Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/02/2012

n°105 - Journal des Guerres de l'Otan- 15-02 - i - : L'Otan, une organisation parfaitement inutile selon Poutine.


n°105  -  Journal des Guerres de l'Otan- 15-02 - i -  : L'Otan, une organisation parfaitement inutile selon Poutine.


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service

de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



  Journal des Guerres de l'Otan.  

n° 105- 15-02

            C.De Broeder & M.Lemaire     



Le " Journal des Guerres de l'Otan " est  visible :

a)   sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Robert Bibeau :  http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

c) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

Le " Journal des Guerres de l'Otan " est  visible :

a)   sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Robert Bibeau :  http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

c) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

 

e) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire.

Tiré à part :

Thierry Meyssan : Le CCG et l’OTAN perdent leur leadership

L'Otan, une organisation parfaitement inutile selon Poutine.

OTAN Smart Defence

Paroles & action du président...

Le président du Kirghizstan veut fermer la base militaire US.

Guerres de l'Otan

1 Politique 

a Russie

Dans les coulisses 

a) Le bouclier antimissile américain vise la Russie, selon Poutine.

b) French irib ir/info : "Le bouclier anti-missiles américain vise la Russie", selon Poutine. 

c ) Georges Spriet :Le Bouclier anti-missiles se construit – suite et …pas fin

L’Otan 'dans le monde'

Algerie

Coopération Algérie-Otan pour sécuriser la Méditerranée.  

Israël

Gerard Fredj : ISRAËL - Le pays abritera d'importantes manœuvres de l'OTAN.

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos.

2-1 Vidéo :  NATO GAME OVER -

2-2 Vidéo : Pierre Dortiguier : OTAN et impérialisme

3 Dossiers

3-1 Jean Géronimo : OTAN : L’actualité de la stratégie d’encerclement de la Russie.



Tiré à part :

Thierry Meyssan : Le CCG et l’OTAN perdent leur leadership.

Contrairement à ce qui s’était passé lors de l’attaque de l’Irak, la France n’a pas défendu les principes du droit international dans l’affaire syrienne, mais s’est ralliée au camp impérial et à ses mensonges.

Avec le Royaume-Uni et les Etats-Unis, elle a essuyé une défaite diplomatique historique, tandis que la Russie et la Chine sont devenues les champions de la souveraineté des peuples et de la paix. Le nouveau rapport de force international n’est pas seulement la conséquence de la décadence militaire des Etats-Unis, il sanctionne aussi le déclin de leur prestige. En définitive, les Occidentaux viennent de perdre le leadership qu’ils se sont partagé durant tout le XXe siècle parce qu’ils ont abandonné toute légitimité en trahissant leurs propres valeurs.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 5 février 2012

Par deux fois, le 4 octobre 2011 et le 4 février 2012, des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies ont rejeté des projets de résolution sur la situation en Syrie. Cet affrontement a opposé les membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord (OTAN) à ceux de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS).

La fin du monde unipolaire

Ce quadruple veto scelle la fin d’une période des relations internationales qui a débuté avec l’effondrement de l’Union soviétique et a été marquée par une domination sans partage des États-Unis sur le reste du monde. Il ne signifie pas un retour au système bipolaire précédent, mais l’émergence d’un nouveau modèle dont les contours restent à définir. Aucun des projets de Nouvel Ordre Mondial ne s’est concrétisé. Washington et Tel-Aviv ne sont pas parvenus à institutionnaliser le fonctionnement unipolaire qu’ils voulaient ériger en paradigme intangible, tandis que le BRICS n’a pas réussi à créer le système multipolaire qui aurait permis à ses membres de se hisser au plus haut niveau.

Comme l’avait anticipé à juste titre le stratège syrien Imad Fawzi Shueibi, c’est la crise syrienne qui a cristallisé un nouveau rapport de forces, et partant de là une redistribution de la puissance que personne n’a pensé, ni voulu, mais qui s’impose désormais à tous [1].

Rétrospectivement la doctrine d’Hillary Clinton de «  leadership par l’arrière » apparaît comme une tentative des États-Unis de tester les limites qu’ils ne peuvent plus dépasser, tout en faisant porter la responsabilité et les conséquences de leur test à leurs alliés britannique et surtout français. Ce sont ces derniers qui sont se sont mis en scène en leaders politiques et militaires lors du renversement de la Jamahiriya arabe libyenne et qui ambitionnaient de l’être à nouveau pour renverser la République arabe syrienne, même s’ils n’agissaient qu’en vassaux et sous-traitants de l’Empire états-unien. Ce sont donc Londres et Paris, plus encore que Washington, qui ont essuyé une défaite diplomatique et en supporteront les conséquences en termes de perte d’influence.

Les États du tiers-monde ne manqueront pas de tirer leurs conclusions des derniers événements : ceux qui cherchent à servir les États-Unis, comme Saddam Hussein, ou à négocier avec eux, comme Mouammar el-Kadhafi, pourront être exécutés par les troupes impériales et leur pays pourra être détruit. Au contraire, ceux qui résisteront comme Bachar el-Assad et sauront nouer des alliances avec la Russie et la Chine survivront.

 

L’échec du CCG et de l’OTAN fait apparaître un rapport de force que beaucoup soupçonnaient, mais que personne ne pouvait vérifier : les Occidentaux ont gagné la guerre médiatique et ont du renoncer à la guerre militaire. Pour paraphraser Mao Zedong : ils sont devenus des tigres virtuels.

Durant cette crise, et encore aujourd’hui, les dirigeants occidentaux et les monarques arabes ont réussi à intoxiquer non seulement leurs propres peuples, mais une large partie de l’opinion publique internationale. Ils sont parvenus à faire accroire que la population syrienne s’était soulevée contre son gouvernement et que celui-ci réprimait cette contestation politique dans le sang. Leurs chaînes sattelitaires ont non seulement réalisé des montages fallacieux pour induire le public en erreur, mais elles ont aussi tourné des images de fiction en studio pour les besoins de leur propagande. En définitive, le CCG et l’OTAN ont inventé et fait vivre médiatiquement durant dix mois une révolution qui n’existait qu’en images, tandis que sur le terrain la Syrie devait affronter seule une guerre de basse intensité menée par la Légion wahhabite appuyée par l’OTAN.

Cependant, la Russie et la Chine ayant fait une première fois usage de leur veto et l’Iran ayant annoncé son intention de se battre aux côtés de la Syrie si de besoin, les États-Unis et leurs vassaux ont dû admettre que poursuivre leur projet les absorberaient dans une guerre mondiale. Après des mois de tension extrême, les États-Unis ont admis qu’ils bluffaient et qu’ils ne disposaient pas des bonnes cartes dans leur jeu.

Malgré un budget militaire de plus de 800 milliards de dollars, les USA ne sont qu’un colosse aux pieds d’argile. En effet, si leurs forces armées sont capables de détruire des États en voie de développement, épuisés par des guerres précédentes ou par de longs embargos, comme la Serbie, l’Irak ou la Libye, elles ne peuvent ni occuper des territoires, ni se mesurer à des États capables de leur répondre et de porter la guerre en Amérique.

Malgré les certitudes du passé, les USA n’ont jamais été une puissance militaire significative. Ils ne sont intervenus que quelques semaines à la fin de la Seconde Guerre mondiale face à une ennemi déjà épuisé par l’Armée rouge ; ils ont été défaits en Corée du Nord et au Vietnam ; ils ne sont pas parvenus à contrôler quoi que ce soit en Afghanistan ; et ils ont été contraints de fuir l’Irak de crainte d’y être écrasés.

Durant les deux dernières décennies, l’Empire états-unien a effacé la réalité humaine de ses guerres et a communiqué en assimilant guerre et jeux vidéos. C’est sur cette base qu’il a conduit ses campagnes de recrutement, et toujours sur cette base qu’il a formé ses soldats. Aujourd’hui, il dispose de centaines de milliers de joueurs vidéos en guise de soldats. Par conséquent, au moindre contact avec la réalité, leurs forces armées sont démoralisées. Selon leurs propres statistiques, la majorité de leurs morts ne tombe pas au champ d’honneur, mais se suicide, tandis qu’un tiers de leur personnel sous les drapeaux souffre de troubles psychiatriques rendant inapte au combat. La démesure du budget militaire du Pentagone est incapable de compenser son effondrement humain.

 

De nouvelles valeurs : la sincérité et la souveraineté

L’échec des États du CCG et de l’OTAN est aussi celui de leurs valeurs. Ils se sont présentés en défenseurs des droits humains et de la démocratie, alors qu’ils ont établi la torture en système de gouvernement et que la plupart d’entre eux sont opposés au principe de souveraineté populaire.

Même si l’opinion publique en Occident et dans le Golfe est sous-informée sur ce sujet, les États-Unis et leurs vassaux ont mis en place depuis 2001 un vaste réseau de prisons secrètes et de centre de tortures, y compris sur le territoire de l’Union européenne. Sous prétexte de guerre contre le terrorisme, ils ont semé la terreur, enlevant et torturant plus de 80 000 personnes. Durant la même période, ils ont créé des unités d’opérations spéciales dotées d’un budget de près de 10 milliards de dollars annuel qui revendiquent des assassinats politiques dans au moins 75 pays, selon leurs propres rapports.

En ce qui concerne la démocratie, les États-Unis actuels ne font pas mystère de ce qu’elle ne signifie pas à leurs yeux « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » selon l’expression d’Abraham Lincoln, mais uniquement la soumission des peuples à leur volonté comme l’ont montré les propos et les guerres du président Bush. Au demeurant, leur constitution récuse le principe de souveraineté populaire et ils ont suspendu leurs libertés constitutionnelles fondamentales en instituant un état d’urgence permanent avec le Patriot Act. Quand à leurs vassaux du Golfe, il n’est pas nécessaire de rappeler que ce sont des monarchies absolues.

C’est ce modèle, qui associe sans honte crimes à grande échelle et discours humanitaire, qui a été défait par la Russie et la Chine ; des États, dont le bilan en matière de droits de l’homme et de démocratie pour autant qu’il soit très critiquable n’en est pas moins infiniment supérieur à celui du CCG et de l’OTAN.

En faisant usage de leur veto, Moscou et Beijing ont défendu deux principes : le respect de la vérité, sans laquelle la justice et la paix sont impossibles ; et le respect de la souveraineté des peuples et des États, sans lequel aucune démocratie n’est possible.

Le moment est venu de se battre pour reconstruire la société humaine après une période de barbarie.

Thierry Meyssan

Source : « Le CCG et l’OTAN perdent leur leadership », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 février 2012,

 www.voltairenet.org/a172629


L'Otan, une organisation parfaitement inutile selon Poutine

Le premier ministre et candidat à la présidence russe, Vladimir Poutine, n'a pas soutenu lundi la proposition du leader libéral-démocrate Vladimir Jirinovski d'aider l'UE en échange à la dissolution de l'Otan, tout en admettant cependant que l'Alliance était inutile de nos jours.

"M.Jirinovski propose donc de soutenir par tous les moyens l'Union européenne. Mais à quoi bon? Ce sont des pays riches, plus riches que nous", a déclaré le chef du gouvernement lors d'une rencontre avec des politologues. 
En même temps, M.Poutine s'est rallié à l'idée de  M.Jirinovski, lui aussi candidat à l'élection présidentielle du 4 mars, sur la nécessité de dissoudre l'Alliance atlantique. 

"Bien qu'aujourd'hui irréaliste, cette idée est bonne, car  l'Otan est un vestige de la guerre froide, dont nul n'a plus besoin", a estimé M.Poutine, en complimentant le leader du Parti libéral-démocrate de Russie (LDPR). 

Source: Alterinfo

 


OTAN Smart Defence
Le concept de « Smart Defence » a fait l’objet de discussions, les 2 et 3 février à Bruxelles, lors de la réunion des ministres de la Défense de l’Otan, à laquelle a participé le ministre français Gérard Longuet. Cette réunion a permis notamment de préparer le sommet de Chicago de mai prochain.
Les 2 et 3 février 2012 à Bruxelles, les ministres de la Défense des nations de l’ Otan se sont réunis pour préparer le sommet de Chicago, réunissant en mai prochain les chefs d’Etats des pays membres, et pour faire le point sur le théâtre afghan. La problématique de renforcement et de rationalisation des  capacités militaires des alliés qualifiée sous l’appellation « Smart Defense » a aussi été débattue.
La « Smart Defence », que l’on peut traduire littéralement par « défense intelligente » est une initiative otanienne  sur laquelle Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’Otan, est revenu à l’issue de la première journée de réunion  : « Même en période de crise économique, nous aurons toujours besoin d’assurer la sécurité de nos Etats.  » L’objectif de cette initiative est d’améliorer la contribution des pays membres de l’Otan, en matière de défense et de sécurité, malgré un contexte budgétaire plus restreint.  « Chaque euro que nous dépensons doit déboucher sur un résultat concret. Pour cela, nous devons donner des priorités, nous spécialiser et coopérer tous ensemble  », a affirmé le secrétaire général de l’Otan. Il a poursuivi en déclarant : « Nous avons identifié un certain nombre de secteurs où la "Smart Defence" aurait une réelle plus-value. C’est vrai dans le domaine du renseignement, la surveillance, la reconnaissance, la logistique, la maintenance et la formation.  ». La France a, en outre, mis en avant l’opération en Libye comme la démonstration de l’utilité des partenariats de l’Otan sur les plans politique, logistique et militaire.
La « Smart Defence » pourrait être déclinée selon trois axes : coopération, priorisation et spécialisation, et  s’inscrit en complémentarité du « Pooling&Sharing » une politique européenne de mutualisation et de partage.

« Le Pooling&Sharing »  

En décembre 2010, le Conseil de l’Union européenne (UE) a demandé aux Etats membres d’identifier les capacités susceptibles d'être mutualisées. Celles qui pourraient donner lieu à un partage des rôles et des tâches à travers une coopération renouvelée et celles à conserver par pays. La France est déjà engagée dans cette dynamique. Elle investit chaque année cinq milliards d’euros, soit plus de 30% du budget d’équipement de ses armées, dans des coopérations d’armement en Europe. Cette volonté s’est encore trouvée renforcée par le traité de Lancaster House. La coopération franco-britannique contribue par sa dynamique à renforcer les capacités de l’UE et de l’Otan. Structurante et ambitieuse pour les armées de nos deux pays, cette coopération doit pouvoir accueillir à terme d’autres partenaires européens. La France, en particulier avec l’Allemagne, est aussi engagée avec d’autres Etats membres, dans des travaux communs visant les domaines de la formation, des structures de commandement, des unités ou du soutien logistique.

http://rpdefense.over-blog.com/article-otan-smart-defence-98546913.html



Paroles & action du président...

Le président du Kirghizstan veut fermer la base militaire US

La base aérienne américaine au sein de l'aéroport international de Manas, situé dans la capitale kirghize Bichkek, représente un danger pour le Kirghizstan et doit être fermée, a déclaré jeudi le président du pays Almazbek Atambaïev.

"Le Kirghizstan n'a pas besoin d'une base militaire située dans un aéroport civil, c'est très dangereux. Nous voulons que l'aéroport Manas soit uniquement un aéroport civil", a indiqué le nouveau chef de l'État kirghiz lors de son premier point-presse.

Ce dernier a également indiqué avoir déjà annoncé à la partie américaine que la base aérienne de Manas devra être fermée à l'expiration du contrat, en 2014.

"Les Américains devront alors ou bien quitter Manas, ou bien organiser un centre de transport civil, en coopération avec la Russie ou d'autres pays", a déclaré M.Atambaïev. 

Le président kirghiz a réfuté les affirmations selon lesquelles il aurait pris cette décision sous la pression de la Russie.

La base aérienne américaine au Kirghizstan, ultérieurement baptisée Centre de transit du Pentagone, a été crée au sein de l'aéroport international de Manas en décembre 2001, et elle permet d'assurer près de 30% des ravitaillements en vol des avions participant à l'opération militaire de l'Otan en Afghanistan. Le centre de Manas représente également un nœud de transport important pour le transfert de frets et de forces de l'ISAF (Force internationale d'assistance et de sécurité) en Afghanistan. Selon les informations officielles, près de 1.500 militaires et civils américains travaillent dans ce centre.

29/12/11

http://fr.rian.ru/world/20111229/192906175.html



Guerres de l'Otan

1 Politique 

a Russie

Dans les coulisses 

a) Le bouclier antimissile américain vise la Russie, selon Poutine.

Le bouclier antimissile américain qui est en train d'être déployé en Europe vise la Russie, estime le premier ministre russe et candidat à la présidence Vladimir Poutine.

"Il n'y a aujourd'hui pas de menace émanant de l'Iran ou de la Corée du Nord. Actuellement, la défense antimissile (américaine en Europe) vise certainement à neutraliser le potentiel nucléaire russe", a déclaré M.Poutine dans le documentaire "Politique froide", diffusé jeudi à la télé russe.

Selon le premier ministre, les radars et systèmes antimissiles déployés près des frontières russes couvriront le territoire jusqu'à l'Oural.

"Cela devient une réalité et l'Otan ne veut donner aucunes garanties, mêmes écrites", a-t-il souligné.

Les Etats-Unis, initiateurs du déploiement de l'ABM en Europe, sont le seul pays à avoir eu recours à l'arme nucléaire, et qui plus est à l'utiliser contre un pays non nucléaire, à savoir le Japon, en 1945, a rappelé M.Poutine.

"Est-ce que nous avons oublié cela? Non, nous ne pouvons pas le faire. Et nous réagirons toujours face à des menaces près de nos frontières", a-t-il insisté.

L'homme fort russe a également avoué qu'il ne croyait pas à la sincérité des partenaires au sein du Conseil de sécurité de l'Onu qui essayaient d'apporter des preuves de la présence d'armes de destruction massive dans certains pays pour y intervenir militairement.

"Il me semble que nos partenaires n'ont pas besoin d'alliés, mais de vassaux. Ils veulent dominer. La Russie n'agit pas de cette manière", a ajouté le premier ministre.

Les Etats-Unis envisagent de déployer de 2015 à 2020 une troisième zone de positionnement de leur système de défense antimissile en Europe. Moscou s'oppose à ce projet, considérant que la mise en place d'un bouclier antimissile à proximité de ses frontières menace le potentiel stratégique russe.

L'idée d'engager une coopération en vue de créer un bouclier antimissile européen a été formulée en novembre 2010 lors du sommet Russie-Otan à Lisbonne. L'Alliance atlantique insiste sur la mise en place de deux systèmes de défense antimissile indépendants mais coordonnés: l'un russe, l'autre otanien. Moscou propose pour sa part de créer un système indivisible intégrant les dispositifs des deux parties.

3 février –

RIA Novosti


b) French irib ir/info :"Le bouclier anti-missiles américain vise la Russie", selon Poutine.  

"Le bouclier anti-missiles américain, qui est en train d'être déployé, en Europe, vise la Russie", estime le Premier ministre russe et candidat à la présidence, Vladimir Poutine. "Il n'y a, aujourd'hui, pas de menace émanant de l'Iran ou de la Corée du Nord. Actuellement, la défense anti-missiles (américaine, en Europe) vise, certainement, à neutraliser le potentiel nucléaire russe", a déclaré M.Poutine, dans le documentaire, "Politique froide", diffusé, jeudi, à la télé russe. Selon le Premier ministre, les radars et systèmes anti-missiles, déployés, près des frontières russes, couvriront le territoire, jusqu'à l'Oural. "Cela devient une réalité et l'OTAN ne veut donner aucune garantie, même écrite", a-t-il souligné. Les Etats-Unis, initiateurs du déploiement de l'ABM, en Europe, sont le seul pays à avoir eu recours à l'arme nucléaire, et qui plus est, à l'avoir utilisée contre un pays non nucléaire, à savoir, le Japon, en 1945, a rappelé M.Poutine. "Est-ce que nous avons oublié cela? Non, nous ne pouvons pas le faire. Et nous réagirons toujours, face à des menaces près de nos frontières", a-t-il insisté. L'homme fort russe a, également, avoué qu'il ne croyait pas à la sincérité des partenaires, au sein du Conseil de sécurité de l'OUU, qui essayaient d'apporter des preuves de la présence d'armes de destruction massive, dans certains pays, pour y intervenir militairement. "Il me semble que nos partenaires n'ont pas besoin d'alliés, mais de vassaux. Ils veulent dominer. La Russie n'agit pas de cette manière", a ajouté le Premier ministre.

03/02/2012

http://french.irib.ir/info/international/item/167709-le-bouclier-antimissile-americain-vise-la-russie-selon-poutine


c ) Georges Spriet :Le Bouclier anti-missiles se construit – suite et …pas fin

En septembre 2009, Obama avait déjà changé les plans du bouclier de son prédécesseur G.W.Bush en modifiant l'objectif fondamental qui était la défense continentale des États Unis pour un effort immédiat afin de défendre l'Europe et le Moyen-Orient contre des attaques de missiles. Cette modification devrait rassurer les Russes et les alliés européens qui ne voulaient pas de frictions avec Moscou sur ce sujet.

Pour réaliser ce changement, le Pentagone avait développé l'approche adaptative phasée du bouclier pour l'Europe. Dans la première phase (à partir de 2011), Washington déploiera des systèmes antimissiles assurés, entre autres le système d'armement Aegis basé sur mer, des intercepteurs SM-3, des capteurs comme le Army Navy/Transportable Radar Surveillance System.

Par un accord entre les États Unis et la Roumanie, un total de 24 intercepteurs SM-3 seront déployés dans une ancienne base aérienne dans le sud du pays qui hébergera un maximum de 500 militaires américains. On parle aussi des croiseurs américains dans la Mer Noire devant les côtes roumaines.

La Turquie

Début septembre 2011, la Turquie a officiellement accepté d'héberger un radar du bouclier antimissile sur son territoire, probablement dans les environs du lac Van dans le sud-est du pays. Cet emplacement devrait rassurer la Russie vu que la plupart des missiles russes sont localisés dans le nord-ouest du pays et en Sibérie. Le radar sera connecté avec les bâtiments de guerre de l'Otan dans la Méditerranée, qui sont équipés d’intercepteurs capables de détruire un missile attaquant avant qu'il n'atteigne son but programmé. On estime qu'il s'agit du radar X-band AN/TPY-2 qui fait partie du système THAAD conçu pour intercepter des missiles de portée moyenne à haute altitude, même dans l'espace. La distance opérationnelle du radar serait d'environ 1000km. Le radar peut jouer le rôle de point d'observation pour la détection précoce d'un lancement et le parcours d'un missile. Le radar serait géré par le centre de contrôle de l'Otan en Allemagne, mais la Turquie pourrait partager les informations.

Une question politique importante est : quel rôle le radar en Turquie jouera-t-il dans la défense d'Israël ? Ce pays dispose déjà d'un système antimissile dans le désert du Neguev, où un contingent militaire américain contrôle un même type de radar et des intercepteurs « Patriot ». La Turquie est fort inquiète des risques de nouvelles tensions régionales et ne veut pas d'intégration des deux radars. En outre, les relations militaires entre la Turquie et Israël se sont détériorées après l'attaque israélienne contre la flottille de paix.

Selon la presse américaine, cependant, aucune garantie n'a été donnée au gouvernement turc sur ce plan. C'est le centre de contrôle en Allemagne et le Pentagone qui décident : le fonctionnement du système de bouclier est basé sur la circulation rapide de l'information. Imaginons une attaque surprise israélienne sur l'Iran et une riposte de Téhéran, la présence en Israël des militaires américains exigerait une solidarité des alliés : dans ce cas chaque élément de la machinerie militaire sera utilisé, indépendamment de ce que les dirigeants turcs en pensent ?

L'Espagne

Début octobre 2011, l'administration Obama et le gouvernement espagnol se sont mis d'accord pour baser 4 croiseurs Aegis à partir de 2013 dans la base navale de Rota, comme partie du bouclier antimissile pour protéger l'Europe d'une attaque nucléaire éventuelle de l'Iran. Ces quatre bateaux seront accompagnés par 1200 militaires et 100 civils, qui viennent s'ajouter au contingent américain déjà en place à Rota. Bien que les conditions de cette présence des militaires étrangers doivent encore être arrêtées, le gouvernement Zapatero a donné déjà son accord. Ceci pour donner au Pentagone la possibilité de demander de son côté les fonds nécessaires pour le déploiement. Le parlement espagnol actuel est dissous pour les élections.

La base navale de Rota se trouve à une centaine de km au nord-ouest de Gibraltar et sert, depuis le début des années 1950, comme principale base outre-mer pour la US Navy. Le plan aidera également à maintenir une continuelle présence navale américaine dans la Méditerranée et l'Atlantique oriental. Rappelons-nous que USS Monterrey en Méditerranée , un croiseur de guerre équipé de radar avancé et de missiles guidés, opère déjà dans la Méditerranée depuis 7 mois. Le centre d'opérations aériennes de l'Otan à Torrejon (Madrid) sera également intégré dans le système de commande du bouclier. Il n'est pas prévu que les quatre navires de guerre (F-100) espagnols dotés du système Aegis s'intègreront dans le dispositif otanien.

Outre la Pologne, la Roumanie et la Turquie, d'autres pays ont offert leurs bons offices pour le bouclier: la Hollande propose ses radars installés sur ses propres frégates, et la France pense contribuer avec des capteurs et des satellites.

Le flanc sud de l'Europe devrait ainsi être couvert contre des attaques venant du Moyen-Orient avec cette phase réalisée du bouclier otanien: le radar en Turquie, les intercepteurs en Roumanie, le système d'armement Aegis sur les bateaux américains dans la Méditerranée.

La Russie

La Russie se montrait bien nerveuse en estimant que ce dernier développement autour de Rota est un nouveau pas non-concerté et unilatéral qui tourne le projet du bouclier d'un espace de collaboration en confrontation. La préoccupation centrale de Moscou est le nombre et le niveau de mobilité et de capacité des composants d'interception. Les militaires russes craignent en effet qu'à partir de 2015 le bouclier européen aurait un impact négatif sur la dissuasion nucléaire russe, c'est à dire que le bouclier serait capable d'intercepter certains des missiles balistiques russes. Washington continue à déclarer que le bouclier n'est pas dirigé contre la Russie mais contre des attaques éventuelles de l'Iran.

Dans le préambule de l'accord de réduction d'armes nucléaires (New START) du 8 avril 2010 Washington et Moscou reconnaissent qu'il existe un « rapport entre les armes stratégiques offensives et les armes stratégiques défensives, que ce rapport devient plus important avec la diminution du nombre d'armes et que les actuelles armes stratégiques défensives ne minent pas l'effectivité des armes stratégiques offensives des deux parties du traité ». La grille de lecture utilisée n'est donc pas « l'intention » mais bien la capacité et le « nombre ».

L'augmentation considérable du nombre d'intercepteurs prévu dans l'approche adaptative phasée, combinée avec le système antimissile GMD Ground-Based Midcourse, déployé en Alaska et en Californie, confronterait la Russie avec des centaines d'intercepteurs, nombre suffisant pour alarmer les leaders russes politiques et militaires. Même si l'Occident n'a pas l'intention d'utiliser le bouclier contre la Russie, dans ses phases de développement futures il aura une certaine capacité inhérente contre les forces stratégiques russes. Le ministre russe des Affaires étrangères, Lavrov, ne cesse de répéter que les projets du bouclier ne peuvent rompre la parité.

Voilà pourquoi Moscou recherche un maximum de garanties écrites et légales que le bouclier n'est pas dirigé contre la Russie, mais Washington ne veut pas mettre ces promesses orales sur papier. La mise en œuvre des phases prévues par l'Occident en Turquie, en Roumanie et en Espagne, au moment où les pourparlers entre les deux grandes puissances nucléaires sont au point mort, rend le Kremlin nerveux. Les pourparlers entre l'Otan et la Russie sur le bouclier se heurtent sur le point du niveau de cogérance du système. « Si les négociations n'ont pas de résultat, nous déplacerons nos systèmes d'armements offensifs avancés près des frontières avec l'Europe en réponse au bouclier planifié », annonçait le président Medvedev.

L'absence d'un accord général de non-recours à la 'première frappe' (first strike) et la décision d'installer un bouclier antimissiles sans les garanties recherchées par la Russie, est un développement qui pourra rapidement mener à une déstabilisation globale. D’autant plus que l'Occident a su accumuler un avantage militaire énorme depuis la fin de la Guerre Froide et a maintenant amplement montré sa volonté d'utiliser cette force.

Il est important de reconnaître que le bouclier constitue un élément crucial pour arrêter une riposte d'un ennemi affaibli après une 'première frappe', et que potentiellement le bouclier fait partie d'une politique d'attaques nucléaires. En négligeant l'importance de ce fait, nos dirigeants politiques créent des nouvelles tensions dangereuses dans un monde de plus en plus déstabilisé.

Georges Spriet

Cet article fait suite à celui paru dansAlerte Otan n°41

Autres textes de Georges Spriet sur le site du CSO



d L’Otan dans le monde

Algerie

Coopération Algérie-Otan pour sécuriser la Méditerranée.  
La porte-parole de l’Organisation du traité de l’atlantique nord (Otan) a indiqué à Echorouk que l’Algérie et l’Otan ont mis en place un instrument pour l’échange d’informations sur des menaces terroristes qui pourraient viser le mouvement commercial maritime en mer Méditerranée.
Elle a insinué dans ce contexte que l’Otan aimerait que l’Algérie soit désignée en tant qu’agent de communication auprès du commandement maritime de l’Otan basé à Naples en Italie. Des pays de la rive sud de la Méditerranée ont déjà franchi le pas en matière de coopération dans le domaine d’échange d’informations. A préciser à ce propos, que ces pays et l’Algérie font partie de ce qui s’appelle le « Dialogue atlantico-méditerranéen ». « La porte est ouverte pour toute nouvelle contribution. Le pays intéressé peut choisir lui-même la façon dont il veut coopérer pour la sécurisation de la mer Méditerranée », a-t-elle indiqué. Par ailleurs, elle a abordé la nouvelle étape d’actions des forces de l’Otan en matière de lutte antiterroriste dans la mer Méditerranée. A ce propos, elle a rappelé que l’Otan mène depuis 10 ans des patrouilles maritimes militaires régulières en Méditerranée. Ces patrouilles maritimes sont épaulées par une couverture aérienne dans l’objectif de sécuriser les mouvements de marchandises et des voyageurs dans le bassin méditerranéen. Ces patrouilles ont commencé après les attentats terroristes du 11- Septembre .

Leur principal objectif est de mettre un terme à la circulation des terroristes et des armes de destruction massive.
http://www.echoroukonline.com/ara/articles/121869.html


Pays Baltes

Pays Baltes: la mission de police aérienne de l'Otan sera permanente.

Le Conseil de l'Otan a décidé de rendre permanente la mission de police aérienne de l'Alliance dans les pays Baltes avec un réexamen périodique de ses besoins et activités, a annoncé mercredi à RIA Novosti la ministre lituanienne de la Défense, Rasa Jukneviciene.

"Cette décision est définitive. Désormais la mission de police aérienne de l'Otan sera permanente avec un contrôle périodique de ses activités, un réexamen de ses besoins et de réorganisations nécessaires. Cette décision est très importante pour nous", a déclaré l'interlocutrice de l'agence.

Selon la ministre, cette mission doit faire partie de la "Défense intelligente" (Smart Defence), initiative visant à dépenser plus efficacement les moyens financiers dans le contexte d'austérité.

Anciennes républiques soviétiques, les pays Baltes ne disposent pas d'avions équipés pour le contrôle de l'espace aérien. De ce fait, depuis leur entrée dans l'Otan en avril 2004, ce contrôle est exercé par leurs partenaires de l'Alliance. Des chasseurs alliés sont basés dans l'aérodrome militaire lituanien de Zokniai.

En 2009, l'Alliance atlantique a décidé de proroger sa mission de patrouille dans le ciel des pays Baltes jusqu'à la fin de 2014. La Lituanie, la Lettonie et l'Estonie ont toujours souhaité que cette mission soit prolongée au moins jusqu'en 2018, mieux qu'elle devienne permanente.

RIA Novosti

8 février

http://fr.ria.ru/defense/20120208/193309288.html
VILNIUS,


Israël

Gerard Fredj : ISRAËL - Le pays abritera d'importantes manœuvres de l'OTAN.
Pour la première fois, un important entrainement des forces de l'OTAN se tiendra en Israël en octobre prochain.

Dans le passé, Israël a pris part à plusieurs exercices menés par l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, mais n'avait encore jamais accueilli de telles opérations.

Cette opération simulera un tremblement de terre massif, provoquant d'importantes d'instruction et un nombre important de blessés.

Les unités de recherches et de secours de l'OTAN participeront à cette simulation qui mobilisera côté israélien l'unité de recherches et de secours de tshal (voir notre article du 27 décembre), la police, le Maguen David Adom, les pompiers et différentes autorités locales, régionales ainsi que des ministères.

Il y a deux semaines, Matan Vilnai, ministre de la défense interieure a rencontré le secrétaire général de l'Otan, Claudio Bisogniero, à Bruxelles pour discuter des détails de l'opération.

Il a également discuté de la coopération future entre l'organisation, l'Union européenne et Israël sur la gestion des situations de crise.

Gerard Fredj

http://www.israel-infos.net/ISRAEL--Le-pays-abritera-d-importantes-manoeuvres-de-l-OTAN-7768.html



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction est d'accord avec l'article mais doit être vu comme information.

Vidéo :  NATO GAME OVER -

En 2010, les Bomspotters ont une fois de plus alimenté le débat sur les armes nucléaires de l'OTAN. Des milliers d'activistes ont participé à des actions de désobéissance civile sur la base de Kleine Brogel. Depuis lors, l’OTAN a largué des milliers de bombes sur l’Afghanistan et la Libye et maintient sa stratégie nucléaire et son projet de bouclier anti-missile. L’OTAN crée plus de problèmes qu'elle n'en résout et c’est pourquoi, le 1 Avril, nous fermons l’OTAN

Le dimanche 1 avril, des centaines d’activistes venus de toute l’Europe fermeront le Quartier Général de l’OTAN à Bruxelles. Rejoignez-nous ! Toutes les informations sur les lieux et heures de rdv des briefings avant l’action, sur le déroulement de la journée.

1er avril 2012

http://www.youtube.com/watch?v=4pAWdWxEEwY&feature=plcp&context=C39df25fUDOEgsToPDskLFc5reVoE08jse_KQSA5DM

 

 

Vidéo : Pierre Dortiguier : OTAN et impérialisme

http://www.alterinfo.net/Pierre-Dortiguier-OTAN-et-imperialisme-video_a53209.html



3 Dossiers

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction est d'accord avec l'article mais doit être vu comme information.

Jean Géronimo : OTAN : L’actualité de la stratégie d’encerclement de la Russie

Intervention à l’Institut de la Démocratie et de la Coopération, 3 décembre 2010, Paris. (Papier original, actualisé à la marge.)
Publié en juin 2011 : « L’actualité de la stratégie d’encerclement de la Russie », Revue Europe et Orient, « Turquie : une démocratie inachevée », Institut Tchobanian, n° 12, juin 2011.

 Introduction : un rapprochement trompeur…
            A l’heure du surprenant et radical rapprochement de la Russie avec l’Occident, il serait opportun de s’interroger sur la réalité de la menace de l’axe Otan/USA. Dans ce cadre, il s’agira de revenir sur la perception russe des dangers issus de l’ingérence occidentale dans sa proche périphérie et, en particulier, de la volonté américaine de se rapprocher des ex-républiques de l’URSS présentant un caractère stratégique.

Selon une lecture plus globale de l’évolution géopolitique, la stratégie américaine garde une cohérence structurelle, au sens où elle reste guidée par la ligne Brzezinski centrée, d’une part, sur l’encerclement de la Russie et, d’autre part, sur la déstabilisation de sa ceinture périphérique en vue de son contrôle.

A l’issue de la fin de la Guerre froide, ce maintien d’une relative inertie stratégique nous amène à nous interroger sur l’évolution passée, présente et future de la Russie, pour, en dernière instance, nous interroger sur son statut international hérité du post-communisme.

Dans une première partie, nous verrons donc le rôle de l’Otan comme levier de la politique étrangère américaine, en phase de Guerre froide.

Dans une seconde partie, nous présenterons la ligne structurellement anti-russe conduite par la puissance américaine depuis la fin de la Guerre froide.

Dans une troisième partie, nous analyserons les enjeux cachés du récent rapprochement russo-américain.

Dans une quatrième et dernière partie, nous nous interrogerons sur le statut post-soviétique de la puissance russe en transition identitaire et sur sa volonté de retour vers l'Europe.

I - Historiquement, l’Otan apparait comme un levier de la politique étrangère américaine.

La politique extérieure américaine est marquée par 2 phases principales : l'endiguement de la puissance soviétique (1) puis, à partir de 1991, le reflux de la puissance russe (2).

 1/ L’endiguement de la puissance soviétique, comme stratégie dominante en phase de Guerre froide.

- Après la seconde Guerre mondiale, le nouvel ordre mondial est caractérisé par l’équilibre stratégique de la Guerre froide : (USA + Otan) versus (URSS + Pacte de Varsovie).

- A l'origine, la théorie de G. Kennan du "Containment" )[1][1][1] (endiguement) de la puissance soviétique - par la suite, appelée aussi "doctrine Truman" - a pour objectif de bloquer l’expansion du bloc communiste sous leadership russe, en aidant les pays prêts à s’y opposer. A l’époque, l’Administration Truman (1945–1953) redoute l’offensive militaire d’une Union soviétique surpuissante qui, désormais, "fait peur". D’autant plus que cette dernière développe une force de frappe nucléaire impressionnante, qui égalisera la puissance américaine au début des années 70.

- L’endiguement : c’est l’amorce d’une ligne anti-soviétique, présentant une relative cohérence sur long terme et qui sera, plus tard, reprise par le conseiller à la sécurité du président Carter, Z. Brzezinski.

- L’objectif : contenir l’expansion du communisme en Afrique, Asie, Europe et Amérique latine, quel qu’en soit le prix (dont l’émergence de dictatures militaires fascisantes, notamment au Chili).

Ex : en Amérique latine, on peut rappeler le Coup d’Etat de 1973 contre S. Allende au Chili ("la révolution assassinée", pour reprendre le titre d’un ouvrage).

- Une stratégie alternative a été d’encourager les mouvements nationalistes et démocratiques, pour déstabiliser le pouvoir russe.

Ex : la révolution polonaise de Solidarnosc, en 1989, avec le rôle des ONG étrangères, principalement américaines (ancêtre des révolutions "colorées" qui toucheront plus tard l’espace post-soviétique).

- Une autre stratégie a été de créer des conflits périphériques ou d’accélérer la course aux armements pour épuiser l’économie soviétique (à 2 exemples).

Ex 1: Afghanistan en 1979, formation et armement des combattants islamistes (dont talibans) pour enliser l’armée soviétique dans une guerre coûteuse (il faut donner à l’URSS "sa guerre du Vietnam", selon Z. Brzezinski)

Ex 2 : le projet surréaliste de "Guerre des étoiles" de R. Reagan, au début des années 1980 (bouclier spatial anti-missiles).

à Avec l’appui de son levier otanien, lui conférant un vernis de légitimité internationale, il s’agit pour la puissance américaine d’éroder les bases économiques et idéologiques de la domination soviétique. Dans ce cadre, l’Otan apparaît comme un véritable bouclier politico-militaire contre l’avancée soviétique, destiné in fine à rééquilibrer le "balancier stratégique". On peut donc parler d’une Otan défensive, adaptée au contexte stratégique de la Guerre froide.

2/ Le reflux de la puissance russe, comme stratégie post-guerre froide.

- 25 décembre 1991 : la démission contrainte du président Gorbatchev marque la chute finale de l’Union soviétique, "La plus grande catastrophe géopolitique du XX° siècle", selon V. Poutine.

- La stratégie d’endiguement, est alors radicalisée et transformée en stratégie de reflux (roll back) de la puissance russe issue de la fin de la Guerre froide. On remarque l’influence décisive de Brzezinski dans cette inflexion stratégique.

- L’objectif tacite de l’Amérique est alors de profiter de la fragilité temporaire de la Russie en transition vers le marché, pour la repousser et l’expulser de ses postions fortes et traditionnelles.

- L’Otan est au cœur de cette stratégie et elle est instrumentalisée par Washington, pour renforcer cette orientation et lui donner une apparente légitimité (impression d’un consensus).

- Il s’agit aussi de créer les conditions structurelles d’une irréversibilité : empêcher tout retour en arrière et surtout, toute velléité de reconquête impériale russe. En d’autres termes, l’objectif est de verrouiller la position hégémone des Etats-Unis, en créant les mécanismes adéquats, voire en influençant les institutions en charge de la gouvernance mondiale.

à Contrairement à la promesse faite en 1989 à Gorbatchev à Berlin, l’Otan continue de s’étendre, notamment vers l’Europe de l’Est et réduit, de ce fait, le glacis sécuritaire de la Russie. Il s’agit d’une véritable provocation pour Moscou, qui voit l’encerclement otanien se resserrer autour d’elle. La Russie a l’impression d’être trahie. Dans ce cadre, on peut donc parler d’une Otan offensive, intégrant les nouveaux rapports de force issus du post-communiste comme une réelle opportunité d’élargir sa zone de responsabilité, donc d’intervention.

II - Ligne structurelle anti-russe depuis l’implosion de l’URSS, en 1991.

- La transition post-communiste est caractérisée, contrairement aux croyances initiales, par l’émergence d’un monde unipolaire, du fait de la disparition du seul contrepoids idéologique (l’Union soviétique) à la domination américaine.

- Au sens de F. Fukuyama, c’est alors "la fin de l’histoire" (1992) )[1][1][2] et, pour reprendre D. Bell, c’est aussi "la fin des idéologies" (1960))[1][1][3] . En tant que vainqueur historique de la Guerre froide, le libéralisme s’impose comme la seule idéologie légitime.

- Au nom de sa supériorité morale et de sa "destinée manifeste", la puissance américaine cherche à étendre la démocratie libérale à l’échelle planétaire, par la force s’il le faut. En quelque sorte, elle devient la nouvelle puissance messianique, succédant dans ce rôle à l’Union soviétique. Dans son discours de Munich en novembre 2007, V. Poutine dénonce cet unilatéralisme armé de la puissance américaine. Pour certains, ce discours marque le retour d’une forme atténuée de Guerre froide.

à Globalement, la stratégie anti-russe conduite par l’Administration américaine depuis décembre 1991 s’exprime selon 3 axes : politique, économique et stratégique.

1 – Axe Politique.

 

à Décrédibiliser l’autorité russe dans son espace d’influence historique.

- Ingérence politique via les ONG anglo-saxonnes (ex du Kirghizstan : 8000 ONG étrangères en 2005, lors du renversement du président Akaïev, soit 25 ONG au km² : un record du monde !).

- Soutien aux révolutions libérales "de couleur" (Géorgie 2003, Ukraine 2004, Kirghizstan 2005 et 2010), avec un rôle décisif des ONG étrangères, alimentées par des financements américains.

- Instrumentalisation des mouvements liés au nationalisme religieux, dont les courants islamistes radicaux (Kirghizstan, Tadjikistan, Ouzbékistan…).

- Cette effervescence ethno-religieuse est aujourd’hui une véritable bombe à retardement pour la Russie, d’autant plus qu’elle tend à se répandre au Nord Caucase.

à Remettre en cause la légitimité du pouvoir et des prérogatives de Moscou en CEI.

- S’imposer comme leadership idéologique alternatif à la domination russe.

- Initier un rapprochement politique avec certaines républiques ex-soviétiques (Azerbaïdjan, Ouzbékistan, Kurdistan, Kazakhstan). NB : depuis peu, le Kazakhstan est devenu un couloir de transit aérien pour les forces de l’Alliance, suite au voyage de H. Clinton en Asie centrale.

2 – Axe Economique.

à Développer un partenariat économique avec les Etats de la CEI (aide financière, technologique, formation du capital humain...).

- Ex : L’initiative de la Dette (PPTE) )[1][1][4] vise, en théorie, à réduire le poids de la dette et la pauvreté au Kirghizstan. Dans les faits, grâce à la conditionnalité de l’aide, elle cherche à imposer un modèle politique émancipant ce pays de la tutelle russe (conditions drastiques imposées par le FMI et la Banque mondiale, en vue d’une économie assainie et désétatisée)) [1][1][5] .

- Proposer des circuits énergétiques alternatifs aux tubes russes (Nabucco, BTC : Bakou/Tibilissi/Ceyhan…). NB : Brzezinski a été l’ambassadeur du projet BTC.

- En réaction, la Russie cherche à développer d’autres projets de tubes (South et North Stream), pour court-circuiter les itinéraires américains.

- Grâce au levier énergétique, parfois utilisé comme instrument de pression, la Russie cherche à renverser les alliances en se rapprochant de l’Europe, de la Chine et de l’Inde. A terme, elle aspire à créer un axe eurasien pour contrebalancer l’hyperpuissance américaine.

à Entraver le développement de la Russie pour freiner son retour comme grande puissance.

- Freiner l’adhésion russe à l’OMC. A ce jour, la question de l’intégration de la Russie n’est toujours pas réglée (veto géorgien, succédant au veto américain).[1][1][6]

- Imposer un modèle inadapté au contexte macro-économique russe, caractérisé par une dérégulation anarchique et un retrait inquiétant de l’Etat. Cette orientation, validée par Boris Eltsine, est une aberration dans une économie de la taille d’un continent, exigeant à la fois le maintien d’une certaine centralisation et d’une forte autorité étatique. Tendanciellement, l’espace historique russe est en effet menacé par des forces centrifuges fragilisant le contrôle central, donc son unité et sa stabilité.

- Ex : les réformes proposées par le Consensus de Washington (J. Sachs), durant la transition post-communiste, ont déstructuré l’économie russe et appauvri la société (décroissance, c'est-à-dire croissance négative sur 1992-1998), au profit d’une nouvelle élite privilégiée, devenue une véritable Nomenklatura capitaliste flirtant avec l’économie mafieuse. On a alors assisté à l’émergence d’une véritable bourgeoisie "compradoro-mafieuse", pour reprendre l’expression de Lilly Marcou dans son livre "Le crépuscule du communisme" (1997, p. 96) )[1][1][7] .

- Le paradoxe de la transition russe est que la nouvelle classe privilégiée, issue en partie de l’ancienne Nomenklatura communiste, a transformé sa rente politique en rente économique, via le processus douteux de privatisation initié par l’Administration Eltsine. Sur ce point, voir l’ouvrage de J. Sapir sur le "Chaos russe" (1996))[1][1][8] .

3 – Axe Stratégique.

à Encercler la puissance russe et l’isoler.

- Installation de bases ou d’infrastructures militaires occidentales (à dominante américaine) d’une part, en périphérie russe (Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan …) et d’autre part, en Europe de l’Est (récemment, une base militaire au Kosovo )[1][1][9] ).

- Prendre le contrôle des ex-républiques soviétiques stratégiques, considérées comme des Etats-pivots dans l’optique du verrouillage de la domination américaine en Eurasie (les "pivots géopolitiques" de Brzezinski (2000)))[1][1][10] .

à Fragiliser l’Etat russe, dans son centre et dans sa  périphérie post-soviétique.

- Au centre (l’intérieur) : il s’agit de fragmenter l’espace russe, via le soutien informel, d’une part, aux mouvements séparatistes et ethno-religieux et, d’autre part, aux partis d’opposition. (Interrogation par rapport à la Tchétchénie, au Caucase Nord, où on suspecte une ingérence américaine). NB : on rappellera que Brzezinski a dirigé le Comité pour la paix en Tchétchénie (ONG installée dans les locaux de radio Freedom House !).

- En périphérie (l’extérieur) : il s’agit de détacher la CEI de la domination russe, d’une part, par une stratégie de soutien aux Etats hostiles à la Russie (Géorgie, Ukraine)[1][1][11] , Azerbaïdjan) ou aux Etats indécis (Kirghizstan, Ouzbékistan) et d’autre part, par une stratégie de compression de l’influence russe (via l’érosion des liens économique, politique et militaire, historiquement noués entre le Centre moscovite et les Républiques périphériques).

III - Rapprochement récent : "une paix des braves" mais trompeuse …

En apparence, il s’agit d’une main tendue par l’Amérique à la Russie, mais la réalité est tout autre. On va donc parcourir les principaux problèmes de ce rapprochement.

à Réduction des armes nucléaires stratégiques dans le cadre du traité START II.

- La fonction politique de l’atome russe serait doublement pénalisée, d’une part, par le projet anti-missiles ABM (qui, dans sa première version – celle de G.W. Bush –, neutralise la force de frappe nucléaire russe) et, d’autre part, par le Traité START II (qui comprime le potentiel nucléaire russe).

à Réactivation du partenariat stratégique Russie-Otan-USA au Sommet de Lisbonne de novembre 2010.

- Longtemps, le Conseil Russie-Otan a été perçu comme un "aimable club de discussion" par la Russie, c’est à dire comme un simple mécanisme d’entérinement des décisions américaines. Ce conseil donnait l’apparence d’une concertation et, en quelque sorte, une forme de légitimité internationale aux décisions unilatérales de l’Administration américaine.

à Réintégration de la Russie dans le projet du Bouclier anti-missile européen.

- Projet encore très flou et pouvant pénaliser la Russie. Ce flou vient d'être dénoncé par le président D. Medvedev en février 2010, n’hésitant pas à menacer l’Occident de mesures de rétorsion (dont l’implantation de rampes de missiles nucléaires aux portes de ce dernier), en cas d’échec du projet. Il s’agit surtout pour l’Otan d’obtenir la collaboration russe dans l’élaboration du bouclier européen, présenté comme un projet collectif aux objectifs nobles et purement sécuritaires.

- Flexibilité et souplesse du nouveau bouclier de l’administration Obama, pouvant être utilisé – en très peu de temps – contre la Russie, en cas de crise. Autrement dit, dans sa version rénovée, ce bouclier reste une menace latente pour la sécurité nationale russe.

- L’objectif du bouclier commun peut être aussi de lier les mains de Moscou et de l'enfermer dans un projet de long terme qui verrouille ses orientations stratégiques.

à Réactivation du rôle de l’ONU dans le maintien de la paix et la gestion de la sécurité mondiale, via la soumission de l’Otan au contrôle onusien.

- Décision pour l’heure purement formelle et laissant inchangée la perception américaine de l’ONU comme frein politique aux actions militaires de l’axe Otan/USA. Alors que dans la perception russe, l’Otan reste un résidu de la Guerre froide dont l’omniscience et l’élargissement n’ont plus de légitimité aujourd’hui. Dans la nouvelle doctrine stratégique russe, définie en janvier 2010, l’alliance reste une menace majeure (la première).

- La relance du rôle de l’ONU était, à l’origine, au coeur de la "Perestroïka internationale" prônée par M. Gorbatchev à la fin des années 80, dans l’optique de créer un nouvel ordre mondial plus démocratique. Cette orientation a été reprise par le gouvernement russe actuel.

- Approche plus égalitaire de la gouvernance mondiale (économique, politique, sécuritaire), dans le sens du monde multipolaire d’E. Primakov, revendiqué par ce dernier en tant que premier ministre de la Russie en 1998-1999. Cette multipolarité est aujourd’hui un thème récurrent du discours politique russe, notamment poutinien.

à En fait, un pacte tacite, fondé sur des concessions mutuelles.

- Pacte temporaire et stratégique, dans le cadre d’une véritable partie d’échecs à l’échelle de l’Eurasie (voir l’ouvrage référence de Brzezinski,"le Grand échiquier", paru en 1997 mais toujours d’actualité).

- Ce pacte est porteur, à terme, d’une nouvelle forme de conflictualité, d’autant plus que la menace chinoise croissante et le retour des républicains américains au pouvoir renforceront l’instabilité géopolitique.

- Principale concession russe : l’espace russe comme couloir de transit pour l’Alliance. Cela revient à créer et à légitimer les conditions d’une présence américaine durable en périphérie post-soviétique, surtout en Asie centrale.

IV -  Le statut post-impérial de la Russie et les nouvelles bases de sa puissance.

La transition post–communiste est marquée par la tentative russe de restructurer les fondements de sa puissance pour accélérer son retour sur la scène mondiale.

à Statut de l’atome russe

- Historiquement, l’atome apparait comme un levier de la puissance géopolitique russe et de son identité internationale.

- Or, l’évolution actuelle (sous la double impulsion du bouclier ABM et du traité START II) risque de remettre en cause cette fonction politique de l’atome, centrée sur la dissuasion et la projection de force.

- Le pouvoir international de la Russie, dans le prolongement du soviétisme, est fondé sur la tryptique : EAE (Etat, Atome Energie))[1][1][12] . Ce sont les variables structurantes de la puissance géopolitique russe sur longue période.

à Montée de la question énergétique.

- La lutte pour le contrôle des espaces économiques vitaux (surtout énergétiques) )[1][1][13] s’intensifie. Pour rappel, Z Brzezinski a reconnu le rôle politique croissant de l'énergie dans l'ancien espace soviétique, notamment en zone centre-asiatique. Cela est clairement affirmé par Brzezinski dans son ouvrage de 2008, co-écrit avec B. Scowcroft : "L’Amérique face au monde". L'accès à l'énergie y est décrit comme "une source majeure de puissance politique'' (Brzezinski & Scowcroft, 2008, p. 212)

- La "guerre des tubes" (oléoducs / gazoducs) se renforce, réactivant par ce biais, le Grand jeu. Dans l’esprit de Brzezinski, le contrôle des ressources énergétiques mais aussi – et peut être, surtout – le tracé des tubes, ont un impact géopolitique certain. Avec la Chine, l’Amérique représente donc, à terme, une menace potentielle pour la Russie.

- La puissance américaine reste une économie de prédation - selon E. Todd, "Après l’Empire" (2004)[1][1][14] - de plus en plus dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en matières premières et énergétiques, mais aussi en biens manufacturés et industriels. Son déficit extérieur mesure donc sa "capacité de prélèvement" impériale sur le reste du monde (la périphérie dominée), via le pouvoir politique du dollar – qui autorise un endettement quasi infini.

à Enjeu géopolitique centré sur le contrôle de la CEI

- Véritable lutte d’influence au cœur de l’espace historique russe, liée à l’évolution des alliances et des rapports de force en Eurasie post-communiste.

- La Russie sait que son retour comme grande puissance sur la scène internationale implique, au préalable, une reprise en mains de la CEI, son "Etranger proche" et pré-carré historique. Son renforcement régional déterminera donc, dans une large mesure, sa capacité de rebond géopolitique.

à Création d’un espace commun Europe/Russie.

- Cette structure commune est aujourd’hui ardemment souhaitée par la Russie sur le double plan stratégique et économique, via le projet sécuritaire de D. Medvedev (nouvelle architecture de sécurité européenne) et le projet économique de V. Poutine (union économique européenne, de Lisbonne à Vladivostok).

- Dans le même temps, cette orientation vers la "grande Europe" remettrait en cause l’omniscience politico-stratégique de l’Otan et de l’Amérique dans l’espace européen. Et au-delà, elle remettrait en cause l’unilatéralité actuelle de l’ordre libéral mondial, vecteur d’asymétrie dans sa gouvernance.

Conclusion : la partie d’échecs se poursuit

Ainsi, en dépit du récent rapprochement russo-occidental, l’axe Otan-USA reste une menace larvée et insidieuse pour la Russie post-soviétique, avide de défendre ses intérêts nationaux, désormais élargis à sa proche périphérie. Malgré les espoirs nés de la fin de la Guerre froide, la Russie est contrainte de maintenir une veille stratégique sur l’espace eurasien.

Le leadership américain, associé au levier otanien, montre une certaine inertie comportementale et surtout, reste enclin à étendre son influence dans l’espace historique de la Russie. Sa nouvelle doctrine militaire, établie en 2011, précise son intention de préserver son "leadership militaire et économique" pour les 10 prochaines années et cela, en dépit de la rigueur budgétaire justifiée par la crise. En ce sens, sous une forme certes atténuée, la stratégie d'encerclement de la Russie reste d'actualité.

L’avancée occidentale est aujourd’hui centrée sur le contrôle des points névralgiques, principalement énergétiques, de la périphérie post-soviétique. De ce point de vue, on peut redouter, à terme, une montée de la conflictualité américano-russe, de plus en plus arbitrée par la Chine.

Après la brève lune de miel inaugurée par l’administration Obama, on peut donc s’attendre au retour d’une forme rénovée de Guerre tiède, dans le cadre de laquelle les trois superpuissances avancent leurs pions. Au cœur de l’Eurasie, la partie d’échecs se poursuit
Jean Géronimo

[1][1][1] Kennan G.F., "Sources of Soviet Conduct", by X, Foreign Affairs, n°4, juin 1947 (pp. 566-582). En juin 1947, dans un article, "The Sources of Soviet Conduct", Kennan note la détermination de Staline à internationaliser la révolution communiste. Afin de contenir l’expansionnisme soviétique, il prône une politique d’endiguement, connue comme doctrine Truman.

[1][1][2]Fukuyama F. (1992) : "La fin de l’histoire et le dernier homme", éd. Flammarion.

[1][1][3] Bell D. (1960) : "La fin des idéologies", éd. PUF.

[1][1][4] PPTE : pays pauvres et très endettés.

[1][1][5] Voir notre article : "Les leviers d’une stratégie anti-russe", Géronimo J., Nouvelles Fondations – La Revue, n° 6, juillet 2007. Site : http://www.gabrielperi.fr/Les-leviers-d-une-strategie-anti.

[1][1][6] Le 16/12/2011, l’OMC a donné son feu vert à l’adhésion russe (après un marchandage tacite de Moscou avec Washington).
[1]
[1][7] Marcou L. (1997) : "Le crépuscule du communisme", Presses de Sciences Po.

[1][1][8] Sapir J. (1996) : "Le chaos russe", éd. La Découverte.

[1][1][9] Le camp Bondsteel est situé au sud de la province du Kosovo prés d’Urosevac, entre Pristina et Skopje en Macédoine. Créé en 1999, il est intégré dans un dispositif de bases situées en Europe orientale, de la Bosnie à l’Albanie, via la Croatie. Il s’agit d’une des bases stratégiques les plus importantes en Europe et sans doute, hors des Etats-Unis.

[1][1][10] Brzezinski Z. (2000) : "Le grand échiquier – L'Amérique et le reste du monde", éd. Hachette (1° éd. : Bayard, 1997).

[1][1][11]Il s’agit de l’Ukraine de l’ancien président V. Youchenko, défait aux élections présidentielles de février 2010.

[1][1][13] Les critères de puissance EAE sont présentés dans notre article : "Le retour de l’atome rouge", Géronimo J., Revue regard sur l’Est, 30/09/2007, http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=765

[1][1][12] Brzezinski Z./Scowcroft B. (2008) : "L’Amérique face au monde", éd. Pearson.

[1][1][14] Todd E. (2004) : "Après l’Empire – Essai sur la décomposition du système américain", éd. Gallimard, collection Folio actuel.

Jean Géronimo

Jean Géronimo est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  

Articles de Jean Géronimo publiés par Mondialisation.ca

Le 1 février 2012

Mondialisation.ca,




Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


 

Les commentaires sont fermés.