Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

15/10/2011

n° 69 - Journal de PAKISTAN - 20-06 au 14-10 - 1ap : - Escalade de la guerre étatsunienne au Pakistan .

 

n° 69 - Journal de PAKISTAN - 20-06 au 14-10 - 1ap : -  Escalade de la guerre étatsunienne au Pakistan .


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Journal de PAKISTAN.  

                 n° 69 - 20-06 au 14-10                                          

                                               C.De Broeder & M.Lemaire



 Le "Journal de PAKISTAN" est visible sur les blogs :

a) sur nos  blogs : http://www.dhblogs.be/categories/International.html

                             http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

b) sur le site http://turkmenfriendship.blogspot.com/2007/10/journal-dirak-de-m-lemaire.html

c) sur le site de Eva Resis  : no-war.over-blog.com

d) Et Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

e) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Avant propos

·                     ·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



Sommaire.

Tiré à part

Lindsey GERMAN ; Et maintenant, que diriez-vous d’une minute de silence pour les morts en Afghanistan, Irak, Pakistan.... ?

Farid Merrad : De vastes manifestations anti-américaines.  

Atlas alternatif : Escalade de la guerre étatsunienne au Pakistan…

Le Pakistan au cœur des débats.

Jules Dufour : Le Pakistan : un territoire stratégique pour les guerres de l'Occident en Asie Centrale

Paroles & action du président...

Le premier ministre rappelle son ministre des A.E. de New York. 

1 Au jour le jour

a) Action de la Résistance

Attaque de chefs collaborateurs.

b) Action des Usa

Attaques de drones américains..

Tués par un bombardement de drone américain.

Analyse

c) Action de l’armée Pakistanaise

2 Politique

a) Pakistan

Dans les coulisses et au sénat

b) Usa

Occupation du Pakistan.

Washington suspend une partie de son aide militaire au Pakistan

c) Les voisins

Iran

L'Iran et le Pakistan renforcent leurs relations bilatérales.

c) Dans le monde

Grande Bretagne

Départ des formateurs militaires britanniques ?

2 Brèves

2-1 yess : Les soldats américains qui auraient tués Ben Laden sont morts. (...)



Tiré à part

Lindsey GERMAN ; Et maintenant, que diriez-vous d’une minute de silence pour les morts en Afghanistan, Irak, Pakistan.... ?

 Les commémorations du 11/9 ont donc eu lieu, mais n’attendez pas une couverture non-stop de la guerre en Afghanistan, avec son cortège d’histoires poignantes de parents, de conjoints et d’enfants tués.

A mes yeux, nous avons touché le fond avec l’omniprésence de Tony Blair dans les médias. Longuement interviewé pour l’émission Today et cité par de nombreux journaux nationaux, il a profité de cet anniversaire pour justifier sa guerre illégale contre l’Irak et encourager de futures attaques contre l’Iran en particulier.

Ce fût particulièrement scandaleux de le voir profiter de la sympathie naturelle ressentie envers ceux qui ont perdu des proches pour promouvoir de nouvelles guerres, tel un prêcheur démentiel. Et tous les va-t-en guerre l’ont rejoint dans sa mission en ignorant les morts et les destructions bien plus grandes provoquées par ces guerres présentées comme des représailles contre un acte original.

J’attends toujours des commémorations pour ceux qui sont morts dans la guerre en Afghanistan. Cette guerre, déclenchée il y a dix ans, a tué 20.000 Afghans aux cours des deux premiers mois, selon une estimation d’un rapport de l’ONU. Des dizaines de milliers sont morts depuis, ainsi qu’un million d’Irakiens.

Mais je ne vois pas les présidents passés et présent des Etats-Unis en train d’observer une minute de silence solennelle. Je suppose que nous n’avons pas d’histoires poignantes à raconter sur des parents, des conjoints et des enfants tués au cours de ces attaques. Je suis certaine que nous n’aurons pas droit à une couverture non-stop de deux semaines sur les moindres détails de la guerre en Afghanistan.

Le 11/9 est donc présenté comme une terrible tragédie vécue par le peuple américain dans son ensemble – tragédie provoquée par des « fanatiques », des « extrémistes », par « des gens qui haïssent notre mode de vie » (et qui se trouvent être tous des musulmans, évidemment). Mais il n’y a pas d’équivalent pour les Afghans ou les Irakiens qui subissent des guerres toujours provoquées par des méchants issus de leurs rangs et jamais par « l’appareil militaire des Etats-Unis » dont « les objectifs impériaux » les amènent à « haïr les musulmans ».

Pire encore, ces guerres sanglantes qui provoquent des morts, des blessés, des réfugiés déplacés pendant des années, des niveaux de violence et d’insécurité accrus, la peur, la corruption, des chefs de guerre, des tortures, des emprisonnements, ne sont pour la plupart du temps jamais mentionnées.

Les médias font passer leurs messages soit par ce qu’ils racontent que par ce qu’ils taisent. En ignorant ces guerres tout en insistant sur le 11/9, le clou est enfoncé. Le fait de ne pas parler de ces guerres fait croire aux gens qu’elles n’ont pas vraiment lieu ou qu’elles vont bientôt se terminer.

Je suppose que les attaques à Kaboul aujourd’hui par les Résistants sont destinées à contrer cette vision des choses et que c’est pour cela qu’elles ont eu lieu deux jours après le 11/9. Les attaques contre le quartier général de l’OTAN et l’ambassade des Etats-Unis envoient un message très simple : la guerre continue et les envahisseurs ne sont pas en train de la gagner. Ces derniers n’arrivent même pas à effectuer le transfert de pouvoir à leurs alliés afghans.

Un témoin oculaire à Kaboul à raconté à la BBC : « Il n’y a aucune sécurité à Kaboul. Ceci est la zone la plus sûre et si nous ne sommes pas en sécurité ici alors nous ne sommes en sécurité nulle part en Afghanistan. »

La véritable histoire de ces dix dernières années, celle qui devrait être criée sur tous les toits, c’est celle de l’échec de la guerre contre le terrorisme.

La couverture médiatique du 11/9 était censée le cacher et non le révéler. Mais la réalité finit toujours par s’imposer.

(Stop the War)

Lindsey German

15 septembre 2011

http://www.stopwar.org.uk/index.php/usa-war-on-terror/789-no...

Traduction par VD pour le Grand Soir avec probablement les fautes et coquilles habituelles.

URL de cet article 14640 
http://www.legrandsoir.info/et-maintenant-que-diriez-vous-d-une-minute-de-silence-pour-les-morts-en-afghanistan-irak-pakistan-stop-the-war.html

 

Farid Merrad : De vastes manifestations anti-américaines.  

Aujourd’hui, le Pakistan a été témoin de vastes manifestations anti-américaines.
Des milliers de Pakistanais en colère, en organisant des manifestations et en scandant des slogans tels que «Mort à l’Amérique», «Mort à Israël», ont condamné les politiques hostiles et menaçantes des Etats-Unis. Les manifestants ont brûlé, dans différentes villes pakistanaises, dont Lahore et Pishavar, la bannière étoilée. Ils ont affirmé qu’ils transformeront les zones tribales pakistanaises dont le Waziristan du Nord et du Sud en cimetière des occupants. Les manifestants en furie ont sommé les Américains de quitter au plus vite le Pakistan. Hier, des centaines d’habitants de la ville de Jirabad, en organisant des manifestations anti-américaines ont incendié la photo d’Obama en qualifiant de criminel le gouvernement américain. La police pakistanaise a annoncé que le nombre des policiers, tués, lors de l’explosion dans le Nord-ouest s’élève à 8.

Farid Merrad

01/10/2011 
http://french.irib.ir/info/international/item/145002-pakistan-de-vastes-manifestations-anti-am%C3%A9ricaines

 

Atlas alternatif : Escalade de la guerre étatsunienne au Pakistan…

Vers une invasion étatsunienne du Pakistan ?

C'est un grand classique depuis la guerre du Vietnam : les pays qui servent de base arrière aux résistants deviennent rapidement des cibles et font les frais du conflit qui se déroule chez le voisin.

Tel est le cas du Pakistan aujourd'hui.

Depuis début septembre les autorités pakistanaises ont recensé 24 frappes de drones sur leur territoire qui ont causé plus de 140 morts (90 % de civils selon les médias pakistanais).  

Selon le journaliste Eric Margolis, les récentes alertes sur un risque d'attentat en Europe auraient précisément pour but de justifier la stratégie du Pentagone de plus en plus axée sur l'attaque du Pakistan.
La semaine dernière, le Pakistan a temporairement fermé l'itinéraire d'approvisionnement principal des Etats-Unis et de l'OTAN qui va de Karachi à la frontière afghane à Torkham après le massacre de trois soldats pakistanais depuis des hélicoptères militaires étatsuniens. Trois convois de fourniture en combustible étatsuniens ont été brûlés par des activistes pakistanais.

Les Etats-Unis dépensent beaucoup d'argent le long de cette route pour acheter les fonctionnaires, les chefs de guerre pachtounes, et certains résistants afin que l'approvisionnement des troupes en Afghanistan ne soit pas coupé, et ce, en plus de l'aide annuelle officielle de 2 milliards de dollars au gouvernement de Karachi.

Les forces spéciales sont infiltrées sur place.

Mais le sentiment anti-étatsunien dans la région est à son comble - ce qui d'ailleurs a favorisé un rapprochement entre le Pakistan et l'Iran.  

L'ancien chef d'Etat major pakistanais, le général Mirza Aslam Beg, a récemment suggéré à son gouvernement de tirer sur les drones américains qui survolent illégalement le territoire.  

Toujours selon Margolis, Washington ne ferait plus confiance au gouvernement civil d'Asif Ali Zardari et compterait surtout sur le pouvoir militaire du général Ashfaq Kayani, un général d'infanterie qui a été autrefois propulsé dans la hiérarchie par Benazir Bhutto (qu'un livre écrit par sa nièce qui vient de paraître chez Penguin Books India démystifie sérieusement).  

Cette politique pourrait encore se durcir en cas de victoire des Républicains aux élections du Congrès. Les néo-conservateurs étatsuniens continuent de suggérer l'élimination de l'arsenal nucléaire pakistanais par les forces spéciales et la division non seulement de l'Afghanistan mais aussi du Pakistan en entités ethniques qu'ils pourraient contrôler plus facilement, comme ils ont aussi voulu le faire en Irak.

Le 8 octobre 2010

Mondialisation.ca,



Le Pakistan au cœur des débats.

4 juillet

L'armée américaine effectue, à présent, simultanément, des opérations aériennes, dans 6 pays du monde. Selon Press TV, le site anti-guerre, "met fin au rêve américain", a publié un article, selon lequel, l'armée américaine mène des opérations aériennes, actuellement, en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Yémen, au Pakistan et en Somalie. Ledit site ajoute que les dettes du peuple américain s'élevaient à moins de 6 trillions de dollars, avant les guerres, mais qu'à présent, elles ont été décuplées.

En fait, un tiers des dettes du monde entier appartient aux Etats-Unis. Ce site poursuit en révélant que les frais militaires américains s'élève à 46,5 % des frais militaires de tous les pays du monde.

PressTV

 

Jules Dufour : Le Pakistan : un territoire stratégique pour les guerres de l'Occident en Asie Centrale.

 « La mort de Baitullah Mehsud, chef des résistants pakistanais, serait un succès de taille pour Washington et Islamabad .» Cette dépêche qui, encore une fois, annonce la mort d'un être humain causée par la guerre, est sensée réjouir les stratèges des pays occidentaux qui occupent illégalement un pays souverain de l’Asie centrale depuis 2001. Cette nouvelle permet aux tenants de cette guerre de conquête de manifester, pendant quelques instants, leur joie et de démontrer  l'efficacité de leurs interventions meurtrières sur le terrain. Mais, il y a lieu d’ajouter une autre interprétation à cet évènement.

 

La disparition du chef des résistants pakistanais viendrait se joindre aux éléments qui justifient l'extension au Pakistan voisin de la guerre d'occupation qui sévit en Afghanistan. Elle contribuerait à rendre légitimes, une fois de plus, dans l'opinion publique mondiale les actes de guerre perpétrés par Washington et l'armée nationale pakistanaise sur le territoire pakistanais proprement-dit, même si   convaincre du bien-fondé de la guerre contre les résistants est devenu pour Washington une tâche bien facile après tant d’années de fabrication de ces ennemis que constituent maintenant les résistants aux yeux de la population mondiale.

 

Dans ce contexte, il importe d'être conscient que le véritable motif de ces guerres n'est pas l'éradication des résistants mais plutôt la mise en place des infrastructures et des institutions nécessaires à une occupation permanente de Washington et des autres puissances occidentales dans cette région. Ces guerres prendront fin seulement au moment où le régime de Kaboul sera en mesure d'assurer un contrôle militaire total du territoire afghan et cela ne sera possible qu’avec l’aide soutenue de l’armée nationale pakistanaise, pour la maîtrise des zones tribales frontalières avec l’Afghanistan telles que le Waziristan, la province de la Frontière-du-Nord-Ouest y compris le district de Swat (figure 1).

 

Figure 1. Les provinces pakistaises frontalières avec l’Aghanistan

source :  http://argoul.blog.lemonde.fr/category/fugues-au-pakistan/

Les actions guerrières pakistanaises sont présentées comme faisant partie de la « guerre contre le terrorisme » décrétée par l'ex-administration de G.W. Bush, et liées à la guerre de l’Afghanistan. La vallée de Swat est tombée sous la domination des résistants en décembre 2008, et fait depuis l'objet d'opérations militaires afin de les déloger ou de les faire «disparaître» tout simplement.

Cette guerre conduite par l’armée nationale pakistanaise avec le concours des forces armées étatsuniennes n’a pas été officiellement déclarée. Elle se déroule dans le cadre de la guerre «dite préventive» contre la terreur et permet aux puissances occidentales d’accroître leur contrôle dans toutes les régions du Pakistan, ce qu’elles n’avaient pas réussi à faire durant la présidence de Pervez Musharraf entre juin 2001 et août 2008.

  

Le bilan de cette guerre en 2009

Plusieurs rapports récents ont fait état des attaques répétées dans cette région contre les résistants et les résistants provenant de l’Afghanistan, ce qui a entraîné par le fait même un exode massif des populations vers l’intérieur du pays. L’utilisation de drones par les États-Unis pour l’élimination des foyers soupçonnés d’abriter des terroristes présumés a causé un nombre considérable de victimes. Selon des données récentes ces attaques et autres interventions auraient fait plus de 1 500 morts chez les résistants Pour l’ensemble des régions affectées par la guerre on a observé le déplacement de deux millions de personnes: « Jusqu’à maintenant, les coûts ont été très élevés; des milliers de morts, plus de deux millions de personnes déplacées à cause des combats dans la vallée de Swat et ailleurs».

 

Selon le Pakistan Body Count, en date du mois d’août 2009, près de 10 000 victimes ont été causées soit par des bombes ou par des attaques par des drones; parmi ces victimes on compterait plus de 3 300 morts. Le site prend la peine de noter que « même s’il s’agit d’un attentat à la bombe ou d’une attaque par un drone, c’est la même résultat, un pakistanais est tué».

 

Le site fournit ainsi l’histoire complète et la chronologie des attentats à la bombe et des attaques par des drones. Les données proviennent des rapports de médias, d’hôpitaux et de sites internet. Toutes les données sont disponibles pour le grand public et aucune donnée n’est gardée secrète. Ce qui permet de donner une idée de l’intensité des attentats à la bombe et des attaques perpétrées par les drones.

 

Selon Bill Van Auken, Il importe de nous rappeler qu’en mai dernier «le gouvernement d'Obama considérait de plus en plus son intervention croissante au Pakistan comme une guerre contre-insurrectionnelle spécifique, pour laquelle il demandait le même type de pouvoirs militaires extraordinaires déjà obtenus par le gouvernement Bush en Afghanistan et en Irak.» Ces pouvoirs pourraient ainsi permettre, entre autres choses, au Pentagone de fournir au Pakistan une aide militaire de l’ordre de 400 millions de dollars.

 

Références

 

AFP et AP. 2009. La mort du chef des résistants pakistanais semble se confirmer. Journal Le Devoir, les 8 et 9 août 2009. En ligne: http://www.ledevoir.com/2009/08/08/262081.html

 

CTV.CA News Staff. 2009. As deaths rise, Pakistan struggles against Résistants. Le 28 juin 2009.

En ligne: http://www.ctv.ca/servlet/ArticleNews/story/CTVNews/20090628/Résistants_Pakistan_090628/20090628?hub=TopStories

 

DUFOUR, Jules. 2008. Les guerres d'occupation de l'Afghanistan et de l'Irak: un bilan horrifiant de portée mondiale. Le 22 juillet 2008. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM).

En ligne:

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9645

 

LIND, William S. et L. Rockwell. 2008. PAKISTAN. Une victime collatérale des guerres américaines. alternatives internationale. Le 17 janvier 2008.

En ligne: http://www.alterinter.org/article1623.html

 

Opérations militaires contre les résistants au Pakistan: http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_au_Waziristan

Pakistan Body Count: http://www.pakistanbodycount.org/ 
Pervez Musharraf: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pervez_Musharraf

 

TISDALL and Saeed Shah. 2008. Reported US attack pushes Afghanistan war into Pakistan. Up to 20 die in attack by commandoes on village near known Résistants and al-Qaida stronghold guardian.co.uk, le 3 septembre 2008.

En ligne: http://www.guardian.co.uk/world/2008/sep/03/pakistan.afghanistan1

 

VAN AUKEN, Bill. 2009.Le gouvernement d'Obama cherche à obtenir des pouvoirs militaires extraordinaires au Pakistan. Le 7 mai 2009. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM). En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13528

 

Waziristan: http://fr.wikipedia.org/wiki/Waziristan

 Jules Dufour
Jules Dufour, Ph.D., est président de l'Association canadienne pour les Nations Unies (ACNU) /Section Saguenay-Lac-Saint-Jean, professeur émérite à l'Université du Québec à Chicoutimi,   membre du cercle universel des Ambassadeurs de la Paix, membre chevalier de l'Ordre national du Québec. 

Jules Dufour est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  Articles de Jules Dufour publiés par Mondialisation.ca

 

Le 10 aout 2009



 Paroles & action du président...

Le premier ministre rappelle son ministre des A.E. de New York. 

Les États -Unis et le Pakistan sont au bord de la rupture et les signes  se multiplient : après de nouvelles accusations de Washington contre Islamabad, le premier ministre Guilani a rappelé sa ministre des A. E. de New York. Washington vient d’accuser les services du renseignement pakistanais de complicité avec le groupe Haghanni, aile la plus dur de la nébuleuse Al-Qaïda.

Ce groupe est accusé d’avoir récemment attaqué l’ambassade américaine à Kaboul.

La ministre pakistanaise des A.E se trouve à New York où elle prend part à la soixante sixième réunion de l’Assemblée générale de l’Onu.

26/09/2011

 Irib

Islamabad expulse 250 américains.  

27/08/2011

Le journal pakistanais, "La Nation", a révélé, citant des sources de sécurité pakistanaises, que le gouvernement a demandé à l'administration américaine de rapatrier 250 américains travaillant dans l'ambassade des États-Unis, les sections consulaires, et dans certaines organisations américaines, dans un délai de 40 jours. 
Le journal fait remarquer que la raison en est que les autorités pakistanaises voudraient protester contre les opérations de sécurité que les Américains effectuent à l'intérieur du territoire pakistanais, en l’occurrence, celle qui a couté la vie au fondateur d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden. Il est, également, reproché à ces employés "d’exercer des tâches liées à la lutte contre le terrorisme".

IRIB



Le Pakistan en chiffre 


    «Qu'il s'agisse d'une attaque ou d'une attaque par drone,
Pour moi c'est la même chose, un Pakistanais a été tué "

Suicide Bombing Victims
Dead = 5,067 , Injured = 13,335 , Total = 18,402 and Counting...

Drone Attacks Victims
Dead = 2,626 , Injured = 1,052 , Total = 3,678 and Counting

 

Les données sont recueillies à partir des rapports des médias, les hôpitaux, et internet.

Toutes les données sont accessibles au public et il n'y a pas de données classées ici. Il s'agit d'un effort pour montrer au monde l'intensité de suicide et les attaques Drone au Pakistan ".

Pakistan Body Count: http://www.pakistanbodycount.org/

 



1 Au jour le jour

a) Action de la Résistance

Attaque de chefs collaborateurs.

Des dizaines de résistants ont attaqué tôt lundi les maisons de deux chefs tribaux collaborateurs dans la zone tribale de Mohamand, faisant quatre morts et six blessés, selon Zabit Khan, un responsable local. Un des chefs tribaux a été grièvement blessé.

L'explosion d'une voiture piégée a également fait trois morts, dont un chef de milice, dans les faubourgs de Peshawar (nord-ouest), a déclaré le chef de la police de Peshawar, Liaquat Ali Khan. Cinq personnes ont été blessées dans la déflagration.

23/6

 http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110620.FAP9883/pakistan-12-morts-dans-des-attaques-de-drones.html

 

27-06

Dix policiers ont été tués  près de Peshawar dans l'attaque de leur poste en bordure d'une zone tribale du Nord-Ouest du Pakistan par des résistants Les résistants ont revendiqué l'attaque, affirmant qu'elle avait été commise pour venger la mort d'Oussama Ben Laden.
"La police a pris le contrôle du poste de police et dix de nos policiers ont été tués lors de l'attaque ainsi que six assaillants" , a déclaré Mian Iftikhar Hussain, ministre de l'Information de la province de Khyber Pakhtunkhwa (Nord-Ouest).

AP


27-06

Des résistants, certains dissimulés sous des burqas et d'autres portant des ceintures d'explosifs, ont attaqué le poste de police à Kolachi, en bordure du district tribal du Waziristan du Sud, et pris un groupe de policiers en otage. Selon M. Hussain, les résistants dissimulés sous les burqas s'étaient préparés à "un siège et une prise d'otages afin d'obtenir la libération d'autres résistants" .
"Lorsque nos véhicules blindés sont entrés dans le poste de police, deux candidats aux attentats suicide se sont fait sauter et un troisième kamikaze a été tué par une roquette" , a-t-il raconté.

La police a découvert les corps de trois résistants et les têtes de trois kamikazes, a indiqué M. Hussain. Il a précisé que onze policiers avaient été blessés et la moitié du bâtiment de la police détruit.
Le chef de la police régionale Imtiaz Shah a déclaré qu'il y avait une femme parmi les kamikazes. L'attaque a d'abord été menée à l'entrée principale du poste par des résistants cachés sous des burqas, qui ont ouvert le feu avec leurs fusils, tuant les policiers de garde. Puis les résistants ont attaqué un mur avec des grenades pour avoir accès au bâtiment.

Les résistants ont pris en otage les 17 policiers de permanence après s'être trouvés à court de munitions, a expliqué le chef de la police.
27/6

2eme versionµ

26/6

Les résistants pakistanais ont revendiqué une attaque contre un poste de police de l'ouest du pays qui a fait 12 morts.

Armés de fusils d'assaut et de grenades, un résistant et sa femme ont pris en otage une douzaine de policiers durant plusieurs heures dans une localité proche du Sud-Waziristan, un fief des résistants à la frontière afghane.

Ils ont tué cinq policiers puis se sont fait exploser au moment où les commandos sont entrés dans le poste, causant la mort de sept autres membres des forces de l'ordre.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/06/26/001-kamikazes-policiers-pakistan.shtml

09 juillet

Au moins cinq personnes ont été tuées samedi dans l'attaque par des résistants de deux véhicules dans le nord-ouest du Pakistan, tandis que le conducteur d'un camion-citerne de l'Otan a été abattu dans le sud-ouest, ont annoncé les autorités.

Cinq personnes ont été tuées et 11 blessées dans le mitraillage par des résistants de leurs deux véhicules dans la zone tribale du Jawakai (nord-ouest), à environ 50 kilomètres à l'est de Peshawar, a indiqué à l'AFP Sahibzada Mohammad Anis, un haut responsable du gouvernement.

Le chef local de la police Mohammad Masood Khan Afridi a confirmé la fusillade et les morts, et a estimé que c'était «l'œuvre de résistants». L'attaque n'a pas été revendiquée, dans une région en proie à une insurrection.

AP

09-07

Dans la province du Baloutchistan (sud-ouest), des hommes armés à moto ont abattu le conducteur d'un camion-citerne transportant du carburant pour les forces de l'Otan dans l'Afghanistan voisin, a indiqué à l'AFP Zafarullah Baloch, ministre de l'Intérieur de la province.

AP

09/07

Au moins 24 personnes ont été tuées dans un double attaque kamikaze visant un général de l'armée à Quetta, dans le sud-ouest du Pakistan, que les résistants ont revendiqué en représailles à l'arrestation récente d'un haut responsable de la résistance dans cette ville.

Un homme a d'abord fait exploser sa voiture piégée pour ouvrir une brèche dans le mur d'enceinte de la résidence du général de brigade Farrukh Shahzad, commandant adjoint des Frontier Corps (FC), une unité paramilitaire rattachée à l'armée, a expliqué à l'AFP Hamid Shakil, un officier de la police de Quetta, la capitale de la province du Baloutchistan.

Puis un kamikaze à pied a lancé deux grenades avant de faire exploser sa bombe dans l'enceinte de la résidence, endommageant considérablement la maison.

«Vingt-quatre personnes ont péri», dont l'épouse du général Shahzad, deux enfants et 11 soldats membres des FC chargés de la sécurité d'un convoi qui attendaient leur supérieur devant sa maison, a indiqué Hamid Shakil. Au moins 82 autres personnes, dont le général Shahzad et un de ses enfants, ont été blessées, a-t-il poursuivi.

http://www.cyberpresse.ca/international/asie-oceanie/201109/07/01-4432149-24-morts-dans-un-double-attentat-visant-un-general-pakistanais.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_asie-oceanie_290_section_POS1

 

09-07

Il y a une dizaine de jours, les ‘Frontier Corps’ du Baloutchistan ont participé à l'arrestation de Younis al-Mauritani, le principal chef des «opérations extérieures» d'Al-Qaïda, menée par les services de renseignements de l'armée pakistanaise, l'ISI.

Ehsanullah Ehsan, le porte-parole du Mouvement des résistants du Pakistan (TTP), a revendiqué la double attaque kamikaze de mercredi dans un entretien téléphonique avec l'AFP, en représailles à l'arrestation d'Al-Mauritani et de deux complices.

L'armée a rendu cette arrestation publique lundi et insisté sur le fait qu'elle a été réalisée avec «l'assistance technique des services de renseignements américains».

Al-Mauritani est «un cadre important et membre de l'état-major d'Al-Qaïda, lié aux menaces récemment mises au jour visant l'Europe», a indiqué à l'AFP un responsable de services de renseignement occidentaux, sous couvert de l'anonymat.

Al-Mauritani avait été chargé «personnellement» par ben Laden «de cibler les intérêts économiques des États unis, dont des gazoducs et des oléoducs, des centrales électriques, mais aussi des pétroliers, à l'aide de bateaux rapides bourrés d'explosifs dans les eaux internationales», précisait lundi l'armée.

L'arrestation d'Al-Mauritani constitue aussi un net réchauffement des relations entre Islamabad et Washington. La Maison-Blanche avait d'ailleurs aussitôt chaudement félicité les forces de sécurité pakistanaises.

Depuis le raid d'Abbottabad, les relations entre les États-Unis et le Pakistan, leur allié-clé dans leur «guerre contre le terrorisme» depuis fin 2001, s'étaient sérieusement dégradées, en particulier entre l'ISI et la CIA, qui avaient quasiment cessé de collaborer.

De hauts responsables à Washington accusaient Islamabad -et notamment l'ISI et l'armée- de complicité pour expliquer que ben Laden ait pu se terrer plusieurs années dans une ville-garnison non loin de la capitale. Et Islamabad reprochait à Washington de ne pas l'avoir averti de ce raid héliporté nocturne, que l'armée pakistanaise et l'ISI ont vécu comme une humiliation et une brimade.

IRNA

http://www.cyberpresse.ca/international/asie-oceanie/201109/07/01-4432149-24-morts-dans-un-double-attentat-visant-un-general-pakistanais.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_asie-oceanie_290_section_POS1

07/08/

Au moins 16 camions-citernes transportant des carburants pour les troupes de l'OTAN en Afghanistan ont été détruits dans l'explosion d'une bombe, samedi, dans le Nord-Ouest du Pakistan a annoncé la police locale.
28 camions-citernes qui étaient garés dans un terminal à proximité de Peshawar, la principale ville du Nord-Ouest du Pakistan, ont été visés par une bombe qui, en explosant a déclenché un incendie. 16 des véhicules ont été détruits, précise la même source. Aucune victime n'a été enregistrée, a-t-il ajouté. Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attentat. Des attentats similaires ont déjà, été commis par les Résistants dans le but de perturber la logistique de plus de 130. 000 militaires étrangers sous le commandement américain, en Afghanistan.

IRIB- 
http://french.irib.ir/info/international/item/134045-pakistan--16-camions-citernes-de-lotan-d%C3%A9truits-dans-une-explosion



b) Action des Usa

Attaques de drones américains..

Des responsables pakistanais rapportent que des attaques présumées de drones américains ont fait 12 morts dans le nord-ouest du Pakistan, une zone abritant des résistants.

Une première attaque a visé un véhicule dans la zone tribale de Kurram, faisant cinq morts, selon Noor Alam, un responsable local. Alors que des membres d'une tribu accouraient sur les lieux, le véhicule a été à nouveau frappé, faisant deux autres morts.

Quelques minutes plus tard, un drone américain présumé a attaqué une maison voisine, tuant cinq personnes, a précisé M. Alam. Sept des 12 tués sont des résistants afghans dont les corps ont été emmenés de l'autre côté de la frontière pour être enterrés,( ???) a-t-il ajouté.

Les tirs de missiles ont été confirmés par deux responsables du renseignement pakistanais ayant requis l'anonymat.

23/6

 http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110620.FAP9883/pakistan-12-morts-dans-des-attaques-de-drones.html

06-07

Six personnes ont été tuées, lors de l'attaque de drones américains, dans une zone tribale du Nord-Ouest du Pakistan
Le drone US a tiré deux missiles sur une pension, à Mir Ali, à, environ, 25 kilomètres, à l'Est de Miranshah, la principale ville de la zone tribale du Nord Waziristan. "La pension a été complètement détruite. Au moins, six personnes ou résistants, ont été tuées, par cette frappe de drone américain," a précisé le responsable des forces de sécurité de Mir Ali. "Cinq autres résistants ou personnes ont été blessés". La maison se trouvait, à, environ, 200 mètres du principal bazar de Mir Ali, a ajouté le responsable.

IRIB


Tués par un bombardement de drone américain.

- Quatre résistants présumés ont été tués par un bombardement de drone américain dans une des zones tribales du Nord-Ouest du Pakistan, ont annoncé des responsables locaux.
Cette attaque de drone, la seconde en deux jours, a eu lieu dans le Waziristan du Nord, un district frontalier de l'Afghanistan et bastion des résistants résistants alliés à Al-Qaïda.
Deux missiles tirés par un drone ont frappé un véhicule transportant des résistants à Qutab Khel, un village situé à environ 5 km à l'est de Miranshah, principale ville du Waziristan du Nord, a déclaré à l'AFP un responsable local des services de sécurité sous couvert d'anonymat.
Quatre résistants ont été tués, a-t-il ajouté. Ce bilan a été confirmé par un autre responsable local des services de sécurité.
Les bilans des combats ou des attaques de drones livrés par les responsables pakistanais de la sécurité sont impossibles à vérifier, ces zones étant interdites d'accès et souvent aux mains des résistants islamistes.

02-08
02-08

Lundi, les drones américains avaient bombardé un véhicule près de Wana, principale ville du district voisin du Waziristan du sud, tuant quatre résistants selon des responsables locaux de la sécurité. Il s'agissait de la première attaque de drone américain depuis le 12 juillet.
Ces bombardements interviennent durant une période de tensions entre le Pakistan et les Etats-Unis, qui ont annoncé en juillet la suspension d'une partie de leur aide militaire à Islamabad en représailles de récentes mesures pakistanaises limitant l'activité militaire américaine dans le pays.
Les relations entre les deux pays, alliés depuis que le Pakistan s'est rallié fin 2001 à la guerre contre le terrorisme américaine dans la région, sont au plus bas depuis le raid unilatéral américain qui a tué Oussama Ben Laden le 2 mai dernier à Abbottabad (nord du Pakistan).

 

Analyse


02-08

Symboles de la relation ambiguë qui lie le Pakistan et les Etats-Unis depuis la fin 2001, ces frappes non confirmées par Washington (mais seule la CIA possède de tels appareils dans la région) sont officiellement dénoncées par Islamabad. Mais la plupart des observateurs estiment qu'elles font l'objet d'un accord tacite entre Islamabad et les Etats-Unis, qui versent chaque année au Pakistan, en déficit chronique, plus de 2 milliards de dollars d'aide.
Les Etats-Unis considèrent les zones tribales pakistanaises comme l'endroit le plus dangereux du monde,.
Mais c'est le Pakistan qui, avec l'Afghanistan, paye le plus lourd tribut. Quelque 5.000 personnes, des civils pour la grande majorité, ont péri dans tout le pays depuis quatre ans dans près de 500 attentats attribués aux résistants et à leurs alliés.

http://www.romandie.com/news/n/_Pakistan_4_morts_dans_un_bombardement_de_drone_americain_020820111808.asp

10.08.

Un drone (avion sans pilote) américain a tiré deux missiles. Il a détruit un véhicule et un campement près de Miranshah, la principale ville du Waziristan du Nord, un district frontalier de l'Afghanistan et bastion des résistants résistants alliés à Al-Qaïda. Un responsable à Peshawar a confirmé l'attaque.

Un bilan précédent avait fait état de 7 morts. "Des nouveaux corps ont été découverts sous les débris. Vingt-et-un résistants du groupe Haqqani ont été tués et trois blessés",

AP

05/09/

Les drones américains ont tiré des dizaines de missiles contre la région du Waziristân du sud, où ils ont tué sept civils et ont blessé des dizaines d’autres. L’information ne contient pas de détails supplémentaires. Le gouvernement et la population ont à maintes reprises, protesté contre les raids US qui font quotidiennement des dizaines de victimes.

Irib



c) Action de l’armée Pakistanaise

08/07

Des officiers ont affirmé aujourd'hui que l'armée avait tué 42 ( ?) résistants et perdu huit soldats en quatre jours d'offensive dans un fief des résistants alliés à Al-Qaïda dans le nord-ouest du Pakistan.
L'armée avait annoncé le lancement d'une opération visant le Mouvement des Résistants du Pakistan (TTP), et ses alliés dans le district tribal de Kurram, frontalier avec l'Afghanistan.

 AFP



2 Politique

a) Pakistan

Dans les coulisses et au sénat

17.06.

Le Pakistan a accusé  l'Otan d'avoir bombardé l'un de ses postes militaires dans le nord-ouest de son territoire, près de la frontière avec l'Afghanistan.
Les autorités pakistanaises ont exprimé leur vive préoccupation auprès de l'ambassade des Etats-Unis à Islamabad.

AP

AP

 Rapprochement

Nucléaire: Rapprochement entre l'Inde et le Pakistan.

Le Pakistan et l'Inde sont convenus ce vendredi de mettre au point de nouvelles mesures susceptibles de favoriser un climat de confiance entre eux dans le domaine nucléaire.

Ces deux pays voisins, rivaux et détenteurs de l'arme atomique, ont aussi décidé de favoriser la circulation des personnes et des biens des deux côtés de la Ligne de contrôle séparant le Cachemire, principal litige territorial entre eux.

Ces décisions ont été prises lors d'une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays, l'Indienne Nirupama Rao et son homologue pakistanais Salman Bashir. Ces entretiens ont débouché sur des progrès plus importants que prévu.

http://www.20minutes.fr/ledirect/747471/nucleaire-rapprochement-entre-inde-pakistan

 

Le gouvernement n'a jamais autorisé l'armée américaine d'utiliser les bases pakistanaises pour lances des frappes aériennes sur les résistants dans les régions tribales. 

Le Premier ministre pakistanais Syed Yusuf Raza Gilani a déclaré que son gouvernement n'avait jamais autorisé l'armée américaine à utiliser les bases pakistanaises pour lances des frappes aériennes sur les résistants dans les régions tribales.
M. Gilani a tenu ces propos en réponse à des informations selon lesquelles des drones américains utilisent la base aérienne de Shamsi, dans le sud-ouest du Pakistan, pour attaquer les repaires des terroristes dans les régions tribales du Pakistan.
Le ministre pakistanais de la Défense Ahmed Mukhtar avait déclaré la semaine dernière que le Pakistan avait demandé aux Etats-Unis de quitter la base de Shamsi.
Le chef de l'armée de l'Air pakistanaise a déclaré en mai devant le Parlement que la base de Shamsi a été louée aux Emirats arabes unis.
Selon la presse pakistanaise, les Emirats arabes unis ont autorité les drones américains à utiliser cette base pour lancer des attaques de drone dans la région à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan, le bastion des résistants.
"Mon gouvernement n'a jamais autorisé les Etats-Unis à utiliser les bases pakistanaises pour mener des attaques de drone", a affirmé M. Gilani. "L'ancien gouvernement du président Pervez Musharraf avait autorisé les avions américains à utiliser les bases pakistanais pour des missions de reconnaissance", a reconnu Gilani.
Les drones américains attaquent souvent les objectifs dans les régions tribales du Pakistan, à la frontière avec l'Afghanistan, où sont retranchés les résistants, malgré l'opposition des autorisés du Pakistan.

04-07

 http://french.news.cn/monde/2011-07/04/c_13963557.htm

 

L’armée assure pouvoir fonctionner sans l'aide américaine.

Islamabad a réagi, lundi 11 juillet, à l'annonce américaine de suspendre une partie de son aide militaire au Pakistan, estimant que l'armée pouvait fonctionner sans apport financier extérieur.

Son porte-parole, le général Athar Abbas, a ajouté qu'il n'avait, pour l'heure, reçu aucune notification officielle de la décision américaine.

L'annonce faite dimanche par le secrétaire général de la Maison Blanche, William Daley, reflète les tiraillements croissants de l'administration Obama sur la façon d'améliorer la coopération du Pakistan, allié sur lequel Washington s'appuie pour réprimer le djihadisme, notamment en Afghanistan, mais avec lequel les relations se sont sévèrement dégradées.

Le bras droit du président américain a confirmé que la décision portait sur environ 800 millions de dollars d'aide militaire, soit plus d'un tiers du budget de plus de 2 milliards de dollars que les Etats-Unis versent chaque année au pays. Un chiffre publié auparavant par le New York Times.

Une partie de cette somme sert à financer le déploiement de plus de 100 000 soldats pakistanais le long de la frontière avec l'Afghanistan. Les ventes d'armes au Pakistan, comme les avions de combat F-16, et l'aide non militaire à ce pays éprouvé par les ravages des inondations de 2010, ne sont pas concernées, selon des responsables cités par le New York Times.

18 MILLIARDS DE DOLLARS VERSÉS DEPUIS 2001

Le Pakistan a reçu 18 milliards de dollars des Etats-Unis depuis les attentats du 11-Septembre, lorsqu'Islamabad a officiellement mis fin à son soutien aux résistants afghans et décidé de coopérer avec Washington. Les relations entre les deux pays sont cependant restées délicates et le raid américain du 2 mai en territoire pakistanais au cours duquel Oussama Ben Laden a été tué a cristallisé la suspicion mutuelle.

Côté américain, la présence du chef d'Al-Qaida dans une ville-garnison du nord du Pakistan a relancé les doutes sur la compétence des services de sécurité pakistanais, et alimenté les soupçons sur des complicités avec la nébuleuse islamiste. Les Etats-Unis considèrent que les principaux cadres d'Al-Qaida se cachent au Pakistan et entraînent leurs kamikazes dans les camps des résistants pakistanais, dans les zones tribales du Nord-Ouest, qui servent également de bases aux résistants afghans.

Côté pakistanais, le raid été vécu comme une humiliation par l'armée, institution clé de ce grand pays musulman de 170 millions d'habitants à l'opinion publique majoritairement anti-américaine.

LA TENSION SUSCITÉE PAR LE RAID D'ABBOTTABAD N'EST PAS RETOMBÉE

Dès le 25 mai, plus de 100 conseillers militaires américains ont dû quitter le pays. Parallèlement, aux Etats-Unis, de nombreux parlementaires ont accentué la pression pour couper toute assistance au Pakistan, troisième bénéficiaire de l'aide américaine après l'Afghanistan et Israël.

L'assassinat fin mai du journaliste Syed Saleem Shahzad, auteur d'articles sur les liens présumés entre Al-Qaida et l'armée pakistanaise, a ajouté aux crispations.

Le plus haut gradé américain, l'amiral Mike Mullen, s'est ouvertement inquiété que les autorités pakistanaises puissent y avoir trempé.

Manifestement, a fait observer dimanche William Daley, la tension politique suscitée par le raid d'Abbottabad au Pakistan n'est pas retombée. "Tant que nous ne serons pas sortis de ces difficultés, nous suspendrons une partie de l'argent que les contribuables américains se sont engagés à verser", a-t-il prévenu. "Nous faisons de notre mieux pour jouer ensemble la partition mais nous disons à ceux qui sont en grande partie responsables des difficultés internes au Pakistan qu'ils ne peuvent pas continuer comme ça", avait de son côté prévenu le 23 juin la secrétaire d'Etat, Hillary Clinton.

Pour en savoir plus :

Lire "The double game" (le double jeu), un article de Lawrence Wright publié dans le New Yorker sur les relations diplomatiques américano-pakistanaises

 

Voir les articles de Courrier International et Pakistaniat.com sur la mort du journaliste Syed Saleem Shahzad

LEMONDE.FR avec AFP

11.07.11
http://www.lemonde.fr/international/article/2011/07/11/pakistan-l-armee-assure-pouvoir-fonctionner-sans-l-aide-americaine_1547229_3210.html


b) Usa

Occupation du Pakistan.

Washington suspend une partie de son aide militaire au Pakistan
Diplomatie Les États-Unis ont décidé de suspendre une partie de leur importante aide militaire au Pakistan, allié sur lequel Washington s’appuie pour réprimer les groupes islamistes armés, notamment en Afghanistan, mais avec lequel les relations se sont sévèrement dégradées. La décision annoncée dimanche par la Maison-Blanche a été saluée hier par l’Inde, estimant que ce soutien à son pays rival perturbait l’équilibre de l’Asie du Sud. La décision porte sur environ 800 millions de dollars d’aide militaire, soit plus d’un tiers de l’assistance supérieure à 2 milliards de dollars que les États-Unis versent par an au Pakistan. Cette aide va notamment au maintien de plus de 100 000 soldats pakistanais le long de la frontière avec l’Afghanistan. Les ventes d’armes au Pakistan, comme les avions de combat F-16, et l’aide non militaire à ce pays éprouvé par les ravages des inondations de 2010 ne sont pas concernées, selon des responsables cités par le New York Times.

Islamabad « a pris des mesures qui nous ont amenés à suspendre certaines aides que nous donnons à l’armée » pakistanaise, a expliqué le secrétaire général de la Maison-Blanche, William Daley. « La vérité, c’est que notre relation avec le Pakistan est très compliquée. »
« Nous n’avons reçu aucune notification officielle ou communication sur le sujet », a réagi hier le général Athar Abbas, porte-parole de l’armée pakistanaise. « Au-delà de cela, l’armée, aujourd’hui comme hier, a mené avec succès des offensives en utilisant ses propres ressources sans quelque soutien extérieur que ce soit », a-t-il ajouté.
Le Pakistan a reçu 18 milliards de dollars des États-Unis depuis les attentats du 11-Septembre 2001, lorsque Islamabad a officiellement mis fin à son soutien aux résistants afghans et décidé de coopérer avec Washington. Les relations entre les deux pays sont cependant restées délicates et le raid américain du 2 mai en territoire pakistanais, au cours duquel Oussama Ben Laden a été tué, a cristallisé la suspicion mutuelle.
Côté américain, la présence du chef d’el-Qaëda dans une ville de garnison du nord du Pakistan a relancé les doutes sur la compétence des services de sécurité pakistanais, voire des complicités avec la nébuleuse islamiste. Les États-Unis considèrent que les principaux cadres d’el-Qaëda se cachent au Pakistan(…)  et y entraînent leurs kamikazes dans les zones tribales du Nord-Ouest, qui servent également de base aux résistants afghans.
Côté pakistanais, le raid a été vécu comme une humiliation pour l’armée pakistanaise, institution-clé de ce pays musulman de 170 millions d’habitants à l’opinion publique majoritairement antiaméricaine. Dès le 25 mai, plus de cent conseillers militaires américains ont dû partir.
(Source : AFP)

http://www.lorientlejour.com/category/Moyen+Orient+et+Monde/article/712596/_Washington_suspend_une_partie__de_son_aide_militaire_au_Pakistan.html

 

Les Etats-Unis accusent le Pakistan de soutenir le réseau Haqqani.  

La Maison Blanche a réitéré son appel mardi au Pakistan pour qu'il rompe tout lien avec le réseau résistants Haqqani, sujet qui provoque une tension très vive entre Washington et Islamabad.

"Nous avons exprimé très clairement nos opinions là-dessus. Le réseau Haqqani est responsable d'attaques contre l'ambassade américaine à Kaboul et contre l'Isaf", a affirmé le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, ajoutant que "le gouvernement pakistanais doit prendre des mesures pour s'occuper des liens qui existent" entre lui et le réseau.

Plusieurs responsables américains ont accusé publiquement ces derniers jours le Pakistan de soutenir clandestinement le réseau résistants Haqqani, l'un des ‘pires’ ennemis de l'Otan en Afghanistan, en lui demandant de rompre tout lien avec lui.

Le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani a de son côté accusé Washington de faire du Pakistan le bouc-émissaire de son échec en Afghanistan.

29/09/2011

Irib



c) Les voisins

Iran

L'Iran et le Pakistan renforcent leurs relations bilatérales.  

Téhéran-Islamabad en dépit des efforts américains pour endommager les liens amicaux entre les deux nations voisines musulmanes ont choisi de renforcer leurs relations bilatérales.
En plus d'être des pays voisins et de disposer d'une frontière commune de plus de 900 km avec le Pakistan, l'Iran est le seul pays avec lequel le Pakistan partagent des relations séculaires, basées sur des liens culturels, ethniques et spirituels.
L'Iran a offert une plus étroite coopération au Pakistan pour résoudre sa crise énergétique, mais plusieurs hauts responsables américains se sont opposés au projet de gazoduc irano-pakistanais.
Le Pakistan a annoncé qu'il refuserait toute pression sur la construction du gazoduc et mettrait en œuvre ce projet pour résoudre sa pénurie énergétique.
Les médias pakistanais ainsi que tous les cercles politiques et sociaux soutiennent l'achèvement rapide du projet soulignant qu' aucune pression étrangère ne doit être acceptée.
L'Iran a également fait don de 100 millions de dollars pour les victimes des inondations au Pakistan.
L'Iran a été le premier pays à envoyer son ministre de l'Intérieur qui a remis personnellement les premiers secours aux personnes touchées par les inondations dans le sud du Pakistan, témoignant ainsi également des relations entre les deux pays.

12/10/2011

Irna



c) Dans le monde

Grande Bretagne

Départ des formateurs militaires britanniques ?

Le Pakistan a demandé le départ de formateurs militaires britanniques, a indiqué le ministère de la Défense après une information du quotidien The Guardian évoquant leur "expulsion" liée aux tensions consécutives au raid américain contre Oussama Ben Laden.
"Le gouvernement pakistanais a demandé au Royaume-Uni de retirer certaines de ses équipes de soutien de manière temporaire pour des raisons de sécurité", a indiqué un porte-parole du ministère de la Défense à Londres. "Nous apportons une aide à la formation, à l'invitation du gouvernement pakistanais, et nous accueillons favorablement leurs conseils dans ce domaine. Les équipes de formateurs vont poursuivre leur propre formation et seront prêts à être à nouveau déployées à la première occasion", a-t-il précisé, sans vouloir faire plus de commentaires.
Le quotidien britannique The Guardian évoque "l'expulsion" d'une vingtaine de formateurs reliée aux récentes tensions entre le Pakistan et ses alliés occidentaux, en premier lieu les Etats-Unis, à la suite de l'opération militaire américaine, le 2 mai, dans laquelle le chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, a été tué.
L'opération a été menée
sans l'autorisation préalable du Pakistan. La présence de Ben Laden dans ce pays depuis longtemps a par ailleurs fait naître des accusations de complicité à l'encontre de l'armée pakistanaise.

Les Etats-Unis ont récemment annoncé le retrait de formateurs militaires, demandé par Islamabad. Leur nombre devrait passer de 130 à moins de 40.

AFP

27/06



2 Brèves

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

2-1 yess : Les soldats américains qui auraient tués Ben Laden sont morts. (...)

Sur la mort d’Oussama Ben Laden, il n’y avait ni corps ni photographie. Depuis vendredi soir, il n’y aura plus aucun témoin direct non plus, puisque les membres du « Navy SEAL Team 6 » (unité d’élite sous commandement de la CIA) qui avaient participé à l’opération anti-Ben Laden, sont morts dans le crash de l’hélicoptère.

Un hélicoptère Chinook de l’armée US s’est écrasé vendredi soir vers 23h, dans une province du centre de l’Afghanistan, après avoir été touché par deux grenades RPG-7 tirées par les résistants afghans. L’attaque a fait 38 morts, dont 30 membres du « Navy SEAL Team 6 » (1) qui avaient participé à l’ « Opération Neptune’s Spear » (2).

La boucle est… bouclée.

1. Le Navy SEAL Team 6 est «l’élite de l’élite» de l’armée américaine. Une unité chargée exclusivement de l’antiterrorisme, sous le commandement de la CIA.
2. Selon les officiels US, l’opération avait été menée par « deux douzaines d’hommes ».
Source : mecanopolis

Écrit par Ilyess

Vendredi, 12 Août 2011 05:06   

http://www.uam93.com:80/news/les-soldats-americains-qui-auraient-tues-ben-laden-sont-morts.html



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.