Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

06/11/2011

n°595 - Journal de Palestine - 01-10 au 05-11- 1apal - - Première victoire pour la Palestine dans sa quête d'un État


n°595 - Journal de Palestine - 01-10  au  05-11- 1apal - - Première victoire pour la Palestine dans sa quête d'un État



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine

n°595                              01-10  au  05-11

C.De Broeder          &   M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

fa032881@skynet.be


Sommaire

Tiré à part

L’UNESCO ouvre la voie à l’attribution d’un siège pour la Palestine.

Première victoire pour la Palestine dans sa quête d'un État.

 Des ministres israéliens demandent une offensive globale à Gaza  

Ben Lorber : "Nous refusons de mourir en silence" :

1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés.

Au jour le jour

2 bateaux, canadien et irlandais, en route pour briser le blocus de Gaza

2 Résistance

Ramallah : des chaussures contre un diplomate américain.

Bande de Gaza - Au jour le jour

Triple raid aérien israélien. 

3 Politique

1 Politique Israélienne

"Israël" empêche les experts internationaux d’inspecter ses réacteurs nucléaires.

2 Sur le terrain.

Lorient le jour : Constructions à Jérusalem-Est: Israël rejette les critiques internationales.  

3 Situation dans les geôles israéliennes

2 Usa (le parrain)

1 Les grandes manœuvres

Le Congrès américain bloque une aide à la Palestine 

4 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

Quartette des médiateurs internationaux pour le Proche-Orient

5 Monde

2 France

Le ministre français des A.E, Alain Juppé, regrette la poursuite de la colonisation.



29-10 au 30-10: Peuple Palestinien : 9 tués   -  7 blessés

                            Occupants              :  0 tué      - 1 blessé



Tiré a part

L’UNESCO ouvre la voie à l’attribution d’un siège pour la Palestine.

Washington a menacé l’UNESCO de lui couper les vivres si elle décide d’intégrer la Palestine en tant que membre.

La Palestine a remporté une première victoire diplomatique dans sa quête d’un Etat après que le Comité exécutif de l’UNESCO [UN Educational, Scientific and Cultural Organisation] ait décidé de soutenir sa candidature comme membre de l’organisme culturel avec les droits d’un Etat.

Forte opposition américaine et française

Les alliés arabes de la Palestine ont bravé d’intenses pressions américaines et françaises, pour que la motion soit finalement présentée devant le comité des Etats membres où elle a été adoptée par 40 voix en contre 4 - les Etats-Unis, l’Allemagne, la Roumanie et la Lettonie - et 14 abstentions [dont celle de la France qui n’assume pas ses positions résolument pro-israéliennes et préfère tenter de saboter l’initiative en coulisses - N.d.T].

La demande palestinienne sera maintenant soumise à l’assemblée générale de l’UNESCO à la fin du mois pour une approbation définitive, impliquant tous les 193 membres basés à Paris.

L’initiative a été immédiatement critiquée par les Etats-Unis et Israël. Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat américaine, a déclaré que l’UNESCO devait « réfléchir à nouveau » au sujet du vote sur l’admission palestinien.

« Inexplicable initiative »

Clinton, parlant aux journalistes lors d’un voyage en République Dominicaine, a aussi décrit l’initiative comme « semant la confusion », alors que le Conseil de sécurité étudie une demande des Palestiniens pour une pleine adhésion aux Nations Unies, à laquelle les États-Unis s’opposent.

« J’ai trouvé assez déroutant et en quelque sorte inexplicable que vous ayez des organes des Nations Unies qui prennent des décisions au sujet d’un Etat ou d’un statut étatique alors que la question a été présentée aux Nations Unies », a éructé Clinton.

« Je pense que c’est une procédure très étrange », a-t-elle encore lâché.

« La décision sur le statut doit être tranchée par les Nations Unies et non par des groupes auxiliaires qui sont subsidiaires aux Nations Unies. »

David Killion, l’ambassadeur américain à l’UNESCO, a publié une déclaration exhortant toutes les délégations à se joindre aux États-Unis en votant « non » tandis qu’à Washington, Victoria Nuland, porte-parole du Département d’Etat américain a vivement critiqué les efforts palestiniens.

« Cela ne va pas créer un Etat pour eux », a-t-elle dit à son briefing quotidien. « Cela va rendre les choses plus difficiles ... Cela aggrave encore l’environnement de tension. »

Nimrod Barkan, ambassadeur d’Israël à l’UNESCO, a déclaré que la décision nuirait à l’agence et ne ferait pas avancer les aspirations des Palestiniens [Il est clair que les Israéliens savent mieux que personne ce qui « ferait avancer les aspirations des Palestiniens »... - N.d.T].

« Le problème est que la politisation de l’UNESCO est préjudiciable à la capacité de l’organisation à mener à bien son mandat », a-t-il dit à Reuters.

Manoeuvres françaises

La France, qui a plaidé en faveur du statut d’observateur aux Nations Unies, a déclaré que l’UNESCO n’était pas l’endroit pour soumettre le cas de la reconnaissance de la Palestine.

« La priorité est de relancer les négociations », a dit le porte-parole de ministère des Affaires étrangères. « Nous considérons que l’UNESCO n’est pas l’endroit approprié et la Conférence générale n’est pas le bon moment. »

Candidature aux Nations Unies

Le mois dernier, le président palestinien Mahmoud Abbas a officiellement demandé au Conseil de Sécurité une adhésion pleine et entière aux Nations Unies, ignorant l’avertissement des Etats-Unis que ceux-ci opposeraient leur veto, ainsi que les menaces des membres du Congrès américain de restreindre l’aide américaine aux Palestiniens.

On s’interroge aussi sur l’éventualité que Washington puisse couper le financement de l’UNESCO si cet organisme devait accueillir les Palestiniens en tant qu’Etat-membre. Les Etats-Unis versent 22% des cotisations perçues par l’UNESCO, selon le Département d’Etat.

Les Palestiniens ont obtenu un statut d’observateur auprès de l’UNESCO en 1974. Afin d’obtenir la pleine adhésion, des « Etats » qui ne sont pas membres des Nations Unies peuvent être admis à l’UNESCO avec une majorité des deux tiers de l’Assemblée générale.

Outre les gains diplomatiques que cela réprésente, être membre de l’UNESCO permettrait aux Palestiniens de demander le classement de ses monuments comme sites appartenant au patrimoine mondial, alors que le patrimoine d’une grande partie de la région est menacé [par la politique colonialiste et annexionniste israélienne].

[...]

Pour maintenir la pression sur les Nations Unies, Mahmoud Abbas de l’Autorité palestinienne [de Ramallah] s’est tourné vers les institutions qui peuvent reconnaître un statut étatique à la Palestine - une campagne déclenchée par la rupture des [soit-disant] pourparlers de paix israélo-palestiniens il y a un an.

Mardi, il a obtenu pour la Palestine le statut de partenaire au Conseil de l’Europe.

Le gouvernement américain a déclaré que les Palestiniens ne pourront obtenir un Etat indépendant sur les terres occupées par Israël en 1967, que via des négociations avec Israël, le principal allié de Washington dans le Moyen-Orient.

http://english.aljazeera.net/news/m...

6 octobre

Traduction : Info-Palestine.net

 

Première victoire pour la Palestine dans sa quête d'un État.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki avait dénoncé avant le vote à l'ONU «d'énormes pressions» contre la demande d'adhésion de la Palestine, en les attribuant aux États-Unis et à Israël.

Les Palestiniens ont engrangé mercredi une première victoire diplomatique dans leur quête d'une reconnaissance internationale d'un État, avec l'approbation d'une recommandation à l'UNESCO pour faire de la Palestine un membre à part entière de cette organisation.

Selon des sources au sein de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, les sciences et la culture, le conseil exécutif de cette agence a approuvé à une forte majorité, par 40 voix sur 58, une recommandation d'attribuer à la Palestine ce statut de membre à part entière.

Quatre pays ont voté contre, dont les États-Unis, et 14 se sont abstenus, selon ces sources. Selon le ministère espagnol des Affaires étrangères, il «n'a pas été possible» de trouver une position européenne commune et l'Allemagne, la Lettonie et la Roumanie ont voté contre. La Belgique, le Danemark, la Slovaquie, l'Espagne, la France, la Grèce, l'Italie et la Pologne se sont abstenus.

La recommandation, initiée par le groupe des pays arabes, sera soumise à la fin du mois à la Conférence générale de l'UNESCO.

Pour que la Palestine obtienne un statut d'État membre à l'UNESCO, la Conférence doit approuver la recommandation par une majorité des deux tiers de ses 193 membres, lors de sa session qui se tiendra du 25 octobre au 10 novembre à Paris où siège l'organisation.

L'approbation de cette recommandation a une très forte portée symbolique à l'heure où les Palestiniens ont déposé une demande d'adhésion à l'ONU comme État membre à part entière via le Conseil de sécurité. Les États-Unis ont menacé d'opposer leur veto à cette démarche tandis que la France a proposé d'accorder à la Palestine un simple statut d'État observateur via un vote à l'Assemblée générale des Nations unies.

Le conseil exécutif de l'UNESCO, où n'existe pas de droit de veto, est le pendant du Conseil de sécurité, tandis que sa Conférence générale peut être comparée à l'Assemblée générale des Nations unies.

Les Palestiniens n'ont jusqu'à présent qu'un statut d'observateur à l'UNESCO.

A Ramallah, le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki avait dénoncé avant le vote «d'énormes pressions» contre la demande d'adhésion de la Palestine, en les attribuant aux États-Unis et à Israël.

«Nous espérons qu'il n'y aura pas de surprise et que ces pressions ne dissuaderont personne de voter en faveur de la Palestine», avait-il déclaré à l'AFP.

Dans la soirée, les États-Unis ont appelé «toutes les délégations» à voter «non à cette recommandation», dans un communiqué de l'ambassadeur américain à l'UNESCO David Killion. Estimant cette démarche «inappropriée», M. Killion a mis en garde contre le fait que ce dossier «peut potentiellement gravement ébranler la capacité de l'organisation à mener son important mandat».

A Washington, l'influente élue Kay Granger, qui préside la commission de la Chambre des représentants chargée de répartir les fonds pour la politique étrangère américaine, a prévenu qu'elle allait s'«employer à mettre fin au financement» de l'organisation culturelle par les États-Unis.

La France avait fait savoir qu'elle jugeait prématuré pour la Palestine de demander une adhésion pleine et entière à l'UNESCO, soulignant que la priorité pour l'heure devait être «la reprise des négociations» avec Israël. «l'UNESCO n'est pas l'enceinte appropriée», a insisté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

L'Espagne a de son côté annoncé dans la soirée qu'elle voterait «en faveur de cette recommandation».

Un changement de statut à l'UNESCO permettrait à la Palestine de déposer des demandes de reconnaissance au Patrimoine mondial de l'Humanité pour des sites dans les territoires palestiniens occupés par Israël.

Les Palestiniens comptent notamment présenter au Patrimoine mondial les candidatures de Bethléem, lieu de naissance du Christ, Hébron, pour le Caveau des Patriarches - la mosquée d'Ibrahim (nom musulman d'Abraham) - un site révéré à la fois par les juifs et les musulmans, et Jéricho.

http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orient/201110/05/01-4454553-premiere-victoire-pour-la-palestine-dans-sa-quete-dun-etat.php


 Des ministres israéliens demandent une offensive globale à Gaza  

La reprise des hostilités le long de la frontière israélienne avec Gaza suscitant des inquiétudes croissantes, les hauts-dignitaires israéliens réfléchissant à la possibilité d'une offensive militaire de grande ampleur dans l'enclave palestinienne.

Le vice-Premier ministre israélien Silvan Shalom a déclaré mardi que le gouvernement israélien "est sur le point de prendre une décision dramatique pour mettre fin aux tirs de roquettes depuis ce territoire palestinien sur le sud d'Israël.

02/11/2011

IRIB

Ben Lorber : "Nous refusons de mourir en silence" :

Les Palestiniens s’organisent pour résister aux attaques des colons pendant la récolte des olives

Un nouveau groupe de résistance non violente appelé "Nous refusons de mourir en silence" patrouille la Cisjordanie pour protéger les familles palestiniennes qui récoltent leurs olives dans toute la Palestine historique contre les violences croissantes de colons.

La récolte est mauvaise et on pense qu’elle produira seulement la moitié de l’huile de celle de l’année dernière, rendant chaque olivier encore plus précieux.

Depuis le commencement de la récolte 2011 des olives, au début d’octobre, on a enregistré une inquiétante montée des attaques de colons. Le 20 octobre, selon OXFAM, les colons israéliens ont déjà coûté 500 000 dollars aux fermiers palestiniens de Cisjordanie en oliviers détruits depuis le début de l’année. Rien qu’en septembre, 2500 oliviers ont été détruits sur les 7500 détruits cette année (et on estime que 800 000 ont été détruits depuis l’annexion israélienne de la Cisjordanie en 1967). C’est particulièrement grave parce que la récolte est mauvaise et on pense qu’elle produira seulement la moitié de l’huile de celle de l’année dernière, rendant chaque olivier encore plus précieux.

Une carte interactive diffusée par l’organisation des droits de l’homme Al-Haq illustre "la multiplication alarmante des violentes attaques" de colons en septembre en Cisjordanie. C’est pourquoi "Nous refusons de mourir en silence", qui a été lancé le 19 septembre par crainte d’une augmentation des violences pendant le vote à l’ONU, a organisé des patrouilles quotidiennes dans les territoires entre Ramallah et Naplouse pour protéger les fermiers pendant la récolte. Le mouvement regroupe des militants palestiniens, israéliens et internationaux armés de caméras et engagés dans la résistance non violente ; il a mis en place un dispositif coordonné de voitures de patrouille, dirigé par un centre de contrôle basé à Ramallah, pour répondre aux attaques des colons au fur et à mesure qu’elles se produisent.

Haifam Katib, un coordinateur de "Nous refusons de mourir en silence" qui fait partie du groupe depuis sa création dit : "Nous avons crée ce groupe à cause des attaques des colons dans les villages de Palestine, surtout au moment de la récolte. L’année dernière il y a eu beaucoup de problèmes et donc nous avons décidé de protéger notre peuple, de les aider à récolter leurs olives et de faire savoir ce qui se passe... pour les aider, pour les encourager à continuer, à ne pas avoir peur des colons, à sauver leur terre - c’est ça notre projet."

Comme en septembre, il a eu beaucoup d’attaques en d’octobre. Le 1er octobre, des colons armés ont arraché des douzaines d’oliviers dans le village de Madama au sud de Naplouse et des colons de Yitzhar ont brûlé de nombreux oliviers dans les villages de Einabous et Huwwara au sud de Naplouse. Le même jour des oliviers ont aussi été arrachés et brûlés par des colons dans les villages de Nabi Saleh et Dier Nidham dans le district de Ramallah ; les Palestiniens auraient pu éteindre le feu pour sauver leur seule source de revenus mais les soldats israéliens les en ont empêchés.

"Nous refusons de mourir en silence" est en contact permanent avec des villages palestiniens proches de colonies israéliennes pour pouvoir aider les Palestiniens en cas d’attaque de colons. L’aide est seulement à un coup de fil de distance. "Nous sommes allés dans tous les principaux villages pour donner notre numéro de téléphone aux instances locales, aux comités populaires et à ceux qui habitent près des colonies et qui doivent récolter leurs olives. Ils ont notre numéro et ils peuvent nous appeler en cas de problème. Nous venons tout de suite voir ce qui se passe ; tous nos gars sont des journalistes et ils filment. C’est leur boulot et ils savent le faire."

Le 6 octobre, des colons ont arraché 200 oliviers juste après minuit dans le village de Qusra, au sud de Naplouse, quelques heures avant que leurs propriétaires ne viennent cueillir les olives. Katib explique : "A Qusra nous sommes arrivés le matin et nous avons vu que les colons étaient venus dans la nuit couper les arbres. La terre est très importante pour les Palestiniens et surtout les oliviers qui poussent très lentement et ils soignent les arbres pendant de nombreuses années avant de pouvoir récolter des olives. C’est donc très dur pour eux [quand les colons détruisent leurs oliviers]."

Le 9 octobre, des douzaines de colons armés de bâtons et de pierres ont attaqué les Palestiniens du village de Awarta au sud de Naplouse alors qu’ils tentaient de récolter des olives près de la clôture de la colonie de Itamar. Deux jours plus tard, le 11 octobre, des colons de la colonie de Elon Moreh ont attaqué des gens qui récoltaient des olives près du village de Azmoot, à l’est de Naplouse, dans une échauffourée consécutive à des agressions verbales. Le même jour, des colons ont mis le feu à des oliviers des villages palestiniens de Ras Karkar, Beitillu et Deir Ammar, à l’ouest de Ramallah.

"C’est toujours pareil partout," se lamente Haifam. "Les colons essaient de couper les arbres, de les brûler, de brûler tout l’endroit, d’empêcher les fermiers d’aller sur leurs terres. Et après ils prennent la terre. C’est ce que font les colons, c’est leur politique, le but est de construire de plus en plus de colonies."

La liste continue. Le 12 octobre, des colons de la colonie de Havat Gilad ont attaqué des fermiers du village de Jit ainsi que des membres de "Nous refusons de mourir en silence" et en ont blessé un ; le 21 octobre, un groupe de colons a photographié des fermiers de Burin qui cueillaient des olives et leur a jeté des pierres pendant que des soldats arrêtaient deux d’entre eux ; le 26 octobre, les colons de Yitzhar ont empêché des Palestiniens d’aller récolter leurs olives près du village de Huwwara.

Au milieu de cette vague d’attaques, l’Autorité palestinienne a publié une déclaration pour condamner l’inaction israélienne, disant que "les violations israéliennes contre les Palestiniens, leurs biens et leurs sources de revenus continuent d’augmenter sans que les autorités israéliennes ne fassent quoi que ce soit pour faire respecter la loi". Le jour suivant, l’ONG des droits de l’homme israélienne Yesh Din a publié des données qui accusent l’IDF (l’armée israélienne ndt) "d’échouer totalement à faire respecter la loi" quand il s’agit de protéger les oliviers de la violence des colons en précisant que sur les 127 cas sur lesquels l’armée avaient enquêté pendant les six dernières années, un seul avait donné lieu à une inculpation.

L’attaque la plus grave de cette année a eu lieu le 21 octobre, quand des colons masqués de la colonie de Esh Kodesh, armés de barres de fer et d’extincteurs, ont assailli des villageois qui récoltaient des olives à Jaloud près de Naplouse, en ont blessé quatre dont un garçon de 12 ans ainsi qu’un militant israélien. Katib explique que la présence des caméras à Jaloud a contribué à calmer la situation qui aurait pu vraiment mal tourner. "A Jaloud, un groupe international était venu aider les fermiers à ramasser les olives. Quand les colons ont vu les fermiers arriver pour la récolte, ils sont venus avec des fusils. Mais comme il y avait un groupe avec des caméras, les soldats sont arrivés ; ils ont essayé de parler aux colons et pour une fois ils ont fait du bon travail. Mais soyez-en sûr, quand nous n’avons pas de caméra les colons ne nous ménagent pas."

Les caméras sont comme l’oeil de la communauté internationale fixé sur les colons, et leur présence peut calmer les esprits et empêcher les agressions. "Il me semble que la caméra peut arrêter la violence" dit Katib, "parce que la caméra est toujours un témoin sur les lieux... Je crois que les colons savent maintenant que s’ils viennent faire ce genre de choses ils seront filmés. Ils commencent peut-être à avoir peur des caméras et c’est très bien." La caméra peut aussi forcer les soldats à respecter les ordres officiels de protéger les fermiers contre les attaques des colons. Dans le village de Jeet près de Naplouse, par exemple, "Nous refusons de mourir en silence" a accompagné les fermiers à leur champs "parce qu’ils avaient peur d’aller ramasser leurs olives. Il y avait des soldats qui surveillaient l’endroit, nous les avons vus mais nous ne leur avons pas prêté attention et nous avons commencé à cueillir les olives. Une demi-heure plus tard, des colons masqués sont arrivés et ont commencé à jeter des pierres pour faire peur aux fermiers ; les soldats n’ont pas bougé. Mais quand le groupe de colons a vu les caméras, il y a eu un moment de surprise, et quand les soldats et la police ont vu les caméras ils se sont dépêchés de venir repousser les colons. C’est grâce aux caméras qu’ils l’ont fait."

Quand les soldats et la police ont vu les caméras ils se sont dépêchés de venir repousser les colons

Thorn, un militant anglais qui travaille avec "Nous refusons de mourir en silence" confirme que la caméra peut effectivement empêcher les colons de commettre des violences. "L’idée [de créer "Nous refusons de mourir en silence"] nous est venue en constatant le manque de couverture médiatique des attaques de colons. Il y a de nombreux rapports sur la violence des colons et les médias parlent des exactions après qu’elles aient été commises mais il n’y avait personne quasiment pour couvrir les attaques au moment où elles se produisaient. Alors nous avons décidé de combler ce vide ; de plus nous ne voulions pas nous cantonner dans le rôle d’observateur, nous voulions faire jouer la solidarité internationale ici en Palestine pou essayer de prévenir les agressions."

La présence des internationaux dans l’organisation est capitale, selon Katib : "Il y a toujours des militants israéliens et internationaux avec nous et c’est très important. Personne ne croit les Palestiniens. Personne, sauf parfois les médias d’ici. Quand les médias viennent de l’étranger, comme CNN par exemple, ils ne nous croient pas quand nous leur disons que les colons ont tué deux ou trois ou quatre personnes et cela prend du temps. Mais quand ce sont des militants israéliens ou internationaux qui leur expliquent ce qui se passe, qui le leur montrent et qui écrivent des rapports, personne n’ose leur dire qu’ils mentent. C’est très important pour nous. Ce qu’ils voient de leurs propres yeux en fait des témoins de ce qui se passe en Palestine et quand ils rentrent chez eux ils peuvent témoigner."

La présence des internationaux sur les lieux, cependant, ne peut pas toujours sauver la journée des Palestiniens qui récoltent les olives. Comme c’est malheureusement devenu un rite annuel dans cet endroit où le conflit fait rage, les Palestiniens n’ont pas pu récolter les olives de leurs oliviers vieux de 3000 ans, le 22 octobre, à proximité de la colonie illégale de Hébron, Tel Rumeida, sans être constamment harcelés par des colons extrémistes qui les provoquaient en piétinant le drapeau palestinien et par des soldats israéliens qui se sont joints aux colons pour le harceler et qui ont empêché les militants internationaux présents de manifester contre l’occupation et d’exprimer leur solidarité envers les fermiers.

’James’ qui vient d’Angleterre, était un des militants internationaux. "Nous sommes venus manifester notre solidarité envers les fermiers et les aider" dit-il, "parce qu’ils vivent en état de siège et qu’ils souffrent particulièrement ici. Ils sont entourés de quatre colonies et ils ont besoin du soutien extérieur. C’est très important pour eux que les internationaux sachent ce qui se passe ici." Haifam Katib, et les autres coordinateurs de "Nous refusons de mourir en silence" ont bon espoir de parvenir à créer un réseau pour coordonner les interventions dans toute la Cisjordanie afin de s’opposer efficacement aux agressions des colons au fur et à mesure qu’elles surviennent. "A Hébron ils ont des comités populaires qui font le même travail. Il y a beaucoup de gens en Palestine qui font cela, partout, à Jérusalem, Bil’in, Al Masara. B’tselem fait aussi le même travail, ils distribuent des caméras et sillonnent les territoires occupés pour rassembler des témoignages et des preuves.

"C’est le début" ajoute-t-il, "et nous voudrions nous développer, avoir plus de militants et avoir des voitures partout en Cisjordanie mais c’est vraiment difficile. Il y a parmi nous des étudiants, des gens qui ont un autre travail, alors ils viennent un jour mais ne peuvent pas venir le lendemain et il faut les remplacer ; c’est comme ça que ça marche. Nous souhaitons de tout coeur poursuivre notre mission, nous renforcer et continuer à avoir une influence bénéfique."
Ben Lorber

Ben Lorber milite avec le Mouvement de Solidarité International à Naplouse.

Il est journaliste au Centre d’Information Alternatif de Bethléhem.

Son blog est : freepablogly.wordpress.com.

lundi 31 octobre 2011

Mondoweiss



1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés.

Au jour le jour

2 bateaux, canadien et irlandais, en route pour briser le blocus de Gaza.

Deux bateaux partis de Turquie pour essayer de briser le blocus imposé par Israël sur la bande de Gaza, s'approchaient dans la nuit d'hier à aujourd'hui de leur destination, sous la surveillance rapprochée de la marine israélienne, selon les navigateurs.
Les deux bateaux ont atteint les eaux internationales et se trouvent à environ 180 milles nautiques (plus de 300 km) au nord de Gaza, ont précisé les coordinateurs irlandais de l'opération. Cette flottille composée d'un bateau irlandais, le Saoirse ("liberté" en gaélique) et d'un autre canadien, le Tahrir ("libération" en arabe), transportant du matériel médical et des militants, est partie mercredi après-midi de Fethiye, dans le sud-ouest de la Turquie, et prévoit d'arriver aujourd'hui vendredi 4 novembre à Gaza.
Des bateaux de guerre israéliens se sont rapprochés jeudi à six milles de la flottille tandis que des avions de reconnaissance la survolaient, a indiqué le militant irlandais Fintan Lane. En comptant les membres d'équipages et les journalistes invités, 27 personnes se trouvent à bord des deux navires, qui transportent 30.000 dollars de médicaments, selon le communiqué de l'organisation "Freedom Waves To Gaza" (Vagues de la liberté vers Gaza).

04-11 

 

Communiqué de la Campagne un bateau français pour Gaza

Deux bateaux, canadiens et irlandais, en route vers la bande de Gaza

,Le bateau canadien, "Le Tahrir", et le bateau irlandais, "Le Saoirse", ont atteint hier après-midi les eaux internationales. Ils se dirigent actuellement vers la bande de Gaza avec à leur bord 27 passagers et une cargaison de médicaments. La campagne "Un bateau français pour Gaza" appelle les citoyens en France à soutenir cette nouvelle mobilisation internationale pour briser le blocus illégal de la bande de Gaza.

Après avoir été bloqué en juillet dernier par le gouvernement grec et avoir subi un acte de sabotage, le bateau canadien, "le Tahrir", et le bateau irlandais, "le Saoirse", tentent en ce moment même, en partant d'un port truc, de briser le blocus de la bande de Gaza.

Ils se trouvent actuellement non loin de Chypre et devraient rejoindre Gaza demain ou après-demain. Selon Ehab Lotayef, membre du comité de direction du "Canadian Boat to Gaza" : « par son blocus illégal de Gaza, Israël empêche non seulement l’importation de biens vers Gaza, mais aussi l’exportation de biens en provenance de Gaza. Et le blocus empêche les Palestiniens de circuler librement entre Gaza et la Cisjordanie, en violation des droits humains fondamentaux.». Selon le comité international de la "Croix-Rouge", la fermeture de Gaza « constitue une punition collective, infligée en violation flagrante des obligations d’Israël en matière de droit humanitaire international ».

La campagne "Un bateau français pour Gaza", qui avait accueilli en juillet dernier un délégué canadien sur le « Dignité Al Karama », exprime son soutien aux 27 passagers de ces deux bateaux. Alors que la Palestine vient d’entrer à l’UNESCO en tant que membre à part entière, le blocus de la bande de Gaza et l’occupation israélienne perdurent et s'amplifient. Aussi longtemps que durera cette situation contraire au droit et à la paix, ce type de mobilisation non violente se poursuivra.

Contact Collectif 69 de soutien au peuple Palestinien : 06 01 91 52 18

Pour suivre la progression des deux bateaux :

http://www.tahrir.ca

http://irishshiptogaza.org

Le 03 novembre 2011

Hassan Moali : Elle a été élue membre de l'Unesco : Haie d'honneur pour la Palestine à Paris.
Mardi 1er novembre 2011

Avec 107 voix pour, 52 abstentions et seulement 14 voix contre, la Palestine a gagné haut la main son droit d’accès à l’Unesco.

L’Autorité palestinienne a réussi hier un retentissant coup diplomatique à Paris. En arrachant haut la main un statut de membre à part entière de la célèbre institution des Nations unies l’Unesco, Mahmoud Abbas a infligé une cinglante claque au couple israélo-américain. Ce fut un moment fort, chargé d’émotion, à la lecture du «verdict» de l’assemblée générale de cette organisation : «La Conférence générale décide de l’admission de la Palestine comme membre de l’Unesco.»

Au-delà de cette autre grande victoire pour la Palestine dans son chemin inexorable vers sa reconnaissance en tant qu’Etat membre de l’ONU, il faut relever l’échec cuisant des Etats-Unis et d’Israël à faire capoter le processus à coup de menaces et autre propagande. Mais in fine, cette artillerie lourde n’a pas dissuadé les membres de l’Unesco qui ont opposé un véritable veto à la requête américaine.

Il faut féliciter ici le courage de la France d’avoir été la seule grande puissance à avoir donné sa voix aux Palestiniens. Le Royaume-Uni et l’Italie n’ont certes pas voté en faveur de cette adhésion, mais ils ne s’y sont pas opposés non plus. Au final le oui l’a emporté de manière écrasante, puisque la résolution a été adoptée par 107 voix pour, 52 abstentions et 14 voix contre, parmi les pays présents hier au siège de l’Unesco à Paris. La quasi-totalité des pays arabes, africains et latino-américains se sont prononcés pour l’adhésion des Palestiniens, de même que la France qui avait pourtant émis de sérieuses réserves ces derniers jours sur la démarche palestinienne.

«L’Unesco, ce n’est ni le lieu ni le moment. Tout doit se passer à New York», jugeait encore vendredi le ministère français des Affaires étrangères.Les Occidentaux estimaient que la candidature à l’Unesco ne pouvait précéder l’aboutissement de la démarche entreprise par les Palestiniens auprès de l’ONU, à New York.Mais la France a changé radicalement sa position, au grand bonheur des Palestiniens, qui vont désormais avoir une voix dans cette auguste assemblée de l’éducation, de la science et de la culture.

Les Etats-Unis perdent la bataille

Les Etats-Unis, l’Allemagne et le Canada, qui se sont retranchés dans le déni des réalités, reçoivent à l’occasion une belle gifle. Il faut attendre de voir si les Etats-Unis, qui ont menacé de cesser «immédiatement» de leur contribution financière à l’organisation –70 millions de dollars et 22% de son budget – vont passer à l’acte.
«Nous pensons que c’est contreproductif. C’est une mesure prématurée», a  répété hier devant la Conférence générale de l’Unesco la sous-secrétaire d’Etat américaine à l’Education, Martha Kanter. Mais cette ultime mise en garde n’a servi à rien.
L’ambassadeur américain auprès de l’Unesco, David Killion, ne pouvait que constater son échec : «La décision d’aujourd’hui va compliquer notre capacité à soutenir les programmes de l’Unesco.»

Son collègue et complice israélien Nimrod Barkan appuyaient que le budget de l’Unesco serait ainsi amputé d’un quart de son montant. «Cela deviendra impossible pour l’Unesco de remplir ses missions», a-t-il estimé. Mais qu’à cela ne tienne, l’Unesco ne fermera pas boutique pour autant. Sa directrice générale, Irina Bokova, admettait juste que l’organisation devrait «probablement» réduire la voilure. Mais elle insisté le caractère «universel» de son organisation.
Les Palestiniens et leurs nombreux soutiens préfèrent savourer cette belle victoire qui en appellera d’autres. Après le coup spectaculaire du 23 septembre devant l’Assemblée générale de l’ONU, Mahmoud Abbès engrange un autre succès en faisant de la Palestine le 195e pays membre de l’Unesco en attendant, un jour peut-être, de franchir la porte de l’ONU. 

Source : El Watan -Hassan Moali.

1er novembre 2011
http://www.elwatan.com/...

 

Ma’an : Le Hamas salue l’admission de la Palestine à l’UNESCO.

Un porte-parole du Hamas a salué lundi l’admission de la Palestine comme membre à part entière de l’UNESCO, disant qu’elle allait aider à protéger le patrimoine et les lieux saints palestiniens.

« Le Hamas félicite la Palestine pour cette étape importante pour la cause palestinienne » a déclaré le porte-parole Fawzi Barhoum à Ma’an, après le vote admettant la Palestine à l’agence culturelle des Nations unies.

L’admission à l’UNESCO affirme les droits palestiniens à leur patrimoine en Palestine et à Jérusalem, a dit le porte-parole, ajoutant que cela aidera à contrer les violations israéliennes des lieux saints palestiniens, particulièrement la mosquée Al-Aqsa et la ville de Jérusalem.

Le Hamas tient à remercier tous les pays qui ont voté en faveur de l’adhésion palestinienne, a encore déclaré Barhoum.

Le vote montre que l’Administration US a réduit le soutien à Israël dans l’arène internationale, a-t-il ajouté.

Le Brésil, la Russie, la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud et la France sont parmi les 107 États membres qui ont voté pour l’adhésion palestinienne lundi. Quatorze États membres - parmi lesquels les USA, le Canada, l’Allemagne et les Pays-Bas - ont voté contre, et 52 - dont la Grande-Bretagne et l’Italie - se sont abstenus.

Pour Barhoum, le vote va renforcer la Palestine dans les forums internationaux et élever la barre dans la défense des droits palestiniens au plan international.

« Nous nous demandons comment ce droit a pu être absent pendant de si longues années » dit le responsable Hamas, appelant l’UNESCO à protéger l’histoire et la culture palestiniennes.

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies doit faire connaître sa position sur l’adhésion palestinienne comme membre à part entière des Nations-Unies le 11 novembre.

La candidature, défendue par le président et dirigeant du Fatah, Mahmoud Abbas, a été désavouée par le Hamas, qui mettait en garde contre toute initiative mettant en danger la capacité de tous les Palestiniens à assurer leurs droits historiques.

Des analystes avaient dit craindre que la reconnaissance de la Palestine par les Nations-Unies en tant que membre à part entière ne cause préjudice aux droits des réfugiés palestiniens.

Les officiels à l’Autorité palestinienne, dirigée par le Fatah, espèrent que l’admission à l’UNESCO stimulera la candidature au Conseil de sécurité.

Ma’an

le 31/10/2011

traduction : Info-Palestine

 

La Tunisie félicite l'adhésion de la Palestine à l'UNESCO.

La Tunisie félicite l'adhésion de la Palestine à l'UNESCO et la considère comme le couronnement des efforts de toutes les parties palestiniennes, a souligné lundi le ministre tunisien des Affaires étrangères. Dans un communiqué rendu public lundi, le ministère tunisien des Affaires étrangères tunisien a indiqué que la Tunisie a accueilli avec grande satisfaction l'accès de la Palestine au statut de membre à part entière de l'UNESCO, à l'issue d'un vote largement majoritaire (107 voix pour, 14 contre et 52 abstentions). "La Tunisie considère l'adhésion de la Palestine à l'UNESCO en tant que membre à part entière de cette organisation onusienne, comme étant le couronnement des efforts sans cesse déployés par toutes les parties palestiniennes représentées par sa direction légitime", a ajouté le même communiqué.

31/10/2011
http://french.irib.ir/info/...

 

L'Algérie salue l'admission de la Palestine en tant qu'Etat membre à l'Unesco.

L'Algérie a salué lundi l'admission de la Palestine en tant qu'Etat membre à l'Unesco et réaffirmé sa solidarité et son soutien "indéfectible" au peuple palestinien dans sa lutte pour recouvrer ses droits nationaux à travers l'établissement d'un Etat souverain sur les frontières de juin 1967. "L'Algérie salue l'admission de la Palestine en tant qu'Etat membre à l'Unesco à l'issue du vote largement majoritaire qui a eu lieu ce jour (lundi) au niveau de l'assemblée générale de cette organisation internationale", a indiqué le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Amar Belani, dans une déclaration écrite. "A l'occasion de ce grand succès diplomatique, l'Algérie félicite le peuple frère de Palestine et lui réaffirme sa solidarité et son soutien indéfectible dans sa lutte pour se libérer du joug de l'occupation et pour recouvrer ses droits nationaux spoliés, à travers l'établissement, dans les meilleurs délais, d'un Etat palestinien souverain sur les frontières de juin 1967 avec El Qods El Charif pour capitale", ajoute la déclaration du porte-parole du MAE. La Conférence générale de l'Unesco, dont le siège se trouve à Paris, a approuvé lundi en début de l'après-midi la demande d'adhésion de l'Autorité palestinienne à l'organisation onusienne en tant que membre à part entière, ce qui constitue un premier succès pour les Palestiniens qui cherchent depuis plusieurs moins à être admis dans les instances onusiennes comme Etat membre. Le projet d'adhésion de l'Autorité palestinienne a été voté avec 107 voix pour, 14 contre et 52 abstentions. Les pays arabes, le Brésil, la Chine, la France, l'Inde, la Russie ont voté pour, tandis que Israël, les Etats-Unis, l'Allemagne, l'Australie et le Canada ont voté contre le projet. Le Royaume-Uni, l'Italie et le Japon se sont abstenus.
31/10/2011

http://french.irib.ir/info/...


2 Résistance

Ramallah : des chaussures contre un diplomate américain.

 

Alors qu’il se rendait mardi soir à une cérémonie au consulat américain de Ramallah, l'attaché culturel de l'ambassade des Etats-Unis en Israël a été accueilli à coups de souliers par des dizaines de jeunes manifestants palestiniens.

Selon l’agence de presse palestinienne Maan, ces derniers voulaient protester contre la décision de Washington de s'opposer à la reconnaissance d'un Etat palestinien au Conseil de sécurité de l'Onu.

Ils ont scandé des slogans hostiles aux Etats-Unis,  (Honte à l'Amérique), et lancé des chaussures contre le diplomate jusqu'à l'arrivée de la police palestinienne qui a réussi à les éloigner.

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=33186

 

 


Pertes des Résistants 

Bande de Gaza - Au jour le jour

Triple raid aérien israélien. 

IRIB- L'aviation israélienne a lancé, jeudi, à l'aube, trois raids contre le Sud de la bande de Gaza, a-t-on appris, par des témoins. Les frappes ont visé des secteurs situés à l'Est et à l'Ouest de la ville de Khan Younès, et une base des Brigades Al-Qassam, la branche armée du Hamas, a été touchée, a-t-on précisé. Une porte-parole de l'armée israélienne n'a, ni confirmé, ni démenti ces raids.

Témoins.

27/10/2011

Irib

Saed Bannoura : En dépit de la déclaration de cessez-le-feu, Israël bombarde plusieurs zones dans Gaza.

En dépit d’un cessez-le-feu sous la médiation égyptienne entre la résistance dans la bande de Gaza et Israël, l’armée israélienne a bombardé, aujourd’hui à l’aube, plusieurs zones en différentes parties de la bande de Gaza.

Des sources de la presse à Gaza indiquent que l’armée a effectué au moins dix attaques aériennes après le cessez-le-feu de ce matin sous médiation de l’Égypte.

Le cessez-le-feu a été conclu après un jour de bombardements sanglants qui ont tué neuf combattants palestiniens dans Gaza et un Israélien. Des dizaines de blessés ont été signalées.

Adham Abu Salmimyya, porte-parole du Haut Comité des services médicaux et d’urgences à Gaza, a déclaré que l’armée de l’air israélienne avait effectué au moins dix attaques en deux heures, dimanche à l’aube, provoquant des dommages dans le district de Gaza et le district (central) d’Al Wista, et également dans Khan Younis et Rafah dans le sud de la bande de Gaza. Des dizaines d’habitants, surtout des enfants, souffrent d’angoisse en raison du bombardement. Des dommages ont été signalés.

Par ailleurs, le Centre palestinien d’information indique qu’à Khan Younis, l’armée a également bombardé le Centre d’Al Qadisiyya qui appartient aux Brigades Al Qassam du Hamas, le Centre du mouvement Ahrar et un troisième secteur situé dans l’ouest de la cité.
Le CPI ajoute que la trêve entre la résistance et Israël a été déclaré en Égypte peu après 3 h ce matin, dimanche, mais que l’armée israélienne n’a pas cessé ses bombardements sur la bande de Gaza et a effectué de nouvelles frappes aériennes en ciblant Khan Younis.

Ce matin à l’aube, l’armée a tiré des missiles sur des combattants rue Al Nafaq, à Gaza ville, mais les combattants ont réussi à échapper indemnes aux obus.

Plus tard, l’armée a tiré un missile sur des habitants du quartier Ash-Shejaeyya, dans l’est de Gaza ville, et a bombardé la base de Tunis qui appartient aux Brigades Al Qassam du Hamas dans la ville, et une troisième zone dans l’est de Rafah.

Le total des destructions reste à déterminer en raison d’une présence importante de jets et de drones israéliens qui survolent différents secteurs de la bande de Gaza.

Les attaques israéliennes contre la bande de Gaza ont fait neuf morts chez les combattants palestiniens en moins de 24 h ; des dégâts démesurés ont été signalés et plusieurs habitants sont blessés.

La résistance a tiré des dizaines d’obus sur le sud israélien et causé la mort d’un Israélien. D’autres Israéliens souffrent d’angoisse.

Selon Ynet News israélien, au total, 24 obus et roquettes ont été tirés sur les territoires du sud d’Israël hier samedi. Des obus ont été tirés sur le Conseil régional de Sha’ar Ha-Negev, dans le Néguev.

Le quotidien israélien Maariv rapporte que plusieurs Israéliens ont été blessés légèrement par 3 missiles Grad qui ont touché un immeuble de 9 étages à Ashdod.

Saed Bannoura

Dimanche 30 octobre

IMEMC et Agences

Dimanche 30 octobre 2011 - IMEMC et Agences - traduction : Info-Palestine.net

 

Raid aérien israélien-Gaza : trois blessés.

Un raid aérien israélien, sur la bande de Gaza, a fait trois blessés, samedi soir, dont un grave, selon des sources médicales. Les trois hommes ont été atteints par un missile air sol, à Beit-Hanoun, dans le Nord de la bande de Gaza, selon ces sources et des témoins. L'armée israélienne a confirmé le raid, affirmant, dans un communiqué, qu'il visait un groupe armé qui "s'apprêtait à tirer un roquette" contre Israël.
http://french.irib.ir/info/...

 

Saed Bannoura : Deux combattants tués à Gaza : (neuf en moins de 24 h…) ;

Un Israélien tué à Asqalan.

Dimanche 30 octobre

Les Brigades Al Quds, la branche arme du Jihad islamique, a fait savoir ce dimanche à l’aube, que deux de ses combattants ont été tués par une frappe aérienne israélienne ciblant une zone dans l’ouest de Gaza ville.

Samedi après-midi, 7 combattants ont été tués dans Tal Al Sultan, dans le sud de Gaza et sept Palestiniens ont été blessés.

Un Israélien a été tué par les roquettes palestiniennes à Asqalan (Ashkelon).

Les Brigades ont déclaré que le dernier obus israélien avait provoqué la mort de Suheil Jundiyya et de Mardy Hajjaj. Leurs combattants ont alors tiré un barrage de missiles Grad et Quds, ainsi que plusieurs obus de mortier qui ont fait un mort israélien à Ashkelon, pendant que plusieurs autres étaient soignés après avoir été choqués ; des dommages ont été signalés.

Ynet News israélien rapporte que l’Israélien, Moshe Ami, 56 ans, a été sérieusement blessé par un éclat d’obus tiré sur Ashkelon.

Ynet ajoute qu’au total, 24 obus et roquettes ont été tiré sur les territoires israéliens dans le sud, hier samedi. Des obus ont été tirés sur le Conseil régional de Sha’ar Ha-Negev, dans le Néguev.

Le quotidien israélien Maariv indique que plusieurs Israéliens ont été légèrement blessés par trois missiles Grad qui ont touché un immeuble de neuf étages à Ashdod.

Les Brigades Al Quds affirment que les tirs de mortiers sont liés à l’escalade israélienne contre Gaza qui a causé la mort de neuf de ses combattants en moins de 24 h.

Elles ajoutent que le premier raid aérien israélien, samedi, a tué Ahmad Al Sheikh Khalil, l’un de ses ingénieurs et frère de 4 combattants qui ont aussi été tués par l’armée au cours d’attaques précédentes, ainsi que Hassan Al Khodary, Bassem Abu Al Ata, Mohammad Ashour, et Abdul-Karim Shatat.

Le second raid aérien, qui a ciblé un secteur dans l’est de Rafah, a causé la mort de deux combattants des Brigades Al Quds : Sami Abu Sabt et Suleiman Abu Fatma.

Le troisième raid a ciblé une zone dans l’ouest de Gaza ville, tuant d’autres combattants : Marj Hajjaj et Suheil Jundiyya, du quartier Al Shijaeyya de Gaza.
Dans un communiqué de presse, les Brigades revendiquent les tirs de 12 missiles Grad sur le sud d’Israël, et 4 tirs de mortiers de 80 sur la base militaire de Kerem Shalom, ainsi que plusieurs obus sur Nativ Hasara, Sofa, Sderot, Asqalan, Miftahim, Lahkish, Gan Yavneh, Ofakim et Kfar Azza.

Plusieurs groupes de la résistance dans la bande de Gaza, notamment les Brigades de la Résistance populaire, les Brigades Abu Ali Mustafa, les Brigades Al Aqsa-Ayman Jouda, déclarent que l’escalade militaire israélienne et la mort de neuf de leurs combattants « exigent de tous les groupes de la résistance de riposter aux crimes israéliens permanents ».

Saed Bannoura

Dimanche 30 octobre 2011 - 5 h 27 -

IMENC et Agences



3 Politique

1 Politique Israélienne

"Israël" empêche les experts internationaux d’inspecter ses réacteurs nucléaires.

 Le vice- ministre de la Santé palestinien, Annan Masri? a appelé tous les Palestiniens qui sont victimes de maladies chroniques, suite à la radioactivité émanant du réacteur nucléaire israélien Dimona, de subir un suivi médical et de documenter toutes les informations, pour présenter leur dossier à des institutions et des forums internationaux.

Il a souligné, au cours d’une interview, à la chaîne satellitaire Al-Alam que l'occupation israélienne empêche les experts nucléaires internationaux et les médecins de venir, en Palestine, pour poursuivre cette question. «Tous les médecins et les experts, qui ont traité des cas de maladies incurables et inhabituelles, sont tenus de présenter leurs cas, au ministère palestinien, et de déterminer les causes de ces maladies», a-t-il ajouté. Il a précisé :"Nous travaillons en pleine coordination avec l'Organisation mondiale de la santé, sur les questions, dans lesquelles nous avons une expérience limitée, et la propagation de maladies incurables, chez les Palestiniens, à cause des réacteurs nucléaires israéliens de Dimona, est l'une de ces questions". En réponse à une question sur la raison de l'inaction de l'Autorité palestinienne sur ce qui se passe, dans les villages et les zones palestiniennes exposées aux radiations de Dimona, Masri a répondu : «L’autorité a, à plusieurs reprises, soulevé cette question, dans des conférences internationales, à Genève. Le ministère de la Santé a appelé l'Organisation mondiale de la santé à agir contre les agissements illégaux de l’entité sioniste, notamment, contre le fait d’enterrer les déchets nucléaires, dans les territoires palestiniens. L’OMS a dénoncé l’occupation israélienne et à envoyer des délégués internationaux, pour suivre l'affaire, mais, malheureusement, les Israéliens ont empêché ces experts de venir, en Palestine, pour enquêter sur la question».
http://french.irib.ir/info/...


2 Netanyahu & Lieberman

Lorient le jour : Netanyahu : Israël construit où il veut à Jérusalem, sa "capitale éternelle". 

Israël construira où bon lui semble à Jérusalem, sa "capitale éternelle", y compris dans la partie orientale annexée de la Ville sainte où les Palestiniens veulent établir la capitale de leur futur Etat, a réaffirmé mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu. "Nous construisons à Jérusalem parce que c'est notre droit et notre obligation, ce n'est pas une punition, mais le droit fondamental de notre peuple de construire sa capitale éternelle", a déclaré M. Netanyahu devant la Knesset (Parlement).
"Jérusalem ne reviendra jamais à la situation dans laquelle elle était à la veille de la Guerre des Six-Jours", le 4 juin 1967, avant l'occupation du secteur oriental à majorité arabe de la ville, a martelé M. Netanyahu.
Israël a proclamé l'ensemble de Jérusalem sa capitale "éternelle et indivisible". Mais cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale qui considère Jérusalem-Est comme un territoire occupé.
Ces déclarations s’ajoutent à l’annonce, par M. Netanyahu mardi soir, d’une accélération de la colonisation à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée et d’un gel provisoire du transfert de fonds aux Palestiniens en guise de rétorsion après leur admission à l'Unesco. Ces fonds, d'un montant d'environ 50 millions de dollars par mois, correspondent au remboursement des droits de douane et de TVA prélevés sur les produits destinés aux Palestiniens qui transitent par les ports et aéroports israéliens.
L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture a décidé lundi à Paris de l'admission de la Palestine comme membre à part entière par 107 voix pour, 52 abstentions et 14 voix contre (dont les Etats-Unis).
Les sanctions israéliennes ont été condamnées par la France, qui a voté en faveur de l'entrée de la Palestine à l'Unesco, l'Union européenne, la Grande-Bretagne et l'Allemagne.
"L'annonce d'Israël d'accélérer la construction de 2.000 logements, en réponse à l'adhésion palestinienne à l'Unesco est un coup grave aux efforts du Quartette pour redémarrer les négociations de paix", a indiqué le ministre. "Ce programme de colonisation est illégal au regard de la loi internationale et est le dernier d'une série d'annonces qui constituent des provocations", a poursuivi M. Hague.
La France a également rappelé que "la colonisation, tant en Cisjordanie qu’à Jérusalem-Est, est illégale au regard du droit international et constitue une menace pour la solution des deux Etats".
"La France est vivement préoccupée par les discussions en cours au sein du gouvernement israélien au sujet d'un éventuel gel du transfert des taxes récoltées au nom de l'Autorité palestinienne. Nous appelons les autorités israéliennes à maintenir le versement de ces fonds", a poursuivi Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "Leur gel serait en effet contraire aux engagements internationaux contractés par Israël et à ses obligations juridiques. Il menacerait en outre les progrès obtenus par l'Autorité palestinienne dans la construction des institutions palestiniennes sur le terrain", a-t-il dit.

Lorient le jour 

02/11/2011 
http://www.lorientlejour.com/category/%C3%80+La+Une/article/730019/Netanyahu_%3A_Israel_construit_ou_il_veut_a_Jerusalem%2C_sa_%22capitale_eternelle%22.html

 

Lorient le jour : Netanyahu veut légaliser des implantations non autorisées

Selon le quotidien israélien Haaretz, Benjamin Netanyahu étudie les moyens juridiques pour légaliser des avant-postes construits sans autorisation sur des terres privées palestiniennes. Le Premier ministre israélien a demandé au ministre de la Justice Yaakov Neeman de créer une équipe pour examiner de quelle façon légaliser a posteriori ces implantations.
D’après le journal, Netanyahu est soumis à d'intenses pressions du lobby des colons et de l'aile droite de sa coalition à la suite de la démolition en septembre dernier de trois habitations dans la colonie sauvage de Migron, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée. Lors d'une rencontre en février avec le procureur général Yehuda Weinstein, Netanyahu et trois autres ministres ont décidé la démolition de Migron ainsi que d'autres avant-postes bâtis sur des terres privées palestiniennes, tout en tentant de légaliser a posteriori les constructions sur des terres d'Etat.
Le 2 août, la Cour suprême d'Israël a ordonné l'expulsion des habitants de Migron mais a donné aux autorités jusqu'à mars 2012 pour appliquer cette décision. Selon des documents judiciaires, cette colonie, construite en partie sur des terres privées palestiniennes sans l'autorisation du gouvernement israélien en mai 2001, et censée être démantelée depuis dix ans, comptait environ 250 habitants en 2009. Aux yeux de la communauté internationale, les colonies sont illégales, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement israélien. Quelque 310.000 colons sont installés en Cisjordanie, ainsi que plus de 200.000 Israéliens dans des quartiers de colonisation juive à Jérusalem-Est occupé et annexé.

Lorient le jour 

11/10/2011

http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/726449/Netanyahu_veut_legaliser_des_implantations_non_autorisees_.html


2 Sur le terrain.

Lorient le jour : Constructions à Jérusalem-Est: Israël rejette les critiques internationales.  

Israël a rejeté une nouvelle fois mercredi les critiques de plus en plus nombreuses de la communauté internationale contre l'annonce de la construction de 1.100 logements dans le quartier de colonisation de Gilo à Jérusalem-Est occupé et annexé.
"Gilo n'est pas une colonie, ni une colonie sauvage. C'est un quartier qui est au coeur de Jérusalem, à environ cinq minutes du centre de la ville", a déclaré à l'AFP Mark Regev, porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.
Le quartier israélien de Gilo est situé à la périphérie sud de Jérusalem-Est, près de la ville palestinienne de Bethléem.
"Il n'y a aucune contradiction entre cette décision, qui est seulement une décision d'urbanisme, et la poursuite de la paix par le gouvernement sur le principe de deux Etats pour deux peuples", a-t-il assuré, rappelant qu'Israël bâtissait "depuis 40 ans dans les quartiers juifs à Jérusalem".
L'annonce israélienne a été vivement critiquée par les Etats-Unis qui se sont déclarés "profondément déçus", l'ONU, l'Union européenne, la France et l'Egypte, qui l'ont qualifiée de "provocation", la Grande-Bretagne, la Chine, la Russie et l'Italie, au moment où la communauté internationale s'efforce de relancer les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens.
"Israël répond au communiqué du Quartette par 1.100 +non+", a réagi mardi le négociateur palestinien Saëb Erakat, en référence à l'appel du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, ONU et Russie) vendredi à une reprise des négociations en vue de parvenir à un accord de paix d'ici la fin de 2012.
Pour y parvenir, le Quartette a appelé les deux parties à "se garder d'actes provocateurs", quelques heures après le dépôt par le président palestinien Mahmoud Abbas de la demande d'adhésion à l'ONU d'un Etat de Palestine, sur laquelle doit se prononcer le Conseil de sécurité.
Les responsables palestiniens affirment qu'ils ne reprendront pas les négociations sans gel de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, rappelant qu'il s'agit de l'une des préconisations de la "Feuille de route" adoptée en 2003 par le Quartette, citée dans le communiqué de vendredi.
Israël a construit depuis juin 1967 une douzaine de quartiers de colonisation, où vivent plus de 200.000 Israéliens, à Jérusalem-Est, qui compte une population de 270.000 Palestiniens.
Israël a proclamé l'ensemble de la ville sa capitale "éternelle et indivisible". Mais cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale qui considère Jérusalem-Est comme un territoire occupé, alors que les Palestiniens veulent en faire la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.
http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/724556/Constructions_a_Jerusalem-Est%3A_Israel_rejette_les_critiques_internationales.html
Colonisation: Le Caire dénonce une "provocation", Moscou demande à Israël de renoncer
L'Egypte a qualifié mercredi de "provocation" le feu vert donné par Israël à la construction de 1.100 nouveaux logements dans un quartier de colonisation juive à Jérusalem-Est.
"La mesure prise par Israël reflète la volonté de ce pays de poursuivre sa politique de provocation et de défi envers le consensus international sur le caractère illégitime de ses activités de colonisation", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Mohamed Amr, cité par l'agence officielle Mena. Le Caire est "profondément préoccupé par l'accélération récente de ces activités de colonisation" et Israël doit "assumer pleinement la responsabilité des répercussions de cette politique provocatrice", a ajouté le ministre, actuellement en déplacement à Washington.
Les relations égypto-israéliennes traversent actuellement une phase difficile, marquée par l'attaque par des manifestants de l'ambassade israélienne au Caire le 9 septembre dernier. Le 18 août, huit Israéliens avaient été tués dans une attaque près d'Eilat, au sud d'Israël, près de la frontière égyptienne. Prenant les assaillants en chasse, les forces israéliennes avaient tué six policiers égyptiens durant les échanges de tirs, provoquant une crise diplomatique avec Le Caire, qui exige des excuses.
De son côté, la Russie a demandé mercredi à Israël de renoncer au projet de construire ces 1.100 nouveaux logements.
"Nous sommes particulièrement inquiets que des décisions sur une question aussi sensible soient prises à un moment d'une importance extrême pour l'avenir du processus de paix", écrit le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. "Nous comptons (sur Israël) pour que les projets de construction à Jérusalem-Est soient revus", ajoute le ministère. "Il faut aujourd'hui, comme jamais, que les parties fassent des pas l'une vers l'autre, et non des actes unilatéraux visant à créer de nouvelles colonies", dit encore le communiqué.
Constructions à Jérusalem-Est: Israël rejette les critiques internationalesLe ministère israélien de l'Intérieur a annoncé mardi avoir approuvé la construction de 1.100 logements dans le quartier de colonisation juive de Gilo à Jérusalem-Est occupé et annexé, s'attirant les condamnations palestiniennes et de la communauté internationale.
La décision a été vivement critiquée par les Etats-Unis, "profondément déçus", l'Union européenne, la France, qui a parlé de "provocation", et la Grande-Bretagne qui a demandé l'abandon du projet, au moment où la communauté internationale s'efforce de relancer les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens. La Chine s'y est également opposée mercredi.

Lorient le jour 

28/09/2011
http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/724554/Colonisation%3A_Le_Caire_denonce_une_%22provocation%22%2C_Moscou_demande_a_Israel_de_renoncer.html


Israëlconstruira 2000 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie en rétorsion au vote de l'UNESCO 
Israël va construire 2000 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie en guise de rétorsion à l'admission de la Palestine à l'UNESCO, a-t-on appris mardi soir de source officielle. Elle va également geler provisoirement le transfert de fonds dus à l'Autorité palestinienne.
"Ces mesures ont été prises par le forum des huit principaux ministres sous la présidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu en guise de sanction après le vote à l'UNESCO", a précisé cette source à l'AFP.
01/11/2011

http://www.romandie.com/news/n/Israel_construira_2000_logements_a_Jerusalem_Est_et_en_Cisjordanie011120111911.asp

 

Lescolons israéliens attaquent les paysans palestiniens  

Les colons israéliens ont attaqué les paysans palestiniens. Des dizaines de colons sionistes appuyés par les militaires  ont attaqué une nouvelle fois  les paysans palestiniens  dans les oliveraies en Cisjordanie et en ont blessé trois. Ces dernières semaines, les attaques des colons sionistes  contre les Palestiniens et le pillage de leurs biens se sont intensifiées. Les colons sionistes en attaquant également les mosquées écrivent des slogans contre les arabes sur les murs des mosquées.

Irib

10/10


3 Situation dans les geôles israéliennes

L’occupation israélienne arrête à nouveau un chef du Hamas en Cisjordanie. 11/2011

L'armée israélienne a arrêté de nouveau un chef du mouvement palestinien Hamas en
Cisjordanie occupée, Hassan Youssef, quelques semaines après l'avoir libéré, a-t-on appris mardi de sources palestiniennes.
Hassan Youssef a été interpellé lundi soir chez lui à Ramallah avec l'un de ses fils, a précisé un cadre du Hamas.
L'armée israélienne a justifié son arrestation en raison de "ses liens avec le Hamas".
M. Youssef avait été remis en liberté le 4 août après avoir purgé une peine de six ans de prison pour soi-disant "appartenance à une organisation terroriste".
Il avait ensuite été arrêté le 1er septembre avant d'être relâché une semaine plus tard.
Un porte-parole du Hamas, au pouvoir à Gaza, a "condamné fermement la campagne d'arrestations visant les dirigeants du mouvement (en Cisjordanie), en particulier cheikh Hassan Youssef".
Ce dernier est l'une des principales figures du Hamas en Cisjordanie. Selon le mouvement palestinien, il est actif uniquement dans la branche politique du mouvement. Il a été élu au Conseil législatif palestinien (Parlement) en 2006 alors qu'il était détenu.
Une vingtaine des 74 députés du Hamas, sur 132 membres du Conseil législatif palestinien, sont actuellement détenus par l’entité sioniste.
http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=36436



2 Usa (le parrain)

1 Les grandes manœuvres

Le Congrès américain bloque une aide à la Palestine  

Comme il fallait s’attendre, la menace américaine exprimée par son président Barak Obama de faire payer à l’Autorité Palestinienne sa décision de demander la reconnaissance de son Etat à l’ONU ne s’est pas fait attendre. La menace vient d’être mise à exécution par les élus du Congrès qui ont décidé de bloquer une aide économique de 200 millions de dollars aux Palestiniens.
Voilà qui confirme publiquement l’alignement aveugle et mécanique des Etats-Unis sur la politique nihiliste de l’Etat hébreu qui rejette toute perspective d’un Etat palestinien libre et indépendant sur les frontières de 1967. Le président des Etats-Unis avait menacé récemment d’opposer le veto américain à une éventuelle demande palestinienne d’une reconnaissance onusienne. Il pensait que sa menace allait contraindre le président Mahmoud Abbas de faire marche arrière.
Mais, une fois n’est pas coutume, le président de l’Autorité palestinien a tenu parole en allant discourir durant plus d’une heure sur la tribune des Nations Unis pour réclamer dans un moment historique, la reconnaissance d’un Etat palestinien. Ce geste, même symbolique, a eu le mérite de dénuder la relation presque "charnelle" entre les Etats-Unis et leur poulain Israël. Pour cause, c’est le seul pays du conseil de sécurité qui s’est ouvertement déclaré hostile à un Etat Palestinien. Obama l’a promis dans son discours à la fête annuelle du puissant lobby juif américain.
Les USA se discréditent
"L’aide sera bloquée jusqu’à ce que cette question soit résolue", a précisé aujourd’hui une source citée par l’AFP, confirmant une information publiée par le journal britannique The Independent. Cette décision "va à l’encontre des souhaits de l’administration Obama et reflète la colère du Congrès envers le président palestinien Mahmoud Abbas", écrit le journal.
Plusieurs élus avaient évoqué récemment la possibilité de revoir l’aide américaine aux Palestiniens et même la participation financière américaine aux Nations unies après le dépôt par le président de l’Autorité palestinienne auprès de l’ONU d’une demande d’adhésion pour un Etat palestinien. Cette démarche est a priori vouée à l’échec en raison d’un probable veto américain.
Mais ce refus obstiné des Etats-Unis de faire appliquer la légalité internationale, pour faire plaisir à son allié Israël, discrédite totalement cette grande puissance qui veut jouer le gendarme du monde sous l’étendard trompeur de la paix. Il va de soi que toutes les positions américains sur les questions qui agitent le monde notamment le printemps arabe seront désormais frappées de suspicion. Mahmoud Abbès à donc réussi un grand coup en montrant au monde entier que les Etats-Unis ne sont pas aussi libres qu’ils le prétendent.
http://www.algerie-plus.com/actualite/le-congres-americain-bloque-une-aide-a-la-palestine/

Farid Merrad

02/10/2011



4 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

Quartette des médiateurs internationaux pour le Proche-Orient

Farid Merrad : Ashton condamne l’activité de colonisation israélienne.  

Les projets visant à construire 2.600 logements à Jérusalem-Est et à légaliser rétroactivement la colonisation en Cisjordanie sont "inacceptables", a déclaré la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.
"Ces colonies sont illégales d'après le droit international", a déclaré Mme Ashton avant d'appeler l'entité sioniste à renoncer à ces projets.
Selon elle, les initiatives israéliennes sont en contradiction avec les efforts du Quartette des médiateurs internationaux pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Onu et UE) visant à relancer le processus de paix.
A peine relancé le 2 septembre 2010, le processus de paix palestino-israélien a été interrompu par le refus d'Israël de prolonger le gel de la construction de colonies dans les territoires palestiniens après le 26 septembre.
Les Palestiniens ont quitté la table des négociations et exigé un nouveau moratoire, ce que refuse le gouvernement israélien.
Farid Merrad  http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=34566&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=22&s1=1



5 Monde

2 France

Le ministre français des A.E, Alain Juppé, regrette la poursuite de la colonisation.

IRIB- Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a regretté, samedi, la poursuite de la colonisation, par le régime israélien, à Qods-Est, qui empêche la reprise des négociations entre Palestiniens et Israéliens, et a appelé les deux parties à reprendre le dialogue.

"Je regrette tout à fait l'initiative israélienne d'annonce de 1.100 logements supplémentaires, à Qods-Est", a déclaré M. Juppé, au cours d'une conférence de presse, à Bordeaux, en compagnie de son homologue italien, Franco Frattini.

Il a, cependant, omis d’évoquer le massacre des Palestiniens, par les Sionistes, et la détention des centaines de Palestiniens, dont des femmes et des enfants, dans les geôles israéliennes. Alain Juppé a émis l’espoir que les négociations entre les Palestiniens et Israéliens soient repris le plus tôt possible.
http://french.irib.ir/info/...

 

Manuel Valls : «Je suis lié de manière éternelle à Israël»  

En campagne pré-électorale, le socialiste Manuel Valls a, récemment, révélé son attachement -qualifié d’«éternel»- à Israël. L’aveu est éclairant : le député de l’Essonne s’est déclaré, également, hostile à la demande palestinienne d’adhésion à l’ONU.
L’élève aurait-il dépassé le maître ?

En matière d’allégeance d’un élu de la République envers un Etat étranger, seul Dominique Strauss-Kahn avait osé se démarquer de ses confrères. C’était en 1991, à l’occasion d’un entretien accordé à la revue Passages : « Dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël ».
Coming out
Vingt ans plus tard, un de ses plus fidèles partisans est allé encore plus loin : maire d’Evry et député de l’Essonne, Manuel Valls a récemment prononcé des paroles singulières pour un représentant de la Nation. Le 17 juin, le socialiste était l’invité d’une conférence-débat organisée par l’antenne strasbourgeoise de Radio Judaïca. Interpellé par un membre du public sur l’attitude de la gauche contre l’antisémitisme, Manuel Valls a tenu à se justifier par un biais inattendu : l’évocation de son « lien éternel » -à travers son épouse, la violoniste Anne Gravoin- avec « la communauté juive et Israël ». Depuis trois mois, cette petite phrase était passée curieusement inaperçue, notamment de la part des journalistes politiques du microcosme parisien : Oumma se devait de donc réparer cette cruelle injustice en repérant, découpant et mettant en ligne l’aveu stupéfiant d’un homme à la conquête de la magistrature suprême.
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Manuel-Valls-Je-suis-lie-de-maniere-eternelle-a-Israel-8333.html


5 Iran

Irna. : Mahmoud Ahmadinejad s’est entretenu avec Khaled Mechaal à Téhéran.

.  "Le monde et la région connaissent des circonstances inédites, des circonstances qui promettent la fin de l'hégémonie américano-sioniste", a affirmé lundi, le président iranien, au cous d'une rencontre avec le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal.

"L'avenir du monde est fonction de ce qu'adviendra de la Palestine. ll s'agit d'un écheveau qui ne pourra démêler qu'à condition que le principal obstacle soit dénoué et cet obstacle c’ est bien la Palestine", a encore ajouté le président.
"La Palestine et son avenir engagent le monde et l'Histoire dans sa totalité. Les Palestiniens sont en première ligne de ce mouvement, qui n’ a cherché qu’à effacer l'injustice et à établir l'équité, à travers le monde, et la victoire finale viendra, cela ne fait aucun doute, de la Palestine", a-t-il souligné.
Mahmoud Ahmadinejad a rendu hommage au mouvement soucieux de justice qui ébranle le monde musulman, tout en mettant en garde contre les dérives :"il faut veiller à ce que ces mouvement ne se fourvoient pas, qu'ils ne perdent pas leur essence car l'Histoire est rempli d'exemples de révolutions qui se sont inspirées de nobles causes, mais qui ont été déviées de leurs objectifs", a-t-il ajouté.
Le chef du bureau politique du Hamas a salué, pour sa part, les prises de position "fines" du guide suprême de la révolution et du président iranien, avant de rendre hommage au soutien indéfectible iranien à la cause palestinienne. "En dépit de toutes les pressions, le peuple palestinien avance contrairement au factice régime factice israélien qui va à sa perte", a affirmé Khaled Mechaal.

Irna.

03 Octobre 2011

http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-96/1110032900181255.htm


3 Finlande

Lorient le jour : L'occupation israélienne équivaut à l'apartheid pour le chef de la diplomatie finlandaise 
L'occupation des territoires palestiniens par Israël équivaut à l'apartheid, a déclaré mercredi le ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja. "Si vous occupez des zones habitées par (...) les Palestiniens qui n'ont pas les mêmes droits que les Israéliens en Israël, c'est l'apartheid et ce n'est pas viable", a-t-il dit à la presse.
"Je pense que la majorité en Israël l'a aussi réalisé mais qu'elle n'a pas été capable de se doter de dirigeants pour faire progresser la solution des deux États", israélien et palestinien, a-t-il dit.
Il a ajouté que "le temps était compté pour la solution de deux États". "La frustration est croissante parmi les Palestiniens de voir s'éloigner la solution de deux États", selon M. Tuomioja pour qui "les perspectives ne sont pas très positives".
Ces déclarations interviennent le jour où des émissaires du Quartette pour le Proche-Orient (États-Unis, Union européenne, ONU, Russie) doivent rencontrer, séparément, des représentants palestiniens et israéliens à Jérusalem, afin de tenter de relancer le processus de paix.

Lorient le jour 

27/10/2011
http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/728977/Loccupation_israelienne_equivaut_a_lapartheid_pour_le_chef_de_la_diplomatie_finlandaise.html


4 Turquie

 

Erdogan: "Israël" est une menace car il détient l’arme atomique.

 

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé mercredi qu' « Israël » constituait une menace pour sa région du fait qu'il détient la bombe atomique.

Erdogan, cité par l'agence de presse Anatolie lors d'une visite en Afrique du Sud, faisait référence aux capacités nucléaires d' « Israël ». 

"Je considère aujourd'hui Israël comme une menace pour la région car il dispose de la bombe atomique", a dit Erdogan, avant de dénoncer une nouvelle fois l'entité sioniste pour son raid militaire visant un navire humanitaire turc en route pour Gaza, en mai 2010, qui a coûté la vie à neuf Turcs et qui a provoqué une grave crise entre la Turquie et « Israël ».

Erdogan a aussi accusé « Israël » de terrorisme d'Etat  au Proche-Orient, et en particulier dans les Territoires palestiniens.

La Turquie a renvoyé l'ambassadeur d' « Israël », après que l’entité sioniste eut refusé de s'excuser pour le raid meurtrier du ferry turc au large de Gaza, et elle a gelé tous les contrats de défense.

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=33136&frid=18&seccatid=22&cid=18&fromval=1



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Les commentaires sont fermés.