetur et la loi veut que la colonisation et la dictature soient les deux facettes d’une même médaille.
 01/09/2011

IRIB

Sarkozy évoque une "attaque préventive" contre des sites nucléaires. 
Le président Sarkozy a averti mercredi l'Iran de la possibilité d'"une attaque préventive" contre ses sites nucléaires s'il maintenait ses ambitions dans ce domaine, tout en estimant qu'une telle opération provoquerait "une crise majeure". "Ses ambitions militaires, nucléaires et balistiques constituent une menace croissante qui pourrait conduire à une attaque préventive contre les sites iraniens, qui provoquerait une crise majeure dont la France ne veut à aucun prix", a-t-il déclaré au cours de la conférence annuelle des ambassadeurs de France.
Le président français n'a pas cité les pays qui pourraient être tentés par une telle opération militaire visant les sites nucléaires iraniens.
Nicolas Sarkozy s'est également prononcé pour un nouveau renforcement des sanctions contre Téhéran. "L'Iran refuse de négocier sérieusement. L'Iran se livre à de nouvelles provocations.

Face à ce défi, la communauté internationale doit apporter une réponse crédible. Elle le peut si elle fait preuve d'unité, de fermeté et que les sanctions sont plus sévères encore. Nous aurions tort d'en sous-estimer les effets qui sont chaque jour plus perceptibles", a-t-il souligné.
http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/720129/Iran%3A_Sarkozy_evoque_une_%22attaque_preventive%22_contre_des_sites_nucleaires.html



Pologne

L’Ambassadeur polonais : « les sanctions contre l’Iran n’ont eu aucun impact sur les relations entre les deux pays. »  

L’ambassadeur polonais, en Iran, a déclaré que les sanctions contre l’Iran n’ont eu aucun impact sur les relations entre les deux pays. «Malgré les sanctions imposées par l’Union Européenne, les échanges commerciaux bilatéraux se poursuivent et seuls, les pays actifs, dans l’industrie du pétrole et du gaz ne peuvent coopérer avec l’Iran», a ajouté l’ambassadeur polonais lors d’une réunion avec les membres de la Chambre de commerce et de l’industrie et des mines de la province de Semnān. Et de préciser que la politique ne peut, pour autant, s’ingérer dans les affaires des compagnies et que le gouvernement polonais n’a pas le droit de s’ingérer dans les affaires des compagnies. "Si une compagnie souhaite travailler avec l’Iran, elle peut le faire", a-t-il fait savoir. L’ambassadeur polonais a ajouté que la plupart des coopérations entre les deux pays s’effectuent, dans le secteur privé et que les hommes d’affaires des deux parties peuvent investir dans les banques privés, afin de renforcer les coopérations commerciales.

29/07/2011
http://french.irib.ir/info/economie/item/131654-les-sanctions-contre-l%E2%80%99iran-n%E2%80%99ont-eu-aucun-impact-sur-les-relations-entre-l%E2%80%99iran-et-le-pologne-ambassadeur-polonais-en-iran



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.