Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/10/2011

n°75 - journal d'Iran - 15-09 au 30-10 - o - : Bruits de bottes, l'ambassadeur français à l'ONU menace l'Iran.

 


journald'Iran   n°75 du 15- 09 au 30-10

C.De Broeder& M.Lemaire



a) Le "Journald'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

d) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

Tiré à Part

Complot US contre l’Iran: Téhéran a reçu une question d’Interpol  27/10

Les accusations américaines sont destinées à détourner l'attention de l'opinion publique.

Iran-Complot US: les allégations américaines trop médiocres pour être crues.

Bruits de bottes, l’ambassadeur français à l’ONU menace l’Iran.

Paroles & action du président Ahmadinejad  ...

Ahmadinejad: "l’Iran n’a pas besoin de recourir à des assassinats".  

Ahmadinejad : Le grand problème du monde, l’esprit arrogant des politiciens américains.  

1) PolitiqueIranienne

Politique extérieure

Le chef de la diplomatie iranienne dénonce l'implantation du bouclier antimissile de l'Otan prévu en Turquie.  

L'Iran et le Pakistan renforcent leurs relations bilatérales.

Sur le terrain

L'Iran promet une présence militaire au large des Etats-Unis.  

2) Politiquedes Usa

Obama - Clinton

Avertissement implicite de Clinton à l'Iran: Pas d'intervention en Irak pour l’Iran…

Préparation à la guerre

Les USA installent un radar ABM en Turquie contre l'IRAN.

Les USA cherchent du soutien contre la Banque centrale d’Iran.

Dans les coulisses et au sénat

Farid Merrad : Des experts US suggèrent des assassinats ciblés de responsables iraniens.  

Les organisations mondiales

3 Nations unies

Le diplomate français Gérard Araud met en garde contre un fort risque de frappe contre l'Iran.

4 UE

Trois ministres iraniens visés par les sanctions de l'UE.

2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 Vidéo : Le général Wesley Clark dévoile un secret d’État.

2-2 Vidéo : Quand Mahmoud Ahmadinejad parle de la vérité.

2-3 Vidéo : Mahmoud Ahmadinejad sur Euronews le 05 août 2011.

2-4 Vidéo : Le Directeur Général de l'IRNA exhorte les médias du monde islamique à désamorcer la propagande des médias occidentaux.

3 Dossier & Point de vue

3-1 Complot anti-iranien : la presse US se déchaîne contre Obama.

3-2 Morteza Nikoubazl : Complot iranien aux Etats-Unis: "Un scénario refusé par Quentin Tarantino".

3-3 Lawrence Davidson : Iran : le FBI devenu voyou ? 

4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

4-1  Déclaration de Mahmoud Ahmadinejad à la 66e Assemblée générale de l’ONU.

 



Tiré à Part

Complot US contre l’Iran: Téhéran a reçu une question d’Interpol  27/10/2011

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a déclaré que l'Iran avait reçu une question d'Interpol à propos de Gholam Shakouri, le deuxième accusé dans l'affaire du complot américain contre l’Iran sur une soi-disant tentative d’assassinat de l'ambassadeur saoudien à Washington.
"L'autre personne accusée dans cette affaire s'appelle Gholam Shakouri. Nous avons 150 Gholam Shakouri en Iran. Interpol nous a transmis une question à propos de ce nom et notre enquête a montré qu'un certain Gholam Shakouri vivait également aux Etats-Unis et qu'il était membre de l' « Organisation du peuple » (Opposition armée contre le régime iranien), a déclaré M. Salehi. M. Salehi a rejeté une nouvelle fois les accusations américaines, en affirmant que l'Iran n'avait aucun "intérêt" à commettre un tel acte contre l'Arabie Saoudite.

Irib

 

 

Les accusations américaines sont destinées à détourner l'attention de l'opinion publique. 

 

Les accusations portées par les Etats-Unis contre l'Iran, au sujet du plan de l'assassinat de l'ambassadeur saoudien, en poste, à Washington, sont destinées à détourner l'attention de l'opinion publique, selon un ancien responsable du Pentagone. "Il s'agit d'une autre tentative menée par les Etats-Unis, en coopération avec les Israéliens, contre le programme nucléaire iranien", a affirmé, dans un entreien avec Press TV, Michael Mallof. Ces accusations sont destinées à détourner l'attention de l'opinion publique et à lui faire croire que les Etats-Unis font l'objet d'un complot étranger, sur leur territoire", a-t-il ajouté.

 

14/10/2011

 

Irib

 

 

 

Iran-Complot US: les allégations américaines trop médiocres pour être crues.

 

Le chef du renseignement iranien Heydar Moslehi a affirmé jeudi que les allégations américaines sur la soi-disant tentative d’assassinat de l’ambassadeur saoudien à Washington étaient "trop médiocres pour être crues".
"Quand on les regarde du point de vue du renseignement, il y a trop de contradictions pour croire qu'un gouvernement comme les Etats-Unis puisse établir des allégations si médiocres et s'attendre à ce qu'elles soient crédibles".
"La réaction initiale de nos responsables du renseignement à cette plainte a été une authentique surprise devant la profusion de stupidités manifestes dans ce scénario", a-t-il précisé à la télévision d'Etat.

 

Il a notamment raillé le fait que l’accusé irano-américain qui a un mauvais passé judiciaire, Manssor Arbabsiar puisse avoir des discussions non protégées par téléphone avec des responsables iraniens sur ce complot présumé.
Selon le ministère de la Justice américaine et le FBI, Arbabsiar aurait admis après son arrestation sa participation au complot pour assassiner l'ambassadeur Adel al-Jubeir, probablement avec des explosifs dans un restaurant, et aurait confié avoir été "recruté, payé et dirigé par des hommes qu'il pensait être des hauts responsables des Qods".
L'attentat a été déjoué car Arbabsiar aurait rencontré à plusieurs reprises un informateur américain qu'il croyait être membre d'un cartel de la drogue mexicain. Il lui avait confié que son cousin, "grand général" dans l'armée iranienne, lui avait demandé de "trouver quelqu'un pour perpétrer l'assassinat".
Les deux accusés inculpés   

 

Entre-temps, un grand jury à New York a inculpé les deux Iraniens accusés de la tentative d’assassinat, a indiqué jeudi le bureau du procureur.
L'inculpation en cinq points est conforme à la plainte initiale contre Manssor Arbabsiar, actuellement en prison, et son complice présumé Gholam Shakuri, qui est toujours recherché, a indiqué la même source.

 

Les poursuites contre les deux hommes avaient été annoncées la semaine dernière par le ministre de la Justice Eric Holder.

 

La lecture de l'acte d'accusation contre Arabsiar, 56 ans, sera faite lundi matin à New York. Il devrait alors annoncer s'il plaide coupable ou non.

 

Son avocat avait annoncé immédiatement que cet homme, qui dispose de la double nationalité américaine et iranienne, plaiderait "non coupable".

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=35146&cid=20&fromval=1&frid=20&seccatid=28&s1=1

 

 

 

 

 

Bruits de bottes, l’ambassadeur français à l’ONU menace l’Iran.

 A quelques mois de la fin du règne catastrophique de Nicolas W Sarkozy, sa frénésie militaire ne semble pas se tarir. Bien au contraire, grisés par les victoires sur tous les fronts les Néo-conservateurs français se sentent pousser des ailes et parlent maintenant d’ « un fort risque de frappes militaires contre l’Iran ». Ces propos sont de l’ambassadeur français à l’ONU Gérard Araud, Sarko-mondialiste « bon teint ».

La nouvelle est passée presque inaperçue, sauf pour certains médias communautaires, qui s’en réjouissent, mais la France par l’intermédiaire de son ambassadeur à l’ONU menace maintenant directement l’Iran.

Comme nous le rapporte juif.org dans un article nommé :  Un diplomate français met en garde contre un fort risque de frappe contre l’Iran :
L’ambassadeur français aux Nations Unies, Gérard Araud, a prévenu d’un « fort risque » d’une frappe militaire contre l’Iran si la république islamique continue sur la voie de la prolifération nucléaire, a rapporté l’AFP mercredi.
« Si nous ne réussissons pas à trouver la voie des négociations aujourd’hui avec l’Iran, il y a un fort risque d’action militaire, » a déclaré l’ambassadeur français lors d’un groupe de discussion à New York, selon l’AFP. »
Le fait n’est certes pas nouveau, et nombreux sont les hommes politiques à travers le monde à l’avoir pratiqué. On pensait que la rengaine était épuisée après « l’épopée » meurtrière et mensongère de Georges Bush, mais voilà que sitôt éteint aux USA, les faucons renaissent en France.

Un « pro-israélien bon teint »

[]url:http://infoguerilla.fr/wp-content/uploads/2011/09/gerardaraud.jpg Emmenés par « Sarkozy l’américain », les faucons ne sont plus à Washington mais à Paris. Sitôt après avoir accédé au pouvoir, Sarkozy a liquidé les éléments « gaullistes » des Affaires étrangères, ainsi que tous ceux, au sein des états majors ou ambassades qui n’étaient pas en phase avec sa politique pro-américaine. Réintégration de l’Otan, livre blanc, fin de la diplomatie « équilibrée » face aux USA et Israel et alignement total sur les objectifs géostratégiques et géopolitiques des mondialistes.
La fleuron de cette « nouvelle garde » atlantiste est sans doute Gérard Araud, poulain sarkozyste au coeur de la diplomatie française et auteur de ce discours guerrier. Celui que l’Express nommait pompeusement dans l’un de ses articles
« létoile de la diplomatie française » serait plutôt l’étoile mondialiste au sein de l’institution. Bref retour sur ce personnage clé des guerres sarkozystes.
Son 
pedigree officiel et sa fiche wikipédia sont parlants. Premier poste en Israël dans les années 80, conseiller à l’ambassade de France à Washington juste après, en France il travaille avec François Léotard… Retour à Tel Aviv ensuite de 2003 à 2006, non sans faire un passage au « Conseil de l’Atlantique Nord » à Bruxelles.
Voir également cet article
« Qui est le diplomate Gérard Araud ? » suivi d’un autre article en forme de réponse :»un sarkozyste à la tête du Quai d’Orsay »  :

Ce diplomate s’est distingué l’an passé par un célèbre télégramme diplomatique donnant ce conseil à de Villepin, qui l’avait nommé, et à à son gouvernement : « Si on veut vraiment se reconcilier avec les Israéliens, il faut arrêter de leur parler des Palestiniens. » Ce télégramme a marqué le début du virage pro-israélien de la diplomatie française, qui apparaît désormais en pleine lumière avec le projet de résolution franco-usaméricain sur le Liban, mis au point le 12 juillet, après trois visites à Beyrouth de Philippe Douste-Blazy, le ministre des Affaires étrangères, et les protestations tonitruantes d’amitié de Jacques Chirac à ses amis libanais.
Gérard Araud a été particulièrement actif dans la préparation de la visite en juin du premier ministre israélien Ehud Olmert en France, qui a précédé de six semaines la destruction du Liban. Et il a été très actif dans les visites de Sarközy et de son homme-lige Christian Estrosi en Israël.
Il va donc prendre son poste de directeur, auréolé d’une « excellente réputation » de pro-israélien bon teint, secondé à distance par Jacques Huntzinger, ancien ambassadeur de France en Israël, qui caresse le projet de constituer un office de la jeuesse franco-israélienne sur le modèle de l’office franco-allemand.

« L’homme de la guerre en Lybie »

Mais Gérard Araud, c’est aussi « l’homme de la guerre en Lybie », selon le Journal du Dimanche qui rappelle avec émotion son rôle dans les guerres injustes et injustifiées en Côte d’Ivoire et Lybie. Le journaliste ne tarit pas d’éloges sur l’homme comme on peut le constater avec ce portrait dithyrambique :
Mais voici venir Gérard Araud, ambassadeur de France auprès des Nations unies, l’homme qui, à entendre ses louangeurs, sauverait, à lui seul, l’honneur de la diplomatie française… L’homme qui a rendu possibles les frappes contre Kadhafi, le sauvetage de Benghazi mais aussi la chute de Laurent Gbagbo.

Actuellement ambassadeur à l’ONU, le
« sauveur de la diplomatie française »
va t’il devenir le « fossoyeur » de la France et du monde en contribuant à déclencher une 3 guerre mondiale ?
infoguerilla.fr

Mercredi 28 Septembre 2011



Paroles & action du président Ahmadinejad  ...

Le président Mahmoud Ahmadinejad a affirmé dimanche que l'Iran "n'a pas besoin de recourir à des assassinats", rejetant les accusations américaines impliquant Téhéran dans un complot présumé pour assassiner l'ambassadeur saoudien aux Etats-Unis.
"La nation iranienne est civilisée et n'a pas besoin de recourir à des assassinats", a déclaré M. Ahmadinejad lors d'un discours devant des lycéens rapporté par le site de la télévision d'Etat.
"L'assassinat est une méthode qui vous appartient, à vous les Américains", a ajouté M. Ahmadinejad en s'adressant directement à Washington, accusé notamment par Téhéran d'être derrière les assassinats ou les attentats visant plusieurs scientifiques nucléaires iraniens depuis 2010.
"Chaque jour, ils (Occidentaux, ndlr) lancent une nouvelle campagne contre l'Iran", a encore dénoncé le président iranien. "Un jour ils nous imposent la guerre, un jour ils nous imposent des sanctions économiques, un autre jour ils font des pressions politiques, mais rien n'empêchera le progrès de la nation iranienne", a-t-il poursuivi.
Le guide suprême iranien Ayatollah Sayyed Ali Khamenei a rejeté samedi en bloc les accusations américaines.
"Les Etats-Unis ont créé toute une histoire ces derniers jours avec des accusations absurdes contre un certain nombre d'Iraniens et en accusant l'Iran de soutenir le terrorisme, mais ce type de conspiration ne réussira pas à isoler la République islamique" a affirmé Sayyed Ali Khamenei.
Farid Merrad

16/10/2011

 http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=34586&a...

 

Ahmadinejad : Le grand problème du monde, l’esprit arrogant des politiciens américains.  
Le président de la RII a affirmé que si les Etats-Unis et leurs alliés ne s’ingéraient pas dans les affaires internes d’autres pays, les problèmes et les évolutions, dans la région, voire, dans le monde, seraient réglés beaucoup mieux.
Mahmoud Ahmadinejad, interviewé, à New York, par la chaîne américaine ABC, a ajouté que l’esprit arrogant de certains hommes d’État et politiciens américains qui se prennent pour les maîtres du monde et qui s’ingèrent dans les affaires des autres, étaient à l'origine des problèmes d'aujourd'hui du monde. Au sujet du regard iranien, sur la situation en Syrie, Ahmadinejad a déclaré que le point de vue iranien était le même, pour toutes les nations, et que l’Iran estimait que la justice et la liberté étaient le droit de tous les peuples. "Les peuples et les gouvernements doivent pouvoir procéder, ensemble, à des réformes, sans l’intervention des autres", a affirmé le président iranien. Le président iranien a considéré l’attitude de l’Administration américaine vis-à-vis du Yémen et de Bahreïn comme des plus partiales et des plus contradictoires, par rapport à celle qu’elle a adoptée envers la Syrie. En évoquant l’envoi d’armes, en Syrie, et les menaces contre les intérêts syriens, Ahmadinejad a indiqué que, malheureusement, certains États et milieux proches des Etats-Unis envoyaient des armes, pour des groupes séditieux, en Syrie, et que, non seulement, cela n’aiderait en rien à la solution du problème, mais encore, ne ferait que compliquer davantage les choses.
IRIB-

21/09/2011

http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/143041-ahmadinejad-le-grand-probl%C3%A8me-du-monde-l%E2%80%99esprit-arrogant-des-politiciens-am%C3%A9ricains



1) PolitiqueIranienne

Politique extérieure

Le chef de la diplomatie iranienne dénonce l'implantation du bouclier antimissile de l'Otan prévu en Turquie.  

 Le ministre iranien des Affaires étrangères a exprimé samedi son inquiétude quant à l'implantation du bouclier antimissile de l'Otan prévu en Turquie le qualifiant d’inutiles.
C’est ce qu’a déclaré Ali Akbar Salehi lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian.
Se référant aux relations historiques que partagent l'Iran et l'Arménie, il a appelé au renforcement de ces liens qualifiés de part et d’autres de «positifs et fraternels».
«Les minorités arméniennes sont respectés par leurs compatriotes iraniens," a précisé le ministre iranien des Affaires étrangères.
Evoquant sa rencontre avec son homologue arménien, le chef de la diplomatie iranienne a déclaré que le développement des relations bilatérales a été encouragé lors de la réunion.
Ali Akbar Salehi a noté que l'implantation du bouclier antimissile de l'Otan dans le pays voisin qu’est la Turquie est une source de préoccupation pour la République Islamique d'Iran et d'autres pays de la région.
"La région connaît de grands développements et la Turquie devrait réexaminer cette décision sur son sol", a t-il ajouté.
Attirant l'attention sur l'Iran et 15 pays voisins, il a ajouté que la diplomatie régionale de la République Islamique d’Iran est basée sur la détente avec chacun des pays voisins et sur l'établissement de la paix dans la région.
Il a déploré l’attitude des puissances extérieures qui tentent de semer la discorde parmi les pays de la région.
La Turquie a accepté d'accueillir le radar en Septembre dans le cadre de l'architecture de défense antimissile de l'OTAN, en disant qu'il renforcerait à la fois ses propres capacités de défense et celle de l'OTAN.
"Nous attendons des pays amis et voisins (...) qu'ils n'adoptent pas des politiques génératrices de tensions, et qui vont assurément compliquer la situation", a déclaré mardi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast.

17/09/2011

Irna


Téhéran-Islamabad en dépit des efforts américains pour endommager les liens amicaux entre les deux nations voisines musulmanes ont choisi de renforcer leurs relations bilatérales.
En plus d'être des pays voisins et de disposer d'une frontière commune de plus de 900 km avec le Pakistan, l'Iran est le seul pays avec lequel le Pakistan partagent des relations séculaires, basées sur des liens culturels, ethniques et spirituels.
L'Iran a offert une plus étroite coopération au Pakistan pour résoudre sa crise énergétique, mais plusieurs hauts responsables américains se sont opposés au projet de gazoduc irano-pakistanais.
Le Pakistan a annoncé qu'il refuserait toute pression sur la construction du gazoduc et mettrait en œuvre ce projet pour résoudre sa pénurie énergétique.
Les médias pakistanais ainsi que tous les cercles politiques et sociaux soutiennent l'achèvement rapide du projet soulignant qu' aucune pression étrangère ne doit être acceptée.
L'Iran a également fait don de 100 millions de dollars pour les victimes des inondations au Pakistan.
L'Iran a été le premier pays à envoyer son ministre de l'Intérieur qui a remis personnellement les premiers secours aux personnes touchées par les inondations dans le sud du Pakistan, témoignant ainsi également des relations entre les deux pays.

Irna


Sur le terrain

L'Iran promet une présence militaire au large des Etats-Unis.  

Les autorités iraniennes ont l'intention de garantir une présence militaire au large des Etats-Unis, a annoncé mardi soir l'agence iranienne IRNA se référant au commandant de la Marine iranienne Habibollah Sayari.
"Les soldats fidèles de la Marine iranienne garantiront notre présence puissante non loin des frontières maritimes des Etats-Unis, alors que cet Etat hégémonique se trouve près de nos frontières maritimes", a indiqué l'amiral Sayari.
La semaine dernière, le commandant de la Marine iranienne a déclaré que la présence des forces armées américaines dans le Golfe ne faisait que déstabiliser la situation dans la région. Les pays de la région peuvent garantir eux-mêmes la sécurité du Golfe, selon lui.
"La présence de la Marine iranienne dans le golfe d'Aden et la mer Rouge est une source de fierté pour le peuple iranien et les autres pays musulmans. Notre présence ne se limitera pas par ces secteurs, nous devons renforcer notre présence dans toutes les eaux libres (internationales)", a ajouté l'amiral.
L'Iran et les Etats-Unis n'ont pas de relations diplomatiques depuis la prise d'otages dans l'ambassade américaine à Téhéran en 1980. L'ambassade de Suisse représente les intérêts de Washington en Iran.
A l'heure actuelle, beaucoup de navires militaires et civils, notamment ceux des Etats-Unis, se trouvent dans le Golfe. Les Etats-Unis ont créé des bases aériennes dans les pays riverains.

Basée à Bahreïn, la Cinquième flotte américaine patrouille dans le Golfe et l'océan Indien en vue de protéger le transit de pétrole via le détroit d'Ormuz qui relie le Golfe à la mer d'Oman (d'Arabie) et à l'océan Indien.

29/09/2011

 Ria Novosti



2) Politiquedes Usa

Obama - Clinton

Avertissement implicite de Clinton à l'Iran: Pas d'intervention en Irak pour l’Iran…  

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a implicitement averti l'Iran samedi de ne pas chercher à intervenir dans les affaires irakiennes, au lendemain de la confirmation par le président Barack Obama du retrait militaire américain d'Irak à la fin de l'année.
"Au moment où nous ouvrons ce nouveau chapitre des relations avec un Irak souverain, nous disons aux Irakiens: l'Amérique est à vos côtés au moment où vous faites un nouveau pas sur le chemin pour assurer votre démocratie", a déclaré à Douchanbé la chef de la diplomatie américaine, en visite au Tadjikistan.
"Et aux pays de la région, particulièrement aux voisins de l'Irak, nous tenons à souligner que l'Amérique se tiendra aux côtés de ses alliés et amis, Irak compris, pour défendre notre sécurité et nos intérêts communs".
"Nous maintiendrons une présence robuste dans la région, ce qui est la preuve de notre engagement qui se poursuit pour l'Irak et l'avenir de cette région, qui recèle tant d'espoirs et doit être préservée d'influences extérieures pour poursuivre sa voie vers la démocratie," a-t-elle conclu.
Le président Obama a confirmé vendredi le retrait des quelque 39.O00 soldats américains encore stationnés en Irak d'ici à la fin de l'année, une décision critiquée par la droite américaine qui estime qu'elle va accroître l'influence iranienne dans ce pays.
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a estimé que cette confirmation était "une bonne chose", dans une interview à la chaîne américaine CNN, mais qu'elle aurait du intervenir "depuis longtemps".
Téhéran a pris une position très mesurée lors de l'intervention américaine de 2003 qui l'a débarrassé du régime de Saddam Hussein, son principal ennemi, et a amené au pouvoir la majorité chiite du pays, mais a ensuite très vite réclamé le départ des troupes américaines accusées de constituer une facteur de tension dans la région.

 22/10/2011

http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/728343/Avertissement_implicite_de_Clinton_a_lIran%3A_Pas_dintervention_en_Irak.html

 



Préparation à la guerre
 

Les USA installent un radar ABM en Turquie contre l'IRAN.

Un radar américain sera installé en Turquie où, très probablement, il commencera à suivre les lancements de missiles sur le territoire iranien et ne pourra pas être utilisé contre les forces stratégiques russes. Cependant, le système global américain de défense antimissile (ABM) comporte toujours un risque pour la Russie.
L’ABM américain se dote d’un nouveau radar

Une station radar en cours de création par les Etats-Unis et l’OTAN sera déployée en Turquie, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères Selçuk Ünal.
"Le déploiement de cet élément de l’ABM en Turquie sera une contribution de notre pays au système de défense développé dans le cadre de la nouvelle stratégie de l’OTAN et renforcera le potentiel de défense de l'Alliance et de notre système national de défense", a-t-il fait remarquer.
Pour autant qu’on puisse en juger actuellement, il s’agit de variations sur le thème du radar centimétrique AN/TPY-2 intégré dans le complexe américain THAAD destiné à l'interception endo-atmosphérique des missiles de moyenne portée. Le radar couvre un rayon d’environ
1.000 kilomètres.
La particularité de cette station est qu’hormis la transmission des paramètres au complexe de tir THAAD destiné à détruire les ogives lancées, elle peut être utilisée comme une sorte de "point d’observation" avancé dans la structure projetée du nouvel ABM américain
(ce qu’on appelle le régime Forward-based mode). Dans ce cas, le radar est utilisé pour une détection précoce des lancements de missiles et la détermination des éléments de leurs trajectoires.
Dans quelle direction le radar sera-t-il orienté?

Le site prévu pour le déploiement de la station radar réduit rapidement le cercle des
"ennemis éventuels" de la région sud-européennes de l’ABM américain. Selon les médias turcs, il est question des régions sud-est de la Turquie.
Le radar ne pourra pratiquement pas fonctionner contre la Russie à partir de cette position : premièrement, sur le plan purement théorique sa portée suffira jusqu'à Novorossiïsk, et deuxièmement, la crête du Caucase et les montagnes à l’est de la chaîne pontique empêcheront fortement le radar de surveiller la situation au-dessus du territoire russe, même s’il était déployé sur l’un des sommets autour du lac Van.
Sans parler du fait que dans ce secteur il est inutile de surveiller quoi que ce soit qui soit lié aux lancements des missiles stratégiques russes. Ils sont déployés au nord-ouest de Russie, dans sa région centrale et en Sibérie, et leurs trajectoires opérationnelles sont dirigées vers le nord,
au-dessus des régions polaires et le Groenland.
De plus, et surtout, même en supposant que ce radar soit capable de détecter quelque chose qu’il ne devrait pas voir (par exemple, des lancements hypothétiques de missiles tactiques au-dessus de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud en cas de nouveau conflit au sud de la crête du Caucase), les Américains ne pourraient rien en faire. Les vecteurs pour antimissiles en Géorgie pourraient convenir, mais la possibilité de leur déploiement dans les conditions actuelles est très faible.
Vendredi, Dmitri Rogozine, représentant permanent de la Russie auprès de l’OTAN, a annoncé que le radar turc ne représentait aucune menace pour la Russie. Par contre, deux Etats de la région devraient s’en inquiéter: l’Iran et la Syrie.
Si la Syrie ne dispose pas de missiles capables d’atteindre le territoire européen (et a peu de chances de s’en procurer à moyen terme), l’Iran est sur le point de créer de tels systèmes. Et ses principales bases de missiles connues du public sont situées à l’ouest et au nord-ouest du pays (près de Khorramabad et Tabriz), et le lancement d’un missile serait certainement détecté par la nouvelle station radar américaine.
Mise au point de la politique générale

La logique du déploiement d’un radar en Turquie renforce l’orientation ouverte anti-iranienne de la composante européenne de l’ABM américain (ce qui a été ouvertement annoncé).
Au début des années 2000, l’administration républicaine misait sur le déploiement des éléments de l'ABM en République tchèque et en Pologne, où ils pouvaient seulement menacer les missiles Topol tirés à partir des régions nord-ouest de Russie.
Avec l’arrivée à la Maison blanche de l’équipe de Barack Obama, le concept de l’ABM européen a changé : les plans de déploiement des vecteurs ABM ont changé au profit du sud de la Roumanie, et un radar devait être déployé en Bulgarie ou (comme ce sera certainement le cas) en Turquie.
Ainsi, le flanc sud de la composante européenne de l’ABM américain a été dessiné dans l’ensemble. Désormais, on peut affirmer que dans cette configuration il s’agit effectivement de la protection de l’Europe contre d'éventuelles attaques de missiles en provenance du Moyen-Orient.
Les missiles d’un ennemi éventuel lancés contre les pays européens passeront au-dessus de la Turquie et les éléments de leurs trajectoires seront détectés par le radar turc. Ensuite, les intercepteurs roumains traiteront les ogives au-dessus des Balkans.
La mosaïque complexe de l’ABM global
En comparaison avec les plans annoncés par Washington une dizaine d’années auparavant, le fond général du problème de l’ABM européen a perdu son caractère franchement antirusse. Cependant, les risques pour la Russie demeurent.
L’architecture de l’ABM américain global, dans sa forme sous laquelle il sera créé, assure une souplesse sans précédent des systèmes de ciblage et de guidage des systèmes d’attaque. En fait, il est prévu que toutes les composantes de l’ABM (les radars navals et les intercepteurs embarqués sur les navires) soient capables de se déplacer et, en cas de menace, d’adopter la configuration nécessaire au Pentagone.
Ainsi, une source haut placée au Pentagone a déclaré au The Wall Street Journal que la décision de déployer le radar en Turquie avait été prise à la fin de l’année dernière. Toutefois, afin d’éviter d’exacerber les relations déjà complexes dans la région, selon la source, il a été décidé que le radar américain identique, déployé en Israël et intégré à l’ABM, ne recevrait aucune information à partir du radar turc.
Ankara est réellement préoccupé par les tensions possibles dans la région et se prononce contre la création de l’ABM régional intégré basé sur ces deux radars. Toutefois, on ignore comment les Américains garantiront l’absence d'échange d’informations si l’architecture de l’ABM global prévoit un échange transparent de données (dans l’idéal à l’échelle planétaire).
L’ABM israélien sera probablement exclu de ce schéma, mais la facilité avec laquelle il est possible de mettre ces radars en liaison confirme le caractère éphémère des garanties avancées par les militaires américains.
Les problèmes similaires préoccupent la Russie.
Admettons que la probabilité de la destruction des missiles Topol tirés dans le nord-ouest de la Russie au-dessus de la mer de Norvège est relativement faible : la phase d’accélération sera déjà terminée ce qui compliquera l’interception. Mais à partir des mêmes positions les croiseurs américains de classe Ticonderoga pourront détruire les missiles navals russes pendant la phase de lancement depuis les sous-marins dans la mer de Barents.
Or c’est une grave menace : les missiles nucléaires navals étaient toujours considérés comme une arme de représailles (dans les années 70 on les qualifiés des "tueurs de villes" en raison de leur précision relativement faible), et l’annulation de leur potentiel de riposte pourrait pousser encore plus les politiques irresponsable à effectuer une première frappe de "désarmement" contre les forces nucléaires russes. Notamment dans le contexte de la future mise hors service des silos lourds de production soviétique, et d’une situation pour l’instant floue concernant le rythme de leur replacement par de nouveaux systèmes.
La situation s’avère complexe. D’une part, le déploiement de la composante sud de l’ABM en Turquie et en Roumanie ne présente aucune menace pour la Russie.
D’autre part, la mise en place de la mosaïque colossale de l’ABM américain global comporte certains risques potentiels pour les forces stratégiques russes.
14 Septembre 2011

Nb : L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction
source:
http://fr.rian.ru/discussion/20110906/190863438.html

 

Les USA cherchent du soutien contre la Banque centrale d’Iran.

 

Les Etats-Unis sont à la recherche d'un "soutien multilatéral" pour s'en prendre à la Banque centrale iranienne à la suite du complot iranien présumé, a annoncé  un responsable américain.
"Nous avons lancé une tentative pour développer le soutien multilatéral qui serait essentiel en vue d'une action vraiment efficace contre la Banque centrale iranienne", a déclaré au Congrès David Cohen, secrétaire-adjoint au Trésor.  
Les Etats-Unis ont placé depuis longtemps sur leur liste noire la majorité des établissements bancaires iraniens, et n'ont, comme l'a rappelé M. Cohen, aucun contact avec la Banque centrale.

Il est d'ailleurs interdit aux entités et citoyens américains d'avoir des relations avec cette banque. 
Mais le placement sur liste noire de la Banque centrale iranienne elle-même, qui est au cœur des intérêts de la République islamique en matière de finances et d'énergie, obligerait toute société étrangère à choisir entre faire des affaires avec la Banque ou avec les Etats-Unis.  
Selon les experts, une telle décision aurait de profondes implications pour les banques étrangères, pour les revenus du gouvernement iranien et pour la stabilité de la monnaie iranienne. 
Les administrations américaines successives ont jusqu"à présent échoué à convaincre leurs partenaires, notamment Européens, d'adopter des sanctions multilatérales contre la Banque. Elles ont également reculé devant l'idée d'un placement unilatéral sur la liste noire américaine. 
"La Banque centrale iranienne est complètement coupée des Etats-Unis", a expliqué vendredi M. Cohen, qui était entendu par la chambre des représentants.
"La vraie question", a-t-il poursuivi, "est de savoir si, en engageant une nouvelle action contre la Banque, en la plaçant (sur liste noire) au nom de la non-prolifération ou au nom de l'antiterrorisme, nous pourrons bâtir un respect multilatéral pour cette action? Ce travail est en cours".

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=34426

 


Dans les coulisses et au sénat

Farid Merrad : Des experts US suggèrent des assassinats ciblés de responsables iraniens.  

Les États-Unis devraient entreprendre des assassinats ciblés de responsables des Gardiens de la révolution iraniens, ont suggéré mercredi lors d'une audition au Congrès américain des experts militaires américains.
«Pourquoi ne pas les tuer? Ces gens ont tué près d'un millier des nôtres. Pourquoi ne les assassinons-nous pas? Je ne suggère pas une action militaire, je suggère des opérations clandestines», a déclaré Jack Keane, ancien chef d'État-major de l'armée de terre américaine.
«Il faut les attraper à la gorge», a ajouté l'ancien militaire devant la commission de la Sécurité intérieure de la Chambre des représentants.
Plusieurs élus de la Chambre des représentants ont indiqué qu'ils n'excluaient aucune mesure contre l'Iran, mais se sont gardés d'approuver les commentaires de Keane.
« Les liens présumés entre l'Iran, le Hezbollah et les trafiquants de drogue mexicains, dont des membres auraient été impliqués dans le complot présumé contre l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, sont un motif de préoccupation pour Washington », ont convenu les élus et les experts.
De son côté, Reuel Marc Gerecht, expert à la Fondation pour la défense des démocraties, a assuré: «Ils ne répondent pas aux mêmes raisonnements que nous. Je ne crois pas que vous pouvez vraiment les intimider, sauf si vous tuez quelqu'un». «Qassem Suleimani (commandant de l'unité Qods) voyage beaucoup. Allez-y. Essayez de le capturer ou de le tuer», a ajouté l'expert.
Un Américano-iranien, Manssor Arbabsiar, 56 ans, arrêté le 11 octobre et inculpé du soi-disant complot visant l'ambassadeur saoudien à Washington, a plaidé «non coupable» lundi devant un tribunal fédéral de New York, une décision qui ouvre la voie à l'organisation de son procès.
http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=35736&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=28&s1=1

 



Les organisations mondiales

3 Nations unies

 

Le diplomate français Gérard Araudmet en garde contre un fort risque de frappe contre l'Iran.

 

L'ambassadeur français aux Nations Unies, Gérard Araud, a prévenu d'un "fort risque" d'une frappe militaire contre l'Iran si la république islamique continue sur la voie de la prolifération nucléaire, a rapporté l'AFP mercredi.

 

"Si nous ne réussissons pas à trouver la voie des négociations aujourd'hui avec l'Iran, il y a un fort risque d'action militaire," a déclaré l'ambassadeur français lors d'un groupe de discussion à New York, selon l'AFP.

 

Araud a ajouté qu'il était convaincu que "certains pays n'accepteront pas la perspective" que la république islamique atteigne l'armement nucléaire.

 

Il y a quelques jours, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé l'Iran à faire un premier pas en gelant la production des centrifugeuses, affirmant qu'une telle mesure permettrait d'éviter de nouvelles sanctions contre elle.

 

Si l'Iran fait ce premier pas, a déclaré Lavrov lors d'une interview à CNN dimanche, la Russie "n'adoptera pas de nouvelles sanctions au conseil de sécurité des Nations Unies ou unilatéralement."

 

Disant que le seul moyen de résoudre la question du nucléaire iranien passe par des négociations, il a ajouté : "je crois que si l'Iran reçoit un message très clair que ce n'est pas un problème de changement de régime mais que cela ne concerne que la non-prolifération, je crois que nous avons une chance de commencer des discussions sérieuses."

 

En attendant, le secrétaire américain à la défense, Léon Panetta, devrait arriver en Israël pour des discussions avec son homologue, le ministre de la défense Ehoud Barak. Les pourparlers devraient inclure la menace nucléaire iranienne.

 

Articles connexes

 

Iran : ''La Turquie et la Syrie sont nos proches parents'' - Guysen Israel News

 

L'ONU de plus en plus inquiète au sujet de l'Iran - Guysen - Diplomatie

 

Le projet nucléaire iranien est en pleine expansion - Dore Gold - JCPA Lecape

 

28 Septembre 2011 –

 

Juif.org

 

http://www.juif.org/defense-israel/160737,un-diplomate-francais-met-en-garde-contre-un-fort-risque-de-frappe.php

 


4 UE
Trois ministres iraniens visés par les sanctions de l'UE.

 

Ndlr : la publication de l'article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

Le ministre de la Culture et de la guidance islamique, Mohammad Hosseini,joue un rôle actif dans la censure de la presse et l'arrestation de journalistes.

 

 

 

Trois ministres iraniens, ceux du Renseignement, de la Justice et de la Culture, figurent parmi les 29 personnes ciblées par les nouvelles sanctions de l'Union européenne pour violations des droits de l'Homme, a-t-on appris lundi de sources diplomatiques européennes.

Ces sanctions concernent des gels d'avoirs et des interdictions de voyage au sein de l'Union européenne.

Un ancien ministre de l'Intérieur figure aussi sur cette liste, qui sera publiée mardi au Journal officiel de l'UE, ainsi que plusieurs personnalités, gouverneurs de province, juges, procureurs, responsables de prison, a-t-on ajouté de mêmes sources.

Heydar Moslehi, ministre des Renseignements, est accusé d'arrestations arbitraires et de persécution des opposants. Le ministère des Renseignements gère la section 209 de la prison d'Evin, où sont détenus de nombreux prisonniers politiques, soumis à la torture.

Selon les mêmes sources diplomatiques, c'est ce ministre qui est à l'origine de l'arrestation récente de plusieurs documentaristes iraniens.

Mohammad Hosseini, ministre de la Culture et de la guidance islamique, joue un rôle actif dans la censure de la presse (fermeture de journaux) et dans les arrestations de journalistes et d'artistes, selon les mêmes sources.

Seyyed Morteza Bakhtiair, ministre de la Justice, a joué un rôle clé dans le harcèlement d'Iraniens vivant à l'étranger, ont-elles ajouté.

La liste inclut aussi l'ancien chef du ministère de l'Intérieur Sadeq Mahsouli (jusqu'à août 2009), dont les effectifs sont accusés par les Européens d'attaques sur des manifestants et de tortures, et Mehrdad Omidi, chef de l'Unité des crimes informatiques de la police iranienne.

Les Européens lui reprochent d'avoir engagé de très nombreuses enquêtes et mises en examen contre les réformateurs et les opposants politiques qui utilisent internet pour défendre leurs droits.

La liste de 29 noms au total a été entérinée lors d'une réunion à Luxembourg des ministres des Affaires étrangères des 27 États de l'UE. Elle porte à 61 le nombre de personnes dont les avoirs sont gelés et frappées d'interdiction de visa dans l'UE, après une première série de sanctions adoptées au printemps contre les auteurs de la répression.

«Ces sanctions sont symboliques, mais le fait de désigner des personnes n'est pas anodin. Les violations des droits de l'Homme sont devenues banales et de notre point de vue, l'Iran connaît une dégradation extrêmement forte de la situation des droits de l'Homme depuis deux ans», a commenté un diplomate européen.

L'Iran est également sous le coup de sanctions de l'UE en raison de son programme nucléaire controversé, dont la communauté internationale soupçonne qu'il a un volet militaire, ce que Téhéran dément. Et dans le cadre des sanctions de l'UE contre la Syrie, plusieurs responsables des Gardiens de la révolution iranienne, l'armée d'élite de la République islamique d'Iran, accusés d'aider à la répression.

Lundi, les ministres européens ont dénoncé «l'augmentation drastique des exécutions en Iran, y compris les exécutions de mineurs». Ils réclament aussi la levée des restrictions sur les communications, y compris la censure de l'internet.

De fait, «il y a un recours systématique à la censure et un contrôle extrême des communications», a souligné un diplomate européen.

«Les courriels sont traqués, comme les activités sur les réseaux sociaux, il y a des attaques contre des sites hébergés à l'étranger, et du brouillage des médias occidentaux pouvant être captés en Iran», a-t-il souligné.

AFP



2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : la publication de l'article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information. 

2-1 Vidéo : Le général Wesley Clark dévoile un secret d’État.
Les États-Unis avaient programmé d’intervenir en Irak, Syrie, Libye, Somalie, Soudan, Iran, dès septembre 2001

Le général Wesley Clark affirme, dans un enregistrement daté de 2007, que le Pentagone avait programmé d’intervenir militairement en Irak et en Libye, -ainsi qu’au Liban, en Syrie, en Somalie, au Soudan, en Iran- dix jours après les attentats du 11 septembre 2001.

1er septembre 2011

VIDEO http://www.youtube.com/watch?v=g76qW4kDfkY&feature=player_embedded

Bon début de discours intéressant malgré les premières minutes dédiées à dieu...

http://www.youtube.com/watch?v=qQZNdFxg3vs&feature=player_embedded#!

 

 

 


2-2 Vidéo : Quand Mahmoud Ahmadinejad parle de la vérité.

 

 

 

 

 

VIDEO http://www.youtube.com/watch?v=9UML1NWiqXE&NR=1

 

 

 


2-3 Vidéo : Mahmoud Ahmadinejad sur Euronews le 05 août 2011.

 

 

 

 

 

vidéo http://www.youtube.com/watch?v=qx9pdPk_G9c&NR=1

 


Le directeur Général de l'Agence de presse de la République Islamique d'Iran (IRNA) Ali-Akbar Javanfekr a exhorté les journalistes du monde islamique mercredi à aider à désamorcer le projet pré-planifié et la propagande des médias occidentaux contre les musulmans.
Javanfekr a fait ces remarques lors d'une réunion ici avec un groupe de journalistes étrangers actuellement en Iran pour assister à une prochaine réunion pour discuter de l'établissement d'une union de la presse du monde islamique.
«Bien que l'établissement de l'union est un bon point, l'existence d'une seule voix unique n'est pas suffisant pour faire écho aux voix des musulmans du monde entier", a t-il poursuivi.
M. Javanfekr a évoqué les efforts déployés par l'IRNA pour renforcer sa présence partout dans le monde, actuellement au travers des 30 succursales à l'étranger et dont le nombre jusqu'à 47 dans le futur."
Il a également salué la suggestion faite par l'un des participants à la réunion pour la création d'une nouvelle terminologie modifiant celle utilisée actuellement par les médias occidentaux contre les musulmans.
«Nous devrions concevoir notre propre plan pour faire face à la tendance actuelle créée par les médias occidentaux contre les musulmans", a déclaré le directeur général de l'IRNA.
«Sous l'influence de la propagande des médias occidentaux, quand vous entendez le mot fondamentalistes ou terroristes, il vient à votre esprit que ce doit être forcément un musulman", a dénoncé le directeur général de l'IRNA.
Il a également insisté sur la nécessité d'une coopération de tous les personnels travaillant dans les médias dans chaque Etat musulman afin de désamorcer les complots des médias occidentaux contre les musulmans du monde entier.

27/10/2011

Irna



3 Dossier & Point de vue

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

3-1 Complot anti-iranien : la presse US se déchaîne contre Obama.

Quand le mensonge est trop gros, il a du mal à passer. C’est le cas avec la version américaine rocambolesque sur un soi-disant complot iranien contre l’ambassadeur d’Arabie saoudite, aux Etats-Unis.

Pas de preuves irréfutables

Nombreux sont les médias américains qui ont affiché leur scepticisme. «Il faut être prudent, avant de proférer ce genre d’accusations...en fin de compte, il n’y a pas de preuves irréfutables qui condamnent Téhéran. Ce n’est pas la première fois que Téhéran est accusée de choses qu’elle n’a pas commises. Ce n’est pas la première fois que Washington lance des accusations, sans aucun fondement, (ADM, en Irak, par exemple)», commente le "Newsweek". Et s’il fallait supposer l’authenticité de cette accusation, «quoique très peu probable», il faudrait, selon le journal, y percevoir trois choses, dans la pensée iranienne d’aujourd’hui:

La première est que le régime iranien est persuadé qu’il devrait mener une guerre secrète contre les Etats-Unis, et qu’il est peut-être convaincu que ce sont les USA qui sont derrière le virus "Stucksnuts" qui a nui à son programme nucléaire...

La deuxième est que dans sa guerre contre les USA, ce régime est disposé à aller beaucoup plus loin qu’il ne l’a fait, dans le passé...

Et la troisième est que l’Iran ne craint plus les moyens de rétorsion américains traditionnels, vu que ces derniers sont débordés par leurs problèmes internes, ce qui exclut l’éventualité de leur recours à déclencher une nouvelle guerre, au Moyen-Orient, et que l’Iran est persuadé que son programme nucléaire est assez puissant, pour dissuader les Etats-Unis de mener une frappe.

Téhéran n’a pas intérêt

Quant au chroniqueur du magazine "The Atlantic, Steeve Clemons", il ne voit pas d’intérêt iranien, dans ce présumé complot. “Que voudrait dire, pour Téhéran, l’assassinat de l’ambassadeur saoudien, aux Etats-Unis ? Pourquoi Téhéran voudrait-elle viser un homme ordinaire, au lieu d’une personnalité haut-placée ? Pourquoi avoir choisi ce timing, en particulier, alors que l’Iran n’a pas exploité la décennie qui a suivi les évènements du 11 septembre ou l’invasion de l’Irak ?", s’est interrogé Clemons, sceptique. Et de conclure : «Ces deux hommes auraient, peut-être, planifié cet attentat, mais sans la connaissance de Téhéran et sans aucun lien avec la brigade d’Al-Qods».

Deux poids, deux mesures américaines

Quant au "Los Angeles Times", il a été plus tranchant, dans sa position accusant les Etats-Unis de «deux poids, deux mesures américaines» : «Il y a deux semaines, les avions américains ont tué le dirigeant d’Al-Qaïda, Anouar Awaliki, sur le territoire yéménite. Qu’est-ce qui lui permet de tuer ses ennemis, sur le territoire des autres, alors qu’un autre Etat ne peut pas faire de même ?»

Rappelant que les États-Unis ont, également, liquidé Ben Laden, sans en avoir informé, préalablement, les autorités pakistanaises, le "Los Angeles Times" conclut que les Etats-Unis ne peuvent continuer d'agir, en toute liberté, en Afghanistan, en Irak et ailleurs, sans en rendre compte au monde entier, alors qu’ils interdisent aux autres Etats de faire de même.

Pas assez "pro", pour être l'œuvre de Téhéran

Pour Rasool Nafisi, spécialiste des Gardiens de la Révolution, basé aux Etats-Unis, l'implication supposée d'un cartel de la drogue mexicain et les défauts constatés dans les préparatifs du complot semblent exclure un feu vert de haut niveau.

"Je doute que ce soit l'œuvre du régime iranien, au vu du choix de la cible, du moment choisi et des acteurs retenus", explique-t-il à l’AFP.

"Si on regarde les assassinats commis par le passé, il aurait dû y avoir un groupe chargé de la planification", ajoute le spécialiste, évoquant l'élimination, en 1992, de l'opposant Sadegh Sharafkandi, à Berlin. "Dans ce cas précis, on pense plutôt à un acteur isolé".

Pas le modèle habituel

Même analyse, de la part de Suzanne Maloney, spécialiste du Moyen-Orient, à l'Institut Brookings, laquelle remarque que le complot "ne correspond pas au modèle habituel de l'implication de l'Iran, dans des activités terroristes".

"Il me paraît tout à fait plausible que le complot soit le fait d'électrons libres, mais je ne sais pas dans quelle mesure l'armée iranienne tolère ce genre de dissidence", note-t-elle. "Que le plus gros soutien mondial du terrorisme se serve d'un vendeur de voitures d'occasion texan et de narco-terroristes, pour un attentat aussi énorme et sans précédent, semble défier l'imagination", souligne Mme Maloney. "Cela ne ressemble pas au dispositif terroriste professionnel de l'Iran".

Invraisemblable, l’alliance avec des cartels de la drogue

Par ailleurs, et d’un autre angle, des experts, dans les cartels mexicains de drogue, ont rejeté l'hypothèse d'un appui des narcotrafiquants mexicains à des actions terroristes, aux Etats-Unis. Certaines organisations criminelles mexicaines ont, certes, la capacité opérationnelle de mener à bien un attentat, mais auraient peu intérêt à provoquer, ainsi, la colère de Washington, avec, pour effet, de porter atteinte au cœur du "narco business", c'est-à-dire la vente de drogue, aux Etats-Unis, selon ces analystes.

Rappelons que, dans l’histoire américaine, il est question que le présumé premier suspect arrêté, l’irano-américain Mansour Arbabsiar, lequel voulait soudoyer un agent américain qui se faisait passer, au Mexique, pour un membre d'un cartel, d'accord pour perpétrer cet attentat. Arbabsiar a été arrêté, le 29 septembre, à New York, après avoir été refoulé, la veille, vers les Etats-Unis, par les services d'immigration mexicains, sur la base d'informations fournies par les autorités américaines.

Le scénario d’une télénovela

Parallèlement, le "New York Times", citant une source anonyme, proche de l'enquête, a affirmé que les auteurs du complot prévoyaient, en outre, de payer un cartel mexicain de la drogue, pour faire sauter l'ambassade d'Israël, à Washington, et celles d'Israël et de l'Arabie saoudite, à Buenos Aires. "Cela ressemble, plutôt, au scénario d'une télénovela ou d'un bon film", a dit à l'AFP José Reveles, auteur de livres sur les trafiquants de drogue. "Si on parvenait à établir un lien entre des Mexicains et des groupes extrémistes, cela serait, de manière individuelle, mais je ne crois pas que ce serait au nom d'un cartel, parce que leur priorité n'est pas d'attaquer les Etats-Unis". "Ce que veulent les cartels, c'est faire leur commerce, en secret, pas faire un autre travail", estime, pour sa part, Raul Benitez, du Centre de recherche sur l'Amérique du Nord, à l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM).

Les Zeta visés?

En février, la secrétaire à la Sécurité intérieure américaine, Janet Napolitano, avait indiqué que les autorités américaines n'excluaient pas la possibilité d'une alliance entre le réseau Al-Qaïda et Los Zeta, organisation criminelle, créée, par d'anciens militaires d'élite de l'armée mexicaine, avec des ramifications, dans une vingtaine d'Etats du pays, ainsi que dans plusieurs pays latino-américains.

En juillet, le Président américain, Barack Obama, avait estimé que les Zeta constituaient une menace pour la sécurité internationale.

Les cartels ne sont pas des suicidaires.

Mais, selon les experts mexicains, le fait que les Zeta étendent leur activité à plusieurs pays est une chose. Qu'ils se lancent dans une action terroriste, qui les mettrait en position d'affrontement direct avec les Etats-Unis, en serait une autre.  "Ce n'est pas la logique des Zeta. Aucun cartel n'a envie de ce genre de visibilité", selon Benitez. "Il n'y a aucune logique à ce que les Zeta souhaitent entrer dans des attentats terroristes qui attirent encore plus l'attention de Washington sur eux", estime, également, Reveles. "Plusieurs dirigeants des Zeta, avant de déserter de l'armée mexicaine, avaient suivi un entraînement militaire et idéologique donné par des instructeurs américains", souligne-t-il.

Reveles estime, aussi, que "les cartels agissent, dans des territoires qu'ils connaissent et dont il est possible de s'échapper. Ce ne sont pas des suicidaires.

 


 

3-2 Morteza Nikoubazl :

 

 

 

Complot iranien aux Etats-Unis: "Un scénario refusé par Quentin Tarantino".

Paru dans L’Express, le 13/10/2011, Source REUTERS/Morteza Nikoubazl

De nombreux experts émettent des doutes à propos de la rocambolesque tentative d’attaque terroriste iranienne sur le sol américain annoncée par le ministre de la Justice Eric Holder mardi. Le point sur leurs arguments.

"Un scénario refusé par Quentin Tarantino", dixit Robert Mackay, bloggeur du New York Times et duGuardian. C’est ce à quoi ressemble l’étrange affaire de complot présumé qui mêle Etats-Unis, Iran et Arabie Saoudite: une tentative d’assassinat, contre l’ambassadeur d’Arabie saoudite et des attentats contre les ambassades israélienne et saoudienne à Washington. Avec pour cerveau présumé, Mansour Arbabsiar, un Américain d’origine iranienne vendeur de voitures d’occasion, en contact avec un agent américain qui se faisait passer au Mexique pour un membre d’un cartel de la drogue prêt à perpétrer cet attentat dans le restaurant préféré de l’ambassadeur saoudien… (sic!). 

Bien sûr l’Iran a un passif en matière de terrorisme. Bien sûr ses relations avec les Etats-Unis et l’Arabie saoudite sont détestables depuis de nombreuses années: un câble diplomatique révélé par Wikileaks en décembre dernier citait l’ambassadeur saoudien à Washington, Adel al-Jubeir -celui-là même qui aurait été visé par la tentative d’assassinat- qui indiquait que Ryad appelait Washington à attaquer l’Iran. 

Autre motif de grief contre Washington, les assassinats de plusieurs scientifiques experts en nucléaire au cours de ces derniers mois que l’Iran attribue à Israël et aux Etats-Unis. De même, le virus informatique stuxnet qui a sérieusement endommagé des centrifugeuses iraniennes et retardé la course au nucléaire, serait l’œuvre d’Israël et des Etats-Unis, selon Moscou. Pourtant plusieurs experts américains mettent en relief les zones d’ombre de cette affaire.

Des interrogations sur la cible et le lieu visés

Les assassinats commis par le régime islamique dans les années 80, "visaient des opposants à la révolution. Les attentats étaient commis par des mouvements proches et de confiance -la plupart du temps des branches du Hezbollah libanais", explique Gary Sick, spécialiste de l’Iran et ancien membre du Conseil national de sécurité, sur CNN. Au cours des 30 années de tensions entre Washington et Téhéran depuis la révolution, le régime islamique "n’a jamais organisé un assassinat ou un attentat sur le sol américain", précise Gary Sick. "Il est difficile d’imaginer que l’Iran s’en serait remis à un gang criminel non islamique pour mener à bien une mission des plus sensibles", ajoute-t-il.

L’Iran a des cibles américaines et saoudiennes beaucoup plus proches de chez lui, argumente Reza Sayah sur CNN. En effet, "la brigade Al Qods est régulièrement accusée de mener des guerres par procuration contre les troupes américaines en Irak et en Afghanistan et contre les intérêts saoudiens à Bahreïn". 

Le manque de professionnalisme

"Les choses doivent vraiment tomber en morceaux à Téhéran, ou alors il s’agit d’un groupe radical qui veut semer la pagaille", explique Robert Baer, autre spécialiste de l’Iran, interrogé par le Washington Post mercredi. "Les brigades Al Qods sont bien meilleures que cela. Si elles en avaient après vous, vous seriez déjà mort", dit-il.

"Que le plus gros soutien mondial du terrorisme se serve d’un vendeur de voitures d’occasion texan et de narco-terroristes pour un attentat aussi énorme et sans précédent semble défier l’imagination", souligne Suzanne Maloney, spécialiste du Moyen-Orient à l’institut Brookings. "Cela ne ressemble pas au dispositif terroriste professionnel de l’Iran". "Il me paraît tout à fait plausible que le complot soit le fait d’électrons libres mais je ne sais pas dans quelle mesure l’armée iranienne tolère ce genre de dissidence", note-t-elle.

Par ailleurs, l’Iran aurait pu trouver une taupe plus fiable que Mansour Arbabsiar, qui se serait publiquement vanté de ses relations avec les militaires iraniens, indique Reza Sayah sur CNN. 

Morteza Nikoubazl

Paru dans L’Express, le 13/10/2011, Source REUTERS/

 

 


3-3 Lawrence Davidson :

 

Iran : le FBI devenu voyou ?

 

Le 1er septembre j’avais rédigé un article intitulé « le FBI devient voyou ».

Il s’agissait de montrer que l’unité antiterroriste du FBI était devenue un instigateur de crimes.

Le mode opératoire de l’Agence nous rappelle ces plantes carnivores qui adoptent des formes sophistiquées pour attirer leurs proies.

De la même manière, la « prévention du terrorisme » au FBI consiste à monter des scénarios afin de leurrer des « terroristes » dans un piège.

L’annonce récente de l’arrestation de l’américano-iranien, Mansor Arbabsiar, ancien vendeur de voitures d’occasion converti au trafic de drogue (et qui a un cousin qui travaille dans la force Quds iranienne, l’unité des opérations spéciales de Gardiens de la Révolution), cadre parfaitement avec ce mode opératoire.

Le Département de Justice (US) affirme qu’Arbabsiar planifiait l’assassinat de l’ambassadeur saoudien à Washington. Dans le même temps le Département assure que, selon le procureur US Preet Bharara, « pour toute l’opération, les sources confidentielles du gouvernement étaient supervisées et pilotées par des agents fédéraux ».

Dans ce cas précis, la source confidentielle était lui-même un ancien agent de la DEA (Drug Enforcement Agency – police anti-drogue US – NdT) et un criminel condamné. Selon Gareth Porter, on entend l’agent dans un des enregistrements clandestins du FBI, « induire Arbabsiar à accepter d’assassiner l’ambassadeur saoudien. » Ce qui constitue un piège et c’est illégal.

Les « pilotes » sont des agents du FBI impliqués eux-mêmes dans la fabrication d’un crime. Ce ainsi que le gouvernement garantit une arrestation.

Comme l’a relevé Glenn Greenwald, « il est indéniable que le [Département de Justice] obtient d’excellents résultats pour déjouer les complots terroristes qu’il fabrique lui-même ». De plus, sans surprise, Bharara a rappelé que pendant toute l’opération « terroriste », « personne n’était réellement en danger. »

La frontière entre criminels et policiers a toujours été poreuse. Et c’est pour cela que tous les grands départements de police ont une unité d’affaires intérieures (une « police des polices » - NdT). A l’évidence, l’unité anti-terroriste du FBI a franchi cette frontière.

Le précédent ainsi crée est en soi assez lugubre, mais dans ce cas précis, ceux du Département de Justice ont fait bien pire : ils ont accusé un pays étranger, l’Iran, de complicité.

Arbabsiar aurait été recruté par son propre cousin pour contacter un cartel de drogue mexicain pour l’assister dans son projet. Ce qui a provoqué une volée de menaces émises par le gouvernement des Etats-Unis à l’encontre de l’Iran. Le président Obama lui-même a mené l’assaut.

« Ceci n’est pas uniquement une escalade dangereuse, ceci fait partie d’un comportement inconscient et dangereux de la part du gouvernement iranien, » a dit Obama. « Même si les dirigeants iraniens n’avaient pas une connaissance détaillée du dossier, tous ceux au sein du gouvernement iranien impliqués dans ce genre d’activité devront rendre des comptes ».

L’Hypocrisie

Puisque le Département de Justice et le FBI ont un tel goût pour imaginer des scénarios criminels, peut-être pourrions-nous faire de même. Imaginons ceci :

 Quelqu’un au sein d’un des nombreux services de renseignement US, peut-être en collaboration avec un pays allié, décide d’assassiner les experts nucléaires iraniens. Ils décident de faire appel à des intermédiaires et partent à la recherche de tueurs à gages. Ils ne vont pas chercher au Mexique, mais plutôt parmi les groupes d’exilés iraniens qui ont les contacts appropriés à l’intérieur de l’Iran.

Peu après, un nombre de scientifiques et d’ingénieurs nucléaires iraniens sont retrouvés morts.

Dans la foulée, le président Mahmoud Amadinejad tient une conférence de presse et dit : « Ceci n’est pas uniquement une escalade dangereuse, ceci fait partie d’un comportement inconscient et dangereux de la part du gouvernement étatsunien... Même si les dirigeants étatsuniens n’avaient pas une connaissance détaillée du dossier, tous ceux au sein du gouvernement étatsunien impliqués dans ce genre d’activité devront rendre des comptes ».

 A présent, nous nous retrouvons dans les entrailles du Pentagone où quelqu’un a dressé une liste de personnes supposément liées à Al Qaeda. Certains noms y figurent à cause de rapports de « renseignement » qui citent eux-même des informations de seconde et même de troisième main. Certains sont plus fondés.

Un nom est choisi et la localisation approximative de la personne est confiée aux petits génies militaires qui programment un avion sans pilote au-dessus du Golfe Persique. Ensuite, un génie informatique quelconque lance une bombe ailée, à l’aide d’une simple manette de jeu, sur la cible qui se trouve être la maison de quelqu’un. Peut-être tuent-ils la personne visée, peut-être pas. Dans tous les cas, bon nombre d’innocents qui étaient au mauvais endroit au mauvais moment trouvent la mort, eux.

Après quelques dizaines d’attaques de ce genre, le président de l’Afghanistan ou peut-être du Pakistan tient une conférence de presse et déclare : « Ceci n’est pas uniquement une escalade dangereuse, ceci fait partie d’un comportement inconscient et dangereux de la part du gouvernement étatsunien... Même si les dirigeants étatsuniens n’avaient pas une connaissance détaillée du dossier, tous ceux au sein du gouvernement étatsunien impliqués dans ce genre d’activité devront rendre des comptes ». 

On pourrait continuer ainsi longtemps. Le fait est que le Président Obama et toute la flopée de politiciens et officiels US qui ont publiquement exprimé leur indignation devant l’implication supposée de l’Iran dans un complot visant à pénétrer un territoire étranger dans le but d’assassiner quelqu’un, entreront dans l’histoire comme une belle bande d’hypocrites. Chose qui n’a pas vraiment l’air de les préoccuper.

Petits Mondes

Pourquoi nos dirigeants politiques agissent-ils avec autant de duplicité et d’hypocrisie ? Pour tenter d’y répondre il faut se souvenir qu’ils vivent dans un monde restreint et clos.

Leur monde à eux n’est pas un monde fait de débats publics et vigoureux entre différents points de vue. Leur monde est celui d’exigences et d’opinions exprimées par des groupes d’intérêt qui sont eux-mêmes auto-centrés sur leurs objectifs et indifférents à la morale et même à la vérité en dehors de leur propre sphère d’action. Voici deux exemples :

 Un de ces groupes auto-centrés est celui de la communauté des forces de l’ordre qui, si on leur donne l’occasion, se comporteront d’une manière autoritaire sans égards pour les règlements et procédures qui limitent leur pouvoir.

Les attaques du 11 Septembre a crée justement une de ces occasions pour ce groupe pour pouvoir justifier ses actions en violation de la Constitution. Ce comportement a été de fait encouragé par un grand nombre de politiciens impatients de complaire à une population dont la majorité se soucie peu de ses droits qui sont rarement exercés dans la vie quotidienne – une majorité qui commet donc l’erreur de croire que le sacrifice de ces droits renforce sa sécurité.

 Un autre de ces groupes est celui des Sionistes et leurs partisans qui sont instinctivement autoritaires dans leur comportement et donc parfaitement disposés à violer la Constitution pour atteindre leurs objectifs. Et un des ces objectifs est la destruction de l’Iran.

C’est avec leurs encouragements que de plus en plus de membres du Congrès se joignent à la meute anti-iranienne. C’est avec leurs encouragements qu’on trouve, en arrière-plan des dénonciations télévisées contre l’Iran, des officiels du Trésor US connus pour leur soutien à Israël.

Ces officiels sont chargés d’instaurer des sanctions contre la banque centrale iranienne dans l’espoir de détruire l’économie du pays. Les justifications avancées pour ces mesures relèvent d’une mauvaise plaisanterie mais cela ne les dérange nullement.

Derrière tout ceci se trouve le problème général de réussir, d’un côté, à faire comprendre au public, tout occupé à ses activités quotidiennes, que ce que racontent les médias et le gouvernement n’est pas forcément vrai. En fait, c’est même le plus souvent faux.

Et, d’un autre côté, que les conséquences de suivre aveuglément ces joueurs de flûte peut provoquer de nombreux morts et d’immenses destructions. Il suffit de se souvenir du Vietnam et de l’Irak. Mais beaucoup ne se souviennent pas et on pourrait être amené à penser que ce comportement autodestructeur se poursuivra pendant des générations.

Lawrence Davidson

Professeur d’histoire à West Chester University en Pennsylvanie.

Auteur de « Foreign Policy Inc. : Privatizing America’s National Interest » ; « America’s Palestine : Popular and Offical Perceptions from Balfour to Israeli Statehood » ; et « Islamic Fundamentalism. »

18 octobre 2011

(Consortiumnews)

http://www.legrandsoir.info/iran-le-fbi-devenu-voyou-consortiumnews.html

http://consortiumnews.com/2011/10/17/did-fbi-go-rogue-on-ira...



4 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

4-1  Déclaration de Mahmoud Ahmadinejad à la 66e Assemblée générale de l’ONU.

M. le Président,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Je suis reconnaissant au tout-puissant Allah qui m’a accordé, une fois de plus, l’opportunité de paraître devant cette assemblée mondiale.

J’ai le plaisir d’exprimer mes sincères remerciements à S. Exc. Joseph Deiss, président de la 65ème session pour ses énormes efforts durant sa tenue. Je voudrais également féliciter S. Exc. Nassir Abdulaziz Al-Nasser pour son élection en tant que président de cette 66ème session de l’assemblée générale et je lui souhaite le succès.

Permettez-moi de profiter de ce moment pour rendre hommage à tous ceux qui ont perdu la vie cette année, particulièrement aux victimes de la tragique famine en Somalie et de la dévastatrice épidémie au Pakistan et spécialement du tremblement de terre et les explosions suivantes dans les centrales nucléaires au Japon.

J’exhorte chacun à intensifier son assistance et son aide aux populations touchées dans ces pays.

Les années passées, j’ai parlé de différents problèmes mondiaux, et le besoin d’introduire des changements fondamentaux dans l’ordre international actuel.

Aujourd’hui, tenant compte des évolutions internationales, j’essaierai d’analyser la situation actuelle d’un angle différent.

Comme vous le savez tous, la domination et la supériorité des êtres humains sur les créatures se trouvent dans la nature même et la réalité de l’humanité, qui est un don divin et une manifestation de l’esprit divin comprenant : la foi en Dieu, qui est l’éternel créateur et architecte de l’univers ; montrer de la compassion envers les autres, la générosité, la recherche de la justice, faire valoir l’intégrité dans les mots et les actes ; la quête de dignité pour atteindre les sommets de la perfection, l’aspiration à élever la matière et le spirituel de tout un chacun, et le désir d’être libre ; défier l’oppression, la corruption, et la discrimination en supportant les opprimés ; rechercher le bonheur, et la prospérité durable et la sécurité pour tous.

Voici quelques-unes des manifestations des attributs communément humains et divins, que l’on peut clairement observer dans les aspirations historiques des êtres humains, comme le reflète l’héritage de nos recherches dans l’art et les travaux littéraires, prose et poésie, et dans les mouvements socio-culturels et politiques des êtres humains dans la course de l’histoire.

Tous les prophètes divins et réformateurs sociaux ont toujours invité les êtres humains à emprunter ce droit chemin.

Dieu a donné la dignité à l’humanité afin qu’elle élève son statut pour assumer son rôle de successeur sur la Terre.

Chers collègues et amis,

Il est particulièrement clair, que malgré les accomplissements historiques, par exemple la création des Nations Unies, qui a été le produit d’inlassables luttes et d’efforts d’esprits libres et d’individus cherchant la justice autant que de la coopération internationale, les sociétés humaines sont encore loin de satisfaire leurs nobles désirs et aspirations.

La plupart des nations du monde ne sont pas satisfaites des circonstances internationales actuelles.

Et malgré le désir général et l’aspiration à promouvoir la paix, le progrès et la fraternité, des guerres, des meurtres de masse, la pauvreté généralisée, les crises socio-économiques et politiques continuent de porter atteinte aux droits et souveraineté des nations, causant d’irréparables dommages de par le monde.

Trois milliards de personnes environ vivent avec moins de 2,5 dollars par jour, et plus d’un milliard vit sans avoir même un seul repas suffisant par jour. 40 % des populations les plus pauvres du monde se partagent seulement 5 % de la richesse globale, tandis que 20 % des plus riches détient 75 % de la richesse mondiale.

Plus de 20 000 enfants démunis et innocents meurent chaque jour à cause de la pauvreté.

Aux États-Unis, 80 % des ressources financières sont contrôlées par 10 % de la population, alors que 20 % de ces ressources appartient à 90 % de la population.

Quelles sont les causes et les raisons derrière ces inégalités ?

Comment remédier à de telles injustices ?

Les dirigeants des cercles de gouvernance globale séparent la vie sociale de l’éthique et de la spiritualité tout en déclarant que la situation est le résultat de la poursuite du chemin de divins prophètes ou de la vulnérabilité des nations ou de la performance malade de petits groupes ou d’individus. Ils proclament que seules leurs opinions et approches peuvent sauver la société humaine.

Chers collègues et amis,

Ne pensez-vous pas que la cause fondamentale des problèmes devrait être considérée dans l’ordre international en vigueur, la manière dont le monde est gouverné ?

J’aimerais porter votre aimable attention sur les questions suivantes :

Qui a enlevé par la force des millions de personnes de leurs maisons en Afrique et d’autres régions du monde durant la sombre période de l’esclavage, faisant d’eux les victimes de leur avidité matérielle ?

Qui a imposé le colonialisme durant 4 siècles dans ce monde ?

Qui a occupé des terres et massivement spolié les ressources d’autres nations, détruisant les talents, les langues traditionnelles, les cultures et les identités de ces nations ?

Qui a déclenché les première et seconde guerres mondiales, qui ont tué 70 millions de personnes et des blessés ou mis à la rue des centaines de millions d’autres ?

Qui a lancé les guerres en Corée et au Vietnam ?

Qui a imposé, au moyen de la tromperie et de l’hypocrisie, le sionisme, et près de 60 ans de guerre, exclusion, terreur, et meurtre de masse sur le peuple Palestinien et les pays de la région ?

Qui a imposé et supporté pendant des décennies des dictatures militaires et des régimes totalitaires en Asie, Afrique et Amérique latine ?

Qui a utilisé la bombe nucléaire contre des personnes sans défense, et possède des milliers de têtes nucléaires dans ses arsenaux ?

Les économies de quels pays reposent sur la guerre et la vente d’armes ?

Qui a provoqué et encouragé Saddam Hussein à envahir et imposer une guerre de 8 ans à l’Iran, et qui l’a assisté et équipé à déployer des armes chimiques contre nos villes et notre peuple ?

Qui a utilisé l’incident mystérieux du 11 septembre comme un prétexte pour attaquer l’Afghanistan et l’Irak, en tuant, blessant et déplaçant de force des millions de personnes dans ces deux pays, avec comme objectif final la domination sur le Moyen-Orient et ses ressources pétrolières ?

Qui a mis fin au système de Bretton Woods en imprimant des milliards de dollars sans en avoir les réserves ou la monnaie équivalente ?

Un changement qui a déclenché l’inflation dans le monde entier et qui avait pour but la prédation sur les gains économiques des autres nations ?

De quel pays la dépense militaire dépasse annuellement mille milliards de dollars, dépassant les budgets militaires cumulés de tous les autres pays du monde ?

Quels gouvernements sont les plus endettés du monde ?

Qui domine l’élaboration d’établissement des politiques sur l’économie mondiale ?

Qui est responsable pour la récession économique mondiale, et est en train d’imposer ses conséquences sur l’Amérique, l’Europe et le reste du monde ?

Quels gouvernements sont toujours prêts à lancer des milliers de bombes sur d’autres pays, mais tergiversent à fournir de l’aide aux personnes frappées par la pauvreté en Somalie ou d’autres pays ?

Quels sont ceux qui dominent le conseil de sécurité de l’ONU, qui est ostensiblement responsable de la sauvegarde de la sécurité du monde ?

Il existe quantité d’autres questions similaires. Évidemment, les réponses sont claires.

La majorité des nations et des gouvernements du monde n’ont eu aucun rôle dans la création des crises globales actuelles, et donc, elles ont été elles-mêmes victimes de telles politiques.

Il est aussi clair que la lumière du jour que les mêmes esclavagistes et pouvoirs coloniaux qui jadis ont déclenché les deux guerres mondiales ont maintenant causé la misère généralisée et le désordre avec des conséquences à long terme de par le monde depuis lors.

Chers collègues et amis,

Est-ce que ces pouvoirs arrogants ont réellement la compétence et la capacité de diriger ou gouverner le monde ?

Est-il acceptable qu’ils s’appellent eux-mêmes les uniques défenseurs de la liberté, la démocratie et les droits de l’homme, lorsqu’ils attaquent militairement et occupent d’autres pays ?

La fleur de la démocratie peut-être surgir des missiles de l’OTAN et de ses armes ?

Mesdames et Messieurs,

Si certains pays Européens utilisent encore l’Holocauste, après six décennies, comme excuse pour payer une rançon aux sionistes, ne devrait-il pas être une obligation pour les esclavagistes ou pouvoirs coloniaux de donner réparations aux nations concernées ?

Si les dommages et pertes de la période de l’esclavage et du colonialisme étaient compensés, qu’arriverait-il aux manipulateurs et pouvoirs politiques cachés aux États-Unis et en Europe ? Resterait-il des accrocs entre le Nord et Le Sud ?

Si seulement la moitié des dépenses militaires des États-Unis et de ses alliés à l’OTAN étaient prélevés pour aider à résoudre les problèmes économiques dans leurs propres pays, seraient-ils en train d’assister au moindre symptôme de crise économique ?

Qu’arriverait-il si la même somme était offerte aux nations pauvres ?

Quelle est la justification de la présence de centaines de militaires états-uniens et de bases de renseignement dans les différentes parties du monde, incluant

268 bases en Allemagne,

124 au Japon,

87 en Corée du Sud,

83 en Italie,

45 au Royaume-Uni, et

21 au Portugal ? Cela signifie-t-il autre chose que l’occupation militaire ?

Les bombes déployées dans les bases susdites ne mettent-elles pas en danger la sécurité de ces nations ?

Mesdames et Messieurs,

La question principale est la recherche de la cause fondamentale de telles attitudes.

La raison principale devrait être cherchée dans les croyances et les tendances de l’establishment.

Une assemblée de gens en contradiction avec les instincts humains propres et leurs dispositions, qui n’ont aussi aucune foi en Dieu et dans le chemin des divins prophètes justifient leur soif de pouvoir et leurs fins matérialistes par des valeurs divines.

Pour eux, seul le pouvoir et la richesse prévalent, et toute tentative doit amener à ces sinistres objectifs.

Les nations opprimées n’ont aucun espoir de restaurer ou protéger leurs droits légitimes contre ces pouvoirs.

Ces pouvoirs cherchent leur propre progrès, prospérité et dignité tout en imposant la pauvreté, l’humiliation et l’annihilation aux autres.

Ils se considèrent eux-mêmes supérieurs aux autres, jouissant de privilèges spéciaux et de concessions. Ils n’ont aucun respect pour les autres et violent aisément les droits des nations et des gouvernements.

Ils s’autoproclament comme les indiscutables gardiens de tous les gouvernements et nations à travers l’intimidation, recourent à la menace et la force, et abusent des mécanismes internationaux. Ils brisent simplement toutes les régulations internationales reconnues.

Ils insistent pour imposer leur style de vie et leurs croyances aux autres.

Ils appuient officiellement le racisme.

Ils affaiblissent les pays grâce à des interventions militaires, et détruisent leurs infrastructures, dans le but de piller leurs ressources, les rendant encore plus dépendants.

Ils sèment les graines de la haine et de l’hostilité parmi les nations et les peuples par différentes poursuites, afin de les empêcher de remplir leurs objectifs de développement et de progrès.

Toutes les cultures, les identités, les vies, les valeurs et la richesse des nations, femmes, jeunesse, familles, comme richesse des nations, sont sacrifiées à leurs désirs impérialistes et leur plaisir pour l’esclavagisme et la capture.

L’hypocrisie et la tromperie sont autorisées afin de sécuriser leurs intérêts et leurs buts impérialistes. Le trafic de drogues et la mort d’êtres humains innocents sont également autorisés dans la recherche de tels buts diaboliques. Malgré la présence de l’OTAN dans l’Afghanistan occupé, il y a eu une augmentation dramatique de la production de drogues illégales là-bas.

Ils ne tolèrent aucun questionnement ou critique, et au lieu de présenter des raisons pour leurs violations, ils se posent toujours dans la position d’inquisiteurs.

Au moyen de leur réseau de médias impérialistes, sous l’influence du colonialisme, ils menacent quiconque questionne l’holocauste et le 11-Septembre avec des sanctions et des actions militaires.

L’année dernière, lorsqu’un besoin de créer une équipe de recherche pour mener une enquête approfondie concernant les éléments cachés du 11-Septembre s’est mis en place ; une idée également soutenue par tous les gouvernements et nations indépendants, ainsi que la majorité des gens aux États-Unis, mon pays et moi-même avons subi des pressions et des menaces par le gouvernement des États-Unis.

Au lieu de mettre en place une équipe de recherche, ils ont tué le principal responsable et jeté son corps à la mer.

N’aurait-il pas été raisonnable de traduire en justice et de juger le principal responsable de l’événement afin d’identifier les éléments expliquant que les avions détournés pour attaquer les tours jumelles aient pu circuler librement dans l’espace aérien ?

Pourquoi n’aurait-il pas été possible de le traduire en justice afin d’identifier ceux qui ont commandité les groupes terroristes et apporté les guerres et d’autres malheurs dans la région ?

Y a-t-il une quelconque information qui doive être gardée secrète ?

Ils voient le sionisme comme une idée sacrée et une idéologie.

N’importe quelle question concernant sa véritable origine et histoire est condamnée par eux comme un pêché impardonnable. Toutefois ils approuvent et permettent des sacrilèges et des insultes contre les croyances d’autres divines religions.

Chers collègues et amis,

La liberté réelle, la justice, la dignité, le bien-être, et la sécurité durable sont les droits de toute nation.

Ces valeurs ne peuvent être achevées ni par la dépendance sur le système inefficace actuel de gouvernance, ni au travers de l’invasion du monde par des pouvoirs arrogants et les canons des forces de l’OTAN.

Ces valeurs pourront être atteintes seulement à travers l’indépendance et la reconnaissance des droits d’autrui dans l’harmonie et la coopération.

Y a-t-il une quelconque manière de résoudre les problèmes et les défis qui assaillent le monde en utilisant les mécanismes internationaux en vigueur pour aider l’humanité à réaliser ses aspirations de longue date, de sécurité et d’égalité ?

Tous ceux qui ont essayé d’introduire des réformes tout en préservant les normes et tendances en vigueur ont échoué. Les précieux efforts apportés par le mouvement des Non-Alignés, le groupe des 77 et le groupe des 15 tout comme quelques célèbres individus ont échoué à apporter des changements fondamentaux.

La gouvernance et la direction du monde requièrent des réformes fondamentales.

Que devrait-il être fait maintenant ?

Chers collègues et amis,

Des efforts doivent être faits avec une résolution ferme et grâce à la coopération collective pour créer un nouveau plan, sur la base des principes et la fondation même des droits universels humains comme le monothéisme, la justice, la liberté, l’amour et la recherche du bonheur.

L’idée de la création des Nations Unies reste un grand et historique succès pour l’humanité. Son importance doit être appréciée et ses capacités doivent être utilisées le plus possible pour nos nobles objectifs.

Nous ne devrions pas autoriser cette organisation, qui est le reflet de la volonté collective et l’aspiration partagée de la communauté des nations, à dévier de sa course principale et jouer dans les mains des pouvoirs mondiaux.

Un terrain favorable doit être préparé pour assurer la participation collective et l’implication des nations dans un effort pour promouvoir la paix durable et la sécurité.

La gestion partagée et collective du monde doit être réalisée dans sa vraie signification, et basée sur les principes soulignés et consacrés dans la loi internationale. La justice doit servir de critère et de base pour toutes les décisions et actions internationales.

Chacun d’entre nous devrait reconnaitre le fait qu’il n’y a pas d’autre moyen que la gestion partagée et collective du monde pour mettre fin aux désordres actuels, la tyrannie et la discrimination de par le monde.

C’est en fait la seule voie vers la prospérité et le bien-être de la société humaine qui est une vérité établie et vive.

Tout en reconnaissant cette vérité, chacun devrait remarquer que la reconnaissance seule n’est pas assez. Nous devons croire en elle et redoubler d’efforts pour sa réalisation.

Chers collègues et amis,

La gestion partagée et collective du monde est le droit légitime de toutes les nations, et nous en tant que représentants, avons une obligation de défendre leurs droits. Bien que certains pouvoirs essayent en permanence de bloquer tout effort international destiné à promouvoir la coopération collective, nous devons, toutefois, renforcer notre foi dans l’accomplissement de ce but poursuivi qui est d’établir une gestion partagée et collective du monde.

Les Nations Unies ont été créées pour mettre en place une participation effective de toutes les nations dans les processus de prise de décision internationale.

Nous savons tous que cet objectif n’a pas encore été rempli à cause de l’absence de justice dans les structures de gestion actuelle et des mécanismes de l’ONU.

La composition du conseil de sécurité est injuste et inéquitable. Par conséquent, des changements incluant la restructuration des Nations Unies sont considérés comme les demandes basiques des nations auxquelles qui doivent être posées par l’assemblée générale.

Durant la session de l’année dernière, j’ai insisté sur l’importance de cet objectif et appelé pour la désignation de la décennie actuelle comme la décennie de la gestion globale partagée et collective.

J’aimerais réitérer encore ma proposition. Je suis convaincu qu’à travers la coopération internationale, la vigilance, et les efforts des leaders mondiaux et des gouvernements, et en insistant sur la nécessité de la justice et l’appui des autres nations, nous puissions jeter les bases d’un brillant futur commun.

Ce mouvement est certainement sur son droit chemin de création, assurant un futur prometteur pour l’humanité.

Un futur qui sera construit lorsque l’humanité commencera à emprunter le chemin des divins prophètes et des justes sous le commandement de l’Imam Al-Mahdi, le sauveur ultime de l’humanité et l’héritier de tous les messagers divins et des meneurs et la génération pure de notre grand prophète.

La création d’une suprême et idéale société avec l’arrivée d’un être humain parfait qui est un vrai et sincère amoureux de tous les droits de l’homme, est la promesse garantie d’Allah.

Il viendra accompagné de Jésus Christ afin de mener les amoureux de la liberté et de la justice pour détruire la tyrannie et la discrimination, et promouvoir le savoir, la paix, la justice, la paix au travers du monde.

Il présentera à chaque individu toutes les merveilles du monde et toutes les bonnes choses qui amèneront le bonheur à l’humanité.

Aujourd’hui les nations se sont réveillées. Avec l’augmentation de la prise de conscience publique, elles ne subiront plus très longtemps les oppressions et les discriminations.

Le monde est désormais en train d’assister plus que jamais, au réveil étendu dans les terres islamiques, en Asie, en Europe, en Amérique. Ces mouvements leur ouvrent l’esprit un peu plus chaque jour et influencent la poursuite de la réalisation de la justice, de la liberté et la création d’un meilleur futur.

Notre grande nation se tient prête à joindre les mains à celles des autres nations pour emprunter ce magnifique chemin dans l’harmonie et en symbiose avec les aspirations partagées de l’humanité.

Laissez-nous saluer l’amour, la liberté, la justice, la sagesse et le futur merveilleux qui attend l’humanité.

Merci.

Mahmoud Ahmadinejad , http://www.voltairenet.org:80/Declaration-de-Mahmoud-Ahmadinejad



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Ce message vous a été envoyé parce que vous faites parties de mes contacts 

Pour ne plus recevoir d'e-mail de notre part, signaler le nous avec si possible un commentaire explicatif.


 

 

Les commentaires sont fermés.